AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

The One That Go Away - [Carter & Adler & Pratt] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: The One That Go Away - [Carter & Adler & Pratt] [Fini] Dim 3 Nov - 13:47




 





The One That Go Away
With Felix J. Adler and Lewis W. Pratt



Il était partie en avant, me remerciant légèrement, d’une voix qui n’y croyait pas. Juste avant, il m’avait bien fait comprendre que mon aide n’était pas nécessaire. Il pouvait survivre seul. Je le comprenais aisément, au contraire, je n’ai pas cessé de l’obliger à se débrouiller sans moi. Je l’ai lâchement abandonné. Maintenant que je suis morte, tout cela n’a plus d’importance à mes yeux. Maintenant que je suis morte, mon fantôme erre dans le but d’accomplir ma vengeance. Pourtant, une autre quête semblait se dessiner par dessus les lettres de sang. Je devais le suivre, l’aider à s’en sortir. Mon cœur ne supporterait pas sa mort…je suis revenue, mais qui me disais qu’il en ferait autant? S’il disparaissait à jamais, je serai face à la solitude éternelle, en attendant de pouvoir moi-même trouver la voie vers l’au-delà. Voletant jusqu’à lui pour fuir le Gardien qui n’était pas aussi mort que je ne le croyais, je lança:

Kaitlyn: J’ai commis bien des erreurs, chacune d’entre elles t’ont mené ici. Laisse-moi faire de ma compagnie ma rédemption jusqu’à ce que tu sois en sécurité…

Passant entre les salles et les couloirs, je ne m’attendais pas aux moindres mots de la part de mon mari, aujourd’hui semblant de compagnon d’infortune alors que je sentais mon cœur se tordre à chaque fois que je voyais un amnésique nous fuyant comme la peste, alors que je rêverai de pouvoir l’effrayer et le mener à la mort. Ceux-là avaient l’esprit trop faible pour me résister, mais je savais qu’avec Felix, tout était différent, son esprit était trop fort pour sombrer, face à moi, il avait la dureté de l’acier…oh, vous êtes sérieux? Bande de pervers. Je parlais de sa force de volonté. Toujours était-il que nous marchions dans ces endroits pleins de vides et de terribles ombres quand soudainement un être apparaissant au détour d’une porte attira mon attention.  Nous étions dans les entrepôts, où les ténèbres régnaient en maître et n’autorisaient que la présence de quelques bougies que les murs et les tables, comptoirs. 

Je traversa directement le mur, laissant alors libre la porte à Felix, inquiète par cet intrus à l’étrange machinerie sur son visage qui ne semblait pas encore m’avoir vu. Que devais-je faire? Etait-il un allié ou un être à éliminer? Je n’avais pas encore les pleins pouvoirs sur ce que je savais faire, mais je savais juste qu’uniquement la colère pouvait me faire ressortir cette force. Avançant en voletant, je leva une main dans sa direction et m’écria:

Kaitlyn: Qui es-tu? Es-tu un être ou un démon?

D’un coup de tête, j’intima mon mari de ne pas trop s’avancer, je voulais pouvoir le protéger s’il s’agissait d’un ennemi. Comment cela j’étais bien trop protectrice? Vous rendez-vous compte du malheur que tout cela à plonger? S’il reste en vie et loin de moi, en danger, je vais m’en vouloir, mon esprit sera perturbée! A chaque être que je tuerai, je serai mélancolique, j’aurai envie de le voir, me massacrant le cœur avec ce sentiment que je ne saurai supporter! Je serai éternellement inquiète pour lui ici. Mais s’il s’en sort vivant, je pourrai me le sortir définitivement de la tête et pourrais alors mener une vie de meurtres délicieux au fond de ce manoir. Je n’aurai plus de regret, ni de remords, mes fautes seront entièrement effacés! Le regard d’une extrême dureté, je ne lâcha pas la créature du regard, prête à tout.  



Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The One That Go Away - [Carter & Adler & Pratt] [Fini] Dim 17 Nov - 21:01



« The One That Go Away. »
MUSIC THEME ∆ Wake UpAwolnation

I
l faisait si sombre ici... J'avais si peur... Bon, il est vrai que les pièces du Manoir étaient englobés totalement par la pénombre, outre ce petit jardin au centre, mais quand même. C'est à peine si ma lanterne suffisait pour éclairer les lieux et.. et cette machine sur le visage. Cette malédiction qui ne faisait que de faire fuir les autres amnésiques avec qui je pourrais devenir ami... Ainsi que de me donner de foutu mal de crânes et des hallucinations terrifiantes. C'est d'ailleurs pour cela que je me trouvais en ce moment recroquevillé sur moi-même en train de grattouiller ma face métallique. D'un regard remplit de démence, portant mon attention en direction du sol, je griffais ma joue de façon aléatoire, me blessant par moment. Il fallait absolument que cela se décroche, il fallait absolument que cela disparaisse. Maintenant.. Lorsque ça sera retiré, alors peut être n'aurais-je plus de migraine et peut être que les monstres dans le noir n'existeront plus, peut être que ce serait la fin de tout mes malheurs.. En tout cas, ça n'ira sans doute pas plus mal que cela ne l'était déjà. Avec cet engin, qui ne me servait pas plus à la survie que pour les autres... Sinon, tout le monde devrait en posséder un, non ? Ou alors peut être étais-je plus faible que les autres ? Je ne savais pas, mais j'eus de nombreuses fois l'occasion de vivre sans et pourtant, j'eus remarqué que cela n'avait pas vraiment changé grand chose.. Tout du moins, en le retirant, je ne mourus point. Preuve que cela n'était point vitale pour mon existence ! Peut être un jour devrais-je l'étudier... Lorsque bien sûr, je finirais par le retirer...

Puis quelque chose m'interpelle. Des voix. Je sais que cela ne vient pas de ma tête, mais au loin. Je m'arrête alors dans ma tâche, et grimace ressentant seulement maintenant la douleur que me provoquent mes griffures. Je décide finalement de me relever prêt à fuir. D'après vous, qui à part des Créatures pourraient trainer dans la pénombre ? Il fallait alors que je sorte absolument d'ici !! Et même à cet instant, je pris mon courage à deux mains pour combattre l'obscurité et chercher une sortie. Malgré tout, je prends tout mon temps, pensant donc que les individus se trouvent à plusieurs kilomètres d'ici, alors qu'il en est rien. Subitement, j'entends une voix crier derrière moi, je sursaute et laisse tomber ma lanterne qui s'éteint sur la pierre, il semble pour moi faire plus noir que jamais... «
- Qui es-tu? Es-tu un être ou un démon? ». Peu à peu, je me dis que je reconnais ce ton, même aussi intimidant, mais j'ai malgré tout peur... Je tourne doucement, le dos courbé comme un gosse conscient qu'il vient de faire une bêtise et là, je la vois... Amy.

Je suis soulagé et perd ma mine terrifiée pour la regarder en affichant un petit sourire. Je souffre encore pourtant de ma machine, mais je l'oublie et ne fais que de me préoccuper du spectre en face de moi, l'admirant amoureusement... «
- Ooh.. Ce n'est que moi, Lewis ! Tu m'as tellement manqué. Reviens à moi.. Qu'est ce que tu faisais dans ce Manoir ? Tu as trouvé quelque chose sur notre passé ? ». Je n'avais pas encore remarqué qu'elle était accompagnée, seulement accroché à son regard comme on s'accrocherait à une bouée lors de la noyade. Je me sentais définitivement en sécurité à ses côtés, même si elle restait qu'un simple fantôme, impossible de faire face à une Brute ou à un Gardien qui la traverserait... Peut être me faisait-elle rappeler que la mort n'était pas une fin, seulement le début d'une longue éternité qui sait, à ses côtés ?


Run, you clever boy... and remember.

Run, you clever boy... and remember.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The One That Go Away - [Carter & Adler & Pratt] [Fini] Mer 20 Nov - 20:33





Felix sentit qu'Amy le suivait de près. Il l'entendit même faire ce qui semblait être des excuses, ou du moins, un moyen de se faire pardonner, se repentir. La meilleure solution à faire dans une situation pareille était encore de l'ignorer éperdument et il ne se fit pas prier. Il vagabondait dans les couloirs des cachots, cherchant la sortie à ce cauchemar, se gardant bien de pas prononcer le moindre mot à l'intention du fantôme derrière lui. Il tournait donc aux croisements quand bon lui semblait. L'obscurité était de plus en plus oppressante et Felix craignait de voir un Gardien surgir d'une cellule à tout instant. Le sol étant toujours jonché des barils brisés, entamer une course poursuite dans ce dédale était extrêmement risqué. De plus, il saignait déjà suffisamment pour se permettre de s'écorcher à nouveau. Une ombre passa devant eux, au coin d'une pièce. Amy lui passa alors devant avant de traverser le mur de la salle stockage dans laquelle était entrée la silhouette. Felix vit là une opportunité de se débarrasser de son épouse (ou de son ex-épouse, il ne savait plus trop) mais étrangement, il la suivit. En fait, il était allé voir par pure curiosité, envieux de savoir pourquoi Amy s'était ainsi lancé à la poursuite de l'inconnu.

Quand il entra dans la pièce, le fantôme de sa femme était déjà en train de vociférer sur ce qui semblait être un homme plutôt "normal", la lumière vacillante de la lanterne jouant avec les ombres. Amy fit signe à Felix de rester en arrière, comme si elle pouvait le protéger. Avec un petit ricanement hautain et un regard plein de défis, il lui passa au travers et se campa un peu sur sa gauche. C'est alors qu'il reconnut l'inconnu. C'était le voleur d’allumettes à la machine clignotante sur le visage. En soupirant, il se dit que cette journée était remplie en agréables surprises. Et pour ne rien arranger, le voleur semblait connaître Amy dans le passé... Génial... Attendez, quoi ? Vu l'air plein d'espoirs de la machine clignotante ambulante, ils semblaient vraiment bien connaître sa femme à lui. Il posa son regard sur elle, puis le reporta sur l'inconnu. Avaient-ils...? Non, il se faisait des idées, les révélations de son épouse étant encore trop encrées et trop fraîches dans sa tête. Mais il devait en savoir plus. Avec un air accusateur voyageant entre le fantôme et le voleur, il fit un pas dans l'ombre, essayant de se faire le plus discret possible, les bras croisés sur la poitrine. Ne pas intervenir, analyser ce qu'il se disait et ce qu'il se faisait. Ainsi la pensée de Wego qui était revenu sur son épaule. Cependant, Tinky n'était pas de cet avis et le fit clairement comprendre sur un ton glacial et légèrement ironique :

- Amy ?

Son regard s'était désormais arrêté sur elle. Il espérait que Wego ait raison, que Tinky ait tort. Si cela se trouve, le voleur et elle n'étaient que des amis auparavant ? Après tout, le visage du jeune homme lui était aussi familier, peut-être était-ce un ami de la famille qu'il aurait oublié comme tant d'autres en se réveillant dans ce Manoir ? Il avait oublié pas mal de choses, mais plusieurs lui étaient revenues au fur et à mesure. Tinky reprit l'ascendant sur Wego et Felix ne put rester muet plus longtemps. C'est avec un ton chargé d'ironie, avec une pointe de mépris et de dégoût qu'il dit avec un air innocent :

- Ma chérie, tu le connais ?

Code © Keira M. sur epicode