AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Your name is Maria. [ Harry & Maria ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Your name is Maria. [ Harry & Maria ] Jeu 7 Mai - 20:59

her name was Maria
Harry & Maria




Un autre jour. Un jour si lointain qu'il est presque impossible de s'en souvenir à présent. Dans un recoin des failles temporels. Comme il nous sied tant de le dire. La vie était aussi compliquée qu'autrefois. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu'Harry n'avait plus revu David. Son ancien assistant. Harry imaginait qu'il vivait à présent une plus douce existence auprès de son frère qui, au dernier souvenir du cadet, était bien moins horrible que lui. Il était également probablement l'assistant de Kathleen à présent. Harry supposait que la recherche des machines importaient certainement plus à Jeremiah que les recherches sur les animaux. Surtout de la manière dont les manier désormais Harry. Redevenu cet homme solitaire plein de haines et de souffrances, il traversa une période de torture sur ses patients. Les entendre hurler sans anesthésies. Parfois, il tentait de faire la conversation. Mais ils étaient trop terrifiés. Bouger trop. C'était agaçant au bout d'un moment. Mais il rencontra Jules. Et c'était maintenant depuis quelques mois, semaines ? Harry n'aurait su le dire, tellement sa rencontre avec l'homme aux papillons avait jusqu'alors bouleversé l'ordre de sa vie qui était jusqu'ici rempli de sang et de chairs éparses.

Ce jour là, Harry se rendait aux cachots afin de retrouver quelques patients avec lesquelles essayer de faire quelque chose de sérieux. Avec cette nouvelle rencontre, il s'était mis à  tenter de soigner les gens. Mais il n'était pas très doué. Il lui manquait toujours cette main délicate qui savait toujours comment améliorer le cœur des gens. Il soupira doucement tout en descendant les escaliers. Quel étrange créature les gardiens lui avaient donc confectionné. Enfermé dans un cage, aux barreaux rouillés. Harry se disait que les amnésiques qu'on lui offrait été  toujours trop affaibli pour réfléchir à comment sortir. Toujours été-t-il qu'il s'approcha de chaque cage. Regardant à travers les barreaux de toute, afin d'en sortir la perle rare. Il n'avait pas tellement envie d'ausculter un homme pour une fois. Pourquoi pas une femme ? Une de ses misérables créatures. Pourquoi pas. Après tout, peut-être que la sauver lui ferait perdre tout agressivité et qu'elle deviendrait comme une religieuse pour son Dieu. Harry lacha un petit rire. Très bien, choisissons une femme. C'est alors qu'il en croisa une, au regard de chien battu, qui attendait derrière la grille. Elle était plutôt mignonne, d'un certain point de vu. S'arrêtant près de sa cage de fer, il se tint bien debout, croisant les bras et fit :

▬ Bien le bonsoir.







And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Your name is Maria. [ Harry & Maria ] Lun 18 Avr - 23:01



Your Name Is Maria.

« It's mine ? »

Je me réveillai doucement, dans un lieu que je ne connaissais absolument pas. Une lettre posée sur le guéridon non loin de moi, je me redressai avant de l’attraper pour la lire. Elle ne m’avançait pas tellement et me fit poser plus de questions qu’autre chose. Pour commencer, j’eus l’impression de ne me souvenir de rien, pas même de mon nom. C’était une sensation plutôt désagréable, de ne pas se souvenir de son identité, de son passé, ni même de son visage au final. Oui, c’était une situation plutôt frustrante. Surtout que les lieux n’étaient pas forcément faits pour me rassurer : tout était plongé dans la pénombre, je ne parvins à me repérer correctement dans cette obscurité écrasante. Mais qu’importe, il fallait bien que je bouge, que je découvre et sorte de cet endroit lugubre. Je poussai prudemment la porte de la chambre dans laquelle je me trouvais et jetai un coup d’œil dehors. Grand couloir. Parfait. L’absence de luminosité était toujours aussi notable mais qu’importe, je n’avais pas tellement le choix. J’avançai donc à l’aveuglette, ne sachant ni vers quoi je me dirigeais, ni où et sur quoi je mettais les pieds. Un bruit au loin attira mon attention mais je fus trop distraite et l’on m’assomma avant que je ne puisse voir l’agresseur qui avait discrètement surgi de dans mon dos.

Je me réveillai une nouvelle fois, sur un sol différent cette fois-ci. Ce n’était pas un tapis, c’était plus humide. Une sorte de terre battue étrange. Je regardai autour de moi et vit que je n’étais pas à l’extérieur. En revanche, je semblais avoir été emprisonnée dans un cachot mais pour quelles raisons exactement ? Tant de questions dans ma tête… Je me demandai alors comment je faisais pour garder ainsi mon sang-froid dans une situation pareille. Enfin, là n’était plus tellement la question puisqu’une silhouette apparue dans la lucarne de la porte de la cellule. L’homme me dit bonsoir et étrangement, sa blouse blanche n’était pas pour me rassurer. Un cri de douleur pas si long que cela me fit alors sursauter. Que Diable se passait-il ici…? Je jetai alors un regard méfiant au médecin (chose dont je n’étais pas sûre) et recula par précaution de lui autant que je le pus. Non je ne lui faisais pas confiance. Ma nervosité commençait à se faire sentir doucement. J’ai toujours été quelqu’un de calme mais ce Manoir exerçait une aura qui parvenait à installer un sentiment de mal-être et d’insécurité au fond de moi. Néanmoins, je préférai répondre au moins poliment pour ne pas attirer les foudres de mon interlocuteur :

- Bonsoir, monsieur…

Je baissai la tête par réflexe, ne voulant pas me montrer insolente ou irrespectueuse.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Your name is Maria. [ Harry & Maria ] Jeu 21 Avr - 23:42



Her Name Was Maria

« Tu me serviras et je serai ton Maître. »

La pauvresse était si frêle. Les os pouvaient se transparaître à la douceur blanchâtre et sale de sa peau. De grands yeux rond, un peu stupide, mais d'une forme pas non plus désagréables, ornaient son visage qu'elle tendit vers le vétérinaire. Ce dernier fit une moue sans importance. Que pouvait-on faire de cet objet là ? Lui mettre un museau de chien ? Cela irait plutôt bien alors la rondeur de ses orbites. Les mains dans les poches, Harry se pencha pour que sa tête cogne les barreaux, la regardant, pensif. A côté, un dément un peu comateux grognait des insalubrités, tordant sa main à l'extérieur de la cage pour attraper et manger la poussière. Harry ne lui décocha pas le moindre regard. Les fous, il avait assez donné. Le souvenir cuisant de la mort de son dernier amour avait laissé son coeur au bord de la chaussée. Oh, bien sûr, cet homme n'avait pas non plus été le meilleur des amants. Mais il avait pourtant été un bon professeur, et avait servi de cache-misère aux blessures saignantes de son coeur. Son esprit avait atteint un  port qui ne pouvait être plus pire que les autres.

Mais toute bonne chose avait forcément une fin. Il l'apprenait tous les jours à ses dépends. Arracher leur langue à ses victimes ne lui faisait plus rien. A quoi bon, si ce n'était que pour le remplacer par des langues de serpents. Ils n'en avaient pas besoin. Leur salive était déjà assez empoisonné par la haine justifié qui bouillait en eux. Soupirant pour unique réponse à la jeune dame, Harry l'observa davantage. Il craignait que son corps ne soit trop fragile pour supporter la moindre transformation. Pourtant...il aimerait lui mettre des ailes. C'était un rêve qu'il avait eu pendant longtemps, de pouvoir transformer les gens en ange. Il ne l'avait que trop oublié, mettant de côté tout ce qui n'était pas son coeur. Mais il fallait pour ça qu'il l'analyse de plus près, voir la composition de son dos afin de vérifier sa forme. Elle n'était pas très sale; ses joues n'étaient pas très creuses. La femme ne devait pas être dans ce manoir depuis si longtemps que ça.

Ses mains s'écartèrent des barreaux. Le vétérinaire ouvrit la porte de celles-ci. Un hurlement se fit entendre dans tout l'étage, mais il ne tressaillait même plus. C'était à peine si ses oreilles se relevèrent pour prendre le son. Rien. Plus rien ne le toucher. Il n'était plus choqué de rien, ni admiratif. Juste la haine et la tristesse. Il n'arrivait pas à comprendre pourquoi sa vie n'était que misère, pourquoi il fallait qu'il soit condamné à la solitude la plus précaire quand tous les autres avaient des ancres à leurs âmes...

Harry s'avança donc dans la paille du cachot, après s'être assurée que la porte était fermée. Il s'accroupit devant la jeune femme, n'ayant aucunement peur des repressailles possibles. Elle était si visuellement innocente que ça lui donnait presque envie de vomir...mais il se rassuraite en songeant combien il pourrait la salir plus tard. C'était son quotidien...s'asseyant ensuite pour être à sa hauteur, il avait face à lui ses yeux ronds et idiots qui regardaient sans comprendre. Une amnésique. Rien de plus qu'un puit sans fond, un livre vierge. Si elle venait tout juste de boire l'Amnésia, cela n'en était que plus tendre et subversif. Sans aucune expression sur son visage, il chuchota.

- Quel est ton nom, femme ? Que fais-tu ici ?

© plumyts 2016


And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Your name is Maria. [ Harry & Maria ] Ven 22 Avr - 10:21



Your Name Is Maria.

« It's mine ? »

Je regardai cet homme m’épier de derrière la porte. Il était silencieux et l’air sur son visage n’avait rien d’amical ni de joyeux. Pourtant, il n’avait pas l’air si agressif pour autant. Je me savais un peu naïve et trop gentille parfois mais j’avais étrangement un bon pressentiment avec cet homme. Même si ses yeux jaunes et sa barbe de trois jours ainsi que ses cheveux négligés lui donnaient un côté bien plus menaçant qu’autre chose. Je le regardai alors ouvrir la porte sans rien dire toujours. J’avais compris instinctivement que je n’étais pas en position d’égalité avec l’inconnu. Il y avait l’air d’avoir une sorte de hiérarchie et je savais pertinemment que je n’étais pas haut-placée. Mais en attendant de l’être ou de comprendre un peu mieux comment cet endroit fonctionnait, je me devais de faire profil bas et d’acquiescer les ordres que je pourrais recevoir. Ils ne m’en voudraient sûrement d’avoir été docile. Je le vis alors s’accroupir devant moi. Je pus alors voir plus en détails son visage : des joues creuses, un beau nez, des lèvres fines, de grands yeux mais qui semblaient avoir perdu leur éclat. Mais un mot me revint pour résumer la globalité du visage de cet homme : terne. Et tout semblait l’avoir été par les épreuves de la vie. Je me demandais alors qu’elle est mon visage. S’il était aussi terne que le sien ou si mes joues avaient une légère teinte rose. Après tout, on ne devait pas voir la lumière du jour souvent ici, c’était peut-être pour cela que le docteur (sa blouse blanche me rappelait un docteur) avait l’air si pâle. Il me demanda alors mon nom et je lui répondis avec un sourire désolé.

- Je n’en ai pas, Monsieur… Je l’ai oublié…

Il n’était, du moins, pas précisé dans ma lettre. Lettre que je me mis à chercher dans une de mes poches pour la lui tendre pendant que mon esprit était déjà occupé à réfléchir sur autre chose. S’il avait le temps de devenir aussi livide à cause de l’enfermement, combien de personnes étaient-elles enfermées ici ? À en croire les cris alentours (qui ne m’atteignirent étrangement pas), au moins cinq ou six mais quelque chose me dit qu’il y en avait plus, peut-être des dizaines. Quel était le but de cet endroit ? De cette prison souterraine ? Je n’avais pas peur, aussi insolite que cela puisse paraître, ma curiosité étant plus forte que tout. Je souris au docteur en face de moi, me rendant compte que je n’avais pas répondu à sa deuxième question.

- Je ne sais pas ce que je fais ici, Monsieur… Mais vous, savez-vous ce que vous faites ici ? Et les autres le savent-ils ?

Je le regardai droit dans les yeux, cherchant vraiment à comprendre ce qu’il se passait ici. Un hurlement de douleur non loin me fit froncer les sourcils mais je ne dis rien, reportant mon regard sur mon interlocuteur. C’est alors que mes doigts se posèrent finalement sur ma lettre et je la tendis à l’homme.

- Peut-être que cela pourra vous aider…
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Your name is Maria. [ Harry & Maria ] Ven 22 Avr - 14:01



Her Name Was Maria

« TU ME SERVIRAS ET JE SERAI TON MAÎTRE. »

Tout comme le vétérinaire pouvait s'y attendre, la pauvresse n'eut aucun mouvement d'agressivité envers lui. Bien que d'apparence légèrement appeurée, elle ne semblait pas vouloir s'enfuir de la cage. Parfait. Ce serait d'autant plus simple de l'examiner. Un bref soupir s'échappa de ses lèvres quand la jeune femme lui annonça qu'aucun nom se trouvait dans sa base de donnée cervicale. Rien, pas le moindre souvenir. Une amnésique comme on en faisait tant. Harry fronça les soucils en la voyant chercher quelque chose dans ses affaires. Ayant inquiétude d'une arme ou autre, il eut un instinct de recul. Tout en se faisant, elle lui expliqua ne pas savoir non plus ce qu'elle faisait là. Son esprit était vierge, pure et innocent. Une feuille de parchemin finit par sortir de sa poche, et Harry se repositionna, rassuré. Il n'avait que trop en souvenir de la balle qui avait frappé son précédent amour. Un pistolet était assez petit pour entrer dans une poche, surtout les modèles féminins que certaines se plaisaient à porter dans leurs corsets comme un bijou intime.

Une lettre qu'elle lui tendit avec l'autorisation de la lire. C'était la première à agir avec autant de sang froid face à une telle situation. Les hurlements ne la touchaient pas plus que lui. Juste un petit tressaillement, sans plus. Elle semblait être concentrée sur lui comme s'il pouvait être sa bouée de secours. Harry ne put s'empêcher d'être touché. D'ordinaire, les...les gens l'évitaient comme la peste, sentant instinctivement que sa blouse blanche et son air éteint n'apportait rien de bon. Entre ses longs doigts, il se saisit délicatement de la lettre et la lut rapidement. Un homme...qui les aurait amené ici et trahi...un homme qu'elle aurait aimé. Cela raviva en lui des blessures sourdes. La trahison était comme une peluhe pour lui depuis tellement longtemps. Un long soupir s'attacha à ses lèvres pour terminer en pamoison dans l'air glacé du cachot. Elle semblait les avoir mérité, ses ailes. Mais avant tout, il fallait donner un nom à la créature féminine. Il ne pouvait pas continuer à l'appeler femme. Oh, bien sûr, il pourrait facilement l'appeler la sotte, l'idiote...mais il était fatigué.

- Tu t'appeleras Maria.

C'est un prénom qu'il aurait adoré donner à l'enfant qu'il avait failli avoir. Il passa une main sur son propre front, se haïssant de toujours revoir ses plus mauvais souvenirs au plus mauvais moment. Se redressant donc avec froideur, il fit jaillir sa voix forte à travers le cachot.

- As-tu toujours voulu avoir des ailes, Maria ?

Qui n'en rêverait pas ? Lui-même voudrait pouvoir se donner des ailes pour s'enfuir loin d'ici. Loin de cette malchance qui lui collait sans discontinuer. Il haussa un sourcil tout en attendant sa réponse, les bras croisés tenant toujours cette lettre. De toute façon, vu le peu d'informations qu'elle contenait, cela ne devait pas être un objet d'importance pour cette femme sans nom ni identité.

© plumyts 2016


And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Your name is Maria. [ Harry & Maria ] Mer 8 Juin - 1:55



Your Name Is Maria.

« It's mine ? »

Je regardai cet homme prendre mon papier. Il avait plutôt l’air surpris et je me demandai bien pourquoi. Il n’était donc pas habitué à voir des amnésiques ici ? Quelle étrange bâtisse après tout. Certes très peu rassurante, je n’avais pas tellement envie de m’y promener. Mais je n’avais pas peur avec cet inconnu en blouse blanche. Cette dernière me semblait familière. Peut-être avais-je travaillé dans la médecine moi aussi ? Je souris doucement à mon interlocuteur tandis que j’épiai ses yeux jaunes courir sur le parchemin afin de déchiffrer ce qui était sûrement mon écriture. J’espérai qu’il pourrait m’aider. Après tout, c’est ce que font les médecins, non ? Aider les gens. Je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait en vérité. Mais étrangement, je décelai autre chose que de la surprise et de la curiosité dans le regard doré de l’inconnu barbu. Une certaine souffrance. Les mots inscrits devaient lui rappeler quelque chose de douloureux et je me sentis tout de suite mal pour cet homme qui n’avait rien demandé. Il n’avait pas l’air ni agressif ni méchant après tout. Je savais bien que j’étais quelque peu naïve mais bon, sur le moment, je n’y pensais pas tant que ça. J’étais plus concentrée sur mon interlocuteur.

Maria. Pourquoi pas ? Je le remerciai d’un sourire, de m’avoir ainsi baptisé. Après tout, ce n’était qu’un prénom de substitution le temps que je retrouve la mémoire, n’est-ce pas ? L’expression du visage de l’homme changea encore, devenant glaciale. Je me demandai alors si j’avais fait quelque chose de mal, vu qu’il me surplombait désormais de toute sa grande taille imposante. Je le relevai timidement les yeux vers lui, ne sachant pas quoi faire. Il lui demanda alors si elle voulait des ailes. Je restai stoïque un instant, essayant de me répéter la question dans ma tête afin que le sens ne m’en échappe pas. Car oui, c’était une question plutôt insolite. Des ailes comment d’ailleurs ? Tatouées ? Greffées ? Ou autre ? Je cessai de le regarder dans les yeux pour réfléchir à ma réponse. Au bout de quelques secondes je finis par me lever, histoire d’être à peu plus à la hauteur de cet étrange personnage, même s’il continuait de faire quinze à vingt centimètres de plus que moi. Mais passons. J’essayais d’évaluer les pour et les contre d’une telle opération mais je n’y parvins pas. Les deux antitées s’équilibraient à la perfection. Je reportai donc mon attention sur l’homme.

- Aucune idée. Mais je ne pense pas, ce ne serait pas pratique ici et j’irai dans une foire à monstres en sortant d’ici, donc finalement, cette fois-ci, ce sera non merci.

Je lui souris gentiment avant de reprendre, telle une pipelette :

- Et vous ? D’ailleurs je ne connais pas votre nom.

Mes lèvres continuaient d’arborer un petit sourire innocent et pur tandis que ma curiosité reprenait le dessus.

- Au fait, où sommes-nous ? Quel est le but de tout ceci ? Pourquoi portez-vous cette blouse blanche ?

Peut-être étais-je journaliste dans ma vie d’antan, qui sait. Quoiqu’il en soit, je continuai de sourire de façon agréable à cet homme aux étranges yeux jaunes, attendant qu’il réponde à ma petite interview privée et improvisée.
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Your name is Maria. [ Harry & Maria ] Mar 23 Aoû - 19:02



Her Name Was Maria

« Tu me serviras et je serai ton maître. »

Un petit sourire s'éprit des lèvres d'Harry pour finir sur un étrange ricanement. La perspective d'ailes dans le dos était romantique. Mais comme venait d'intelligemment le pointer la jeune femme, ce ne serait peu pratique. Sa réflexion pourtant le fit rire. Ce n'est pas parce qu'on ne porte rien d'extravagant dans son corps que l'on ne mérite pas pourtant sa place dans une foire aux monstres. Chaque personne dans ce foutu manoir mériterait sa cage personnelle, avec matelas capitonnée et son écuelle personnelle, avec son nom gravé dessus. Après, tout était de savoir si c'était la manoir qui les avait rendu digne d'un tel honneur...ou si la tombe était creusé à l'arrière de la foire dès leur naissance. Peut-être chaque humain mérite son écuelle. Soupirant tristement à la perspective de manquer une si belle opération, il regarda ce morceau de viande parlant et répondit doctement et simplement.

- Docteur Downcry. Mais je ne suis que modeste vétérinaire, appelle moi donc Harry.

Ce sera toujours plus agréable d'appeler son futur potentiel meurtrier par son prénom. Héhé. L'acceptation de la solitude ne fut pas facile, surtout après avoir été presque soigner de celle-ci. Allait-il la tuer finalement  ? L'idée se glissait dans son esprit en murmurant "why not". Seulement...il avait fait l'effort de lui parler. Pour il ne savait quelle raison, la tuer maintenant serait hors de sa portée. Il n'en pouvait plus d'être seul à compter les jours qui le séparait de sa propre mort. Rester perpétuellement le dernier survivant, quand tout le monde meurt autour de soi...il n'y avait guère plus pénible. D'être le seul à concerver les souvenirs, quand les autres ne concervent que des os. Lui, il avait réussi à sauver l'âme du vétérinaire avant de partir. Avec ce départ mortel, il avait emporté le chaos d'Harry. La seul chose qu'il n'avait pas emporté, c'était cette tristesse immense qui formait désormais un vide dans le creux de son corps. Rien que de la mort et de la désolation.

- Tu viens juste d'arriver toi. C'est mignon, tant d'innocence...et rare. Nous sommes dans le manoir de Lord Rockwood. Ici, tu es une proie. Certains seront tes ennemis d'office, d'autres porteront l'étiquette d'allié mais ne feront que te trahir. Moi je fais juste des expériences glauques sur des gens qu'on me donne. Parfois je les tue, quand je suis de mauvaise humeur.

Mais curieusement, quand il voyait cette petite créature féminine, il avait envie de rire. Elle le faisait rire. Par son idiotie qui transpirait dans ses grands yeux. Son passé, son véritable nom, il s'en moquait pas mal. Même ses mimiques lui donnaient envie de rire. Lui montrant sa main pour potentiellement l'aider à se relever, il fit.

- Viens avec moi si tu veux vivre encore quelques jours de plus.

A supposer qu'elle lui prit la main, Harry la lâcha aussitôt après qu'elle fut relevée, pour s'en retourner à son laboratoire. Il n'avait plus rien à faire ici. Qui c'est ce à quoi cette petite sotte pourrait être utile. En tout cas, elle était trop stupide pour avoir été une prostituée, il en était persuadé. Les prostitués sont perfides, il n'y avait qu'à voir la pute personnelle du Lord de ces lieux. Non, cette femme là semblait tout droit sorti du couvent. Haussant intérieurement les épaules, il ouvrit la porte du laboratoire et la fit entrer. Bien évidemment, comme à chaque fois qu'il était cruellement célibataire, rien n'était rangé. Du sang traîné encore en tâche grandiloquante sur le sol ainsi que sur la table d'opération. Un bras était encore dessus, portant des traces de griffe. Des bouteilles d'alcool se trouvaient aussi entassé, certaine vide, d'autres pleine, un peu partout dans la pièce.

- Bienvenue dans mon antre, peut-être ta tombe aussi. Bah. Ce manoir entier sera notre tombeau de toute façon...

Haussant les épaules, cette fois réellement, Harry s'approcha d'une bouteille et s'en saisit pour finir d'un coup sec le fond restant. Alcoolique était peu pour dire à quel point il était ravagé. Mais c'était la seule alternative qu'il avait trouvé à sa souffrance. Avant, c'était le meurtre, toujours plus de violence. Mais il n'en pouvait plus. La boisson, ça faisait moins mal.
© plumyts 2016


And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Your name is Maria. [ Harry & Maria ] Dim 11 Sep - 0:15



Your Name Is Maria.

« It's mine ? »

Harry Downcry était donc son nom. Charmant nom, au passage. Le tout donnait une certaine classe. L’enchaînement des ‘r’ avec la rigidité du ‘d’. Mais passons, apparemment, Mr Harry Downcry avait autre à faire que de faire la conversation avec moi sur son patronyme et c’était fort dommage. J’aurai bien aimé discuter avec lui de son nom. Mais avant que je ne puisse faire le moindre commentaire, il partit dans un monologue sur la présentation des lieux, m’expliquant un peu les fonctionnements de la bâtisse. Entre les alliés, les proies, les ennemis. Mais quel était donc cet endroit où la justice ne semblait pas exister ? J’avais le souvenir que les hommes de puissance organisaient parfois des cérémonies, des festivités macabres pour leur bon plaisir, afin de les divertir, mais je n’avais encore jamais entendu parler de cela. Il se prétendit comme un meurtrier en série. Mais quelque chose me disait qu’il n’était pas sérieux. Ou alors que quelque chose avait changé en lui. Je n’arrivais pas à le prendre au sérieux. À croire qu’il puisse faire du mal à qui que ce soit dans un état comme ça. À en croire sa barbe mal rasée et ses cernes, la seule personne à qui il faisait du mal, c’était à lui-même.

Je pris alors la main qu’il me tendait avec un sourire amical et sans une once de peur. Je n’arrivais tout simplement pas à avoir peur. Ni peur de ce manoir, ni peur d’Harry Downcry. Je n’essayais pas non plus, mais à quoi bon faire exprès d’avoir peur ? Je le suivis donc silencieusement, regardant tout autour de moi, me moquant éperdument du fait que j’allais peut-être effectivement mourir de la main d’un vétérinaire. Il me fit alors rentré dans ce qu’il appelait son laboratoire. Mais cela ressemblait plus à une déchetterie macabre qu’autre chose. Il y avait un bras trônant sur une table d’opération et des cadavres de bouteilles un peu partout sur le sol. J’avais eu raison. Harry Downcry se faisait bien du mal à lui tout seul. Et à quelques personnes aussi, certes, si on en croyait le membre au milieu de la salle. La dernière phrase du vétérinaire attira ma curiosité et je le regardais avec un air surpris et un petit peu agacé, je dois l’avouer. Cet homme était en pleine dépression, ce n’était pas possible. J’avais envie de l’aider mais j’avais peur de l’énerver. Quoique. Il avait l’air tellement faible et misérable que cela m’étonnerait qu’il puisse me faire quoi que ce soit. Je voulus alors lui changer les idées.

- Dites, Mr Harry Downcry. Si je suis une proie et vous, juste un homme qui fait des expériences glauques, cela fait de vous un de mes ennemis d’office, ou un allié qui me trahira ?

J’affichai un sourire espiègle et joyeux. J’étais sûre que je pouvais m’en faire un allié et un vrai. Cet homme semblait loyal. Mais je pouvais me tromper. Même si mon instinct me disait que je ne me trompais pas tant que cela sur les gens. Je baissais la tête et donna un petit coup de pied dans une bouteille vide.

- Mais comment faites-vous pour encore circuler dans ce dépotoir, Mr Harry Downcry ?
© plumyts 2016


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Your name is Maria. [ Harry & Maria ] Dim 11 Sep - 13:38



Her Name Was Maria

« Tu me serviras et je serai ton maître. »

Dans ce laboratoire aux effluves d'alcool et de chair humaine putréfié, il y avait en effet quelque chose qui ne tournait pas rond. Pas simplement le décor, plus proche d'une scène d'horreur que de véritables expérimentations, mais aussi dans l'air. C'était comme une habile mise en scène qu'Harry avait conduit pour se punir. Son propre purgatoire, où ses erreurs le poursuivaient jusqu'en enfer. Il était fatigué de l'univers, n'ayant même plus la force de se raser...sauf quand la sueur le réveillant de ses cauchemars lui piquait vicieusement le visage. Harry frappa sur le culot d'une bouteille qui allait joyeusement s'exploser sur un placard. Le maigre flot restant de vin à l'intérieur joncha le sol et le bois. Mais il s'en moquait. Après tout, cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas touché un balai et une éponge. Ce n'était pas à lui de le faire, cela ne l'avait jamais été. Il soupira doucement sa tristesse latente tout en prenant un tabouret non loin pour s'asseoir dessus, regardant sa nouvelle proie entrer très librement dans ce même laboratoire puant. Elle était en pleine observation de l'antre des horreurs et ne semblait pas en être si atteinte que cela. N'importe qui aurait poussé un hurlement en voyant le bras, avant de s'enfuir avec force. Harry n'avait même pas pensé à fermer la porte à clé, il s'en foutait désormais. Peut-être même avait-il laisser ce morceau de bras exprès pour remplir de terreur les gens qu'il pouvait ensuite apporter ici. Son inconscient était-il encore assez présent dans son esprit pour cela ? Il écouta alors la réplique de Maria, non sans très peu d'intérêt. Cependant, la phrase lui fut si drôle qu'il eut un doux rire, se transformant à un vrai éclat sincère.

- Je serai bien aise de pouvoir te répondre...mais je ne peux pas. En tout cas je ne peux plus.

Le vétérinaire lui sourit tout en haussant les épaules, tout cela avant de toussoter un peu. Sa gorge n'était plus habitué à rire. Cela faisait combien de temps maintenant ? Des semaines, des mois ? Personne ne pouvait faire le compte désormais, tous les jours se ressemblaient et les heures n'existaient plus. La regardant s'avancer un peu plus dans les cadavres de bouteilles, Harry continua d'être intéressé. Une personne, jeune femme qui plus est, n'ayant pas peur de tout  cet incroyable bordel...ne s'enfuyant pas avec terreur, ni ne voulait le tuer. La liste était longue de choses qu'elle aurait pu faire en découvrant tout cela. Mais bizarrement, la seule chose qu'elle semblait prête à faire à cette seconde, c'était ouvrir un lavabo et lui faire du thé. Chose auquel il n'aurait pas été contre. C'est alors qu'en vérité, elle fit exactement la même action que le scientifique raté avait fait plus tôt. Taper dans une bouteille. Le résultat fut moins dramatique  pour la bouteille, mais la question qui s'en suivit fit baisser la tête à Harry.

- Que veux-tu que je te dise...c'est pas comme si ça allait changer quoique ce soit...l'enfer restera toujours l'enfer. Mais si tu veux t'en donner la peine, le balai est derrière la table d'opération, il faut tourner le robinet sur la droite pour avoir l'eau chaude (oui, même si le marquage indique bleu, Rockwood a de très mauvais plombiers), le seau doit être quelque part à côté du balai, sinon essaie sur la rambarde derrière toi, quant à l'éponge, il est fort probable qu'il soit dans la cage des cochons d'inde. Si tu veux la récupérer, dis-leur que tu viens de ma part, et n'oublie pas de dire s'il te plait à la fin de chacune de tes phrases...normalement, ils ne t'attaqueront pas.

Le vétérinaire eut un petit rire, cela lui faisait vraiment bizarre de parler comme un être humain à un autre être humain. Une femme, d'autant plus. Mais il avait atteint un gouffre tel qu'il aurait pu parler avec un cadavre avait la même douleur d'esprit.
© plumyts 2016


And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Your name is Maria. [ Harry & Maria ]

Revenir en haut Aller en bas

Your name is Maria. [ Harry & Maria ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [CXL] Palm City - aménagement part 1 - Maria Beach
» Loto de l'Association MARIA POLITE
» Santa Maria (Nouvelles Images)
» Maria, la perle d'un nuzlocke.
» Maria Whittaker... c'était il y a 30 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Cachots-