AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Lun 23 Fév - 13:35


So Close.

Felix s’était réveillé en sursautant, allongé sur le sol. Enfin… Il allait se rendre rapidement compte que cela était une façon de parler. Il se redresser lentement, se sentant extrêmement léger. Non. En fait, il ne ressentait rien. Pourtant, il était vivant, non…? Il pouvait voir, entendre, sentir… Il reconnut alors la crypte. Il n’avait dû y mettre les pieds qu’une ou deux fois mais ce n’est pas dans le lieu où il se trouvait qu’il l’importa. Il porta une main à sa gorge, là où le Père Noël lui avait écorché la chair. Il lui semblait sentir quelques entailles qui avaient plus la forme de cicatrices mais rien de comparable aux plaies dont son sang avait fui. Il regarda alors ses mains au travers desquelles il pouvait voir le sol. Il resta un moment interdit, essayant de réaliser le fait qu’il était mort puis il soupira. Son décès avait été idiot. Il avait du mal à s’en souvenir, comme si Tinky avait agi à sa place à ce moment-là pour provoquer le Père Noël. Et voilà le résultat. Sa première pensée de défunt alla à Emma. Felix s’était efforcé de vivre jusque-là dans l’espoir de revoir sa fille. Peut-être qu’il pourrait la retrouver maintenant… Mais la pauvre enfant était désormais orpheline et lui avait gaspillé sa vie et l’espoir de retrouver un jour une vie normale avec une famille au grand complet.

Il repensa à Amy et il eut un sourire. Peut-être qu’à deux, ils trouveraient une solution. Car en réalité, ils n’étaient pas vraiment décédés. Leurs corps ne bougeaient plus, eux, étaient morts et attendaient de ne devenir plus que poussière dans la morgue. Mais leurs âmes étaient toujours vivantes en quelques sortes, non ? Qu’étaient des fantômes mis à part une représentation presque concrète des esprits des défunts ? Il y avait donc peut-être un moyen de faire machine arrière. Enfin, là n’était, pour l’instant, pas le problème. Il devait retrouver son épouse… Combien de temps s’était-il passé depuis qu’il était mort ? Car Amy l’avait vu mourir et Dieu sait ce qu’il avait pu se passer par la suite. Est-ce qu’un fantôme pouvait mourir de nouveau et disparaître complètement ? Il espéra alors grandement que cela ne soit possible. Il s’approcha de la sortie de la crypte et naturellement, posa sa main sur la poignée. Sa paume passa au travers et il soupira tristement. Il traversa la porte avec une moue mi-attristée mi-amusée et regarda autour de lui, essayant de deviner où pouvait être son amour. Ne sachant pas trop encore s’il pouvait voler, il eut le réflexe de marcher, traversant les murs pour se rendre plus rapidement là où il voulait commencer à chercher : la salle de réception. Peut-être qu’il y avait encore du monde.

Il entra pour trouver la salle vide. Seul son sang salissait encore le tapis. Il baissa la tête et se mit en tête de ratisser tous les étages supérieurs. Il en aurait sûrement pour des heures, des jours peut-être. Mais après tout, il n’avait plus à dormir. Il commença donc à ratisser chaque pièce, chaque couloir, perdant la notion du temps et ignorant parfaitement tout ce qu’il se passait autour de lui. Il ne voyait pas les Amnésiques se faire attraper par des Gardiens. Il n’entendait pas les railleries que lui lançaient les Brutes. Comment retrouver une personne dans un endroit si grand ? Et encore, il était certain qu’il n’avait pas encore posé les pieds dans certaines ailes du Manoir Rockwood.

Il arriva alors au grenier. Depuis combien de temps hantait-il les couloirs de cette affreuse bâtisse où seule l’horreur régnait entre ses murs ? Trop longtemps sûrement. Il vit une silhouette alors. Une silhouette comme lui. Transparente. C’est en voyant ce fantôme qu’il se rendit compte que les esprits comme lui étaient d’une grande rareté. Il avait croisé toutes sortes de personnes mais jamais de fantômes. Lui et Amy étaient ses seules connaissances d’une telle manifestation paranormale. Quoiqu’il en soit, il se rapprocha de la silhouette, son cœur mort semblant battre plus vite d’excitation et d’espoir. Et cet espoir était décuplé par l’apparence de ce fantôme, visiblement féminin : cheveux noirs, silhouette fine… Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir.

- A… Amy…?

©BOOGYLOU.