AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Hey, What Did You Expect ? [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Mer 30 Oct - 12:32





Felix se réveilla en sursaut. Il était allongé sur un matelas d'une épaisseur pitoyable dans une petite salle humide et en pierre, dont le sol semblait être de la terre. Pas de doute, il se trouvait dans les geôles. Ce n'était guère étonnant, d'ailleurs, puisque son dernier souvenir était un Gardien qui l'assommait. Il soupira tout en se levant péniblement. Son dos lui faisait atrocement mal, tout comme son cou et son bassin, et en se fiant à l'intensité de la douleur, il pouvait estimer la durée d'inconscience entre cinq ou six heures. Il se dirigea vers la porte de la cellule et tenta de l'ouvrir. Elle ne bougera pas. Il se retourna donc vers l'intérieur de la pièce pour regarder ce qu'il avait à disposition pour tenter de crocheter la serrure. Il n'avait que son matelas et un sceau vide qui devait faire office de pot-de-chambre. Il donna un coup de pied au récipient en fer rouillé en soupirant. Il fit alors les cent pas pendant quelques minutes cherchant une solution. Il se mit à tâter les murs, nourrissant l'espoir de trouver une pierre qui se serait détachée des autres. Au bout de dix minutes, ce petit jeu l'ennuya profondément et il cessa.

Tinky se posa alors sur le rebord de la lucarne à barreaux dans la porte et le regarda faire avec un air à la fois amusé et attristé. "Tu sais bien, pourtant que chaque cellule a une faille quelconque. La serrure, les barreaux, les murs, ... Faut juste chercher un peu." Felix haussa les épaules avec indifférence. Il connaissait déjà les informations que le moineau venait de lui confier mais visiblement, tout était en état dans cette cellule. Peut-être que Rockwood avait entrepris de faire des travaux ? Si c'était le cas, il se retrouvait dans un sacré pétrin, pris au piège. Mais il n'avait aucune envie de se retrouver aux mains des Scientifiques, il ferait donc tout pour se libérer. Dans le pire des cas, il tenterait le tout pour le tout quand il serait transféré en salle de torture. En attendant, il se rapprocha de la lucarne et regarda à travers les barreaux. Quelques torches éclairaient le couloir de leur lumière jaunâtre et irrégulière si bien que l'on pouvait voir presque clairement. Il tenta de regarder dans la cellule en face de la sienne, mais n'aperçut personne. Pourtant la porte semblait être verrouillée... Quoiqu'il en soit, aucun Gardien ne semblait rôder dans les parages, les autres prisonniers étant légèrement bruyants. C'est alors qu'il vit au fond d'une couloir une silhouette qui se trouvait hors d'une cellule ! Cela semblait être une femme, familière dans les confins de la cervelle de Felix. Scientifique ou pas, il ne devait pas laisser cette chance passer :

- Hey ! Toi là-bas, viens m'aider ! S'il te plaît ! Hé ! Ne t'en va pas !

Tinky se posa alors sur son épaule, épiant la suite de la scène avec intérêt. "Tu vas la faire fuir si tu continues comme ça...". Le moineau avait toujours se même air amusé mais peiné d'avoir autant de pitié pour son ami qui agitait maintenant la main hors de sa lucarne.

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  


Dernière édition par Felix J. Adler le Jeu 31 Oct - 9:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Mer 30 Oct - 13:21




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler

Depuis combien de temps j’errai ainsi dans les couloirs sombres de ce cachot aux relents de puanteurs et de cadavres? Je n’en avais absolument aucune idées et je ne souhaitai pas le savoir. Mes canines se redressaient à l’idée de quelques vaines créatures à effrayer et j’étais venue voir en ces lieux si l’une de mes connaissances ne s’étaient pas perdus jusqu’ici. Hier, j’ai mené une imbécile jusqu’à un Gardien peu amicale, je me demande si elle s’est retrouvé ici. Peut-être est-elle déjà dans les mains des Scientifiques, Dieu merci je n’y ai jamais eu recours. Peut-être est-elle en salle de torture. Pourquoi je n’entends pas de hurlement alors? Cette non-moins délicieuse musique retentissant dans mes oreilles comme la réalisation d’une mission. Pourquoi faisais-je tout cela? Oh, par ennui je suppose. En devenant une morte, je pouvais à présent traverser les murs car mon corps n’était plus matérielle. En devenant une âme errante, je pourrai également légèrement léviter entre le sol et le plafond, je me plaisais à utiliser ses capacités pour faire peur à mes victimes.

J’eus la sensation qu’en remplissant le rôle d’un Gardien -à peu de choses près-, je pouvais devenir une fidèle soldate de Rockwood, et peut-être m’appellera-t-il à lui un jour. A ce moment là, je serai prête pour lui trancher la gorge de la meilleure façon que je pourrai faire. Libérer de ce démon, nous pourrons tous fuir. Délicatement je sautilla avec un amour dégoûtant entre les marches qui descendaient vers le cachot. La respiration d’un homme vint à mes oreilles fantomatiques. Ainsi un être avait réellement fait la mauvaise rencontre d’une créature servile et bestiale. Passant dans un couloir, je m’apprêtais à rendre mon séjour écourté dans les cachots -je savais qu’une personne y était et allait vivre un calvaire, que pouvais-je faire d’autres à mon bonheur?- mais ce fut alors qu’une voix me cloua sur place. Cette voix fut comme un poison dans mes veines:

Prisonnier:  Hey ! Toi là-bas, viens m'aider ! S'il te plaît ! Hé ! Ne t'en va pas !

Non…je ne peux pas connaître cette voix. Peut-être était-ce un ancien amant dont j’aurai retenu le timbre de voix. Pourtant quelque chose en moi me déchirait intérieurement…non, c’est impossible. Mes sourcils se froncèrent encore plus que d’ordinaire et je rendis mon regard d’un luminescence spectrale quasi-terrifiante. Je me suréleva alors du sol pour devenir une ombre volante et remonta mes babines dans le but d’horrifier cet homme qui m’avait intérieurement fait mal, bien que j’ignorai pourquoi. Je navigua sur le sol comme un véritable fantôme, ce que j’étais dans le fond, et me mit brutalement face à mon perturbateur. Quand soudainement mon cœur se lâcha, si je n’étais pas morte, j’aurai probablement été tuée sur le coup. Mes sourcils se relâchèrent et mes babines tombèrent, pourtant mes pieds pendaient toujours misérablement à au moins vingt centimètres du sol. Je suis certaine qu’il peut voir le cachot d’en face à travers ma peau et mes vêtements. Sans prendre le temps d’identifier clairement mon interlocuteur, je recula de quelques mètres, les larmes aux yeux s’il en est possible pour une morte. Félix se tenait devant moi, bien vivant, et malgré les peines que le manoir lui avait infligé, son aura n’avait pas baissé d’une plume. Une explosion d’émotion revint en moi…mais la pire me vint plus forte que les autres. Serrant les dents et les yeux, je me mis à mordre mes poings entre eux et me baissa en criant:

Kaitlyn: POURQUOI TU ES REVENU? POURQUOI?! 

Il était vivant. Un avenir devant lui, il saurait se défendre pour s’en sortir. J’étais morte. Mon avenir était derrière moi et je ne vivais plus que pour la vengeance. Mais plus que cela encore, sa présence me rappelait éternellement ma faute, mes pêchés et ce que j’avais fait pour en être là. Le regret est le pire de supplice et c’est pourtant ce que sa présence en face de moi m’infligeait. J’aurai voulu faire exploser tout objet devant moi, mais je n’avais pas de corps, tout ce que je pouvais faire, c’était me replier sur moi-même tout en criant pourquoi. 




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Mer 30 Oct - 15:12



La jeune femme flotta rapidement jusqu'à sa cellule. La seule chose que ressentit Felix fut de la déception. Sa sauveuse était décédée, donc un fantôme, donc immatérielle, donc parfaitement inutile. Le visage de la morte ne lui était indifférent puisqu'il s'agissait d'Amy, sa femme, qui avait disparu avec leur fille, il y a de cela quelques mois. Machinalement, ne prêtant guère d'attention à l'expression déconfite de la jeune femme devant lui, il lui dit sur un ton des plus neutres :

- Oh, c'est toi.

Tinky sur son épaule le regarda avec une expression ahurie et profondément outrée. Felix tourna la tête vers lui avec haussant les sourcils avec indifférence, se demandant pourquoi tout le monde avait l'air si choqué. De plus, la question qu'Amy criait était parfaitement ridicule puisque que pour être revenu, il fallait déjà être parti, ce qui n'était pas son cas. Puis, il se souvint. Et son visage passa du neutre à une fureur naissante. Il fixa alors ses yeux presque totalement exhorbités sur elle, sa respiration devenant de plus en plus vive, contractant ses narines, relevant légèrement les babines tel un animal, tout en gardant ses lèvres scellées. Son corps s'était raidi et ses poings s'étaient serrés tandis que son cœur brûlait d'une douleur sentimentale intense. Cette fois-ci, pas de combat intérieur. Le palpitant furieux et la raison meurtrie s'étaient alliés pour un seul et même but : se venger, la punir. Tinky s'envola, Felix grogna. Il se jeta sur les barreaux de la petite lucarne et les secoua de toutes ses forces pour les faire céder. N'y parvenant pas, il se rabattit sur la poignée qu'il brisa finalement. Le morceau de ferraille dans le poing, il lança son projectile sur Amy même si cela n'avait aucun effet physique sur elle. Il fit volte-face et s'avança un peu plus dans sa cellule. Avec ses dents, il tira sur un bout de peau morte sur les lèvres. Il finit presque par se manger littéralement les lèvres à force de les couper avec sa dentition. Ses yeux se posèrent alors sur le sceau qu'il prit avant de le projeter sur la porte avant de tenter d'enfoncer celle-ci avec son épaule. Il recommença à plusieurs reprises avant de s'arrêter, son épaule esquintée demandant grâce. Il recula de quelques pas avant de se prendre la tête entre les mains. Il se plia en deux en poussant en cri de rage et de douleur. Il revint ensuite à la charge sur la porte. Il frappa les barreaux de la lucarne avec son poing, s'écorchant les phalanges au passage avant de recommencer deux trois fois de plus. C'est alors que, tout essoufflé, il lui lança sur un ton qui témoignait de sa folie :

- T'es morte, hein ? Bien fait pour ta gueule ! Connasse !

Puis il recula encore dans l'ombre de sa cellule et se mordit les doigts jusqu'au sang, s'appuyant sur un des murs, les larmes aux yeux, tremblant de tous ses membres. Il fixait toujours Amy de son regard de dément qui ne l'avait pas quitté un seul instant. Le front en sueur, le poing en sang, la lèvre ouverte et l'épaule écorchée, il dit alors d'une voix brisée mais étrangement calme :

- Brûle en Enfer.

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  


Dernière édition par Felix J. Adler le Jeu 31 Oct - 9:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Mer 30 Oct - 18:33




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler
Oh, c’est toi. La réaction la plus misérable que l’on ait pu me faire. Ou était passé l’homme que j’avais épousé derrière tout cet monstrueuse réaction? Il était si vide de lui-même que j’avais envie de l’étrangler pour le faire réagir. Mais soudainement, il tourna la tête en haussant les sourcils d’une manière si désinvolte qu’il me semblait devenir folle. Les mains sur mes joues, je savais que je ne pouvais pas me traverser moi-même, quel dommage car en cet instant je me serais arracher le cœur dans une rage intense.  C’était une souffrance que je ne comprenais pas moi-même qui me saisissait en cet instant. Pourquoi tant de douleur? J’étais partie, je devais l’assumer. Pourtant…

Brutalement, il fixa ses profonds yeux vers moi et je crus y voir une ombre du Diable, ils s’exorbitèrent sur moi alors que son visage se transformaient peu à peu en une expression de rage pure. Celle que j’ai pu avoir il y a seulement quelques minutes, mais décuplé au centuple. Je voulu m’avancer, mais pour faire quoi? Je sentais en moi-même l’envie de le tuer pour effacer l’horreur que j’avais commis. Ce fut à ce moment là que Felix releva les babines à ma manière de mon vivant quand je voulais faire fuir une créature et que son corps se mit à tressaillir de force. Il se mit à grogner et à revêtir une telle apparence que j’en pris peur, jamais je ne l’avais vu mourir d’une telle énergie au creux de son cœur. Jamais il n’avait montré la moindre haine envers moi, la moindre colère.

A présent, le jeune homme à la mèche blanche se relevait et voulut fracasser ses barreaux contre ses poings, risquant même de se blesser avec la chair rouillée des barreaux. Il brisa entre ses poings une poignée de fer qu’il me jeta en travers de la figure. Celle-ci traversa ma peau, mon cerveau, tous mes morceaux de chair, d’os et de sang à présent mort pour retomber contre les barreaux du cachot d’en face. Mon corps lévita légèrement en arrière, jusqu’à ce que la force mentale me manque et me fit brutalement tomber au sol. Mes genoux sombrèrent, étalant autour de moi ma robe rouge, celle avait laquelle j’étais morte. Mes mains retinrent le reste de mon corps pour qu’il ne tombe pas. Je leva la tête dans une expression de pure douleur, c’était la première fois qu’il voulait me faire du mal. Ses hurlements transpercèrent mon âme en dedans, s’il ai possible que j’en ai encore une. D’une expression transpirant la folie, il me cria:

Felix: T'es morte, hein ? Bien fait pour ta gueule ! Connasse !

Je…je n’avais nulle mot à répondre, ma douleur me suffisait à mourir une deuxième fois. Relavant la tête que j’avais baissé sous le coup de l’insulte, je me mis à frémir de rage…je n’étais pas la seule coupable dans tout cela. Qui n’a pas vu que je m’éloignais doucement des sentiments que j’avais au départ? Qui n’a pas été capable d’appréhender notre couple pour qu’il ne sombre pas dans le chaos? Mon mari n’avait jamais rien vu de tout ce que je ressentais en dedans, il ne voyait que mon apparence! Que ce que je voulais bien lui montrer!! Mes yeux se refermèrent pour entendre sa dernière sentence:

Felix: Brûle en Enfer.

Cela en était trop pour mon cœur sans aucun battement! Je me redressa de toute ma hauteur, voulant dominer encore une fois mon pauvre mari de toute ma hauteur. Je ne pus pourtant lui arriver plus haut que le sommet de sa tête, me contentant donc de ma taille. Je n’avais plus assez de force pour activer mon pouvoir de la lévitation comme tout bon fantôme. Je m’approcha donc à la manière de chaque être vivant tout en fronçant mes sourcils. Ma douleur et ma haine se rapprochèrent mutuellement pour forcer un seul sentiment que je voulais plus fort que tout…plus fort encore que les restes d’un sentiment perdu que je voulais à tout anéantir jusqu’au dernier point de ma souffrance. Non, si je laisse ce sentiment gagnait sur moi, ce serait la fin de tout. Je n’avais pas le droit de penser à ce sentiment, je suis morte et j’ai mérité de l’être. Plantant mon regard dans celui de l’être que je…je l’observa quelque minutes en silence et je lâcha comme une révocation:

Kaitlyn: Qui de nous deux est le plus chanceux ici? Personne ne peut me faire de mal maintenant. Tu veux que j’aille chercher un ou deux Gardiens pour leur dire que tu fais de la nuisance sonore à mon pauvre sommeil de morte? 

J’avança encore jusqu’à transpercer les barreaux pour me mettre directement en face de lui. Son souffle arrivait encore jusqu’à moi, je pouvais encore le sentir. Des souvenirs me revinrent sans un mot, sans un son. Des souvenirs si vieux qu’ils me firent monter les larmes aux yeux. Je garda pourtant un regard implacable. 



Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Mer 30 Oct - 19:51





Amy traversa alors la porte que Felix tentait à tout prix de traverser avec une facilité déconcertante. Son regard faisait maintenant preuve d'une rage sans nom qui, cependant, n'atteignit pas le cœur du prisonnier. Puis, elle le provoqua, le nargua, le menaça. Il ne changea pas son regard, inspirant toujours la même folie. Il la méprisait, il n'avait pas d'autres mots. Au fur et à mesure que des images du passé lui revenaient douloureusement en mémoire, il avait de plus en plus envie de l'étrangler, de la faire souffrir comme elle l'avait fait avec lui. Il leva ses mains à la hauteur de ce cou qu'il avait tant aimé. Le seul désir qu'il éprouva, contrairement à celui de ce souvenir qu'il lui trottait dans l'esprit, fut de lui rompre la nuque. Ses mains se joignirent pourtant devant lui en se tordant nerveusement. Sa femme était sacrément gonflée de lui parler comme ça après ce qu'elle lui avait fait subir. Elle était partie. Lâchement. À l'anglaise. Sans un mot. Emportant leur fille avec elle. Et pourquoi ? Felix se souvint d'avoir longtemps réfléchi à la question et peu de solutions s'étaient proposées à lui.

- Chanceux, hein ? Au moins, je peux toujours aller baiser la femme de ton amant ! T'es sûre que ça va pas te manquer, de ne plus pouvoir écarter les cuisses pour qu'un autre que moi s'y mette ?!

Sa rage avait atteint un paroxysme. À tel point qu'il fit quelque chose qu'il n'aurait jamais imaginé faire auparavant. Il lui cracha au visage, signe suprême de l'humiliation et du mépris. Tout son corps tremblait. Il était furieux que les larmes montèrent à ses yeux et commencèrent à couler sur ses joues. Puis son expression changea radicalement. Ses muscles se détendirent et parut beaucoup plus calme. Il releva le menton de fierté, l'eau s'écoulant sans retenue sur son visage. Il ne la méprisait pas seulement, elle le dégoûtait. Tant de haine, d'égoïsme et de cruauté dans ce qu'elle avait accompli : briser la vie de son mari et de sa fille pour son propre bonheur, animé par une raison qui lui était encore inconnue. Et afficher tant d'arrogance et de fierté face à ce Felix qui venait de la revoir après huit mois était le summum de l'hypocrisie. Elle faisait encore preuve d'un ego disproportionné alors que le commun des mortels se seraient rouler dans le boue, couverts de honte.

- Tu me répugnes.

Cette phrase avait eu du mal à sortir. Soit parce que tout au fond de lui, il essayait de taire un sentiment enterré avec le départ d'Amy, soit parce qu'il avait sérieusement envie de vomir. Peut-être les deux, qui sait ? Sachant que la situation devenait critique pour l'équilibre précaire de l'esprit de Felix, qu'il risquait de se blesser plus qu'il ne l'avait fait déjà, Tinky se posa sur son épaule. "Le feu et l'eau ne vont pas ensemble." Comme il s'y attendait, les yeux humides de son compagnon se posèrent sur lui, lui réclamant de l'aide. Le moineau prit son envol, le regard du prisonnier le suivant et ne le quittant plus, même après avoir disparu dans le couloir. Felix resta là, impassible, les yeux vides, rivés sur l'endroit où Tinky venait de disparaître. L'esprit s'était arrêté, évitant ainsi trop dommages physiques et moraux supplémentaires et dont on pouvait se passer.

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  


Dernière édition par Felix J. Adler le Mer 30 Oct - 22:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Mer 30 Oct - 20:34




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler
Un silence imprononçable suivit cette altercation qui ne pouvait être que l’œuvre d’un ultime drame au allure de sang. Si seulement mon cœur pouvait battre, il se serait briser en milles morceaux, car ces retrouvailles avaient un goût si amer et terrifiant que je m’en serait très bien passer. Sans Félix, je n’avais en tête que la vengeance, à présent j’avait le regret. Pourquoi étais-je si prétentieuse face à lui? Pour cacher ma honte, pour cacher cette émotion qui au fond de moi me lacérer le cœur, il me fallait être forte. Savoir qu’à jamais notre destin était scellé faisait pleurer mon âme. Je ne suis qu’un fantôme, mon cadavre devait être resté quelques parts dans le manoir, seul et sans chaleur. Silencieusement, je resta la tête devant lui, sans autre expression de visage qu’un air délabré. Ses mains montèrent doucement à mon cou pour traverser ma peau et se joindre dans des traits de rage. Il voulait m’étrangler. Me tuer. J’eus un petit rire jaune, car je savais que cela n’était plus possible. 

Félix: Chanceux, hein ? Au moins, je peux toujours aller baiser la femme de ton amant ! T'es sûre que ça va pas te manquer, de ne plus pouvoir écarter les cuisses pour qu'un autre que moi s'y mette ?! 

Le souffle me manqua, s’extirpant de moi avant que je n’ai pu prendre d’inspiration. Ma main se monta à ma bouche ouvert en un cri tandis que mes yeux se refermèrent en reculant d’un pas. Comment avait-il pu savoir? Des larmes fantomatiques sortirent de mes yeux pour perler en suspension dans les airs jusqu’à atteindre le travers du plafond. Je ne savais pas quoi répondre tant ma surprise et ma peur était de taille. Mon cœur se serra dans une douleur innommable et je ne puis plus respirer pendant une durée indéterminée. Déjà que mon corps n’avait pas besoin d’air, je sentais que respirer était resté un réflexe. C’est alors que le pire restait à venir: sans prévenir, Félix me cracha dessus avec toute la haine qu’il pouvait recourir. Toute sa souffrance, je la sentais me traverser à travers la bave qui me traversa sans me toucher. Une intense froideur me remplit alors, je ne pus parler, ma gorge se resserrait. J’avais mal quand j’avalais ma salive et ne pouvais rien faire. 

Felix: Tu me répugnes.

Tout en disant cela, il leva la tête dans un air de défi que je ne pus tenir. Doucement, je baissa la tête pour essuyer du manche de ma robe rouge l’endroit où aurait du me toucher le crachat de Felix. Je laissa tomber la haine de mon regard pour y transmettre alors toute la souffrance de mon ancien acte et répéta sans cesse, ma gorge s‘étant débloqué pour laisser apparaître une voix fantomatique à double tranchant:

Kaitlyn: Je…je me suis suicidée.

Pourquoi je lui avouais cela…était-ce pour montrer à mon mari que je regrettais mon geste? Peut-être, mais je n’avais nul pouvoir sur lui. Qu’importe ce qu’il pouvait dire ou faire, qu’importe ce que moi je pouvais, jamais il ne me reprendrais dans ses bras…Il pourra retrouver notre fille…vivre heureux avec une femme qui le fera pas souffrir…de nouveau caresser une gorge blanche, respirer un doux parfum féminin, embrasser une peau humide et dire je t’aime. Je connais Félix, je savais qu’il pouvait s’en sortir dans ce terrifiant manoir et que la liberté pouvait être un rêve réalisable pour lui. Moi…je n’étais plus rien. Je ne suis rien. Rien d’autre que la personnification maître d’une vengeance que je haïssais d’exister. 

Kaitlyn: Je me suis suicidée pour retrouver cet amant…pour le tuer. Le tuer. Le tuer. Le tuer. Je…j’ai…

Pourquoi je me mettais à répéter cela sans cesse? Je m’arrêta d’un coup, amenant une main à ma bouche entrouverte, mon regard se perdit sur le côté. FOUS LE CAMP BORDEL! HORS DE MA VUE DE MA VIE! ARRETE D’EXISTER ET DE RAPPELER MA FAUTE! Je ne pouvais avancer vers Felix, mais je n’arrivais pas non plus à reculer, ce qui signifier ramener Félix à son enfermement et sa solitude. Je resta donc immobile, observant ce qu’il restait à parcourir entre Felix et moi pour ne plus faire qu’un. NON. Je leva la tête, pour plonger l’océan de mes yeux dans les ténèbres de ceux de mon mari.





Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Mer 30 Oct - 22:35





Du coin de l'œil, il vit qu'Amy avait baissé la tête. Il semblait avoir visé juste avec son coup de bluff. Après tout, c'était pratiquement évident. Culpabilisait-elle ? Suite à ce retournement de situation, l'esprit de Felix n'avait plus besoin de se préserver puisque c'était celui-ci qui semblait mener la danse. Puis, sa révélation lui fit un quelque chose d'étrange dans l'estomac. Quelqu'un d'aussi fière qu'elle s'était donnée la mort volontairement ? Dans quel but ? À quoi bon ? Il se dit que de toute façon, chercher à comprendre la logique de cette femme devant lui était un excellent moyen d'attraper la migraine. Cependant, suite à sa révélation, il ne put s'empêcher de sortir un "Bon débarras" froid et mesquin, un sourire nerveux aux lèvres. Mais Amy ne s'en arrêta pas là. Non. Elle continua sa confession, avouant qu'elle s'était suicidée pour retrouver son amant et le tuer. Felix n'y comprenait plus rien. Pourquoi diable mourir pour retrouver quelqu'un ? Certes, devenir passe-muraille est beaucoup plus avantageux pour dénicher un fugitif mais comment comptait-elle enlevait la vie à son amant ?

- Tu peux me dire comment tu comptes faire pour le tuer, maintenant ? C'est un cardiaque et tu comptes le faire mourir de peur ?

Il eut un petit rire nerveux, chargé d'ironie. Au fond de lui, il aurait aimé savoir qui était son amant (peut-être pour mieux l'égorger lui-même) mais se retint de poser la question. De toute façon, il savait qu'Amy finirait par lui dire. Dans le pire des cas, il lui demanderait. Mais plus tard. Il était occupé au moment-même par un souvenir qui essayait de resurgir dans sa mémoire. Le mot "suicidée" avait réveillé  Ses yeux virent du vide sous ses pieds, le vent froid lui faisant monter les larmes. Il était sur un pont, une bouteille de vodka presque vide. Il avait encore trop bu. De toute façon, c'était l'une des seules façons qu'il avait trouvé pour oublier, pour alléger sa peine. L'alcool et l'opium. Mais cela ne lui suffisait plus. Il avait envie d'être libérer de cette insupportable douleur quotidienne. "Saute." L'horloger se retourna pour voir qui venait de lui dire cela. C'était un homme, mais il n'avait pas de visage. Felix se massa les tempes. Il haïssait ces retours en arrière qui ne comportaient pas tous les détails. C'était comme se réveiller au beau milieu d'un excellent rêve ou de terminer un libre qui se finissait sur un suspense. On veut en avoir plus, mais ce n'est pas possible. Mais il ne voyait toujours pas le rapport avec le fait qu'Amy se soit suicidée. Puis il ressentit une douleur vive sur l'avant bras gauche, comme si son corps essayait de communiquer avec son esprit. Une baignoire, la lueur d'une petite bougie, une bouteille de rhum vidée, l'odeur de l'opium, le couteau et son poignet nu et sans défense. Un éclat brillant, puis, du rouge et enfin, le noir. Felix venait de remettre les pièces du puzzle dans le bon ordre. Il se souvenait maintenant à quoi étaient dû ses cicatrices sur son avant-bras. Machinalement il passa la main dessus.

- Tu peux me dire comment tu as fait pour te suicider ?

Il releva sa manche, puis son bras, exhibant ses cicatrices sous les yeux d'Amy. Il sentait de nouveau la colère monter en lui. Il serra les dents. Il n'était pas seulement en colère contre sa femme, mais aussi contre lui. Avoir voulu se donner la mort pour une personne comme elle, qui n'avait aucun remord à tromper son mari et de l'abandonner.

- Parce que la dernière fois que j'ai essayé, ça n'a pas marché !

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Mer 30 Oct - 23:14




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler

Mon sang ne fit qu’un tour quand mes dernières paroles s’élancèrent dans les airs. Ah, non c’est vrai, je n’ai plus de sang. Mais ce fut tout comme. Je n’arrivais pas à retenir le flot de pensées en moi qui me criait de m’enfuir et de reprendre ma mort d’autrefois, vu que l’on ne pouvait plus dire ma vie d’autrefois. Même si des fois j’avais envie de pleurer pour revenir à ce temps majestueux où tout était heureux, je n’eus d’autres choix que d’affronter le regard intense de Felix. Malgré la folie qui s’était installée en lui, l’aura qui s’échappait de lui n’avait pas changé. J’aurai aimé pouvoir être aussi en colère contre lui, bien que je l’étais également, mais les choses devaient être clair; j’avais mérité ses paroles, et c’était moi la fautive. Le bon débarras dont il l’avait gratifié la tua jusqu’au plus profond de son cœur…il fallait l’avouer, avant leur rencontre, elle menait une vie de débauche amoureuse…même si…

Felix: Tu peux me dire comment tu comptes faire pour le tuer, maintenant ? C'est un cardiaque et tu comptes le faire mourir de peur ?

Ah…Je n’avais pas pensé à une telle chose…tellement concentrée que j’étais sur ma vengeance, je n’avais pas songée une seule seconde au fait que pouvoir être libérée des Gardiens et des Brutes ne pouvait nullement me permettre d’asséner quelques coups à cette enfoiré de Jeremiah. Relevant la tête un peu plus haut pour ne pas perdre la face, je lança tout en me surélevant légèrement du sol: 

Kaitlyn:  Je…j’aurai pensé à ce paramètre une fois que je me serais tenue devant lui! 

Un rire nerveux s’éprit de mon mari tandis que son regard se mit à se perdre loin devant moi, comme si je n’avais jamais existé. Pourquoi tant de souffrance entre nous deux…pourquoi a-t-il fallut que nos deux cœurs soient si unis pour finalement se disloquer lentement…Ma peine n’avait de peinture que le sang que l’on pouvait trouver aux quatre coins de ce manoir. Le visage de Felix était si douloureux qu’il me suffisait de le regarder pour mourir une énième fois dans mon cœur. Combien de fois avais-je osé répéter cela en ma tête depuis que je l’avais revu…je dois cessé ce massacre. Je dois arrêté de le regarder je dois m’enfuir! Me retournant doucement, je commença à m’éloigner avant d’être repris par sa voix sombre.

Felix: Tu peux me dire comment tu as fait pour te suicider ? 

Il était en train de se masser les avant-bras alors que je me retournais sans un bruit. Je n’avais pas encore eu le temps de dépasser les barreaux de la prison. Mais avant que je n’eus le temps de lui répondre, il releva l’un de ses manches et me montra dans toute sa splendeur son bras couvert de tâches. Je pus malheureusement remarqué ce que je redoutais entre tout: des cicatrices d’anciennes coupures. Des coupures d’où avaient suppurés de longs filets de sang…certainement pas dans le but de peindre une toile.

Felix: Parce que la dernière fois que j'ai essayé, ça n'a pas marché !

Soudainement, j’écarquilla les yeux tout en mettant mes mains devant ma bouche entrebâillée, une fois de plus. Je n’avais pas pris conscience de tout ce que mon acte avait fait subir à Felix, mais ma fierté m’empêchait de demander pardon tandis que ma tête se baissa…laissant une fois de plus couler des larmes chaudes, dont les gouttes se mirent encore à flotter dans les airs. Mais cette fois-ci, les gouttes se mirent à voler comme des perles pour atteindre les traces que Felix tenait encore devant moi. Délicatement, les larmes vinrent se poser sur sa peau et explosèrent pour recouvrir mystérieusement son bras d’eau salée. Je retins un cri à cette vision et figea tous mes membres qui retombèrent au sol, mes pieds me réceptionnant correctement. Il avait donc tenté de se suicider pour moi…à cause de ma fuite…à cause de mon erreur…

Kaitlyn: Je…je me suis affamée. Mais…oh Félix, pourquoi as-tu fait ça??!! 

Je me mis à tourner en rond dans la cellule, en vain. Je ne pouvais pas essuyer le mal que j’avais fait, mais comme j’aimerai tellement remettre tout à zéro pour pouvoir tout refaire. VA-T-EN! Remords dont mon cœur se saigne, laissez moi donc rejoindre les enfers, là où se trouve ma véritable place! Je n’ai rien à faire ici, j’ai fait trop de mal à trop de gens…ma fille est perdue quelques parts, mon mari me hais, j’ai failli causer sa mort et notre famille est détruite à jamais! Pourquoi, Ô Satan, ne m’amener vous pas dans votre demeure terrifiante? Qu’attendez-vous de moi?! Voilà ce que je pensa dans ma tête tandis que je marchais toujours les cents pas dans la cellule de Felix. Que faire pour arranger les choses…sans pour autant avoir à…dire pardon. 

Kaitlyn:…Je…rhaaa! Je n'ai jamais voulu ta mort!!! 

Dans un élan de rage, je me mis à frapper un des murs. Peine perdue, mon poing se mit à traverser les pierres sans aucune douleurs. Mon cœur s’écriait dans un bordel inimaginable et je ne savais que faire sur l’instant, perdu dans des sentiments que je ne comprenais toujours pas. 




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Jeu 31 Oct - 0:06





Felix remit sa manche en place avant de croiser les bras tout en regardant Amy subir sa rage contre elle-même. Il était un peu tard pour penser au mal que son acte avait pu causer, non ? Enfin, comme on dit, mieux vaut tard que jamais. Il attendit que sa femme ait fini d'essayer de se justifier étrangement. Elle n'avait pas voulu la mort de Felix ? Tant mieux, parce qu'il ne l'était pas. Puis, il finit par dire d'une voix remplie de colère mal dissimulée, mais d'un ton calme :

- C'est bête, hein ? Alors, pour répondre à ta question. J'ai fait ça par amour. Oui... Grossière erreur non ? Votre disparition m'était devenue insupportable. Surtout qu'à l'époque, je n'avais aucune idée de pourquoi vous étiez parties. J'ai fini par croire que vous étiez mortes puisque je n'avais plus de nouvelles.

Ses yeux se posèrent alors sur la porte cassée de sa cellule. Il n'avait toujours pas trouvé de moyen de sortie. Un nouveau fragment de mémoire lui traversa l'esprit. Cela faisait trois jours qu'il parcourait Londres sur son vélo pour retrouver sa famille. Personne ne savait où Amy et sa fille avaient disparu. Les beaux-parents de Felix ne savaient pas non plus. L'horloger se renseigna dans tout son entourage, que ce soit le boucher, le fleuriste, l'épicier et même Morgan, personne ne les avait vues. Elles s'étaient évanouies dans Londres. Et si il leur était arrivé malheur ? Jamais il ne l'aurait pu se le permettre. Il contacta la police qui entreprirent de fouiller comme ils pouvaient la Tamise, mais les recherches se montrèrent infructueuses. Au bout deux semaines à remuer ciel et terre pour les retrouver, Felix commença à baisser les bras. Une bouteille de whisky à la main, il s'était rendu près de cette rivière qui l'avait connu tellement plus heureux. Les nombreuses fois où il avait été sur cette rive, il avait été accompagné par sa bien-aimée, sa douce, sa femme et leur fille. Maintenant, il était seul avec son ivresse et regarda d'un air absent les vagues qui faisaient de petits clapotis. Il tourna la tête à sa droite, trouvant que l'endroit (en plus d'avoir perdu ses couleurs) manquait de verdure. Et pour cause : le vieux saule pleureur avait été coupé, ne laissant qu'une pauvre souche à moitié mangé par les fourmis et les termites. Il se laissa tomber par terre.

Il reporta son attention sur Amy en réfléchissant à un moyen pour sortir de cette cellule humide. Il pouvait toujours demander à sa femme de l'aider à sortir de sa prison mais chassa rapidement l'idée de son esprit. Il préféra inspecter les murs, toujours à la recherche de sa pierre "défaillante". Puis, il baissa la tête nostalgique après s'être souvenu de quelques bons moments passés avec Amy. Que c'était-il passé pour que tout soit détruit ainsi ? Il ferma les yeux et soupira. Il ne se souvenait plus de leur première rencontre. Il savait que le saule pleureur de son flashback avait un lien mais il n'arrivait pas à s'en rappeler. Il laissa tomber. Appuyer d'une main contre le mur en pierre, sa curiosité revint à la charge. Il devait avoir le nom de celui qui l'avait enlevé à lui.

- Et comment il s'appelle, ton chéri ?

Code © Keira M. sur epicode




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini] Jeu 31 Oct - 2:02




 





HEY, WHAT DID YOU EXPECT?
With Felix J. Adler


Quoi dire quoi faire? J’avais mis mes émotions dans les mains de cet homme que j’aimais jadis plus que tout au monde. Alors que ma rage m’avait conduite à la propre démarcation de mon état de morte, j’eus toutes les peines du monde à me remettre de mes esprits pour scinder le comportement de Felix qui semblait avoir remis sa manche dans une expression fermée et terriblement affligée. Alors que son regard se figea dans le sien, Amy écarquilla les yeux: un souvenir venait de se superposer à ce qu’elle voyait en face d’elle. A l’image désabusée de Felix croisant les bras, le visage sali par les épreuves, ses cheveux noirs allongés et sa nouvelle mèche blanche, les vêtements défaits par la colère et les événements…se superposa l’image d’un ancien Felix, bien habillé, quoique toujours aussi décoiffé, sans mèche blanchâtre, des douces rougeurs sur ses joues impeccables et un regard des plus profonds.  

Felix: C'est bête, hein ? Alors, pour répondre à ta question. J'ai fait ça par amour. Oui... Grossière erreur non ? Votre disparition m'était devenue insupportable. Surtout qu'à l'époque, je n'avais aucune idée de pourquoi vous étiez parties. J'ai fini par croire que vous étiez mortes puisque je n'avais plus de nouvelles.

Par amour…c’était aussi par amour que je m’étais enfuie de la maison familiale, croyant que j’avait trouvé à jamais un homme pour qui ressentir les mêmes effluves de l’aventure qu’avec Felix au tout premier jour. Le son de sa voix morne dissipa les images se superposant pour n’en laissait qu’une: la plus terrifiante. Par amour. Par amour, j’avais dit oui à cet homme en face de moi,  à l‘époque si délicat. Tout ce qu’il disait à ce moment là était d’une exactitude à en couper le souffle, je ne sus que faire. Au moment où il se coupait les veines,  moi je devais être en train d’éviter quelques monstres dans les bas-fonds de ce manoir, regrettant à jamais ma faute. 

Kaitlyn: Jamais…oh…non…jamais…

Jamais quoi? Jamais je ne serais partie si j’avais su tout cela? Idiotie que cela, au moment où j’avais décidé de partir, je n’avais d’autres idées en tête que retrouver ma jeunesse perdue, l’émotion des premières foudres. Et pour cela j’avais rompu avec l’homme qui était celui de ma…non. Je dois retenir ce sentiment! Ne pas retomber! Mais…et si je n’étais jamais descendu…? NON! Ce sentiment n’est pas pour les fantômes! Il n’est pas pour les morts! Doucement, je le vis tomber à terre, me regardant toujours de travers. J’eus un réflexe pour tenter de le retenir de s’effondrer au sol mais je ne fus pas assez rapide et je m’arrêta au dernier moment, ne voulant pas montrer que je me souciais de lui. 

Felix: Et comment il s'appelle, ton chéri ?

Une intense rage me saisit à nouveau, me laissant me redresser de tout mon long. Mon corps se suréleva du sol de quelques centimètres tandis que ma voix se mit à puissamment crier que des paroles que je n’arrivais pas à croire. Des paroles que je ne songeais jamais penser et que j’eus raison d’arrêter avant le point de non-retour.

Kaitlyn: Je t’interdis de l’appeler comme cela! Ce n’est qu’un monstre! Tu as toujours été le seul que j’ai vrai…

STOP JE T’AI DIT. Ne prononce pas un mot de plus où tu vas finir par le regretter! Les vivants n’ont rien à faire avec les morts! Stupide créature! Je me redressa encore plus pour ne pas avoir à me mettre plus bas que terre devant mon mari. Mon cœur devait être aussi mort que mon corps, c’était l’unique chose à faire et à devenir. Arrêter les larmes et les pleures. 

Kaitlyn: Il s’agit de…du…Lord Rockwood. 

Prononcer ce nom la fit frémir de rage, de haine et de sombres sentiments que l’on aurait enfermé à double tour dans un coffre plongé dans de l’acide noir. Je ne sus quoi dire une fois de plus. Regardant à droite et à gauche, je songea à la possibilité d’une faille où je pourrai faire fuir Felix. Mais une autre idée restait au fond de mon esprit…sa présence ne faisait que me rappeler ma honte…je pourrai tout aussi bien appeler un Gardien. NON. Mais? NON. Pourquoi donc ce combat incessant que je me force à arrêter continue de saigner en moi? Mes forces semblèrent se vider sans un mot, mais c’est alors que mon corps cessa une nouvelle fois de léviter et s’effondra contre celui de Felix. Mes genoux fléchirent sur les siens et mes bras le traversèrent pour m’arrêter dans ma chute, là où devait se poser son arrière train. Ma tête fut encastrer dans son torse, je n’osais y croire, il dégageait toujours cette intense chaleur dans laquelle il faisait bon se blottir. 

Kaitlyn: Je veux le tuer…juste me venger de tout cela sur lui…

Je releva mon crâne fantomatique, tout en remontant, mes lèvres croisèrent celle de Felix par mégarde. Je ne faisais que le traverser, mais pourtant ce contact me brûla étrangement…certainement aussi fortement que ce contact froid et visqueux devait lui semblait abominable. Subitement, je me redressa sur mes genoux et retomba en arrière, m’éloignant le plus possible de lui tout en m’écriant:

Kaitlyn: Par…par…par…PARDON! 

Mon dieu, par tous les sangs je devais m’enfuir. Que faire?




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Hey, What Did You Expect ? [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Hey, What Did You Expect ? [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Cachots :: Mémentos Retrouvés-