AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

The Great Conversation. [PV H. Downcry & E. Castel.] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Great Conversation. [PV H. Downcry & E. Castel.] [Fini] Lun 15 Déc - 16:48


The Great Conversation.

David regarda Esther essayait d’intervenir pour les calmer tous les deux. Le chirurgien ne dit rien, se contentant de regarder son amant enlacer son frère, lui arrachant un petit soupir consterné car pour l’instant, il n’avait que mal à son dos, ses poignets, son cou, son intimité, repensant à Harry qui ne cessait de le violenter quand l’envie lui prenait. Et le fait que maintenant, Esther était au courant des méfaits de son cadet, il venait le câliner, comme si c’était lui qui souffrait le plus. Si Harry souffrait, c’était parce qu’il s’enfermait tout seul dans sa tête. Et David parlait en connaissance de causes, ce n’était pas faute d’avoir voulu l’aider. Et maintenant, c’était presque lui qui passait pour le méchant. Il n’était peut-être si blanc que ça dans l’histoire mais il était très certainement moins noir qu’Harry qui le violait parce que Felix lui manquait ou il ne savait quoi d’autre encore. Le problème de son supérieur est qu’il s’accrochait au passé comme un boulet et sa chaîne à un prisonnier. Après, restait à voir qui était le boulet entre le passé et Harry… David soupira, essayant de ne pas se laisser envahir par des pensées complètement négatives. Il croisa donc les bras silencieusement, ruminant dans sa tête et regardant d’un œil noir Harry se plaindre de ne pas avoir assez de force pour se battre. Là, c’en était trop. Il ne put donc s’empêcher de chuchoter dans sa barbe :

- Pour me violer, t’as la force en revanche.

Esther ne semblait pas avoir entendu et David ne sut si c’était une bonne chose ou pas. Enfin bon, ça n’importait pas vraiment à présent. Le chirurgien avait toujours les bras croisés et répondit vaguement au sourire du Dément qui s’était tourné vers lui. Il proposa alors à tout le monde d’aller se coucher, se servant d’Harry comme pour montrer qu’ils devraient tous aller dormir, ce à quoi David répondit par un vague haussement d’épaules. Cela lui était égal à la base mais en y repensant, cela lui permettrait de passer une soirée sans se faire défoncer le cul par le Scientifique. La lumière du laboratoire se mit à grésiller et David regarda machinalement la source de lumière en fronçant les sourcils d’un air inquiet et presque agacé avant de reporter son attention sur Esther qui chancelait dangereusement avant d’atterrir dans les bras d’Harry. Les épaules de David s’affaissèrent en regardant son amant faire son malaise. Il s’approcha rapidement des deux frères, repoussa brusquement le Scientifique d’un coup d’avant-bras pour réceptionner le Dément dans ses bras. Il le fit s’allonger rapidement, enlevant sa blouse pour lui en faire un oreiller de fortune. Au contact de la peau d’Esther, une électricité trop puissante pour être statique le traversa, faisant dresser les cheveux de sa nuque.

Le chirurgien se releva rapidement, comme s’il venait d’inhaler une sorte de drogue énergisante. Bon, il était évident que l’électricité qu’emmagasinait Esther était plus que profitable à David et que ceci serait bien pratique pour les temps à venir. Quoiqu’il en soit, au moment où il se releva, la lumière du laboratoire s’éteignit complètement, les deux Scientifiques ne pouvant se voir qu’avec la lumière deux ou trois lampes à huile accrochées à certaines étagères. David jeta un regard à Esther puis à Harry avant de se mordre la lèvre, angoissé. Esther n’allait pas bien et il ne savait pas quoi faire. Il était un tel cas naturel qu’il était perdu dans ses connaissances, ne trouvant de solution à son problème, ne sachant même pas de quel mal il pouvait bien souffrir. Il se prit les cheveux entre les mains, leur tournant le dos à tous les deux, s’avançant un peu plus dans le laboratoire. Il était lui aussi fatigué (malgré le regain d’énergie avec la décharge d’électricité) si bien que les larmes lui vinrent aux yeux tout de suite. Et si Esther était en train de mourir ? Et s’il allait le perdre aussi ? Comme il avait perdu Julien ? Sa tête tourna à son tour. L’électricité était polluée, sale. C’était l’impression qu’il avait en tout cas. Peut-être était-ce de là d’où venait le problème ? Non, non, c’était ridicule. Cela ne pouvait être la raison.

Il était perdu. Il ne savait vraiment pas quoi faire. Perdre Esther… Non, c’était inconcevable. Il ne pouvait avoir effleuré ce rêve de bonheur et douceur avec lui pour se retrouver dans l’enfer de l’âme torturée d’Harry… Il ne pouvait le laisser partir mais il n’arrivait pas à trouver la solution. Il n’arrivait même pas à trouver le problème. Il se laissa tomber sur les genoux, se serrant dans ses propres bras tout en sanglotant misérablement dans sa main. Car oui, il était pitoyable, il le savait mais il n’y avait rien qu’il pouvait faire contre ça. Mais pleurer comme ça ne ramènerait pas Esther à la vie. Enfin, si cela se trouvait ce n’était qu’un malaise passager, il n’y avait pour l’instant rien de grave, mais comment le savoir…? Comment savoir si le malaise était "normal" ? Il releva la tête, ayant soudainement une sorte de flash. Harry était son frère, il connaissait son frère, son étrangeté physique. Il savait sûrement quoi faire. Il se releva donc, se remit en face du deuxième Scientifique et s’en approchant très rapidement avant de, pour la deuxième fois en quelques minutes, le saisir par le col de sa blouse et de le plaquer brusquement contre le mur. Harry n’avait peut-être plus la force de se battre, mais grâce à Esther, David lui, l’avait. Son cœur était vigoureux et battait rapidement sous le rythme de la peur et la colère, des choses parfaitement normales. Il n’avait pas mal et ses bras se révélèrent plus forts qu’on ne l’aurait pensé en sachant sa condition physique.

- Dis-moi ce que je dois faire ! DIS-LE ! Tu le connais ! Il a déjà dû te faire ça ! Pourquoi est-ce qu’il fait ça, hein…? Est-ce qu’il va bien au moins…?

Il se mordit la lèvre avant de baisser les yeux.

- Je ne veux pas le perdre… Je ne veux pas que ça se répète encore…

©BOOGYLOU.





Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Great Conversation. [PV H. Downcry & E. Castel.] [Fini] Ven 19 Déc - 18:52



&


The Great Conversation



Mon frère me tenait toujours dans ses bras et je le trouvais soit totalement idiot soit vraiment gentil. Mais ne dit-on pas trop bon trop con ? Il semblait ignorer toutes les souffrances que j'avais faite enduré à David. A moins qu'il ne l'ait su mais que, vu qu'il était à présent avec lui, il pensait que cela ne servait plus à rien d'y penser ?

Harry Downcry ne méritait pas de pardon, ni de David, ni même de la part de son propre frère. Peut-être ce dernier avait-il oublier toutes les fois où son petit frère l'avait éloigné, renvoyer paître car il souffrait trop de sa présence qui lui rappelait que son petit chien était mort. Peut-être qu'avec le temps, il aurait pu retourner vers lui, mais sa mère était ensuite parti, l'abandonner à son tour et enlevant Esther. Leurs chemins ne s'étaient alors plus jamais croisé, bien qu'ils aient habité dans la même ville. Mais c'était grand, la capitale. Et Harry ne sortait pour ainsi dire jamais. Alors dire qu'il pouvait connaître son frère était aussi pertinent que de dire qu'il pouvait aimer un jour les femmes. Mais ne laissons pas le temps au destin de se jouer de nous.

Il fut frappé par David le long du mur, encore une fois accroché par le col comme un ancien souvenir qui ne datait pas d'il y a très longtemps. Décidément, pour une jeune princesse si aimable, le voilà bien mauvais en très peu de temps. Il fut intrigué par les lumières qui clignotèrent pour finalement fomenter une coupure de courant dans tout le laboratoire. Peut-être même dans tout le sous-sol. Harry eut un rire hagard en imaginant la colère de l'une de ses colères qui jouait un peu trop avec les machines et l'électricité. La voici qui devait bien souffrir du mal de son frère. Mais David pleurnichait à présent, n'ayant plus assez de force pour le maintenir complètement contre le mur. Harry rejeta alors son emprise avec une moue embêtée mais ne répondit rien. Il ne voulait rien savoir. Il voulait juste que ces deux là disparaissent de sa vue et de sa mémoire. Il n'y avait de toute façon rien d'autre à faire. Son cœur hurlait de leur présence comme un assiégé à la douleur. Tant de souvenirs les réunissaient tous. Il voulait les brûler pour toujours, calmer la blessure. Décanter les larmes pour les faire s'assécher pour toujours. Oublier la solitude à tout jamais...

Il s'écarta alors pour éteindre toutes les lumières qui avaient disjoncter et coupa toute l'alimentation du laboratoire. Car il était évident pour tout être pouvant réfléchir calmement à la situation que son évanouissement et le court jus ne pouvait être que liée. David aurait pu le voir s'il n'était pas en train de pleurer sur son sort. Est-ce qu'il aurait pleurer ainsi si Harry avait été dans le même état ? Il ne le savait pas, n'ayant été jamais ainsi. Après avoir fini tout ce qu'il avait à faire, il se porta près de son frère et le redressa. Aussitôt, celui-ci lui sourit et se tint sur ses deux jambes :

Merci petit frère !

De rien...

Tout en disant cela, Harry regarda David droit dans les yeux, pour la première fois volontairement depuis le début de cette conversation. Il soupira ensuite en zieutant ailleurs, cherchant à oublier ce regard assassin, cet éclat qu'il avait apprécié au premier contact mais qui n'avait pas été assez pour lui faire oublier Felix. Trop gentil peut-être, ou trop sain d'esprit. On ne saura jamais. Toujours était-il qu'Esther se remit en place la chemise correctement, et dressa la tête haute avant de le tenir par les épaules :

Aller, montre moi ta chambre tu vas dormir et on va dormir et tout reprendra son cours normal, parole !

Finalement, il montra sa chambre du bout du nez et Esther le força à le suivre en le tenant fermement par ces toujours même épaules. Harry se laissa faire, mais cela lui brûlait profondément les mains. Savoir qu'il était touché par ses mêmes mains qui allaient enlacé le corps de David, qui allait caresser sa peau...bien qu'il était censé ne plus en avoir rien à faire, tout cela le tuait mentalement. Il s'allongea donc rapidement, sans un seul mot à Esther qui lui souhaita pourtant bonne nuit. Est-ce qu'il allait vraiment dormir ? Bien sûr  que non. Il voulait juste pour une fois faire comme ce que disait son grand frère, que tout revienne à la normale. Le vétérinaire allait attendre que tous dorment pour retourner chercher Felix. Reviendrait-il ? Pour rejeter sa frustration sur des patients fous, certainement. De toute façon, plus personne n'avait besoin de lui à présent. Il était seul. Son cœur mourant.
* * *

Esther revint très rapidement voir David, et lui sourit de toutes ses dents. Ses yeux rieurs prient les mains de son amour et il les baisa avec douceur. Plus rien n'était dangereux pour eux. Malheureusement pour leur couple, David allait très vite comprendre et ressentir pourquoi Harry avait sombré dans la folie. Mais ce n'est pas le sujet de notre histoire. Regardant profondément son amour dans les yeux, son sourire devint plus doux et il murmura d'une voix grave, douce et apaisante:

Tout ira bien maintenant.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema

The Great Conversation. [PV H. Downcry & E. Castel.] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Rusted Great Sword - Wonr Great Sword
» Great Mahou Daisakusen (Dimahoo) Astuce & Bios traduc
» Baptême de Maëlya de Castel Vilar et Yannig Von Wittelsbach [Terminé]
» The Great War In Europe: Deluxe Edition - GMT
» Great Campaign of Le Second Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Laboratoires :: Mémentos Retrouvés-