AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Le Bolero de Ravel - vieilles amitiés (Ambroise & Hamish)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Le Bolero de Ravel - vieilles amitiés (Ambroise & Hamish) Jeu 3 Juil - 0:16


Old friendships



« Le génie est un flot baigné par la folie. »



Les yeux d'Ambroise parcouraient les vitraux de la Crypte, en chantonnant un air qu'il avait entendu autre fois. Une douce mélodie qui était jouée dans l'enceinte de son château il y a bien longtemps de cela. Sa canne tapait violemment contre le carrelage sale, ses talons glissaient au rythme d'un Bolero lent et calme. Un pas militaire, droit comme un "i", le sourire aux lèvres. Un tour sur lui-même, puis un autre. Ambroise dansait prenant tout l'espace qu'il pouvait prendre. Aucun bruit ne sortait de la pièce, pourtant sans son crâne, Maurice Ravel était là, lui indiquant la cadence, le rythme et la couleur. Il connaissait par coeur ce morceau et ses entrailles ne demandaient qu'à s'exciter. À chaque nouvel instrument, il tournait, souriant de plus belle, augmentant petit à petit son pas, son allure et ce dos si droit. Sa canne tapant de plus en plus fort, précise, mortelle. Lentement, la Brute ferma les yeux, rigolant à plein poumon. Le rythme était devenu fou, le moment était poignant et ce morceau n'avait jamais été si fort dans son esprit. Les violons lui apparurent au fur et à mesure autour de lui. Les trompettes, les hautbois, la contrebasse, le tambour...

Il leva un bras et entama la montée en puissance de cette jouissance. C'était lui qui menait la danse, tournant de plus en plus vite. Sa canne se levait d'elle-même, arrêtant de taper contre le sol dur. La Crypte s'emplit de rires gutturaux, du froissement des vêtements, des talons claquant la pierre. Le fracas de la canne volant à travers la pièce résonna longtemps. La veste de l'homme qui était maintenant en transe, vola. Des larmes grosses comme des billes coulèrent sur ses joues. Il riait, riait, à en réveiller les morts. Ses yeux s'ouvrirent et il pu voir les musiciens autour de lui, jouant pour lui, tous dans leur plus simple appareil. La scène était belle, transcendante. Puis, doucement, il ralentit. Se préparant au final, à l'apogée. Les rires s'étaient tus. Il sentait quelque chose montait en lui qui n'allait pas tarder à montrer le bout de son nez. Ses yeux se fixèrent sur l'assemblée constituée de jeunes hommes, talentueux pour leurs âges. Ambroise, alors que le Bolero touchait à sa fin, se déversa pieusement au milieu de la Crypte. Ses membres s'étaient crispé dans une délicieuse douleur chantant ses louanges. Des images apparurent accompagné de la musique qui venait de se terminer, partant petit à petit. Lui tournant le dos. Un cris de satisfaction sortit de sa bouche tordue par le plaisir. Voilà, il avait terminé.

Le souffle court, le cœur crevant le plafond, monsieur Montmorency suait à grosses gouttes. Il s'essuya et rangea son attirail. Les musiciens avaient disparu, ainsi que la musique. Il était seul et se rembraya rapidement, le sourire aux lèvres. Sans attendre, il attrapa une chaise qui était depuis trop longtemps couchée sur le côté et posa son fidèle postérieur dessus après avoir enlevé la poussière noirâtre. Il ferma les yeux, satisfait de ce bon temps qu'il venait de passer. Depuis toujours, la musique lui avait plu. Il disait que c'était des gens aussi étranges que lui qui composaient ces morceaux divins, pervers et souvent aux aires du sadisme qu'il affectionne tant. Ambroise était venu ici afin de méditer. En effet, une nouvelle Brute venait de faire son apparition et il n'avait pas encore pu apercevoir l'horrible chose qui se mettait entre lui et son maître.
Monsieur Montmorency avait laissé entendre qu'il voulait voir le nouveau venu. Précisant bien qu'il serait ici, à ce moment-même de la nuit. La rencontre serait plus drôle.

« Peut-être est-ce un enfant ! » Hurla-t-il plein de joie. Puis il sourit. « Non, non... Un nègre ? Un asiatique ? Une femme ou un homme ? Riche ? Pauvre ? Je veux savoir ! » Son sang ne fit qu'un tour. Sa patience avait atteint son maximum. Il se leva, envoya la chaise valser plus loin et hurla. « BRUTE. Viens voir papa.... » Le ton qu'il avait prit en fin de phrase n'annonçait rien de bon. Regardant l'entrée de la Crypte, un air bestial collé à son visage.





∞ Keep calm, I just kill you

_________________________"God is behind everything, but everything hides God. "


 


Dernière édition par Ambroise S. Montmorency le Sam 5 Juil - 14:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le Bolero de Ravel - vieilles amitiés (Ambroise & Hamish) Jeu 3 Juil - 9:53


Le Bolero de Ravel



Mes pas me mènent délicatement vers cette crypte que je n'aurais su voir jusqu'ici. Il faut dire que voilà très peu de temps depuis que l'on m'a remis sur pieds pour devenir un loup parmi les brebis. J'ai cru qu'on allait me libérer après avoir terminer une expérience de je-ne-sais-quoi sur mon corps. Malgré moi, j'ai eu de l'espoir. Au moins, on m'a laissé mon miroir et mes affaires d'illusionnistes...je n'aurai pas su quoi faire si on me les avait enlevé. Trop de choses sont gravés dans le cristal de ces objets que je n'aimerai jamais voir disparaitre. Mon manteau de velours noir volète dans mon dos tandis que la grâce d'un soldat s'éprend de mes gestes. Je reste droit au centre de ce couloir, hors de question que je ne longe les murs. J'ai enfin compris le sens de la qualité au lieu de la quantité. Mes gestes doivent être court, mais d'une précision inégale. Il faudra également que je mette cette réflexion au service de mes spectateurs. Jusqu'ici, j'en avais peut-être beaucoup trop fait afin qu'ils me regardent moi plutôt que mes mains. Je n'avais rien d'autre à faire entre ses murs que regarder mes cartes, élaborer de nouveaux tours de magie et même partir en quête de temps en temps d'une victime. Victime. Que je n'aime pas ce mot, moi qui en avait si souvent fait les frais.

Mais à présent, c'est à moi qu'il incombe d'être le bourreau. J'ai enfin inversé la balance, quand bien même il ne s'agissait que de possibles pauvres innocents. Mais qui sait? Peut-être ne sont-ils pas là pour rien...après tout, mon miroir n'a jusqu'ici rencontré que des âmes du mal, dont les visages étaient défigurés jusqu'à la haine et le suicide. Nul doute que ce que je fais doit être bien. Leur rendre compte de toute l'horreur qu'ils sont en réalité. C'est dingue de ce que l'on peut trouver dans une âme humaine.

Mes pas me mènent encore. L'insondable ignominie de l'homme me bouleverse...et c'est en cette qualité que j'ai accepté ce rendez-vous avec une autre de mon rang dans ce manoir. Cela ne pourra me faire que du bien de pouvoir apprendre d'un autre comme moi ce que signifie être une Brute. Ce que cela signifie que de prendre du plaisir à détruire l'âme d'un monstre sans autre parcelle d'humanité qu'un chien. J'ouvre à mes yeux ébahis la porte de la Crypte. C'est alors que m'apparait devant mes yeux un être que je ne pensais plus voir. Ancien noble à la cour, il était de ceux que j'admirais en secret d'être si...ouvert, grandiloquant. J'ai beaucoup appris de lui dans mes débuts d'illusionnistes. Nul doute qu'il n'en était pas un lui-même, mais cette façon de bouger les bras, c'était impressionnant. Je m'avance alors vers lui avec un grand sourire et ouvre mes bras:

Vous! Ici? Comme le monde se trouve petit! Vous ne me reconnaissez pas? Hamish Of Strathearn! -son sourire s'abaisse et ses bras de même- Oh, vous ne m'avez peut-être pas remarqué, j'ai toujours été quelqu'un d'assez...Caché.


©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema

Le Bolero de Ravel - vieilles amitiés (Ambroise & Hamish)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: La Crypte-