AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

♠ Retour aux sources ♠ [pv Harry/David] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ♠ Retour aux sources ♠ [pv Harry/David] [Fini] Jeu 13 Nov - 10:14


Retour Aux Sources.

Harry suivit la position de son assistant. David en était plus ou moins soulagé, ne sachant pas vraiment comment pourrait réagir son supérieur dans une situation comme celle-ci. Cela ne surprendrait pas le chirurgien si le vétérinaire décidait de prendre la vie de son ancien cobaye parce que ce dernier commençait à lui casser les pieds et à l'ennuyer. Enfin, peut-être n'était-ce que son côté pessimiste qui lui faisait penser cette éventualité si funeste. Mais la main qu'Harry posa sur son torse pour le faire reculer un peu plus ne le fit pas se rassurer. Et le fouet qu'il garda dissimulé dans son dos. David y avait un très bref coup d’œil discret avant de reporter son attention sur la femme vampire qui commençait à réclamer une preuve de la bonne volonté des deux Scientifiques. David repensa au fouet dans la main de son amant. Si elle le voit, ils perdraient sa confiance (ou le peu qu'ils avaient pour l'instant). Et les choses allaient sûrement dégénérer vu le comportement violent dont avait fait preuve l'ancienne patiente d'Harry. Elle se mit à provoquer ce dernier. Se moquant de l'emprise du vétérinaire, David passa devant lui pour faire face à la Démente. Son cœur lui faisait toujours mal et battait toujours bien trop rapidement mais il tenta de rien laisser paraître, comme d'habitude. Il dit alors d'une voix plus grave que d'habitude suite à son contrôle de la douleur et essaya de lui parler le plus tendrement possible :

- On est là pour vous aider et on ne vous forcera à rien. Je ne peux vous montrer immédiatement comment nous faire confiance, je n'en ai malheureusement aucune idée. Si vous ne voulez pas nous faire confiance, alors soit. Je ne peux rien ajouter de plus qu'une sorte d'ordre qui ressemblerait à « vous pouvez nous faire confiance ».

Il eut un sourire amical et légèrement amusé et désigna la porte du laboratoire.

- On peut commencer tout de suite si vous voulez. Ou attendre, ou ne pas le faire du tout. Mais si vous voulez juste perdre votre… addiction au sang, cela risque d'être un peu long, votre organisme devant se réhabituer à être alimenté normalement et non plus exclusivement d'hémoglobine…

Il eut le temps de finir sa phrase avant que son cœur ne fasse une pointe. Il tenta un sourire rassurant avant de se tourner vers Harry et lui lancer un regard inquiet. Il posa une main sur sa poitrine pour tenter de masser son palpitant récalcitrant (bien que cela plus qu'inefficace), grimaçant de douleur. Son corps n'avait pas supporté qu'il s'agite et s'affoler aussi brusquement que nerveusement. Il commençait à se demander si se jeter sur la Démente avait été une bonne idée. Il baissa la tête avant de grogner sourdement tandis que la douleur ne voulait pas se calmer, bien au contraire. Elle était en train de prendre en puissance, commençant à le terrasser sur place. Dans un malaise comme celui-ci, il aurait dû s'asseoir. Mais savoir qu'il essayait de parlementer pour que tout se passe pour le mieux avec leur agresseur et qu'il était en train de perdre toute crédibilité sûrement aux yeux de celle-ci l'angoissait encore plus, le rendant plus nerveux encore et détériorant donc l'état de son cœur. Il dut alors chercher appui sur l'épaule d'Harry, sur laquelle il posa sa main afin de conserver son équilibre. Il s'agissait maintenant de retrouver son souffle et un rythme cardiaque normal. Il n'y arriverait pas tout seul en tout cas. Il lança un bref regard suppliant à son supérieur.

- Harry… Je…

Sa phrase fut coupée par un deuxième grognement de douleur. Son état physique ne s'arrangerait pas et il le savait. Car plus le temps passait, plus David paniquait, ignorant parfaitement la réaction de ses deux interlocuteurs dont l'un venait de le plaquer contre un mur et dont l'autre restait totalement imprévisible et pouvait faire preuve d'une extrême froideur et impassibilité si cela lui chantait. Oui, dans cette situation, David était mort de peur.

©BOOGYLOU.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ♠ Retour aux sources ♠ [pv Harry/David] [Fini] Mar 18 Nov - 16:10


Retour Aux Sources.

Les oreilles de David se mirent à siffler. Ou à fonctionner beaucoup moins bien. Cela revenait plus ou moins au même de toute façon : il n’entendait presque plus rien à part une sorte de sifflement strident qui amplifiait la migraine qui commençait à frapper ses tempes. Le sang ayant du mal à circuler, il n’avait aucune raison pour que le cerveau ne soit pas touché par les conséquences de cette irrigation défectueuse. Ses jambes ne le portaient plus et il avait cette désagréable impression qu’il allait s’effondrer à tout moment. Il avait froid. Et chaud en même temps. Son corps tremblait et semblait brûler en même temps. Le sang circulait beaucoup trop vite dans ses veines, il le sentait sans problème. Il entendit vaguement la voix paniquée d’Harry. À moins qu’il ne soit en train de lui crier dessus ? Mais il n’entendait pas vraiment pas ce que son supérieur criait. Mais même s’il adorait cette voix, elle résonnait douloureusement contre les parois de son crâne tout en restant parfaitement inaudible. Il sentit alors ses pieds décoller du sol et partir en arrière. Il se rendit alors compte qu’il avait gardé la main sur son cœur tandis que son autre bras pendait mollement dans le vide, tout comme sa tête aux traits crispés. Ses paupières étaient toujours closes quand il sentit qu’on l’allongeait sur la table d’opération.

Il tenta alors d’ouvrir un œil. Il reconnut leur laboratoire et les silhouettes d’Harry et de la Démente autour de lui. Il les voyait parler sans entendre ce qu’ils disaient. Il eut l’impression que la Démente parlait de le tuer. En tout cas, il parvint à lire « abréger ses souffrances » sur ses lèvres. Peut-être était-ce la meilleure chose à faire en fin de compte. Car il savait qu’Harry ne saurait pas quoi faire pour le sauver, vu que lui-même n’en avait pas la moindre idée de ce qui pourrait arranger son cœur qui ne faisait que s’accélérer. Il commença à avoir des difficultés à respirer. Son souffle devint sifflant et presque rare. Le sang passait dans ses veines à une vitesse telle qu’il n’avait pas le temps d’alimenter organes et muscles. Sa tête chauffait de plus en plus. Objectivement, il ne savait pas ce qu’il lui arrivait, hormis qu’il était peut-être en train de mourir. Il était une énigme pour lui-même parfois. Mais il se devait de rester lucide le plus longtemps possible, ne serait-ce pour dire à Harry qu’il l’aimait. Non, il ne devait pas penser à cela. Il devait trouver un produit, voire un poison, pourquoi pas, qui ralentissait le cœur. Le chirurgien repensa alors à cette nouvelle molécule qui avait découverte il y a une vingtaine d’années. Est-ce qu’Harry en avait ? Peu probable. Mais il devait essayer. Il se redressa avec une grande difficulté, soupirant de douleur, une main toujours sur son cœur tandis que l’empêchait de s’effondrer par terre. Il regarda autour de lui et chercha une seringue du regard. Non, il n’y en avait pas. Ou plus. Il avait entendu la Démente dont il ne connaissait toujours pas le nom parler de les aider. Il se tourna vers Harry et avec une voix faible et sifflante :

- Une seringue et de la digoxine, dis-moi que tu en as…

Il savait que ce produit était issu d’une plante et qu’Harry était vétérinaire avant tout, mais c’était la seule solution qu’il voyait pour l’aider dans l’immédiat. Sauf si leur agresseur avait une autre idée, bien qu’elle ne soit pas Scientifique. Toutes les idées étaient bonnes car pour l’instant, sa vue était plus que trouble et ses oreilles continuaient de siffler, bien qu’un peu moins. Pouvait-on parler d’amélioration ? Non, car son flux sanguin continuait d’accélérer. Il devait être à plus de 230 battements par minute maintenant… Enfin, il ne savait pas vraiment, mais jamais son cœur n’avait battu aussi vite. Il regarda la Démente avec un air presque suppliant pour bel et bien abréger ses souffrances.

- Que… Que voulez-vous faire…?

©BOOGYLOU.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ♠ Retour aux sources ♠ [pv Harry/David] [Fini] Mar 25 Nov - 8:50


Retour Aux Sources.

David eut une moue embêtée quand Harry lui répondit qu’il ne connaissait pas la plante. Donc, les chances qu’il ait de la digoxine déjà préparée dans un pot, attendant d’être injectée, étaient encore plus maigres. Après avoir menacé une fois de plus la Démente, le vétérinaire demanda s’il était possible qu’il en est dans ses écosystèmes, ce à quoi le chirurgien réfléchit quelques secondes, essayant de se rappeler si les digitales (les plantes dont était extraite la digoxine) faisaient partie du régime alimentaire d’un animal quelconque. N’ayant aucune espèce lui venant en tête, il fut contraint de secouer négativement la tête avec un air désolé. Et puis, il aurait fallu séparer les molécules de digoxine et cela aurait pris du temps car aucun des deux Scientifiques n’étaient chimistes. David avait beau savoir globalement comment ça se passait, il n’avait aucune idée du processus à effectuer. Il tourna alors la tête vers la femme quand celle-ci reprit la parole pour lancer une pique à Harry qui n’allait sûrement pas faire arranger les choses. La brune allait être l’assistante du supérieur hiérarchique ici et s’ils commençaient à se mettre sur le nez, autant mourir tout de suite, cela l’épargnerait de souffrances inutiles.

Mais il écouta attentivement ce qu’elle avait à proposer tout de même. Qui sait, Harry faisait parfois des miracles insoupçonnés et inconcevables quand il réussissait une expérience. Rien que le fait qu’elle ne se nourrisse que de sang était presque un miracle en soi. Ou plutôt une particularité anatomique hors normes. Elle parla de sang à transfuser et David fronça les sourcils (plus qu’il ne le faisait déjà à cause de son cœur) et jeta un regard à Harry. C’était son muscle le problème, pas l’hémoglobine. Perdre du sang… n’était pas l’idée la plus alléchante qu’on lui ait proposée jusque-là. Mais la Démente reprit et ses yeux rouges le firent presque frissonner, malgré son impression de brûler de l’intérieur. Non, là, il n’était pas en confiance. La main qu’elle posa sur sa joue lui parut glaciale. David n’avait jamais été le plus courageux des hommes et c’était justement pour cela qu’il avait peur à cet instant. Surtout qu’elle comptait lui planter ses crocs dans les veines pour lui pomper le sang. Il comprenait mieux maintenant pourquoi son cœur devrait ralentir : il allait frôler la mort pour s’être fait vidé de son sang. Il réfléchit quelques instants, les yeux baissés. Son regard était devenu clairement paniqué. Quelles autres solutions s’offraient à lui ? Aucune. La digoxine avait été écartée et il n’y avait plus d’autres solutions en vue pour le moment. À part celle de la Démente qui semblait s’impatienter de lui pomper le sang. Il jeta un coup d’œil à Harry avec un air pas tellement rassuré mais résolu tout de même. Il reporta son regard sur la jeune femme.

- D’accord.

Nouvelle grimace de douleur. Son cœur, s’il n’avait heureusement pas pris de la vitesse, venait de devenir plus douloureux encore. Ce n’était qu’une question de temps avant que le palpitant récalcitrant ne décide de cesser de fonctionner. David se tourna alors une nouvelle fois vers Harry.

- Le matériel de transfusion… Je l’ai rangé là.

Il voulut désigner de la main le placard en question mais il n’eut pas la force de soulever son bras. Là, il s’agissait surtout de s’économiser le plus possible. Il montra alors ledit placard du menton et du regard. Les deux Scientifiques ne se servaient pratiquement jamais de cet appareil, étant beaucoup trop grand pour l’échelle animal. Mais il n’avait pas peur de s’en remettre à Harry. Si ce dernier n’était peut-être pas médecin ou chirurgien, il était tout de même vétérinaire et avait les connaissances nécessaires de bases pour tous les êtres vivants. Contrairement à ce que pense et à dit la Démente, Harry n’était pas inutile, loin de là. Il tenta de lui faire un sourire avant de soupirer, las. Il restait encore les problèmes de compatibilité des groupes sanguins. Et il espéra très fortement pour que son amant ait du sang compatible sous la main, humain ou animal (à ce stade, il s’en moquait).

- Je suis A+, Harry.

Il tenta de nouveau un sourire, bien qu’inquiet sur ce que son supérieur allait dire et déjà, s’il allait laisser faire la Démente…

©BOOGYLOU.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ♠ Retour aux sources ♠ [pv Harry/David] [Fini] Ven 5 Déc - 22:40


Retour Aux Sources.

David sentit les doigts froids de la jeune femme dont il ne connaissait même pas le nom sur sa carotide. Alors que le chirurgien regardait son supérieur se diriger vers le placard avec une lassitude sans nom, l’inconnue lui fit ramener son attention sur elle quand elle poussa une sorte de gémissement de plaisir malsain rien qu’en sentant le sang du Scientifique essayait de se faire un chemin jusqu’à ses organes en détresse. Harry revint avec le matériel nécessaire et David lui tendit son bras afin qu’il fasse ce qu’il avait choisi de faire : l’aider en lui donnant son sang. Si le vétérinaire avait regardé son assistant à ce moment-là, il aurait pu voir dans ses yeux derrière la douleur tout son amour, sa gratitude, mais aussi un air inquiet et une certaine peine mêlée à de la honte. Le jeune chirurgien avait l’impression qu’Harry ne voulait pas faire ça. Enfin, cela se comprenait après tout, mais il avait l’impression que son état le rendait parfaitement indifférent, malgré la panique qu’il avait montrée quelques minutes auparavant. Était-ce un message pour lui dire que son heure était venue et que, quoiqu’il arrive maintenant, il n’essayerait plus de le sauver. David eut presque les larmes aux yeux et voulut dire à Harry de tout arrêter, que le malaise allait sûrement passer mais le sol son qui sortit de sa gorge fut un gémissement de douleur quand les dents de la jeune femme pénétra sa peau et sa veine.

Sentir un tel corps étranger dans sa chair et qui y restait n’avait rien de très agréable en soit. Sentir son sang s’enfuir dans la gorge d’un autre non plus. Mais étrangement, bien que la douleur soit forte, elle n’était pas insupportable. Moins que celle de son cœur en tout cas. Et au fur et à mesure que son liquide vital s’enfuyait de sa jugulaire, David resserrait un peu plus l’étreinte qu’il avait naturellement portée sur Riven. D’une main, il tenait celle de la jeune femme, comme elle l’avait demandé. À moins que ce ne soit celle d’Harry, qu’est-ce qu’il en savait ? Ses yeux s’étaient clos alors qu’il avait l’impression que son corps devenait aussi lourd que léger. Sa deuxième main était partie s’accrocher au dos de la Démente avec force mais sans violence. La douleur s’estompa rapidement, laissant bientôt place à une sorte de plaisir étrange voire malsain tant il semblait interdit. Interdit de presque apprécier sentir son sang bouillonnant fuir ce corps qui était trop faible pour en pomper un débit convenable. Interdit de cette relation charnelle insolite alors qu’Harry était à côté. Il eut alors l’impression qu’il poussa un gémissement de plaisir. Alors que son cerveau était de moins en moins approvisionné en sang, ses sens commençaient à ne plus lui répondre. Ses propres pensées commençaient à s’effacer au fur et à mesure qu’il se sentait partir dans une douce inconscience. Ou mort. Car son cœur avait bel et bien ralenti, mais le chirurgien ne voulait pas qu’elle s’arrête. Dans le peu de lucidité qu’il lui restait, il serra sa main, l’incitant à continuer. À l’achever. Ce serait une douce mort. Une mort agréable.

C’était une certitude maintenant : son corps commençait à perdre toute résistance. La vie le quittait en même temps que son sang s’enfuyait. Il avait envie de dire à Harry de ne pas faire la transfusion, de garder son hémoglobine pour lui, de ne pas s’embêter pour lui, mais il n’eut pas la force de lui parler. Sa tête tomba juste mollement sur l’épaule de Riven, silencieusement, les yeux clos et le teint livide, attendant patiemment de partir définitivement. Harry n’avait pas besoin de lui. Il retrouverait Felix et l’oublierait rapidement. Non, c’était un moment parfait pour partir en fin de compte.

©BOOGYLOU.