AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Mar 3 Mar - 21:37


" Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin. "




Les jours étaient longs et monotones. Rose marchait beaucoup, essayait de grappiller quelques heures de sommeil, cherchait naïvement un lieu de calme et de sécurité à défaut d’une sortie. Son plan était de plus en plus précis mais nul part se trouvait une issue. Au final, elle s’était inscrite dans une routine, cherchant à améliorer son confort de vie en trouvant vêtements, nourritures. Elle avait même réussi à trouver du maquillage ! C’était un peu son trésor de guerre qu’elle gardait farouchement. Autant dire qu’elle s’était plutôt bien intégrée dans cet univers, arrivant même à paraître coquette. Cependant une chose lui manquait encore … Une personne qui serait son soutien, en qui elle aurait toute confiance, avec qui elle se sentirait en sécurité. Elle avait cru l’espace d’un moment que Konrad serait cette personne mais elle ne l’avait plus revu depuis longtemps et puis elle ne pouvait rivaliser avec le souvenir de sa femme … Quand à Jake, elle le cherchait désespérément sans jamais le trouver. Elle craignait le pire pour lui. C’était peut être ça le pire, de n’avoir aucune certitude, de n’avoir aucun indice sur ce que devenait les personnes dans cet immense manoir. A tout instant, on pouvait se retrouver isoler comme elle actuellement. Oui, Rose se sentait seule. Terriblement seule.

Sur le qui-vive, la jeune femme tourna la poignée d’une nouvelle porte, s’attendant au pire. Elle avait bien compris ce que pouvait lui réserver ce satanique endroit. Mais elle ne s’attendait pas à découvrir ce genre d’endroit. L’espace d’un instant elle fut éblouie et la seconde d’après, elle lâcha son sac pour entrer dans la lumière du soleil en fermant les yeux avec délice, riant comme une enfant. Le soleil ! Elle ne savait plus depuis quand elle n’avait pas senti sa douce caresse sur sa peau. Cet endroit était un paradis à ses yeux. Bien sur, les plantes fais aient triste mine, la poussière assombrissait la pièce mais c’était le lieu le plus gai qu’elle est vu jusqu’ici. Elle se sentait renaître dans cet univers plus lumineux. Presque naturellement, elle se mit à arracher les mauvaises herbes, à replanter ce qui pouvait l’être. Tout son être était rempli de joie à refaire ses gestes si banals et pourtant si réconfortant. Le soleil lui réchauffait le dos, caressait son visage. Toutes les mauvaises pensées s’étaient envolées. Elle abandonna un moment la terre pour sortir un chiffon qu’elle trempa dans un réservoir d’eau et se mit à nettoyer les carreaux qu’elle pouvait atteindre.

Les heures filaient et Rose nettoyait, redonnait un peu de splendeur à ce lieu. Elle avait des traces de terre sur le visage et ses mains étaient sales et abimées mais le jeu en valait la chandelle. Un sourire ravi ornait ses lèvres, toute trace de fatigué envolée.
C’est donc concentrée sur sa tache qu’elle n’entendit pas que quelqu’un d’autre avait pénétré dans ce lieu sain.



©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Jeu 5 Mar - 23:44


Donnez-moi un lopin de terre...

Felix s'était une nouvelle fois repéré par un Gardien qui avait décidé de le prendre en chasse. Cela faisait quelques minutes qu'il tentait de le semer en courant comme un dératé dans les couloirs de cet insupportable Manoir. De plus, son poursuivant semblait parfaitement infatigable, rendant la tâche un peu plus ardue pour l'horloger de le semer. Il avait beau tenter de se cacher dans les premiers recoins, armoires qu'il trouvait mais il semblait que le Gardien ait aussi un cerveau en plus d'une condition physique presque surnaturelle. Felix essayait pourtant d'entraver le chemin de son agresseur en faisant tomber les chaises ou guéridons qu'il trouvait sur sa route. Il avait beau bifurqué à tous les angles possibles, perdant ainsi tous ses repères spatiaux, il entendait toujours les railleries du Gardien dans son dos. Tout en coup, il se sentit attrapé par les cheveux et violemment tiré en arrière. Les pieds de l'horloger partirent en avant tandis que le reste de son corps bascula en arrière pour finalement s'écraser durement sur le dos. Son poursuivant avait un regard carnassier et voulut le frapper au sol mais Felix eut le réflexe de rouler sur le côté. Il se saisit d'un pot de fleurs sur une petite table et l'écrasa violemment sur la tête du Gardien qui grogna de douleur, sonné. L'horloger reprit alors sa course, gagnant suffisamment de distance pour rentrer rapidement dans une salle choisie aléatoirement. Il referma la porte derrière, la respiration sifflante et sa poitrine se souleva avec une trop grande vitesse. Il plaqua son dos au bois de ladite porte et ouvrit un œil, bien qu'il ait l'oreille toujours tendue.

Il était dans un endroit qu'il n'avait encore jamais vu auparavant, étrangement. Tout était vert et le Soleil lui brûlait les yeux au travers du toit en verre. Il plissa ses yeux sombres suite à cette brusque luminosité pour essayer de s'accoutumer plus vite mais le grognement de rage du Gardien dans le couloir le ramena rapidement à l'urgence de la situation. Il entendit alors un bruit et il regarda devant lui. Il ne parvint pas à distinguer convenablement qui était l'intrus avec lui dans cette pièce, tant la lumière le gênait. Il ne pouvait pas non plus savoir s'il ou elle était un allié(e) ou pas. Mais une chose était sûre : il y avait quelqu'un qui voulait sa mort juste derrière la porte alors autant prendre le risque que ce qui semblait être une femme soit aussi dans son camp. Il porta donc son index à sa bouche et le tapota nerveusement sur ses lèvres pour demander à l'inconnue de rester silencieuse, le regard suppliant même. D'ailleurs, ses yeux commençaient à voir une chevelure qui lui semblait familière. Il eut un bref sourire soulagé quand il reconnut Rose. Au moins, il était sûr qu'elle n'allait pas crier de venir l'attraper. Parce qu'elle se ferait avoir à son tour. Enfin bref, du coup, il savait qu'il pouvait plus ou moins avoir confiance en elle. Il posa une oreille sur la porte et n'entendit plus les pas ni les colères du Gardien. Il se tourna donc vers la jeune femme.

- Désolé Rose… Il y avait un Gardien, je ne voulais pas l'attirer ici.

Il eut un sourire désolé avant de regarder autour de lui.

- Je ne savais pas qu'un tel endroit dans le Manoir existait… Ça fait longtemps que tu es ici, dans cette salle ?

Tout le mauvais comportement de Tinky envers elle, il ne s'en souvenait pas. Il ne se rappelait jamais des actions du moineau. C'est pour cela qu'il ne comprenait pas pourquoi Rose se montrait si froide avec lui.

©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Ven 6 Mar - 22:14


" Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin. "


La porte qui venait de se refermer brutalement la fit sursauter alors qu’elle faisait face à l’intrus, apeurée. Après tout, cette pièce était un cul de sac, bien éclairée, avec aucune cachette et surtout aucune arme pour se défendre. Autant dire que ses chances de survies étaient plus que minces et fortement compromise. Décidemment, ne cesserait elle donc jamais de se laisser surprendre ainsi ? Heureusement pour elle, ce n’était que Tinky … Ou Felix. Toujours est-il qu’elle n’était absolument pas ravie de le voir et ne l’accueillit donc pas le sourire aux lèvres. Bien qu’elle n’eut pas envie d’obéir à son geste qui lui intimait le silence, la respiration saccadée, le visage plus que livide du jeune homme et les grognements qu’elle entendait vaguement derrière la porte lui firent tenir sa langue. Et puis à bien y réfléchir, Rose n’avait aucune envie d’échanger quoi que se soit avec lui. Etre coincée avec lui dans la même pièce n’allait pas l’aider à lui faire tenir sa langue. D’autant plus que Felix ou Tinky ou qui qu’il était semblait en mal de discussion. Une fois le danger passé, elle répondit d’une voix acide :

« Ha non ? Tu n’avais pas l’intention de te servir de moi comme appât cette fois ci ? A moins que tu ne sois venu ici dans l’espoir de briser quelques chevilles de plus ? »


Elle le regarda un instant dans les yeux et soupira, consciente que ses propos étaient vraiment mesquins :

« Excuse-moi … J’ai été trop dur. Tu te montrais sympathique, je n'avais pas à réagir ainsi … »

Honnêtement, la jeune femme avait encore du mal à se faire à cette histoire de double personnalité bien que plus rien ne devrait l’étonner.

« Je sais pas vraiment depuis combien de temps je suis ici. J’ai trouvé cet endroit aujourd’hui même et … Enfin il est tellement beau que j’ai voulu lui redonner un peu plus de splendeur.»

Elle eut un sourire triste à l’attention du nouveau venu :

« Je sais que c’est vain mais je te le conseille, ça fait du bien, ça permet de se vider la tête et le soleil dans le dos est vraiment agréable. »

Se rendant soudainement compte qu’elle ne devait pas avoir l’air présentable, elle rougit et s’excusa :

« Je suis désolée, je ne suis pas du tout présentable. Je dois ressembler à une paysanne en ce moment. Tu n’es pas blessé au moins ? »

Rose récupéra son sac et en sortit un linge propre qu’elle trempa dans l’eau avant de se relever et attrapa le visage de Felix pour désinfecter une petite plaie qu’elle avait remarqué sur sa joue :

« Il ne faudrait pas que ça s’infecte même si c’est petit. Et puis se serait dommage de garder une cicatrice. Alors au quel ai-je à faire ? »


Elle tamponna doucement le chiffon sur la joue du jeune homme, attentive à ne pas lui faire mal.


©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Sam 7 Mar - 8:21


Donnez-moi un lopin de terre...

Rose se montra étrangement agressive à son égard, le faisant hausser les sourcils avec surprise. Par prudence, Felix reposa sa main sur la poignée de la porte, prêt à partir si la jeune femme se montrait plus violente encore. C'était quoi cette histoire de chevilles cassées ? Il n'avait jamais eu l'intention de l'agresser en quoique ce soit, là… Cependant, ce n'était peut-être qu'une femme mais il ne voulait pas prendre de risques ni se fatiguer à se battre avec elle. De plus, il perdrait sûrement, la course poursuite avec le Gardien l'ayant grandement fatigué. Puis il la vit s'excuser. Toujours aussi surpris, il ne bougea pas ni dit mot, préférant rester méfiant même si elle avouait être désolée. Felix était assez gêné par ce brusque changement d'humeur et cela avait le don de le mettre mal à l'aise car il savait pertinemment qu'il faisait à peu près la même chose quand Tinky décidait de prendre possession de son corps pour accomplir ses méfaits. D'ailleurs, il était sûrement impliqué dans cette histoire de chevilles brisées. Sérieusement, il se demandait qui était le ou la plus lunatique entre eux deux… C'était presque si elle ne l'avait pas insulté pour ensuite qu'il était quelqu'un de pas si méchant.

Enfin, il préféra ne rien dire de plus pour éviter de s'en prendre encore dessus et l'écouter parler de la serre qui était en effet, un endroit vraiment à part de ce manoir. Beaucoup plus tranquille, plus calme. Une sorte de paradis au milieu de l'Enfer. Un havre de paix. Il devait avouer qu'il ne l'écoutait que d'une oreille mais son regard se posa de nouveau sur elle quand elle commença à s'épousseter pour enlever la terre qu'il y avait sur ses vêtements. Felix se demandait bien pourquoi elle s'excusait de n'être "pas présentable", vu que lui devait être pire, de la poussière plein les cheveux et les habits aussi. Oui, il devait être bien plus sale qu'elle, surtout avec sa tignasse collée par la sueur de la course poursuite.

- N… Non, je ne suis pas blessé, je crois…

Les sourcils froncés, il regarda avec méfiance ce qu'elle allait sortir de son sac, prêt à réagir rapidement si cela était un couteau ou quelque chose comme cela. Oui, suite à cette petite course dans le Manoir, Felix était devenu assez paranoïaque et le resterait pendant quelques heures encore. Elle commença à soigner rapidement une plaie qu'il avait sur la joue. Une plaie qu'il ne se souvenait même pas de s'être faite. Ah, peut-être lors d'une de ses chutes, il se serait pris le coin d'une table ou quelque chose comme cela sûrement. Le fait est qu'il devait être tellement concentré sur sa survie qu'il n'y avait même pas pensé. Il sourit doucement à Rose tout en la regardant dans les yeux.

- Merci beaucoup…

Il fit de nouveau promener ses yeux autour de lui et sourit, impressionné.

- C'est vraiment magnifique comme endroit… Heureusement que tu lui as redonné un peu d'allure. Ma maison avait un jardin, mais je ne m'en occupais pas souvent…

Il regarda ses pieds et soupira.

- Dans quel état il doit être maintenant…

Il releva la tête et sourit à Rose.

- Je peux faire quelque chose pour t'aider, peut-être ?

©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Dim 19 Avr - 18:14


"Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin"


Rose avait remarqué que le nouveau venu était sur ses gardes et elle ne comprenait pas trop ce qu'il craignait. Déjà lors de leur dernière rencontre, il avait du se rendre compte qu'elle n'était pas du genre à faire du mal aux autres et même si c'était le cas, sa frêle constitution retournait son acte contre elle probablement. A la limite, il lui faudrait le prendre pas surprise et même ça restait d'être compliqué. Bon d'accord, elle s'était peut être montrée un peu agressive mais il l'avait bien mérité ! Il n'avait pas été tout tendre et tout adorable  à leur première rencontre, normal qu'elle en garde une mauvaise expérience et une dent contre lui.

Ceci dit, ce n'était quand même pas désagréable d'avoir une conversation « normale » comme s'ils étaient revenus dans leur vie passée, quand tout allait bien, quand on ne risquait pas de finir en nourriture pour les brutes ou en cobayes pour les scientifiques. La jeune femme retourna à son parterre et replanta quelques plantes, redressant d'autres, désherbant délicatement.

« C'est bien dommage. Les plantes sont comme les personnes, elles ont besoin d'amour pour s'épanouir. Une fleur est éphémère, il faut bien la soigner pour que quand elle s'ouvre enfin, elle fasse le plus d'effet possible. »

Elle souriait tranquillement, apaisée avant d'être emportée dans ses souvenirs :

« On avait un grand jardin mais ce n'était pas nous qui nous en occupions mais des domestiques quoi que … Je crois que j'aidais souvent. »

La jeune femme réfléchit à sa proposition, observant le patio et ce qui restait à faire  :

« Hum tu peux remettre les choses lourdes en place si tu veux, tu dois avoir plus de force que moi. Et puis couper les branches en hauteur. Mais sinon, tu peux venir m'aider à replanter les boutures qui sont là ainsi que les graines que j'ai trouvé tout en désherbant. C'est fou comment il y a toujours à faire dans un jardin. »

Rose était tout à son affaire, concentrée sur sa tâche. Sentir la terre fraiche sous ses doigts était agréable et puis elle s'imaginait ce que donnerait le patio fleurit et remis à neuf.

« Dis moi … Tu penses que se serait possible de faire du manoir un endroit plus … plus vivable ? Après tout, même si on ne peut pas sortir, il suffirait de nettoyer, de réparer les trous ... »

Un petit rire s'échappa de ses lèvres alors qu'elle remettait une mèche en place derrière son oreille, gênée :

« Tu dois trouver ça stupide … Je rêvasse trop.  Tu faisais quoi avant d'arriver ici ? »



©BOOGYLOU.

[/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Lun 27 Avr - 0:03


Donnez-moi un lopin de terre...

Felix l’écouta attentivement parler de ses souvenirs d’avant le Manoir. Il ne l’interrompit pas car, étrangement, cela l’intéressa beaucoup plus qu’il ne pouvait l’imaginer, même si ce n’était qu’un fragment sans trop d’importance sur la vie d’antan de la jeune femme. Et quand elle sera d’énumérer les souvenirs dans sa mémoire, l’horloger fut presque déçu, voulant en savoir plus. L’amnésie était plus frustrant qu’il n’y paraissait. Et puis, il pensait que stimulait la mémoire ainsi était un bon moyen pour la faire revenir mais enfin bon, là n’était pas le sujet de leur conversation. Au départ, ils parlaient de jardins et de remettre un peu en ordre cet endroit. Du coup, Felix écouta attentivement les ordres de Rose et hocha la tête avec un sourire avant de commencer à s’y mettre. Et comme elle lui demanda, il essaya d’imaginer le Manoir refait, plus accueillant, plus chaleureux mais il ne se demandait pas si dans l’apparence, ce n’était pas un peu cruel. Car si l’on rendait moins effrayant, cela n’affaiblirait-il pas l’instinct de survie des prisonniers ? Cela n’endormirait-il pas leur peur, parfois si précieuse pour fuir ? Mais il divaguait. Après tout, il ne dirait pas non à un peu plus de joie ici. De trouver des fleurs plutôt que des dépouilles vieilles de plusieurs jours.

- Je pense que c’est possible de le rendre plus vivable… Mais il faudrait que tout le monde y mette du sien et je doute que les Brutes acceptent d’arroser les fleurs avec nous.

Il lui sourit doucement.

- Non, je ne trouve pas cela stupide, au contraire… Je suis loin d’être contre cette idée, mais bon… Voilà, je pense que ceux qui seront en désaccord sont plus hauts placés que nous. Malheureusement, nous ne pouvons rien y faire… Mais rien ne nous empêche de remettre cet endroit à neuf ! Histoire qu’on s’y sente un peu mieux ! Une sorte d’oasis au milieu du désert.

Il rit doucement tout en continuant de couper les branches un peu hautes de certains arbustes.

- J’étais horloger avant, il me semble. Enfin, c’est la première chose qu’il me vient en tête mais je ne pourrai l’affirmer avec certitude. Je me suis toujours demandé ce que Jeremiah nous voulait, vu que, par exemple, mon épouse et moi n’étions… absolument personne dans la société…

Il continua de jardiner tout en parlant. Il se rendait compte que oui, ses mains n’étaient peut-être pas faites pour jardiner, étant peut-être trop sensibles, trop précises. Bon, Rose qui semblait aimer travailler la terre, n’avait pas non plus de mains endurcies par ce labeur. Mais il sentait naturellement que ses propres doigts n’étaient pas dans leur élément. Il jeta un regard à Rose et lui sourit doucement.

- Et toi ? Que faisais-tu avant ?

©BOOGYLOU.





Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Lun 27 Avr - 12:08


"Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin"



Rose se sentit touchée de l'attention que l'amnésique portait à ses paroles. Ce n'était pas grand chose, pas intéressant en soi mais je gardais cette vision de mon enfance enfouie profondément en moi. C'était la seule chose positive qu'il me restait alors je la chérissais sans compter que ce souvenir m'avait fait me souvenir de mon frère, Jules. La jeune femme se sentait inquiète à sa seule pensée. Où était-il ? Comment se débrouillait-il sans elle ? Mangeait-il à sa faim ? N'était-il pas embêté par des gens stupides ? Tant d'inquiétudes, de questions sans réponses qu'elle chassait désespérément. Cela ne servait à rien de s'angoisser, elle ne pourrait plus l'aider d'ici. Que ne donnerait-elle pas pour le revoir cependant !

La jeune femme ne put s'empêcher de rire en imaginant des Brutes arrosées les fleurs mais ajouta :

« On ne sait pas, peut être ont ils une âme de jardinier et aime la poésie ? »

Elle sourit doucement à ses paroles. Finalement, c'était plaisant de faire la conversation avec lui. Il n'était pas aussi cruel qu'elle ne le pensait et était bien éduqué. De plus, elle sentait une étrange satisfaction lorsqu'il lui annonça être d'accord avec elle et bien vouloir remettre ce lieu en état :

« Oui, j'espère que personne ne viendra le saccagé. C'est un bon endroit pour souffler un peu même s'il y a peu de cachette. Je dois avouer en avoir assez de me cacher sans cesse et de vivre dans la peur ainsi ... »

L'infirmière récupéra quelques rameaux coupés pour en faire des boutures et les replanta avant d'aller chercher un arrosoir qu'elle remplie pour arroser les plants. Par contre, la suite de la conversation la fit s'arrêter, la plongeant à nouveau dans CET évènement qui l'avait conduit ici et qui la blessait encore et encore. Elle baissa la tête et continua d'arroser les plantes une par une, la main tremblante :

« J-je pense avoir été une infirmière ou aide-soignante … Enfin quelque chose dans le genre. Je n'ai aucune certitude bien sur mais, quand tes mains agissent toutes seules quand quelqu'un est blessé, quand tu sais quoi faire et comment et bien ça te donne une certitude … C'est un peu comme si je vous mettais une horloge arrêtée dans les mains, vous sauriez la redémarrer d'instinct car … Ce que la tête oublie, le corps sans souvient. »

Comme l'odeur du sang, son aspect, cette impossibilité d'enlever l'impression qu'il tâche encore nos mains. Elle inspira doucement avant d'annoncer :

« Pour ma part … Je n'étais pas non plus quelqu'un. Personne ici ne l'est je pense. Il choisit juste des gens … perdus … Isolés … Dont la disparition ne fera probablement pas grand bruit. Il m'a eu avec des belles paroles, des promesses … Au final, j'ai été trompé et puni. Ce que je souhaitais si ardemment oublier n'a pas disparu et ce que je voulais conserver s'est envolé ... »

La jeune femme frissonna. Soudainement, le soleil ne suffisait plus à la réchauffer. Elle retournait une fois plus dans cette ruelle sombre. Encore. Incessamment. Ses mains tremblantes lâchèrent l'arrosoir qui répandit son contenu sur le sol. Ses yeux plongés dans le vide revoyaient avec horreur les visages abîmés, sanguinolents, boursouflés. Elle était totalement déconnectée du présent, revivant le passé encore et toujours, sans possibilité d'avancer.


©BOOGYLOU.

[/color][/color]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Lun 18 Avr - 21:57



Donnez-moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin.

« Un jardin sûrement secret. »

Felix l’écouta d’une oreille. Une infirmière, c’était donc ça. Il se doutait bien que la jeune femme avait des compétences, vu les bons réflexes qu’elle avait eu lors de leur rencontre avec le type à la cheville brisée. Il eut alors une rapide pour cet homme. S’il se basait sur l’état dans lequel il se trouvait quand leurs chemins se sont séparés, l’horloger ne donnait pas cher de sa peau. Il était probablement tombé sur une Brute qui allait se faire un malin plaisir de l’éventrer. De toute façon, les Brutes ne semblaient ne faire que ça de leur journée. À croire qu’elles semblaient exprimer une quelconque lassitude en torturant des âmes innocentes. Et il voyait mal comment les hommes de main de Rockwood pouvaient s’ennuyer alors qu’ils avaient probablement un confort bien plus que raisonnable. Felix soupira et s’énerva un peu plus sur sa terre, ses gestes devenant un peu plus maladroits. Lui aussi commençait à éprouver une certaine lassitude de jardiner ! Lui aussi était las de courir partout dans ce foutu Manoir pour survivre ! Lui aussi était… Il soupira, essayant de se calmer un minimum. Il arrêta de bouger et regarda ses mains sans rien dire.

Son interlocutrice prit la parole sur comment elle avait atterri ici. Felix l’écouta sans répondre, essayant de fouiller dans sa propre mémoire afin de lui faire part de sa propre expérience. Cependant, sa mémoire semblait verrouillée, il ne put faire face qu’à une sorte de brouillard opaque qui l’empêchait de se souvenir en détails de sa vie d’antan. Mais la réaction de la jeune femme l’intrigua un peu plus. Son regard semblait vide mais perdu en même temps. Felix ne dit et continua à l’épier, se demandant si elle n’avait pas devenir folle tout d’un coup. Sur ses gardes, il recula doucement, ne pouvant déterminer si elle avait un morceau de sa mémoire qui surgissait subitement dans son esprit ou si elle allait être possédée par une sorte de démon bizarre. Enfin bref, peu importe, cela n’avait aucune importance. Il se déplaça néanmoins et discrètement vers la porte de sortie, abandonnant ses plantations, prêt à décamper sur le champ si besoin. Il mit sa main sur le poignet et continua de regarder la jeune femme avec méfiance. Si jamais elle devenait beaucoup trop étrange voire même agressive, l’horloger n’aurait pas une seconde d’hésitation : il s’enfuirait le plus rapidement et le plus loin possible de tout danger inutile. Mais il ne bougea pas pour l’instant, se demandant ce qu’elle allait faire. Si elle avait même remarqué qu’il s’était déplacé.
© plumyts 2016




Jamais l'un... Sans l'autre.
How ever fast I dance to make the sun shine, I will never fall down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. How ever hard I pray to remake you mine, I will never feel down. No matter what it takes, I'll try to save the ghost lights. ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler]

Revenir en haut Aller en bas

Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Wouha Pandawa terre level 60/Full xP en Pano
» Nouveau spot? [Xp panda terre, eau, et air]
» Un panda feu/terre lvl 80 va naître
» Kipolata Panda Terre 16x
» CaC pour bi-élément feu/terre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: L'Extérieur :: Le Patio-