AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Like a rat on a sewer floor [ Felix J. Adler ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Like a rat on a sewer floor [ Felix J. Adler ] Mer 29 Oct - 14:29


Like a rat on a sewer floor

AVEC — FELIX J. ADLER






Tout était tellement simple en ce temps là. Lorsque sa vie n'avait pas encore commencé. Lorsqu'elle vivait avec sa famille, avec son frère, son cher frère ... Elle se souvenait de ces bruits de tic tac ... de cette bonne odeur de bois taillé. Mais tout le reste ... les rues de Liverpool, les discussions avec sa mère ... tout avait été effacé. Elle arrivait parfois à les toucher du doigts mais elles s'enfuyaient aussi vite qu'elles étaient venues. Ces illusions ... Emily pouvait croire n'importe quoi maintenant. Qu'un inconnu lui dise quelque chose sur sa vie, elle le croirait vu qu'elle n'était plus qu'une moitié d'elle-même. C'était terrifiant. Aussi terrifiant que les choses qui grouillaient dans ce manoir. Elle les voyait, elles lui voulaient du mal, elles rampaient sur les murs, aussi noires qu'une nuit sans lune. On l'épiait, on la suivait. Parfois, elle voyait des ombres arriver, alors elle se cachait. Que pouvait-elle faire de plus? ... Cela avait toujours suffi pour l'instant ... Mais elle ... elle commençait à ne plus suivre le fil de ... de son propre esprit.

Endroit maudit, endroit hanté. Que faisait son frère ici? Était-il encore là? Vivant? Toutes ces questions la rendaient encore plus folle chaque jour. Si elle était venue pour rien? Si elle ne le retrouvait jamais? Si son cadavre pourrissait à l'intérieur des entrailles d'une de ces bêtes qui traversaient les couloirs? Si son propre tour allait venir à l'instant?
La jeune femme s'écroula à genoux sur le parquet poussiéreux et vermoulu. Le moindre muscle de son corps était tendu. Elle n'en pouvait plus ... Combien de temps cela faisait-il? Un mois? Cela paraissait plutôt une éternité ... Son corps lui faisait mal, elle avait constamment faim ... Mais elle préférait s'affamer plutôt que de manger un rat ou un cafard ... Est-ce qu'elle serait obligée?
Oh, c'était la pensée de trop. Emily prit sa tête dans ses mains, respirant avec difficulté. Non, elle ne voulait plus être ici. Elle allait fermer les yeux ... elle allait revenir au temps où ses cheveux reflétaient la blondeur de la jeunesse et que Felix était avec elle ... Felix ... il lui manquait tellement ... tellement qu'elle avait l'impression que son coeur avait été arraché en deux. Le manque physique ... c'était horrible ... Jonathan lui manquait aussi ... Mais elle avait besoin ... besoin d'autre chose. Elle voulait cette étreinte fraternelle, chaude et rassurante autour d'elle ... maintenant ... Si elle se concentrait suffisamment, peut-être que cela marcherait.

Complètement recroquevillée, Emily finit par perdre l'équilibre et se cogna contre quelque chose qu'elle n'avait pas vu dans toute cette pénombre. Des livres tombèrent, un sur ses jambes, un autre sur son épaule, ce qui lui fit un mal de chien. La jeune femme gémit de douleur en massant son os plutôt saillant ... Elle maigrissait ... Elle devenait faible. Elle allait vraiment mourir ici, il n'y avait plus de toute ... C'était pathétique! Non, c'était impossible, ça ne pouvait quand même pas se finir de cette manière! Emily émit un rire nerveux qui durait, durait. Ses yeux exorbités fixaient le plafond plongé dans le noir alors que son spasme s'extirpait de son petit corps à l'infini. Non, elle n'en pouvait plus. Cela faisait au moins trois fois qu'elle se retrouvait dans un endroit sans avoir la moindre idée de comment elle en était arrivée là. Bientôt, elle allait nager dans un flou total au milieu de ce manoir moisissant, puis elle ne verrait plus le danger et un monstre la casserait comme une allumette ... Plus elle y pensait, plus elle rigolait ... C'était bête hein? Crever de la sorte ... Elle, elle aurait voulu mourir sur scène. Elle ne voulait pas que cette bâtisse soit sa scène. Son tombeau ... Quelle horreur.
Soudainement, Emily arrêta son curieux râle. Un éclair de lucidité lui dit qu'elle ne devait pas attirer l'attention ... son pire ennemi, c'était elle-même. Mais elle n'était pas assez forte pour rester calme. Non. Pas assez forte pour survivre à ces conneries. Qu'est-ce que c'était cet endroit de toute façon? Est-ce qu'elle était déjà morte, une punition infinie pour les péchés qu'elle avait pu commettre dans sa vie? Même ceux dont elle ne se souvient plus? Cela lui semblait impossible mais elle commençait par y croire de plus en plus ... Si elle vivait encore, alors elle préférait plutôt être morte ...

De la lumière ... du bruit ... Pas vers elle, mais pas loin. Emily se crispa et tenta de rester aussi silencieuse que possible. Est-ce qu'elle avait attiré quelqu'un avec son craquage? Oh non ...
Les larmes aux yeux mais le visage dur, Emily tourna lentement sa tête vers les vieux livres contre lesquels elle s'appuyait. Des espaces laissaient entrevoir l'autre côté ... Il y avait bien quelqu'un. Son coeur battait à lui en fait mal. Mais ... ce n'était pas un monstre ... Enfin, il y avait des monstres humains mais ... Elle avait un sentiment différent ... Elle ne voyait pas qui c'était ... Mais ... elle voyait ses pieds. Et ces chaussures ... Elle les reconnaissait. Étais-ce possible? Après tout, son frère était là dedans, elle en était certaine. Pourquoi, elle ne savait déjà plus mais ... Elle en avait l'entière conviction.
Cependant, elle décida de rester prudente. Doucement, Emily essaya de ne pas faire de bruit alors qu'elle longeait le rayon de livres poussiéreux à quatre pattes. Elle se sentait comme ... comme un rat sur un sol humide. C'était affreux mais elle était fière de sa prestation. Cela sert un peu d'être actrice, comme quoi. Et puis elle était une des meilleures. Ça allait de soi. Le meilleur rat du monde.

Arrivée au bout de la rangée, Emily jeta un oeil vers la scène ... Oh ... les larmes qui étaient restées dans ses yeux coulèrent le long de ses joues encore rondes. C'était ... c'était lui! C'était bien lui! Felix, son frère, elle l'avait enfin retrouvé! La jeune femme se mit à sourire, fébrilement, mais elle ne pouvait s'en empêcher. Un énorme poids s'était enlevé ... Elle ... Oh, tout était beaucoup plus ... Oui, tout était léger, lumineux, tout allait bien dans cet enfer en l'espace d'un instant! Elle qui pensait ne jamais ... ne jamais pouvoir éprouver cette sensation avant qu'elle meure ici ... de faim, de folie, de meurtre ... Mais non, son frère était là, et elle allait le retrouver, elle allait le câliner, elle allait l'embrasser, elle n'en pouvait plus de tout ça.
Emily eut du mal à se relever alors qu'elle s'appuyait sur les parois de bois d'une des bibliothèques. Ses jambes livides tremblaient. Mais ce qu'elle venait de voir lui redonnait toutes les forces dont elle avait besoin.

« Felix! » articula-t-elle désespérément. « Felix, je suis là! Je ... ta soeur est venue te chercher! »

Elle avança vers lui. Lentement, puis plus rapidement. Elle le faisait le plus vite possible. Elle avait même failli trébucher sur sa cheville, mais elle s'était rattrapée à temps. La jeune femme tendit une main vers lui, les joues baignées de larmes et le sourire fatigué, mais néanmoins plus que sincère.
Étais-ce une illusion? Peut-être bien ... peut-être n'étais-ce qu'une goule venue la chercher. Mais ... si elle devait périr, elle préférait le faire de cette façon. Dans les bras de son frère adoré à ses yeux ...


(c) MEI SUR APPLE SPRING




CHAOS
I have no virtue, no shame, no dignity. Some say I have this from my family. I say I just love them more than I should. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Like a rat on a sewer floor [ Felix J. Adler ] Mar 25 Nov - 11:29


Like a Rat On a Sewer Floor.

Felix ne se souvint plus ce qui l’avait poussé à aller dans la bibliothèque. De toute façon, plus rien dans ce qu’il faisait n’avait encore beaucoup d’intérêt. Il se contentait juste d’aller et venir dans les salles et couloirs de cet interminable Manoir, cet infernal Manoir qu’il commençait à connaître par cœur. Enfin, du moins, la partie supérieure. Il n’allait jamais dans les sous-sols de son plein grès, c’était beaucoup trop dangereux. Et quand il s’y faisait traîner, il essayait d’en sortir le plus vite possible. Certes, les étages supérieurs n’étaient pas si rassurants que ça : le bois du parquet craquait, sans raison parfois, ce qui donnait néanmoins l’impression qu’il y avait toujours quelqu’un pas loin de vous. Peut-être était-ce les fantômes, après tout ? Ses yeux avaient vu tellement de choses surnaturelles dans ce Manoir qu’il ne serait plus étonné de rien avant un moment. Il lui faudrait voir des sorcières ou de la magie pure en face de lui pour pouvoir prétendre le surprendre. Il avait une lanterne à la main. Une lanterne qui n’était pas la sienne. Il l’avait trouvé sur un type squelettique et endormi. Ou évanoui. Ou même peut-être mort, qui sait. Il n’avait pas touché sa peau, pris son pouls, etc. Il avait juste volé la lanterne pour s’éclairer un peu dans ses couloirs. Une lumière grise et sans éclat passait entre les vitres sales du couloir du premier étage. Il devait faire nuageux dehors. Ou même peut-être pleuvoir, qui sait.

Il entra alors dans la bibliothèque, se demandant s’il n’allait pas pouvoir trouver un livre pour faire passer le temps jusqu’à ce qu’un Gardien l’attrape ou que quelqu’un ne rentre. Après tout, il était résigné à mourir ici. Toute tentative de sortie s’annonçait vaine. Et toute envie de fuir cet endroit était utopique. Felix soupira et s’arrêta devant une étagère qui contenait des lignes de livres poussiéreux. L’horloger se demanda depuis combien de temps Jeremiah vivait là-dedans et pourquoi il n’avait toujours pas engagé des gens pour nettoyer un peu l’endroit. À moins que c’étaient à eux de nettoyer ce château dont ils étaient prisonniers ? Non, c’était des conneries. Rockwood était juste flemmard ou devait se plaire à vivre dans la poussière. Quoiqu’il en soit, il abaissa sa lanterne et prit un livre au hasard jusqu’à ce qu’il entende un bruit derrière lui. Une lame de parquet venait de craquer non loin de lui. Le vent ? Peu probable. Mais il repartit tout de même dans la lecture du résumé du roman. Jusqu’à ce que son nom soit prononcé par une voix familière derrière lui, le faisant sursauter. Son livre glissa de sa main et il se retourna rapidement pour voir à qui il avait à faire.

C’était sa sœur, Emily. Il la reconnaissait sans problème. Il ne l’avait pas oublié non plus. Il fut tellement surpris de la voir ici qu’il ne sut quoi dire quand elle s’approcha de lui avant de tendre une main vers lui. Il la regarda un instant avant de la prendre dans ses bras, toujours sous le choc de retrouver sa sœur. Alors qu’il pensait que le Manoir ne pourrait plus le surprendre, voilà que les lieux lui avaient encore une fois prouvé qu’il se trompait. Il serra donc sa benjamine contre lui, la surprise commençant à passer, laissant place à une sorte de soulagement empli d’affection tendre. Il était heureux de retrouver un visage aimé dans ce chaos, de retrouver quelqu’un de vivant et de proche, quelqu’un de sa famille. Il continua donc de la câliner, réalisant cependant que cela faisait une personne de plus de sa famille dans cet enfer. Emily était coincée ici aussi. Et les chances qu’elle s’en sorte étaient aussi maigres que les siennes. Il ne pourrait pas se permettre à ce qu’il lui arrive la même chose qu’à Amy… Il se dégagea donc de son étreinte, l’air inquiet, caressant cependant sa tempe de son pouce, la paume posée contre sa joue.

- Comment es-tu arrivée ici…? Pourquoi es-tu là… C’est dangereux ici, il faut te faire sortir…

Il regarda la porte d’entrée de la bibliothèque, comme si une idée lui viendrait comme par magie. Mais bien évidemment, rien ne vient. Il regarda donc Emily d’un air embêté avant d’essayer de lui sourire (ce qu’il n’avait pas fait depuis longtemps).

- Je suis content de te revoir… Même si j’aurai préféré que ce soit dans d’autres circonstances…

Il la serra une nouvelle fois contre lui, cette chaleur familiale étant plus qu’apaisante et agréable. Il l’enlaça peut-être avec un peu plus de force que la dernière fois, ayant peur de la perdre dans cet endroit sordide.

©BOOGYLOU.