AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Hey, What Did You Expect ? [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Jeu 31 Oct - 3:37





Quand Felix entendit le nom de Rockwood, sa curiosité pour la phrase inachevée d'Amy fut tout de suite remplacée par une brusque et violente euphorie. Il fut secoué d'un rire franc mais rauque, presque guttural, avant d'être atteint par une quinte de toux. Il faut dire aussi que c'était la première fois qu'il riait ainsi depuis au moins huit mois. Il continua d'afficher un grand sourire moqueur tout en tournant son regard vers la porte de la cellule. Il lui fallait trouver un moyen de sortir d'ici. Il n'en pouvait déjà plus d'être enfermé dans cette geôle. Cependant, Tinky, qui s'était posé sur le sol, regardait d'un air beaucoup plus préoccupé son ami, et plus précisément son bras qu'il massait toujours machinalement. La manche était devenue à cause des larmes d'Amy. Or, pour le moineau, il n'existait aucune façon pour qu'un fantôme rentre en contact avec un vivant. Il tenta de prévenir Felix de cette étrangeté inquiétante mais son compagnon était trop occupé à rire de sa femme. Tinky baissa la tête, perdu dans ses pensées, regardant d'un œil noir Amy, dont il s'était méfié dès les premiers instants.

Le sourire arrogant de Felix disparut brusquement, en même que tous ses muscles se raidirent. Pour une raison qui lui était inconnue, Amy tomba sur lui, transperçant son corps de ses membres fantomatiques. La seule chose qu'il ressentit, ce fut de la froidure hautement désagréable au niveau des endroits de son buste et de ses jambes qui étaient en contact avec le fantôme. Felix ne bougea pas, attendant une réaction de la part de sa femme. Celle-ci, qui devait avoir son nez à quelques centimètres de son cœur, ne broncha pas et se contenta de dire qu'elle voulait simplement se venger du maître de maison. Le dément ricana de plus belle, trouvant cette situation parfaitement comique et ironique. Après tout, il commençait à croire que la justice lui a été rendu, à lui, pauvre mari cocu et abandonné. Il arrêta une nouvelle fois et brusquement de ricaner quand Amy releva la tête. Si elles avaient été matérielles des deux côtés, leurs lèvres se seraient touchées. Felix ne ressentit qu'un contact extrêmement désagréable. Il voulut se dégager mais sa femme fut plus vive et elle recula de quelques pas, l'air confus et en... s'excusant ? Amy Carter/Adler s'excusait ? C'était un événement bien rare auquel Felix n'avait été convié que très peu de fois. Alors qu'elle tente de se faire pardonner pour cela révélait du miracle. En se relevant, il lui lança :

- T'en fais pas, va. Tu ne t'es pas excusée quand tu lui as sucé la queue, à Rockwood, je me trompe ?

Il soupira en époussetant rapidement ses vêtements avant de regarder la porte de la cellule. Il pouvait toujours demander l'aide d'Amy pour sortir de là (bien qu'il ne voyait pas encore à quoi elle allait lui servir) mais il devait se libérer le plus rapidement possible et retrouver sa fille. Le fantôme dans sa cellule avec lui fera ce que bon lui semblera.

- Kaitlyn, tu peux me sortir de là ? Faut que j'aille retrouver ma fille. Enfin... Si c'est bien la mienne...

Felix se retint de cracher une autre insulte à la fin de sa phrase. Il en avait déjà lancé suffisamment comme ça, il était inutile d'en rajouter et comme lui aurait dit Tinky, "tu vas la faire fuir si tu continues". Il se contenta donc de plonger son regard dans celui d'Amy, et se rappela combien il aimait ces yeux jadis.

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Jeu 31 Oct - 11:06




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler

Pourquoi m’étais-je excusé d’une chose aussi banale envers mon mari alors que je refusais catégoriquement de m’excuser de ma bien plus grave faute? Je l’ignorai moi-même, mais je resta de glace, froid comme la mort, tout en me relevant, époussetant ma robe de manière mécanique: car je savais dans ma tête qu’à l’époque de mon vivant, elle aurait été couvert de poussière. Tout en faisant cela, Felix se redressa lui-même. Son expression de dégoût n’avait pas échappée à mon regard. Voyez à présent comment le destin nous a détesté! Même mon toucher le répugne…comment faire autrement au vu de ma sombre texture du diable. 

Felix: T'en fais pas, va. Tu ne t'es pas excusée quand tu lui as sucé la queue, à Rockwood, je me trompe?

Mon dieu, non! Jamais je n’ai fais une chose pareille avec lui…justement. C’était bien pour cela que je m’étais enfui. Un amour platonique aussi fort était ce que je croyais être l’avènement de grandioses aventures…mais si on en conclut par ce qu’ils se passaient maintenant…on ne pouvait qu’en déduire que cela était en effet de grandes aventures. Mais ce n’était que des cauchemars en ce manoir. Je voulu lui crier de toutes mes forces que je n’avais jamais rien fait avec lui, mais je n’eus pas le temps car le jeune homme lança d’une voix terriblement ocre:

Felix: Kaitlyn, tu peux me sortir de là ? Faut que j'aille retrouver ma fille. Enfin... Si c'est bien la mienne...

Bien sur que oui!! Tout en le regardant s’époussetait de la même manière que moi, il y avait à peine quelques secondes, je resta de marbre. Longue planche de substance fantomatique, il fallait que je parle, mais je me trouvais soudainement plongée dans une sorte de lointain souvenir. Paris…les lumières de la chambre sont d’une beauté à toute épreuve…je sors du lit avec une coiffure d’Ève tout en tenant dans ma frêle main celle du jeune corps de mon mari. On s’est marié il n’y avait même pas quelques heures. Tout était beau. Doux. Tendre et aimant, voilà comment se trouvait Félix alors que ses bras nus m’entouraient. Nous vivions le parfait bonheur à ce moment-là…j’aime tant ses cheveux en pagaille, ses joues fraîches et  son regard endormi. Relevant la tête vers celle de Felix, tremblante de toutes mes membres, je lui jeta:

Kaitlyn: Oui, c’est bien la tienne! Nous l’avons faite lors de notre lune de miel, comment peux-tu croire que j’ai pu te faire le moindre tort à cet époque!!

Je ne pouvais plus arracher mon regard à celui, terrifiant d’une ombre indiscernable. Je fis quelques pas pour  me remettre de mes émotions et me souvint d’un détail qu’il fallait à tout prix que je lui explique…ce détail serait inhumain de lui être soustrait. J’attendis une réponse de sa part avant de soupirer tendrement, un soupir que j’accentua en observant ma main transparente. Je pouvais voir les pieds de Félix à travers les tendons de mes doigts. Sans délicatesse, je plongea cette même main dans le plus profond de mes entrailles, cherchant à arracher la dernière âme qui me maintenait en vie sur cette misérable terre. 

Kaitlyn: Je…je n’ai jamais rien fait de tel avec Rockwood…Jamais de la vie! 

Une solution…une solution, je me devais de retrouver une foutue solution pour sortir mon mari de là! Une petite voix me murmura qu’un Gardien se trouvait dans les étages inférieurs…il ne suffisait que d’aller le chercher et…Mais bordel tu vas arrêter de penser des choses pareilles? Mais? Pas de mais, il nous faut trouver une véritable solution, il y a peut-être des centaines d’amnésiques et de déments à harceler jusqu’à la mort, mais celui-là ne pouvait être de ceux là. Il était à moi. Doucement, je traversa les barreaux du cachot. Rien ne me retenait à l’intérieur, quand bien même je pouvais me retrouver près de lui, rien n’était imaginable entre nous deux. Ce qui était mort à l’intérieur était également mort à l’extérieur. Tournant le dos à Felix, je murmura:

Kaitlyn: Je peux effrayer l’un des imbéciles de ce manoir pour qu’il aille chercher la clé et te libère.  

Me retournant à moitié, je garda suffisamment de distance pour l’observer sans dévier de ma place. Je planta intensément mon regard dans ses yeux de ténèbres, dans ses iris dont j’avais cent fois rêvé avant de mourir. 



Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Jeu 31 Oct - 15:53





"Comment peux-tu croire que j’ai pu te faire le moindre tort à cette époque ?" Cette phrase résonna longtemps aux oreilles de Felix, n'ayant pas du tout l'effet escompté sur lui. En effet, au lieu de le rassurer quant à sa paternité, elle le faisait réfléchir. Quelque chose sonnait faux. En fait, c'était surtout la dernière partie de la phrase qui le dérangeait. "À cette époque." Tinky se posa alors sur son épaule et le regarda d'un air entendu, cherchant à savoir si son compagnon avait compris le défaut de la phrase. Le dément se contenta de froncer les sourcils, n'arrivant pas à mettre le doigt sur la subtilité. "Il n'y a pas eu que Rockwood." Il tourna la tête vers le moineau qui fixait Amy avec un air encore plus dégoûté que celui du prisonnier. Ce dernier haussa les sourcils, légèrement sceptique. "On parie ?". Alors le jeune homme se tourna vers elle et dit docilement ce que Tinky lui avait implicitement demander de faire.

- Ah, parce qu'il n'y a pas eu que Rockwood ?

Felix parlait mécaniquement, disant presque au mot-à-mot ce qu'avait dit Tinky. Le dément avait une désagréable impression depuis qu'Amy lui était tombé dessus. Le contact avec les membres fantomatiques l'avaient frigorifié, mais depuis que leurs lèvres s'étaient "touchées", il ressentait quelque chose d'étrange, une sorte de chaleur au niveau du cœur. Alors que Felix se sentait de plus en plus troublé, ne comprenant pas ce qu'il lui arrivait, le moineau sur son épaule commença à s'agiter nerveusement. "Non, pas lui... Va-t-en !" Le dément pencha sa tête sur le côté opposé de Tinky pour épargner son tympan d'une nouvelle saute d'humeur de l'animal. C'était un comble, sa folie était en train de devenir folle à son tour. Sentant la migraine se poindre, il se massa lentement les tempes, comme il avait l'habitude de le faire. Il entendit alors la voix d'Amy qui lui avouait n'avoir jamais rien fait avec Rockwood. Felix ricana encore une fois d'ironie avant de secouer sa tête de droite à gauche d'aberration. Cette histoire devenait de plus en plus pathétique. Il voulut lui dire un "tu es tombée bien bas", mais se ravisa, même si Tinky le poussait. Elle proposa alors d'aller faire peur à un Gardien pour récupérer la clef. Cette fois-ci, Felix ne put se retenir et il éclata de rire. Il rit tellement que son diaphragme finit par lui faire mal et il dut se plier en deux. Ce fut limite si il ne s'était pas écroulé par terre. En effet, ce qu'il trouvait de comique était l'image qui lui était venue en tête : Amy s'approchant d'un Gardien en lui faisant "bouh !" D'ailleurs, il ne se fit pas prier pour imiter sa vision à son interlocutrice. D'un air qu'il n'arrivait pas à faire sérieux, il dit, avec la gestuelle clichée des fantômes :

- Booouh ! Donne-moi les clefs ! Ouuuh ! Je suis méchante...! Tremble, misérable mortel !

Il pouffa de plus belle. Il se tint au mur cette fois-ci, pour conserver son équilibre. Il finit par s'étouffer de rire et fut pris d'une violent quinte de toux. Quand il se redressa en grognant, presque en sueur, il arborait toujours son sourire moqueur et regarda Amy de ses yeux rieurs.

- Sérieusement ? Tu devrais le sauter, ce serait plus efficace. (Il marqua une pause.) Ah merde ! Tu peux plus ! (Il ricana encore.) Ou sinon, je me le fais, qu'est-ce que tu en penses ? Tu pourrais me donner des conseils comme ça, non ?

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Ven 1 Nov - 17:22




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler

La phrase que j’avais cru utilisé pour calmer Felix n’avait en fait qu’augmenter son dégoût envers moi, il semblait parler à une entité invisible qui lui répondait. Au vu du comportement de mon ancien aimé, je n’aurai pas douter une seule seconde que celui-ci eu perdu l’esprit. Cela me chagrina quelque part en dedans mon cœur. J’eus encore au souvenir de mon âme une parcelle d’image saignant comme holographique devant mes yeux, là où se trouvait le corps de Felix, je voyais mon véritable mari. Véritable…mais pourquoi celui-ci aurait-t-il changé? Ce n’était que par ma faute qu’il était devenu ceci. Je n’était qu’un monstre me complaisant dans mon égoïsme. Autrefois déesse de beauté, je tente de mener les gens à la mort et de tuer Rockwood dans l’espoir de retrouver une partie de ma supériorité d’autrefois…je crois que tout cela est évident.  Lorsqu’il me demanda s’il n’y avait pas eu que Rockwood, je n’eus le courage de lui répondre, serrant puissamment les poings entre mes ongles. 

Felix:  Booouh ! Donne-moi les clefs ! Ouuuh ! Je suis méchante...! Tremble, misérable mortel !

Il tentait pitoyablement d’imiter un fantôme de bas-étage, ceux que l’on voit caricaturer dans les mauvaises comédies des théâtres miteux. Je ne pus rien répondre tant ma rage commençait lentement à prendre le pas sur ma peine. Comment ose-t-il…ne se rends-t-il pas compte que c’est en parti pour expier ma faute envers lui que je me suis donnée la mort? Que je ne croyais plus jamais…non…oh Sainte Marie, je sais que je n’ai jamais été digne de votre pure virginité que j’ai souillé loin de vos règles intemporels, mais si vous pouviez me donner la force de me lever contre mon péchée…l’affronter et le vaincre. Donnez-moi la possibilité de racheter mes fautes, d’accomplir ma mission sur terre et de repartir reposer en paix…Il était littéralement en train de mourir de rire, s’étouffant avec sa propre bêtise. Lasse de le voir ainsi, blessée jusqu’au plus profond de mon orgueil, j’éructa:

Kaitlyn: C’est ça…rigole, étouffe toi avec le dernier rire que tu auras probablement jamais au fond de ce manoir putride…

Il n’avait pas l’air de vouloir s’arrêter…c’était peut-être son tout premier rire depuis qu’il était entrée dans ce manoir. Mais à l’entendre ainsi s’esclaffer des efforts que je faisais pour l’aider, et de la douleur que je ressentais, mon cœur se saigna jusqu’au sang, à blanc, je voulu l’étriper, lui hurler dessus que tout cela n’avait aucune importance, que je l’avais toujours haï toute ma vie et qu’il fallait à présent qu’il meure à son tour pour  la boucle soit terminé. Mon sang mort voulait couler de tout son corps brûlant. Encore une parole de lui, et j’ignorai royalement ce que j’allais faire de sa misérable existence. J’avais envie d’avoir le pouvoir des Brutes, de le défoncer de toute son rire jaune comme la pisse. Je voudrais posséder le pouvoir de déformer mon visage, le rendre hideux et monstrueux, la gueule pleine de dents pour qu’il puisse comprendre la vérité sur mon âme. 

Félix: Sérieusement ? Tu devrais le sauter, ce serait plus efficace. (Il marqua une pause.) Ah merde ! Tu peux plus ! (Il ricana encore.) Ou sinon, je me le fais, qu'est-ce que tu en penses ? Tu pourrais me donner des conseils comme ça, non ?

Cela en était définitivement trop pour mon esprit maltraité et démoralisé. Un pincement brutal au cœur scinda mes espoirs en deux. Ce sentiment étrange me lacérant le visage et la surface du cœur, ce bizarre petit retournement dans le ventre alors que je voyais ton expression, cette même expression de souffrance que je cache en ce moment même en moi. Il n’est plus temps à l’expression de ce sentiment dont je n’ose prononcer le nom, il n’est plus temps non. Peine perdu pour cette être sans le moindre trait de sympathie. Doucement, je me retourna jusqu’à ne plus qu’être face à face avec l’être de mes cauchemars et je m’envola brutalement pour foncer juste devant son visage. La tête en avant, le bout de mon nez touchait à peine l’arrête de celui de mon mari, mes pieds touchant le plafond. Je durcis l’expression de mon visage tout en espérant que la rapidité brutale et surnaturelle de mon approche l’avait effrayé. 

Kaitlyn: Parce que tu crois que je suis la seule fautive dans tout cela? Je refuse de le croire! Si j’ai fait tout cela, c’était parce que j’avais mal en moi et que tu n’as jamais rien vu! Toi qui disais m’aimer, dès la naissance de NOTRE fille, tu n’as plus vu qu’elle! 

Je ne bougea pas d’un seul millimètre, concentrant mon regard bleu électrique pétrifiant dans celui de Felix. Je refusa à décrocher de mon expression facial d’intense haine et de souffrance sans nom.

Kaitlyn: Tu crois que j’ai abandonné la vie si facilement uniquement par vengeance? -mes pieds descendirent très lentement au sol, rendant ma taille plus raisonnable comparée à celle de Felix- …Tu te trompes…-je toucha la terre, me remettant verticalement à même pas deux centimètres d’écarts avec le corps de mon mari-…Je me suis suicidée également parce que je ne supportais plus mes erreurs. Je ne pensais plus jamais te revoir, donc je ne croyais pas pouvoir me racheter. Alors…je ne voyais plus de raison de rester en vie…alors j’ai voué ma vie à la vengeance…





Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Ven 1 Nov - 21:04





Felix serra les poings et la mâchoire quand Amy ne répondit pas à sa question. Elle l'avait trompé et pas qu'une fois. Sa rage contre cet être qu'il ne pouvait toucher commençait à remonter doucement en lui, faisant bouillonner son sang. Cependant, il avait conservé son sourire, transformant son visage en une sorte de rictus haineux affreux. Il avala avec difficulté. Puis, Amy tenta de l'effrayer avec ses pouvoirs fantomatiques. Felix eut un sursaut, et dans un réflexe, se plaqua contre le mur et recula sa tête le plus possible de celle de sa femme qui se rapprochait, menaçante. Puis elle l'accusa. Elle lui cracha que c'était sa faute à lui si elle était partie. Pour s'être occupée d'Emma. "Tu ne te souviens pas ? Elle était souvent absente, le soir." Suite à la remarque de Tinky, des fragments de mémoire lui revinrent petit à petit. Il était seul avec Emma, un feu brûlant dans le cheminée, la nuit étant déjà tombée. Amy rentrait tard le soir, elle avait du travail à terminer de son côté. Aucun souvenir d'une quelconque reproche. "Cherche pas, elle ne t'a jamais rien dit." Elle reprit la parole, plus calme cette fois-ci, disant qu'elle avait baissé les bras en étant restée coincée ici. Felix se mordit la lèvre inférieure avant de se mettre à crier plus fort qu'elle :

- Tu ne m'as jamais rien dit ! Comment voulais-tu que je sache que ça n'allait pas ! Tu t'es tout gardée pour toi alors ne me met pas ça sur le dos ! Et oui, j'étais peut-être plus proche de ma fille que de toi par certains moments, mais il fallait bien que quelqu'un s'en occupe, non ?! Et ne viens pas me dire je suis l'une des raisons de ton suicide !

Il eut subitement très mal à la tête si bien qu'il ferma pour tenter d'apaiser la douleur. Il ne savait pas d'où ce mal pouvait provenir. Il se massa alors les tempes, s'appuyant un peu plus sur le mur. Cependant, il réussit à lâcher dans un souffle un "Je pense qu'on va s'arrêter là puisque tu commences à ne plus être objective" d'une voix presque inaudible. Sa respiration fut encore déréglée. Quelque chose le dérangeait fortement, il culpabilisait presque pour ce qu'il venait de dire. "Oh non, pitié, Felix." Tinky lui reprochait de ressentir cette émotion à laquelle il n'arrivait pas à mettre une cause. Il se sentait affreusement mal. La tête lui tournait et il était pris de vertiges. Puis, une autre voix résonna dans son crâne et ce n'était pas celle du moineau sur son épaule gauche : "Demande-lui pardon, Felix."

- Pardon...

Tinky piaffa de rage en direction de son épaule droite. "Va-t-en ! Il n'a pas besoin de toi ! Felix, rattrape ce que tu viens de dire ! Le prisonnier se tenait maintenant le sommet du crâne, les paumes sur les tempes, le mal de tête de plus en plus intense. Il sentait déjà la sueur perler sur son front. Il posa un genou à terre en grognant de douleur.

-Non... Non... Oublie... Oublie ce que je viens de dire...

Ses oreilles sonnèrent douloureusement. Il tenta d'ouvrir un œil vers son épaule droite et vit un mulot le regarder avec un air joyeux. "Moi, c'est Wego, ravi t'occuper d'être maintenant à ta droite." Tinky répliqua mais Felix ne put l'entendre, l'audition parasitée par ses sifflements atroces. Il savait cependant que les deux entités de chaque côté de sa tête se livraient une joute verbale sans merci. Il réussissait cependant à comprendre certaines choses comme "on était très bien sans toi" ou "laisse-lui avouer ses sentiments" mais chaque bruit, chaque parole extérieur au son strident de ses oreilles se répercutait dans son crâne comme des coups de marteau insupportable. Même les yeux fermés, il sentait que tout tournait autour de lui. Puis, il prit ce qu'il pouvait de souffle avant de crier à l'intention de Tinky et Wego :

- Laissez-moi !

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Ven 1 Nov - 22:05




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler

Je fus ravie que mon petit coup de terreur avait fait son effet, et je respirai faussement à pleine gorgée son odeur de surprise. Entre cette émotion et la peur il n’y a qu’un pas, et je ne savais pas comment faire pour la franchir. Si j’avais pu avoir un couteau dans les mains…et si j’étais morte en me laminant l’estomac avec le ventre? Peut-être aurais-je pu le garder sur moi à mon décès? Cela aurait été beaucoup plus facile…Trop facile, trop facile, beaucoup trop facile pour moi, bien entendu. Une émotion en moi s’étranglait à ma gorge sans pouvoir en sortir. Pourquoi ne peux-tu pas dire tout ce que tu as dans le ventre, espèce de petite gourgandine! Tu n’as toujours été qu’une larve incapable d’avouer ce que tu ressentais, il a toujours fallu que tu pousses les autres aux premiers pas, pas étonnant que tu en sois arriver là avec ton mari. 

Félix: Tu ne m'as jamais rien dit ! Comment voulais-tu que je sache que ça n'allait pas ! Tu t'es tout gardée pour toi alors ne me met pas ça sur le dos ! Et oui, j'étais peut-être plus proche de ma fille que de toi par certains moments, mais il fallait bien que quelqu'un s'en occupe, non ?! Et ne viens pas me dire je suis l'une des raisons de ton suicide !

Pardon? Comment cela je n’ai pas le droit de te dire que tu as été une raison de mon suicide? Je ne comprenais pas cette version de parole venant de sa bouche.  M’éloignant d’un pas en arrière, je tenais un long regard de neutralité, d’incompréhension, tout comme si j’étais redevenu enfant devant un problème insolvable de mathématique. Devant moi, mon mari se massait les tempes comme si un problème se présentait devant lui. Ma voix se fit des plus fluettes, pour ne pas blesser une fois de plus sa colère, je n’en pouvais plus d’autant de violence. Elle s’était tellement accumulé en moi que je n’avais qu’une envie, descendre les étages pour reprendre mes droits supérieurs envers les amnésiques et autres misérables créatures de ce manoir. Pourtant, je sentais que quelque chose n’allais pas dans tout cela, aussi répondis-je:

Kaitlyn: Je suppose que…dire que je n’ai jamais réussi à vraiment parler de mes sentiments…avec qui que ce soit…ne va pas aider. Pourtant c’est vrai, les mots n’ont jamais réussi à sortir de ma bouche. Il m’arrivait de rester pendant des heures à la boutique de tissus pour me faire des scénarios en tête…mais…mais…mais…MAIS JE T’INTERDIS DE DIRE QUE TU N’ES PAS UNE RAISON DE MON SUICIDE!

Oh non. J’avais crié, ma voix a poussé trop fort mon larynx à ce moment-là, laissant s’échapper une fluette agitation dans mes paroles qui n’auguraient rien de bon pour la suite. Je n’arrivais pourtant pas à me calmer et poursuivit:

Kaitlyn: Je t’ai aimé, j’ai fait une erreur, j’ai regretté pendant des mois dans les égouts puants de ce manoir avant de me tué car j’avais perdu espoir de m’en sortir et de te retrouver.

Je ne trouvais rien d’autres à répéter que cette phrases, inlassablement tournée dans ma tête comme si je n’avais rien d’autres à dire. Mais en même temps, que pouvais-je dire d’autre? C’était la pure des vérités, celle que l’on arrachait aux bouches des futurs condamnés à morts en les torturant à la manière moyenâgeuse.  Pourtant il sortit d’une voix absolument rêche et douloureuse à mes oreilles qu’il valait mieux arrêter ici notre discussion car je n’étais plus capable d’objectivité. Pardon? Mais…je ne parvenais pas à croire que je venais de retrouver mon mari, que je venais de retrouver les liens qui me saignaient à blanc avec des sentiments que je ne voulais pas retrouver et qui pourtant s’imposaient à moi comme si je n’avais rien de mieux  à faire. Les morts n’ont rien à faire avec les vivants. Point, à la ligne, on range le rideau, on ferme la boutique et on retourne sous les caniveaux, plus chez sa famille. 

Félix: Pardon…

J’ai…je…quoi? J’ai bien entendu qu’il me disait pardon malgré tout? Est-ce ses impitoyables blagues à mon sujet dont il n’arrivait plus à porter le poids? Ma haine semblait s’être envolé comme neige s’effondrant au soleil de midi, même la neige la plus forte n’aurait pas eu raison de la magie de ce tout simple mot portée à mon cœur. Je n’en compris à peine la portée, mais le résultat me fut radicale. Si ce mot me faisait un effet si apaisant à mon âme…quel devrait-il sur lui qui avait…j’étais obligée de le dire…bien plus souffert que moi? Il me supplia d’oublier les paroles qu’il venait de prononcer, mais je ne le pouvais pas, je n’y arrivais pas. Ils étaient marqués au fer blanc contre ma cervelle et ne pourront plus jamais s’effacer. Ces mots dont la magie réparatrice avait nettoyé mon âme…je ne pouvais les laisser s’en aller. L’espace d’une seconde, j’étais emparée d’une immense colère, puis la haine, puis le regret, puis l’envie de meurtre, et voilà maintenant que je commençais à comprendre quelque chose. Un mot peut tout changer. Du moins c’est ce que j’espérais du plus profond de mon cœur. 

Je n’avais pas vu ni entendu le débat qui semblait se dérouler avec sa conscience. Mais il semblait vraiment désespérée par ce qu’il venait de dire. Alors qu’il demandait à je ne savais quel dieu de le laisser tranquille, je m’approcha lentement, le visage affligé, ne comprenant nulle mensonge.  Me mettre à genoux devant lui? Je l’avais déjà tant fait par le passé, pas réellement pour m’excuser…argh, Amy, ce moment là doit être une renaissance! Quel renaissance? Tu es morte imbécile! Qu’il t’excuse ou pas, tu resteras un fantôme dégoulinant, même s’il t’embrasse ou t’enfourne avec son sexe, compris? Non, toujours pas? Tu veux qu’il aille retrouver ton cadavre pour faire plus amples connaissances avec le toi de maintenant? Laisse tomber! ….d’une main hagarde, je laissa tomber toutes ces voix dans ma tête qui me suppliaient de rebrousser chemin. J’avança sans peine vers lui, il n’y avais que deux pas peut-être. Je me planta devant lui tout en plantant mon regard dans ses yeux, le suppliant d’une voix silencieuse, celle qui était cachée dans mon cœur. Mes mains se joignirent sur ma poitrine, mais je ne baissa point la tête, la gardant dans l’axe de celle de Felix pour lui enjoindre ma parole:

Kaitlyn: Pardonne-moi…





Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Sam 2 Nov - 1:49





Felix était désormais à moitié affalé sur le sol, le dos contre le mur, attendant douloureusement que sa fièvre passe. Il était en sueur désormais et avait cette désagréable impression que l'énergie que déployaient Tinky et le nouveau, Wego le mulot, à s'entre-tuer verbalement provenait directement de lui, l'ayant exténué en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Il ouvrit ses yeux et vit le visage d'Amy extrêmement proche du sien. Son regard s'arrêta sur les yeux de sa femme. Il devait l'avouer, ils étaient toujours aussi hypnotisant. Puis, tout se déroula comme au ralenti. Elle ouvrit la bouche pour prendre son souffle. Les deux entités sur les épaules se turent, retenant leur respiration. "Pardonne-moi." Felix en fut bouche-bée. Ses yeux fatigués fixèrent encore plus ardemment leurs homologues couleur saphir qu'ils connaissaient si bien maintenant. Il n'avait plus mal au crâne, il n'entendait plus un bruit. Il aurait pu rester des heures à se perdre dans ses iris comme avant. Mais cette pensée détruit l'accalmie qui s'était installée. Tinky piaffa une nouvelle fois. "Felix, tu n'y penses pas, voyons !" Il ne jeta pas même l'ombre d'un coup d'œil au moineau, trop occupé à retrouver ses pensées dans les yeux d'Amy et à prendre une décision qui serait sûrement décisive pour la suite des événements.

"Que te dis ton cœur ?" C'était une bonne question. Il n'en avait pas la moindre idée... Enfin si, il en avait une petite. "Et ta raison alors ? C'est quand même quelque chose d'important, la raison, non ?" Une étrange impression de déjà-vu s'empara à nouveau de lui. Ce tiraillement incessant entre le cœur et la raison. Pourquoi fallait-il qu'il prenne forcément parti ? Se retrouver à faire un choix alors qu'il avait une migraine aussi brusque que douloureuse qui lui martelait les tempes ? Et à la fin, qu'avait-il fait pour mériter pareil traitement ?Qu'aurait-il dû faire ? Ce qu'on avait attendu de lui était d'être un père et un mari irréprochable, parfait ? La perfection est cependant propre à chaque individu. Felix savait qu'il avait été imparfait mais il ne savait pas qu'il avait été assez pour se retrouver avec des hallucinations qui s'insultaient sur chaque épaule et sa femme devenue fantôme qui demandait de le pardonner. Il ne savait vraiment pas. D'un côté, il en avait envie, il voulait repartir tout à zéro, retrouver une vie heureuse comme avant, de l'autre, on lui disait que ce n'était pas raisonnable après tout ce qu'elle lui avait fait subir. "Felix ! On ne peut plus lui faire confiance ! Et si jamais elle t'abandonne encore une fois, tu vas réessayer de te tuer ? Ne gaspille pas ta vie pour rien." Felix commençait à avoir la furieuse envie de les faire partir tous les deux, qu'ils sortent de sa tête pour lui foutre la paix. Il essaya de reporter son attention sur Amy. Il est vrai qu'elle l'avait trompé, et à plusieurs reprises apparemment... Sa fuite avait été odieuse aussi... Son comportement, méprisable. Était-elle vraiment sincère quand elle lui demandait son pardon ? Felix, ou plutôt Wego, avait envie d'y croire, tandis que Tinky disait plutôt un "rira bien qui rira le dernier" amer. Alors, il se releva un peu en titubant, sa tête tournant encore légèrement. Il reprit son souffle et s'épongea le front avant de répondre à Amy qui attendait patiemment sa réponse :

- Laisse-moi du temps, s'il te plaît...

Il tenta un petit sourire. Puis il fronça légèrement les sourcils. Pourquoi venait-il de faire cela ? Il allait passer pour un homme sans honneur qui se moque éperdument de la fidélité de son épouse. Honteux pour Felix d'avoir un tel comportement, Tinky avait déjà caché son bec dans ses ailes. Wego, lui, jubilait. Le Dément, quant à lui, ne voulait que du calme, sortir de cette cellule et faire en sorte à ce que cette étouffante histoire cesse.

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Sam 2 Nov - 10:28




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler

Il était retombé au sol sous la pression de quelque atroce conscience qui le torturait. L’avantage d’être un fantôme, c’est que votre conscience, vos émotions et autres choses insupportables, vous ne les sentiez pas physiquement sur votre corps. Au final, je me demande si cela est bien une chance. Pourtant, impuissante, je le regardais mourir à petit feu d’un trop plein de fièvre, il ne se sentait pas bien et je ne pouvais rien faire pour lui. Il fallait qu’il sorte de cette cage, de ce carcan lamentable dans lequel un Gardien l’avait enfermé. Ce n’était pas sa place, ce n’était la place de personne, sauf de mes ennemis et des gens qui m’ennuient. Un petit amnésique pris au hasard fera certainement un meilleur prisonnier que cet homme. Je retins mon souffle en le voyant se relever, s’épongeant le front tant il était couvert de sueur et murmurait:

Felix: Laisse-moi du temps, s’il te plait…

Mon cœur sembla se remettre à battre, comme si le sang confit de mes membres se remettaient à mouvoir au creux de mon sac d’os qu’était mon cadavre. Pourtant, je savais qu’il en était rien. Une morte restait morte, il n’y a que dans les romans d’amour que cela changeait. Doucement, je recula d’un pas avec un petit sourire, le plus doux que je pus faire, même je devais avouer que la phrase m’avait mis dans une intense joie, la plus incroyable que j’avais connu depuis un long moment. 

Kaitlyn: Oui, je comprends…

Je m’éloigna alors de la cage, mais me refusait à l’idée de le laisser attendre son destin ici. J’étais une morte bon dieu, une créature hors du commun, quelque chose de surhumain, pourquoi ne pouvais-je pas faire quelque chose? Pourtant, mettant mes mains en position de réflexion autour de mon menton et de mon coude, je fis quelque pas en marmonnant un mmh bien centré. Pourtant, je ne voyais pas plus de solutions que je ne l’avais fait au départ. Me remettant en direction de mon mari, je l’observa d’un regard inquiet avant de délicatement reculer vers la porte qui le maintenait en prison. Si quelque chose devait être observée, cela ne pouvait être que là. 

Kaitlyn: Je te promets que je vais te sortir de là!

Ce n’était pas car elle était un fantôme qu’elle devait se montrer inutile! Au contraire, en tant que créature une fois de plus supérieur, elle ne devait d’être la plus compétente! Toujours cette folie prétentieuse qui me parcourait comme un élan d’électricité, alors que mon bras se mit à traverser la porte. Il est bien plus facile de mourir que de vivre…j’aurai du le comprendre avant de m’affamer. Surtout qu’à présent je ne dirai pas non pour un petit ragoût d’oiseau. 

Quoi qu’il en soit, je me redressa de la porte en soupirant. Mon bras transparent se mit alors à glisser de la porte, rencontrer le cadenas, pour ressentir une intense chaleur à ce niveau là. Cette étrangeté me mit la puce à l’oreille et me fit me concentrer bien plus sur le cadenas. Il dégageait une intense énergie que je ne comprenais pas. Le retenait-on par une forme de magie? Je n’écouta plus les paroles de Félix, trop concentrée que j’étais par cette découverte. Caressant la surface de ce symbole de l’enfermement, je ne sus trop que faire. Mais une résonance massacra mon crâne entre mes doigts et le cadenas en fer. Que devais-je faire? 

Kaitlyn: Je crois…je pense avoir une idée…

C’était complètement contre-nature, jamais je n’avais pu imaginé qu’un fantôme pourrait faire cela, ni même dans mes rêves les plus fous ou les romans les plus incroyables. Pourtant j’approcha mon doigt plus en avant dans le cadenas, jusqu’à sentir l’énergie me bouillir littéralement sur la peau, me faisant grimacer de souffrance. Serrant alors brutalement mon poing sous l’effet de cette impitoyable douleur que je ne pouvais supporter, j’entendis un crac dans la matrice et retira mes membres. Que c’était-il passé? Le cadenas semblait s’être fissuré de partout, rendant alors facile son délogement pour une fuite toute en délicatesse. J’observa mes mains avec un immense sourire et l’offrit ensuite à mon mari, dans l’air d’une fille qui venait de découvrir une merveille.

Kaitlyn: J’ai…je ne comprends pas ce que j’ai fait, mais…tu vas pouvoir sortir! 





Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Sam 2 Nov - 14:39





Felix l'avait regardé faire, à tourner en rond pour l'aider à s'échapper. Il essayait de se concentrer sur sa femme pour oublier les deux entités qui n'avaient pas fini de se battre sur ses épaules. Il n'avait pas encore trouvé le moyen de les faire partir, et cela commençait profondément à le gêner et à l'ennuyer puisqu'ils étaient probablement la cause de son affreux mal de tête (qui avait diminué légèrement d'intensité). Amy passa alors la main dans la poignée. Puis il y a un bruit sourd et un ange passa. Même Tinky et Wego s'étaient tus. Le fantôme brisa alors le silence et Felix s'approcha de la porte avec des grands yeux incrédules. Il ne doutait pas de la véracité des propos de sa femme, mais tout cela lui semblait trop facile. Ses yeux se posèrent sur les restes de la poignée qu'il n'avait pas détruits dans sa folie et sentit l'excitation, accompagnée de l'anxiété, lui serrer les entrailles. Est-ce que cela avait vraiment marché ? Il posa sa main sur la porte en bois et retint son souffle avant de la pousser doucement. Elle ne bougea pas. Felix serra les dents et regarda ce qui l'empêchait de sortir d'un œil noir.

- Elle va arrêter de m'énerver celle-là...

Il recula d'un pas et lui donna un brusque coup de pied en son centre. Et la porte s'ouvrit, le cadenas tombant avec un petit cliquetis sur le sol. Il fit alors un petit "mmh !" bref et hautain à l'attention des restes brisés des morceaux de ferrailles qui jonchaient le sol. Felix sortit dans le couloir, sortant un "merci" au passage à Amy et inspira une grande bouffée d'air comme pour savourer sa liberté. Bon, l'air y sentait toujours autant la mort que dans sa cellule, mais il y avait un quelque chose en plus qui le rendait plus respirable. Mais sa joie fut de très courte durée. En effet dans son dos, il entendit des pas se rapprocher et une voix rauque l'interpeller. Felix se retourna et reconnut le Gardien qui l'avait assommé et mis dans cette cellule. Il était facilement reconnaissable, ayant une lame en guise de main gauche. La peau du prisonnier n'avait pas encore fait connaissance avec le tranchant de l'arme blanche mais après tout, ce n'était guère dans ses projets.

- Oh merde...

Le Dément ne demanda pas son reste et partit dans le sens opposé de son chasseur qui s'était bien évidemment élancé derrière lui. Le fuyard ne fit même plus attention aux deux entités et à Amy. Cette dernière étant morte, elle n'avait absolument rien à craindre. À chaque croisement entre les couloirs des cellules, il prenait une direction aléatoire. Il se retrouva alors dans un long corridor sombre où les quelques torches sur le mur ne suffisaient pas à avoir une visibilité correcte. C'est pourquoi il trébucha sur ce qu'il semblait être un tonneau. Il s'écrasa sur le sol et sentit une douleur vive dans son bras gauche : il était tombé sur un cercle de maintien brisé et s'était probablement ouvert l'avant-bras. Mais il n'avait pas le temps de penser à son petit confort et il se releva précipitamment. Cependant, il n'eut pas le temps de faire quoique ce soit qu'il se retrouva saisi par le cou et plaqué violemment au mur. Le Gardien resserra son emprise autour de la gorge de Felix. Ce dernier, à moitié étouffé, cessa de se débattre en voyant la lame de son chasseur s'approcher lentement de son visage. Il ne savait pas si Amy l'avait suivi mais il l'espérait profondément.

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Sam 2 Nov - 20:09




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler
Quel ne fut pas ma joie en voyant l’air dubitatif de Felix alors qu’il approchait de la porte que je venais aisément de déverrouiller par quelques magiques interventions de ma nature spectral. Il s’avança, palpa la porte tandis qu’elle semblait encore lui résister. Je n’avais aucune idée de ce que j’avais fait, mais l’important était que cela ait fonctionnait. Marmonnant quelque chose dans sa barbe qui n’existait pas, il s’éloigna alors de la porte et mit un grand coup qui fit tomber l’objet irritable. Cela me fit sursauter, car jamais je ne l’avais vu prendre une aussi grande force. Je l’avais connu si gentil, si aimable, timide, et le voilà qu’il avait tant changé…mais une chose ne changeait pas: caché sous une nouvelle apparence plus sévère, il était encore l’homme avec qui je me suis mariée. 

Le petit bruit qu’il fit me retourna tant il me montrait toute sa fierté, sa grandeur d’esprit, malgré que la folie semble s’être emparé de lui…par ma faute. Sortant de son maigre cachot, il fit quelques pas, semblant avoir oublié le monde autour de lui. Pourtant il m’attribua un maigre merci qui me réchauffa le cœur, ravie de voir qu’il n’était pas le dernier pour m’accuser, mais qu’il n’était également pas absent lorsqu’elle lui rendait service. Cela ravi mon être qui sortit également de la cage, tout en traversant les barreaux: je n’avais nullement besoin de porte. Mais c’est alors que de puissants bruits me déchirèrent les tympans. Sans que je n’eu le temps de me retourner, je me sentis traverser de toute part par un…par un Gardien! Il n’avait rien à faire pour moi, aussi le voyais-je courir après Felix, qui se retourna en criant un juron pour se mettre à courir. Mon rythme cardiaque se mit à pulser comme jamais. Clairement, tout simplement, j’avais peur pour lui. Me surélevant du sort, je commençais à voleter dans leur direction, tentant de suivre leur course.

Mais il n’y avait nul soucis à se faire, suivant le Gardien mal crassé et terrifiant de sa longue lame incrusté à son bras. Je m’accrochais à son dos, mais rien ne l’arrêtait! Que j’étais bien insignifiante dans ce monde de démons. Il coursait Felix comme s’il l’avait volé de son âme et ne voulait pas s’arrêter. Quand tout à coup, mon mari s’effondra au sol, trébuchant sur quelques sales débris lamentables. Je retins ma respiration, sentant mon souffle coupé court à mes émotions de folie et de peur. Le Gardien prit l’homme entre l’une de ses mains pour le remonter. Il lacéra une petite partie de sa joue, je n’arrivai pas à le croire. Ce sang qui ne m’appartenait plus, il lui coulait de sa joue! Cela brisa ce qui faisait que je me sentais bien pendant l’espace de quelques secondes. Je vis le Gardien sourire. Je le vis sourire. Il jouait avec mon mari. Il JOUAIT. Comme avec une vulgaire poupée. M’approchant avec force, je me mis à hurler:

Kaitlyn: NON! PERSONNE A PART MOI NE PEUT JOUER AVEC MON MARI!

Je tendis un bras dans sa direction tout en hurlant, une fulgurante explosion franchit mes membres et ma peau translucide pour rejoindre les tonneaux comme une flèche sanglante. Je bondis en avant tout en criant, les tonneaux se firent étrangement explosées et jaillirent contre le torse du Gardien, lui ébouillantant le corps, sa peau se fit liquéfiante et ses membres se mirent à trembler pour laisser tomber mon mari. Je m’approcha alors du Gardien et plongea ma main dans sa tête, celle-ci fut traverser par des ondes invisibles pour faire révulser les yeux de l’être abominable qui s’effondra en face du couloir, parmi d’autres cadavres de tonneaux. Me retournant avec force, je m’accroupis auprès de mon beau Felix pour observer la coupure qu’il avait à la joue. 

Kaitlyn: Ne t’inquiète pas…

Je leva un doigt pour caresser de son revers l’étrange plaie, ma texture humide et transparente nettoya la plaie, il me semblait absorber le sang qu’il me montrait. Pourtant, je savais que je n’étais peut-être qu’une éponge, et que ce sang n’avait rien ne m’appartenant. Délicatement, je continua à porter attention à mon mari. A quoi bon, espèce de traînée, rien ne vaut mieux que le sang qui coule, ton mari, s’il mourrait, retournerai auprès de toi dans le royaume des morts! Vous pourrez régner ensemble sur les vivants! Non. J’ai depuis trop longtemps gâchée la vie de celui que j’ai…je refuse de gâcher sa mort. Je me vengerai sur quelques abominables amnésiques traînant dans les ruelles sombres du manoir, couloir aussi froid que dallée de souffrance. 

Kaitlyn: Je ne devrais pas m’éloigner de toi tant que tu ne seras pas en sécurité…

Le regard hagard et le souffle court, je passa rapidement mon doigt pour essuyer une dernière fois ma sale texture pour me relever au ralenti. Le cadavre du Gardien semblait me sourire, peut-être se moquer t-il de moi à travers sa mort, après tout…une morte amou…non. 




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Hey, What Did You Expect ? [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Cachots :: Mémentos Retrouvés-