AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Une ombre mordante [pv: Rose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Une ombre mordante [pv: Rose] Mer 15 Oct - 14:19

Depuis mon opération, souvent, j’ai fait le même rêve. C’était à l’époque où j’étais encore adolescente. Je venais tout juste de me réveiller de l’Amnesia et j’arpentais les couloirs du manoir pour la première fois. C’était comme naitre une seconde fois. Je me souvenais à peine de mon nom. Les couloirs défilaient les uns après les autres. Je revis alors des visages dont je ne me souviens plus à mon réveil. Surement différentes personnes du manoir. Finalement, j’arrive au laboratoire de Downcry. Je pousse doucement la porte… il n’y a personne. Tout est étonnement propre et lumineux. La lumière semblait jaillir d’un miroir, dans un coin de la pièce. Miroir qui n’a pas lieu de se trouver ici. Méfiante, je m’en approche doucement. Dans le reflet, je me vois. Et plus je me rapproche, plus je me vois grandir pour finalement voir le reflet de moi-même à l’âge adulte. Du bout des doigts, je touchai le miroir qui, soudain, se brisa. Mon double adulte était sorti de derrière le miroir et me dévora le cou. J’essayais d’hurler, mais aucun son ne sortait de ma bouche. Le sang volait dans tous les coins de la pièce, tapissant les murs de rouge. Je sentais le liquide chaud couler le long de ma nuque et la douleur cinglante me paralysé. Finalement, je me retrouve étendu sur le sol, dans cette pièce devenu sombre, mon double de moi-même finissant par disparaitre, laissant place à Downcry. J’essaye de parler, de le supplier de m’aider… Il se contente de lever une immense seringue et me la plante en plein cœur.

C’est sur cette image que je bondis de ma couche, le corps recouvert de sueur, la vision fine m’indiquant que j’avais les yeux rouge et que cela avait réveillé ma soif de sang. Mes mains tremblaient et ma tête me cognait. Ce rêve me revenait de plus en plus alors que je combattais cette envie irrésistible de mordre. Bon sang… mais qu’est-ce qu’il m’a fait ? Je ne voulais tuer personne et encore moins boire le sang de quiconque.

Je me redressai et observai la fenêtre. Derrière les rideaux tirés, le soleil brillait toujours… Je me rendis compte alors que je pouvais tout arrêter. Je pouvais tirer ces rideaux et laisser le soleil me bruler la peau et me tuer une fois pour toute alors que je regarderai le ciel, chose que je n’ai pas souvent eut l’occasion de voir depuis mon arrivée ici.

Je me levais péniblement et m’habilla. Mon sang avait tellement tendance à bouillonner dans mes veines qu’il ne m’était plus possible de dormir vêtu et je n’avais pas encore trouvé de vêtements suffisamment fins pour être à l’aise… De toute manière, personne ne venait me déranger ici. La nouvelle s’était rapidement répandue comme quoi une nouvelle démente avait vu le jour et qu’elle dévorait les personnes qui s’approchaient d’elle…

Rentrer dans cette pièce qui me servait de chambre, c’était rentrer dans une cage aux lions pour eux. Jamais je n’avais été aussi seule. Remarquez, ce n’est peut-être pas plus mal. Ainsi, je suis sûr de ne blessé personne. Mais, depuis quelques temps, j’ai imaginé que je pourrais peut-être survivre sans pour autant tuer. Il me suffirait d’avoir quelqu’un auprès de moi qui m’autoriserais à boire son sang avec modération. Evidemment, qui se porterait volontaire pour quelque chose d’aussi risqué en sachant que je ne me contrôle pas forcément.
En tout cas, je n’arriverais pas à dormir tout de suite. Après avoir revêtit mes vêtements tout de cuir noir, je sortis discrètement de ma chambre et alla me promené dans les couloirs. Le souci était qu’à cette heure de la journée, il était grandement possible de croiser du monde. Mais bon, personne ne m’approchait et le peu qui osait, je leur demandais de s’éloigner au risque de se faire bouffer… Mon désir de mordre était devenu… mordant.

Je me rendis alors dans une antichambre sombre… Elle semblait vide alors je m’y incrustai… Pourtant elle ne l’était pas. Une jeune femme s’y trouvait aussi. Quelle poisse… Tant pis, il fallait bien que j’essaye de me contrôler. « Bonsoir… » Lui dis-je d’une voix quelque peu glaciale, lui cachant mon visage avec une mèche de cheveux, avant d’aller m’allonger sur le divan, les yeux rivés vers la fenêtre, essayant d’oublier la personne qui se trouvait dans cette même pièce…

Enfin, comme-ci c’était aussi simple. Je ne pouvais pas non plus l’ignoré. Pour rester humain, il faut d’abords et avant tout continuer à tisser des liens même-ci c’est un peu à mes risques et périls. Avec un peu de chance, j’arriverais à oublier. J’essayais alors d’engager une conversation sans la regardé.

« Excusez-moi mais… que faites-vous dans cette pièce sombre toute seule ?... »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose] Lun 3 Nov - 23:04




Une ombre mordante.


Rose avait finalement réussi à dresser un plan à peu près correct du manoir mais une réalité s’imposa à elle, cruelle et douloureuse : il n’y avait aucune issue. Certes il y avait bien des portes et des fenêtres mais la plupart étaient condamnées et les autres, fermées.
Elle essayait de se redonner de l’espoir en se disant qu’elle avait réussi à faire quelques réserves, à rester en vie et à trouver cet endroit tranquille.

Voilà quelques jours qu’elle avait trouvé refuge dans la solitude et les ténèbres des anti-chambres. Elle changeait chaque jour de pièce, au cas où mais pour le moment, elle n’avait jamais croisé personne et ainsi, elle récupérait doucement de sa fatigue. Mais cependant, la jeune femme ne dormait toujours pas bien. Son sommeil était peuplé de cauchemars, de sangs et elle se réveillait toujours en sursaut, aussi fatiguée que quand elle s’était endormie d’épuisement. Elle essayait de remettre de l’ordre dans ses sentiments, dans son avenir incertain.

« Bonsoir… »

Rose sursauta, ne l’ayant pas entendu entrer. C’était pourtant la chose à ne pas faire. Mais l’inconnue, car c’était une femme, ne semblait pas être dangereuse. Du moins, elle avait eu l’amabilité de la saluer sans lui sauter à la gorge comme certaines personnes de sa connaissance. En plus, elle essaya d’engager la conversation, certes, de façon maladroite :

« Excusez-moi mais… que faites-vous dans cette pièce sombre toute seule ?... »

Rose lui sourit doucement et se redressa en époussetant sa robe avant de s’approcher et de lui tendre une main :

«Bonsoir. Vous pouvez m’appeler Rose. Heureuse de vous rencontrer. Et ce que je fais ici … la même chose que vous probablement. Me reposer, me sentir un peu en sécurité. Enfin rien d’exceptionnel. Mais si ma présence vous dérange, je peux partir et trouver un autre endroit. »

©BOOGYLOU.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose] Mar 4 Nov - 23:42




Il fut une époque où j’aurais tellement apprécié avoir une conversation sereine avec quelqu’un qui deviendrait plus tard proche de moi… Du moins, je me l’imaginais. J’avais du mal à me voir comme une solitaire et pourtant, depuis que je suis ici, j’ai toujours été seule. Je n’ai jamais fait confiance à qui que ce soit et voilà où cela m’a mené.

Maintenant que je ne suis plus humaine, j’ai plus besoin d’alliés que jamais et même, plus que des alliés, des amis en qui avoir confiance. Cependant, du côté des Déments, il n’est pas simple de faire des rencontres convenables. Entres ceux qui parlent à peines et ceux qui veulent vous faire la peau pour une raison ou une autre, il est compréhensible que l’on fasse peur.  

Cependant, cette femme n’était pas obligée de savoir que j’étais une expérience raté. Cette pièce était sombre. Cela devrait dissimuler mes crocs. C’est alors que la jeune femme s’approcha de moi et me tendit la main. Manœuvre dangereuse. Je restai longuement à observer la peau fine de son poignet. A cet endroit, la peau est tendre et les veines sont pleines de sang. Tout le sang du corps passe à cet endroit précis. Cet endroit qui m’était si gentiment tendu… Non, non ! Il me fallait lutter. Cette femme, qui plus est, semble être l’une des créatures les plus innocentes que je n’aie jamais croisées dans ce manoir.

D’une main tremblante, je serrais alors légèrement la sienne mais pas longtemps. La sensation de douceur  et de fraicheur que dégageait sa main me donnait encore plus envie d’y gouter. C’était vraiment compliqué. Depuis mon opération, je me suis rendu compte que la chair des femmes était bien plus tendre et gouteuse que celle des hommes et, contrairement à ceux-ci, j’avais l’impression en les mordants que cela leur offrait un plaisir étrange bien que cela allait les tuer. Je ne saurais expliquer cela. Il faudrait que j’en parle à David afin de mieux comprendre cette réaction.

Enfin bref, je l’écoutai se présenté. Elle disait s’appelé Rose et m’expliqua alors qu’elle cherchait le repos et la sécurité. Cela failli me faire rire car, il n’y a vraiment aucun endroit où être en sécurité ici. Mais bon, je n’allais pas non plus l’enfoncer un peu plus. Je me pleins peut-être souvent, mais avec mes compétences, je suis à même de me défendre contre les brutes et autres qui cherchent à vous faire du mal constamment… Contrairement aux amnésiques.

« Stark… Riven Stark. Tout le plaisir est pour moi. Pardonnez-moi pour les tremblements... Vous ne me dérangez pas, bien au contraire. Ça fait plaisir de croiser du monde dans ce manoir qui a autre chose en tête que de vous faire la peau.»

Je me redressai doucement et observa son visage… Elle semblait si jeune, si fragile. La simple vue de son visage calma aussitôt mes pulsions qui se laissaient dominer par ma propre humanité. Je ressentais quelque chose envers cette frêle jeune femme, quelque chose de semblable à de la pitié et de la peur. Quand et comment était-elle arrivée ici ? Comment peut-elle espérer survivre dans cet univers dangereux ? Je l’observais curieusement et lui sourit légèrement en retour, en évitant de découvrir mes dents.

« Comment êtes-vous arrivé ici ?... Que disais votre lettre à vous ? Si ce n’est pas indiscret bien sûr. Je suis juste curieuse. Il y a tellement de personnes ici et toutes ont une histoire différente. Puis-je connaitre la vôtre, Rose ? »

Parler… Oui, c’est bien de parler. On se sent plus humain ainsi.  Mais, il ne fallait pas que je me fasse d’illusion. Même en parlant constamment, à un moment ou un autre, ma soif de sang referait surface mais pour le moment, on n’y était pas

©BOOGYLOU.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose] Ven 2 Jan - 19:01





Une ombre mordante



Rose ne s'était pas encore rendue compte dans quelle situation dangereuse elle s'était encore fourrée. Sa main restait tendue vers l'inconnue qui tardait à lui retourner les bonnes manières. Elle pencha la tête, l'interrogeant gentiment du regard. Peut être l'avait-elle intimidée ? A moins que la jeune femme n'avait pas confiance ? Après tout, elle ne se connaissait ni d'Adam ni d'Eve … Bien que clairement, Rose savait qu'elle n'inspirait guère la crainte et ne cherchait pas à paraître inquiétante non plus. Finalement, l'inconnue prit sa main et la serra une fraction seconde avant de la retirer. La jeune femme ne s'en offusqua pas, c'était déjà semble-t-il un grand effort pour sa compagne donc elle n'insisterait pas.

« Stark… Riven Stark. Tout le plaisir est pour moi. Pardonnez-moi pour les tremblements... Vous ne me dérangez pas, bien au contraire. Ça fait plaisir de croiser du monde dans ce manoir qui a autre chose en tête que de vous faire la peau.»

L'ex infirmière fut ravie d'entendre cela. Elle lui faisait donc un minimum confiance ! Quel bonheur. Peut être pourrait-elle même devenir amies ? Pourquoi pas, après tout, Riven n'avait pas l'air dangereuse. Elle était peut être intimidante ainsi vêtue de noir mais Rose n'était pas du genre à se faire des idées sur les autres qu'en les jugeant sur leur apparence.

« Comment êtes-vous arrivé ici ?... Que disais votre lettre à vous ? Si ce n’est pas indiscret bien sûr. Je suis juste curieuse. Il y a tellement de personnes ici et toutes ont une histoire différente. Puis-je connaitre la vôtre, Rose ? »


Elle détourna la tête. L'image des corps sans vie l'assaillit à  nouveau. Elle sentait encore l'odeur métallique du sang, sa chaleur lorsqu'il avait éclaboussé son visage. Un frisson la parcourut alors qu'elle s'asseyait sur une chaise qui semblait encore en assez bon état pour supporter son poids :

« Je ne sais pas comment je suis arrivée ici … De mon plein grès probablement … Enfin c'est ce que sous-entends le mot que je m'étais laissée. Ma lettre ne disait pas grand chose, simplement que je devais prendre un nouveau départ, laisser derrière moi des … images. Mon histoire … Je l'ai oublié, j'ai tout oublié sauf ce que je tentais désespérément d'oublier … »

Elle eut un rire étranglé avant de se reprendre :

« Stupide n'est ce pas ? Voilà où cela m'a conduit. Quel nouveau départ ! Et le pire, c'est cette sensation d'avoir oublié quelqu'un … Quelqu'un qui m'est très cher et que je n'aurai pas du oublier. Enfin ! Il ne faut pas se laisser aller à la mélancolie. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir ! »

Elle sourit à Riven :

« Et vous ? Voulez vous le contez la votre ? Je vais vous dire quelque chose qui va vous paraître stupide mais vous paraissez être tellement forte, tellement libre … Je vous envie ! J'ai l'impression que pour vous, rien n'est impossible. Je m'emporte encore … Veuillez m'excuser ... »

Rose était gênée de faire par de ses pensées si facilement. Qu'allait elle penser d'elle.

©BOOGYLOU.



Dernière édition par Rose E. A. Lefèbvre le Sam 14 Fév - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose] Mar 13 Jan - 17:19




Rose n’était pas une mauvaise fille, j’en étais à présent persuadé. C’était bien une amnésique pur tel que je l’étais en arrivant ici. Mais, sincèrement, cet endroit n’était vraiment pas fait pour elle.  Si je n’avais pas su me battre, je n’aurais pas tenu une semaine. J’aurais quand même tenu plusieurs années avant que finalement ce scientifique fou de Downcry ne s’occupe de moi. Je devrais être morte… Finalement, il doit bien y avoir un dieu quelque part pour que je sois encore en vie et, qui plus est, que j’ai acquis une telle force en contrepartie de mon humanité. Plus j’y pense, plus je me dis que, finalement, je devrais presque remercier cet homme.

Finalement, Rose me raconta son histoire que j’écoutais attentivement. C’était assez intéressant, sa lettre semblait comparable à la mienne au final. Elle aussi semble être venue ici de son plein grès en fuyant un passé sans doute horrible. Sauf qu’elle, à priori, elle n’aurait pas oublié ce qu’elle voulait oublier !... Là par contre, ça doit être pire que tout. Le but de l’Amnesia à l’origine est justement de tout effacé et de prendre un « nouveau départ ». Par où est donc passé cette jeune femme ?...

En tout cas, plus je lui parlais, plus j’étais fasciné par elle. Elle avait ri… C’était un rire jaune, certes, mais si en plus comme elle j’avais eu la sensation d’avoir oublié quelqu’un qui m’était chère, je serais surement morte depuis longtemps, me laissant ronger par la mélancolie. Je commençais doucement à comprendre comment elle avait survécu. La force physique n’est rien avec une bonne force mentale et cette femme était en réalité bien plus forte que je ne serai jamais. En parlant de cela, elle avoua alors envier ma force et ma liberté… Petite naïve…

« Vous m’impressionnez… Pour être honnête avec vous, votre corpulence, votre visage n’inspirant que bonté me faisait croire que vous étiez la personne la plus faible de se manoir. Mais… vous m’impressionnez. Après tout ce que vous savez, tout ce que vous avez dut traverser ici et vos souvenirs restant vous êtes encore là, debout et pleine d’espoir… Vous êtes de loin la personne la plus forte en réalité que j’ai rencontrée depuis des années… La force physique n’est rien comparée à la force mentale. Croyez-moi, de nous deux, je suis la plus impressionnée. »

Je passais alors une main dans mes cheveux noir avant de me redressé doucement. Mon mal de tête dut au manque de sang s’était calmé. Au moins, je me sentais apaisé. Cela faisait bien longtemps que ma soif de sang ne m’avait laissé tranquille. Il fallait croire que doucement j’allais pouvoir à nouveau mangé normalement même-ci je savais que le sang allait agir comme une drogue maintenant. Même-ci David se montrait rassurant, je n’y croyais pas vraiment… Je me passais une main sur le visage avant de commencer mon récit.

« Je ne me souviens d’absolument rien mise à part que je sais me battre… Contrairement à vous l’Amnesia a effacé tout ce que je souhaitais… je pense… En tout cas, c’est ce que voulais celle qui a écrit ma lettre. Je suis arrivée ici par mon propre grès également et je me suis donné pour mission de protégé les personnes innocentes qui habitent ici… Pour moi les Amnésiques et les Déments. »

Je n’arrivais pas à contrôlé les tremblements de mes mains même-ci ceux-ci c’était apaisé. J’essayais d’occupé ces dernières en passant une main dans mes cheveux puis de jouer nerveusement avec mes doigts avant de finalement les posé sur mes genoux en essayant de ne pas avoir l’air trop bizarre… Cette jeune femme était charmante et je tenais vraiment à ce que l’on devienne alliés voir amies. Mais… pour cela, je devais lui dire la vérité.

« Dites moi… Que pensez-vous des Déments ?... Vous font-ils peur ? »





©BOOGYLOU.






Dernière édition par Riven A. Stark le Mar 3 Mar - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose] Sam 14 Fév - 19:23





Une ombre mordante



La jeune femme rougit et baissa les yeux. Son physique la complexait vraiment beaucoup alors que Riven lui fasse la remarque sur sa faible forme physique la gênait au plus au point. Elle n'avait pas vraiment envie de se considérer comme la personne la plus faible du manoir, c'était … dégradant. Elle cherchait tellement à paraître forte, à ne pas obliger les autres à avoir envie de la protéger ou pire encore, à avoir pitié d'elle.  Mais concrètement, l'ex infirmière avait parfaitement conscience que si elle était encore en vie et plus qu'entière, c'était grâce à cette aura qui se dégageait d'elle et qui donnait plus envie aux gens de la protéger que de lui enfoncer le crâne dans un mur. Pourtant, malgré les apparences, Rose était une personne capable, débrouillarde et surtout, avait assez de force pour porter -ou du moins tirer- un homme pas trop corpulent – donc n'importe qui du manoir- car son travail de soignante l'avait contrainte à développer une certaine résistance.

Aussi, le reste de la description de la jeune femme la toucha particulièrement. C'était la première fois qu'on lui disait ses mots et cela lui allait droit au coeur. D'être reconnue pas seulement comme étant la petite fille fragile lui procurait un soulagement indescriptible et elle sourit franchement à son interlocutrice.

Elle-même ne savait pas trop comment elle vivait avec pour seul souvenir, ses fautes. Et des fautes qu'elle ne pouvait expier ! Peut être que se focaliser sur le bien-être des autres l'empêchaient de penser au malaise qui grandissait dans les bas-fonds de son esprit. Mais il est vrai qu'au quotidien, il lui arrivait de craquer, jamais devant les autres, juste seule avec elle même dans un coin sombre, lorsque la fatigue l'enlaçait. Se dire que les seuls souvenirs qu'elle se créait était ce manoir, entouré de personnes malades commençait à lui peser lourdement sur la conscience.

En face d'elle, Riven s'agitait nerveusement. Ces gestes trahissaient son malaise. Rose avait assez travaillé au quotidien avec toutes sortes de personnes pour deviner qu'elle avait quelque chose à avouer. Aussi ne la brusqua-t-elle pas et l'écouta raconter  son histoire, légèrement différente de la sienne. Discrètement elle rapprocha sa chaise de l'amnésique et sourit en lui prenant doucement une main pour calmer ses tremblements en lui souriant avec une tendresse quasi maternelle :

« Vous savez, je ne pense pas qu'il y ait une seule personne dans ce manoir qui soit vraiment innocente, déjà même avant d'arriver ici. J'aurai voulu pour ma part mais … je ne sais ce qu'il s'est réellement passé et … j'ai fait des choses horribles, que je regrette. Et même s'il y a une personne innocente qui soit arrivée ici, elle ne le restera pas … Ce manoir nous pervertie tous. Les Déments ne me font pas spécialement peur, pas plus que les asiles psychiatriques. Je pense au contraire que ce sont des personnes qui ont besoin de toute l'aide possible. Ils ont besoin d'attention et de beaucoup d'affections. Malheureusement, le manoir et ses dangers les obligent à être sur la défensive. Attaquer pour se défendre, par peur ou parce que certaines pulsions les obligent à cela. Ce n'est pas leur faute. »

Elle soupira :

« Si seulement je pouvais apaiser leur mot comme le ferait le christ ... »

L'amnésique lâcha la main de sa compagne et se redressa :

« Avez vous mangé ? Vous semblez affreusement pâle, je dirais même en hypoglycémie. Je pense qu'il serait bien de trouver de quoi grignoter. »


©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose] Mar 3 Mar - 23:16



Lorsqu’elle prit mes mains dans les siennes, un frisson me secoua. Même-ci elle n’avait pas forcément les mains très chaudes, elles l’étaient bien plus que les miennes qui étaient frigorifiées. Cela me fit un bien fou. Je fis de mon mieux pour ne pas venir palper les veines de son poignet, ce qui aurait eus pour effet instantané de réveiller ma soif de sang. Non, à la place, je serrais doucement ses mains et les caressants, profitant de leur douceur en soupirant doucement et en écoutant ce qu’elle me disait.

Ce qu’elle me dit à propos de l’innocence était quelque chose de tout à fait vrai. Ce qu’elle omit de dire, c’était que le peu de personne qui se serait entêté à rester ainsi n’aurait surement pas fait de vieux os ici… J’ai pu rester plusieurs années innocente, certes, mais je n’ai fait que courir sans jamais m’arrêté. Ce scientifique fou ne s’est jamais arrêté et a finalement réussi à m’avoir. En parlant de ça, la conversation dériva sur les Déments et, à mon grand soulagement, nous ne lui faisions pas peur. Elle me dit même que nous méritions toute l’affection nécessaire… Mais oui, nous restions dangereux elle le savait bien mais, comme bien peu de personne, elle savait que ce n’était pas notre faute. Cela me fit lâcher un léger sourire plein d’espoir, pour la première fois de ma vie entre ces murs. J’étais en train de me faire une nouvelle alliée qui allait sans doute devenir une amie… En espérant que malgré tout, la vérité ne la blesse pas.

Elle soupira en disant qu’elle aimerait nous apaiser… J’aimerais tellement… Le pire c’était qu’elle pouvait m’apaisée mais, frêle comme elle était, même-ci maintenant je commence à me maîtriser, je risquais de la tuer avant même de me rendre compte que la vie la quitterait. C’est alors qu’elle me proposa à manger que je compris que je devais tout lui dire. Je me levai alors.

« Attendez… Je… Essayez-vous je vous en prie… Il faut que je vous dise quelque chose. »

Je me dirigeais alors vers une lampe à pétrole éteinte et entrepris de l’allumer avec une allumette qui trainait par là. Il me suffit de la frotter sur mon haut en cuir pour qu’elle s’enflamme. A ce moment-là, alors que j’allumais la lampe, je lui tournais le dos.

« Vous avez dit vrai… Les déments n’ont jamais choisi d’être ce qu’ils sont… Je suis bien placée pour le savoir car… moi-même j’en suis une mais n’ayez pas peur. Je me contrôle encore suffisamment pour ne pas faire de mal aux personnes qui me sont sympathique… »

Doucement, je pris la lampe et revins vers elle. Je la posais entre nous deux ce qui lui permit de bien voir mon visage. Mes yeux bleus électriques semblaient refléter la lumière qui émanait de la lampe. Nerveuse, je ne pus m’empêché de me mordre la lèvre avec un de mes crocs de vampire. Ne voulant pas faire paniquer ma nouvelle amie, je lui expliqua.

« J’ai été transformé il y a quelques semaines part Harry Downcry… C’est lui qui m’a fait… tout ça. Depuis, je possède une force capable de rivaliser avec les brutes mais, le contrepartie est terrible. Je ne peux plus manger comme les êtres humains normaux. La seule chose qui me nourrit pour le moment, c’est le sang humain. »

J’espérais ne pas en avoir dit de trop d’un coup surtout que je ne m’étais pas montrée rassurante. A présent, j’eus peur qu’elle m’ait déjà vue mordre quelqu’un dans les couloirs car, lorsque je mordais à tout vas, il n’était pas rare que quelques personnes croisent ma route. Je lui souhaitais de n’avoir jamais vue cela.

« Comme je vous l’ai dit, j’ai toujours voulu protéger tout le monde ici des monstres… Maintenant j’en ais la force, mais je suis devenu un monstre… Ironie du sort. »

En la regardant de plus près, je vis bien que je n’étais pas la seule à avoir une mine d’affamée. Je ne pus m’empêché de sourire et j’essayai de détendre l’atmosphère en lançant :

« Vous dites que j’ai l’air à la limite de l’hypoglycémie, mais vous n’êtes pas mieux je le crains… Voulez-vous quelque chose ? »


Au final, ce fut moi qui me leva prête à lui trouver quelque chose à manger.

©BOOGYLOU.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose] Jeu 5 Mar - 10:50





Une ombre mordante


La jeune femme avait vraiment les mains glacées et ce n’était pas peu dire vu comment les siennes étaient froides également. A ce niveau là d’ailleurs, cela inquiétait l’infirmière bien qu’elle ne sache ce qui pouvait provoquer une telle température corporelle … Peut être une mauvaise circulation sanguine ? C’est vrai qu’elle était plutôt pâlotte. Par contre, la conversation tournait trop à la confidence à son goût. Elle n’était pas Jonathan ! Pourtant, Rose garda son calme olympien.  Une démente ? Vraiment. Bien. Calme. Ce n’était pas grave. Elle n’avait pas voulu lui enfoncer la tête dans le mur, n’avait pas essayé de la violer ou pire … Donc qu’avait-elle à craindre ?
En plus elle avait des beaux yeux. Elle aurait tellement aimé lui ressembler car à n’en pas douter, les hommes étaient à ses pieds. La lumière en tout cas était réconfortante. Elle n’utilisait que peu l’huile qu’elle trouvait de peur d’en être à court le jour où se serait réellement nécessaire. Mais pour une fois, ne pas être dans les ténèbres, cela lui remontait un peu le moral. En plus, la douce chaleur qui se répandait dans ses mains étaient réellement agréables.  Au moins, cela l’aidait à affronter la nouvelle.

« En gros, tu es une genre de … de vampire ? Je … oui je veux bien manger quelque chose … Je crois que je vais m’évanouir sinon. J’ai pas l’habitude encore de t-tout ça. Mais enfin je peux vous servir de … de garde manger ? Si ça peut éviter de mordre d’autres personnes et si vous arrivez à vous contrôler, je suis prête à vous aider du mieux que je peux. »


Elle se sentait le comble du ridicule mais ajouta cependant :

« En échange tu pourrais … me défendre ? Comme tu l’as dis … C’est étonnant que j’ai réussi à survivre aussi longtemps … Qu’en penses-tu ? »


©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose] Lun 16 Mar - 14:30




Très honnêtement, je n’aurais jamais imaginé que les évènements se passeraient ainsi par la suite. Je ne suis pas une personne très fréquentable après tout à moins d’être complètement suicidaire ou adepte de pratiques pour le moins douteuses. En tout cas, contrairement à ce que j’imaginais, le regard que porta sur moi cette jeune femme n’eut rien de quelqu’un qui était effrayé. Inquiète, possible, mais pas effrayée. Elle me désigna comme étant un vampire ce qui était vrai… Je ne suis plus humaine depuis un moment et cela m’attriste toujours autant de savoir que cela ne changera probablement jamais. Il y avait moyen pour moi de faire machine arrière, je le savais. Mais… Pour le bien de tous ici, je ne le voulais pas.

Dès qu’elle me dit qu’en effet, elle avait faim, je me levais alors et me dirigeais vers une armoire dans laquelle j’avais commencé à cacher un peu de nourriture que j’essayais de mangé de temps à autres. Malgré mes nouveaux intestins, cela passait encore très mal. Je n’avais même pas encore réussi à finir une pomme. C’est alors qu’elle me fit une proposition qui me stoppa net dans mon élan. Elle se proposait d’être mon garde mangé ?! Etait-elle folle ou bien suicidaire ? Finalement, avec la suite de sa phrase, je compris qu’elle était tout simplement d’une trop grande gentillesse. Je repris doucement ma marche vers l’armoire et l’ouvrit sans rien dire. Je ne savais vraiment pas quoi répondre. En échange, elle voulait que je la défende. C’était compréhensible…

Une pomme à la main, je revins vers elle en silence et la lui tendit. Son offre était vraiment alléchante surtout que, je l’avais bien remarqué, le sang féminin était bien meilleur que celui des hommes. Leur peau est plus douce, plus tendre et leur sang avait quelque chose de sucré et de délicieux. Me rendant alors compte que je la dévisageais de la même manière qu’un affamé regarderait un steak, je détournais le regard vers la lumière et me rassit en face d’elle.

« Votre offre est vraiment sympathique… Mais voyez-vous, je ne peux l’accepter. D’abords, parce que je ne me contrôle pas. Lorsque je commence à boire le sang d’une personne, mon instinct me pousse à continuer jusqu’à ce que le cœur s’arrête de battre. J’ai réussi qu’une seule fois à épargner quelqu’un et encore, j’ai été… aidée on va dire. Ensuite, votre corps semble fragile et j’ai peur qu’il ne supporte pas que je lui vole ne serait-ce qu’un litre. Pour finir, je protège les gens de se manoir sans demander de contrepartie… »

Mais mon esprit s’était laissé embrumer par cette idée. Ce n’était pas tous les jours que quelqu’un se laisse volontairement mordre… et encore moins une femme. Le petit monstre en moi était en train de s’éveiller à cette idée et, à nouveau, je sentis mes mains trembler.

« Je… Je mentirais si je disais ne pas avoir besoin de sang… Mais vous êtes la première personne suffisamment gentille pour se proposé de me nourrir volontairement… Je ne peux me résoudre à vous mordre… »

Sur cette fin de phrase, je me pris la tête dans les mains. Le monstre hurlait presque à présent et je ne pouvais pas le faire taire. Je pouvais la mordre mais je ne voulais pas et cela commençais à me rendre folle. Jamais elle n’aurait dut faire cette proposition. A ce moment-là, je compris que d’une manière ou d’une autre, j’allais la mordre. Mais allais-je pouvoir me contrôler cette fois ?


©BOOGYLOU.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose] Dim 19 Avr - 18:10





Une ombre mordante

Rose se sentait stupide d'avoir proposé chose pareille. Mais comment pouvait-elle l'aider à part ainsi ? Riven n'avait pas l'air d'être une mauvaise personne, c'était injuste ce qui lui arrivait et elle en payait le prix fort, emportant d'autres personnes avec elle. Donc quelque part, cela lui semblait être la meilleure solution. Riven ne souffrait plus trop de la faim, personne ne serait tuer et elle pourrait côtoyer d'autres personnes sans avoir peur de sa seconde nature, elle même serait protégée si elle arrivait à se contrôler et ne pas boire jusqu'à la dernière goutte de son sang.

La jeune femme craignait d'avoir froissé par sa proposition la femme-vampire … Elle prit doucement la pomme qu'elle lui tendit sans mot dire et baissa la tête, la faisant rouler entre ses doigts, gênée. Elle sentait le regard de son interlocuteur sur elle et frissonna. C'est sur, elle devait se dire qu'elle n'y survivrait pas, qu'elle était trop faible, que son sang aurait probablement un goût infecte. Stupide Rose, Stupide.

Quand Riven se rassit, elle l'observa à la dérober. Voilà, c'était exactement ce qu'elle pensait mais … La jeune femme semblait si mal en point. Rose ne supportait pas de la voir ainsi. Elle abandonna donc sa pomme sur le lit pour se rapprocher de son amie et lui prit la main, l'obligeant à la regarder dans les yeux :

« Riven, je ne te connais pas depuis longtemps certes, mais je sais que tu es une bonne personne … Tu ne veux faire souffrir personne malgré ta … nature disons. Mais tu en souffres et moi, mon rôle ici, c'est d'apaiser les souffrances des gens. Si tu m'enlèves ceci, je ne serai plus moi et je n'aurai aucune raison de vivre.
Je sais que tu peux te contrôler. Ta bonne nature est supérieur à ton instinct. Tu pourras t'arrêter même si ça peut être douloureux. J'ai confiance en toi. Et cette solution est la meilleure qu'il soit, je ne veux pas que d'autres souffres, toi non plus, et je ne veux pas que tu souffres non plus.
De plus même si … même si tu me tuais … Ce serait une libération comme une autre. Je préfère mourir ainsi que bêtement ou encore devenir totalement folle. »


Elle lui fit un doux sourire qu'elle espérait courageux et sur d'elle avant de défaire les premiers boutons de son chemisier et de dégager sa nuque car ses cheveux avaient bien poussé depuis qu'elle était ici. Elle déglutit difficilement mais l'invita à la mordre :

« Vas-y. »

Rose ferma les yeux, serrant ses paupières, craignant plus la douleur que la mort en elle même.

©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Une ombre mordante [pv: Rose]

Revenir en haut Aller en bas

Une ombre mordante [pv: Rose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» Le pretre ombre.
» [DCA 2010] [40k]La force … heu …pas rose (désolé Salgin)
» Spectre des ombre
» Problème écran rose sur borne Arcades electronic.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Premier Étage :: Les Antichambres-