AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini] Jeu 27 Nov - 20:37


Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche.



Ce petit imbécile. Cette princesse simplète à qui il ne manque que la poitrine au final pour ressembler à une vraie femme. Celui qui ne supporte pas la douleur. Qui ne comprends pas combien je peux en avoir besoin. C'est quelque chose de vital. J'ai besoin de cette incroyable dose d'énergie, d'émotions fortes, de cette puissance dans le corps qui régit à la moindre des étincelles. J'ai besoin de savoir que ce que tu ressens n'est que de mon ressort. Je sais quand je te fais mal, cette émotion, je sais qu'elle est de moi. Je sais que tu es à ma merci, que je t'ai sous mon contrôle et que tout ce qui ne passe n'est qu'un échange de force entre nous. Un échange qui comporte bien plus d'émotions que tu ne peux le comprendre, avec ta petite tête de fillette. Felix, lui, il savait comment faire pour me faire monter dans les cieux, il savait ce qu'il fallait pour garder aussi bien mon corps que mon cœur contre lui. Il savait, je le lui ai enseigné, au même rythme que j'apprenais de moi-même. Et le bougre était bien salement résistant, si facile à humilier de mes fouets ou de mes cordes quand je l'attachais. Je l'appuyais aussi fort que je t'appuie en cette seconde, et il aimait ça, le bâtard, il aimait tout ce que je pouvais lui faire. Je l'asphyxiais jusqu'à ce qu'il en jouisse, je pouvais l'étreindre de toute ma force, essuyer mes mains sur son corps attaché, ruisselant de sueur et de sperme. Un véritable vers de terre. Sauf pour sa queue.

Te violer ne m'apportera rien... ? Je pense que si, bien au contraire.

Je me mis à le déshabiller avec un grand sourire, griffant son dos et ses cuisses. Je mords jusqu'au sang sa chair voluptueuse, celle de son fondement. Une goutte de sang traverse la peau, je me sens vampire dans l'âme, léchant sa plaie avec onctuosité. Je caresse fortement ses membres, allant jusqu'à enserrer son membre violemment entre ma main. C'est alors qu'il commença à crier. Felix ? Personne ne m'aidera ? Personne. Même lui partirait ? Sans prévenir les larmes me montèrent à l'esprit, personne ne serait là pour moi. Au final personne ne l'a jamais été. Aloïs est parti. Juliette est partie. Felix est parti. Tout le monde m'a abandonné, même ma mère. Pour rester avec son enfant premier. Mon frère. Je me redresse violemment et l'agrippe par les cheveux, le redressant à son tour, le forçant à courber son dos pour qu'il se retrouve à me voir. Un sourire méchant était gravé, sans saveur, sans couleur, sur les bords de mon visage. D'une gifle je le relâche et m'écris :

T'AS RAISON ! PERSONNE NE SERA LA ! PERSONNE N'EST JAMAIS LA ! Je suis seul, seul avec mes démons. Mais pour une fois je vais t'en faire partager quelques uns...

Laisse-moi donc sourire une dernière fois, apprécier ce que je fais de mieux. Sortant mon membre, je ne fais aucune préparation et entre en David avec toute la violence dans ce que je peux faire. J'y mets toute ma force, toute ma puissance, toute ma queue pour entrer dans son corps. Il est si chaud, presque brulant. C'est si agréable comparé à toute la glace qui se trouve dans mon cœur. J'accroche mes ongles à la peau de son dos et je m'enfonce en m'aidant de mes mains sur ses épaules. Je me retire un peu pour revenir plus profondément. Il est prisonnier de mon corps, de la ceinture qui le maintient sans bouger. Prisonnier de ma souffrance.


©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini] Jeu 4 Déc - 10:41


Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche.

David sentit qu’il avait perdu. Que plus rien ne pourrait arrêter Harry d’exécuter sa sale et sombre volonté morbide et violente. Le chirurgien se mordit la lèvre quand il se sentit déshabiller avec brutalité par son amant. Il ferma les yeux, essayant de calmer sa respiration quand il sentit les ongles lui déchirer légèrement la peau de ses cuisses et de son dos. Il poussa un grognement de douleur quand il sentit les dents de son supérieur pénétrer son épiderme, le faisant saigner. Il commença à ressentir des tremblements qui lui parcouraient le corps. Des tremblements qu’il devait à tout prix contrôler. La langue d’Harry qui recueillait son fluide vital le fit frissonner de nouveau, ne sachant trop quoi faire pour essayer de se sortir d’une situation pareille. Peut-être qu’il n’y avait rien à faire justement. Qu’il devait passer sa vie à se faire violer par des gens qu’il aimait et qu’il finissait par haïr. Pour Harry, oui, c’était peut-être un peu de sa faute. Pour sa mère, il ne se doutait pas d’avoir été fautif de quoique ce soit, hormis peut-être son problème cardiaque qu’il avait depuis la naissance. C’était donc ça son péché : être né ? C’est pour cela que tout le monde s’obstinait à le punir, quelle que soit la manière ? Les viols, les faiblesses cardiaques, le Manoir, le décès de Julien et Jonathan. À quoi tout cela rimait-il ? À quoi tout ceci le mènerait-il si ce n’est le désespoir et puissante envie de se donner la mort ? Chaque homme à ses faiblesses, ses défauts, il ne comprenait pas pourquoi il mériterait de souffrir plus qu’une Athénaïs ou un Jeremiah.

Harry lui tira les cheveux, le faisant grimacer et courbant son dos dans une position peu naturelle. David le regarda, oui. Avec tout le mépris qu’il pouvait avoir. Son supérieur n’avait jamais accepté le fait que le chirurgien n’aimait pas ses jeux. Il ne le détestait pas tous, mais généralement, son cœur finissait par l’abandonner et ce n’était jamais très agréable à vivre. Mais là n’était pas le problème. Le sourire d’Harry est beaucoup plus préoccupant à voir et les expressions qu’il lisait sur son visage lui faisaient bien comprendre qu’il avait perdu son amant. Qu’il avait perdu l’homme qu’il aimait. Qu’il avait disparu derrière une haine aveugle et sans nom. David n’avait pas été capable de l’aider. Leur relation n’avait que passion aussi brusque qu’inattendue mais aussi aveugle, sourde et muette. Aucun des deux n’avait voulu se confier à l’autre et aucun des deux n’avait voulu écouter l’autre. Est-ce qu’ils se connaissaient au moins ? Ou n’étaient-ils que des inconnus l’un pour l’autre. David avait toujours eu cette impression de ne pas connaître ses proches. Et aussi cette impression qu’on ne le connaissait pas vraiment. La gifle et les vociférations d’Harry le ramenèrent à la réalité. À la sombre et violente réalité où baignait une atmosphère torturée et remplie de haine, faisant s’écouler les larmes des yeux clos du chirurgien. Il se mordit la lèvre inférieure avant de commencer à protester, la voix brisée bien que forte, essayant de lui faire parvenir ses pensées malgré la surdité de leur relation :

- J’étais là pour toi, Harry ! Mais tu n’as jamais voulu m’écouter, te confier ! Si tu m’avais parlé, j’aurai…

Il s’interrompit dans sa phrase alors qu’il se sentit brusquement empalé. Un long gémissement de douleur aigüe vint terminer ses dires sans qu’il ne puisse faire quoique ce soit contre cela. La joue écrasée par lui-même contre l’oreiller, il serra les poings, les dents serrées et les paupières closes avec force si bien que les larmes avaient du mal à s’écouler. Alors qu’Harry profitait physiquement de lui, David ne sut pas vraiment ce qu’il ressentait à cet instant (hormis la douleur qui envahissait tout son corps, que ce soit son membre écrasé, son intimité malmenée ou son cœur qui commençait à protester). Il ne sut s’il maudissait Harry avec haine ou si au contraire, il avait le cœur brisé d’avoir ainsi perdu son homme. Peut-être les deux. Il regrettait son amant disparu mais vomissait l’être empli de folie qu’il était devenu. Ne pouvant faire quoique ce soit, il se laissa faire, silencieux malgré le supplice que lui infligeait le vétérinaire.

©BOOGYLOU.





Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini] Dim 7 Déc - 19:35


Aucun homme ne choisit le mal pour le mal.




Rien, toujours rien. Ce n'était jamais plus que la roue infernal dans laquelle je m'étais engouffré, avec envie, avec inconscience. Sans même me rendre compte de ce qu'il pouvait se passer autour de moi, je m'étais retrouvé enfermé. Aussi bien dans ce manoir que dans mon cœur, mon esprit. David est en vérité rien d'autre que ma partie d'innocence qui est à présent mort en moi, je n'ai plus rien de ce pour quoi il avait pu m'aimer un jour.

Après tout, comment aurait-il pu m'aimer un jour? Je ne suis rien d'autre qu'un monstre, une horreur de la nature qui n'existe là que pour faire la part du ying-yang. Cette force douce qui finalement n'est là que pour contenir toute la terrifiante simplicité de la haine humaine. J'enfonce dans toute l'innocence humain que représente mon cher David. Les larmes aux yeux, je deviens doucement pire que moi-même. Je coupe sa peau pour m'approcher de plus en plus près, toujours au plus proche de son intimité, sans réfléchir à toute la bestialité qui me prends. M'avait-il parler ? Je ne sais plus. Ce sont des choses qui ont disparu de toute la raison de mon esprit, je ne suis plus rien, rien d'autre qu'un corps encore vivant avec à l'intérieur, un esprit aussi mort que les cadavres que je sème autour de moi.

Est-ce que je sais en réalité encore faire l'amour ? Malgré toutes les différentes sournoiseries de mon cœur qui vibre entre haine et passion, je ne sais plus où me poser. Mes gestes ne sont plus de tendresse, il n'y a qu'un vague appel au secours qui transpire de mes ongles se plantant dans ta chair.  Je l'enserre entre mes bras, n'ayant même pas envie de branler sa queue violemment. Parce que je sais qu'il n'y ressentirait absolument aucun plaisir. Il n'a jamais aimé ce que je pouvais lui faire et il n'aimera jamais. Je ne pouvais pas même l'insulter, car il était encore trop précieux pour moi.

Comment faire quand on avait perdu ce qui nous semblait être l'unique amour de sa vie ? Toute l'existence nous paraît morne, quand bien même on ne pouvait que se vanter d'être encore en vie. Je veux...je veux pouvoir encore dire je t'aime, pouvoir encore dire que je suis amoureux sans que tout cela entraîne la haine et la souffrance autour de moi. Mais je sens que c'est désormais impossible. Pleurant tout aussi silencieusement qu'il acceptait mes assauts toujours aussi violents, j'enserre son torse entre mes bras et blottit ma tête contre son dos, le prenant toujours avec des accoups brutaux. Mon âme crie mais de l'extérieur personne ne l'entendra.


©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini] Lun 8 Déc - 13:03


Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche.

Harry ne semblait pas vouloir s’arrêter. Il avait toujours été extrêmement endurant et dans une situation comme celle-ci, cela semblait être son plus gros défaut aux yeux de David. Ce dernier continuait de subir les assauts violents du bassin de son supérieur sans qu’il ne puisse y faire quoique ce soit pour le faire cesser. Ses propres ongles se plantaient dans les paumes de sa main sous la douleur dans laquelle semblait baigner son corps et son cœur. Le chirurgien ne savait s’il souffrait plus de sentir Harry le déchirer un peu plus à chacun de ses passages ou d’avoir ainsi le cœur brisé par son amour pour qui il n’était plus que l’objet. Est-ce qu’il se rendait au moins compte du mal qu’il lui faisait ? Est-ce qu’il souffrait lui aussi ? Ou n’était-il qu’un monstre qui faisait croire qu’il pouvait être aimé et aimant pour mieux nous poignarder par derrière ensuite ? Tandis que les larmes continuaient de s’échapper de ses paupières closes, grognant de douleur en même temps qu’Harry s’introduire au plus profond de lui. Il ne gémissait plus. Il grognait. Tel au rang d’animal auquel il était réduit. Des animaux. Avec le mâle dominant au-dessus de tous qui obligeait les autres à assouvir ses besoins sexuels.

Mais alors qu’il n’entendait pas son supérieur l’insultait comme il avait l’habitude de le faire dans ses jeux violents, son cœur commença bien évidemment à le lâcher. Il s’accélérait, s’arrêtait une fraction de seconde avant de repartir sous les assauts d’Harry. Qu’il s’arrête. Par pitié qu’il s’arrête. Qu’il jouisse grossièrement dans son cul pour qu’il s’arrête… David n’avait même plus la force de grogner sa douleur, il ne faisait plus que gémir lamentablement et faiblement, la joue dans l’oreiller, les cheveux collés sur son front par la sueur, sa force commençant à abandonner son corps. Sa respiration devint sifflante, voire grinçante. Il eut un sanglot. Un sanglot de peur, de douleur. Un sanglot d’un homme blessé. Les pleurs d’un cœur qui avait tant aimé et tant perdu. Mais il devait lui demander de s’arrêter. Il devait arrêter. Il devait le laisser tranquille. Il espérait juste que sa voix aille toucher le cœur de ce monstre qui avait pris possession de son Harry. De son Harry disparut. Mort. À cause de la perte de Felix. À cause de lui-même… Les pleurs de David se firent plus nombreux mais plus étouffés.

- Harry… S’il te plaît… Arrête… Je t’en supplie…

©BOOGYLOU.





Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini] Mar 9 Déc - 11:14


Aucun homme ne choisit le mal pour le mal.




De sa douleur je sentais transparaître ma propre folie qui lentement se dissipait. Elle tournoyait comme torrent de sang dans l'évier. J'avais été si mauvais au fond de mon cœur pour que tout ceci ne finisse plus que dans la souffrance. Si j'avais su éviter les effluves de mon myocarde trop imposant, trop demandeur de ces caresses brutales dont j'avais été privé par ma simple impatience. Je le serrai toujours contre moi, sentant son dos blessé contre mon torse en sueur. Malgré tous les efforts que je faisais pour le prendre avec force, je ne sentais aucune jouissance me parvenir. Il n'y avait que la blessure au creux de mon intérieur. J'avais une fois été pris de cette manière. Qu'une seule fois. Sous la menace d'un couteau et je m'étais laissé faire. Depuis ce cercle vicieux m'imposait, m'évertuer presque à répéter inlassablement le même jeu des ténèbres. Tremblant de l'intérieur d'une rage inconsidérable contre le monde et contre moi-même, seul...tellement seul. Je me perds entre ses mêmes murs que je vois et revois. Je pourrai vous en donner les litiges, les traits, tout cela de mémoire. Et quel mémoire...tant de souvenirs perlaient tels des larmes sur les murs. Juste lui.

Tel un jeu dont je ne maîtrisai plus les règles en mon fort intérieur, je continuai de sarcler les bords de son intimité, frappant violemment de toute ma virilité. Etait-ce ma fierté qui était mis en jeu dans cette volonté d'à tout prix vouloir jouir en lui ? Car si je ne prennais pas même de plaisir dans cette partie de haine, toute cette violence n'aurait été que gratuite pour le faire souffrir. Pour faire souffrir mon assistant qui m'avait que bien trop offert son cœur et son corps, innocemment. Et voilà comment je l'avais récompensé d'un amour sans faille. De sa confiance durant tous ces mois. Je le pénètrai  aussi crûment que la façon dont je pouvais tuer mes victimes. A travers son innocence que je salissais, il y avait bien pire. Bien pire que tout. Il y avait mon humanité que je trahissais, ma condition d'être vivant que je meurtrissais aussi bien que la chair de mon aimée. Détruis de l'intérieur, je m'accrochais à David non plus comme à une victime mais comme un appel au secours. Pleurant sans contrainte sur son épaule, je relâchais une soudaine pression en même temps que ma semence venait en lui. Froide.

Oh...David...Oh David...

Me retirant de lui, je n'en resta pas moins sur son dos, le serrant très fort contre mon cœur que je savais brisé, mort, plus noir encore que les ténèbres dans lesquelles se plongeaient ce manoir. Je le serrai contre moi avec toute la force et la douceur du désespoir. Mais je le savais. Au plus profond de moi. Je recommencerai.

Pardonne-moi...pardon...pardon...

Oh oui, je savais très bien que malgré toutes ces belles paroles, je recommencerai. A le pourfendre. A le blesser. La ligne venait d'être franchi et plus rien ne pourrait à présent me faire reculer en arrière. Mon esprit était mort. Ma raison tremblante avait quitté la ligne de l'équilibriste. J'étais à présent aussi dément que tous les autres dans ce trou paumé. Je portais juste encore le vêtement des scientifique. Pleurant pourtant à chaudes larmes comme je n'avais encore jamais su le faire avant, je le serrai contre moi, profitant comme une dernière fois de sa chaleur avant que pour toujours il ne m'échappe. Comme tout le monde. Le relâchant ensuite définitivement, je me mis en boule à côté, lui tournant le dos, mais pleurant encore le plus silencieusement. Je serrai mes propres bras, plantant mes griffes à l'intérieur pour ne pas gémir de honte et de tristesse. Adieu, David.


©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini] Mar 9 Déc - 23:40


Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche.

David attendit donc patiemment que son calvaire cesse. Que la douleur en lui ne cesse de s'accroitre pour pouvoir enfin espérer qu'elle se calme, qu'elle disparaisse. Mais bien évidemment, Harry mit énormément de temps à finir sa sale besogne. Il mettait même beaucoup plus de temps que d'habitude. Était-ce le fait de violer celui qui t'as aimé qui te dégoutait, refrénait à ce point ? Ou était-ce au contraire parce que tu prenais tellement de plaisir que tu ne voulais t'arrêter. Tu sais, il était bloqué dans ton laboratoire, tout comme toi, d'une certaine façon. Tu pourrais toujours recommencer à le violenter quand tu voudrais, ce n'était pas la peine de faire durer le plaisir, pour une fois. David se mordait maintenant la lèvre inférieure, essayant de comprendre ce qu'il se passait dans la tête de son agresseur et amant à ce moment-même. Est-ce qu'il était perdu ? Avait-il perdu la tête ? À cause de la disparition de Felix…? Après tout, si c'était vraiment le cas, tout ceci était de sa faute. C'était lui qui avait fuir Felix. Il aurait dû accepter le choix d'Harry et… non, il n'avait pas réussi à l'accepter et voici le résultat. Le corps griffé, déchiré de partout… Ce qui venait de lui arriver, il le méritait d'une certaine façon…

Le vétérinaire renforça alors l'emprise qu'il avait sur lui en se sortant (enfin) de son intimité humide de sperme et de sang. Mais l'emprise qu'il avait n'avait rien d'agressive. Il ne comptait pas l'étouffer ni l'étrangler. C'était… un vrai câlin. Surpris, David ne bougea pas (il ne pouvait pas tellement non plus) et fronça les sourcils en sentant les joues humides d'Harry dans son cou. Il l'entendit murmurer son prénom avant de s'excuser, la voix apparemment brisée par des pleurs qu'il ne pouvait voir, son supérieur étant toujours dans son dos. Il ne s'était pas attendu à des excuses. Et celles-ci firent monter des larmes autres que celles de douleur à ses yeux. Il ne pourrait décrire quel sentiment l'habiter à l'instant, déchiré entre la haine et la peine, mais il semblait que son Harry soit revenu de sa folie. Ce dernier se sépara alors de lui avant de se recroqueviller en lui tournant pour pleurer sa honte. C'était la première fois que David voyait quelqu'un dans un tel état de détresse. Il en serait presque cruel que de le laisser dans un tel état. Le chirurgien tenta pourtant de se redresser dans une grimace de douleur, ayant du mal à rester assis. Une fois qu'il trouva une position la moins inconfortable possible, il jeta un coup d'œil à Harry.

Le vétérinaire souffrait, il n'y avait pas de doutes à avoir. Et David n'était pas psychiatre mais peut-être qu'avec du temps et de la patience, il pourrait aider son amour à aller mieux. Que la plaie de la disparition de Felix finisse par cicatriser. Peut-être... Peut-être qu'il redeviendrait comme avant… comme quand il l'avait rencontré la première fois. Qu'il avait explosé le crâne d'une inconnue avec une parfaite indifférence. Ou comme le soir où il l'avait emmené prendre l'air dehors. David se mordit la lèvre inférieure, assis sur le bord du lit, n'ayant toujours pas bougé. Harry n'était sûrement pas le seul lunatique de ce Manoir mais la différence était qu'il serait encadré. Que David déploierait toute la patience dont il était capable pour qu'il se sente mieux, qu'il souffre moins. Il ne savait pas trop à quoi il s'aventurait en prenant cette décision mais il n'avait pas non plus vraiment le choix. Il ne pourrait pas supporter de voir un Harry plus mal en point qu'il ne l'était déjà. Car malgré la violence et la haine qui pouvaient transpirer des gens du Scientifique, David savait qu'il avait encore un cœur qui appelait à l'aide. C'était ce même cœur qui s'était excusé auprès de lui il y a un instant. Harry n'était pas complètement perdu. Il était juste provisoirement égaré. Et David allait tenter de l'aider à retrouver son chemin. C'était bien la moindre chose qu'il pouvait faire pour se faire pardonner à son tour pour l'acte qui avait tout déclenché mais dont son supérieur ignorait encore l'existence. Quoiqu'il en soit, le chirurgien décida de s'étendre sur le lit, le long d'Harry avant de le prendre dans ses bras, sans un mot. Son corps lui faisait encore mal, bien évidemment, mais il n'y avait pas grand-chose à faire pour l'instant. Il le serra doucement contre lui, posant sa tête dans son cou.

©BOOGYLOU.





Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» armée 1500pts homme-lézard no limit pour tournoi
» Recherche du matériel infrarouge ou wifi pour faire du double écran
» la meilleure spé dps pour un DK
» Wrynn, cet homme est t'il dangereux pour la Nation ?
» [CF] Proposition de Planning (pour l'instant non-validé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Laboratoires :: Mémentos Retrouvés-