AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Lun 23 Fév - 13:35


So Close.

Felix s’était réveillé en sursautant, allongé sur le sol. Enfin… Il allait se rendre rapidement compte que cela était une façon de parler. Il se redresser lentement, se sentant extrêmement léger. Non. En fait, il ne ressentait rien. Pourtant, il était vivant, non…? Il pouvait voir, entendre, sentir… Il reconnut alors la crypte. Il n’avait dû y mettre les pieds qu’une ou deux fois mais ce n’est pas dans le lieu où il se trouvait qu’il l’importa. Il porta une main à sa gorge, là où le Père Noël lui avait écorché la chair. Il lui semblait sentir quelques entailles qui avaient plus la forme de cicatrices mais rien de comparable aux plaies dont son sang avait fui. Il regarda alors ses mains au travers desquelles il pouvait voir le sol. Il resta un moment interdit, essayant de réaliser le fait qu’il était mort puis il soupira. Son décès avait été idiot. Il avait du mal à s’en souvenir, comme si Tinky avait agi à sa place à ce moment-là pour provoquer le Père Noël. Et voilà le résultat. Sa première pensée de défunt alla à Emma. Felix s’était efforcé de vivre jusque-là dans l’espoir de revoir sa fille. Peut-être qu’il pourrait la retrouver maintenant… Mais la pauvre enfant était désormais orpheline et lui avait gaspillé sa vie et l’espoir de retrouver un jour une vie normale avec une famille au grand complet.

Il repensa à Amy et il eut un sourire. Peut-être qu’à deux, ils trouveraient une solution. Car en réalité, ils n’étaient pas vraiment décédés. Leurs corps ne bougeaient plus, eux, étaient morts et attendaient de ne devenir plus que poussière dans la morgue. Mais leurs âmes étaient toujours vivantes en quelques sortes, non ? Qu’étaient des fantômes mis à part une représentation presque concrète des esprits des défunts ? Il y avait donc peut-être un moyen de faire machine arrière. Enfin, là n’était, pour l’instant, pas le problème. Il devait retrouver son épouse… Combien de temps s’était-il passé depuis qu’il était mort ? Car Amy l’avait vu mourir et Dieu sait ce qu’il avait pu se passer par la suite. Est-ce qu’un fantôme pouvait mourir de nouveau et disparaître complètement ? Il espéra alors grandement que cela ne soit possible. Il s’approcha de la sortie de la crypte et naturellement, posa sa main sur la poignée. Sa paume passa au travers et il soupira tristement. Il traversa la porte avec une moue mi-attristée mi-amusée et regarda autour de lui, essayant de deviner où pouvait être son amour. Ne sachant pas trop encore s’il pouvait voler, il eut le réflexe de marcher, traversant les murs pour se rendre plus rapidement là où il voulait commencer à chercher : la salle de réception. Peut-être qu’il y avait encore du monde.

Il entra pour trouver la salle vide. Seul son sang salissait encore le tapis. Il baissa la tête et se mit en tête de ratisser tous les étages supérieurs. Il en aurait sûrement pour des heures, des jours peut-être. Mais après tout, il n’avait plus à dormir. Il commença donc à ratisser chaque pièce, chaque couloir, perdant la notion du temps et ignorant parfaitement tout ce qu’il se passait autour de lui. Il ne voyait pas les Amnésiques se faire attraper par des Gardiens. Il n’entendait pas les railleries que lui lançaient les Brutes. Comment retrouver une personne dans un endroit si grand ? Et encore, il était certain qu’il n’avait pas encore posé les pieds dans certaines ailes du Manoir Rockwood.

Il arriva alors au grenier. Depuis combien de temps hantait-il les couloirs de cette affreuse bâtisse où seule l’horreur régnait entre ses murs ? Trop longtemps sûrement. Il vit une silhouette alors. Une silhouette comme lui. Transparente. C’est en voyant ce fantôme qu’il se rendit compte que les esprits comme lui étaient d’une grande rareté. Il avait croisé toutes sortes de personnes mais jamais de fantômes. Lui et Amy étaient ses seules connaissances d’une telle manifestation paranormale. Quoiqu’il en soit, il se rapprocha de la silhouette, son cœur mort semblant battre plus vite d’excitation et d’espoir. Et cet espoir était décuplé par l’apparence de ce fantôme, visiblement féminin : cheveux noirs, silhouette fine… Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir.

- A… Amy…?

©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Jeu 26 Fév - 12:06


So Close.




Il avait dit que leurs cadavres resteraient là. Ensemble pour l'éternité. A jamais, dans toute la décomposition qui pouvait être la leur. Il lui avait dit, qu'ils resteraient là. Toujours. Pour toujours. Encore enlacé dans la dernière position qui serait la leur, celle d'un couple amoureux qui était resté ensemble jusqu'à la fin. Un dernier enlacement, un dernier soupir avant le départ vers l'au-delà. Pourquoi n'étaient-ils juste pas restés ainsi jusqu'à la fin de leur jour, confortablement installé dans leur lit, au milieu de leur chambre, dans cette maison qui était la leur. La maison des Adler. A Londres. Long soupir.

Amy se trouvait face à ces deux cadavres. Le sien ne ressemblait presque plus à son corps. On distinguait les cheveux noirs, toujours ondulant le long de son corps. On pourait également discerner sa robe rouge des parties verdâtres de sa peau écoeurante. La jeune fantôme avait du respect pour David, qui avait supporté transporté ce simulacre de cadavre jusqu'à ce lit de fortune, fait de paille et de bois. En tout cas, elle supposait que l'assistant n'avait pas du beaucoup reconnaître sa vieille amie d'antan. Elle n'était à présent qu'amas de chair informe. Et si elle redevenait un jour vivante, est-ce que son corps ressemblerait à celui qu'elle avait lors de sa mort ? Est-ce qu'elle marcherait sur la terre dans cet étrange masque de fausse vie ? Amy se demandait. Encore et encore. Bien qu'elle ait perdu tout espoir de refouler la Terre à présent que son amour était parti. Elle avait pleuré sur son cadavre pendant des jours, tout d'abord dans la salle de réception, puis tout le long du trajet de David, emmenant le cadavre de son ancien ami jusqu'au grenier. Toujours et encore, la putréfaction commençant bien trop tôt. Son corps était devenu gris. Les plaies autour de son cou suppuraient quelques fois. C'était écoeurant. Mais Amy s'en moquait. Elle voulait revoir son mari, son amour.. Sa vie. Elle voulait que son ectoplasme flamboyant revienne avec une nouvelle promesse d'espoir.

Elle attendait donc. Encore et encore, toujours. Jusqu'à ce qu'elle entende une voix l'appelait doucement. Elle aurait juré reconnaître cette voix. Aussi leva-t-elle la tête vers le cadavre, s'approchant de lui, traversant le sien qui faisait un dernier câlin mortuaire à Felix le cadavre.

Felix ?! Felix ? Tu es là... ? Sors de ce corps...

Mais ce corps était cruellement vide. Soupirant alors, elle porta les mains à ses cheveux sans savoir quoi faire. Doucement, elle tourna le dos à ce couple mort. C'est alors que ses yeux n'en crurent pas de ce qu'ils pouvaient voir. Felix. Le fantôme qu'elle attendait tant, de tout son cœur. Il était présent. Rien ne pourrait alors décrire l'incroyable sensation qu'elle sentit dans son corps. Comme si elle était vivante à nouveau, une brusque respiration imaginaire dans ses poumons, un cœur battant comme autrefois. Rien de tout cela n'était vrai. Mais ce fut l'impression qu'elle eut lorsqu'elle le vit. Un grand sourire s'étendit sur son visage, et ne fut en rien terni par le vision des restes des blessures que lui avait infligé le père-noël. Elle s'approcha avec ce beau sourire et, comme n'osant y croire, posa ses deux mains sur les joues de Felix. Celles-ci ne le traversèrent pas. Dans leur plan astral, ils pouvaient à nouveau se toucher.

Tu es devenu...comme moi...nous sommes ensemble...enfin...mais...mais pourquoi tu n'es pas arrivé aussitôt...après ta mort... ? Où étais-tu pendant tout ce temps.... ?


©BOOGYLOU.



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Jeu 26 Fév - 14:12


So Close.

Felix regarda tristement Amy se pencher sur leurs deux cadavres qui avaient été déplacés et mit côte à côte. Non, même la mort ne pourrait les séparer. Il posa ses yeux de nouveau sur le dos de son épouse qui pensait que son appel venait de sa dépouille. Non, il était bien là… Et pourtant, il ne pouvait pas bouger pour aller la serrer dans ses bras et sa voix semblait s’être éteinte aussi. Était-ce un rêve ? Est-ce que son épouse était vraiment là, à quelques pas de lui ? À portée de main ? Il allait tenter de se manifester une nouvelle fois quand elle se tourna vers lui. Il releva doucement la tête avec un espoir fou dans la tête. Il la regarda simplement, ne pouvant sourire, trop de craintes et d’espérances dans sa tête. Mais la première question était s’ils pouvaient se toucher. Cette affreuse question qui trottait dans sa tête depuis bon nombres de jours maintenant. Il répondit à son sourire par la même expression heureuse sur son visage. Il la regarda s’approcher de lui, son sourire s’élargissant, devenant cependant un peu triste. Il ne bougea quand elle leva ses paumes vers ses joues, son souffle inexistant respirant d’espoir. Il ferma alors les yeux quand il sentit la peau immatérielle de son amour sur son visage tout aussi fantomatique. Il soupira de bonheur mais son visage refléta une toute autre expression. Il se mordit la lèvre, sentant des larmes s’échappaient rapidement de ses paupières closes. Sans un mot, il prit son épouse contre lui et l’enlaça de tout l’amour dont il était capable d’éprouver. Son dos était parfois secoué de sanglots silencieux tandis qu’il refermait doucement ses poings, profitant de ce parfum, de cette chaleur, de ce contact qu’il aimait tant et qu’il lui avait tant manqué. Plus d’un an qu’il n’avait pu serrer ainsi sa femme contre lui.

- J’étais… Je t’ai cherchée… Partout…

Il la lâcha légèrement pour pouvoir la regarder dans les yeux, les siens baignant toujours de larmes. Il lui sourit. Il lui sourit comme jamais auparavant. Un sourire aussi aimant qu’heureux et soulagé mais aussi protecteur et plein d’espoir. Plus rien ne pourrait les séparer maintenant. Pas les caprices d’un Père-Noël fou ou l’influence noire de cet endroit infernal. Il caressa ses cheveux, la regardant toujours dans ses yeux avec un grand amour. Il l’embrassa sur le front, tenant sa tête entre ses deux mains avant de se remettre passer ses doigts dans sa chevelure noire et de la serrer de nouveau contre lui. Il ne savait pas quoi dire de plus. Avait-il vraiment besoin de parler pour lui dire tout ce que ces retrouvailles lui faisaient ressentir ? Avait-il besoin de lui dire qu’il l’aimait plus que tout ? Peut-être. Rien que pour entendre de nouveau sa voix. L’entendre à jamais lui murmurer doucement dans l’oreille le matin. Et au diable ceux qui disaient que les fantômes ne dormaient pas. Il le ferait s’il le veut. Felix avait atteint le repos éternel et pourtant, il ne s’était jamais senti aussi vivant depuis qu’il s’était réveillé sans un souvenir.

- On restera ensemble. Je ne te laisserai plus partir mon amour… Reste avec moi…

Felix sourit encore, sa tête contre la sienne, les yeux pleurant toujours autant. Non, même la mort ne pourrait les séparer.

©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Jeu 26 Mar - 9:22


So Close.




Jamais un choc n'avait été aussi brutal pour son petit cœur. Dieu savait pourtant combien d'étranges péripéties elle avait vécu, rapport à son étrange maladie que personne ne comprenait et ne voulait comprendre. Les médecins la regardant souvent avec un mélange de mépris et de regard lubrique. Qu'il était facile de la prendre de haut, pour une prostituée des bas-fonds qui ne s'assumait même pas. Il n'y avait eu que David pour l'avoir en pitié, et heureusement d'ailleurs. Mais à présent, le choc était tout différent. C'était un choc de bonheur. Lorsque son regard était entré en contact avec celui de son amour, revenu en tant que fantôme...son cœur semblait battre à nouveau dans son enveloppe inexistante. Elle avait été incapable de pleurer, de poser la moindre franche émotion. Tout ce qu'elle était parvenue à faire, c'était de débiter des questions, des pourquoi, des comment. Mais à présent...il la tenait dans ses bras. Pleurant sur son épaule en clamant tout son amour. Comment aurait-elle pu garder cette soudaine surprise sur son visage ? Le choc passa lentement son chemin devant sa face, et bientôt, ce furent des larmes, d'épaisses larmes qui coulèrent le long de ses joues comme si elles avaient été réels. Ses sanglots lui bloquèrent même la gorge tandis qu'elle regardait Felix poser ses yeux sur elle, un grand sourire aux lèvres qu'elle lui rendit. Un rire nerveux vint même perler à travers les larmes tandis qu'elle tentait de les essuyer avec un geste tremblant.

« Fe...Felix...Je suis si...si heureuse... »

Murmura-t-elle, tout en continuant de passer sa main le long de ses joues et de ses yeux. Dieu merci, ces larmes étaient celle de la joie. De la paix intérieure la plus profonde que l'on puisse probablement trouvé sur cette terre. Quiconque n'avait goûté à l'éternité et à l'amour ne pouvait comprendre cette émotion. C'était plus beau que tout. Cette sensation que jamais le besoin ne se ferait sentir, et que l'amour était présent dans sa plus belle forme de représentation. Dans le cœur de deux êtres fantômatiques que tout opposé dans leurs corps et qui a présent se retrouver réunis. Mais tant de digression ne pourrait empêcher l'Histore d'avancer. Avec beaucoup de tendresse et la lèvre tremblante, Amy prit les joues de Felix entre ses mains pour déposer un petit baiser tout humide sur ses lèvres. Souriante jusqu'aux oreilles, elle le serra davantage dans ses bras.

« Nous sommes enfin réunis oui...plus personne ne nous séparera...je resterai avec toi, pour le restant de l'éternité. »

Elle soupira de joie, essayant de retrouver le calme de ses membres qui ne cessaient pas une seule seconde de trembler contre son mari. Amy prit de longues respirations, serrant le vêtement de Felix entre ses ongles. S'écartant un peu, elle le regarda avec beaucoup d'amour :

« Si tu savais comme je t'aime...j'ai cru que je mourrai une deuxième fois...lorsqu'il t'a...qu'il t'a... »

Elle baissa la tête et le serra davantage contre lui, se blottissant du même coup contre son corps. Oui, elle pouvait sentir son corps et son étrange chaleur contre le sien. Enfin. C'était une sensation qui lui avait tellement manqué. Celle de son mari, si différente à tous les autres fantômes.


©BOOGYLOU.



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Sam 4 Avr - 16:05


So Close.

Felix avait oublié tout ce qu'il se passait autour de lui. Il caressait doucement les sombres et longs cheveux de son épouse, n'arrivant toujours pas à croire qu'il ressente toujours leur extrême douceur sous ses doigts malgré leurs deux natures fantomatiques. Sentir sa tête dans son cou, sa chaleur se mêlant à la sienne… Il avait donné sa vie pour ressentir cela de nouveau. Il en avait oublié ses enfants l'espace d'un instant pour retourner dans les bras de son épouse et cet instant avait suffi à l'envoyer la rejoindre dans la mort. Il aurait pu passer sa vie, ou plutôt, son éternité à la serrer ainsi dans ses bras. Cela faisait plus de dix ans qu'ils s'étaient mariés et a aucun moment, il ne s'était lassé d'elle, comme la plupart des couples le font. Non, il serait toujours profondément amoureux de son épouse, malgré leurs défauts, leurs différences, sa maladie... Il continua de lui sourire quand elle prit ses joues avant de déposer un doux baiser sur ses lèvres. Ce baiser, bien qu'il ne dura même pas quelques secondes, fut une sorte d'immense délivrance pour lui. Oui, il avait l'impression de revivre entre ses bras, de se réveiller d'un long sommeil rempli de cauchemars. La retrouver le réveiller. Elle était celle pour qui il respirait, elle était celle pour qui il avait donné sa vie. Pour retrouver ces instants à ses côtés.

Il sentit alors ses légers tremblements contre lui et essaya de la calmer tout en caressant doucement son dos. Ce dos dont il avait tellement aimé sentir contre son torse… Il sourit. Ce n’était plus le moment d’être nostalgique. Ils s’étaient retrouvés et avaient maintenant toute l’éternité devant eux pour écrire leur histoire, montrer à tous qu’ils étaient plus forts que le destin. Il sourit doucement quand elle avoua avoir cru mourir une deuxième fois quand le Père Noël n’a fait que le ramener à elle. C’était peut-être d’ailleurs, le plus beau cadeau de Noël qu’on put lui faire. Et même la violence autour de cela ne comptait pas. La violence, cela faisait des semaines qu’il la côtoyait entre ces murs si bien que cela était devenu quelque chose du quotidien. Mais retrouver son épouse et oui, sans doute, la meilleure chose qu’on ait pu lui offrir. Il caressa sa joue et l’embrassa de nouveau sur le front puis descendit à sa joue. Il la regarda dans les yeux, lui souriant toujours, ne sachant trop quoi lui dire hormis tout ce qu’il lui avait déjà dit auparavant.

- Je… Je n’arrive toujours pas à croire que je sois enfin avec toi… Après tout ce temps… Un an, peut-être plus…

Il eut de nouveau les larmes aux yeux, malgré son sourire, et prit ses mains pour caresser leur dos avec ses pouces.

- Amy, je t’aime tellement… Je m’excuse de toutes les fois où j’ai pu te décevoir ou autre… Mais aujourd’hui sera le plus beau jour de ma mort.

Il rit légèrement, un sourire amusé et chercha ses lèvres, la prenant un peu plus dans ses bras.

©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Lun 13 Avr - 11:50


So Close.




Le bonheur de son corps contre le sien, cette douceur immense qui lui avait tellement manqué. Ce n'était pas seulement la peau d'un fantôme, qui comme le sien, pouvait se frotter, pouvait se toucher, s'étreindre. C'était bien plus que cela. Quelque chose de presque métaphysique qui s'élevait de leur cœur. Un amour bien plus pur que n'importe quel souffle de vie. Et que pouvait-on dire à présent ? Rien ne pouvait décrire avec assez de précision tout ce qui pouvait s'enfuir de leurs âmes. Tout ce qui constituaient leur structure filamendreuse de fantôme froid. Amy fit passer ses mains avec une lente douceur sur toute ce corps si nouveau. Elle soupira de soulagement. Chaque seconde était une libération dans ses yeux. Le regardant avec amour, les larmes aux yeux, elle renifla doucement. Essuyant des larmes bien plus humaines que sa propre peine. Elle rit aux paroles de Felix, si magnifique dans ses oreilles. C'était également le plus beau jour de sa mort. Elle ne regrettait plus rien à présent. Sauf tout ce qu'il s'était passé en dehors de ce manoir, évidemment. Riant sans comprendre pourquoi elle riait, d'un rire fou et heureux, elle se jeta davantage dans ses bras. Ses lèvres offertes, elle s'en saisit avec une joie immense.

Tu es pardonné...si tu me pardonnes à mon tour...si je ne m'étais pas enfuie...tu ne serais pas mort...

Soupira-t-elle avec une culpabilité immense, murmurant des souffles chauds dans le cou de Felix. Caressant ses cheveux avec une force presque désespérée. Elle l'aimait tellement, bien plus que sa vie. Elle n'arriverait pas à vivre sans lui. Elle n'y était d'ailleurs pas parvenu. Elle était morte. Elle l'était. Oui. Maintenant, ils étaient morts tous les deux. Quel répétition. Souriante toujours, Amy plongea son regard dans les yeux si noirs de Felix. Ensemble pour l'éternité. Les fantômes mari et femme pour tout le temps qu'il restait à l'éternité d'exister. J'en perds mes mots et ma cohérence. Plus rien n'est décriptable, toutes les lumières des pupilles d'Amy souriaient en même temps que ses lèvres. Elle embrassa subtilement les cicatrices du cou de Felix avec un petit rire. Qu'était la pire des morts entre se faire égorger aussi soudainement, ou la famine ? Avait-il souffert ? Amy se demandait et en même temps ne voulait pas se poser la question, par peur de la réponse. S'il disait oui. S'il avait souffert. A cause d'elle...souriant tout de même nerveusement, Amy continua de caresser son corps.

Plus personne ne pourra se mettre entre nous.


©BOOGYLOU.



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Dim 17 Avr - 11:27



So Close.

« Until Death Do Us Reunite »

Felix sourit doucement en continuant de la tenir tout contre lui, caressant ses cheveux d’une douceur toujours aussi incroyable. Ce contact encore lui avait manqué. Pouvoir retoucher son épouse lui donnait l’impression de revenir à une vie antérieure ou de sortir d’un long rêve éprouvant. Au final, c’était peut-être un peu le cas, puisqu’il avait visiblement perdu la vie. Mais qu’importe. Là n’était plus la question. Il n’y avait plus de questions à se poser. Du moins pas pour l’instant. Il ferma les yeux et serra fort son épouse contre lui, l’emprisonnant dans ses bras. Il resta ainsi, silencieux, ne bougeant plus, la joue posée sur le sommet de son crâne. Il n’avait pas envie de briser cette étreinte, non… Le corps de son épouse entre ses bras lui avait beaucoup trop manqué. Il serra la mâchoire, sentant l’émotion s’emparer de son cœur immobile et ferma les yeux, ne bougeant toujours pas, refusant qu’Amy puisse le voir au bord des larmes de nouveau. Il devait garder la tête haute, aller de l’avant. Sauf que son corps refusait de libérer celui d’Amy. Il avait l’impression que ses muscles étaient devenus morts (sensation qui lui était maintenant familière), raides et froids, impossible à mouvoir.

Le corps gazeux de son épouse lui donnait une étrange sensation de chaleur. Il eut presque l’impression de se sentir vivant. Un sentiment spécial qui s’opposait clairement à leur nature fantomatique. Mais cette chaleur, qu’il sentait en lui… Serait-elle le bonheur ? La joie ? Le réconfort ? Quelque chose qu’il n’avait pas touché, effleuré depuis des mois ? Il n’y avait eu que la mort pour l’arracher à l’Enfer de la vie ? Il n’y avait eu que la mort pour lui redonner un éclat de bonheur, un second sens à son existence ? Lui redonner une raison de fouler le sol de ce monde, aussi obscur ce dernier soit-il ? Qu’importe. De toute façon, il n’était même pas sûr de vouloir retourner mettre le nez dehors. Il continua donc de serrer l’amour de sa vie et de sa mort dans ses bras, l’émotion le finissant par le submerger complètement. Il renifla doucement, mit un peu plus de force dans son étreinte, et dit d’une voix éraillée et tremblante :

- P… Pourquoi es-tu partie alors…? Pourquoi es-tu partie de la maison…?

Il ne voulait pas que cela sonne comme un reproche mais cette question lui brûlait les lèvres depuis des jours… Voire des semaines. Il devait savoir. Il caressa doucement ses cheveux pour la rassurer, n’ayant pas bougé sa joue qui était toujours posée sur.
© plumyts 2016




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Lun 25 Avr - 9:29



So Close.

« Why was I homeless ? »

Ce contact avait tellement manqué à Amy. Si bien qu'elle ne voulait rien de plus. Pour la première fois de sa vie, le contact de son mari ne la rendait pas folle au point de se perdre dans la perversion la plus complète. Il n'y avait que son amour et le sien, cette fois. Que ces deux énergies qui volaient autour d'eux, qui grandissaient en eux. Rien d'autres que l'amour qui, après avoir était restreint pendant plusieurs mois, se libérait à présent. Amy était heureuse à en pleurer. Contrairement à son mari, elle ne se força pas à cacher ses larmes de bonheur mais les laissa juste au coin de ses yeux fermés. Même à travers l'aspect fantomatique de son amour, il lui semblait pouvoir ressentir l'odeur parfaite de son lui d'autrefois. Oh, comme la jeune fantôme était pleine de regret. Jamais elle ne pourrait le regarder sans ressentir la honte de sa maladie, cette garce nourricière qui l'attacha si tôt à la dépravation. Amy aurait voulu être l'une de ces princesses de contes de fées, pure et innocente, conversant l'aspect de son corps à la seul vue du prince charmant, celui dont elle portait le nom et était la Reine. Mais au lieu de cela, il avait fallu que le doute s'imprègne de son coeur, par rapport à son mari, par rapport surtout à elle-même. Il avait fallu que les enfants naissent, et qu'elle se sente emprisonnée dans un conte qu'aucun des deux n'avaient écrit.

- Pourquoi...Pourquoi...je suis partie...

C'était autant une affirmation sans aucun sens qu'une interrogation envers elle-même. Reprenant tout bonnement les mots de son mari, elle s'écarta délicatement pour lui faire face à face. Malheureusement, la fantôme ne le regarda pas dans les yeux mais baissait la tête, honteuse. Les souvenirs lui manquaient pour qu'elle se le rappelle. La grande majorité de sa vie, elle s'en était souvenue par flash à travers le manoir. Comme de soudaines évidences qui l'avait frappé dans les moments les plus innoportuns. Des moments parfois douloureux, où pour effacer sa peine, elle en offrait milles aux gens de ce manoir. Combien d'anciens maris fidèles avait-elle pu ainsi conduire à leurs pertes car elle-même n'avait plus le sien à faire continuellement souffrir ? Tout était tremblant dans sa tête.

- Je ne m'en souviens pas...mais je ne passe pas un seul jour de ma misérable mort à le regretter...

Ses lèvres évacuèrent un soupir causé par l'habitude de la respiration. Relevant la tête, elle offrit la vision de ses yeux humides à son mari. Un homme qu'elle ne méritait pas, mais qu'elle avait aimer à en mourir. Caressant son torse à travers la chemise, elle eut un sourire triste.

- J'ai parfois l'impression que je refuse de m'en souvenir. J'ai peur...peur que tout ceci soit de ma faute. Parce que c'est sûr, c'est sûr...c'est tellement certain que tout ça est de ma faute. Toi, moi, ici, ensemble dans les airs. Si ce n'est pas le résultat de ma fuite...où quoique ce soit d'autre...qu'est-ce que ça peut être ? Felix...je regrette tellement...je me souviens de beaucoup trop de choses...du malheur que je t'ai causé de mon vivant, de ceux que j'ai apporté à nos enfants...je n'ai apporté que du malheur...il n'y a rien que tu ais fait pour me mériter, rien....et pourtant tu es là...tu es là et tu m'aimes...oui, tu m'aimes...

Amy avait du mal à croire à ses paroles qu'elle lâchait d'un coup, entrecoupé d'une respiration saccadée et d'une gorge serrée de larmes. Ceux-ci se faisaient de plus en plus nombreuses sur le bord de ses yeux et ne purent se maintenir à la portée de ses cils. Il fallut qu'ils en tombent sur ses joues blanches. Nerveusement, elle se blottit contre Felix, toujours un peu apeuré par la potentialité de son départ loin d'elle. Fallait-il donc qu'elle soit ainsi traumatisée d'elle même pour penser que personne ne pouvait vraiment l'aimer comme Felix l'aimait.

© plumyts 2016


we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini] Mer 8 Juin - 19:34



So Close.

« Until Death Do Us Reunite »

Felix écouta ses explications sans rien dire, dans un silence presque religieux. Amy avait oublié. Elle ne souvenait plus du pourquoi elle était partie avec Emma. Cela l’attrista légèrement. Lui qui avait pourtant bu l’Amnesia, il semblait avoir une meilleure mémoire qu’elle. Mais ce n’était pas grave. Il la serra de nouveau contre lui, ne sachant quoi penser ni quoi faire. Il était triste et déçu qu’ils soient tous les deux décédés, en fantôme, car plus rien ne serait jamais comme avant. Et pourtant, il aurait tant donné pour pouvoir retrouver sa vie d’horloger modeste à Londres avec ses enfants et son épouse. Il savait qu’il n’avait pas eu une existence parfaite, même Amy semblait le dire en se faisant porter le chapeau mais il n’était pas si d’accord que cela au final. Son quotidien, même imparfait, l’avait rendu heureux. Malgré ses insomnies, la réputation de son épouse qui avait fini par découler sur la sienne. Les clients qui venaient le voir rien que pour le descendre un peu plus. Heureusement qu’il s’était moqué de tout ceci. Il n’en avait d’ailleurs jamais parlé à sa femme. Comme ça, tout le monde avait ses petits secrets… Même si David lui avait presque tout raconté mais qu’importe.

Il caressa alors doucement les cheveux de sa femme, une question récurrente revenant sans cesse dans sa tête : et maintenant ? Et maintenant qu’ils étaient tous les deux réunis dans la mort, que devaient-ils faire ? Qu’allait-il advenir d’eux ? Et Emma ? Ils ne pouvaient plus la protéger désormais. Il soupira tristement, un peu perdu. Elle répéta alors que lui, l’aimait, elle. Il ne sut trop pourquoi, cela sonna étrangement dans ses oreilles. Même s’il savait qu’elle avait dit cela pour se rassurer elle-même et qu’il lui avait d’ailleurs dit quelques secondes auparavant mais… quelque chose ne passait pas. Et il ne savait dire quoi. Et cela le perturba grandement. Il soupira une nouvelle fois et la serra un peu plus contre lui. Oui il l’aimait. Bien sûr qu’il l’aimait. Il avait fait sa vie autour elle. Elle était son ancre, son point d’amarrage, son port. Elle était tellement de choses pour lui. Après tout, cela faisait presque onze ans qu’ils étaient mariés maintenant. Voire même plus. Il y a quelques temps, il aurait pu dire avec précision combien de temps il s’était écoulé depuis leur baiser devant l’autel, à la seconde près. Mais le Manoir et sa propre mort avaient un peu altéré cette compétence. Disons qu’il était telle une horloge déréglée, ne sachant quand se reposer pour repartir de plus belle.

Il secoua doucement la tête pour sortir de sa rêverie. Il baissa les yeux vers son amour et l’embrassa sur le front tout en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille. Il la regarda dans ses magnifiques yeux bleus et humides et une ombre de tristesse passa sur son visage. Il se sentait désolé pour elle. Quelque part, cela avait peut-être été de sa faute à lui aussi, s’il avait été suffisamment à l’écoute et digne de confiance pour elle. Il lui sourit doucement, cherchant à la rassurer.

- Plus rien ne nous séparera désormais. Plus personne ne nous dira quoi faire. Plus personne ne nous regardera de travers. Plus personne ne nous manquera de respect.

Il avait dit ces deux dernières phrases avec froideur et une certaine rancœur, même s’il n’y avait pas fait attention lui-même. Il la regarda dans les yeux, le visage grave et sérieux, avant de prendre avec délicatesse celui de son épouse entre ses doigts pour venir embrasser ses lèvres avec une grande douceur.
© plumyts 2016




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

So Close. [PV Mlle Carter.] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Close action - CoA
» Heavy Rain - spoil free pour ceux qui l'ont fini
» [FINI] Call of MW2 ... URGENT URGENT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Deuxième Étage :: Le Grenier :: Mémentos Retrouvés-