AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

It's Off The Hell We Go. [PV Juliette A. Adler & Amy S. Carter.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: It's Off The Hell We Go. [PV Juliette A. Adler & Amy S. Carter.] Jeu 26 Mai - 18:13



It's Off The Hell We Go

« I listen to my wound, no words for his defence. »

Juliette tentait de fuir. C'était ce qu'il y avait de mieux à faire pour qu'elle sauve à la fois son intégrité physique et mentale. Non pas qu'Amy voulait lui épargner une quelconque douleur, loin de là cette pensée. Mais la jeune fantôme souhaitait qu'elle disparaisse définitivement, afin que Felix soit en paix avec cette soudaine haine qui l'étraignait de partout. Amy pouvait presque le sentir couler dans ses veines psychiques tandis qu'elle l'enlaçait. Combien de temps s'était-il écoulé, elle ne saurait pas le dire. Son corps avait totalement perdu la notion du temps. Pas uniquement par le simple fait qu'elle ne sentait plus les affres du temps sur son organismes. Le temps existait-il encore ici ? C'était à cette même question qu'elle ne parvenait plus à répondre. Mais alors qu'elle était loin de ses réflexions-ci, juste savourant la peau de son mari, Amy sentit son effluve s'éloigner d'elle. Avec inquiétude, elle rouvrit ses yeux. Son époux s'était éloigné loin d'elle, porté par sa haine qui l'empêchait de laisser partir Juliette. Comme elle pouvait comprendre cette intense jalousie dans son coeur. Après tout, sa soeur avait osé la toucher, il voulait réparer ce mal. Amy en était presque heureuse. Mais elle ne voulait pas que ça se passe comme ça. Elle ne comprenait pas. Pourtant tant d'horreur ? Tous les flux psychiques que Felix Adler pouvait transmettre semblaient néfastes, dérangeants. Comme une mauvaise sueur qui se colle pendant les intenses chaleurs et qui pique la peau. Cette sensation d'huile qui crèpite. Un gouffre de feu mélangé à du goudron. Cette lente et longue aiguille, piqure dans le coeur. Amy se recula doucement d'eux, ne sachant que faire.

Mais la jeune fantôme n'eut pas le temps de faire grand chose. Son mari empêcha l'amnésique de sortir, bloquant tout issue possible et retranchement imaginable. Etait-ce dans le but de l'affamer ? Lui faire subir un sort semblable à celui d'Amy ? Ou alors pour l'empêcher tout simplement de s'enfuir pour un quelconque sévice ? Miss Adler n'aurait pu le dire, mais ce qu'elle était heureuse de faire, c'était de rendre le baiser de Felix. Ce baiser langoureux et amoureux qui la faisait rendre folle. Il savait si bien si prendre pour lui donner envie. Ce regard. Rien que ce regard avait allumé la mèche humide. Mais comment faire pour résister ? Surtout quand on savait à quel point il était rare ? Ces yeux qui lui disaient "je te veux", elle ne put s'empêcher de sourire et de lui rendre cet incroyable baiser. Comment est-ce qu'elle pouvait lutter ? Même si le mensonge de Felix était vrai, elle n'aurait pu rien faire. Cet homme avait un pouvoir sur elle qu'elle ne pouvait pas comprendre. Il était juste son âme soeur. Quand bien même cette relation avait pu être destructrice, Amy était prête à continuer. Englobant le corps de son mari entre ses bras, elle ne put s'empêcher de gémir doucement. S'offrir toute entière à tous les désirs de son mari.

Elle en avait oublié que Juliette était encore là et pouvait les voir avec une extrême facilitée. Cela ne lui plaisait pas. Combien de temps faudrait-il encore attendre avant qu'elle ne s'en souvienne ?
© plumyts 2016


we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: It's Off The Hell We Go. [PV Juliette A. Adler & Amy S. Carter.] Mar 31 Mai - 21:38



It's Off The Hell We Go

« Like a distant memory... »

Fragile et sensible, c’est cela…

Juliette continua de se diriger vers la porte, bien décidée à ne pas perdre sa stature et son attitude froide et détachée. Ce qui rata quelque peu lorsqu’elle vit une table projettée contre la porte qu’elle s’apprêtait à ouvrir. Un léger cris de surprise s’échappa de ses lèvres, aussitôt éttoufé par une main collée sur sa bouche. Bon sang, mais comment avait il fait ça… Il n’avait même plus de corps !

Malgré la peur et la surprise qui l’avait envahit sur le moment, le regard de Juliette se fit haineux. Bon sang, ils n’allaient pas la lacher. Elle commençait de plus en plus à s’énerver et à perdre son air détaché. Elle voulait juste partir et hurler, peut être dans le vide, peut être sur Jonathan, elle s’en fichait. Elle voulait juste sortir de là, et surtout être loin d’eux.

Et de leurs papouilles immondes qui lui donnait envie de vomir... Fous, il étaient fous, et visiblement, ils se complaisaient là dedans. Si elle avait pu, elle leur aurait lancé tout ce qui lui passait sous la main en pleine tête, juste pour que leurs visages s’écartent l’un de l’autre et qu’ils la laissent partir bon sang…

« Oh la ferme toi ! »

Elle n’en pouvait plus de l’entendre parler, c’était peut être le seul avantage à ce que la langue d’Amy soit au fond de sa gorge, au moins, il la fermait. Juliette ruminait, en songeant à quel point elle voudrait étriper son frère. Il voulait peut être lui arracher la langue, mais c’était plus que réciproque.

Et voilà qu’elle gémissait… Juliette leva les yeux au ciel, bon sang… Elle croisa les bras, attendant de voir jusqu’ou ils allaient aller… Ils étaient mort après tout, ce n’est pas comme s’ils pouvaient faire quoi que ce soit ou ressentir un quelconque plaisir charnel...Mais vu les têtes qu’ils tiraient, ce n’était put être pas le cas… Ce qui la lassa donc très vite. Le voyeurisme, c’était pas son truc.

« Ca suffit, laisse moi sortir. Vous êtes MORTS et tu l’as tué, ça va, je pense que tu as eu ton quota ! Grandis un peu ! »


© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: It's Off The Hell We Go. [PV Juliette A. Adler & Amy S. Carter.] Mer 1 Juin - 11:59



It's Off The Hell We Go.

« Cross your heart and hope to die. »

Même si Felix semblait donner l’impression d’avoir totalement oublié le reste autour de lui, de se concentrer uniquement sur sa femme, ce n’était pas du tout le cas, bien au contraire. Il savait qui se trouvait dans la pièce, qui était obligée de les regarder car bloquée ici, avec eux, grâce (ou à cause) de lui. L’horloger fit doucement pivoter Amy afin de ne plus tourner le dos à sa sœur, continuant le baiser avec son épouse. Il sentait d’ailleurs cette dernière s’abandonner de plus en plus dans ses bras, sachant parfaitement qu’elle avait du mal à lui résister quand il se montrait entreprenant. Et tant mieux car c’était ce qu’il voulait. Baisser sa garde, briser sa défense, pénétrer sa confiance. Il passa alors une main dans les cheveux de son épouse, tandis que l’autre vint se poser sur sa hanche. Il cessa leur baiser pour venir l’embrasser dans le cou avec douceur, l’enlaçant doucement, lentement, comme les tentacules du kraken étreignant la coque fragile d’un navire abandonné. Son regard glacial, mort de tout regret ou sentiment, s’était ouvert et était fixé sur sa sœur, lui faisant bien comprendre le message qu’Amy était à lui, qu’il la possédait, qu’il était son maître, qu’il faisait ce qu’il désirait d’elle sans forcer, répondant ainsi à son commentaire.

L’étreinte de Felix se fit alors plus insistante, découvrant juste ce qu’il fallait d’Amy et lui sans pour autant se dévêtir totalement. Il n’était pas sujet d’abandonner toute leur pudeur, juste faire comprendre le message à Juliette et de se venger en même temps. Prendre une revanche sur cette salope qui lui servait de sœur. Amy semblait avoir compris où voulait en venir son mari et opposa une légère résistance mais Felix mit un peu plus de force encore dans ses poings et finit de la soumettre complètement à lui. Il n’était plus question de l’accord d’Amy, ni de sa volonté, mais de sa propre revanche personnelle sur ceux qui lui avaient pourri la vie pendant des années. Quelques secondes plus tard, Felix avait finalement réussi à percer les dernières défenses d’Amy, dans tous les sens du terme. Il mettait un minimum d’effort pour que son épouse, qu’il sentait nerveuse, étrangement, se détende un peu, la caressant, l’embrassant, mais son regard était toujours fixé sur sa sœur, telle une peinture hantée qui suivrait seulement sa cible du regard. Il n’éprouvait aucune honte en réalité. Juste la délicieuse délectation d’une vengeance légitimement méritée, à ses yeux. Il finit par libérer Amy, ne lui attribuant pas l’ombre de son cruel son regard et de son sourire tout aussi sadique dessiné sur ses lèvres, étant destinés à harceler encore et toujours Juliette.
© plumyts 2016