AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Arcane Perfection. [-18] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
admin pieux mais peu catholique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Jeu 23 Oct - 22:40


Arcane Perfection.

Cela faisait plusieurs heures que Remus vagabondait dans les couloirs du deuxième étage en quête d'un amnésique à maltraiter. Car oui, il avait envie de faire mal à cet instant précis. Il avait ce désir de s'entraîner à défaire un corps, une vie, qui avait mis tellement de temps à aboutir. Il était tellement facile de détruire un être vivant que de le mettre au monde. Une fraction de seconde peut suffire à exterminer tout battement de cœur de la victime tandis qu'il faut généralement plus jours, plus semaines ou même plusieurs mois pour que la mère recrache sa progéniture de son utérus. Alors que lui avait le pouvoir de tout faire partir en fumée de par sa simple volonté. Ou voir sa victime se tordre de douleur sur le sol tandis que ses intestins se dissolvent par le poison du Cardinal. Un sourire se dessina sur son visage en repensant à sa dernière victime qui s'étouffait dans son propre sang. Mais son air réjoui et amusé disparut rapidement et il recracha la fumée de sa cigarette par les narines en soupirant. Alors que son envie de violence se faisait de plus en plus grande, la vie dans cet étage du Manoir semblait se faire de plus en plus rare. Contrarié, il descendit rapidement les marches et se rendit aux sous-sols qui étaient toujours plus animés qu'ailleurs.

Il marcha entre les cachots, s'amusant à réveiller les prisonniers qui dormaient en frappant sourdement sur la porte de leur cellule en ricanement méchamment. Il continuait de marcher d'un air satisfait, sifflotant doucement, un sourire aux lèvres, le menton relevé. S'il ne trouvait pas de fugitifs en train d'essayer de fuir les souterrains, il pourrait toujours cueillir une pauvre âme dans un des cachots et lui infliger ce que son esprit imaginatif avait envie de lui faire faire. Il n'avait pas envie d'empoisonner à cet instant. Il voulait voir du sang couler, fuir la chair mutilée par ses soins. Il en frissonnerait d'impatience. Il devenait le prédateur à craindre quand il était envahi d'une telle envie qui lui était difficilement contrôlable. La vie avait été bâtarde avec lui par le passé, maintenant qu'il presque tous les droits sur les êtres vivants de ce Manoir, il allait faire comprendre qu'il pouvait rendre la vie infâme aux prisonniers, qu'elle n'était pas toujours juste et que leur calvaire était loin d'être fini avec lui. C'est alors qu'il aperçut une silhouette qui lui tournait le dos au bout du couloir. Furtivement, il s'approcha de lui avec un sourire joyeux et cruel. Il put alors discerner que l'individu était un homme qui portait une robe. Un style de robe qu'il avait tellement vu dans sa vie, au Vatican. Cet homme était un prêtre. Un homme de Dieu. Remus avait beau rester silencieux, à l'intérieur, il jubilait. Pouvait-il espérer mieux que de tomber sur un homme comme lui, qui partageait sa culture et son savoir ? Un homme qui était encore sûrement rempli de tout plein de bonnes intentions ? C'est alors que cela se fit plus clair dans sa tête. Il avait déjà entendu parler de ce Gardien naïf qui appelait Dieu dans chaque de ses phrases et qui pensait faire le bien en livrant les cloportes aux Scientifiques. Quelle chance il l'avait. Il n'aurait jamais pu rêver mieux. Il se rapprocha donc un peu plus avant d'improviser d'une voix grave, mielleuse et malsaine :

Toi, petit, gentil Chrétien,
Qui n'a l'air soucieux de rien.
Mais que tiens-tu donc dans ta main ?
Tu ne peux me répondre rien,
Car je vois la Bible du pieux.
Serais-tu ce Gardien preux
Que toute âme connait en ces lieux ?
Pourquoi ton cœur sembl'-t-il heureux ?
Car toi qui viens de croiser ma route,
Tu n'as pas à avoir de doutes,
J'ai choisi pour toi ton futur,
Et t'annonce qu'il sera obscur.

Il ricana méchamment, se délectant à l'avance de la réaction du naïf. De plus, il savait que la salle de torture n'était pas loin. Oh… Petit Chrétien… "Je vais te faire des choses dont tu ne pourras te remettre. Ton âme sera marquée à jamais de ma marque et tu supplieras même Satan de ne plus croiser mon chemin une nouvelle fois." Rien que cette pensée lui donnait presque envie de bander. Il avait hâte et continuait de sourire de façon malsaine, sa carotide battant avec force, tentant d'approvisionner rapidement de sang son cerveau qui essayait de réfréner ses pulsions dérangeantes.

©BOOGYLOU.





Hallelujah.
Wenn die Turmuhr zweimal schlägt, faltet er die Hände zum Gebet. Er ist ohne Weib geblieben so muss er seinen Nachsten lieben. Er ist der wahre Christ und weiss, was Nächstenliebe ist. Dreh dich langsam um. ©️ by Sun


Dernière édition par Remus S. Borgia le Mer 20 Avr - 11:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Sam 25 Oct - 15:24


Arcane Perfection



Je suis tranquillement là où je dois être. Souriant dans ce manoir porté par les ombres, essayant d'apporter la lumière et la joie dans les bonnes âmes de ces habitants, que certains nomment prisonnier. Je n'ai pas d'autres ambitions que d'être ici. Offrir à toutes ces âmes perdues un secours qui ne serait pas anodin, quelque chose qui pourrait réellement tenir à leur coeur. Qui les aiderait à supporter cet enfer. Quelque chose comme de l'Amour en son prochain, en l'Amour du divin. L'existence des choses se réduisant à son simple ressenti. Juste la joie d'apporter un sourire sur le coeur d'un être que l'on rencontre au détour d'un regard. J'étais connu à travers ce manoir comme le petit naïf, combien n'ont pas su s'incliner devant l'Amour du Seigneur, des gens que j'ai du emporter chez les scienfitiques afin qu'eux leur montrent la vérité. La Voie du Seigneur. Quelque chose d'intemporel, qui ne s'était perdu au delà des temps et des espaces immémoriaux.

Malgré tout, je sens ici comme une présence qui n'est pas de celle que j'ai l'habitude de croiser. Souvent, j'ai l'habitude de marcher le long des couloirs sans réellement réfléchir à ma destination, j'avance sans regarder. Des fois, quand je me trouve devant un croisement, je parviens à tourner selon au grès de mes envies, je m'approche d'une pièce et écoute l'intérieur de son coeur. Je suis comme un petit enfant qui ne fait que ce qu'il a envie, un enfant qui se balade en secouant la tête de gauche sur la droite sans penser aux lendemains. C'était mieux comme ça. C'était beaucoup mieux comme ça. Juste l'ignorance du danger. Juste un petit enfant un peu trop grand, qui au final ne méritait peut être pas plus que ce qu'il avait déjà.

Des voix s'avançèrent jusqu'à moi, fredonnant une poésie que je n'avais encore jamais entendu. Elle parlait clairement de moi. Je pouvais le sentir, le voir venir dans le noir, bien que je fermai soudainement les yeux de peur. Des tremblements me tinrent continuellement dans les bras, tandis que ceux-ci se refermèrent sur mon torse, voulant caresser la Croix qui se trouvait près de mon coeur. Silencieusement, je fis une douce prière. Je vous en supplie, ne me laissez-pas à la portée du Démon! Regardant autour de moi, je me rendis compte de ma stupidité. Voilà pourquoi je devrais faire plus attention où je mets les pieds. Je m'étais tout bonnement jeté dans la gueule du loup, dans la salle de torture. Ou du moins, dans le couloir qui y menait avec une facilité enfantine.

Je...je vous en prie...pour l'Amour de Dieu...ne me faites pas de mal...


©BOOGYLOU.



you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin pieux mais peu catholique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Dim 26 Oct - 10:37


Arcane Perfection.

Remus ricana quand le prêtre (ou pasteur peut-être, il ne se souvenait plus vraiment de ce détail qu'il avait juste entendu d'une oreille distraire quand on lui avait parlé de ce Gardien) se recroquevilla sur lui sans même daigner se mettre en face de lui pour le regarder en face. La Brute se délecta de la façon dont le pauvre homme avait eu de se courber rapidement et de ne plus bouger. On aurait dit un petit animal sans défense se replier timidement et rapidement dans sa coquille, n'osant mettre le bout de son museau hors de sa défense naturelle en attendant que la menace éventuelle ne disparaisse. Mais le Gardien n'avait, malheureusement pour lui, pas de coquille. C'est pour cela que Remus plaqua brutalement ses mains sur ses épaules, le sentant presque frémir sous ses paumes. Il l'attrapa alors avec force et le guida jusqu'à l'entrée de la salle de torture. Il approcha alors ses lèvres de son oreille avant de lui murmurer d'une voix grinçante, un sourire malveillant aux lèvres :

- Si Dieu t'aime, il te sortira de là. Mais viens, il faut que je te montre quelque chose que j'ai fait moi-même.

Du pied, il poussa la porte de la salle de torture qui s'ouvrit en grinçant. Il avait toujours les mains sur les épaules du prêtre et le guida à l'intérieur avec une force qui n'avait rien de protectrice. Une fois tous les deux à l'intérieur, il poussa brutalement pour l'éloigner de la porte qu'il ferma à clef. Il ne laisserait pas sa proie s'échapper. Il passa alors un bras autour de ses épaules et le fit avancer entre les chaises à clous, vierges de fer et autres taureaux d'airain. Mais c'étaient bien les instruments de torture les plus impressionnants et coûteux aussi qu'on pouvait trouver dans cette salle. Car après tout, il y avait bien de classiques crochets de boucher accrochés au plafond. D'ailleurs, un cadavre suspendu par les soins du Cardinal pendait encore, le crochet étant bloqué par l'os de la mâchoire et les cervicales n'ayant pas céder sous le poids de son ancienne victime qui était assez squelettique. Mais ce n'était pas le plus important à cet instant. Il continuait de le guider vers son outil de travail favori, un sourire excité aux lèvres et les yeux déments.

Ils s'arrêtèrent finalement là où se tenait sa croix. La croix que Jeremiah lui faisait généreusement tailler de nouveau à chaque fois qu'il décidait d'y mettre le feu. Sa précédente victime (qui devait dater de la veille, comme l'homme pendu à son crochet) était toujours suspendue au bois, crucifiée. Un sourire fier illumina le visage du Cardinal qui glissa de nouveau à l'oreille du prêtre avec une voix mielleuse :

- Tu vas me le décrocher, je te prie.

Il relâcha son emprise des épaules du Gardien et se saisit discrètement d'un scalpel qui trainait sur l'un des nombreux guéridons autour d'eux. Qui sait, peut-être que sa proie ait dans l'idée de se rebeller contre lui. Pourtant, il devrait se sentir honoré d'être ainsi en présence d'une des hautes prestances de l'Église Catholique. Il regarda rapidement autour de lui avant de reposer ses yeux clairs sur le prêtre.

- J'aurai bien aimé vivre à l'Inquisition. Je me serais amusé avec des gens comme ça. Voir la peur dans leurs yeux ainsi que dans ceux de la foule dégoûtée.

Il s'assit sur un tabouret et attendit que Jonathan commence et termine la besogne que la Brute lui avait si poliment demandée.

©BOOGYLOU.





Hallelujah.
Wenn die Turmuhr zweimal schlägt, faltet er die Hände zum Gebet. Er ist ohne Weib geblieben so muss er seinen Nachsten lieben. Er ist der wahre Christ und weiss, was Nächstenliebe ist. Dreh dich langsam um. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Lun 27 Oct - 10:00


Arcane Perfection



J'ai la peur au corps, dans le milieu de mon coeur réchauffé par les émotions fortes. Noirceur délicate des ombres. L'effroi me détruit sans comprendre pourquoi exactement. Je me mets à penser à tout ceux qui me sont chers, réfléchissant sur s'ils sont en sécurité et qui est cette personne qui tourne autour de moi. Si seulement cela pouvait être une mauvaise blague. Encore une fois je sens mes veines qui cette fois se refroidissent. Cette voix m'était parfaitement inconnue, je ne pouvais faire l'impasse sur ceci. Ecoute cette musique qui déchire doucement tout sens en tes espoirs. Voilà ce que j'ai l'impression qu'elle me dit. Oh je vous en supplie, Seigneur, ne me laissait pas dans l'emprise d'un être aussi mauvais. Sauvez-moi par votre amour. Sauvez-moi du Diable, car je suis votre éternel obligé, votre serviteur.

Mais aucunes de mes prières n'empêchent deux mains de me saisir les épaules avec une grande force, une même que je ne pouvais également, même avec la meilleure des volontés. Je pousse un éclat de surprise, d'une sonorité grossièrement aigue à la manière d'une petite souris. Il me tient avec la rage du démon et je n'ai plus aucun doute sur mon agresseur. Il s'agit d'un agent de Lucifer, d'un espion de son corps maléfique. D'un possédé à sa rage et haine. Mes yeux s'embrouillent de larmes sous la peur et des gémissements d'effroi s'échappent de ma bouche sans que je ne réussisse à les contenir. Il m'emène dans les profondeurs de la salle de torture pour me montrer une de ses oeuvres. Et c'est alors que je vois cette horreur de la nature, cette horreur qui ne peut exister que dans l'esprit d'un humain sous l'emprise du diable. Rien d'autre ne peux saisir plus parfaite explication, rien n'était humain dans cette création. Froidement, il me présenta cette homme, accroché sur la croix impie, celle qui à l'envers était le symbole de Satan. Mais pas que. J'étais également bien instruit de toutes les valeurs de christiannisme et de toutes ses histoires. C'était également la Croix de St-Pierre, qui ne s'était pas senti à la hauteur de la Foi pour se faire cruxifier de la bonne manière, à la manière de Jésus notre sauveur.

Cependant, tout en décrochant ce cadavre de mes petites mains blanches, je savais qu'il l'avait nullement utilisé pour sa nature chrétienne, mais bien pour sa nature démoniaque. J'en pleurais de souffrance intérieur, une telle histoire détournée de sa réalité, utilisé à des fins de tortures et de haine. J'en pleurais oui, tout en lâchant le cadavre à mes pieds. Me recrocquevillant sur moi-même.

Je vous en supplie, Seigneur sauvez-moi de ce Démon que je n'ose regarder. Je suis Votre Serviteur. Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié. Que ton règne vienne; Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel...

J'en gémissais de terreur, pleurant de peur tout en m'agenouillant pour tenir cette délicate prière entre mes lèvres. Je ne pouvais même imaginer ce que cette homme voulait me faire. Je vous promets que je n'en avais pas la moindre image en tête.


©BOOGYLOU.



you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin pieux mais peu catholique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Sam 22 Nov - 12:38


Arcane Perfection.

Remus regarda le pasteur avec un sourire affamé, dément et sadique. Il ne se cacha pas prendre un malin plaisir à le regarder décrocher le cadavre de sa précédente victime de la Croix retournée. La Brute se leva alors, se rapprochant pour se délecter de la piètre prière du prêtre apeuré. L’Italien s’agenouilla près de lui, de façon à ce que sa victime sente son souffle sur sa nuque. Il lui ébouriffa les cheveux en ricanant avant de se relever. Il lui tourna le dos un instant et se dirigea vers un autre guéridon où se tenaient ses objets de prédilection. Ses outils de travail à lui. Et à personne d’autre. Si quelqu’un venait à y poser les mains dessus, il jugerait que le coupable passerait un pire moment que celui que s’apprêtait à vivre Jonathan. Remus s’empara d’une fourche de l’hérétique posé à côté de son marteau et ses clous qui viendraient après. Il tenait toujours son scalpel dans son autre main mais cela n’allait pas poser de problème pour attacher le morceau de fer autour du cou du religieux. Le cardinal revint vers lui et le saisit par la nuque pour le faire se redresser. Avec son scalpel, il déchira une partie du haut de la robe de Jonathan, dénudant son cou de tout ce qui pourrait encombrer la fourche. Il mit le scalpel entre ses dents, frappa le blondinet au visage pour le sonner, lui tira les cheveux pour lui faire lever la tête et plaça alors l’instrument de torture autour de son cou. Il le regarda alors avec un sourire amusé.

- Ne regarde pas en bas.

Conscient qu’il ne pouvait pas baisser la tête sans se percer le palais et que ses mouvements se retrouvaient grandement altérés par son handicap au cou, Remus se permit de lui tourner le dos une fois de plus pour reposer le scalpel et prendre le marteau et les clous. Il revint vers sa victime et se rapprocha brusquement de lui, ne laissant qu’un ou deux centimètres entre leurs deux corps. L’Italien porta alors en ricanant une main à l’entrejambe du prêtre et eut une moue déçue malgré son air parfaitement moqueur.

- Je comprends mieux pourquoi tu es rentré dans les Ordres. Tu as fait vœux de chasteté au moins ?

Il eut un rire gras et le plaqua contre la Croix. Se doutant qu’il allait gigoter pour tenter de s’échapper des griffes de la Brute, Remus lui donna un nouveau avec le marteau cette fois-ci, mais pas assez fort pour l’assommer complètement. Il lui prit alors une main pour la mettre sur la branche principale de la Croix renversée, donc au-dessus de la tête du prêtre. Il le força à ouvrir la paume et y planta le clou avec force. Il répéta alors l’opération pour la deuxième main et les pieds. Il regarda donc sa victime quelques instants, jambes écartées et mains au-dessus de la tête.

- Dieu ne te viendra pas en aide. Il n’y a pas de Dieu.

©BOOGYLOU.





Hallelujah.
Wenn die Turmuhr zweimal schlägt, faltet er die Hände zum Gebet. Er ist ohne Weib geblieben so muss er seinen Nachsten lieben. Er ist der wahre Christ und weiss, was Nächstenliebe ist. Dreh dich langsam um. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Jeu 27 Nov - 18:51


Arcane Perfection



Je sens que rien ne sera assez pour me sauver de ce monstre. Je sens sa folie qui dévore tout sur son passage malgré mes larmes de peur. Que faire ? Comment faire ? Je n'en ai pas la moindre idée. Tout ce qui essait de m'aider, ce sont les méandres de mes pensées, ma propre voix qui murmure doucement sa peur. Je bégaie dans mes propres prières, mais rien d'autre je ne sais faire. L'odeur du cadavre qui était sur la Croix inversée me monte aux narines et peu à peu m'emplit toute la cavité. Mon esprit est concentré sur cet odeur qui ne fait pourtant que m'expliquer ce qui allait bientôt m'arriver. Car la créature au regard torve ne tarde pas à m'attraper. Mon sang ne fait qu'un tour, mon coeur bat dans le vide, il brûle d'une si grande vitesse. Ma peur me pétrifie, m'empêchant de hurler. Je ne fais que gémir, doucement, lentement, puis de plus en plus fort. Je vous en supplie, ne me faites pas de mal, par pitié. Je suis bon chrétien, j'aime mon prochain...demandez! Vous ne verrez pas plus grand défenseur de l'amour que moi! Je suis correctement la Voie du Seigneur, ne me laissez pas être torturer par votre côté obscure, par votre âme possédé par le Diable !

Je sais que vous pouvez être bon ! S'il vous plait, écoutez votre coeur !

Mes yeux pleurent encore des larmes d'incrédulité car je sais qu'il ne sera d'aucune pitié. Sa haine n'a pas de limite, je peux la sentir dans ses gestes...il se place devant moi, un étrange machine à la main, que compte-il faire de moi? Que me veut-il? Non...il ne va pas faire cela..? Mais je ne peux déjà plus bouger. L'effroi me paralyse, il est maître de moi, m'arrache le col de ma soutane pour laisser mon cou libre. Mes émotions contrôlent mon esprit tout autant qu'il semble vouloir contrôler ma chair. Je meurs intérieurement d'une peur qui déchire doucement mon coeur. Des piques sont sur ma gorge, je comprends rapidement que si je baisse ne serait-ce la tête d'un centimètre, les lames vont me transpercer. Mon corps tremble, je peine à ne pas effleurer la machine de torture qui m'enlève un peu de peau malgré moi. J'ai mal, j'ai mal...Chut...tout ceci est un épreuve du Seigneur...il a laissé le Démon prendre possession de cet horrible homme pour tester ma Foi. Je dois rester fort...malgré les larmes qui me coulent sur les joues, malgré mes tremblements de peur. AH ! Je sursaute au contact de sa main qui vient me palper mes parties intimes. D'une voix étrangement aigue sous l'influence de la peur, je m'écrie:

PASTEUR ! Je suis pasteur ! Mon corps est parfaitement fonctionnel, démon ! Vous ne me faites pas peur ! C'est une épreuve de Dieu, quand il sera rassuré de ma Foi, il viendra me sauver !

Mais aussitôt mon corps est plaqué contre la Croix et mon myocarde palpite à nouveau. Je n'avais pas peur de lui, m'écriai-je bien gentimment, mais c'était bien là si loin de la vérité. D'un coup sur la tête de marteau, je suis soudainement renvoyé dans les songes. Ma tête devient cotonneuse malgré le fait que la douleur m'aspire de l'intérieur. La plaie que la chute de la Chapelle avait causé venait de se rouvrir sous le coup de marteau. Mon sang coula à nouveau, doucement, lentement, couvrant de sa chaleur ma nuque. Mais bientôt, ce fut mes mains qui me firent hurler. Le Diable venait de me clouer. Comment décrire cette intense douleur ? Comment simplement l'imaginer ? Je ne fis que hurler. Hurler. Douleur. Peur. Sommeil. J'étais à deux doigts de m'effondrer, de m'évanouir. Il m'écarta alors les jambes et ma bouche entrouverte ne pouvait plus souffrir le moindre gémissement, la moindre parole. Je voulais le supplier...mais je ne fis que hurler à nouveau quand il planta avec force ses clous dans mes pieds. Tel Saint Pierre, j'étais l'indigne à la Croix de Jésus. Le Diable me répéta une nouvelle fois que je n'avais rien à attendre de Dieu. Que pouvais-je faire ? Bouger était une souffrance, et ma tête était levée haute vers le Ciel. Aussi murmurai-je tout  simplement, le cerveau à moitié éteint, luttant pour rester éveillé.

Mon Seigneur qui êtes aux cieux...que...votre règne vienne...sur la terre comme au ciel...que votre bénédiction éclaire les justes...que votre courroux s'abatte sur les méchants...que l'humanité soit illuminé d'Amour en ce temps d'égarements...ramenez vos brebis contre votre coeur, car il est précieux...


Dormir sera mourir. Mais peut-être n'était-ce pas une si mauvaise option...non ! Je ne pouvais pas...cela sera un coup porté par moi-même, cette machine de torture serait une autre façon pour moi de me suicider. Je refuse...


©BOOGYLOU.



you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin pieux mais peu catholique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Dim 11 Jan - 13:13


Arcane Perfection.

Comme prévu, le petit homme de Foi gémit, pleura, pria. Tout ceci sonnait comme une douce symphonie, un doux concerto apaisant aux oreilles du Cardinal déchu. Les cris de souffrance du pasteur crucifié le menaient à une sorte de nirvana nostalgique. Les images de la Basilique Saint-Pierre où les enfants de chœur chantaient la gloire du Seigneur en suivant ses gestes défilaient devant ses paupières closes. Rome lui manquait mais en même temps, cet endroit avait été le théâtre d'atrocités, que ce soit historiquement parlant ou bien beaucoup plus personnel. La capitale Italienne a été le berceau de l'homme qu'il était devenu. Et ce n'était pas forcément une bonne chose. Si l'Église lui avait apporté réconfort et lui avait donné un but dans sa vie, elle lui avait pris aussi son innocence. Innocence qui s'échappait de Jonathan dans les hurlements de celui-ci. Pourtant, l'homme en soutane finit par se calmer et ses cris de douleur cessèrent, à la grande déception de Remus. Celui-ci ouvrit les yeux pour regarder le religieux prier pour sa vie. Le visage du Cardinal se déforma pour n'afficher plus qu'haine et dégoût. Il se précipita sur sa victime clouée pour enserrer avec force son cou, malgré la fourche de l'hérétique autour de son cou. Il appuya tellement fort pour que ces pouces bouchent la trachée de son cobaye que ses doigts devinrent blancs.

- Il n'y a pas de Dieu. L'Amour n'existe pas. Tu te fourvoies.

Il le lâcha avant qu'il ne le tue ou que Jonathan ne s'évanouisse. Il aurait pu lui briser le cou en y repensant. Il fallait qu'il fasse attention à sa force s'il ne voulait pas achever sa victime avant d'avoir commencé à jouer avec elle. Il voulait qu'elle crie encore. Tout le temps. Jusqu'à ce que ses cordes vocales le lâchent. Remus se passa une main dans sa barbe d'un air songeur. Il pourrait l'entendre faire autre chose que hurler aussi. Chanter, comme sa chorale à Rome. Il sourit à cette idée et s'assit sur le fauteuil en face de la croix renversée. Il se mordit la lèvre inférieure avec un sourire tout en regardant le pasteur prisonnier. Il en profita pour allumer une nouvelle cigarette avant de la tirer quand l'extrémité devint rougeoyante. Il regarda sa clope, son sourire disparaissant subitement tandis qu'une idée commençait à germer dans son esprit insane. Il se leva, ses lèvres à nouveau un sourire malsain et s'approcha de la croix.

- Sais-tu chanter, pasteur ? J'aime quand on chante. Donc je vais te demander de le faire. Et tu as intérêt à ce que ça me plaise, sinon…

Il écrasa le bout de sa cigarette dans le coup de Jonathan, se plaisant à voir la fumée s'élever de la chair brûlée. Même l'odeur du tabac et de viande le fit un peu plus sourire de façon malsaine. Il retourna à sa place, tirant sur sa clope et croisant les jambes. Il regarda le pasteur, une lueur d'enfant excité dans les yeux avant de s'exclamer joyeusement :

- Allez ! Chante !

©BOOGYLOU.





Hallelujah.
Wenn die Turmuhr zweimal schlägt, faltet er die Hände zum Gebet. Er ist ohne Weib geblieben so muss er seinen Nachsten lieben. Er ist der wahre Christ und weiss, was Nächstenliebe ist. Dreh dich langsam um. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Mer 14 Jan - 14:47


Arcane Perfection



La douleur. Elle persiste et se trouve plus ancrée profondément dans son corps que n'importe quel émotion, plus même que l'amour. Elle dure et s'entraine à lui faire du mal. A une époque lointaine, elle n'existait pas. Aujourd'hui, à cette seconde, il n'existe plus qu'elle. Pourquoi cherchait-il explication ? Il n'y en avait aucune, il n'était que marionnette entre les mains du Diable pour cette seconde. Cette hideuse créature à la gorge séchée de fumée était en train de le rendre plus fragile qu'un nouveau né, plus qu'il ne l'avait jamais été. Lentement, il sentit la conscience lui perdre au point de ne plus hurler, mais uniquement prier. Voilà une donc une lente mais douloureuse prière qui sortait de sa poitrine enflammée par la peur et la souffrance. Quant tout à coup les mains de cet homme l'enserrèrent, il ne sentit pratiquement rien, et pire encore que rien car son souffle lui manquait rapidement. Ses joues devinrent rouges, puis s'approchaient dangereusement du bleu. Ses lèvres quant à eux essayaient vainement de ne pas devenir violet sous le coup de l'étranglement.

C'est alors qu'il le lâcha, lui redonnant brutalement un peu plus de vie qu'il n'en avait. Il reprit sa respiration comme si cela faisait des années qu'il était mort. Les yeux écarquillés, sa peau reprenait des couleurs, mais ce n'était pas le cas de ses mains qui perdaient très très lentement les leurs, à force d'écouler son sang sur le sol, le long de ses bras jusqu'à l'intérieur de sa soutane déchirée. C'est alors qu'il entendait la voix de cet odieux personnage lui arriver aux oreilles. Qu'il lui manquait les douces espérances d'une vie qui aurait pu être belle...si jamais il n'avait pas été aussi stupide, s'il était restée prêtre loin des femmes. Et maintenant...maintenant il lui demandait de chanter. De chanter. La seule chose qu'il connait c'était les chants de messes. Il devait se dépêcher d'en trouver une.




Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? * Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ?

Si des méchants s'avancent contre moi pour me déchirer, + ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires, * qui perdent pied et succombent.

Qu'une armée se déploie devant moi, mon coeur est sans crainte ; * que la bataille s'engage contre moi, je garde confiance.

J'ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : + habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie, * pour admirer le Seigneur dans sa beauté et m'attacher à son temple.

Oui, il me réserve un lieu sûr au jour du malheur ; + il me cache au plus secret de sa tente, il m'élève sur le roc. *

Maintenant je relève la tête devant mes ennemis. J'irai célébrer dans sa tente le sacrifice d'ovation ; * je chanterai, je fêterai le Seigneur.

Écoute, Seigneur, je t'appelle ! * Pitié ! Réponds-moi !

Mon coeur m'a redit ta parole : « Cherchez ma face. » *

C'est ta face, Seigneur, que je cherche : ne me cache pas ta face. N'écarte pas ton serviteur avec colère : * tu restes mon secours. Ne me laisse pas, ne m'abandonne pas, Dieu, mon salut ! *

Mon père et ma mère m'abandonnent ; le Seigneur me reçoit.

Enseigne-moi ton chemin, Seigneur, * conduis-moi par des routes sûres, malgré ceux qui me guettent.

Ne me livre pas à la merci de l'adversaire : * contre moi se sont levés de faux témoins qui soufflent la violence.
Mais j'en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. *

« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. »"


Il chanta tout cela avant de gémir profondément d'une douleur immense qu'il ne sut contrôler. La tête haute, il n'avait pourtant réussi à empêcher deux petits points rouges de se former sous sa machoire.

S'il vous plait...s'il vous plait...pour l'amour de Dieu...laissez-moi...



©BOOGYLOU.



you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin pieux mais peu catholique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Mar 3 Mar - 15:57


Arcane Perfection.

Le petit pasteur ne mit pas longtemps à répondre à sa requête qui tenait plus de l’ordre. Il se mit à fredonner un chant dont Remus reconnut presque immédiatement les paroles : le psaume 26. Il sourit doucement et continua de fumer sa cigarette en fermant les yeux, croisant les jambes, écoutant silencieusement le religieux chanter sa prière. Le cardinal ne le regardait pas, se laissant transporter par la voix de Jonathan et le calme de la salle de torture où régnait le plus profond des silences. Un gémissement vient déchirer ce calme quad le pasteur finit son récital. Remus ouvrit un œil, légèrement contrarié que cela soit déjà terminé. Enfin, après tout, sa victime avait dû chanter pendant cinq bonnes minutes… Mais cela n’était pas suffisant quand même. En revanche, il devait avouer que cet homme avait une voix parfaite pour fredonner ce genre de chants. Il se leva donc et applaudit avec force, un sourire aux lèvres qui lui donna un peu plus l’air d’un fou. Il posa sa cigarette et s’approcha du crucifié pour enlever la fourche de l’hérétique qu’il lui avait mise autour du cou quelques minutes plus tôt. Une telle voix, une telle prestation, méritait d’être un minimum récompensée.

- Bravo. Félicitations, vraiment. Tu as une voix magnifique, j’aurai bien aimé te faire chanter dans ma chorale.

Il le regarda avec un sourire, analysant son visage avec plus d’attention. Bien qu’il ait un peu prêt le même âge que lui, Jonathan possédait quelque chose de beaucoup plus enfantin sur le visage. Et ce quelque chose d’enfantin le fit sourire. Un sourire qui n’avait de bien rassurant si on se souciait de la santé mentale du cardinal. Il caressa doucement sa joue avec un sourire qui se voulait tendre. Il regarda ses yeux effrayés puis descendit à ses lèvres. Il passa ensuite une main dans ses cheveux, sans un mot. Il pouvait sentir la terreur dans les muscles du petit pasteur alors il lui gratouilla la joue, doucement avant de se rapprocher un peu plus de lui jusqu’à susurrer à son oreille.

- Pourquoi as-tu peur…? Tu n’as pas à avoir peur de moi, petit pasteur. Je ne te tuerai pas. Ce serait dommage de gâcher une telle voix.

Sans prévenir alors, il posa une main sur l’entrejambe de sa victime, son sourire se faisant beaucoup plus carnassier.

- Si tu te montres aussi docile que tout à l’heure, peut-être que je te libèrerai… Tu as bien vu…? Tu as chanté et je t’ai enlevé cette affreuse fourche.

Il passa deux doigts sur les entailles dans le cou de Jonathan. Ses lèvres étaient toujours étirées par la folie. Cette même folie qui brillait au fond de ses yeux. Il colla son front au sien et le fixa dans ses iris avec un regard des plus malsains, faisant volontairement frôlées ses lèvres aux siennes. Il raffermit ensuite doucement son emprise sur l’intimité du petit pasteur. Non, il ne le tuerait pas. Mais il allait jouer avec lui.

©BOOGYLOU.





Hallelujah.
Wenn die Turmuhr zweimal schlägt, faltet er die Hände zum Gebet. Er ist ohne Weib geblieben so muss er seinen Nachsten lieben. Er ist der wahre Christ und weiss, was Nächstenliebe ist. Dreh dich langsam um. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin jaloux et aimant un peu trop Dieu
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini] Jeu 26 Mar - 9:57


Arcane Perfection



Les mots suffisaient-ils à décrire toute la détresse et la peur du regard de Jonathan ? Tandis que les pointes manquaient de s'enfoncer davantage dans sa machoire, tout son être pleurait. Il ne voulait pas mourir, pas ainsi, pas sans avoir fait la paix avec lui-même, pas sans avoir enfin pu être aimé autant qu'il pouvait aimer sa douce mais si froide scientifique. La peur tremblait dans ses veines, elle rendait sa peau blanche par manque d'afflux. Ses pleurs se faisaient par petits gémissements qui sortaient de sa gorge comme lorsqu'on torture une petite souris. Hors de ce contexte délicat, cela pouvait paraitre délicieusement mignon. Mais ici, ce n'était que douce musique pour le monstre humain. Jonathan continuait de doucement supplier Dieu à travers des suppliques aigues. Qu'on le sorte de là, par pitié. Même si parfois l'idée de la mort lui semblait être une douce chaleur autour de son corps, il ne supportait pas de l'imaginer ainsi. Mais après quelques secondes qui lui semblèrent être une éternité, son bourreau lui enleva les fourches qui perçaient son cou. Jonathan laissa aussitôt tomber sa tête, pleurnichant toujours mais s'autorisant à prendre de longues respiration sifflantes et aigues, regardant un peu partout autour de lui et surtout, l'homme qui s'amusait à le torturer.

« Me...merci... »

Il ne savait pas quoi dire d'autre. Ce démon le complimentait sur sa voix. Il le félicitait comme on félicitait un chien. Jonathan ne savait plus où donner de la tête, soupirant lourdement, respirant avec de longues coupures sans réussir à supporter la brûlure des clous dans ses membres qui finissaient par devenir tellement secondaire. Il pleurait encore, à grosses gouttes d'eau sur sa peau. Son bourreau se rapprochait, encore et encore. Bientôt, ce fut sentir l'haleine fumeuse de l'être qui le dégoûta plus que tout. Elle transpirait la fumée des cigares, des flammes de l'enfer dont il devait probablement venir. Tout ceci n'était qu'une épreuve du Seigneur oui...Il le confrontait aux soldats de Satan afin de savoir s'il était un vrai chrétien. Il réussirait. C'était du moins ce qu'il espérait tandis qu'il frissonna de dégoût et de peur tandis que le doigt de Remus grattait sa joue couverte de larmes. Il lui dit alors de ne pas avoir peur. Qu'il ne le tuerait pas. Etait-ce de douces paroles pour qu'il s'abandonne aux marques des démons. Il ne sut quoi répondre et ne répondit rien, retenant au maximum sa respiration pour ne pas absorber les cendres de l'Enfer. Mais la soudaine main sur l'entrejambe le rendit tout électrique. Ce n'était pas une bonne chose. Il le regarda poser son front sur le sien avec terreur. Sa voix n'existait plus que par des gémissements tristement aigues. La force sur son intimité se fit plus forte, et la peur reprit une nouveau cran dans son coeur. Les yeux écarquillés, brillant par les larmes, il murmura:

« Qu'est-ce que... vous... comptez faire... de moi...? »


©BOOGYLOU.



you know you’re in love when you can’t fall asleep because reality is finally better than your dreams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Arcane Perfection. [-18] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Arcane Perfection. [-18] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» La perfection existe-t-elle ?
» [Refusé] [Mage Arcane] Tweenty
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Heavy Rain - spoil free pour ceux qui l'ont fini

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: La Salle de Torture :: Mémentos Retrouvés-