AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Thanks For The Memories - Adler & Carter [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Thanks For The Memories - Adler & Carter [Fini] Lun 28 Oct - 20:06

I



 





THANKS FOR THE MEMORIES
With Felix J. Adler

Son contact me réchauffait dans la fraîcheur du vent. Je ne voyais plus aucun des autres promeneurs qui se baladaient derrière nous, ni même la volupté incroyable des vagues contre le rivage. La nappe me semblait nuage, et la nourriture pouvait bien attendre. Je me sentais bien auprès de lui, juste bien. Mon cœur battait la chamade de ce qui semblait être une intense joie, je ne comprenais toujours pas ce qu’il m’arrivait. Doucement, mon épaule frotta contre la sienne et je le vis prendre agréablement ce que je lui tendais, boire l’eau que je lui avais offerte. Cela me ravit de tout mon cœur, et je sentais que je pouvais passer des heures auprès de lui, contre lui, sans que cela ne me dérange. J’en fus pourtant peinée de me dire qu’il allait bientôt falloir que l’on s’en aille pour reprendre nos activités. 

Ce fut à ce moment que sa main toucha la mienne, se posant sur moi avec une délicatesse hors du commun, comme si j’étais une horlogerie très précieuse. Cela me fit rougir de la plus douce des teintes rougeâtres et je n’enleva ma main pour rien au monde. C’était pourtant surprenant, venant de la part de quelqu’un qui, il y a à peine quelques minutes, refusait de venir manger, et qui semblait d’une timidité et nervosité à toute égale. Je souris à son contact, mais il comprit soudainement son geste et releva brutalement, me bousculant un peu au passage. L’eau tomba sur la nappe, et je fus prise d’une certaine panique. Confus de tout ce qu’il avait fait, il se mit à bégayait: 

Félix:  Je suis sincèrement navré, je ne sais pas ce qu'il m'a pris...! Pardonnez-moi de ma maladresse... Excusez-moi, je suis désolé...

Je ramassa le verre et rangea tout ce qui était sali durant l’incident et me releva pour suivre le mouvement de mon ami. Me mettant face à lui, je l’empêcha de bouger en saisissant ses poignets:

Kaitlyn: Ne vous en faites pas, ne soyez pas gêné…je…j’ai…

J’ai apprécié? Oui, c’est ce que j’aurai voulu dire, mais comment faire pour le dire à voix haute face à quelqu’un que je ne connaissais ni d’Adam ni d’Eve? Pris de panique qu’il ne s’enfuit pourtant, je fit glisser mes mains de ses poignets jusqu’à ses paumes, et serra ses mains dans les miennes tout en faisant un pas supplémentaire. 

Kaitlyn: Ne vous en faites pas… 

Ma poitrine était entrée en contact avec le jeune torse de Félix, j’ignorai ce que je faisais, mais mon corps semblait bien le savoir. Je n’avais jamais fait cela auparavant, j’étais la princesse, celle que l’on voulait, celle pour qui on se battait. Et voilà que je faisais les beaux yeux et la mijaurée devant un assistant horloger qui ne voulait clairement pas de moi? Etait-ce uniquement pour soigner mon orgueil blessé ou…autre chose? Je sentis mon cœur battre douloureusement, il ne voulait plus s’arrêter…que ce passe-t-il? Jamais il n’avait battu comme ça pour personne d’autres…

Kaitlyn: …je dois vous dire, jamais je n’ai agis de la sorte auparavant…je…je ne sais pas ce qui m’arrive…


Tout en disant cela, elle détacha son regard du torse pour plonger dans les yeux noirs et envoûtants de Félix, son expression était indescriptible et elle serait bien incapable de dire si elle faisait bonne route ou pas. Un scandale dès son premier jour à Londres n’était pas la bienvenue.    



Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Thanks For The Memories - Adler & Carter [Fini] Lun 28 Oct - 22:41

Amy s'était levée et lui avait pris les poignets avant que Felix n'ait pu prendre ses jambes à son cou. Il sentait que ses joues étaient de plus en plus écarlates. Son cœur pulsait de plus en plus de sang dans ses veines à tel point que c'en était presque douloureux. Les douces mains de la jeune femme glissa délicieusement le long de ses avant-bras avant d'exercer une agréable pression sur ses paumes. Il ne voulait pas que ce moment s'arrête. Être en présence de cette magnifique inconnue aux yeux bleus le frustrait en même temps de l'apaisait. Il y avait même quelque chose d'autre, quelque chose qu'il n'avait jamais ressenti auparavant. Serait-ce du désir...? Il osa enfin à la dévisager entièrement et se demanda comment il avait pu être aussi aveugle face à une telle perfection.

Elle s'approcha alors de lui, jusqu'à ce qu'ils se touchent. Sa poitrine sur son torse lui réchauffait tout le buste d'une douce chaleur qui se diffusait même dans son dos. Il ne tremblait plus. Son corps brûlait d'une sorte de désir de se libérer des sentiments qui faisait battre son cœur. Mais il était toujours enveloppé par cette sorte de carapace de timidité qui l'empêchait de faire le moindre geste malgré ce fort sentiment qui l'animait. C'était la première fois qu'il ressentait cela pour quelqu'un. Il ne s'était jamais préoccupé de trouver une femme et de fonder une famille, mais étrangement, ce soir, ces questions, il se les était posées en présence de cette jeune femme. Il avait commencé à songer à autre chose qu'à son travail d'horloger. Mais la réflexion qu'il s'était faite dès qu'il avait posé ses yeux sur elle pour la première fois (donc une heure plus tôt) resurgit douloureusement dans son esprit. Il n'était pas assez bien pour elle. Qui voudrait d'un apprenti horloger comme prétendant quand son travail était autant rémunéré que le sien ? Il serra les dents et renforça la pression de ses doigts d'horloger sur ses mains de couturière. En y repensant bien sérieusement, il n'avait absolument pas envie de la laisser filer. Son cœur voulait s'exprimer, voulait percer la bulle de timidité qui l'enveloppait depuis trop longtemps maintenant. Croisant le regard d'Amy, il se sentit fondre sur place, laissant un trou béant dans son crâne, l'empêchant de prendre une décision. Il avait envie d'arrêter le temps (le comble pour un horloger) pour profiter de l'instant, mais tout s'enchaînait trop rapidement à son goût. Son cœur lui dictait bien une chose à faire mais sa raison lui disait de retourner vite fait à son atelier laissé sans surveillance. Il vota alors, à contrecœur, pour la plus raisonnable, son palpitant n'arrivant décidément pas à briser la coquille de timidité.

Alors il se sépara lentement d'Amy, la fixa dans les yeux en serrant dents et poings. La voix de la raison, dans sa tête, continuait de lui répéter inlassablement le même refrain : "Tu n'es pas assez bien pour elle. Tu n'es pas assez bien pour elle. Tu n'es pas assez bien pour elle, ..." Il déglutit avec difficulté, ne sachant quoi dire à cette femme devant lui pour qui ce genre de sentiments était tout aussi nouveau. Puis, il perdit le contrôle. Son corps et son esprit étaient les lieux d'une véritable guerre intérieure entre la raison, qui lui intimait de partir rapidement, et le cœur, qui lui ordonnait de retourner auprès d'Amy. Alors qu'il était complètement déchiré intérieurement, ses jambes, de mèche avec la raison, lui firent fit un pas en arrière mais ses yeux, qui semblaient s'être alliés au cœur, lancèrent comme une sorte d'appel au secours à ceux, bleus, en deux mètres de lui. Les bras, du côté cœur, étaient légèrement entrouverts comme s'ils attendaient ceux qui leur faisaient face. La tête, quant à elle, était tournée vers la droite, comme si elle voulait que Felix fasse demi-tour et tourne le dos à Amy. Mais ce fut la bouche qui eut le dernier mot, remportant une bataille sur la raison, au nom du cœur :

- Je... Je...

La raison n'était pas folle, elle avait contrattaqué en raliant la mâchoire à sa cause, laissant les lèvres faire une sorte de moue bizarre de nervosité. Felix, qui ne pouvait rien faire, avait l'impression d'être prisonnier de lui-même.




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Thanks For The Memories - Adler & Carter [Fini] Mar 29 Oct - 0:12




 





THANKS FOR THE MEMORIES
With Felix J. Adler

Ses mains cessèrent de trembler entre les miennes, je n’y croyais pas. C’était comme s’il atteignait la paix entre mes mains, ce que je voulais plus que tout au monde. Enfin…je venais de le découvrir. Mon cœur souffrait du silence qui ne voulait pas s’enfuir entre eux. Il me semblait avoir fait le pas de trop, ne pouvant plus reculer. Mais alors que je sentais sa peau en contact avec celle de son nouvel ami, je me sentis défaillir petit à petit. Non! Je dois rester forte, comme je l’ai toujours été, ce n’est pas un petit horloger qui va me faire…pleurer. Pourtant malgré cette pensée dans ma tête, je sentais que mon cœur se serrait. Doucement, je raffermis mon emprise sur les doigts de Felix tout en me rapprochant encore plus si cela était possible. Je ne pouvais sortir mon regard de l’obscurité du sien, il m’envoûtait, me pénétrait avec plus de sûreté d’une lame de fer. Pouvait-il lire mon âme d’ancienne dépravation amoureuse?  Je ne l’espère pas. Quand je le vois, toute cette recherche de plaisir me semblait vaine. J’avais ici de l’action, de l’aventure, rien qu’entre ses bras, la vie me tombait en croquant entre mes dents et je sentais mon cœur battre comme nulle autre.

Mais soudainement, le corps de Felix s’éloigna du sien, perdant peu à peu le contact avec les paumes de ses mains et avec ses yeux. Amy sentit son cœur exploser d’une tristesse infinie. Ainsi j’avais bien raison, il ne voulait pas de moi. Comment pouvait-il oser me mettre un pareil râteau alors que je lui offrais mon cœur sur un plateau?  Mon orgueil semblait être infiniment blessée. Combien d’homme allais-je devoir transformé en amant pour combler la blessure de cet être dont je semblais folle? Mais quel était ce sentiment? Était-ce de l’amour? Réellement?  La raison pour laquelle mon cœur battait pour lui et non pour les autres? Le regard plaignant, je tenta de m’approcher encore de lui, mais il recula, les bras légèrement tendus comme s’il attendait quelque chose qu’il refusait intérieurement. Son regard se tourna alors vers moi, indescriptible, paraissant transporté un appel au secours.  Il se mit à bégayer:

Felix: Je…je…

Je quoi? Je ne souhaite pas être avec toi? On se connaît à peine alors j’aimerai du temps? Je pouvais comprendre toutes ses questions, mais quelque chose en moi refusait de mettre un terme à cette rencontre. Dans seulement quelques minutes, l’un et l’autre allaient devoir reprendre leur vie. Et s’ils ne s’étaient pas quitté sur une réelle bonne entente…seraient-ils trop gênés pour se reparler? 

Kaitlyn: Je sais…

Qu’est ce que je savais? Certainement rien…mais cela ne m’empêcha pas de le dire pour rassurer ce pauvre homme que je semblais avoir effrayé au plus au point. J’ignorais pourquoi, mais il fallait agir! Ne plus penser ne plus penser, ne plus rien oser mettre en travers de l’esprit. Aussi m’approchais-je de lui tout doucement,  l’angle de chacun d’entre nous fit qu’il fut accolé au saule pleureur qui nous caressaient les épaules et le dessus de la tête. Ainsi contre lui, je me saisis de ses mains et les porta autour de ma taille…avant de saisir ses joues, tendrement, tout simplement, du bout de mes doigts blancs et fins. Ses joues avaient la délicatesse et la douceur d’une peau de bébé, tout en étant ferme et agréable au toucher. Je me perdais dans son regard…tout en avançant.

Kaitlyn: Peut-être…que c’est cela que l’on appelle…l’Amour…

Sur mes derniers mots, je l’embrassa, posant mes lèvres sur les siennes, absorbant toute sa douceur et sa volupté. Je voulais sentir ses mains me caresser, son amour me parcourir. Oui…je l’aime…le coup de foudre c’est cela? Je n’avais jamais rien connu d’aussi fort. Alors que je pressa lentement son corps contre l’arbre pour ressentir le battement de son cœur contre ma poitrine, j’accentua la force de mon baiser. Ne voulant plus m’arrêter.

Mais quel heure est-il? 





Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Thanks For The Memories - Adler & Carter [Fini] Mar 29 Oct - 1:13

Amy continuait d'avancer vers lui, tandis que les jambes de l'horloger s'obstinaient à fuir la jeune femme. Le cœur manqua un battement de triomphe en sentant que le corps de Felix ne pourrait plus reculer, réceptionné au creux des branches du saule pleureur qui se dressait vraisemblablement contre la raison. Celle-ci venait de perdre sa reine sur l'échiquier des sentiments. Un tel atout ainsi abattu, la lutte contre ce muscle qui battait un rythme vif dans la poitrine allait se révéler être beaucoup plus compliqué. Les bras se laissèrent guider docilement par leurs homologues féminins avant d'être placés sur la taille d'Amy. Ils ne bougèrent pas, attendant les ordres du cœur. Deux mains froides, mais d'une extrême douceur, se posèrent sur les joues de Felix. La mâchoire de celui-ci se contracta à leur contact, essayant ainsi de les faire fuir. La tête, resta immobile aussi. Les yeux, quant à eux, continuaient de remplir leur mission : ils ne voulaient pas quitter ses deux perles bleues qui les fixaient aussi. C'est alors que les oreilles purent aussi choisir leur camp quand la douce et mélodieuse voix d'Amy parvint à ses tympans pour poser une question que le jeune horloger ne pouvait nullement y répondre. D'une part parce qu'il n'avait pas la réponse même s'il avait son idée, de l'autre car mâchoire et tête s'était alliées à la raison. Mais pour un temps très limité seulement car dans la seconde qui suivit le cœur remporta la guerre.

L'Amour rendait aveugle disait-on. Felix pouvait confirmer ce dicton. Les lèvres d'Amy contre les siennes, le cœur qui explosait de joie, les yeux prirent leurs congés et leurs paupières se fermèrent, laissant le reste du boulot à l'odorat et au toucher. Quand il se sentit un peu plus écrasé contre ce saule pleureur, ses entrailles se nouèrent d'une façon tout à fait nouvelle. Ce n'était ni de la peur, ni de l'angoisse, mais du bonheur avec une pointe d'excitation, de joie qui avait du mal à être contenue. Guidés par le cœur, les bras parcoururent le dos de la jeune femme. Le droit poursuivit sa route et la main s'arrêta dans les cheveux noirs d'Amy. La chevelure glissait agréablement entre ses doigts, tandis que les narines se délectaient du parfum qu'elle leur envoyait. De son bras gauche, Felix pressa un peu plus la jeune femme contre lui, essayant de profiter le plus possible de son contact. Il n'hésita pas non plus à lui rendre son baiser avec autant fougue (bien qu'il soit beaucoup plus brouillon puisque c'était sa première expérience dans le domaine amoureux). Il souhaitait que le temps se soit arrêté mais il n'en fut rien. Felix ne sut combien de temps ils furent restés enlacés à s'embrasser comme un jeune couple marié alors qu'ils n'étaient que des inconnus pour l'un et l'autre. Mais il s'en moquait. Il aurait aimé penser que de l'heure aussi mais ce n'était malheureusement pas le cas. À contrecœur, il sépara son visage de celui d'Amy avant de sortir sa montre à gousset et de la consulter. 12h50. Il montra le cadran à la jeune femme et la questionna du regard sur la décision à prendre.




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Thanks For The Memories - Adler & Carter [Fini] Mar 29 Oct - 1:36




 





THANKS FOR THE MEMORIES
With Felix J. Adler
Je sentis mon cœur battre d’une toute autre allure, comme on ne m’en avait jamais fait vivre. La sensation de nos corps pressés l’un contre l’autre ne me rappela aucun autre souvenir. C’était la première fois que l’amour faisait bouger mes mains de la sorte, mes lèvres en une symphonie de baiser voluptueux. Le vent fouettait nos cheveux dont Felix tenait quelques mèches des miens entre ses doigts, son autre main me caressa le dos, ce qui me fit agréablement sourire tout en reprenant ma respiration pour poursuivre. Jamais je ne souhaitai m’enlever de ce plaisir immense. Je pourrai pourtant élucubré pendant des milles et des cents pour répéter encore et encore que c’était la première fois que le coup de foudre m’atteignait. Et encore plus l’Amour. Je ne voyais rien de l’extérieur, et je ne voulais pas même songer aux gens qui se baladaient au alentour. Rien n’était trop précieux que cette instant qui semblait offert par Dieu comme une chance pour moi de me rependre devant lui. J’avais une chance de faire oublier tous mes péchés à travers ce baiser d’amour sincère.

Délicatement, nous dûmes cependant nous éloigner l’un de l’autre, nos corps toujours l’un contre l’autre mais les lèvres séparés. Le temps passait sans se soucier de notre passion, sans se soucier de notre folie naissante, alors que nous venions à peine de connaître notre nom. Il sortit sa montre et me la montra sans un mot. 12:50 . Le temps était passée si vite…quel impitoyable ennemi. 

Douloureusement, je m’éloigna de lui pour ramasser la nappe et tout ce qui traînait par terre ayant sa place dans mon panier d’osier. Il n’était que légèrement plus léger qu’au retour, puisqu’au final, nous n’avions pas autant manger que ça…si ce n’était nos chaudes lèvres avides. J’ignorais comment il avait pris notre baiser, mais je n’osais lui demander. Lui offrant à nouveau mon bras, le panier à la main, nous reprîmes notre marche beaucoup plus calmement qu’à l’aller. Je ne sus quoi lui dire, il était évident que notre journée ensemble devait s’arrêter là, c’était d’une évidence même que les mots étaient superflus. Pourtant, je n’arrivais pas à croire l’expérience que nous venions de vivre…c’était quelque chose que j’avais hâte de revivre. Fermant les yeux, je songea à quelques amants qu’il fallait que je vire de mes emplois du temps. J’avais trouvé le véritable aventurier de mon cœur. Ma mère devait être impatiente de me voir, allais-je tout lui raconter sur cette incroyable rencontre? Je ne pense pas, il fallait avant tout connaître les sentiments de ce cher monsieur Adler. Alors que nous rentrions dans sa boutique, je fus pris de honte de l’avoir ainsi arraché à son lieu de travail sans sécurité. Pourtant, je lui tendis ma main et murmura tendrement:

Kaitlyn: J’ai passé…un excellent repas en votre compagnie. Est-ce que…nous recommencerons?

Mes mots étaient hésitants, mais je n’étais nullement mensongère. La vérité pouvait se sentir comme si elle pouvait se vêtir de ma peau. Plongeant sans en être rassasier mon regard dans le sien, je me tus, apeurée. 



Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Thanks For The Memories - Adler & Carter [Fini] Mar 29 Oct - 2:19

Leurs deux corps se séparèrent pour leur plus grand regret. Le temps, chose immatérielle mais que Felix haïssait précisément dans un instant comme celui-ci, les avait rattrapé et leur rappelé que leurs places respectives étaient ailleurs. L'horloger épia le moindre geste que faisait Amy en rangeant son panier dans le but d'en garder le souvenir le plus précis possible dans sa cervelle pour le reste de la semaine. Ou du moins, la prochaine fois qu'ils se verraient. Tous les mouvements de la jeune femme lui paraissaient être animé par une grâce incontestable. Il aurait pu la regarder encore de longues minutes. Pour la première fois de sa vie, il n'avait pas envie d'aller travailler. Le matin-même il avait eu peur de s'y rendre suite à l'énorme pression qui reposait sur ses épaules, mais, dans l'instant présent, lesdites épaules n'étaient pas capables de porter quoique ce soit. Hormis l'amour naissant mais déjà omniprésent qu'il vouait à Amy. Il prit volontiers le bras que la jeune femme lui offrait. Dans une situation banale, c'était à l'homme de présenter son bras, mais là Felix se trouvait véritablement dans un état second. Il était incapable (de plus, il n'y tenait absolument pas) d'effacer l'empreinte physique de ses lèvres à elle sur les siennes ni son parfum qui collait maintenant à ses habits.

Le jeune couple marchait d'un rythme beaucoup plus posé qu'à l'allée. Un silence s'installa. Un silence qui n'avait absolument rien de pesant. Felix, personnellement, se ressassait les derniers trois quarts d'heure qu'il venait de vivre, tout en espérant qu'il serait amener à revoir Amy. Il avait senti le besoin d'être avec elle. Il avait aussi pressenti que la voir, la sentir, lui parler allait devenir un besoin quotidien, une sorte d'addiction bénéfique. Oui, il avait besoin d'elle, mais s'il ne connaissait rien d'elle hormis son nom et sa profession. Ils arrivèrent alors à l'atelier. Le côté professionnel reprit brièvement le dessus sur celui amoureux pour constater que rien n'avait bougé. Tout était à sa place, à son grand soulagement. Puis, Amy se manifesta, demanda s'ils recommenceront ce genre de repas. Felix reporta donc son attention sur la jeune femme qui lui avait détruit sa enveloppe de timidité avant de lui glisser délicatement ses doigts dans les siens. De son autre main, il la passa dans ses longs cheveux ébènes avant de déposer tendrement un baiser sur ses lèvres. En se retirant, il la regarda dans les yeux avec un sourire tendre, ne pouvant se rassasier d'une telle couleur.

- Vous savez où me trouver, désormais, Amy.




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Thanks For The Memories - Adler & Carter [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Thanks For The Memories - Adler & Carter [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Heavy Rain - spoil free pour ceux qui l'ont fini
» [FINI] Call of MW2 ... URGENT URGENT
» cherche code Bubble Memories svp?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Flashbacks :: Mémoires :: Londres-