AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Good Hearts Are So Hard To Find. [PV Harry Downcry.] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Good Hearts Are So Hard To Find. [PV Harry Downcry.] [Fini] Jeu 21 Avr - 9:48



Good Hearts Are So Hard To Find.

« I WILL WAIT AND STAY. »

David se réveilla doucement, essayant de remettre ses esprits en ordre. Cela faisait combien de temps exactement qu’il dormait…? Et… Il était dans un lit qui lui était familier. Il voulut toucher le tissu du matelas mais eut du mal à bouger ses mains. Il avait mal partout, ses muscles, sa peau, chaque respiration… Il toussa, se brûlant un peu plus ses voies respiratoires irritées. Il grimaça et se redressa lentement. Il regarda ses mains : bandées jusqu’aux coudes. Puis il s’en souvint : Jonathan, sa tentative de suicide-homicide, le feu, Kathleen et Hamish et lui qui s’y était jeté sans réfléchir pour sauver son frère. Puis comment il les avait traînés tous les deux pour aller au laboratoire le plus proche pour quelqu’un essaye de sauver son aîné… Et il était tombé sur Harry. Il regarda de nouveau ses mains et ne dit rien. Puis il regarda autour de lui, plus en détails. C’était… son ancienne chambre, quand il travaillait encore pour le vétérinaire. Puis il ferma les yeux. Là n’était pas le plus important. Ce qui importait vraiment, c’était la vie de Jonathan. Pourquoi n’était-il pas avec lui ? Son frère serait-il…? Non impossible… Il avait fait le nécessaire pour éteindre les flammes, mêmes ses cheveux n’avaient que légèrement roussi.

Il devait savoir rapidement. Peu importe ses mains, peu importe son corps qui aurait voulu rester couché. Les paupières lourdes et la vue troubles, il se leva comme il put, s’accrochant à tout ce qu’il trouvait pour rester debout, grimaçant de douleur, sentant la peau fondue sous ses bandages bouger sur sa chair. Il poussa la poignée de la porte, n’ayant même pas fait attention à ce qu’il portait comme vêtement, et plissa les yeux quand la lumière blanche vint lui agresser les rétines. Il essaya de mettre son bras en opposition à la lumière et une pincée de secondes plus tard, il put discerner la silhouette de son aîné sur la table d’opération et une autre, grande et fine, derrière penchée sur Jonathan. David essaya alors de se rapprocher du centre de la pièce mais les prises pour se tenir commencèrent à manquer et il trébucha et tomba. Il parvint cependant à se raccrocher à la table d’opération, fixée fermement au sol. Il se hissa alors à la hauteur de celle-ci afin de voir le visage endormi et paisible de son frère. Les larmes roulant sur ses joues, David commença à caresser tendrement les cheveux blonds de son aîné. Ce dernier n’avait pas l’air mort mais il n’avait pas l’air vivant pour autant…

Le chirurgien le regarda avec désespoir, continuant de caresser ses fins cheveux, ne se rappelant même plus de la dernière fois où il avait croisé son frère. Ne voulant même pas s’en rappeler en réalité. Car la marque de cette dernière rencontre était toujours profondément gravée dans sa chair, le relançant parfois. Mais il s’en moquait. Il se moquait de tout ce qu’il avait pu subir, s’il pouvait son frère… Les esprits bien embrumés toujours, il n’avait même pas fait attention à Harry. Ou plutôt, il ne voulait pas y faire attention pour ne pas se faire remarquer. Oui ce n’était pas logique mais s’il continuait d’agir comme un étranger… Car il ne savait pas trop quoi faire si son ancien supérieur lui adressait la parole… Il plongea sa tête dans son bras replié sur la table et sanglota silencieusement, mort d’inquiétude pour son grand frère dans un piteux état. David reprit son souffle et essaya de se calmer doucement. Il se releva doucement, se moquant bien de ses mains abîmées et inaptes à faire quoique ce soit de précis. Il regarda Harry, ou du moins là où il pensait qu’il se trouvait, ses yeux étant toujours aussi troubles, lui donnant sûrement un regard d’aveugle. Mais il inspira profondément et dit d’un ton catégorique et déterminé :

- Je veux aider. Laisse-moi t’aider, s’il te plait…
© plumyts 2016