AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Time Warp. || Jonathan W. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Mer 18 Mai - 17:03



Time Warp

« Jonathan x Juliette »



Un mariage arrangé…

La moue de Juliette s’assombrit quelque peux à ses mots. Décidement, se retrouver avec un mari de manière impromptu ne lui arrivait pas que lorsqu’elle était amnésique… Et elle n’était pas sûre d’aimer ce sentiment, loin de là. Mais elle pouvait comprendre… Vingt huit ans… Ce n’était pas exactement vieux, mais pour se marier, c’était loin d’être jeune non plus. Etait elle du genre à attendre le grand amour ?

Ou au contraire elle n’y croyait pas, d’où son refus du mariage jusqu’à un âge tardif ? Elle devait avouer que la seconde option lui semblait plus vraisemblable… Elle n’avait pas l’impression d’être une fleur bleue qui attendait le prince charmant en espérant avoir des papillons dans le ventre et le coeur qui battait la chamade, loin de là… Même en regardant Jonathan, rien ne lui venait.

Peut être était ce simplement parce qu’elle ne se souvenait pas de lui mais… Elle ne ressentait pas grand chose. D’accord, elle le trouvait gentil et adorable, sa peau contre la sienne était agréable même, mais ce n’était pas les sentiments fous auxquels on pourrait s’attendre… Et elle n’avait pas de mal à s’imaginer le rejeter au début de leur mariage. Au contraire même.... Si elle acceptait les choses aussi bien pour le moment, c’est parce qu’elle n’avait pas réellement de meilleur option.

Après tout, c’était surement la meilleure chose qui lui soit arrivé depuis son réveil. Et ce ne serait pas très intélligent de fuir la seule personne qui savait ce qui se passait et qui la connaissait dans cet endroit… D’autant plus qu’elle ne se sentait pas menacée, au contraire. Il avait une présence famillière qui la rassurait, au moins, alors… Elle était prête à laisser une chance à ce qu’il disait.

D’autant plus qu’elle se voyait bien céder à ses avances à coup de fleurs et de cadeaux, ça, elle en était sûre. Mais ce qui l’intriguait pour le moment c’était son statut de pasteur… Elle n’y avait pas prêté attention auparavant mais il avait mentionné être un homme de dieu. Et la soutane aussi aurait du l’interpeller… Mais elle s’était surtout concentrée sur son visage. Et finalement, en le regardant elle n’en était que plus confuse.

Les pasteurs ne portaient pas la soutane, si ? Elle devait surement tout mélanger… Encore ce sentiment de ne plus savoir ce qui est vrais et qui ne l’est pas. Qui pouvait sérieusement poser problème à termes… Mais comme à son habitude, elle décida de ne pas s’en préoccuper. Elle était plutôt dépitée par le fait qu’en plus d’avoir eu un mariage arrangé, c’était avec un pasteur…

Elle était toujours sûre qu’il était un homme très bien, mais Dieu n’avait pas été sa première pensée au réveil, au contraire. Avait elle oublié sa foi aussi ? Mh, non, ça elle en doutait… Elle avait plutôt l’impression qu’elle n’était pas vraiment là à la base. Mais elle s’en fichait pour l’instant, c’était loin d’être le plus important, qu’importe s’il portait une soutane ou quoi que ce soit d’autre.

Au moins, ils n’avaient pas d’enfants. Cette idée faisait grandir une boule dans la poitrine de Juliette. Etait ce parce que, si enfant il y avait, il se serait retrouvé à l’heure qu’il est ou simplement parce qu’elle avait une bonne raison de ne pas en vouloir ? Là était la question… Elle pressa doucement la joue contre la main de son époux avec un léger soupire, fermant les yeux une seconde. Oui, il avait éclaircit quelques zones d’ombres, mais elle avait l’impression que plus elle apprenait de choses, plus elle avait de questions.

Questions auxquels elle n’avait aucune envie de réfléchir à l’heure qu’il est, elle imaginait déjà son mal revenir à cette idée, et ça lui suffisait amplement. Et puis après tout, la situation n’était pas si mal ! Elle n’était pas toute seule, elle avait même retrouvé son mari. Ca aurait pu être pire… Même si elle pouvait avoir l’air froide et totalement calme, l’angoisse que procurait cet endroit sommeillait en elle et ne demandait qu’une légère frayeur pour s’éveiller.

« Je suis heureuse que ce soit toi qui ai franchis cette porte, en tout cas. Cet endroit est… Loin d’être rassurant. »

Elle lui sourit un peu, entrelaçant ses doigts avec les siens. Son regard s'assombrit pourtant assez vite.

« Tu te souvenais de tout en arrivant ici ? Tu crois que je retrouverais la mémoire ?... »
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Mer 18 Mai - 22:29



Time Warp

« It's my  turn to go to the left. »

Juliette se laissait faire, et le sourire qu'elle avait en se frottant à la main de Jonathan était comme une bénédiction pour son petit coeur. Ils avaient tous raison. Pour obtenir ce qu'on désirait, il fallait aller le chercher. Ne pas se soucier des conséquences que cela pouvait avoir mais prendre ce qu'on voulait quand on le voulait. A cette seconde, il voulait sa femme. Et quelque chose en lui murmurait qu'il l'aurait. Il posséderait sa peau, ses lèvres. Tout ceci serat à la plus proche de ses portées et plus rien ne serait jamais triste. Jonathan ne cessa de lui offrir le baiser le plus doux, le plus tendre qu'il n'aurait jamais pu offrir. Si seulement il avait encore cette bague à son doigt, il la lui aurait offerte à nouveau sans aucun remord. S'ils se trouvaient dans la serre, il lui aurait donné des fleurs, ceuillit devant même ses yeux. Tout ce qu'il aurait pu faire à cette seconde pour avoir son attention et son contact. Mais ce n'était pas le même sentiment qu'avec la scientifique. Il était soumis à cet amour là. Tandis qu'à celle qu'il avait devant les yeux, il ne désirait plus se soumettre. Il était résolu à receveoir sa récompense après tant années à gâcher son coeur et son potentiel.

- Ah ça...cela doit bien faire un an que je suis bloqué ici...alors je te crois volontiers...

Jonathan eut un petit rire, qu'il rattrapa rapidement pour lui sourire avec tendresse. Se rapprochant d'elle, il se rasseya tout près de son corps, leurs hanches pouvant se toucher. La main tenant sa joue glissa le long de son cou pour revenir caresser ses cheveux. Elle n'avait pas changé depuis ces années-là, toujours aussi splendide. Une étoile dans les ténèbres. La texture de ses cheveux, il la savoura en silence avant de répondre à sa toute simple question.

- Je ne me suis pas souvenu de tout d'un coup...j'avais oublié beaucoup de choses. Mais je me suis souvenu, il t'arrivera probablement la même chose.

Mais restera-t-il encore les paroles remplies de miel ? Les mensonges seront-ils dévoilé, ou la vérité et ses apprêts de larmes seront-ils plus appétissants à ses yeux ? Jonathan eut soudainement peur et froid à l'intérieur de son âme. Que se passerait-il quand elle se souviendra et qu'elle comprendra qu'elle ne l'avait jamais aimé ? Comprendrait-elle qu'il n'avait fait ça que pour assouvir enfin l'amour qu'elle lui avait toujours refusé ? Ce n'était pas des intentions louables, certes. Jamais elle ne comprendrait qu'elle avait été une horrible personne pendant toutes ces années, elle traîterait Jonathan comme un chien. C'était sûr et certain. Soupirant longuement intérieurement, Jonathan savait que tout ceci n'était que des moments de bonheur arraché à la peau d'une quelconque muse. Pour le moment, il était le libérateur, le protecteur. Il ne faudrait que quelques secondes de mémoire pour qu'il redevienne la victime. Que devait-il faire en attendant ? Oh, il ne le savait que trop bien.

- Tu m'as tellement manquée...

Sa voix tremblait d'une émotion qui n'était pas feinte. Quelques petites étincelles étaient à ses yeux comme des étoiles scintillantes. Il ne voulait pas la laisser partir. Plus personne ne le soumettrait. Lui aussi, il connaîtrait le bonheur d'être aimer.

Avec la tendresse d'un mari amoureux, d'un jeune adolescent tout juste épousé, la bague encore glacée au doigt, Jonathan se rapprocha d'elle. Doucement, tout doucement. Peut-être trop doucement, car Jonathan songea qu'à cette vitesse, elle aurait tout le temps de se déporter sur le côté. Mais il le refusait. Non, Juliette, tu ne t'échapperas plus à moi. Si jamais Jonathan en avait parlé à son père, nul doute que ce dernier lui aurait dit sans prendre de pincettes qu'il fallait tout bonnement la forcer, car une femme devait obéissance à son mari. Mais le pasteur n'en avait jamais parlé à son paternel. Car il était déjà au courant de tout ça. Jamais il ne lui était venu à l'idée qu'il était normal de faire ça.

Mais au diable à présent les règles. Dans le manoir de Rockwood, il n'y en avait plus aucune. Avec toute la douceur de ses lèvres, Jonathan Raphaël Amen Williams embrassa sa femme. Les yeux fermés pour savourer le contact de cette merveille. Une larme coula sur sa joue, tant son coeur éclatait de bonheur.
© plumyts 2016


you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams


Dernière édition par Jonathan R. A. Williams le Sam 21 Mai - 21:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Jeu 19 Mai - 15:09



Time Warp

« Jonathan x Juliette »


Elle se souviendrait.

C'était tout ce que retenait Juliette de ce qu'elle avait entendu. Les souvenirs revenaient aux gens petit à petit... C'était visiblement normal d'oublier en arrivant ici, mais ça reviendrait. Elle se souviendrait d'elle, de sa vie, de son époux. Cette perspective l'enchantait-elle, ou, au contraire, l'effrayait-elle ? Là était la question, à laquelle elle n'était pas sûre d'avoir la réponse. Une voix en elle lui criait que oui !

C'est normal d'avoir des souvenirs après tout, ils définissent qui nous sommes, notre vécu nous façonne tel une boule d'argile. Sans souvenir, on est personne, juste une page blanche, une bouteille vide. Mais d'un autre côté, c'était aussi un nouveau départ... Elle n'avait aucune idée de ce qu'était sa vie avant. Elle savait juste qu'elle était mariée. Et ça, ça ne garantit pas le bonheur…

Pourtant, elle admettait que, en voyant et en écoutant Jonathan, c’était presque prometteur. Certes, il était loin d'être l'homme le plus beau du monde, mais, si ce qu'il disait était vrai, il était attentionné, et elle trouvait son air gentil toujours aussi adorable. Et puis, si ça se passait mal entre eux, il n'aurait pas été si ému en la revoyant, il aurait plutôt été froid et n'aurait pas agi en protecteur comme il le faisait. Mais tout de même…

Le doute ne sortait pas de l'esprit de Juliette. C'était plus fort qu'elle. Elle voulait lui faire confiance, l'écouter, le croire. Mais les mots ne lui offraient aucune garantie et, maintenant qu'elle comprenait petit à petit la situation, un vicieux doute s'installait de plus en plus, malgré elle. Et elle s'en serait presque voulu pour ça, tant le regard de son époux lui semblait franc. Il n'avait pas l'air d'un menteur ou de quelqu'un qui prenait plaisir à faire du mal aux autres... Au contraire même. Il était même pasteur ! Et c'était loin d'être des valeurs qu'enseignait la religion.

Juliette ne le quittait pas des yeux, cherchant ce qui avait pu la faire tomber amoureuse de lui, mise a part les petites attentions et les cadeaux. Quoi que, l'idée de ne l'aimer qu'uniquement pour ça ne l'éttonait même pas... Mais elle espérait tout même que non. Elle n'était pas fleur bleu, mais pas sans coeur tout de même... Pas totalement, du moins. Elle continuait de scruter le visage de l'homme en face lorsqu'il commença à se rapprocher. L'ensemble de ses muscles se tendit d'un coup tandis qu'elle comprit immédiatement où il voulait en venir. En toute honnêteté, son premier réflexe fut de reculer.

Ou au moins de tourner la tête. Mais, elle combattit cet instinct. Si ça se trouve, c'était ça qui lui manquait. Ce baiser lui rappellerait les sentiments qu'elle avait pour lui et peut être même des souvenirs. Juliette se mordit l'intérieur de la joue une seconde, voilà qu'elle croyait aux contes de fées maintenant. Pire, elle se voyait en princesse plutôt qu'en sorcière. Il n'empêche qu'elle ne tournât pas la tête. Elle n'engagea pas le baiser, mais elle n'essaierais pas d'y échapper, qu'est-ce qu'elle avait à perdre après tout…

Rien. Exactement comme ce qu'elle ressentit lorsque ses lèvres rencontrèrent les siennes. L'appréhension était retombée, ou plutôt s'était écrasée sur le sol. Ça lui apprendra, à croire aux contes de fées. Les papillons dans l'estomac n'existaient que là-bas... Mais elle ne s'écarta pas pour autant. Elle lui rendit son baiser même. Elle restait humaine après tout. Et l’être humain n’est pas fait pour rester seul… Il a besoin de tendresse, d’affection et de chaleur humaine. Surtout lorsqu’il se sent en danger ou vulnérable, ça le rassure, l’apaise. Et il n’était pas difficile de se douter d’à quel point Juliette l’était.

Mais le faisait-elle vraiment pour elle ? Elle s’écarta à peine de lui, restant assez proche pour sentir son souffle contre ses lèvres, interrompant leur baiser juste assez longtemps pour remarquer la larme qui traçait son chemin le long de la joue de son époux. Son visage s’assombrit tristement, une pointe de culpabilité l’envahissant. Elle voyait l’émotion en lui et s’en voulait quelque peu de se sentir aussi froide. Elle posa doucement la main sur sa joue, essuyant la larme du pouce en lui souriant doucement.

« Eh… Je suis là maintenant…»

Glissant une main dans sa nuque et un bras autour de lui, elle le serra contre elle, sans trop savoir si elle faisait ça pour lui ou pour elle. Etait elle touché par son époux, ou voulait elle juste se sentir rassurée dans les bras de quelqu’un ? Elle le savait surement, mais préférait prétendre que non. Elle se plaisait à croire qu’elle n’avait besoin de personne après tout. Mais, perdu dans cet endroit inconnu, amnésique et la tête enfouis contre l’épaule d’un homme semblant prêt à tout pour elle, l’idée était tentante.

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Ven 20 Mai - 8:15



Time Warp

« It's my turn to go to the left. »

Oui, tout allait bien se passer désormais. C'était également ce que pensait Jonathan tandis que sa femme essuyait la larme indépendante. Trop de joie d'un coup l'avait rendu à cet extrémité. Cette simple petite goutte avait brulé son âme avec moins d'assurance que la peau de Juliette contre la sienne. Ce baiser, il avait encore l'impression d'en avoir le fantôme sur ses lèvres, et il donnerait tout au monde pour le revivre. Sa plus délicieuse sensation depuis une éternité, mais certainement pas la dernière. Les bras qui l'entourèrent par la suite, tenant son corps si proche d'elle, augmentèrent la température de son corps. Il était loin de se douter de toutes les pensées qui parcouraient l'esprit de la jeune femme à cette seconde. Loin d'imaginer tous ces doutes, et cette absence d'émotion qui persistait encore. Tant mieux, car il en aurait eu le coeur brisé. Etait-ce donc si mal de vouloir être aimé, même au point de mentir ? Une brise lointaine souffla dans leurs cheveux, faisant frissonner Jonathan qui ne savait plus vraiment quoi faire. Il n'était pas en proie au doute, mais à l'incertitude. Jamais il n'avait été aussi proche d'une véritable relation, et ses années d'abstinence forcée ne lui avaient rien appris. Oh, il y avait bien les romans qu'il lisait, mais entre la littérature de gare et la réalité, ce n'était plus un pas qu'il y avait, mais tout une valse.

- Oui...tout ira bien maintenant...ma Juliette...

Cette phrase qu'il répétait de sa conscience bien trop endormi par la chaleur sortit de sa bouche dans un murmure. Son coeur tremblait à n'en plus savoir. Ce sentiment qu'il avait au plus profond de lui, était-ce de l'amour ? Etait-il encore capable de ressentir de l'amour ? Surtout pour cette femme qui avait participé à le détruire toute sa vie ? Il avait l'impression que oui, il pouvait encore l'aimer. Plus encore maintenant qu'il pouvait l'avoir à sa portée. Si fragile et innocence. Jamais il  ne remercierait finalement le Maître des Lieux pour aussi bien choisir ses victimes et le traitement à leur infliger. L'Amnesia avait un goût de fraise aux lèvres de ceux qui n'en ont jamais bu.

Lentement, Jonathan passa les mains dans les cheveux de sa Juliette. Caressant les reflets de leurs merveilles, son nez dans son cou respirait la tendresse de son odeur. Il l'aimait encore, peut-être avait-il un coeur d'artichaut. Mais il s'était brûlé les ailes dans la folie que lui avait causé le rejet de la scientifique. Il pouvait au moins dire que jamais le rejet de Juliette ne l'avait rendu fou...mais peut-être était-ce car ils n'étaient pas dans le manoir. Ce lieu rejeté même par les démons. Peut-être justement car l'endroit était plein d'humains fait diable. Mais le pasteur ne devait pas penser à tout ça. Surtout pas. Tout ceci était fini. Tout était fini. Il avait enfin trouvé coeur à son âme, sa femme amnésique qui apprendrait à véritablement l'aimer pour tout ce qu'il avait pu faire pour elle. Il avait confiance. Etait-ce la fin de ses Épreuves ? La récompense du Seigneur ?

- ...je t'aime...

Murmura-t-il dans  son cou avant de l'embrasser, cette peau blanche en dessous de son visage. Une vague de confiance prit tout son être. Il se souvint de ses premières motivations et du feu qui dormait en lui. La toucher. L'embrasser. La caresser. La posséder. La prendre. Tout cela à porter de main. Il la serra davantage, heureux d'être en sa présence. Il avait eu l'intention de profiter de ce soudain cadeau du ciel qu'était son amnésie. D'en faire la victime. Il était le bourreau. Mais Jonathan ne savait plus très bien où il en était dans toute cette haine. Voulait-il vraiment lui faire du mal...ou juste être aimer ? Mais qui essayait-il de flouer. S'il en était arrivé dans ses bras, ce n'était que grâce à des mensonges. Il avait déjà fait usage du mal. Avec une grande douceur, ses mains vinrent caresser le dos de sa douce et descendit jusqu'à ses hanches. Son coeur battait à s'y rompre les veines, même Juliette pouvait l'entendre à ses proximité. Dieu merci qu'elle ne pouvait entendre les méandres obscures de ses réflexions sans queue ni tête. Doucement, Jonathan lui sourit, s'écartant d'elle juste assez pour la regarder dans les yeux et l'embrasser une nouvelle fois. Deux baisers en si peu de temps, c'était plus que  ce à quoi il n'avait jamais eu droit. Prenant alors les rênes de sa virilité auquel il tenait à mettre un point d'honneur, il l'allongea sur le canapé tout en embrassant son cou. Il se croyait au Paradis.
© plumyts 2016


you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Sam 21 Mai - 16:50



Time Warp

« Jonathan x Juliette »


Ma Juliette…

Ces mots laissaient un arrière-goût étrange dans sa bouche. Pas tout à fait de l’amertume, mais… Pas quelque chose d’agréable non plus. Le sentiment de possessivité que lui faisait ressentir ses mots ne plaisait pas tellement… L’idée d’appartenir à quelqu’un d’autre qu’elle-même la révulsait quelque peu. Elle devinait facilement qu’elle devait être éprise de liberté, au vu de sentiment de révolte qui l’envahissait au grand galop à ses deux petits mots. Mais ce n’était qu’un pronom…

Auquel elle choisit de ne pas prêter attention, finalement. C’était inutile de s’emballer à chaque mot qui ne lui plaisait pas… Et puis, si ça pouvait lui faire plaisir de croire qu’elle était à lui, qu’il continue pour le moment. Quel mal ça pourrait lui faire à elle ? Rien, au contraire, en général, on prend soin de ce qui nous appartient. … Quoi que, Juliette jeta un coup d’oeil à la bible brûlée toujours abandonnée par terre.

Si c’était comme ça qu’il traitait toutes ses affaires, il y avait de quoi s’inquiéter. Appartenir à quelqu’un qui usait ses possessions jusqu’à les détruire et après les jetait pour en trouver d’autres neuves ne laissait rien envisager de bon. Mais ça ne touchait pas tellement la rouquine, qui songeait que si le vent tournait, il serait toujours temps pour elle de partir.

Après tout, ce n’était pas les sentiments qu’elle éprouvait pour lui qui allaient la retenir pour le moment… Son contact était agréable oui, et elle ne rechignait pas la tendresse que dégageait son étreinte ou sa main dans ses cheveux, mais… C’était purement physique, un manque de chaleur humaine que ressentait la jeune femme. Même lorsqu’il lui avoua l’aimer, la jeune femme cligna à peine des yeux.

Elle se félicita que son visage soit enfoui dans son cou, ainsi, il ne pouvait pas voir l’expression presque glaciale installée sur son visage. C’était… Inattendu. Enfin, pas tant que ça, elle le voyait bien, et ils étaient mariés après tout, mais… Elle ne s’attendait pas à ce qu’il le dise comme ça, à cet instant précis. Juliette garda le silence, qu’est-ce qu’elle pouvait répondre à ça ?

Pas grand chose. Elle n’allait pas lui dire qu’elle l’aimait, ce n’était pas le cas. Et elle ne voulait pas de mot qui sonnent faux sortant de sa bouche… Et puis, il se douterait bien que ce n’était qu’un mensonge. Elle n’avait aucun souvenir de lui, elle ne le connaissait pas vraiment, il ne pouvait pas vraiment espérer qu’elle l’aime, si ? Oh, sauf s'il croyait à un quelconque destin qui ferait que même amnésique, ses sentiments pour lui étaient aussi fort qu’auparavant ! Ou, à la volonté de Dieux.

Ca semblait logique, réflexion faite. Il était pasteur, forcément, il devait croire que le tout-puissant avait prévu un grand dessein pour lui, qui incluait une femme aimante et attentionnée en la personne de Juliette. Mais elle-même avait du mal à y croire… Et tout ça sans savoir que même avant son amnésie, ses sentiments pour lui étaient inexistants. Au moins, dans son état, elle lui laissait une chance et reconnaissait sa gentillesse, c’était déjà un grand pas…
Et ce qui fit qu’elle ne le repoussa pas, même en sentant ses mains sur ses hanches l’allonger sur le sofa.
Merde. C’était certes, un mot peut élégant, mais le seul qui lui venait à l’esprit pour l’instant. Elle était peut-être amnésique, mais elle n’était pas tout à fait naïve pour autant, et elle voyait très bien où les baisers dans son cou de son époux voulaient en venir. Et ça aussi, c’était inattendu. Pour un homme qui avait versé une larme en l’embrassant, il était plutôt entreprenant… Mais ça ne lui déplaisait pas.

Au contraire, il était peut-être plus amusant qu’elle ne l’aurait cru. C’était peut-être un préjugé, mais entre sa gentillesse et sa tenue... Elle l’aurait presque cru chaste. Mais elle se trompait visiblement. Un frisson lui parcouru le dos, en même temps qu’un léger rire s’échappa de sa gorge. Glissant un doigt sous son menton, elle lui releva la tête pour le regarder une nouvelle fois avec un petit sourire.

« Tu ne perds pas de temps… »

Mais ce n’était pas sur un ton de reproche, au contraire. Elle était plutôt amusée par la situation et lui offrit un nouveau baiser. Elle voulait voir jusqu’où il irait. Elle n’avait rien à perdre, au contraire. Ca la détendrait surement même... Elle défit délicatement le haut de la soutane de son époux, définitivement, elle n’était pas sûre de le prendre au sérieux tant qu’il porterait ça.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Dim 22 Mai - 20:03



Time Warp

« It's my turn to go to the left. »

La joie d'être intime avec une personne pour qui notre coeur bat. Il n'y avait plus de mots pour décrire le bonheur de Jonathan quand sa femme se laissa allongée sur le canapé. C'était plus que ce qu'il n'aurait jamais espéré. Pour la première fois, elle se laissait faire. Elle semblait enclin à une relation avec lui. Son corps lui donnait l'impression d'exploser d'excitation tant il ne croyait pas en sa chance. Sentir le parfum délicat de son corps dans son nez. Savourer cette fragrance le long de sa colone vertébrale qui le faisait frémir d'amour. Il ne doutait pas une seule seconde de la faiblesse de Juliette à cette seconde précise. Il était parfaitement certain que son coeur était à lui, que ses paroles l'avaient trompé avec excellence. Jamais il n'aurait pu autant se tromper, mais il n'en savait rien pour le moment. Mais après tout, qu'est-ce que cela aurait changé ? Ils avaient tout deux besoin de cette chaleur corporelle que pouvait se procurer deux êtres humains dansant intimement ensemble. Le pasteur sentit son coeur se perdre quand elle défit le haut de sa soutane. Ses paroles le fit rire avec ce rire léger et heureux qu'ont les premiers amoureux.

- C'est que tu m'as manqué beaucoup trop longtemps...

Jonathan lui rendit son baiser avec toute la passion qu'il eut. Jamais il n'avait autant embrassé en aussi peu de temps. C'était tout nouveau pour lui, cette sensation qui le faisait sentir si bien. Jamais d'ailleurs il ne s'était senti aussi bien depuis une éternité. Peut-être même depuis ce fameux jour de mariage, où le soleil était si cuisant et les gens semblaient si heureux...

Il caressa ses hanches, continuant de l'embrasser avec tout l'amour qu'il avait pu retenir pendant six années. Le faisait—il pourtant avec maladresse ? L'on ne saurait le dire. Car quand bien même il n'avait aucune expérience, le jeune homme faisait preuve d'une confiance en lui qui palliait à toutes les potentiels erreurs. Car il voulait lui faire plaisir. Qu'ensemble, ils soient un véritable couple, pour une fois. Couvrant de baisers son cou, il défit en même temps le haut de sa robe, de quoiqu'elle puisse être composée. Cette merveilleuse blanche peau offerte à ses caresses, offerte à la moindre parcelle de ses lèvres, il ne s'en priva pas. Cela était évident qu'il voulait prendre soin d'elle. Ne pas seulement profiter de son corps. Où était passé son envie de vengeance ? De juste la prendre, la posséder...cette intense vengeance de ces années de mépris, le détruisant à petit feu ? Peut-être que celle-ci avait juste pris un autre visage. Il continua de lui prodiguer de tendres baisers sur sa douce peau, et aida à enlever sa soutane. Vu qu'aucune information n'est trouvable sur ce qui se cache en dessous d'une soutane, et que cela m'étonnerait qu'ils portaient leurs splendides atouts...parfaitement nu en dessous, comme les bons écossais...Et bien il portait un pantalon noir en dessous, mais pas de chemise, car le tissu de la soutane était assez chaud.

Nu à nu contre la poitrine de Juliette, Jonathan se sentit venir une incroyable puissance. L'excitation montait autant de les battements de son coeur. Il couvrit de baisers les seins de sa femme, pour la première fois en six années. Ce n'était pas ce qu'il avait espéré d'une lune de miel, mais il était prêt à prendre ça. Se déshabillé entièrement n'était peut-être pas une bonne idée, au cas où un monstre arrivait d'un coup. Le faire sur un canapé n'était pas non plus la meilleure des idées. Ils n'avaient pas trop de place. La prenant dans ses bras, il la fit doucement reposer sur le sol, car c'était bien plus sauvage. L'embrassant plus que de raison, mais lui laissant quand même le temps de respirer, il fit écarter les jambes de Juliette pour s'y poser pour le moment en toute chasteté. Ne le croyez pas stupide, il savait comment s'y prendre, même s'il ne l'avait jamais fait. Combien de livres érotiques il avait pu lire dans sa vie, quand bien même tout ceci n'était pas tout à fait chrétien. Mais cessons ce stupide suspense. Nous n'attendons tous qu'une chose, n'est-ce pas ? Jonathan eut une seconde d'hésitation, mais pas davantage. Il devait prendre les devants. Quand bien même cela pouvait être choquant ou déplacé. Il la voulait. Le pasteur releva les jupons de sa femme pour mieux sortir son engin, qui bien entendu, avait la force même et la vigueur de son jeune âge.

Le moment tant attendu était venu et sans attendre, Jonathan la prit d'un fort coup. Un frisson le parcourut de tout son long, lui arrachant un gémissement de jeune puceau. Il pria pour que son inexpérience ne se sente pas. Il la serra dans ses bras et l'embrassa passionnément, descendant longuement sur son cou pour la couvrir d'amour. Ses aller et retour continuaient à le faire frissonner d'un furieux plaisir. C'était donc ça ? Jamais il n'aurait cru que c'était aussi bon. C'était mieux que dans ses rêves les plus humides, meilleur encore que comme il était écrit dans les livres. Bien que l'envie de finir en elle était très forte, tout jeunot en la matière qu'il était, il se maintint de force pour lui offrir le plus de plaisir qu'elle pouvait en tenir.
© plumyts 2016


you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Dim 22 Mai - 22:43



Time Warp

« Jonathan x Juliette »


C’est qu’elle se prendrait presque au jeu…

Juliette se mordit la langue avec un sourire qui ne laissait pas beaucoup de place à l’innocence. Remarque, les mains de Jonathan sur son corsage n’en laissaient pas beaucoup non plus. Encore moins lorsqu’il eu disparut… La rouquine retint un nouveau rire. Pas qu’elle se moquait, non, elle était juste… Amusée, par la situation ? Et plutôt détendue…

Ce qui ne lui déplaisait pas, loin de là. Elle préférait nettement être allongée sous ses caresses plutôt qu’à penser à ce qui l’attendait une fois sortie de cette bibliothèque, ou même à son passé oublié. Pour le moment ce qui comptait c’était les mains de son époux sur sa peaux froide qui la laissait frissonnante.

Elle n’avait aucune idée de si ils faisaient ça souvent, mais si ça continuait sur ce chemin là, elle était prête à recommencer régulièrement. Après tout, ils étaient mariée. Quitte à se retrouver enchainée à quelqu’un, autant que ça ai ses avantages… Des avantages plutôt sauvage visiblement.

Juliette n’avait pas prévu de se retrouver allongée par terre mais ça ne lui déplaisait pas non plus. Elle s’étira quelque peu, se laissant totalement faire. Après tout, s’il avait décidé de prendre les choses en main, qu’il aille jusqu’au bout. Elle n’allait pas se fatiguer pour si peu. D’autant plus qu’il ne s’y prenait pas si mal le bougre…

Elle n’arrivait pas à déterminer si elle préférait ses lèvres ou ses mains contre sa peau mais les deux étaient bon à prendre dans le feu de l’action. Enfin, elle songea lorsqu’il finit de se déshabiller qu’elle prendrait bien autre chose, là tout de suite... Elle sourit à cette idée bien indigne d’une jeune femme de sa condition. Mais elle n’en avait aucun souvenir, alors au diable les convenances.

Ce n’était pas à moitié nue et les jambes écartées par son mari qu’elle allait s’en préoccuper. Et encore moins quelques minutes plus tard tandis qu’elle se la prenait réellement. Et le moins qu’on puisse dire, c’était qu’elle n’était pas...De la plus grande discrétion. Mais elle ne voyait pas à quoi bon se retenir, ça gachait le plaisir. Et c’était ce qu’elle recherchait, là tout de suite…

C’est aussi pour ça qu’elle ne se retenait pas de glisser les ongles dans le dos de son amant. Ni de prendre le dessus sur lui au bout d’un moment. Pas qu’elle n’appréciait pas ce qu’il lui faisait, au contraire… Mais là tout de suite, elle avait envie de reprendre les rênnes, de pouvoir controler les choses, instaurer un rythme plus… Soutenu. C’était aussi une manière de le tester…

Voir s’il tenait le coup, si l’impression de vouloir lui faire plaisir à elle qu’il donnait était toujours d’actualitée ou si elle faiblirait aussi vite que ce qu’il avait entre les jambes. Ca pouvait paraitre cynique, mais ce n’était pas comme ça qu’elle le ressentait elle...C’était juste sa façon d’être. Et actuellement, elle était de toute façon trop occuper pour songer à si ses pensées étaient adéquates ou non.

Et il ne lui fallut que quelques minutes de plus pour pousser un ultime gémissement, finissant sur un petit soupir et à un baiser à son époux. Elle était éttonée, elle devait l’avouer. C’était peut être pour ça qu’elle l’avait épouser, finalement… Mh, oui, c’était l’hypothèse la plus probable pour elle à l’instant. Mais c’était sans prendre en compte le fait qu’elle n’avait actuellement aucun autre point de comparaison…

Mais soit. Elle cageola l’homme en face d’elle, probablement plus tendre qu’elle ne l’avait jamais été, avant de réaliser quelque chose qui lui arracha un nouvel éclat de rire. Ca commençait à devenir une habitude chez elle de rire dans les pire moments possibles mais tant pis. Elle embrassant son époux dans le cou avant de lui mordiller le lobe de l’oreille, murmurant dans un éclat de rire…

« Je connais même pas ton nom… »

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Dim 22 Mai - 23:27



Time Warp

« It's my turn to go to the left. »

C'était donc ça. Ressentir leurs coeurs battrent à l'unisson dans une danse incroyablement érotique ? Jonathan n'avait jamais ressenti un tel plaisir de sa vie. C'était tout son corps entier qui devenait plus chaud encore que les flammes dans lesquelles il s'était plongé. Il se découvrait une nouvelle parcelle de lui, puissante et incroyablement sauvage. Une force profonde qui le maintenait entier pour le plaisir de sa femme, jusqu'à sa jouissance. Quand il la sentit reprendre le début, le pasteur eut envie de la tenir violemment contre le sol...mais en une fraction de seconde, il décida de la laisser faire. Jamais jusqu'ici, elle n'avait fait preuve d'un quelconque intérêt dans une relation sexuelle avec lui. Le laisser l'allonger, la prendre, l'embrasser, la caresser. C'était une chose. Mais d'avoir ainsi le dessus pour montrer son envie de prendre du plaisir avec lui, c'était toute autre. Cela n'était encore jamais arrivé. Il savourait d'autant plus ce moment qu'il lui semblait être dans un parfait paradis. Si on lui avait dit un jour que cet instant se déroulerait ainsi, il ne l'aurait jamais cru.

Mais c'était pourtant bien le cas. Et Dieu qu'il aimait ça. Il aimait faire l'amour et se sentait l'envie d'en explorer toutes les possibilités. Jonathan lui mettait tous les plus grands coups que sa force lui permettait, tant sa frustration sexuelle avait été forte. Il se vengeait à présent. Se venger en lui offrant un plaisir si grand qu'elle s'en voudrait à tout jamais de l'avoir ainsi réduit à néant. Toute cette virilité qu'elle n'avait fait qu'éteindre pendant six ans et qui s'était ravivé avec la puissance des flammes de sa presque mort. Elle ne pouvait pas se permettre de ne pas apprécier. Il ferait tout pour qu'elle finisse par apprécier. Il recommencerait jusqu'à tant qu'elle n'en puisse plus. Elle et sa suffisance. Toutes les fois où elle s'était faite baisé par toutes les femmes de la ville, en lui refusant à la fois son corps et son amour. Jonathan se laissa même aller à lui mordre sauvagement le cou, mais toujours avec une sensualité si virile que cela ne pouvait être qu'excitant. Finissant par comprendre que sa femme avait enfin atteint le nirvana du plaisir, il se laissa aller à la même émotion et brisa les digues pour relâcher tout son intense plaisir en elle. C'était incroyablement bon. Il ne pouvait croire qu'il avait laisser passer ça pendant six ans. Il aurait tellement du la prendre plus tôt, au lieu d'essayer vainement de la respecter. Quand elle se baladait dans ses vêtements si légers et lui ordonnait d'aller sur la canapé pour ne pas la déranger pendant son sommeil. Il aurait du se lever durant la nuit et la prendre sans son consentement, la frappant peut-être même si elle se débattait. Elle n'aurait eu que ce qu'elle méritait.

Il y avait des couples avec une certaine forme de domination, d'après ce qu'il avait pu lire. Que la femme prenait le dessus et traitait leur mari comme des chiens. Mais ce n'était pas à toutes les heures de tous les jours de toute une vie. Ce n'était que durant des jeux qu'ils acceptaient tous les deux, par amour. Ici, il n'y avait pas d'amour. Juste une exploitation misérable de Jonathan qui n'avait que le malheur de trop aimer sa femme pour dire quoique ce soit. A ce moment  précis, quand, coquine, elle lui mordit l'oreille en lui demandant son nom...Jonathan aurait pu lui balancer toutes ses vérités. Lui faire revenir la mémoire avec un grand coup de poing en travers du visage, maintenant qu'il était parvenu à lui implanter sa semence dans le corps. Mais...elle l'englobait d'une chaleur si douce et tendre qu'il ne parvenait pas à se résoudre à ça. Il voulait juste que ça continue. Que cette amour qui semblait s'être construit continue pour toujours. Juste grâce à un petit mensonge de rien du tout, il lui semblait revivre.

- Oh, pardon...je ne savais pas que tu l'avais oublié également...

Le pasteur l'embrassa alors avec tendresse. Il est vrai qu'il aurait pu penser que le fait de se souvenir qu'elle avait un mari lui aurait fait renaître le souvenir du nom de celui-ci. Mais qu'importe, Jonathan était prêt à répondre à toutes les questions du monde. Il eut alors un rire rejoignant celui de sa Juliette et caressa son corps tout en murmurant.

- Je m'appelle Jonathan Williams.
© plumyts 2016


you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Lun 23 Mai - 15:23



Time Warp

« Jonathan x Juliette »


Je ne savais pas que tu l'avais oublié également…

S'il ne l'avait pas embrassé directement après avoir dit ses mots, Juliette lui aurait probablement lancé un regard sarcastique. Si ce n'était pour cette stupide lettre qui trainait maintenant par terre avec ses vêtements elle ne se souviendrait même pas du sien. Elle avait peut être perdu sa mémoire et la certitude de ce qui est vrais et ne l'est, mais pour le moment, elle trouvait que c'était lui qui manquait de bon sens. Comment pouvait il s’être dis qu’elle se souviendrait du sien ? Il croyait surement au miracle...Remarque, oui, ça semblait logique. Mais qu'importe. Au moins maintenant elle connaissait son prénom…

Et son propre nom de famille au passage. Juliette Williams... Ces deux mots ne sonnaient pas juste dans la tête de la jeune femme, comme s'ils n'étaient pas réellement fait pour être prononcé ensemble, l’un à la suite de l’autre... Mais comme pour tout ce qui ne lui plaisait pas, elle choisit de plutôt penser a autre chose. A quoi bon se préoccuper de choses si futiles ? Elle embrassant une dernière fois Jonathan avant de se redresser, restant tout de même assise sur lui pour s'étirer longuement.

Elle reposa doucement les mains sur lui, les glissant le long de son torse. Il ne rentrait définitivement pas dans les canons de beauté de l'époque... Mais bon. Il n'était pas si horrible que ça non plus, et les cicatrices qui lui parcouraient le corps lui donnait un certain charme, elle devait l'avouer. Elle devait bien lui trouver quelque chose pour l'avoir épouser apres tout… Enfin non. Plutôt pour avoir finit par l'aimer comme il le prétendait. Après tout, c'etait un mariage arrangé qui les unissait…

Elle continuait de lentement glisser les doigts sur lui. Si elle ne se souvenait pas d’à quoi elle ressemblait, elle faisait de son mieux pour retenir son apparence a lui. Espérant surement que ça lui rappellerait un quelconque souvenir et qu'avec eux viendrait les sentiments. Mais elle n'était pas forcément si pressée que ça... Passée l'étrangeté des premiers instant, ne se souvenir de rien n'était pas si dérangeant. Et son manque de sentiments envers son mari non plus... Elle avait bien vu que ce n'était pas ça qui l'empêchait d'apprécier les plaisir de la chair, et elle n'avait toujours pas l'impression d'être une romantique désespérée qui passait sa vie a attendre ou chercher le prince charmant. Alors la situation lui allait très bien…

Du bout des doigts, elle traçait le contour des brûlures de Jonathan. Si elle s'était posé la question sur ce qui avait pu causer celle sur sa joue, en voyant l'ampleur des dégâts, son interrogation n'en était que plus grande. Qu'est ce qui avait bien pu causer ça ?... Ce n'était pas une légère brûlure comme quelqu'un qui se serait renversé le contenu d'une théière sur le bras, non, c'était bien plus grave que ça... Ses mains non plus n'étaient pas en reste, bien que ça avait l'air plus ancien... Était ce arrivé ici ? Probablement... Mais quel était cet endroit bon sang. Elle préférait probablement ne pas le savoir pour le moment. Elle releva les yeux vers ceux Jonathan avant de parler.

" T'as l'air plutôt casse cou... Comment tu t’es fais tout ça ?"

© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini] Lun 23 Mai - 17:16



Time Warp

« It's my turn to go to the left. »

Jonathan caressa d'un air songeur le magnifique corps de sa Juliette. Il avait de la chance d'avoir une femme comme celle-ci à cet instant précis. Profiter ainsi d'un véritable bonheur qu'on lui avait arraché pendant au moins six années. Une femme moins belle lui aurait peut-être moins résister. Mais il fallait bien comprendre qu'une créature aussi parfaite qu'elle n'était pas facilement enclin à se laisser avoir par un être aussi désespérément peu attractif que le pauvre pasteur. Ce dernier avait pourtant un charme des plus évidents. Mais il n'était pas visible à tous les yeux. Qu'aux vrais qui savent. Cependant, ce n'était pas la pensée la plus importante dans la psyché du croyant à cette seconde. Il ne pensait qu'à ces émotions nouvelles, à cette force qu'il sentait vrombrir dans tous les membres de son corps. Une puissance qu'il n'avait pas l'habitude de ressentir. Il avait la soudaine impression de pouvoir la prendre comme il voulait, cette sensation de confiance et d'intimité. Cette chaleur qu'ils partageaient tout deux à sens unique. Il caressait avec calme les cuisses de sa femme en dessous des jupons, tandis qu'elle se tenait toujours au dessus de lui. Il l'observait avec amour et bonheur. La courbe de sa délicieuse taille. La blancheur de ses seins qu'il avait encore envie d'embrasser jusqu'à la lever du soleil, si soleil il existait encore dans ce monde.

- Tu n'as pas envie de le savoir...il y a des choses qui se passent dans ce manoir. Il faut savoir se battre, si on veut survivre...

Le pasteur eut un petite moue mais continua de caresser les jambes de sa bien-aimée. Après tout, c'est vrai qu'il avait appris à se battre contre des déments et d'autres gardiens. Il n'avait juste pas l'autorité et le grade nécessaire pour dire quoique ce soit face à une brute. Mais tout était nécessaire pour survivre. Même la plus mince des techniques d'auto-défense. Après...comment dire que Jonathan avait une force suffisante pour se laver correctement avec la notion de technique et de subtilité. Calmement, il retira ses mains pour les mettre sur le hanche de sa femme. La voir ainsi lui donnait encore envie. Il reprit un sourire amoureux et lui offrit un petit regard coquin avant de poursuivre:

- Je pourrais t'apprendre...mais tu n'auras jamais à mettre en pratique mes enseignements si tu restes près de moi.

Le peu de lumière qui reflétait sa peau de nacre était un véritable spectacle. Ses splendides cheveux rouges qui descendaient le long de cette merveille constituaient un tableau irréaliste. Mais Jonathan n'était pas prêt à laisser s'éloigner ne serait-ce qu'une seconde sa belle proie. De sa grande force, il reprit le dessus, la remettant en dessous de lui. Toujours en elle, il eut un petit rire en s'enfonçant un peu plus profondément. Jonathan l'embrassa alors, une nouvelle fois. Descendit encore une fois sur son cou et s'approcha alors de cette poitrine tant voulu qu'il savoura de sa langue. Il avait l'impression que s'il se retirait d'elle, le rêve serait brisé, il voulait donc faire durer ça le plus longtemps possible. Peut-être des heures. Jamais le pasteur n'avait senti une telle faim en lui. Cette première relation avait ouvert les digues d'où s'échappait à présent un océan complet d'eau bouillante. Encore une fois, puis une autre fois. Savourer les contours de cette île rose, au milieu de cet océan de lait, avec le grain de sa langue. Il voulait la faire frémir. La faire grimper aux plafonds jusqu'à ce qu'elle demande grâce. Où qu'elle lui promette qu'ils continueraient plus tard. Jamais Jonathan ne s'était senti aussi sauvage. Etait-ce donc ça, perdre son innocence ? Ne plus se sentir lapin blanc mais loup noir ? Il s'introduisit davantage en Juliette, jusqu'à reprendre des mouvements plus réguliers, se saisissant des cuisses de sa femme pour les écarter jusqu'à ce qu'elle se sente totalement démunie face à lui.
© plumyts 2016


you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Time Warp. || Jonathan W. [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Time Warp. || Jonathan W. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Premier Étage :: La Bibliothèque :: Mémentos Retrouvés-