AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini] Jeu 6 Nov - 22:08


Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche.



Ma tête me brûle, encore et encore. Je sens comme une tempêche au creux de mon cœur. Toute la nuit mes pas ont tenté de retrouver cet homme. Celui qu'il me semblait avoir retrouvé l'espace d'une nuit. L'espace d'un rêve peut-être. Et si tout cela ne voulait en réalité rien dire ? Si je m'étais trompé ? Peut-être que Felix n'était jamais revenu...NON ! Je me refusais à le croire, c'était impossible. Et pleurant dans mon lit, silencieusement, je remarquai l'absence de mon assistant. Je l'avais tellement mis à l'écart. Mais pouvait-il seulement comprendre, à quel point tout ce qui me liait à Felix était puissant ? Bien plus puissant que ce qu'il y avait entre nous ? C'était là des années d'amour et d'une entente physique absoluement parfaite. Tellement de bonne entente physique d'ailleurs qu'il n'y en avait jamais eu entre David et moi...malgré moi d'ailleurs. J'ai toujours voulu q ue les choses se passent bien entre nous. Mais comment faire quand celui que j'aimais ne pouvais pas m'offrir cette passion que Felix ne m'offrait que bien trop. Quand il était là, je pouvais le mordre, le griffer, le fouetter jusqu'au sang, voir son sperme et le mien se mélangeaient sur sa propre peau, autant de sombres émotions, tant de mauvaises ondes, qui passaient entre nos deux corps pour finalement être expulsé dans nos orgasmes.

Ce genre de chose qui nettoyait nos âmes...nos esprits...tout ceci n'existait pas avec David. J'en étais le premier désolé. Mais voilà également pourquoi je recherchais Felix si consciemment, le recherchant à chaque jour , chaque heure. Dans chaque couloir, chaque pièce, jusqu'à ce que mon cœur hurle sa fatigue et que mes membres avancent comme dans du coton, du béton, de l'eau. J'avais pressé mes pas jusqu'à mon laboratoire. N'avais absolument rien entendu d'anormal, aussi m'étais-je dirigé jusqu'à ma chambre. M'effondrant encore habillé sur le lit, je pus remarquer l'absence de mon amant. Mais j'ai comme la sensation d'avoir déjà décrit tout cela...de toute façon, ce n'était qu'un jour sans fin qui continuer et reprenait sans cesse. La même journée sans espoir. Le même malheur, le même malaise qui reprenait entre nous sa terrible mélodie. Me levant avec cette impression que je n'avais pas même dormi une heure, je m'avançai vers la salle d'opération. Ma barbe de trois jours me grattait le visage, je ne me donnais plus la peine de me raser, qu'importe. De toute façon, toute la tendresse que David essayait de me donner m'insupporter. Comme s'il pouvait comprendre !? Rien que la caresse me donnait envie de mourir, l'amour, l'envie de tuer.

Passant à coté de la table, c'est alors que je vis des tâches de sang. Tout fit un grand tour dans mon esprit. Un sale tour. D'une voix rauque, je jetai un regard en l'air et fit à qui veut l'entendre un rire sombre. Je devais passer pour un alcoolique alors que j'avais comme vice que celui de n'avoir pas assez dormi, que celui de ne pas avoir été heureux depuis un long moment maintenant. Cela me faisait si mal...si mal de ne plus ressentir en David l'ancre que j'avais avant. Je le regardais et en le voyant, je ne voyais que Felix. Cela me dévorait le coeur et me donner envie de pleurer. Mais je me refusais à pleurer, aussi remplaçai-je cette boule dans la gorge par une rage tellement mal placée, mais que je ne pouvais mettre ailleurs.

On a fait une opération qui s'est mal passé, hein ?!


©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche. [Downcry & Williams] [Fini] Jeu 6 Nov - 22:56


Aucun homme ne choisit le mal pour le mal, il le confond seulement avec le bonheur, le bien qu'il cherche.

David venait de refermer la porte d'où était sorti Esther avant de revenir vers le centre du laboratoire, la tête basse. C'est à cet instant qu'Harry décida de sortir de sa chambre et l'air qu'il avait brisa plus le cœur de son assistant qu'autre chose : des cernes, une barbe à l'abandon depuis quelques jours, le visage sombre. Son amour ne dormait plus et c'était par sa faute. C'était sa faute si Felix avait disparu de sa vie, une nouvelle fois. Et pendant ce temps, David se permettait d'enculer le premier prisonnier en besoin venu. Non, ce n'est pas n'importe qui. C'était Esther et… et… Il soupira intérieurement, se maudissant pour l'être impur et abjecte qu'il était devenu. Voire mauvais. Non, mauvais, il l'était depuis longtemps et le Manoir n'avait rien arrangé. Les yeux enfoncés dans leurs orbites d'Harry se posèrent sur les quelques taches de sang d'Esther. Sa cheville avait été écorchée oui. Voire entaillée mais rien il n'y avait rien eu de grave, fort heureusement. Il avait réussi à le soigner, fort heureusement. Cependant, l'idée de nettoyer le sang derrière lui lui était complètement de la tête. Il faut dire qu'ils avaient commencé à s'embrasser langoureusement au bout d'un moment avant d'aller dans sa chambre afin de poursuivre leurs ébats.

Mais le ton agressif d'Harry le ramena à la réalité en le faisant légèrement sursauté. Le laudanum ayant les mêmes inconvénients que l'alcool, David avait une migraine horrible et les mots claquants de son supérieur semblèrent résonner douloureusement dans son crâne engourdi et ralenti. Plus ou moins. Le stress qu'Harry trouve Esther et lui nus comme des vers lui avait flingué le cerveau récemment éméché pour la journée. Ou du moins pour quelques heures. Sa gueule de bois n'allait donc pas passer comme ça, et ce n'est pas la voix forte et portante d'Harry qui allait arranger les choses. C'est pour ça qu'il ne répondit à sa question chargée d'ironie que silencieusement et avec un sourire tout aussi ironique et voir désagréable. Ce n'était pas forcément le message qu'il voulait faire passer à son amour. C'était juste son ego touché par l'idée qu'il ait pu rater une opération qu'il l'avait aussi piqué au vif. Il se rendit rapidement compte de son erreur et baissa la tête en disant :

- Excuse-moi… Non, l'opération s'est bien passée, le patient avait juste une plaie à la cheville… Je vais arranger ça.

Il garda la tête basse et prit un seau qu'il remplit d'eau et s'empara d'une éponge avant de se diriger vers la table d'opération qu'il se mit à frotter avec force. Comme d'habitude. Le train-train qui reprenait. C'était en regardant son assistant nettoyer ses cochonneries qu'Harry avait daigné poser ses yeux sur David qui avait cru mourir de bonheur quand ses lèvres s'étaient emparées des siennes. Il eut un léger sourire, triste et nostalgique, quand il repensa à leur première fois. Aux caresses d'Harry, ses baisers… Il soupira doucement, sentant le regard de son supérieur sur sa nuque. Il fit encore quelques gestes de frottement, vérifia qu'il n'y avait plus de sang séché et se tourna vers le Scientifique avant de le regarder avec un air inquiet. Il resta un moment à le contempler, ne sachant trop quoi dire, ne voulant pour rien au monde l'énerver un peu plus. Il avait suffisamment l'air mal en point comme ça, il n'avait sûrement pas besoin de lui redonner de quoi le mettre définitivement en colère. Il posa donc l'éponge et, doucement, prit timidement sa main, n'osant pas non plus la serrer. Il dit alors tendrement :

- Et si tu retournais te coucher un peu…? Tu ne vas pas aller bien loin dans le Manoir dans cet état… Et je ne veux pas que tu tombes de fatigue je-ne-sais-où… Je m'occupe de tout, ne t'en fais pas mais je t'en prie, repose-toi un peu plus mon cœur.

Il eut alors un mauvais pressentiment. En réalité, Harry, à cet instant, lui faisait peur. David ignorait parfaitement la façon dont allait réagir son amour et il espérait pour eux deux qu'il écoute son conseil. Il le regarda dans les yeux, l'air inquiet dissimulant sa crainte. Il osa cependant serrer un peu plus la main de son supérieur dans la sienne.

©BOOGYLOU.