AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

You Won't Forget My Name. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: You Won't Forget My Name. [Fini] Lun 28 Juil - 21:20


You Won't Forget My Name.

Cela faisait quelques heures que Felix était sorti du cachot où la rouquine l’avait installé. Il ne savait combien de temps il avait passé dans sa cellule et l’ignorer lui infligeait un sérieux mal de crâne. Il avait toujours été habitué à savoir précisément l’heure qu’il était et le temps qui s’écoulait. Sans ses repères chronologiques, il était perdu, désorienté. Et cela avait commencé dès le moment où il s’était retrouvé sur la table d’opération de la Scientifique… Il vagabondait donc dans les cachots, essayant de trouver le chemin aux étages supérieurs. Tout le Manoir était un vrai labyrinthe mais les sous-sols étaient vraiment l’endroit parfait pour se perdre et finir terrorisé dans un coin. Mais Felix avait presque l’habitude maintenant. Depuis son dernier voyage à la morgue, il n’avait plus peur de tomber nez à nez avec un Gardien ou autre mauvaise surprise. Rien ne disait qu’il n’allait pas avoir extrêmement peur à ce moment-là, mais il avait l’impression que plus rien ne pouvait le surprendre. C’est donc avec une certaine lassitude qu’il tourna à droite lors d’un croisement. Il se tint alors le ventre, sa cicatrice encore fraîche et douloureuse. Il grimaça alors mais continua d’avancer entre les cellules où de pauvres âmes agonisaient plaintivement. Lors de ses premières fois dans les cachots, il avait toujours eu envie d’aider ces inconnus. Puis, au fur et à mesure, il les avait oubliés et ne les entendait même plus.

C’est alors qu’un long et puissant cri retentit d’une pièce fermée sur sa droite. Le hurlement était tellement atroce que celui qui le poussait devait passer l’un des pires moments de sa vie. Un frisson glaça l’échine de Felix quand il repensa à la table d’opération où la Scientifique l’avait ouvert en deux. Il avait dû crier de la sorte, à ce moment-là. Mal à l’aise et nauséeux, il continua sa route d’un pas un peu plus pressé. Il pesta ensuite sur le manque de signalisation. Rockwood aurait au moins pu mettre des panneaux pour indiquer la sortie de cet enfer de pierre, métal, sang, cri et douleur… Il aperçut alors une ombre se projeter sur le mur en face de lui et son cœur manqua un battement avant de s’accélérer, cédant à la panique. La personne qui approchait pouvait être n’importe qui et dans le doute, il ne valait mieux ne pas prendre de risque. Felix regarda à sa droite et à sa gauche, cherchant désespérément une cachette. Il vit avec soulagement la porte entrebâillée d’une cellule. Il ne réfléchit pas plus longtemps et se glissa rapidement à l’intérieur de la geôle au moment même où les pas de la silhouette résonnèrent dans le couloir où se trouvait le dément. Felix retint son souffle tandis que l’inconnu approchait. Tapi dans le coin de sa cellule et recroquevillé sur lui-même malgré sa blessure douloureuse, il fixait la lucarne de la porte avec effroi. Il n’avait aucune envie de se faire attraper.

Son sang se glaça un peu plus quand l’homme apparut dans la petite fenêtre. Il arborait une blouse blanche (élément qui lui donnait encore moins envie de se faire remarquer) et était plutôt grand quand le sommet de son crâne ne rentrait pas dans la lucarne. Felix se tapit un peu plus contre son mur et n’osa plus bouger tant que l’homme n’avait pas passé son chemin. Une fois qu’il fut sorti de son champ de vision, le prisonnier sentit ses muscles se détendre agréablement. Mais il manqua de vigilance. Il oublia trop vite le danger proche et, quand il étendit ses jambes pour soulager son torse, il ne vit pas la bouteille de laudanum vide qui trainait par terre. Son pied vint cogner ladite bouteille et celle-ci roula bruyamment vers le mur opposé. Felix regarda le flacon de verre avec effroi tout en se maudissant et retint de nouveau son souffle. Il essaya de se rassurer en disant que le bruit avait peut-être était caché par le gémissement des autres prisonniers, mais il se doutait qu’avec la chance qu’il avait, cela n’allait probablement pas être le cas. Il fixa donc derechef la lucarne et espéra fortement que l’homme n’y apparaisse pas une deuxième fois. Sinon, il était sûrement bon pour retourner sur la table…



©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini] Lun 28 Juil - 22:07


You Won't Forget My Name.



Parce que la haine engendre quelque part un sentiment d'apaisement extérieur qui donne envie de faire du mal autour de soi. C'est ce que je ressens à cette seconde, alors que je fais hurler ce pauvre homme dans cette cellule. Le violer ? Ce n'était pas dans mes plans actuels. J'avais déjà bien assez à faire avec les monceaux de chairs qui le compose. Je n'avais aucune envie de sexe pour l'instant. J'approche de sa peau avec une longue lamelle de fer qui s'infiltre dans sa peau comme du couteau à beurre. J'aurai pu profiter de la lame émoussée pour faire davantage de dégâts mais je n'y ai pas pensé, tant pis pour ça. Une autre victime profitera du tétanos. J'aspire ton sang goulûment, bien que je ne sois pas un vampire. Ton sperme ne me fait aucune envie. Je continue d'égratigner ta peau délicate sans me soucier de ce qui m'entoure. De toute façon, qui pourrait me faire plus de mal à cette seconde que ce que j'ai déjà vécu par le passé. Que l'on vienne me chercher, que l'on vienne me tuer ! Pourquoi a-t-il fallu que je sois un scientifique, voué à la vie pour la simple et bonne raison que je possède des connaissances pouvant aider à des développements de l'être humain. D'ailleurs, quel réel connaissance, on se le demande bien. Je suis un vétérinaire bordel, un vendeur d'animaux, un soigneur d'animaux, je ne touche pas aux humains.

Un bruit soudain me trépigne à l'oreille. Que faire ? Aller voir ? Je n'ai pas grand chose d'autre à espérer, de tout façon, ce n'était pas comme si le futur cadavre devant moi allait s'enfuir. Ses poignets sont solidement attachés. Enfin bref, je remonte le col de ma blouse blanche et part dans les différentes cellules afin de voir qui faisait un tel bruit. Je regarde dans les lucarnes, m'attardant bien sur l'un et sur l'autre, sur chacune, dans le cas où un miracle serait possible. Je ne vois rien, et commençant à m'éloigner, je me maudis moi-même d'avoir encore de l'espoir dans un monde où il était clairement évident que plus rien n'était possible. Je ne me rends même pas compte de ce que je dis, mes mots glissent dans mon esprit à la vitesse de la lumière, d'un guépard sur le départ.

Un bruit, cette fois, aucune chance de se tromper. Peut-être malchance ? Je ne veux pas y penser. Je m'approche de la lucarne de cette cage que j'avais déjà fouillé. Une ombre bouge, elle m'appelle inconsciemment. J'ouvre violement la porte afin de faire entrer la lumière, faire deviner sa silhouette afin de connaître l'identité de la personne qui ose troubler mon unique manière de calmer actuellement ma rage. C'est alors que je le vois. Le temps l'a abîmé, à moins que ce ne soit les scientifiques. Ce qui était fort probable. Ainsi, un scientifique me l'avait volé et avait fait des expériences sur lui...mon cœur se brisa sur le champs à cette idée. Celui avec qui j'étais venu ici, celui qui avait fini par partager ma vie et tout mon amour. Cette personne là, se trouvait en face de moi. Felix. Celui que j'avais éternellement regretté, quand bien même je me trouvais actuellement avec David. Ce dernier était bien...mais...il ne pouvait arriver à la hauteur de cet homme. Je m'approche de lui, n'osant refermer la porte. M'agenouille auprès de lui, les larmes aux yeux. C'est lui, je ne peux pas me tromper, quand bien même son apparence ait pu changer. Je tends une main vers lui, tremblant de tout mon corps.

Fe...Felix...c'est...c'est bien toi ?

Autant vérifier, je ne pouvais supporter que mon cœur soit brisé une nouvelle fois.


©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini] Mar 29 Juil - 0:03


You Won't Forget My Name.

Les craintes du pauvre fou se confirmèrent. Le Scientifique l’avait entendu et sa tête apparut dans la lucarne, plongeant la cellule dans l’ombre. Felix commençait vaguement à paniquer, ne pouvant détacher son regard de la silhouette. Toujours recroquevillé contre son mur, assis dans la poussière de l’endroit, son souffle perdit de sa régularité. Il couina de frayeur quand son ennemi ouvrit brusquement la porte, faisant cogner le bois contre la paroi. Par réflexe, il se cacha le visage de ses avant-bras, comme si ne pas voir le rendait invisible. Mais il entendit les pas du Scientifique s’approcher de lui. Sa respiration s’accéléra brutalement et devint grinçante, la douleur de son ventre se réveillant à chaque mouvement précipité de son diaphragme. Mais il n’osait pas regarder l’inconnu à côté de lui… Il ne voulait pas croiser son regard. Il ne voulait pas y retourner. Il ne voulait pas retourner sur la table. Il ne voulait pas mourir maintenant. Il n’avait pas besoin d’un doctorat en médecine pour comprendre que s’il se faisait de nouveau opérer si peu de temps après l’autre, il allait y passer… Et il était pratiquement sûr que celui-ci allait être plutôt radin sur le laudanum… C’était peut-être son côté pessimiste qui ressortait, mais ses intestins commençaient à se tordre affreusement de peur, accentuant sa douleur.

C’est alors que le Scientifique prononça son nom. Intrigué, Felix retira ses bras et regarda l’homme, les yeux exorbités d’effroi. Il ne remarqua même pas le regard humide de son interlocuteur. Puis, cédant à la panique, il se prit la tête entre ses mains. Comment pouvait-il connaître son nom ? Comment le connaissait-il ? Comment ? Pourquoi ? Tinky ! Parle-lui ! Aide-le ! Guide-le ! Pourquoi es-tu si silencieux maintenant alors que tu n’hésitais pas à ramener tes plumes pour donner ton avis ? Pourquoi cet homme le connaissait ? Pourquoi se permettait-il de le tutoyer ? Felix ne l’avait jamais vu ! Ni son visage, ni ses yeux, rien ! Cet homme ne lui disait absolument rien ! Il était parfait inconnu, un étranger et pire encore, un tortionnaire. Tout ce que le dément savait de lui, c’était qu’il était un Scientifique et qu’il avait pour ordre de se servir de lui comme cobaye. Il se blottit un peu plus contre le mur humide et sanglota doucement de peur. Au bord de la crise de larmes purement nerveuse, il tenta le tout pour le tout :

- Je ne veux pas y retourner… Je ne veux pas qu’on m’ouvre une troisième fois… S’il vous plaît… Pitié… Je vous en prie… Ayez pitié…

Il savait qu’il venait d’avoir la réaction la plus courageuse qu’il soit mais il était exténué et ne voulait pas se battre. Il espérait juste que ses supplications amadouent le Scientifique et que celui-ci le gracie… Il n’avait pas d’autre choix que de s’en remettre à la pitié de l’inconnu, même s’il n’ignorait pas que ses chances de s’en sortir indemne soient inexistantes. Se tenant toujours la tête, il posa celle-ci contre le mur, les yeux fermés, n’osant regarder la réaction de l’homme. Ses traits se contractèrent légèrement sous la douleur de sa blessure encore fraiche et de sa peur qui lui harcelait le ventre. Il ne voulait pas mourir mais n’avait pas pourtant envie de se battre pour vivre. Fatigué, désespéré, il soupira doucement, les sourcils toujours froncés. Il voulait sortir de cet enfer. Retrouver sa famille et sa vie d’avant… C’est alors qu’il entendit un tic-tac familier provenant de l’homme. Son regard tomba sur le poignet de l’inconnu. Le son de sa montre était connu de ses oreilles. Les secondes s’écoulaient précisément, pas un millième de trop ou de moins. Réglée à la perfection. C’était la première fois qu’il les entendait si précises dans ce manoir (hormis celles qu’il avait déjà réglé en cachette parce qu’il était légèrement maniaque avec ça), les aiguilles. Ses aiguilles. Il n’y avait qu’elles pour faire ce bruit, à cette cadence si millimétrée, si pointue, si… parfaite. Oui, c’était lui qui avait fait cette montre. C’était ce qu’il faisait de mieux. Et cette montre était certainement l’une de ses plus belles œuvres. Comment avait-elle pu tomber entre les mains de cet inconnu. Il releva les yeux pour planter son regard dans celui de l’homme. Son visage lui était tellement étranger. Qui était-il réellement ? Un assassin ? Un voleur…? Qu’avait-il fait au propriétaire de cette montre dont, il était certain, le visage lui était familier. Il devait savoir. C’est donc d’une voix tremblante de peur qu’il murmura :

- Qui… Qui êtes-vous…?




©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini] Mar 29 Juil - 8:22


You Won't Forget My Name.



En face de moi, ce jeune homme que je pensais avoir eu le temps d'oublier. Tellement de souffrance en si peu de temps. Déjà que notre histoire à l'extérieur n'avait été que douleur et écart, je ne pensais pas qu'en venant ici, le résultat serait bien pire. Comment lui expliquer, comme faire en sorte qu'il ne m'accuse pas de tous ses maux ? Alors que c'était bien moi qui l'avait emmené ici, lui et son fils. Pourquoi a-t-il si peur de moi ? Je ne fais pourtant rien de mal...je ne suis pas n'importe qui. Je le regarde et ne peut m'empêcher de le trouver aussi beau que la première fois que je l'ai vu, bien que le manoir eut des effets secondaires sur sa merveilleuse personne. Il était en larmes, mais ne donnait pas l'impression de vouloir que je le prenne dans ses bras. S'écartant le plus possible contre le mur comme s'il était son seul rempart contre ma folie, il tente de fuir. Je ne sais pas quoi faire. Il semble...oui, il semble parfaitement amnésique.

Si j'attrape l'enfoiré qui a fait ça à mon amour, je lui exploserait le crâne lentement, après bien sûr l'avoir torturé de toutes les façons possibles et inimaginables, tout cela sur plusieurs mois. Son être ne connaîtra que la souffrance éternelle, si bien que la faim et la soif lui sembleront des hâvres de paix en comparaison de la douleur que je vais lui infliger. Ici, mon amour à la mémoire éteinte me regarde avec terreur. Il n'en faut pas plus pour blesser mon cœur, mais je peux comprendre ce fait. Il me suffit juste de lui raffraîchir la mémoire...et il sera à moi. Pour toujours. Et David? Une petite voix sifflait son prénom dans ma tête, j'écarte cette voix d'un coup de main invisible. Felix est devant moi, plus rien n'a d'importance. Ses paroles m'effraient pourtant et j'y réagis avec force.

Te faire du mal ?! Qui a osé te faire du mal... ? Ne t'en fais pas, tu n'as rien à craindre avec moi...

J'essaie d'approcher ma main un peu plus, avec douceur, avec amour. Laisse-moi toucher ton visage fin, caresser tes lèvres violettes par le manque de nourriture. Mes genoux tombent au sol tandis que je m'approche de quelques pas. C'est comme si le temps s'était arrêté, je n'avais plus rien à perdre. Sa question  me touche au cœur, oui, cela devient maintenant bien évident. Il avait parfaitement oublié mon existence. Une larme coula le long de ma joue à cette seule idée que je n'avais pas réussi à lui fournir un souvenir impérissable de ma personne dans sa mémoire.

Harry...c'est Harry, chéri...Harry Downcry...tu te souviens de moi ? On a le même deuxième prénom...mon Felix, tout va bien se passer...

J'ose toucher sa joue de ma main, retenant le plus possible les larmes de mes yeux sans prendre attention à celle qui coule, désormais libre, sur les bords de mes joues, se perdant sur la barbe de trois jours que j'avais laissé pousser.


©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini] Mar 29 Juil - 9:48


You Won't Forget My Name.

Felix était toujours contre son mur, essayant de se tenir le plus loin du Scientifique qui se mit à lever le ton. Par réflexe, il se recroquevilla un peu plus contre la paroi protégeant sa tête avec ses bras des potentiels coups qui pouvaient pleuvoir sur lui. Après tout, il avait manqué de respect au Scientifique, il lui avait demandé qui il était et là n’était pas à sa place. Il n’avait pas à savoir le nom de son bourreau. Car même si ce dernier disait le contraire, promettait qu’il ne lui ferait pas de mal, Felix était convaincu qu’il mentait. Une technique pour l’amadouer et le convaincre de le suivre sans utiliser la force. Son regard s’obscurcit, soudainement ravivé par une sorte de colère. Il n’aimait pas qu’on se moque de lui, bien qu’il y ait de quoi. Il serra les poings et envoya son regard noir dans les yeux de son interlocuteur. Il aurait préféré qu’il lui dise qu’il allait le tuer, cela lui aurait épargné l’effort de mentir. De toute façon, Felix ne se débattrait pas. Il n’avait rien à craindre, il n’allait pas se fatiguer… Sauf à transporter son cadavre à la morgue. Et même si cela faisait un moment qu’il avait perdu beaucoup de poids, il était convaincu que sa dépouille pèserait un âne mort (c’est le cas de le dire). Cet homme avait beau être grand, il était guère plus épais que lui. Il allait en baver. Et cette pensée le fit sourire méchamment, ses yeux toujours plantés dans les siens. Puis, il ricana en détournant le regard et reposa sa tête contre le mur. Pauvre petit Scientifique qui allait se fatiguer à le traîner dans les couloirs. « Ne sois pas stupide, Felix, il demandera à un Gardien de nous transporter. Le seul moment où il va se dépenser un peu, c’est en cherchant les outils pour t’ouvrir le crâne. » Tinky. Enfin. Enfin il entendait son insupportable voix dans sa tête. C’était bien la première fois qu’il était presque content qu’il soit avec lui.

- Où étais-tu ? Pourquoi tu m’as laissé ! Toi qui étais toujours là pour me faire chier… Pourquoi tu ne reviens que maintenant…? Maintenant que tu es là, aide-moi ! Explique-moi pourquoi il me connaît !

Il sentit alors des doigts chauds sur sa joue. En réalité, les doigts de l’homme étaient plutôt froids mais la joue du dément était à la limite de l’hypothermie. Néanmoins, ce contact l’électrisa violemment et Felix se releva d’un bon, bousculant le Scientifique de son épaule au passage. Il poussa un cri d’effroi tout en se dressant sur ses jambes. Il courut se réfugier à l’autre bout de la pièce, à côté de la porte, longeant le mur sur lequel il avait pris appui quelques secondes plus tôt. Sa blessure lui fit alors atrocement mal et dans une grimace et un gémissement, il s’écrasa, presque contre le mur, l’empêchant d’atteindre la porte pour s’enfuir. Il tomba à genoux et posa une main sur son ventre et l’autre sur le mur pour s’appuyer. Sa respiration était redevenue sifflante. Il ne savait même pas si l’homme avait répondu à sa question. Il releva la tête en repensant soudainement à la présence de l’inconnu. Il se retourna brusquement, appuyant son dos contre le mur et regarda l’homme avec effroi. Puis son regard se calma et il jeta un coup d’œil à la lumière des torches dans le couloir. La fuite était si proche… Mais son état actuel ne lui pouvait pas de détaler comme il le faisait si bien auparavant. Il reporta donc son regard humide sur le Scientifique, résolu à affronter son destin.

- Si vous devez me tuer, faites le vite, je vous en prie… Je ne veux plus souffrir… Essayez tout ce que vous voulez sur moi mais… je ne veux pas avoir mal…

Il baissa misérablement la tête. L’homme n’allait probablement pas l’écouter. Il n’était qu’un pauvre dément perdu dans le manoir. C’était généralement sur eux qu’on faisait les expériences les plus atroces. Non, non, Felix, tu n’es pas objectif… Les Amnésiques et certains Gardiens en bavent aussi. Et tu ne seras pas le premier à mourir en criant de douleur.




©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini] Mar 29 Juil - 10:35


You Won't Forget My Name.



Je m'approche de lui jusqu'à toucher sa joue. J'y suis parvenu ! Son contact m'électrifie et me rend toute chose. Je n'avais pas connu ce plaisir depuis une éternité. Sa peau est une chose tellement différente de toute autre que je ne saurai la décrire. D'un petit sourire, je le regarde. S'est-il calmé ? Je l'ignore, mais je savoure ce petit instant délicat. Je touche sa peau avec envie, prends le temps d'observer la prunelle de ses yeux. Mais c'est alors qu'il rejette brutalement ma main et commence à parler à la seconde personne. Me parle-t-il ? Je sens mon cœur qui me torture de l'intérieur, il exprime des émotions que je ne pouvais que trop bien comprendre. Mais non, je te jure que je ne t'ai jamais abandonné...j'ai tout fais pour te retrouver. Je n'ai jamais voulu que tu disparaisses...que...que je te fasse chier ? Mais tu m'aimais...Felix, je te jure, tu m'aimes. Ne me fais pas ça...ne t'éloigne pas de moi à nouveau, je pourrai te soigner, t'aider. Oui, t'aider. C'est ce que tu demandes non ? Alors je te l'offrirai, je t'offrirai ma protection pour toujours s'il le faut. Tu rentreras dans mon laboratoire, et j'imposerai que jamais on ne te touche. Jamais. Sauf moi, je serai le seul qui aura le droit de caresser tes cheveux, ta peau de lait. Mon cœur bat très fort, peut-être trop mais je fais comme si je ne l'entendais pas. Puis vint cette petite phrase qui demandait pourquoi je le connaissais. Encore que s'il l'avait posé à la deuxième personne, je ne me serait pas inquiété, mais là...Mon amour était devenu fou, il n'y avait aucune autre explication. Une légère schizophrénie qui courait sur sa peau comme un linceul, je sentis tout le poids des malheurs de ce monde me tombait dessus. C'était ma faute, tout cela était de ma faute.

Quand il s'enfuit de moi, je n'eus que le reflexe de tomber les paumes au sol. Je resta quelques secondes complètement statique, n'osant pas croire à ce qu'il s'était passé. Etait-ce vraiment arrivé ? Est-ce qu'il venait de m'éviter comme la peste ? Mon cœur se fâne et mes larmes tombent d'elle-même. Comment tout cela a pu arriver ? Ce qui était à l'origine un plan parfait n'était plus devenue qu'une vaste masquarade où nous ne pouvions plus trouver d'amarre. Je me retourne, m'asseois comme un drogué en manque, dans un déséquilibre des plus complets. Quitte à salir ma blouse de scientifique. Foutu titre à la con qu'on m'avait mis là. Je passe mes mains sur mon visage pour en essuyer la saleté et les larmes avant d'observer mon ancien amour d'un air suppliant.

Je t'en prie...je ne te veux aucun mal...je t'aime...

Oui, il venait de le redire. Pour la première fois depuis ce qui lui semblait une éternité. Les mots étaient sortit tout seul de ma bouche et je n'en ressentais aucune honte. Je ne voulais que ça, le reprendre dans mes bras et le rassurer. Finalement, j'avala difficilement ma salive et m'approcha de lui, encore un peu. Je refuse qu'il croit que j'ai la moindre mauvaise intention envers lui, je dois faire revenir sa mémoire.

Je te soignerai, je t'aiderai à retrouver la mémoire...mais je t'en prie, ne m'évite pas...

La montre à mon poignet glissa vers ma paume. D'un air surpris, je la pris et la remis en place sur mon bras avant de sourire en la lui montrant.

Tu vois cette montre? C'est toi qui l'as faite exprès pour moi...je la porte tout le temps.


©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini] Mar 29 Juil - 11:27


You Won't Forget My Name.

Felix ne comprenait pas pourquoi le Scientifique pleurait. Peut-être était-il fou lui aussi ? Qui ne l’était pas dans ce manoir, d’ailleurs…? Tout le monde l’était plus ou moins… Rockwood le premier. Quelle idée de créer un tel chaos dans sa propre maison qui tombait en ruines par endroit ? Mais discuter de l’état mental du maître des lieux n’était pas la priorité de Felix pour le moment. Il était bien trop occupé à se demander pourquoi l’homme pleurait en face de lui. Il épiait même ses moindres faits et gestes, prêt à bondir au moindre geste suspect. Car oui, même s’il n’avait pas la volonté de lutter et survivre, il savait que son instinct de survie reprendrait le dessus, au détriment de son état physique. Quoiqu’il en soit, il était toujours recroquevillé contre son mur, regardant ce Scientifique au visage désespéré. Pourquoi avait-il l’air si malheureux ? Était-ce une ruse pour l’amadouer et faire baisser sa vigilance ? Très probablement. Il ferma les yeux. Toutes ces questions qui se bousculaient affreusement dans sa tête. Elles étaient toujours de plus en plus nombreuses, le rendant à chaque fois un peu plus paranoïaque. Et Tinky semblait s’être tu. Pourquoi le lâchait-il maintenant alors que c’était sûrement le moment où il avait le plus besoin de lui ? Il se passa à son tour une main sur le visage avant de soupirer tristement. La fatigue commençait à lui retomber lourdement dessus.

Puis vint ensuite le « je t’aime ». Felix releva la tête et le regarda avec incompréhension. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Comment cet homme pouvait lui dire ceci alors que lui-même ne le connaissait pas. Et puis, même ! Il était marié ! Veuf plus exactement… Mais étrangement, il gardait un vague espoir que les choses s’améliorent entre Amy et lui. Après tout, s’il mourrait, peut-être qu’il la retrouverait en tant que fantôme ? Cependant, Felix ne pouvait s’empêcher d’éprouver une certaine gêne envers le Scientifique, en plus de la crainte, bien évidemment. Une gêne car l’inconnu semblait mettre tout son cœur pour avoir sa confiance. Et tout ceci était proche du ridicule mais demeurait extrêmement gênant et presque effrayant. Felix était perdu dans ses pensées et alors que l’homme reprit la parole, il se prit la tête entre les mains, une migraine grandissante. Il ne parvenait pas à réfléchir. Trop de questions se bousculaient dans sa tête… Cela en devenait insupportable. Il grogna doucement, serrant les poings sur ses cheveux, quand le Scientifique parla de la montre. Puis dans un cri de rage, Felix frappa l’air du revers de son bras comme pour écarter quelque chose devant lui.

- Vous mentez ! Vous avez volé cette montre ou tué le propriétaire ! Je me serai souvenu de votre visage !

Il secoua la tête avant de regarder fixement devant lui, ramenant son bras contre lui. Il essaya de calmer sa respiration haletante. Il grimaça très légèrement et reporta sa main sur sa cicatrice cachée par sa chemise, comme si cela pouvait atténuer la douleur. Puis, sombrement, il soupira.

- Arrêtez de vous fatiguer à me mentir. Je ne lutterai pas. Emmenez-moi et achevez-moi. Mais cessez cette technique pour me faire croire que je ne crains rien… Je sais parfaitement ce que vous, Scientifiques, avez ordre de faire.

Il releva la tête, un air de défi dans le regard.

- Je vous connais tous assez bien pour savoir ce que vous allez faire de nous. Nous sommes tous voués à mourir ici alors, comme mon heure semble être venue, je vous demande juste quelque chose, pitié. Faites vite. Et continuer de me faire croire que vous me soignerez, que vous occuperez de moi, etc. Cela ne fait qu’allonger mon calvaire.

L’air de défi disparut pour laisser placer à une profonde déception mêlée à de la surprise.

- Mais c’est peut-être ce que vous voulez…? Vous vous amusez à me torturer psychologiquement…?

Quel monstre était-ce là ? Le regard presque sous le choc, il baissa alors tristement les yeux et soupira. Au moins, la douleur physique n’en était pas accentuée et il n’avait pas l’impression d’être blessé non plus, puisque ce n’était pas comme s’il connaissait l’homme. Il ne se sentait donc pas trahi. Un sourire ironique passa furtivement sur ses lèvres avant de soupirer une nouvelle fois et de secouer mollement la tête.





©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini] Mar 29 Juil - 20:18


You Won't Forget My Name.



Quand est-ce que ce cauchemar prendra fin ? Je le sens au plus profond de mon cœur, cette douleur qui fond sur mon amour pour lui, n'est que le début d'une longue série de désillusion. Maudit manoir, que le diable t'emporte, toi et tes promesses de belles vies. Quand on sait ce qui nous attends en passant la porte, on prierait pour ne jamais avoir à la passer. Pourtant, tout cela est arriver pour nous deux, et continue de nous arriver. Ce cauchemar n'aura jamais de fin, sauf avec celle de la mort. Je le regarde avec mon air le plus suppliant, je n'arrive pas à y croire. Pourquoi ne veut-il pas y croire avec moi ? Certes, je suis un scientifique, et à l'entendre, il s'agit de la pire engeance du monde. Qui suis-je pour le contredire ? S'il n'avait pas été mon Felix, je l'aurai déjà torturé avec toutes les délicatesses de ma douleur. Rien n'était moins sûr. Rien ne sera jamais moins sûr. Mais s'il disparaissait à nouveau, qu'allais-je faire ? Serais-je capable de repartir comme si de rien n'était ? Je ne sais pas si ce sera vraiment possible. Plus jamais je ne pourrai regarder David comme avant. Felix...je le croyais mort. Je m'étais engagé dans une nouvelle relation en songeant que plus jamais je ne le retrouverai.

Mais le voilà devant moi et la peine qui creuse mon cœur se fait de plus en plus forte. Je le regarde m'accuser de milles maux sans savoir quoi dire ou quoi faire. Rien ne parvient à briser la solitude que j'éprouve malgré sa présence. Si seulement je pouvais le prendre dans mes bras et lui susurrer que tout ira bien dans le meilleur des mondes, tout comme je l'avais fais lorsque sa femme était partie. Un peu par ma faute d'ailleurs. Peut-être qu'il avait raison en parlant à son ami imaginaire. J'étais bien celui qui avait tout fait foiré. Il m'accuse, dévore mon cœur avec les dents. Je souffre en silence, baissant la tête jusqu'à me mordre la lèvre inférieur pour ne pas éclater en sanglots. Je n'avais tellement rien à répondre à tout ça à part que...

Oui...tout cela est vrai...je suis un scientifique...et les scientifiques sont des monstres...nous nous amusons à vous torturer afin d'expérimenter des idées, des rêves innateignables.

Je renifle mes larmes, la tête toujours baissée vers le sol, mes cheveux me retombent sur les yeux. Mon corps n'aurait pas été dans une autre position si j'avais du le supplier.

Mais tu es la chose la plus précieuse à mes yeux...je ne te veux aucun mal...je sais qu'on t'a fait du mal. On t'a arraché à moi alors que tu étais sous ma protection...je tuerai celui qui t'a fais ça si tu savais....


©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini] Mer 30 Juil - 17:25


You Won't Forget My Name.

Felix épiait l’homme qui lui faisait face. Il bougeait peu et ne semblait pas vraiment agressif. Mais plutôt que de baisser sa garde, il restait sur ses gardes, prêt à bouger si nécessaire. Mais tant que le Scientifique ne s’approchait pas trop avec des mouvements brusques, le dément ne voyait pas d’intérêt de prendre la fuite. Il était un peu comme un chat farouche et craintif qui, à force de mots doux, de sourire, finissait par accepter d’être caresser. C’était le même principe. Felix avait courbé le dos au départ et feulait mais il commençait à se radoucir. Sauf quand le Scientifique confirma ses craintes sur ses semblables. Ils étaient là pour les torturer. Et pourtant, il n’y avait encore aucune cruauté dans sa voix. Felix se dit alors qu’il faudrait une grande patience pour garder ainsi un rôle alors que la victime dressait le drapeau blanc. Il voulait croire en lui. Il voulait croire qu’il n’était pas si méchant qu’il en avait l’air, bien qu’il paraissait parfaitement inoffensif à l’instant présent. Felix replia ses genoux contre lui, ayant envie de poser une question qui commençait à le démanger sérieusement. Mais allons-y petit à petit. Il se devait d’avancer progressivement tandis que lui-même devenait moins farouche et sauvage.

Cependant, le Scientifique reprit la parole et lui dit qu’il était très important pour lui. Et Felix ne comprenait toujours pas pourquoi il disait cela. Vraisemblablement, cet homme le connaissait et bien. Pourquoi n’arrivait-il donc à se souvenir de son visage ? Mais si cela se trouvait, c’était bien lui qui lui avait fait sa montre et qu’il lui avait donnée. Il cacha ses yeux clos et ses sourcils froncés dans sa paume, cherchant à se souvenir du moindre détail concernant cet inconnu. Pourtant, il en avait même oublié son nom. Il était d’ailleurs évident qu’il ait perdu son nom, il ne remettait même pas son visage pourquoi ce serait-il souvenu d’un nom…? Il soupira et regarda l’homme avec un air désolé.

- Je suis vraiment désolé… Je ne vous connais pas…

Il lui fit un sourire triste bien qu’il savait que cela ne l’aiderait pas à le réconforter. Ce pauvre homme avait l’air vraiment désespéré et Felix se surprit à vouloir essayer d’arranger les choses. Il inspira profondément et rejeta très lentement l’air de ses poumons, perdu dans ses pensées. Sa naïveté commençait à prendre dangereusement le dessus. Il voulait vraiment faire confiance en cet homme et à ce qu’il disait, qu’il allait le soigner et ne pas lui faire de mal mais… Il n’avait aucune preuve qu’il soit sincère. Les mains sur le sol de la cellule, il serra les poings, commençant à devenir nerveux à l’idée de poser cette fameuse question. Et si… Et s’il n’y répondait pas ? S’il se foutait de lui avant de le torturer parce que justement il aurait baissé sa vigilance ? À quoi bon… Il lui avait bien dit qu’il était prêt à mourir.

- Co… Comment pourrai-je croire à ce que vous me dites…? Comment pourrai-je vous faire confiance…? Je ne sais même qui vous êtes…

Il baissa les yeux, mal à l’aise. Ses bégaiements allaient sûrement mettre son interlocuteur en colère… Il inspira profondément, essayant de puiser dans son cœur une once de courage et releva les yeux pour les planter dans ceux du Scientifique. D’une voix un peu chevrotante mais relativement ferme, il dit :

- Prouvez-le-moi, sir. S’il vous plaît. Prouvez-moi que je peux vous faire confiance.

Ce soudain regain d’arrogance n’allait très certainement pas lui plaire non plus mais tant pis, il prenait le risque. Et il connaîtrait enfin les véritables intentions du Scientifique, aussi funestes soient-elles pour l’horloger.



©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini] Mer 30 Juil - 22:55


You Won't Forget My Name.



Il semble se détendre au fur et à mesure de mes paroles. Je n'ai pas l'impression de pouvoir pourtant m'approcher encore. Ses traits se détendent pour revêtir l'inquiétude plus que la peur. Cela me rassure en quelque sorte. Est-ce qu'il s'agit du fait que j'ai avoué les horreurs commis par les scientifiques avant de dire que je ne lui voulais pourtant aucun mal ? Est-ce que faute avoué est réellement à moitié pardonner ? Ce n'est pourtant pas la vérité, je le sais mieux que personne. Si seulement je pouvais être pardonner de toutes les horreurs que j'ai faite. Cela serait tellement mieux. Mon esprit pourrait recommencer ailleurs, quelque chose d'autre. M'offrir une nouvelle impunité, une nouvelle innocente. Mon cœur brulant de toutes ces choses que j'ai perdu dans les larmes. J'attendais un geste, un mot de sa part, tout ce qui pouvait faire en sorte que mon cœur sourit. Je ne sais trop quoi lui dire, voilà des mois maintenant que je rêvais de sa présence à mes côtés, que j'étais devenu un parfait monstre. Sans lui, la dernière parcelle d'humanité qui me reliait à ce monde était détruite. J'ai pensé qu'il était mort tout comme mon âme. Puis David est venu pour tenter de me raccrocher au monde des humains, mais je me rends bien compte maintenant de la stupidité de la chose. Felix restera toujours mon premier amour.

Nous nous sommes connus à Londres. Je m'appelle Harry Downcry. Je...nous avons été ensemble...pendant un très long moment...et on a été séparé en arrivant ici...

Je m'approche de lui, jusqu'à retoucher sa joue avec un sourire des plus heureux. Oh, si seulement tu pouvais voir en mon cœur, t'accrocher à ses branches qui ne brûlent que de joie à te voir. Une de mes mains glissent alors à ton bras pour le caresser doucement.

Tu sais ce que je veux dire par « ensemble » n'est ce pas … ?

Je commençais à me demander: combien de choses avait-il pu perdre en mémoire depuis la dernière fois où il avait été dans mon lit ? Avait-il tout perdu ? Est-ce qu'il m'aimait toujours ? A voir le calme auquel j'étais parvenu à le faire venir, j'osais espérer que oui. Je le prends finalement dans mes bras et caresse son front de mes lèvres.


©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: You Won't Forget My Name. [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

You Won't Forget My Name. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Cachots :: Mémentos Retrouvés-