AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Dim 17 Aoû - 13:22


La Goutte d'Eau.







Je n'avais nul défense sous laquelle me cacher dans les ombres psychopathes de ce hall d'entrée dont l'espace de vide troublerait le plus froid des agoraphobes. L'atmosphère semblait se refroidir autour de nous comme une main gantée de glace qui nous aurait enserrer jusqu'au plus profond de notre organisme. Je sentais petit à petit les ombres s'éprendrent des bougies éclairant les murs. Ce n'était qu'une impression, mais soudainement une sensation de claustrophobie se fit dans mon esprit. Trop de mur, tout cela me rappelait les cachots dans lesquels ont m'enfermé pour avoir trop voulu jouer avec l'air frais de l'extérieur.

Sanité, tout s'était déjà effondré. Pureté, nul doute que celle-ci s'est échappée. Il n'y avait rien que je ne puisse faire à cette seconde pour fuir. Mais les paroles d'Erwan me clouaient au sol. Je semblais avoir trouvé un adversaire à ma taille en ce personnage qui semblait aussi bien manipuler l'analyse des personnes que moi. Agréable ou dangereux, ce nouveau challenge qui se présente à moi comme le dernier des remparts avant la fuite? Je me refusais à fuir devant lui, une question de fierté me l'empêchait. Mais à l'entendre, beaucoup de vérités transpiraient de ses mots. Oui, j'étais en quelque sorte un lâche.

Mais je ne tue pas les gens...je ne leur montre que le côté sombre d'eux-même. Ce n'est pas de ma faute s'ils sont incapables d'y faire face. Parfois, se connaître soi-même peut-être la meilleure façon de traverser les pires épreuves.

Alors que mes yeux devinrent fixes dans les airs, plantant leur vision sur un endroit du sol dont je voyais plus les contours, mon esprit devint plus brumeux encore. Je n'étais pas un lâche, c'était les autres qui se trouvaient être faibles. Personne ne peut comprendre par où je suis passé. Personne sauf une personne que je porte dans mon coeur. Les autres essaient de comprendre, mais ne font que compatir dans toute la plus grande transparence. Cet homme qui dit vouloir me connaître me fait bien rire. Les gens qui disaient vouloir me connaître ne faisaient ensuite que me rire à la face pour ne pas faire face à la terrible vérité de mon existence. Trop de choses à remettre en cause à leur goût. Je n'avais aucune envie de revivre le cauchemar de devoir prouver mon existence à quelqu'un d'autre. Ce n'était qu'une sale mauvaise étape. Preuve que jamais la confiance n'existerait en ce monde par simple altruisme.

De ce pays, j'étais le déchet de trop. Le coup de poker d'une famille trop moyennageuse pour comprendre que j'avais autant le droit à la vie que les autres. Mon apparence n'était nullement un frein au quête de pouvoir de mon frère. Quelqu'un m'avait-il demandé mon avis, quand on décida de me faire marquer du sceau impériale? Si l'on m'avait questionné, j'aurai tellement offert mon trône à mon frère plutôt que d'avoir eu à subir tout ça. Laissez-moi vivre...laissez-moi juste exister autrement que sous un masque. Je passe les doigts sur mon visage, me souvenant alors des dernières secondes de ma vie de prisonnier. Le masque de fer. Les ténèbres éternels pendant des jours, me refusant l'exécution pour être libérer de cette vie qui n'en était pas une. Si cet homme en face de moi était le seul coupable de la vie qu'il menait à présent, je n'en avais été que la victime, la victime des machinations du pouvoir. Pour quelques secondes de retard. Juste quelques secondes.

C'est alors que les dernières paroles d'Erwan me firent redresser la tête. Mon miroir, jamais. Mon visage montra toutes les facettes de l'inquiétude. Je ne pouvais plus mentir. Ce petit scientifique mythomane s'était emparé de mon propre jeu et voulait le retourner contre moi. J'ignorai même ce qu'il se passerait si jamais je regardais dans mon miroir. Je ne voulais pas le savoir. Au fond de moi-même, j'étais persuadé que regarder dans mon miroir m'apporterait la mort la plus douloureuse que je n'aurais jamais pu espérer. Regardant Erwan comme s'il venait de dire la pire horreur de ce monde, je mis une main sur mon torse, là où se trouvait le miroir que j'avais savamment caché dans les replis de mon manteau de velour. Non, tout mais pas ça. Pas cette épreuve dont je savais que je ne reviendrais pas sauf.

Allons...ne soyez pas ridicu...ridicule...si vous voulez me connaître, vous pouvez des questions. J'y répondrais à toute...mais je ne regarderai pas dans ce miroir.

Je me mis à reculer, non pas que je voulais fuir. Mais je voulais mettre le plus de distance entre l'homme qui se trouvait en face de moi et ce miroir que je gardais. Hors de question que je ne lui laisse qu'une seule seconde pour le récupérer et me le faire voir en face. Mais après tout, est-ce que le miroir peut marcher sans la poudre? Quand je l'ai découvert, j'avais bien regardé à l'intérieur. Mais c'était avant le manoir. Avant tout ce qui avait fait de moi la personne que j'ai été obligé à devenir, une Brute. Non, je me refusais à regarder dedans. N'étant clairement pas à l'aise, je le regarda avec colère.

Je me connais déjà bien. Je peux même vous faire une biographie de ma personne si ça vous chante. Après tout, cela ne vous avancera à pas grand chose étant donné que personne ne vous croira. Si vous me croyez seulement vous-même.

Jouer sur la curiosité de son histoire pour le faire oublier le miroir. Joker.

©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Jeu 4 Sep - 10:50


La Goutte d'Eau.

Erwan était sidéré par ce que disait Hamish. Mais, vraiment sidéré. Il n’en croyait pas ses oreilles. Il ne lui semblait pas possible qu’on puisse dire quelque chose ainsi sans s’être parfaitement stupide. Pourtant, son interlocuteur ne semblait pas être le dernier des idiots mais là, ça atteignait un degré consternant. Il n’était pas un lâche mais il s’amusait à montrer les côtés sombres des gens ? C’était ridicule ! Erwan en était bouche-bée et fixait toujours la Brute avec effarement. En ce moment précis, le charlatan se demanda ce qu’il faisait ici, à lui parler. Il se passa la main sur le visage et détourna le regard, comme si la vision d’Hamish pouvait lui faire dire des choses aussi stupides. Puis la Brute reprit la parole et Erwan n’aurait jamais pu être plus consterné. C’était ridicule que de lui demander de regarder dans son miroir ? Qu’il se connaissait suffisamment et qu’il répondrait à toutes ses questions. Le charlatan n’y croyait pas. Et son interlocuteur semblait avoir perdu tout son côté imposant. Il essaya alors de l’amadouer en faisant croire qu’il ne croirait pas son histoire comme personne ne la croit quand il la raconte, apparemment. Erwan ricana avant de relever la tête et regarder Hamish dans les yeux avec un air arrogant.

- Donc si je vous suis bien, personne ne me croira parce que ne vous croit déjà pour commencer. Mais je ne suis pas comme tout le monde, vous l’avez dit vous-même. Je peux faire croire n’importe quoi à n’importe qui.

Son sourire s’élargit pour devenir presque mauvais, continuant de planter son regard dans celui de son interlocuteur d’une façon si insistante que la Brute était obligée de le soutenir le plus bravement dont il était capable. Ce fut Erwan qui détourna les yeux pour afficher un air encore plus prétentieux, tout en ricanant. Son sourire disparut néanmoins.

- Je crois que vous me prenez vraiment pour un con.

Les traits de son visage étaient redevenus sérieux et ses yeux s’étaient de nouveau portés sur son interlocuteur.

- Je vous ai dit exactement la même chose tout à l’heure. Que je ne me connaissais suffisamment et que je n’avais pas besoin de regarder dans ce miroir. Mais vous m’avez forcé à le faire. Alors, vous allez le faire vous aussi. À moins que vous ne soyez trop lâche ?

Il haussa légèrement les sourcils et un sourire provocateur s’afficha sur ses lèvres. Il pouvait toujours lui sortir un bobard pour le forcer à regarder dans son foutu miroir. Le menacer de l’humilier s’il ne se pressait pas à jeter un coup d’œil à sa partie sombre. Le mensonge comme quoi il était le frère de Rockwood fonctionnait plutôt bien. Il fallait qu’il veille à ne pas en abuser mais en attendant… De toute façon, que craignait-il face à cette Brute qui tenait plus de l’Amnésique paumé ? Il faisait partie de la crème de ce Manoir et c’était presque s’il se mettait pas à pleurer sa mère parce que le méchant Scientifique voulait lui faire regarder dans son propre miroir… Pathétique.

- Je vous conseille de regarder dans votre miroir, pleutre. Sinon, je me ferai un plaisir de raconter à tout le monde comment Monsieur est trop lâche pour regarder dans son propre miroir alors qu’il est responsable de la mort de plusieurs personnes !

Il continua de sourire avant de prendre un air triste et désolé. Il soupira doucement et secoua légèrement la tête.

- Et que dira mon frère s’il apprend que l’un de ses bras droits est un parfait couard…? Il serait déçu, non ? Vraiment déçu. Mais, j’ai une belle preuve pour vous démontrer que vous êtes le dernier des lâches. On dit que le courage, c’est d’affronter ses peurs. Or, vous avez vraisemblablement peur de regarder dans ce miroir. Donc vous n’avez pas le courage d’affronter vos craintes. Donc vous êtes un lâche. Un gros lâche qui tue des gens en pensant les aider. Vous êtes le dernier des abrutis en fait. On ne dirait pas comme ça, mais c’est assez flagrant.

Il soupira et fit un nouveau sourire désolé.

- J’espère pour vous que vous êtes célibataire… Sinon, je plains votre dame. À moins qu’elle soit comme vous ? Non, non, c’est impossible. Je crois qu’on a atteint le fond, avec vous.

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Ven 5 Sep - 11:34


La Goutte d'Eau.






J'avais tenté de jouer un joker parfaitement ridicule, mais c'était bien la dernière carte de ma manche avant que je n'élance ma dernière chance de m'en sortir sans trop d'égratignure. Autant sur ma peau que dans mon orgueil. Jusqu'ici, j'avais conservé un certain flegme dans mon comportement, une terriblement longue nonchalance sans nom. Mais là, c'était clairement par un ennui flagrant que je me tenais ainsi à moitié voûté en arrière, la tête relevée dans un semblant de tenu. Voilà que les débuts de cette rencontre avait pu se montrer intéressant, mais là, ce n'était purement et simplement qu'une perte de temps. Cette petit chose qui se pensait si importante ne cessait de gesticuler dans tous les sens. Son nez se mouvait d'une manière particulièrement ridicule à chaque fois qu'il parlait. Ou plutôt, qu'il sortait son venin d'une manière si acerbe qu'il pouvait sans doute penser qu'il allait m'atteindre. Ainsi, il pouvait faire croire n'importe quoi à n'importe qui ? C'était un détail d'importance qui aurait grandement servi à une Brute. Mais il n'était que petit scientifique. A moins qu'il ne soit une Brute. De ce petit détail sans importance, il venait de m'en appendre autant sur lui que lorsque j'ai observé le reflet de son regard sur le miroir. C'est un parfait mythomane. Ne pas croire ce qu'il dit, donc. Un être dans lequel on ne pouvait avoir aucune confiance. Parfait. Je m'en accomoderais. De toute façon, ce hérisson se trémoussait avec tant de ridicule qu'un léger sourire blasé se posa sur mon visage au fur et à mesure de ses paroles. Cause toujours, tu m'intéresses. C'était un peu exactement l'expression que pouvait rendre mes traits. Il faut dire que cette phrase lancée d'une manière presque menaçante avait fini par lui faire perdre toute crédibilité. Moi aussi je pouvais faire croire n'importe quoi à n'importe qui, grâce à mes illusions.

Un long paragraphe sur le fait que j'étais un lâche, voilà donc ce auquel j'avais droit. Je poussai un rire de mépris, ainsi il semblait vraiment vouloir faire une analyse de mon comportement via le simple fait que je n'osais regarder ce miroir. Une fierté en moi que je ne pensais pas connaître se dressa dans mon être. Hamish, réfléchis. Bien que tu sois renié par ta propre famille au rang de joker, tu restes tout de même un Strathearn. Il en va de ton honneur. Car bien que mon identité ne soit connait que de très peu de personnes, je ne supporterai pas que mon image soit ternis aux yeux de ces peu de gens auquels mon coeur a donné raison. Il soupira l'espace d'une seconde et j'en profita pour faire d'une voix amusée:

C'est bon, vous avez fini ?

L'accusation qui suivit me fit prendre une profonde respiration, quel idiot. C'était plus que ma patience ne pouvait supporter, et pourtant je savais qu'elle était sans fin. D'une poigne violente, je le saisis d'une seule main au bord de sa chemise et le surèleva contre un mur non loin. Le contact qu'il y eut entre le mur et son corps fut brutale, mais c'était bien le cadet de mes soucis. Frappant alors de mon autre poing le mur, je ne ressentis aucune douleur dans mes nerfs. Mon squelette en acier m'empêchait de ressentir la moindre douleur.

Je vais regarder dans ce miroir. Mais si vous vous avisez de vous moquer une fois de plus d'une personne de mon entourage, je vous promets de vous le remettre devant les yeux. Cette fois, je n'aurai aucune pitié, j'agirai de manière à ce que vous vous poignardiez.

Car oui, j'avais fais preuve de pitié. Je voulais voir comment il allait analyser son côté sombre. Mais j'aurai très bien pu le pousser au suicide pendant son observation. C'était si simple, si facile à faire. Cependant, poursuivons. Il était évidemment hors de question que je regarde dans mon miroir. Du moins, non avec la bonne poudre. Bien heureusement, je possédais dans mon autre poche une autre poudre, celle-ci n'ayant aucune propriété particulière, n'étant pas encore mélangé comme il le fallait avec d'autres ingrédients. Je me recula de ce scientifique hérisson et prit mon miroir dans mon manteau de velour. Dans ce même vêtement, je me saisis également de la poudre inoffensif. Me la jetant aux yeux d'un geste vif et sans remord, j'observa la surface polie du miroir. Des tâches de sang s'y trouvaient encore incrusté sur les bords. Que voulez-vous, se poignarder devant un miroir, cela pouvait laisser des traces. Il fallait que je pense à le nettoyer un jour. Mon reflet m'apparut alors dans la plus grande simplicité qu'il était possible d'obtenir. J'observa les contours de mon visage, les nuances de couleur blanchâtre qu'avait ma peau, la forme de mes yeux tombants comme ceux d'un pauvre chiot suppliant, la couleur indescriptible que l'on pouvait y trouver. Tout était là. Fronçant les sourcils comme pour faire croire que j'y voyais quelque chose, j'avalai ma salive. S'il était un menteur parfait, je pouvais faire de même avec les illusions.  Me redressant après quelques minutes, je rangeai mon miroir dans son drap et frottai mes yeux irrités par le sable. J'approchai de sa personne et siffla contre son visage d'un air presque condescendant:

Êtes-vous maintenant content ?


©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Mar 16 Sep - 11:45


La Goutte d'Eau.

Erwan se dit qu’il avait peut-être un peu trop provoqué Hamish qui, malgré sous les airs calmes de celui-ci, semblait finir par sortir de ses gonds. Il faut dire que cela faisait plusieurs minutes que le charlatan l’insultait et le traitait de lâche. C’était peut-être à moitié vrai ou à moitié du bluff, mais il comprenait que la Brute finisse par atteindre sa limite. Que sa patience soit portée à bout. C’est pourquoi Hamish se saisit de lui et le plaqua contre le mur avec force. Erwan eut le souffle coupé et ne put s’empêcher de gémir doucement de douleur quand sa tête vint heurter le mur. Le visage grimaçant, il reporta rapidement son attention sur la Brute à quelques centimètres de son visage. Son agresseur le fit méchamment sursaute quand il frappa le mur de son poing, ayant d’abord pensé que ce coup aurait pour son visage. Ayant du mal à respirer à cause de l’étreinte d’Hamish, Erwan rentra son cou dans ses épaules, s’accrochant à l’avant-bras de la Brute. Cette dernière en profita pour la menacer une dernière fois. Menace à laquelle Erwan n’y accorda aucune crédibilité. Il se moquait généralement des menaces, etc. Il n’en faisait souvent qu’à sa tête. En fait, il n’en faisait toujours qu’à sa tête.

Hamish finit par le lâcher, gardant néanmoins un œil sur lui. Le charlatan le regarda alors avec un air curieux. La Brute avait ressorti son miroir et sa poudre qu’il se mit dans les yeux. Erwan épiait les moindres faits et gestes de son interlocuteur, essayant de les comparer avec ceux de son agression. Et quelque chose le dérangea. Même si la poudre avait la même couleur, il lui sembla qu’elle n’irrita pas les yeux d’Hamish de la même façon que pour les siens. De plus, il ne vit aucune transformation sur le visage de la Brute. Pas de rage, pas de peine, pas même de l’autosatisfaction. Il demeura parfaitement impassible et cette impassibilité parut extrêmement louche aux yeux du charlatan Scientifique. Il eut alors un sourire amusé, convaincu que la Brute ait essayé de le duper. Mais ça ne marchait pas avec lui. Cependant, il perdit vite son sourire quand Hamish se rapprocha une nouvelle fois de lui pour lui demander s’il était satisfait. Erwan retrouva son sourire arrogant et amusé.

- Vous mentez autant que moi, très cher.

Aucune rage dans le visage d’Erwan, aucune colère. À quoi cela servait-il dans une situation pareille après tout ? La Brute était en position de force. C’est lui qui avait la supériorité physique et hiérarchique. Mais là, il était encore une fois dans une situation délicate. Car il venait de le provoquer une fois de plus et il allait peut-être se prendre un coup dans le visage. Il entendit alors quelqu’un hurler de douleur. Un hurlement qui déchirait les tympans et les oreilles. Erwan regardait toujours droit dans les yeux d’Hamish tandis que le cri finit dans un horrible gargouillis et cessa. Ils venaient d’entendre un homme et ceci fit prendre conscience à Erwan. Il pouvait mourir à tout moment dans cet endroit, Scientifique ou pas. Alors autant profiter des derniers moments qu’il lui restait et faire des choix qu’il ne regretterait pas. Autant s’amuser un peu. Il sourit en songeant à l’idée qu’il avait eue pour Harry mais qu’il n’avait pas réalisé en raison de son brusque changement d’humeur. Mais là, il avait le champ libre. Et Hamish était suffisamment près. Sans prévenir, il passa une main dans ses cheveux pour approcher son visage de lui et l’embrassa avec fougue, portant même sa deuxième main sur sa joue.

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Mer 17 Sep - 8:52


La Goutte d'Eau.







Je n'attendais que sa réponse, qu'un oui pour m'échapper de cette endroit et pouvoir survivre à un autre imbécile qui aurait essayé de me surpasser. Ce n'était pas que je n'appréçiai pas l'impression de liberté que pouvoir offrir cette immense porte de bois, mais j'aimerai tellement voir autre chose à cette seconde. Surtout que ce petit imbécile commence à me taper sur les nerfs. J'approchai doucement d'un état si blasé que tout ce qu'il pourrait dire, que ce soit un oui je suis content ou un non tu fais chier espèce de lâche, tout me passera au dessus de la tête. Je suis désormais vide d'émotions en ce qui concerne ce petit hérisson teigneux. A sa réponse, j'esquissa un petit rictus et eu un dernier air que je voulais menaçant:

C'est ainsi que l'on survit.

Mais c'est alors que d'un coup, ce petit homme aux grands oreilles me saisit par l'arrière de ma tête, saisissant mes cheveux pour me rapprocher de lui. Pour trop me rapprocher de lui. Beaucoup trop. Mes lèvres touchent les siennes et mon cerveau...clairement s'éteint. Il n'était quand même pas en train de faire ce que je pensais...ce que je ressentais qu'il était en train de faire. Non, il se foutait définitivement de ma personne à ce niveau là. Impossible autrement. Je pense que je n'ai plus de neurones, ceux-ci ont désespéremment grillé à cette seconde, cherchant une explication à tout ceci. Je veux dire. Bien que je sois au courant que certains hommes préfèrent les hommes, tout comme les femmes certaines autres femmes -ne me croyez pas non plus sortit de ma cage en or, j'ai lu des bouquins moi aussi- et bien je ne m'attendais pas à ce que je rencontre une personne de ce bord-là ici. Voyez, ce genre de choses ne m'ont jamais vraiment attiré. Je suis quelqu'un...mmh...clairement attiré plus vers la gente féminine, mais même-là je suis très délicat dans mes choix de personnes. Bon, bien évidemment, je n'ai plus à choisir à présent, ayant déjà quelqu'un, mais voilà. Ceci n'empêche pas que je pourrai presque me sentir violé par ce baiser que je n'ai pas choisi. Je fronce les sourcils, mon cerveau se reconnecte. Juste assez pour reprendre le contrôle de mes membres et le repousser brutalement. J'écarquille les yeux, presque effrayé. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je n'ai absolument rien contre eux. Je souhaite juste qu'ils fassent leurs affaires de leur côté et qu'ils me laissent tranquille. ÇA par exemple, je n'en voulais pas. M'essuyant les lèvres, toujours choqué par l'expérience, je bégayai.

Je...je..je suis flatté mais...je ne suis pas de ce bord, non vraiment pas. Puis...puis j'ai déjà quelqu'un donc...donc non. Non, surtout pas.

Je m'écarte, d'un pas puis qu'un autre. La sortie, où se trouve cette sortie ? N'importe où, que ce soit vers les sous-sols ou l'étage, il me fallait une issue pour sortir de cette situation. Je ne voulais pas qu'il vienne davantage vers moi, pensant avoir réussi un palier. Puis bon sang, quelle était cette provocation ? Car depuis tout à l'heure, pas une seule fois il n'a cessé de me prendre en mépris, de s'amuser à me traiter de lâche, m'obliger même jusqu'à regarder dans mon miroir. Bien sûr, la poudre que j'avais mis à mes yeux avait également comme principe de me brouiller le regard, ce qui faisait qu'en réalité, je n'avais vu qu'une masse informe à la place de mon reflet et de tout ce qui m'entourait. Mais là, je ne voyais que trop bien ce qu'il s'était passé. J'essuie encore ma bouche et le regarde d'un air toujours aussi horrifié, ré-ajustant les pans de mon manteau, souhaitant garder de la dignité en redressant la tête.



©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Mer 17 Sep - 16:32


La Goutte d'Eau.

Au bout de quelques secondes, Erwan fut de nouveau projeté brutalement contre son mur, un sourire satisfait aux lèvres. Il devait avouer qu’il était plutôt surpris par la longueur de leur "baiser". Hamish ne devait vraiment pas s’y attendre. Il rit intérieurement, hésitant à le choquer plus que cela. Car il devait se le dire, son expression de malaise était jouissive et hilarante à voir. Fier de son coup, il croisa les bras et s’appuya contre son mur, se délectant des moindres expressions d’incompréhension de la Brute. Il avait réussi à le déstabiliser et il en était fier. Et même très fier. Il se contentait d’afficher un sourire satisfait mais à l’intérieur, il jubilait. De plus, Hamish baissait sa garde et son mépris. Cependant, même si l’incompréhension perçait dans le son de sa voix, il lui dit clairement de ne pas recommencer de l’embrasser parce qu’il ne voulait pas, n’était pas intéressé par les hommes. Lui non plus, généralement. Enfin, il avait une nette préférence pour les femmes. Mais il se souvint d’une fois, d’une expérience qu’il avait eue et il avait bien aimé. Il doutait fortement qu’il puisse tomber amoureux d’un homme mais pour un coup d’un soir, pourquoi pas. Enfin, si cela pouvait se passer dans d’autres circonstances que son rencard en tête à tête avec Harry. Quoiqu’il en soit, Harry n’était plus un problème pour le moment et Erwan préféra reporter son attention sur Hamish qui reculait tout en se rhabillant. Erwan continuait de sourire.

- Ne t’en fais pas, je comprends.

Son sourire s’agrandit et il cessa de s’appuyer sur le mur. Il regarda la porte qui menait aux sous-sols et soupira légèrement. Autant jouer le type déçu jusqu’au bout. Il s’approcha alors d’Hamish et le regarda d’un haut en bas. Il fit exprès d’arrêter son regard sur son entrejambe et d’avoir un petit haussement de sourcils impressionné. Il ricana encore, vraiment content de son effet de surprise, ayant même du mal à comprendre que ç’ait vraiment marché. Mais il ne s’en plaignait pas, loin de là. Hamish l’avait lâché et c’était bien mieux ainsi. En revanche il fallait qu’il arrête de jubiler. Il devait se reconcentrer et essayer de trouver un truc intelligent à dire. Ou continuer de jouer sur son brusque changement de comportement. Enfin bref, il devait arrêter d’être planter devant lui comme un con. Il lui sourit donc avant de lui dire d’une voix grave :

- À plus tard mon mignon, alors…

Il lui tourna le dos, son sourire pouvant devenir parfaitement moqueur et arrogant quand il se rappela l’air horrifié de la Brute et s’éloigna en sifflotant. Il remit un peu en place sa blouse et arriva devant la porte qui menait aux sous-sols. Il l’ouvrit et commença à s’engager. Il se tourna finalement pour regarder Hamish qui n’avait pas bougé et il lui fit un grand sourire charmeur. Puis, il lui fit un clin d’œil avant de le laisser seul dans le hall. Il voulait que cette Brute se souvienne de lui. Il voulait marquer son esprit. Et il n’hésiterait pas recommencer, tout ceci étant bien trop amusant.

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Rez-de-Chaussée :: Le Hall d'Entrée :: Mémentos Retrouvés-