AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Mar 3 Mar - 21:37


" Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin. "




Les jours étaient longs et monotones. Rose marchait beaucoup, essayait de grappiller quelques heures de sommeil, cherchait naïvement un lieu de calme et de sécurité à défaut d’une sortie. Son plan était de plus en plus précis mais nul part se trouvait une issue. Au final, elle s’était inscrite dans une routine, cherchant à améliorer son confort de vie en trouvant vêtements, nourritures. Elle avait même réussi à trouver du maquillage ! C’était un peu son trésor de guerre qu’elle gardait farouchement. Autant dire qu’elle s’était plutôt bien intégrée dans cet univers, arrivant même à paraître coquette. Cependant une chose lui manquait encore … Une personne qui serait son soutien, en qui elle aurait toute confiance, avec qui elle se sentirait en sécurité. Elle avait cru l’espace d’un moment que Konrad serait cette personne mais elle ne l’avait plus revu depuis longtemps et puis elle ne pouvait rivaliser avec le souvenir de sa femme … Quand à Jake, elle le cherchait désespérément sans jamais le trouver. Elle craignait le pire pour lui. C’était peut être ça le pire, de n’avoir aucune certitude, de n’avoir aucun indice sur ce que devenait les personnes dans cet immense manoir. A tout instant, on pouvait se retrouver isoler comme elle actuellement. Oui, Rose se sentait seule. Terriblement seule.

Sur le qui-vive, la jeune femme tourna la poignée d’une nouvelle porte, s’attendant au pire. Elle avait bien compris ce que pouvait lui réserver ce satanique endroit. Mais elle ne s’attendait pas à découvrir ce genre d’endroit. L’espace d’un instant elle fut éblouie et la seconde d’après, elle lâcha son sac pour entrer dans la lumière du soleil en fermant les yeux avec délice, riant comme une enfant. Le soleil ! Elle ne savait plus depuis quand elle n’avait pas senti sa douce caresse sur sa peau. Cet endroit était un paradis à ses yeux. Bien sur, les plantes fais aient triste mine, la poussière assombrissait la pièce mais c’était le lieu le plus gai qu’elle est vu jusqu’ici. Elle se sentait renaître dans cet univers plus lumineux. Presque naturellement, elle se mit à arracher les mauvaises herbes, à replanter ce qui pouvait l’être. Tout son être était rempli de joie à refaire ses gestes si banals et pourtant si réconfortant. Le soleil lui réchauffait le dos, caressait son visage. Toutes les mauvaises pensées s’étaient envolées. Elle abandonna un moment la terre pour sortir un chiffon qu’elle trempa dans un réservoir d’eau et se mit à nettoyer les carreaux qu’elle pouvait atteindre.

Les heures filaient et Rose nettoyait, redonnait un peu de splendeur à ce lieu. Elle avait des traces de terre sur le visage et ses mains étaient sales et abimées mais le jeu en valait la chandelle. Un sourire ravi ornait ses lèvres, toute trace de fatigué envolée.
C’est donc concentrée sur sa tache qu’elle n’entendit pas que quelqu’un d’autre avait pénétré dans ce lieu sain.



©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Donnez moi un lopin de terre, j'en ferai un jardin [Felix Adler] Jeu 5 Mar - 23:44


Donnez-moi un lopin de terre...

Felix s'était une nouvelle fois repéré par un Gardien qui avait décidé de le prendre en chasse. Cela faisait quelques minutes qu'il tentait de le semer en courant comme un dératé dans les couloirs de cet insupportable Manoir. De plus, son poursuivant semblait parfaitement infatigable, rendant la tâche un peu plus ardue pour l'horloger de le semer. Il avait beau tenter de se cacher dans les premiers recoins, armoires qu'il trouvait mais il semblait que le Gardien ait aussi un cerveau en plus d'une condition physique presque surnaturelle. Felix essayait pourtant d'entraver le chemin de son agresseur en faisant tomber les chaises ou guéridons qu'il trouvait sur sa route. Il avait beau bifurqué à tous les angles possibles, perdant ainsi tous ses repères spatiaux, il entendait toujours les railleries du Gardien dans son dos. Tout en coup, il se sentit attrapé par les cheveux et violemment tiré en arrière. Les pieds de l'horloger partirent en avant tandis que le reste de son corps bascula en arrière pour finalement s'écraser durement sur le dos. Son poursuivant avait un regard carnassier et voulut le frapper au sol mais Felix eut le réflexe de rouler sur le côté. Il se saisit d'un pot de fleurs sur une petite table et l'écrasa violemment sur la tête du Gardien qui grogna de douleur, sonné. L'horloger reprit alors sa course, gagnant suffisamment de distance pour rentrer rapidement dans une salle choisie aléatoirement. Il referma la porte derrière, la respiration sifflante et sa poitrine se souleva avec une trop grande vitesse. Il plaqua son dos au bois de ladite porte et ouvrit un œil, bien qu'il ait l'oreille toujours tendue.

Il était dans un endroit qu'il n'avait encore jamais vu auparavant, étrangement. Tout était vert et le Soleil lui brûlait les yeux au travers du toit en verre. Il plissa ses yeux sombres suite à cette brusque luminosité pour essayer de s'accoutumer plus vite mais le grognement de rage du Gardien dans le couloir le ramena rapidement à l'urgence de la situation. Il entendit alors un bruit et il regarda devant lui. Il ne parvint pas à distinguer convenablement qui était l'intrus avec lui dans cette pièce, tant la lumière le gênait. Il ne pouvait pas non plus savoir s'il ou elle était un allié(e) ou pas. Mais une chose était sûre : il y avait quelqu'un qui voulait sa mort juste derrière la porte alors autant prendre le risque que ce qui semblait être une femme soit aussi dans son camp. Il porta donc son index à sa bouche et le tapota nerveusement sur ses lèvres pour demander à l'inconnue de rester silencieuse, le regard suppliant même. D'ailleurs, ses yeux commençaient à voir une chevelure qui lui semblait familière. Il eut un bref sourire soulagé quand il reconnut Rose. Au moins, il était sûr qu'elle n'allait pas crier de venir l'attraper. Parce qu'elle se ferait avoir à son tour. Enfin bref, du coup, il savait qu'il pouvait plus ou moins avoir confiance en elle. Il posa une oreille sur la porte et n'entendit plus les pas ni les colères du Gardien. Il se tourna donc vers la jeune femme.

- Désolé Rose… Il y avait un Gardien, je ne voulais pas l'attirer ici.

Il eut un sourire désolé avant de regarder autour de lui.

- Je ne savais pas qu'un tel endroit dans le Manoir existait… Ça fait longtemps que tu es ici, dans cette salle ?

Tout le mauvais comportement de Tinky envers elle, il ne s'en souvenait pas. Il ne se rappelait jamais des actions du moineau. C'est pour cela qu'il ne comprenait pas pourquoi Rose se montrait si froide avec lui.

©BOOGYLOU.