AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
En savoir plus

MessageSujet: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Ven 1 Aoû - 21:36


La Goutte d'Eau.






Comment décrire indéfiniment le détour d'une âme dans les tréfonds d'elle-même? Elle n'a pas plus d'explications qu'elle pouvait avoir de simplicité. Et même maintenant que je me retrouve bloqué dans ce manoir dont j'avais rejoins les rangs par pur hasard, toutes ses réflexions trouvaient encore leur source en ma personne. Les bibliothèques étaient des endroits rêvés pour des gens comme moi qui trouvaient nombres de leur passion relaté dans les mystères de leur page. Mais pour une fois, ce n'était pas là où je traînais ma carcasse de monstre malgré moi. Que l'on me rappelle pourquoi j'avais accepté de venir ici...mais ce Rockwood est entrouvable. De toute façon, mieux valait ici que les cachots de la famille royale. Je mettrai ma main à couper qu'il n'existait pas une seule personne de ma famille qui ait pu approcher de près ou loin les sombres cachots des bafonds. Il suffisait d'en donner l'ordre, alors qui serait assez idiot pour le faire soi-même. Mais ces souvenirs n'étaient que ce qu'ils étaient, des souvenirs. Il ne restait plus rien à en tirer et c'était mon fameux miroir à la main que j'avançais dans les sombres couloirs. Le hall d'entrée apparut bientôt à mes yeux. Quel splendide porte, il n'y avait rien à redire là-dessus, le Maître -vu que c'est ainsi que les autres brutes le nommaient- avait du goût en matière d'architectures.

J'avais enroulé un habile tissu de soie, volé à une des chambres des étages au dessus, autour du miroir en question. C'était au cas où j'aurai pu croiser mon regard avec celui de mon reflet, chose que je refusais de voir m'arriver. Qui s'avait seulement ce qui pouvait m'attendre de cette création permettant d'observer le côté sombre des âmes? Je l'ignorais moi-même, je n'avais pas l'impression d'être un mauvais bougre. Je n'avais jamais tué personne de mes propres mains, et ma vie a plus de ressemblance avec celle d'une victime qu'autre chose. Enfermement, renie, déshérité jusqu'à la mort de mon frère, marquage au fer rouge. On peut dire que j'avais goûté à beaucoup de choses avant de trouver une certaine liberté dans la fuite. Mais j'étais de nouveau enfermer dans ce manoir et mis à part le fait que je devais faire du mal au gens (certes pas de mon plein gré et je ne le faisais pas de mes propres mains) mais ce manoir avait le don de changer l'âme des gens, le remplissant de ténèbres. Je n'avais pas envie de voir ce que le manoir avait fait de moi en cette seconde. J'avais des chances d'être rester un homme inchangé cela dit. Ce n'était le cas de tout le monde.

Non loin de cette porte, un homme semblait la regarder comme un appel à la liberté. Mon pauvre, si vous saviez. Même moi j'avais plus de chance de sortir d'ici. Mon squelette d'acier me permettrait de sauter par dessus les toits et de dire adieu à tout ce qu'il s'y trouvait en dessous. Mais voyez cela comme un désavantage. Il y a des gens ici que je refuse d'abandonner. Ici, j'ai pu me créer une identité. A l'extérieur, plus rien ne m'attends, sinon l'enfermement éternel, loin du ciel. Même ici je pouvais encore admirer les étoiles, que demander de plus? J'approche donc le dos de notre précieuse nouvelle victime et lui tapote les épaules en retirant doucement le tissu du miroir.

Voulez-vous voir votre reflet dans ce merveilleux miroir? On dit qu'il a le don de rendre splendide tout ceux qui regardent à l'intérieur.

Un merveilleux menteur, c'était en tout cas ce qu'il était. Certainement le seul qui pouvait faire concurrence à la mythomanie d'Erwan, bien qu'Hamish n'en était absolument pas au courant.


©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Dim 3 Aoû - 0:00


La Goutte d'Eau.

Erwan avait décidé de vagabonder dans le Manoir. Cela faisait plus de deux heures qu’il s’était retranché dans son laboratoire et il en avait déjà eu assez. Il était donc remontait au rez-de-chaussée et se trouvait désormais dans le hall d’entrée. Il ne sut trop où il voulait aller. Trouver un Amnésique pour lui faire un peu peur et jouer avec lui ? Par jouer, il entendant l’entourlouper. Non, il ne jouait pas comme la plupart de ses confrères ici qui prenait un malin plaisir à torturer leurs victimes. Erwan les dérangeait psychologiquement, mais il ne leur faisait jamais vraiment de mal ni ne leur laissait des séquelles. C’était bien la dernière chose que ces pauvres bougres méritaient… Il venait de sortir des sous-sols et entreprit de traverser le hall pour monter aux étages supérieurs. Il avançait d’un pas nonchalant, les mains dans sa blouse d’un blanc impeccable. Après tout, elle ne servait jamais vu qu’il ne pratiquait aucune expérience sur ses « cobayes ». Mais s’il voulait se faire passer pour quelque chose d’autre qu’un Scientifique, il devrait laisser sa blouse quelque part dans le coin, caché aux yeux fouineurs pour la récupérer plus tard. Alors qu’il cherchait une cachette, il s’arrêta alors devant la porte d’entrée. L’imposante porte d’entrée. Toujours les mains dans les poches, il leva la tête pour essayer d’évaluer la hauteur de cette folie. Rockwood voyait les choses en grand. Et cela se montrait même avec la première chose que vous voyez du Manoir : sa porte d’entrée. Porte que tous ici aspirent à passer dans l’autre sens. Erwan aimerait bien avoir un rayon de Soleil sur son visage autre que dans la cour du château.

Il soupira tristement avant qu’une main ne se pose sur son épaule et le fasse violemment sursauter. Il se retourna vivement pour voir son agresseur et vit un homme bien plus grand et un peu plus jeune que lui le regarder. Son reflet ? Dans un miroir ? Qu’est-ce que c’étaient encore que ces conneries ? Erwan regarda l’inconnu d’un air méfiant. Qui était-il ? Un fou ou un Gardien ? Ou peut-être autre chose. En tout cas, Erwan était pratiquement sûr qu’il n’était pas un Scientifique. Il connaissait à peu près tous ces collègues de vue et ce visage ne lui disait absolument rien. Tout ceci ne lui disait rien qui vaille. Il regarda brièvement la silhouette du miroir avant de plonger son regard dans celui de son interlocuteur, un grand sourire aux lèvres.

- Je suis navré mais je ne suis pas vraiment intéressé. Après tout, cela fait plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour certains, que nous sommes bloqués ici. Je pense que personne n’est agréable à regarder, aussi bon que soit votre miroir. Et de toute façon, je ne veux pas me voir, ça fait quarante ans que je le fais, je pense que je sais à quoi je ressemble. Mais merci de la proposition, monsieur.

Il lui sourit une dernière fois et lui tourna doucement le dos pour se remettre à regarder la porte. Il ne savait pas si l’ignorer était une bonne chose mais il n’en avait que faire. Et oui, il savait à quoi il ressemblait. Surtout depuis que tous lui trouvaient un air de ressemblance frappante avec un hérisson. Depuis que Downcry lui avait refait les oreilles. Il soupira très brièvement et tourna légèrement la tête pour voir du coup de l’œil si l’homme était parti ou pas. Il espérait juste qu’il ne fasse pas partie de ces Déments instables capables de devenir de véritables fous furieux à la moindre contrariété. Ceux-là étaient peut-être les seuls qui lui faisaient vraiment peur dans ce Manoir.


©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Dim 3 Aoû - 2:10


La Goutte d'Eau.







Il sourit à mes paroles, comme s'il trouvait quelque chose d'amusant dans la proposition que je venais de lui faire. Je ne voyais pas du tout en quoi cela était drôle. A moins que ce ne soit qu'un habile sourire de politesse, j'en voyais beaucoup à la cour, ce n'était pas ce genre de chose qui manquait. Les sourires sur le côté, que l'on se gageait à vouloir des plus sincères mais qui étaient particulièrement faux. Ces fameuses sorties à la cour. Rares étaient les moments où j'y étais invité. C'était bien souvent par négligeance de la part de ma famille que l'on m'y jettait sans trop le vouloir. Mais tout cela était à présent du passé, et même s'il fallait à présent que je trouve complètement ma place dans un monde totalement différent de tout ce que j'avais pu trouver à présent. Un environnement où certains semblaient encore plus perturbé que moi. D'autres avaient facilement réussi à rentrer dans le moule que le manoir leur avait présenté. Je pensais particulièrement à Ambroise, qui avait toujours réussi à se fondre dans une sorte de grandiosité permanente au milieu des endroits où il faisait receuil. J'aimerai pouvoir en faire de même, mais comment faire, moi le pauvre rebut de la famille royale, que personne ne connaissait pour soi-même mais uniquement comme étant le Dauphin. Observant mon interlocuteur qui ne semblait pas vouloir regarder dans le miroir de son plein gré, je discerna sur ses habits d'une grande blancheur. Oh, un scientifique. Qu'avais déjà dit Rockwood à ce sujet...? Je crois que c'était des mots par rapport au fait qu'ils étaient importants mais que l'on pouvait les "punir" s'il faisait mal leur travail. Je ne savais pas trop en quoi consistait leur travail, mais je n'avais fait qu'hocher la tête sans réellement y penser. Je n'étais pas de ces gens qui voulaient punir.

En attendant, l'idée que ce petit être aux oreilles de hérisson ait pu aussi facilement détourner ma suggestion me porta à la curiosité d'en apprendre davantage sur lui. Je prie dans ma poche une poignet de cette poudre bleu céruléen que j'avais toujours sur moi et m'approcha de lui.

Oh, ne pensez pas que vous échapperez à votre reflet. Personne ne peut échapper à soi-même. Ne voulez-vous donc pas connaître l'être que vous êtes sous les apparences? Allons...venez...

Je lui glissa des mots d'une subjection malsaine, me dégoûtant presque moi-même d'en arriver à de tels extrémités. La poudre bleu glissait encore entre mes doigts, essayant de fuir jusqu'à l'intérieur de ma poche. J'usais de ma voix de prestidigitateur, celle que j'avais acquise par biens des années d'expérience dans la rue en tant qu'illusionniste. Il fallait bien faire quelque chose de sa vie pour échapper à la mort. J'approcha encore une fois le miroir de son visage.

Vous verrez des choses que vous n'avez encore jamais vu sur vous-même. Je vous le promets. Vous apprendrez de vous-même.

S'il refusait encore une fois, je serais obliger d'user de cette poudre. Véritable drogue de soumission qui rendait le sujet complètement transparent à tout ordre. Il sera comme attiré par le miroir et n'osera plus remettre en question ma demande. A travers l'orbite de son regard, je pourrai découvrir le reflet de ce qu'il verra dans la glace. Afin que jamais mon propre regard ne rencontre la surface de ce miroir.



©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Dim 3 Aoû - 12:52


La Goutte d'Eau.

Les pas de l’homme s’approchèrent de lui et il put désormais le voir à ses côtés. Erwan retint un soupir désespéré et agacé. Cet inconnu ne pouvait-il pas tout simplement le laisser tranquille ? Qu’avait-il, à absolument vouloir qu’il regarde dans son foutu miroir (qui n’était même pas beau, à son goût, d’ailleurs). Il le prenait pour quoi exactement ? Une gamine de la cour qui n’aspire qu’à se faire belle pour son futur prince charmant. Il n’était pas dans un conte pour enfants, enfin ! Et puis, est-ce qu’Erwan avait vraiment l’air d’être quelqu’un qui se souciait de son apparence ? Il ne s’était pas coupé les cheveux depuis qu’il était ici par totale négligence et grande flemme. De plus, il voulait cacher ses oreilles pointues. Preuve qu’il se souciait un minimum de son apparence… Mais raison de plus pour ne pas regarder son reflet. Il n’avait pas envie de voir ses foutues pointes que Downcry lui avait greffées de force et contre son gré. Erwan soupira quand l’inconnu insista. Comment ça, personne ne peut échapper à soi-même ? Il ne voulait pas regarder dans ce foutu miroir, il ne le ferait pas, point final. La tête légèrement penchée, son regard consterné et agacé regardait fixement la porte devant lui. Puis, il soupira une nouvelle fois et se prit l’arrête de son nez entre deux doigts.

- Mais bon Dieu, qu’est-ce donc que vous ne comprenez pas dans « non » ? Je ne veux pas regarder mon reflet pour l’instant, merci ! Et si ça peut vous rassurer, j’en ai aussi dans mon laboratoire, donc je ne vois vraiment pas l’utilité de regarder dans le vôtre !

Même la voix de l’inconnu ne lui plaisait pas. Elle était grave, malsaine. Erwan sentait que l’homme était louche et celui lui donnait encore moins envie de parler avec lui. Ce type devait être sans aucun doute possible un dément. Le Scientifique pensa alors à quelque chose. Et si, ce Dément devenait agressif quand on ne voulait pas regarder dans son miroir…? Ses yeux tombèrent sur la main de l’inconnu qui jouait avec une sorte de poudre bleue. Qu’est-ce que c’était encore que ce bordel…? Il voulait juste jouer avec un Amnésique, pas se faire agresser par le plus fou d’entre eux ! Et le voilà qui redisait qu’en regardant dans ledit miroir, on en apprendrait plus sur nous-mêmes… Cet homme le prenait vraiment pour un con. S’apprendre de lui-même, c’était la meilleure. Il n’avait pas besoin de connaître quelque chose de plus sur lui, il savait parfaitement ce qu’il faisait et pourquoi il le faisait. Il se connaissait suffisamment pour pouvoir prétendre ne plus rien à avoir à découvrir. De toute façon, ce genre de charabia psychologique ne l’avait jamais vraiment intéressé. Il soupira une nouvelle fois et repoussa d’un geste nerveux, comme quand on repousse un insecte qui nous tourne autour, le miroir qui ne s’était trouvé qu’à quelques centimètres de son visage, tout en faisant quelques pas en arrière, trébuchant sur le pied de l’inconnu, faisant secouer la main de celui-ci qui tenait la poudre.

- Vous êtes vraiment et particulièrement agaçant, mon cher. Laissez-moi tranquille et allez embêter quelqu’un d’autre avec vos conneries.

Il remit les pans de sa blouse en ordre pour essayer de se donner un petit air supérieur. Il lui lança un regard plutôt noir tandis que s’il renifla rapidement et nerveusement. Il tourna ensuite les talons et se dirigea vers le sous-sol. Cette rencontre ne lui avait même pas donné envie de continuer son vagabondage. Erwan détestait être abordé comme ceci. Cet homme était juste un parasite comme il y en avait partout. Il pensait principalement aux vendeurs d’ustensiles qui ne marchent que quelques jours, des religieux fanatiques et autres nuisibles. Erwan les détestait. Et il n’allait sûrement pas apprécier cet homme s’il continuait à le harceler avec son stupide miroir.

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Mer 6 Aoû - 13:08


La Goutte d'Eau.






Je continua de lui tendre le miroir afin qu'il en découvre la surface de son regard. Il était hors de question qu'il me passât en dessous du nez pour l'unique raison que je n'avais pu être assez persuasif. Gardant encore ma poudre dans la main, je fis passer sa surface craquelante et agréable sur ma paume. On pouvait presque dire que cela me détendais. Quand bien même l'autre en face de moi semblait particulièrement intéressant à gratter de l'intérieur, je me refusais à faire preuve de violence. Cette dernière émotion est une extrêmité auquel je ne peux me résoudre. Celle dont j'ai été victime durant ma jeunesse m'a bien fait comprendre qu'on ne peut obtenir ce que l'on veut pas la brutalité. C'est donc presque malgré moi que je porte cette désagréable étiquette de Brute. Le Maître de ce manoir semble avoir des raisons de me garder en vie, ainsi que une agréable position de supériorité contre tous les autres habitants de cette maison de fou. Mais quand il refusa encore une fois mon offre de regarder son âme dans ce miroir, l'intérieur de mon torse se pinça d'une émotion désagréable. On m'avait rarement tenu tête comme cela. Les âmes faibles de cet endroit n'attendaient pas longtemps avant de regarder et de mourir de leur propre main, trop terrifié de ce qu'ils voyaient. Je comprends alors que c'est un scientifique. Si j'avais été un gardien, j'aurai passé mon chemin, comprenant là que le morceau était bien trop gros pour mon domaine. Mais je n'en étais pas un, j'étais une Brute, et qu'importe si ce petit hérisson voulait me donner un ordre, je n'allais certainement pas le suivre.

Il marcha sur mon pied, fit tomber ma poudre. Qu'allait-il faire de plus pour essayer d'exciter ma colère? Je pris ma respiration, bien profondément. Le scientifique commença à remonter les pans de sa blouse et partit dans mon dos, voulant bien me montrer que je n'avais nullement d'intérêt à continuer de le "harceler". Elle est bien bonne celle-là. De déchet familiale à illusionniste, voilà maitenant qu'on me prenait pour un charlatan. Le voyant partir, je me retourne et soupire de lassitude.

Cette poudre est un ensemble très complexe de sédiments et d'herbes, il va me falloir des jours pour en refaire une comme ça! Vous les scientifiques n'avaient vraiment aucun respect pour ce qui ne tournent pas autour de votre travail !

Non pas que je commençais à hausser la voix pour montrer une possible supérioritée. De même que je n'allais pas utiliser ma naissance pour le faire changer d'avis. Une certaine frustration commençait tout de même à monter en moi. M'arrangeant pour faire rapidement le détour de la salle et me remettre en face de lui, je leva mon miroir dans sa direction. Le maintenant droit avec une force qu'il ne pouvait soupçonner, je monta l'objet jusqu'à face à son regard.

Vous allez regarder dans ce miroir. Vous allez le regarder, vous ne pouvez pas vous en empêcher. Vous savez qu'il va vous offrir toutes les informations que vous avez jamais désiré sur vous-même.

Un résidu de poudre trainait dans la poche de mon manteau. Je n'hésita pas à en prendre une toute petite parcelle entre mes deux ongles et j'en lança une petite part dans les yeux du Scientifique hybride. J'observa alors attentivement son regard, le blanc de ses yeux pour en vérifier chaque parcelle du reflet que l'on pouvait y trouver. Mes mots me manquaient sous l'impulsion fugace de la colère. Il avait joué de ma frustration et de ma curiosité, et ce n'était pas dans ce que j'appréciais le plus. Non-violent, oui. Mais bisounours, certainement pas.


©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Ven 15 Aoû - 13:41


La Goutte d'Eau.

Erwan entendit l’autre rouspéter pour sa poudre et il ne put s’empêcher de soupirer légèrement. Qu’est-ce qu’il en avait à faire de sa poudre de perlimpinpin ? Dans le pire des cas, il pouvait toujours la ramasser par terre, elle n’était pas non plus tombée dans un trou ou dans du feu. Elle était parfaitement utilisable encore, quelque soit son usage. Et puis, il n’avait pas fait exprès de la faire tomber. C’était lui qui lui cassait les pieds avec son foutu miroir (qui n’était pas beau d’ailleurs) alors, oui, il voulait s’en aller et il n’avait pas vu la main, dommage. Fin de l’histoire. L’inconnu lança une insulte à l’égard des Scientifiques. Les lèvres pincées, le regard fixant un coin de mur quelconque, il entendit les pas de l’homme se rapprocher pour lui faire face à nouveau. Il lui mit encore une fois l’hideux miroir devant le museau mais ses yeux fixaient avec férocité et mépris ceux du harceleur. Et il reprit la parole, commençant à lui donner des autres et à essayer d’affirmer ce qu’Erwan désirait. Ceci parvint à arracher un sourire à ce dernier tout en baissant les yeux et en secouant la tête de droite à gauche. Les bras croisés et avec un léger rire, il releva son regard vers l’homme. Son sourire disparut.

- Je ne veux pas regarder dans votre foutu miroir ! Je n’ai rien à apprendre sur moi-même !

Mais au moment où il finissait sa phrase, l’inconnu lui lança sa maudite poudre bleue. Et ce dégourdi réussit à la lui envoyer dans les yeux. Ceux-ci devenant irrités, Erwan se baissa rapidement comme si l’attraction terrestre ferait tomber les grains de ses yeux. Dans un grognement de douleur, il se frotta doucement les yeux. Bien évidemment, il n’y avait pas d’eau autour pour se les rincer et enlever cette douleur atroce de ses yeux. Les paumières closes avec force, il continuait de se les frotter avec douceur (mine de rien), sans que cela soit bien efficace.

- Mais ça va pas ?! Vous êtes complètement malade ! Faut vous faire enfermer !

La douleur commençait à passer légèrement comme si les grains fondaient. C’était extrêmement désagréable mais ses yeux ne lui firent plus mal. En revanche, sa tête commença à lui tourner légèrement et il fut pris d’une nausée. Il releva la tête en soupirant, se sentant bizarre et assez mal. Il regarda l’inconnu dans les yeux une dernière fois avant de dire sur un ton dur :

- Vous avez intérêt à me laisser tranquille après.

Et il regarda la partie réfléchissante du miroir. Il y vit son propre reflet. Ses yeux rougis et larmoyants à cause de la poudre. Mais c’est alors que son image commença à paraître plus jeune jusqu’à avoir son visage de ses dix-sept ans. Soit c’était l’humidité de ses yeux qui déformaient ce qu’il voyait, soit l’homme l’avait drogué. En tout cas, intrigué, il continua de le regarder avec impassibilité. Son reflet lui sourit alors et le regarda de haut, comme pour lui reprocher quelque chose. Il savait parfaitement ce qu’il avait fait quand il avait l’âge de son image dans le miroir. Son frère, sa belle-sœur, l’école… Il avait créé un joyeux mais funeste chaos autour de lui. Il avait trahi son aîné pour éviter d’aller en prison aussi. Maintenant, il était sûrement mort (enfin, sachant qu’il n’était pas encore né à l’époque où Erwan se trouvait…) ou alors, devenu complètement fou à cause de l’enfermement à perpétuité. Et Maria. Son unique amour. Morte trop jeune avant d’avoir pu revoir son mari et de voir son fils. Erwan avait foutu en l’air la vie des trois personnes les plus chères pour lui. Son frère, sa belle-sœur et son fils-neveu. Il ne saurait jamais comment l’appeler, celui-là. Perdu lui aussi dans le Manoir… Oh il se détestait pour ce qu’il avait à sa famille... Et il se haïrait toute sa vie. Et pourtant, ce n’est pas pour ça qu’il arrêtait de se comporter comme le gros lâche qu’il était. Tous les moyens étaient bons pour sauver sa peau, quitte à laisser celles des autres derrière. Il était… immonde et égoïste. Ne cherchant toujours qu’à s’amuser, il se foutait bien de ce que pensaient les autres après avoir été humiliés. Car même si ce n’était jamais quelque chose de bien méchant qu’il faisait, il ne songeait absolument pas que cela puisse blesser l’orgueil des autres. Mais il s’en moquait. Il était un lâche doublé de la plus parfaite des ordures.

Ses poings se serrèrent ainsi que ses dents. Il inspira profondément et releva fièrement le menton. Il savait ce qu’il était. Il l’avait toujours su et continuait de vivre avec. Parce qu’il n’était qu’un sale égoïste de merde qui continuait de s’amuser, ne regardant jamais derrière lui. Il soupira. Il fallait qu’il se sorte cela de la tête. Tout de suite. Il ne voulait plus y penser. Lâche. Sa tête pivota légèrement sur la gauche, comme si les mauvaises pensées aller sortir de son oreille, attirées par la gravité de la Terre. Bien évidemment il n’en fut rien et les mots « lâche » et « connard » continuaient de tourner en boucle dans son crâne comme une mauvaise chanson. Il ferma les yeux et chercha à faire le vide, fourrant ses mains au plus profond des poches de sa blouse blanche. Il soupira. Ressorti une main pour se la passer sous le bas du visage. Il tapota nerveusement du pied avant de souffler encore une fois pour se calmer, se détendre. Il repensant à l’homme en face de lui qui devait se délecter de sa nervosité. Autant ne pas perdre la face. Il braqua brusquement son regard dans ses yeux clairs avant de dire d’un ton agacé.

- Vous êtes content ? J’ai regardé dans votre miroir et je n’y ai vu que mon reflet.

Il eut un sourire hypocrite rendu presque malsain par sa nervosité. Il inspira légèrement avant d’attendre une ou deux secondes avant de dire d’une voix aiguë :

- Puis-je savoir votre nom, s’il vous plaît ? J’ai fait ce que vous me demandiez, à mon tour maintenant.

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Sam 16 Aoû - 11:34


La Goutte d'Eau.







Il se trouvait désormais en face de mon miroir, ne pouvant plus fuir son destin. Car c'était bien à cela que je le condamnais en le faisant regarder dans cet objet qui n'avait pas son égale dans toute l'histoire de l'Angleterre. Ce miroir était d'une délicatesse cousue par les plus grands maîtres d'un temps reculés dont je ne possédais ni la date ni les noms. Dieu savait pourtant que j'aurai voulu les remercier pour le cadeau qu'ils m'avaient fait à travers le temps. C'était un objet sculpté dans l'argent le plus travaillé possible, possédant des nuances de fontes d'un argent plus sombre. En effet, bien que l'on clame haut  et fort que la qualité se trouve dans l'argent ou l'acier le plus pur, on sous-estime bien trop la richesse d'une lame qui a été fondu dans divers versions de son propre métaux, afin d'en convenir à une qui supporte tous les temps et les époques. Ainsi, quand je le mis en face de ce miroir, je pouvais me dire qu'il avait de quoi être fier de pouvoir poser les yeux sur un objet aussi ancien et si bien entretenu. En espérant que cela reste ainsi, car la vie dans ce manoir n'était pas des plus facile. Comme je serai triste d'abîmer l'objet qui était pour moi le symbole de ma liberté.

L'effet de la poudre fit rapidement effet, je pouvais en sentir les effets d'ici. Retenant ma respiration quelques secondes pour ne pas me faire à mon tour droguer. Cette poudre avait en effet une composition de différentes herbes que l'on pouvait difficilement trouver dans la serre du manoir. Par chance, il me suffisait parfois de demander quelles plantes je voulais voir pousser pour que Rockwood en face venir. La délicatesse dont il fait parfois preuve avec moi me donne comme des haut-le-coeur, jamais encore on ne m'avait parrainné avec une telle attention. Il semblait faire parfaitement attention à ne jamais pouvoir me retrouver dans un cercueil. Peut-être était-ce pour ça qu'il fit transformer mon squelette. Pour que les chances que je meure retombent à proche de zéro.

Toujours était-il que les plantes se trouvaient là où elle devait être, je les recherchais autant que je le pouvais et n'hésiter pas à aller voir des scientifiques pour user de leurs ustensiles. Tout ça pour moudre les herbes, les associer à de la liqueur d'une composition tout à fait différente avant de faire brûler le tout pour le remettre à l'état de poudre. Une transformation qui pouvait bien durer trois à quatre jours. Aussi la poudre était-elle rare et à maîtriser avec précaution. Cet imbécile en avait fait tomber, il allait falloir que je gratte les pierres pour voir ce que je pouvais sauver. En attendant, regarde dans ce miroir et laisse moi voir le reflet de ton regard.

Ce que je ne tarda en effet pas à voir. De ses globes oculaires luisants, je pouvais voir que ses iris devenaient ternes, comme une glace sans tain, un véritable nouveau miroir où je pouvais voir le reflet du mien. Ce que je voyais était différent des autres, si j'avais pu voir du plus gore au plus innocent, celui-ci me semblait triste. Je voyais la curiosité qui tua le chat tiraillait son regard avec plus de force encore que si je l'avais attaché à une chaise pour l'y forcer. Je voyais le chaos, l'image d'un homme, d'une femme, puis d'un être plus jeune. Tout cela se mélangeait sans faire sens à mon esprit. Que pouvais-je tirer de cette histoire? Certaines étaient beaucoup plus facile à lire à travers le regard, il pouvait s'agir d'autant d'histoire de crimes ou de simplicité...ici, j'y voyais quelque chose comme...comme de la tristesse, de la trahison. L'aurait-on trahi? Non. Les émotions que je transmets avec le miroir ne sont pas des ressentis sur le personne en elle-même mais bien ce qu'elle émane elle seule. C'est donc lui qui a trahi. Et il regrettait. Je pouvais bien observer les nuances de haines qui se passaient comme une valse dans ses globes. Je pouvais même entendre la musique de sa tête, une litanie bien sombre que l'on ne pouvait pas mettre entre toutes les mains. Mais cependant, il semblait correctement s'en sortir avec son reflet. Beaucoup décident de mourir après avoir rencontré leur côté sombre.

Il me demande si je suis content qu'il ait regardé dans mon miroir, le tout avant de me demander mon nom. Je ne peux qu'hocher la tête en rangeant soigneusement mon objet dans son rouleau de tissu, prenant bien garde à ne pas regarder sa surface. D'une posture nonchalante et d'un regard surpris, je lui réponds en ces termes.

Je suis surtout content pour vous  que vous ayez survécu. C'est très rare. Cela prouve en effet parfaitement que vous vous connaissez très bien.

Je lui tendis une main en souriant chaleureusement. Il est vrai qu'à ce jeu-là, j'avais commis une petite erreur. Erwan n'avait nullement besoin d'être éclairé sur son côté sombre. Il avait déjà sa connaissance parfaite et entière, et ce serait à jamais son fardeau le plus lourd à porter.

Excusez-moi d'avoir douter de votre savoir intérieur. Je suis Hamish Of Strathearn, vous n'avez certainement jamais entendu parler de moi.

Je restai un petit moment sans bouger, n'attendant que sa réponse avant de murmurer.

Est-ce que vous saviez ce que vous faisiez? Votre âme accepte-t-elle le fait que vous ne soyez plus désormais qu'un paria pour les gens que vous avez aimé..? Mais au diable les âmes, je suppose...


©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Sam 16 Aoû - 13:55


La Goutte d'Eau.

Erwan fut plutôt surpris quand l’homme le félicita. Il arqua donc un sourcil. Il se connaissait bien ? Comment ça ? Comment l’inconnu pouvait-il savoir cela ? Il n’avait fait que regarder dans le miroir… Avec un air de méfiance sur le visage, il serra avec précaution la main, comme si elle était tendue pour lui tendre un piège. Ses yeux le piquaient toujours un peu à cause de la poudre, les rendant toujours larmoyants. Pourtant, ils fixaient toujours avec attention ceux de l’homme en face qui finit par s’excuser d’avoir douté de lui. Erwan ne comprenait plus. Il avait passé un test ou quelque chose dans le genre à son insu ? Il avait résisté à sa drogue ou quoi ? Puis, il dit son nom. Hamish of Strathearn… Le nom de famille lui était vaguement familier. Il le regarda quelques secondes avec insistance, cherchant au plus profond de sa mémoire la familiarité de Strathearn. Car contrairement au 75% des habitants de ce Manoir, il avait une excellente mémoire. Certes, cela venait du fait qu’il n’avait pas bu l’Amnesia et qu’il avait toujours eu une mémoire d’éléphant, mais il n’allait pas cracher là-dessus. Et une excellente mémoire n’est pas toujours pratique quand on veut oublier des choses compromettantes… Comme celles que venaient de lui rappeler Hamish. Comment était-il au courant de ça d’ailleurs ? Ces évènements se passaient dans un futur où il serait déjà mort. Et s’il lui disait ça, il passerait pour un fou. Enfin bref, l’homme savait des choses qu’il n’aurait pas dû savoir. Il baissa ses yeux qui devenaient plus larmoyants encore mais ce n’était pas à cause de la poudre cette fois-ci. Ses lèvres se pincèrent. Les trois visages de ceux qu’il avait tant aimé et qu’il avait pourtant détruit flottaient inlassablement dans sa tête. Traître. Lâche. Connard. Salaud. Menteur. Égoïste. Détestable.

Il tenta de chasser ces idées en relevant le regard et essaya de reporter son attention sur Hamish. Strathearn. Victoria. La Reine et le mari. La famille royale. D’une façon ou d’une autre, cet homme était relié à la famille royale d’Angleterre de l’époque. Erwan eut un rire nerveux. Ce type devait péter plus haut que son cul. Dans sa façon de se tenir, de parler, de faire son caca nerveux quand on lui refusait quelque chose. Cet homme était une caricature vivante. Le sourire d’Erwan s’agrandit tandis qu’il n’avait pas cessé de ricaner.

- Strathearn, hein ? La famille royale ? C'est ça... Et moi je suis John Watson, peut-être, hein ?

Il rit un peu plus franchement en se souvenant qu’à l’époque, les œuvres de Sir Arthur Conan Doyle n’était sûrement pas connues, ni même écrites. Son sourire s’effaça un peu. Si ce type faisait partie de la noblesse, qu’est-ce qu’il foutait à moisir ici ? De plus, Rockwood étant un Lord, les deux avaient probablement un lien. Il doutait fortement qu’un Prince ou un Duc, enfin, quelqu’un de haut-placé, dont une goutte de sang valait sûrement plus que la vie d’un amnésique, soit un Gardien ou Amnésique, justement. Non, ce type était très probablement une Brute. Erwan s’étonna alors. Il avait renvoyé chier une Brute ? Enfin bon, il n’avait pas l’air plus insulté que cela donc on va laisser passer et rien dire. Il soupira encore. Que Diable faisait-il donc ici ? S’amuser avec Rockwood à pourchasser de pauvres innocents afin de s’esclaffer bruyamment comme des hyènes afin que leurs rires malsains couvrent les cris de douleurs des victimes qu’ils égorgeaient comme des porcs ? Faire le guignol avec un miroir et balançant sa poudre magique dans les yeux d’autrui. Le XXème siècle approchant, il y avait sûrement autre chose à faire que de faire le pitre. Enfin, il pouvait parler lui, mais il n’avait pas du sang royal dans les veines. Il n’avait pas les moyens d’accomplir de grandes choses comme l’énergumène devant lui. Il se pinça l’arête du nez en soupirant une nouvelle fois avant de s’écrier un peu trop fortement et d’une voix aiguë :

- Vous ne pensez que vous avez mieux à faire ? Il y a des gens qui meurent ici ! Et de parfaits innocents ! Vous êtes probablement une Brute, c’est même certain ! Et de la famille royale ! Vous ne pouvez pas bouger votre cul de bourge pour empêcher ce massacre !? Au lieu de faire chier les gens avec votre stupide miroir et de vous acharner sur des inconnus ! Je ne vous ai rien fait, je ne vous connais pas et j’ignore parfaitement comment vous avez pu savoir ça sur moi, mais vous n’avez pas à le savoir en tout cas ! Ça ne regarde moi et que moi uniquement ! Allez faire quelque chose de votre vie putain !

Il fit un demi-tour nerveux, lançant un bras en arrière avant de se tourner de nouveau vers Hamish. Il allait craquer. Il n’en pouvait plus de faire l’ignorant. Il se devait de dire ce qu’il connaissait. Quitte pour être pris pour un fou. C’était plus fort que lui et de toute façon, il était en colère, sur les nerfs, à bout.

- Des gens vont mourir ! Des millions de gens ! Des femmes, des enfants, des vieux ! Et tout ça en moins de 50 ans ! Oui, monsieur, le XXème siècle sera sanglant ! Alors sortez de là et allez empêcher cette merde d’arriver ! Rendez-vous utile au lieu de faire de la merde !

Le dos légèrement voûté comme pour hérisser un quelconque poil (ou piquant vu que tout le monde s’amusait à le comparer à un hérisson), il le regarda furieusement, le souffle court. Ses paupières battaient assez vite, trahissant sa rage mais essayant de dissimuler les larmes qui étaient toujours là. Dommage qu’il n’eut pas un baril ou une chaise pour donner un coup de pied dedans, ça l’aurait soulagé grandement. Cependant, il ne bougea pas, se rendant compte qu’il avait vraiment tout balancé. Il continua de regarder l’homme sans rien dire. Qu’est-ce qu’il aurait donné pour savoir ce qu’il pensait… Ou être ailleurs. Dans son laboratoire. Et dormir. Ne plus penser à rien. Ne plus penser du tout.

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Dim 17 Aoû - 10:17


La Goutte d'Eau.







J'en avais terminé avec la vision de mon interlocuteur, il n'y avait rien que je ne puisse faire d'autre. D'une habile connaissance de son propre côté sombre, il avait réussi à passer les filets du piège mortelle que je lui avais tendu comme à tant d'autres. Mais ces derniers avaient parfois tellement mal réussi à comprendre et à admettre leur plus ténèbreux aspect. Ils y avaient pu observé les facettes des monstres les plus vils de leur imagination. Merci à cette délicate poudre. Si je n'avais pas ce merveilleux pouvoir, quel aurait été mon intérêt en tant que Brute? Il fallait se rendre à l'évidence, je n'aurai jamais pu atteindre un niveau d'horreur physique comme mon vieil ami Ambroise.

Rien ne me donnait plus de nausées que de faire du mal aux gens de mes propres mains. S'il n'y avait pas eu ce miroir et cette drogue, jamais je n'aurai pu devenir une Brute. Ce n'était que par ce pouvoir que j'avais obtenu la clémence de Rockwood quand celui-ci décida de m'enfermer ici. Et quand ce dernier avait une idée derrière la tête, plus rien ne pouvait l'empêcher de mettre au point son terrible plan. Que nous étions bien mal aisée d'être dans cet horrible endroit. Je pensais alors que j'allais disposer en un quelconque lieu plus délicat que celui-ci quand Erwan mit en doute mon engeance royale. Oh moins, en voilà un qui n'a jamais du voir le visage du Dauphin d'Angleterre. Un léger sourire se perla sur mon visage suivi d'un air d'incompréhension. John Watson? Oh, ça devait certainement être quelqu'un de connu en amérique. Oui, voilà, ça expliquerait aussi pourquoi ce jeune homme ne connait pas son visage. Il est américain.

Si vous êtes ce John Watson, je serai bien aise de pouvoir le deviner, mais il n'en ai rien. Cependant, je peux vous assurer que je suis bien de Strathearn.

Maintenant, j'étais piqué à la curiosité par l'attitude de ce scientifique. Riant d'exaspération, je le voyais bien petit à petit être rempli par la colère. Ce n'était pas difficile à voir. Restant calme, patientant alors de sa réponse. J'aurai pourtant bien envie d'aller voir ailleurs, mais quelque chose me disait que mon devoir ici n'était pas encore complètement fini. L'analyse par le miroir n'était qu'une première étape. Prenant une profonde respiration, je croisa les bras pour l'attendre. Mon manteau bleu nuit aux bouts de lambeaux descendaient jusqu'au sol, balayant la surface de leur finesse. Je reste d'un visage impassible devant lui, ne cherchant pas à accélérer sa reprise de parole, il n'y a rien de pire pour le dialogue, d'obliger quelqu'un à vous répondre rapidement, cela ne faisait que bloquer votre interlocuteur. Le manque de liberté en général encourage à l'insubordination en général, même dans les conversations. On aura plus rapidement fait de vouloir entrer en contradiction avec la personne qui commence à vous brider. Aussi attendais-je calmement qu'il entra dans sa prochaine parole. Ce qu'il ne tarda pas à faire avec la plus grande des colères. Ses paroles sont d'acides et certaines me touchent au coeur. Alors comme ça, on pense que j'ai eu le choix. Ah, comme il est drôle d'observer ce que les gens pensent de vous sans connaître. C'est de par votre richesse que l'on estime si vous êtes libre ou pas. Si seulement ils savaient que la richesse n'influence nullement ce paramètre, que sous les limbes de Rockwood nous étions tous égaux, jusqu'à la Reine elle-même. Je ne parlerai même pas de Dieu. Je prie la mouche, quand bien même je n'étais pas de ce genre. Vexé jusque dans ma fierté, je ravala ma salive et le regarda d'un air sombre et mauvais.

Vous ne devriez pas parler sans savoir. Je n'ai pas choisi d'être ici, contrairement à ce que vous semblez penser avant autant d'arrogance. Que je sois une Brute était la seule manière pour moi de survivre, tout comme vous d'être un Scientifique, bien que vous ne soyez en réalité qu'un charlatan qui sait aussi habilement mentir que moi. Ne m'arrêtez pas, je sais que j'ai raison, je l'ai lu à travers votre regard pendant que vous regardiez ce miroir. Vous m'accusez d'être un couard, mais vous n'avez pas hésité à vendre les gens que vous aimiez pour sauver votre peau ! Vous n'êtes qu'un hypocrite qui sacrifierait aussi bien mon âme que celle de la Terre entière pour le bien être de votre misérable existence !

Je serra péniblement les poings, n'attendant nullement une réponse de lui. Que faire de toute façon, il semblait avoir une idée tellement bien précise de tout ce qui l'entourer, une façon de voir les choses si obtues que j'avais l'impression de voir devant moi un butor maladroit et complètement sourd. Exaspéré, je l'observa continuer son ménage de colère jusqu'à ce qu'il revienne à moi avec une indication bien farfelue venant du futur. Je n'étais pas homme à écarter tout ce qui n'était pas scientifique. Mais venant de quelqu'un qui venait juste avant d'insulter mon honneur, disons que je n'étais pas parfaitement disposer à discuter avec lui de la manière de sauver un peuple qui de toute façon ne me reconnaîtrait jamais pour moi mais comme étant "le Dauphin".

Parce que vous croyiez que je peux sortir? Vous ne comprenez donc rien. Cette merde, comme vous disez si élégemment, n'est qu'une manière pour moi de rester en vie en attendant que cette fameuse famille royale ne se serve de moi comme un Joker dans sa manche.

Je commença à faire les cent pas à mon tour après avoir craquer mes doigts entre mes poings. Non, cet homme ne savait rien de ma situation. Il n'était qu'un lâche et venait me critiquer? Mais je pourrai également être considéré comme un lâche. A faire se suicider les gens plutôt que de les tuer de mes propres mains. Toujours était-il que ce petit hérisson commençait à me courir sur les nerfs. Je montra la porte d'entrée d'une main exaspérée.

Par delà ces murs, vous et moi ne sommes que des fantômes. Des être sans identités qui courent à travers les ruelles, glanant une existence qui n'est pas la nôtre. Vous ne connaissez rien à ma vie. Vous croyez qu'il suffit d'être né dans la famille royale pour être heureux. Quel manque d'imagination. Cela me surprend, pour un menteur et un traître.


©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini] Dim 17 Aoû - 11:48


La Goutte d'Eau.

Hamish dit qu’il n’avait pas eu le choix d’être ici. Qu’il faisait ça pour se protéger de sa famille où il ne savait quelle autre baliverne. Et voilà qu’il continuait de déballer sa vie comme s’il avait toujours été avec lui tout le temps, depuis sa naissance. Ce qui était vraiment impossible. Erwan le regarda d’un œil meurtrier, s’étant immobilisé parfaitement. Ses poings étaient serrés et il avait un léger sourire comme s’il prenait ça à la légère. Mais là, en réalité, il n’avait qu’une chose de le frapper. Le visage de son frère flotta dans sa tête et son regard sembla lui dire que pour une fois, il allait se comporter comme un homme. Il fit basculer nerveusement et lentement sa tête sur le côté avant de reporter son attention sur l’homme qui n’en avait pas fini. Et il ne cessait de répéter qu’être Brute pouvait lui permettre de rester en vie, qu’il n’avait pas le choix, etc. Erwan serra les poings. Il sentait la rage montait tout le long de son bras pour venir lui titiller la conscience. Le gêner psychologiquement. Que devait-il faire ? Le frapper ? Rester calme ? Non, il ne pouvait pas rester calme, il ne l’était déjà plus. Cet idiot et sa stupidité le tapait déjà trop sur les nerfs rien qu’en le voyant. Un sourire mauvais apparu sur son visage. S’il insupportait ainsi tous les gens qu’il rencontrait, il ne devait pas avoir beaucoup d’amis. Tout comme toi, Erwan. Tu es exactement dans le même cas que lui, à casser les pieds des gens qui t’entourent, quitte à saccager leur vie. Il respira profondément bien qu’il soit à bout. Il ne laissa pas Hamish finir de prononcer le mot traître qu’il s’écria violemment, d’une voix forte qui résonna dans tout le hall d’entrée :

- Si vous n’avez pas le choix, alors pourquoi vous continuez de faire chier les prisonniers ! Et ne me dites pas que ça ne tient pas qu’à vous parce que c’est parfaitement faux ! Au lieu de faire chier les gens, aidez-les à sortir ! De plus, vous n’aurez pas peur de vous faire surprendre par une Brute, vous en êtes une ! Depuis que je suis ici, je n’ai tué personne, n’ai ouvert personne et ça, je l’ai choisi ! Peut-être pas d’être le Manoir mais j’ai choisi d’aider les gens qui s’y trouvaient ! Je prends des risques, c’est vous le lâche, pauvre con !

Erwan poussa un cri de rage rauque à la fin de sa phrase et frappa l’air violemment. Au moins, là, il n’avait fait de mal à personne même s’il s’étonna d’être légèrement déçu que son poing n’ait trouvé aucun obstacle sur sa route. Il tourna le dos à Hamish en tapotant le sol de son pied, essayant de canaliser l’énergie agressive en lui. Il se pinça le nez et repensa à tout ce que l’homme savait sur lui. Il n’était pas censé savoir tout cela. Certes, il ne semblait pas en connaître les détails mais même. Personne d’autre que lui et son frère ne savait qu’il avait trahi ce dernier. Et personne d’autre ne devait le savoir.

- Qu’est-ce que ça peut vous foutre de toute façon, ce que j’ai fait dans ma vie ou pas ? Et en quoi ça vous regarde ? Je ne vous ai pas fait de tort aux dernières nouvelles alors foutez-moi la paix ! C’est ma vie et elle ne regarde que moi et pas le dernier glandu de la famille royale qui croit qu’il peut tout se permettre parce que c’est une Brute royale !

Il s’était retourné pour lui faire face lors de sa dernière phrase. Son sourire mauvais était réapparu sur ses lèvres fines et ses yeux se posèrent sur l’endroit où se trouvait le miroir rangé qu’il désigna du menton.

- Et si vous regardiez dedans, hein ? Je l’ai fait, pourquoi pas vous ? C’est juste un miroir après tout et vous allez apprendre à vous connaître !

Il se redressa et son visage afficha plus calme mais parfaitement ironique.

- J’ai aussi envie de vous connaître, vous savez. Parce que je me connais déjà suffisamment apparemment autant que je commence à essayer de connaître les autres, vous ne pensez pas ? Et vous, connaissez-vous vous-même avant de regarder chez les autres. Allez ! Regardez dans votre miroir.

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

La Goutte d'Eau. [ Strathearn & Daugherty ] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Rez-de-Chaussée :: Le Hall d'Entrée :: Mémentos Retrouvés-