AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

The wedding of feelings - Downcry & Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The wedding of feelings - Downcry & Williams Lun 25 Avr - 8:23



The Wedding of Feelings

« Moon Kingdom »

Le soleil sur leurs peaux fut comme une longue caresse revigorante après tant de mois passés sous terre. Depuis combien de temps n'étaient-ils pas sorti sous ses rayons délicats ? Harry ne se souvenait que de nuages et de pluies. Il pleuvait lorsqu'il enterra son ancien amour et son enfant sous la terre de la serre, comme un digne enterrement de film en noir et blanc. Un de plus. Le vétérinaire pouvait encore voir leurs tombes d'ici, car il savait précisément où se trouvaient les deux pierres au milieu des herbes et des  fleurs. Au milieu des plantes de toutes les couleurs se dressaient ces choses que David ne pouvait certainement pas voir, par manque d'habitude, mais aussi parce qu'il devait penser à autre chose. En l'occurence, il demanda à Harry s'il pouvait se servir de ce repas qui sentait si bon. Tout sourire, essayant d'oublier la présence de la serre non loin, il hocha la tête mais entreprit de servir lui-même son amour. Des petites assiettes en bois furent déposé afin d'y receuillir toute la nourriture frugale mais exquise qu'avait préparé le jeune homme. Par chance, il n'avait que demander les ingrédients à Rockwood, mais il les avait tous goûter afin de ne pas avoir de cadeaux empoisonnés. Car au vu de sa gestion du manoir, il était vital de faire attention à toutes les choses qui pouvaient venir de lui. La moindre idnavertance pouvait se révéler fatale.

- Oui...oui, j'ai fait ça pendant que tu dormais, je voulais te faire une surprise.

Fit-il avec gêne avant de commencer à mannger. Cela aurait été un mensonge inutile de dire que non. Après tout, tout ceci ne s'est pas élevé du sol par la simple bonté du Seigneur. Quand bien même ce dernier, cher au coeur de Jonathan, serait existant, il y avait des choses à ne pas non plus exagérer. L'apparition spontanné de nourritures en était une. Harry ferma les yeux, savourant la chaleur du soleil sur sa peau. Se condamner à une telle douceur au côté de son assistant, quel plaisir. Rien n'était plus beau à ses yeux et il lui semblait revivre un rêve. Même si quelques fois des cauchemars lui revenaient, ce n'était rien comparé à la joie de se réveiller le matin et de se rendre compte que tout était redevenu normal. Il était ici auprès de lui et plus rien ne pourrait l'en faire partir. Le vétérinaire ferait tout pour.

- Oh, j'ai prévu des couvertures de laine au cas où nous aurions froid. Il y en  a déjà une qui nous attends là haut pour nous asseoir, et j'en emmènerai une grande où on pourra se blottir tous les deux l'un contre l'autre.

Harry eut un petit gloussement tout en posant un rapide baiser dans le cou de David. Qu'est-ce qu'il pouvait aimer cette peau. Il avait tout prévu pour que la soirée soit la plus belle aux yeux de David, que tout soit parfait, que cette nuit soit la nuit de leurs fiancailles comme on aurait pu l'écrire dans un conte de fée. Impossible de faire autrement, Harry se refusait toute médiocrité dans cette nuit. La moindre chose devait faire sourire son doux chaton. Terminant de manger le dernier bout de son assiette en silence, il passa avec délicatesse sa main dans la fontaine en souriant. Le soleil faisait refléter comme des étoiles dans les imperfections de l'eau mouvante.

- J'espère que ça te plaira...dis-moi s'il y a quelque chose que je puisse faire pour toi, je l'exécuterai.

Harry dit cela en offrant son sourire le plus joyeux à David, le regardant au plus profond de ses yeux. Il avait envie de lui faire plaisir et ne saurait jamais assez le répéter. Surtout dans les méandres d'une description inutile entre deux dialogues. Que voulez-vous, il faut bien remplir la blancheur des pages, et en ce moment, la seule chose qui trempait dans le cerveau d'Harry, c'était comment rendre David le plus heureux possible en l'espace d'une journée. Afin d'ensuite faire pareil tous les autres jours restants de sa vie. Le chirurgien était le dernier être qu'il aimait dans tout le manoir. Il était le seul restant, et Harry se refusait à le perdre comme il avait pu souffrir de la mort des autres. Oh, s'il pouvait lui donner son propre coeur afin que jamais il n'en meurt, il le ferait si volontiers. Songeant à tout ce qu'il pouvait faire, il s'imagina même une partie de jambe-en-l'air dans l'eau. Mais elle était tout de même un peu froide, à tout bien y réfléchir, le printemps -car tout ressemblait autour d'eux au printemps, n'était pas une bonne saison pour faire des galipettes dehors.

© plumyts 2016


And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The wedding of feelings - Downcry & Williams Lun 25 Avr - 10:16



The Wedding of Feelings.

« I do. »

David voulait les servir à manger mais son chéri fut plus rapide pour s’emparer des couverts. Il le regarda alors faire, attendant patiemment. Il jeta un coup d’œil à la nourriture qui avait l’air juste délicieuse. Une ombre de tristesse passa dans ses yeux mais il resta silencieux. Il se sentait bien misérable à côté de son chéri désormais. Ce dernier était bourré de qualités, il savait faire énormément de choses alors que contrairement, lui, à part la chirurgie, il était bon à rien. Si, il dessinait plutôt bien mais où était l’utilité dans un lieu comme ça…? Enfin, Jonathan disait qu’il dessinait bien mais cela faisait un moment qu’il ne l’avait pas fait mais bref. Depuis les énormes progrès en médecine d’Harry, il se sentait inutile et dispensable. Cela faisait plusieurs jours que cette idée traînait dans son esprit. Cela faisait plusieurs jours qu’il se demandait à quoi il pouvait bien servir à Harry. Il n’était qu’une bombe à retardement, prêt à exploser à tout moment, à expulser sa rage, sa folie sur le premier venu. Et le premier venu n’était autre que le vétérinaire qui lui souriait. Sourire qu’il lui rendit avant de baisser les yeux vers sa nourriture. Il n’avait pas si faim que cela mais il avait se forcer à manger un morceau. Premièrement pour faire plaisir à son chéri car c’était toujours délicieux ce qu’il lui faisait mais aussi histoire de s’alimenter.

- C’est succulent, Harry… Comme d’habitude…

Il sourit tendrement quand Harry vint déposer un baiser dans son cou. David était heureux d’être ainsi proche de l’homme qu’il aimait mais quelque chose sonnait faux. Quelque chose n’allait pas… Les petites attentions d’Harry, les couvertures, le repas, les câlins… Cela cachait quelque chose. Et David eut peur. Mais peur de quoi ? Tout ne reflétait que l’amour dans les paroles de son chéri. Tout n’était que tendresse… Alors pourquoi… Pourquoi devait-il avoir peur ? Peur d’une ruse de sa part pour mieux l’abandonner ? Et si c’était des adieux ? Non… Et si c’était autre chose mais que le problème viendrait de lui ? S’il était incapable de rendre la tendresse que lui donnait Harry ? Même s’il aimait éperdument, là n’était vraiment pas le problème. Mais s’il lui faisait encore du mal ? Il l’ignorait mais Maria et son enfant se trouvaient proches, trop proches. Peut-être que cela avait-il une influence sur lui ? Non… Même en pleine nuit, il y pensait. Le poison de son propre esprit continuait de se propager dans sa tête, détruisant progressivement le peu de santé mentale qu’il lui restait. Il retint un soupir et regarda Harry, le visage sûrement complètement perdu. Il lui demanda s’il pouvait faire quelque chose pour lui.

David eut envie de pleurer. Il ne savait pas pourquoi, la fatigue. Enfin s’il savait finalement. Cette peur qui semblait disparaître et se faire oublier instantanément pour ensuite revenir brutalement dans son visage. Cette peur de ne pas être à la hauteur d’Harry, de ne pas le méritait. Il comprenait Amy finalement, quand elle venait se confier à lui de temps en temps. Quel sentiment insupportable de se sentir à ce point misérable face à la personne que l’on aimait. Le sourire que lui offrait Harry, sa joie, son bonheur rien que quand il joua avec l’eau posèrent une ultime question à l’esprit gangréné du chirurgien : combien de temps ce sourire resterait sur le visage de son chéri avant qu’il ne vienne l’effacer avec cruauté et violence ? Il ne pouvait pas rester avec Harry sans risquer de lui faire du mal. Il ne pouvait se permettre de le faire souffrir une nouvelle fois. Il s’apprêta à le lui dire mais il répondit juste :

- Rien mon chéri, tout va très bien…

Il y a des moments où il se serait donné des baffes, où il était stupide au point de s’en taper la tête contre les murs. Mais au moins, il ne l’inquiétait pas. Enfin il croyait. David était aveuglé par la pourriture de ses idées noires qui ne cessaient de tourner dans son esprit, ses pensées venant le flageller un peu plus mentalement. Il était enfermé avec lui-même et ne pouvait s’empêcher de se détester un peu plus. Le sang sur ses mains paraissait indélébile alors pourquoi Harry ne le voyait pas ? Combien de temps avant que celui du vétérinaire ne vienne les tâcher ? Il resta silencieux, gardant ses pensées pour lui, tel l’égoïste aveugle qu’il était.
© plumyts 2016