AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Chasing After You Is Like A Fairytale. [PV J. McNeil & H. Downcry.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Chasing After You Is Like A Fairytale. [PV J. McNeil & H. Downcry.] Mer 27 Avr - 15:51



Chasing After You Is Like A Fairytale.

« BUT I FEEL LIKE I'M GLUED ON TIGHT TO THIS CAROUSEL. »

Voilà quelques jours qu’Harry et David s’étaient remis à faire correctement le travail de Rockwood. Cela ne plaisait pas tant que cela au chirurgien mais ils n’avaient pas tellement le choix s’ils voulaient continuer à avoir la clémence du maître des lieux. Il raccompagna un amnésique fraichement opéré dans sa cellule, veillant cependant à l’installer correctement avec un peu d’eau, à manger et une couverture. Il repasserait le voir dans quelques heures pour voir si les points du suture n’avaient pas bougé. Il revint dans le laboratoire et commença à ranger les ustensiles qu’ils avaient utilisés durant la journée. Il chantonnait doucement en frottant la table d’opération afin de nettoyer le sang qui y était collé. Il était encore assez frais, il n’eut donc pas beaucoup à forcer dessus. Il essora l’éponge dans le seau pour ensuite aller la rincer dans l’évier. Il regarda ensuite le sol et vit qu’il était quand même relativement sale. Plongé dans son nettoyage et rangement, il ne fit pas attention à Harry et là où il se trouvait, sûrement dans la chambre ou en train de se nettoyer un peu. Du coup, David décida de faire un peu de zèle et de laver le sol à son tour. Quand il eut fini, il regarda son travail, satisfait. Il sourit et finit de ranger les bocaux qui traînaient sur les plans de travail. Il en profita pour noter ce dont ils commençaient à manquer. Il prit un petit morceau de papier et commença donc à noter. Puis, il entendit du bruit derrière lui. Il sourit à son supérieur.

- Dis-moi, nous allons manquer de laudanum et d’alcool pour désinfecter demain. Ainsi que de compresses. Je vais en chercher à l’entrepôt, tu viens ? On pourra peut-être faire une bonne trouvaille, qui sait ?

Il lui fit un grand sourire amoureux et prépara sa lanterne. Il attendit qu’Harry soit prêt et ils partirent tous les deux dans les couloirs souterrains du Manoir. David n’aimait pas tellement se balader tout seul dans le Manoir, pouvant toujours tomber sur une Brute un peu trop autoritaire, comme cette fois avec Athénaïs et Lewis. Cela avait été plutôt éprouvant et peu agréable. Quoiqu’il en soit, il s’en était plutôt bien sorti, c’était tout ce qu’il y avait à retenir. De plus, Harry était avec lui et, la lanterne dans une main, il vint chercher les doigts de son chéri pour les croiser avec les siens. Il savait que son amant représentait une terreur certaine pour la plupart des amnésiques d’ici, même s’il s’était un peu adouci ces derniers temps. Quoiqu’il en soit, il le savait fort physiquement, et même si ce n’était pas une Brute mais juste un Dément vengeur qui venait leur chercher des ennuis, il se sentait en sécurité avec son supérieur à côté. Après avoir vagabondé quelques minutes dans le dédale des couloirs du sous-sol, entre les cachots et laboratoires en tout genre, ils finirent par atteindre l’entrepôt. David entra le premier et alluma deux ou trois torches murales afin d’éclairer un petit peu la première salle. Des grands tonneaux contenant sûrement du vin croupi ou de l’eau dans le même temps étaient non loin des murs, créant ainsi une sombre d’ombre imposante sur le centre de la pièce. David soupira doucement et se tourna vers Harry.

- Le matériel est dans la deuxième salle. J’espère vraiment qu’on trouvera ce dont on a besoin, je n’aime pas traîner ici.

Il eut un sourire un peu gêné et jeta un coup d’œil au sol et vit des éclats de verre brisé ainsi qu’une bouteille de vin dans le même, son contenu étant répandu sur le sol comme une mare de sang. De plus, la lueur faiblarde et oscillante de la lanterne qu’il tenait toujours dans sa main créait une sorte de jeu d’ombres avec les silhouettes de la pièce, donnant une impression de mouvement perpétuel autour d’eux. Inconsciemment, il se rapprocha d’Harry, très peu rassuré.
© plumyts 2016