AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I've got a Secret in Your Heart. [ Adler - Downcry - Williams ] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: I've got a Secret in Your Heart. [ Adler - Downcry - Williams ] [Fini] Ven 15 Aoû - 12:23


I've Got A Secret In Your Heart.

Harry s’arracha de son étreinte avec brutalité. C’était évident d’ailleurs. Vu dans l’état dans lequel il se trouvait actuellement, il n’avait guère envie du réconfort de son assistant. Celui-ci le regarda partir en vociférant dans le laboratoire. David soupira doucement et le suivit, la tête basse. Plus les secondes passaient, plus il avait la certitude que les jours qui arrivaient aller être durs. Peut-être même plus durs qu’il ne pouvait se l’imaginer. Car Harry était dans un stade de rage intense mais cela allait probablement évoluer. Qui sait s’il n’allait pas devenir complètement hors de contrôle ? Fou de rage qu’il serait impossible à raisonner ? Pire que ces déments ultra-violents que l’on pouvait croiser dans les couloirs. Ou pire que ces infernales Brutes, ces machines à tuer qui ne le faisait que pour le plaisir d’avoir du sang sur les mains. David regarda Harry d’un air inquiet. Il savait que lors de la première disparition de Felix, il avait vécu une longue descente aux Enfers, régi par une soif de violence et de souffrance totale. Là, c’était la deuxième fois que l’horloger lui filait entre les doigts. Et quelque chose lui disait que la violence ne serait pas la seule à répondre au rendez-vous. La dépression ? Ses épaules s’affaissèrent en pensant aux fortes chances que ce soit elle, le prochain stade. Mais bon, il était chirurgien, pas psychologue, cela ne servait à rien de se faire des scénarii dans sa tête. Le plus important pour l’instant était de soigner le pied d’Harry. Mais ce dernier, dans son insanité, lui demanda si c’était lui qui avait tué Felix. David lui jeta un regard plein de pitié et d’incompréhension. Un regard attristé et compatissant qui se voulait inquiet pour son amour.

- Harry… Je ne sais pas ce qui est arrivé à Felix… Je dormais et je n’ai pas bougé de mon lit… Je n’ai rien entendu non plus… Mais je te promets que je t’aiderai à le retrouver.

Il baissa les yeux sur le pied de son supérieur. Il avait retiré les petits bouts de verre avec une petite pince et entreprenait maintenant de désinfecter les plaies. Il mit un peu d’alcool sur un coton et tamponna doucement les coupures. Et pendant qu’il s’occupait de soigner le pied avec douceur, tendresse et amour, il repensa à ce qu’Harry venait de dire. Que le coupable paierait. Qu’il souffrirait atrocement. David s’était arrangé pour ne pas le regarder dans les yeux, faisant mine d’être préoccupé par le pied. Il se demanda alors si son supérieur ferait la même chose pour lui s’il venait à disparaître brutalement. Est qu’il rentrait dans une rage intense et serait prêt à remuer ciel et terre pour le retrouver ? Tandis qu’il bandait le pied, il en doutait fortement. Il n’était pas Felix. Celui-ci avait toujours eu facilement. Il avait toujours été meilleur en tout. Il avait une femme qui l’aimait, une fille qui l’aimait aussi, une vraie maison, un salaire plus élevé que le sien alors que leurs travaux respectifs étaient complètement différents, que la chirurgie demandait plus d’aptitudes, plus de compétences. Et sur le papier, c’était mieux payé. Mais non, pas avec Monsieur Adler qui devait faire mieux que tout le monde. Comme si sa nymphomane de femme ne lui suffisait pas, il avait aussi Harry à ses pieds. Il avait toujours eu Harry à ses pieds malgré ce qu’il lui a fait. Jamais, au grand jamais, David n’aurait fait ça à son amour. Il ne serait pas parti en l’abandonnant. Mais le vétérinaire s’y accrochait encore désespérément. C’était la deuxième fois qu’il partait, il devait y être habitué maintenant. Le chirurgien retint un soupir en se relevant doucement. Les dents serrées, il essayait de lutter contre ces pensées jalouses qui le dévoraient. Felix était au centre de l’attention d’Harry, quoiqu’il fasse, quoiqu’il dise… David serait toujours au second plan et le visage de son amour ne semblait pas lui dire le contraire. Il lui tourna le dos pour ranger ses affaires et essayer de contenir des larmes de rage. Une fois que tout eut retrouvé sa place, il revint faire face à Harry.

- Qu’est-ce qu’on fait alors…?

Ses yeux se posèrent alors sur les traces de sang qu’avait laissé la cuisse de Felix. Harry ne les avait pas remarquées et un dilemme s’imposa à lui. Soit il en parlait à son amant, preuve de son innocence, soit il ne disait rien et laisser filer. Mais maintenant que le pied d’Harry avait saigné. Quoique, en y regardant de plus près, le sang de Felix était sec. Il était encore frais, mais plus sec que celui du Scientifique, évidemment. David fit mine de froncer les sourcils et s’agenouilla à côté de la tache.

- C’est le tien…?

Il passa un doigt sur la minuscule flaque et regarda ses doigts. Le sang était venu lui teindre très légèrement la peau.

- Il a quelques heures… Tu avais eu un patient hier ? Autre que… lui…?

©BOOGYLOU.





Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: I've got a Secret in Your Heart. [ Adler - Downcry - Williams ] [Fini] Ven 15 Aoû - 14:24


I've got a Secret in Your Heart.



Je resta sombre, sans le moindre épiphénomène de vie en mon cœur et en mon âme. Pas une seule étincelle dans mon regard que l'on pouvait comparer avec celui d'une statue. Plus une seule nuance d'expression dans les muscles de mon visage. Je ne bougea pas d'une seconde, attendant juste qu'il finisse d'arranger mon pied. S'il ne fallait que ça pour qu'il me laisse tranquille. C'est alors qu'il me répond ne pas savoir ce qui lui ait arrivé mais que nous pourrions aller le chercher. Retourner le chercher alors que je l'avais déjà fais pendant des semaines après sa première disparitions ? J'y avais laissé une partie de ma santé mentale, pour ne pas dire une grande partie. Et je ne l'avais retrouvé que grâce à David.

Maintenant que Felix était de nouveau reparti, est-ce que tout pourrait recommencé ? Repartir à sa recherche jusqu'à en crever, puis revenir se perdre dans les bras de David ? Non...je n'en pouvais plus, je ne voulais pas. Mon cœur se brisait, persuadé que finalement jamais je ne vivrais cet amour passionné pour lequel mon cœur est inexorablement vivant. J'étais condamné à retenir mon cœur, à ne plus vivre qu'un amour tendre mais qui ne me transporterait pas au septième ciel. Cela ne serait plus qu'un amour de remplissage. Quand je lui ferai l'amour, cela ne sera que pour lui faire plaisir, ou soulager mes envies. Est-ce que je serai capable d'y retrouver le même amour que j'avais pu avoir pour lui, alors que Felix semblait être mort à mes yeux ? Maintenant qu'il était bien vivant à mon esprit, je ne pouvais plus l'imaginer mort. Je n'avais que cet espoir fou en tête qu'il revienne. Plus rien ne me donnait d'envie. Plus rien. J'avais l'impression d'être mort à l'intérieur, comme si désormais plus rien ne comptait dans ma miséarable vie.

Je n'avais plus qu'une envie, pleurer et se recrocqueviller contre moi-même. Ne plus exister. Comment ne pouvait-on pas comprendre ce sentiment magique qui tremblait dans mon cœur, le regarder avec juste complaisance et pitié sans vouloir comprendre que cet amour n'était autre que l'amour de ma vie. Serait-ce alors juste un mythe ? N'existerait-il pas ? L'amour ne serait-il que psychologique ou l'emprunt d'une véritable passion et d'union des âmes ? Cela nous prendrait tellement de temps à disserter sur la chose, et je n'avais plus la force. Quand David me demanda ce qu'on allait faire, je n'étais même pas sûr moi-même de ce que je voulais faire. Mon esprit était tourmenté, mon cœur déchiré, toute ma personne se souvenait de cette situation comme étant pareil à celle de la première fois. Pourtant, la première fois, il était seul, terriblement seul, maintenant il avait David. Mais ce n'était qu'une maigre consolation. D'ailleurs, si l'on oubliait l'idée de consolation, ce serait en réalité une bien mauvaise chose qu'il soit là. Pour lui en tout cas. N'avez-vous donc pas oublier le monstre qu'il pouvait devenir ? Quand il était seul, il n'avait aucune peur de blesser quelqu'un qui lui était cher. Pensez-vous donc qu'il épargnera David dans sa colère ? C'était bien la dernière des choses à imaginer. Tellement naïf.

Pouvait-il seulement réussir à sauver mon âme ? Comment pourrais-je le faire moi-même ? J'étais perdu, complètement perdu. J'avais retrouvé une part de mon passé en Felix, une part  de cette instant magique où j'étais moi, où je n'étais pas fou. Où j'étais le gentil vétérinaire timide qui vivait seul avec des dizaines d'animaux. Détruit que j'avais été par le départ de Juliette, je n'étais pourtant pas devenu fou. J'avais réussi à passer outre ce départ. Mais je n'avais pas réussi à retenir la trahison de Felix qui fut la première étincelle de mon esprit partant en fumée. Désormais, je n'étais plus que l'ombre de ce souvenir. Restant un monstre sans âme mais avec une conscience torturée. Je hais tellement cet homme qui me regarde dans mon reflet. Alors pour compenser, je hais encore plus fort tout ceux qui m'entourent. Et je les torture. Je les torture.

David me montra alors le sang sur le sol, je sauta automatiquement sur mes pieds, ne sentant pas la douleur de celui-ci et poussa mon assistant pour m'agenouiller à mon tour, observant ce sang.

Oui...je le reconnaîtrais entre milles...j'ai assez longtemps pu l'observer...

Durant leurs jeux qui allaient parfois bien loin. Même s'ils s'arrêtaient toujours avant que cela ne deviennent dangereux. Je touchais délicatement la marque. C'était son sang. Le sien, celui de mon amour. Me relevant brutalement, je pris un parchemin et une plume. Il y en avait plus qu'assez.

On me l'a enlevé ! ENCORE ! Ces taches sont une preuve qu'on lui a fait du mal pour l'arracher loin d'ici ! Je n'en peux plus, je vais écrire une lettre à Rockwood pour lui dire que j'aimerai que l'on ne m'arrache plus mes cobayes durant mon sommeil. Ensuite, j'irai faire le tour de l'étage pour savoir duquel de ces enfoirés va subir de mon scalpel. Toi, tu peux rester ici.



©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: I've got a Secret in Your Heart. [ Adler - Downcry - Williams ] [Fini] Sam 16 Aoû - 11:13


I've Got A Secret In Your Heart.

David regarda Harry examiner le sang. Selon lui, il n’y avait aucun doute possible à avoir, c’était bien celui de Felix. Le chirurgien estima que la déduction de son amour était purement subjective, une goutte de sang ne pouvant être différente de celle d’un autre individu à l’œil nu sauf en cas d’une pathologie extrême. Et Felix, malgré les blessures sur son corps, ne semblait pas malade. Le vétérinaire le fit sursauter quand il se releva. Il commença à pester, crier, s’énerver, et avait décidé d’écrire une lettre à Rockwood. David arqua un sourcil en se relevant à son tour. Il doutait fortement de l’efficacité de cette méthode. Pourquoi Jeremiah écouterait sa demande ? Qu’en avait-il à faire, d’un dément égaré parmi tant d’autres. Felix n’était pas le premier à disparaître et Harry pouvait s’estimer heureux qu’il soit toujours en vie… bien qu’il ne le sache pas, certes. Mais David ne pouvait lui dire, cela porterait les soupçons sur lui. Il repensa à Rockwood quand Harry inscrivit son nom sur le parchemin. Le maître des lieux savaient tout ce qu’il se passait dans le Manoir. Ou du moins, c’est ce qu’on disait. Mais si c’était le cas, alors il savait ce qu’il avait fait à Felix et donc, par conséquent, à Harry. Car le Lord doit se moquer complètement du fait qu’il ait planté un scalpel dans la cuisse de l’horloger. Mais si Harry l’apprenait, Dieu sait ce qu’il pourrait se passer… Et ce serait parfaitement du genre de Rockwood que de semer la zizanie entre le Scientifique et son assistant juste pour son petit plaisir et son goût infernal du chaos. Cependant, il le regarda faire sans rien dire, jusqu’à ce qu’Harry lui dise de rester ici.

- Laisse-moi venir avec toi… On sera plus efficace à deux… Harry, s’il te plaît…

Il lui prit le bras avec douceur. David n’avait pas spécialement envie de vagabonder dans les couloirs du Manoir. Il n’avait pas envie de tomber sur des Brutes capables du pire. Mais si Harry trouvait réellement Felix, alors il était foutu. Même s’il avait laissé croire à l’horloger que le vétérinaire avait tué sa fille, il se doutait que cela ne suffirait pas à Felix pour fuir Harry. Ou du moins, ce dernier le rattraperait aisément, compte tenu l’état physique des deux hommes, l’un ayant été misérable et l’autre excellent. Il devait donc trouver le Dément avant son amour pour qui sait, l’achever cette fois-ci et s’assurer qu’il ne revienne pas. Jamais. Harry était à lui. Et à lui seul.

- C’est étrange quand même que des – désolé du terme – cobayes disparaissent comme ça… Je sais que c’est la deuxième fois que cela t’arrive avec la même personne… Je pense plus que le fait Felix ait été enlevé deux fois est une coïncidence mais si on nous vole les cobayes, il n’y a pas de raison pour que ceux des autres ne le soient pas… Ce que je veux dire, c’est qu’il y a un voleur qui traîne et Dieu sait ce qu’il serait capable de voler. Déjà qu’il vole les humains… Tu as une idée de ce qu’il pourrait leur faire ?

Il n’avait pas trop réfléchi à sortant cette hypothèse montée de toutes pièces et un peu bancale. Elle tenait la route, mais il avait l’impression qu’il en faisait un peu trop pour se faire passer pour le plus parfait des innocents. Peut-être qu’Harry ne remarquerait rien ? En tout cas, il se devait de le calmer… Toujours accrocher à son bras, de sa deuxième main, il lui caressa le dos. Il savait qu’il allait sûrement se faire repousser mais à quoi bon… Il avait envie d’être avec lui et de sentir sa chaleur contre lui. Malgré l’odeur de Felix qui semblait parfaitement à la peau et qui, mine de rien, lui allait bien. David serra les dents mais ne dit rien et posa sa tête sur son épaule, même si la présence de l’horloger se faisait encore plus sentir. Une odeur qu’il avait aimée, dans le passé, avant que tout cela n’arrive. Une odeur que tout le monde aimait et a toujours été un peu trop aimé à son goût. Felix allait arrêter de lui faire de l’ombre.

©BOOGYLOU.





Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: I've got a Secret in Your Heart. [ Adler - Downcry - Williams ] [Fini] Sam 16 Aoû - 12:05


I've got a Secret in Your Heart.



La rage s'emparait de moi, mais je faisais tout pour la contenir. Contenir cette haine qui se dispersait dans mes veines avec la précision d'une flèche brutale. Cette émotion se mélangeait à mon sang, disparaissait sous ma peau pour ne faire qu'un avec la totalité de mes muscles. Cette tristesse qui ne pouvait même pas mériter le nom de tristesse, tant la sensibilité était bien au dessus d'une telle moiteur d'expression. C'était bien plus que de la tristesse. C'était un mot qui n'existait pas encore, mais qui était tout de même gravée dans mon cerveau par des lettres marqués au fer blanc que je ne pouvais pas lire, tant mes larmes brouillés ma vision. Ces mêmes larmes m'empêchèrent de terminer cette lettre qui se retrouva rapidement impossible à relire, tant ma mauvaise écriture due à ma rage et les larmes qui se fondèrent dans l'encre la rendait illisible. Je ne supportais pas de pleurer devant les gens, surtout pas devant les personnes les plus proches de moi.

Je froissa péniblement le parchemin d'un poing enragé, comprenant qu'il n'y avait plus rien à rechercher dans l'écriture de cette chose qui n'aurait de toute façon eut aucun écho. Mais que pouvais-je faire d'autre ? Dans une rage toute relative, j'essayais de me contenir et la seule façon que j'avais trouvé de le faire, c'était de me plaindre à l'autorité. Alors que cette dernière s'en foutait royalement, fallait voir les choses comme elle était. C'est alors que je sentis les bras de David autour de moi,  sa délicatesse et son amour, toute sa chaleur autour de mon corps glacé par la peur et la haine. Rapidement, son visage se mit proche du mien, par derrière mon dos. Ce contact qui aurait pu me calmer en toute situation ne me donnait maintenant qu'envie de l'écarter violemment. Ses paroles ne faisaient également rien  pour m'aider. Mais absolument rien. Comment ça, un voleur de cobayes serait dans les parages ? Qu'est-ce qu'il ferait à mon Felix ? La crainte de le savoir sous l'emprise d'un autre me rendait fou de douleur, encore plus que tout ce que je ne pouvais jamais imaginer.

Non, je ne voulais pas, je ne voulais pas. Surtout pas. Par pitié. Il n'y avait que moi qui pouvait avoir droit sur son emprise. Il était hors de question qu'un autre se mette entre nous. La tendresse de David m'était impossible à supporter. Je me releva d'un mouvement brutal, l’arrachant à mon étreinte sans pouvoir m'excuser. Les paroles se retrouvaient bloqués en deçà de ma gorge, rien ne pouvait me donner plus d'horreurs. Bordel, enlevez-moi d'ici, laissez-moi disparaître, pourquoi je devais toujours faire face à cette situation qui me donnait envie de ne plus faire qu'un avec la mort. Mon envie de tuer refaisait surface, il fallait que je me dépêche de sortir, trouver un stupide cobaye  que je pourrai déchiqueter à mains nues s'il le fallait pour écarter cette haine en moi. Je voulus hurler, mais même cela, je ne pouvais pas. J'approchai de la porte, mais David comptait me suivre, je ne pouvais pas. Il semblait vouloir que l'on reste ici à l'attendre, c'était aussi une bonne idée. Mais si je reste ici avec lui, il en pâtira. Qui sait si ce n'est pas lui que je risque de tuer ? Le sang me monta à la tête, jusqu'à mes poings, mes larmes brouillaient ma vie, une fois de plus. Je refusa de montrer jusqu'à mon visage à David, lui tournant le dos pour ne pas lui offrir le terrible spectacle de ma hantise. Je ne pouvais pas rester ici, il fallait que je fuis, et nul ne me suive. Laissant éclater d'un cri de rage, je m’écriai :

Tu veux qu'on reste ici hein ?! Je ne veux pas, je ne peux pas. Je dois le retrouver. Toi, je t'ai dis de rester ici, et tu resteras ici !!

Me retournant vers lui, je le saisis violemment par le bras et le traina jusqu'à sa chambre. C'était de cette force insoupçonnée que je possédais quand la rage s'emparait de moi. Nul doute qu'à cette seconde elle ne faisais pas que s'emparer de moi, mais également d'être une partie de moi. Je le jeta sur le lit, monta rapidement au dessus de lui pour défaire ma ceinture. Ne croyez-pas que je voulais faire quelque chose de particulier, certainement pas. Mon esprit embrumé n'y pensait même pas. Rapidement, je me servis de cette ceinture pour accrocher les poignets de David sur le haut du lit, avant de descendre.

JE T'AI DIS QUE TU RESTERAS ICI ! JE RETROUVERAI CET ENFOIRÉ ET JE LE TUERAI TU AS COMPRIS ! JE LE TUERAI !

Refermant la porte derrière moi, je ne la bloqua d'aucune clé ou d'aucune planche. S'il se détachait, il serait libre de sortir. Mais je ne m'avança pas à l'extérieur, non. Je n'en eu pas le courage. Soudainement, je venais de prendre conscience de tout ce que j'avais fais. Comme un éclair, je me revis au bord de la fontaine, avec ce même David que je venais de traiter comme un chien. Qu'est-ce que j'étais devenu ? Qu'est-ce que ce manoir avait fait de moi ? Qu'est-ce que Felix avait fini par faire de moi ? L'amour qu'il avait éprouvé pour moi, la trahison qu'il m'avait fait subir, par deux fois. A chaque fois qu'il semblait que je n'étais plus seul et que je pourrai faire ma vie, quelque chose me barrait la route. A présent, je me  mettais même à sacrifier la seule chose que je possédais pour retrouver un état d'esprit passé. Je ne savais plus du tout où j'en étais. J'aurai donné ma vie pour retourner dans ce lit, il n'y a même pas quelque heures, avec Felix. Maintenant, seul dans ce laboratoire, le dos contre la porte de la chambre de David, je me laissa tomber piteusement contre le sol et dans un dernier élan de haine, m'effondra en larmes des plus honnêtes.



©BOOGYLOU.



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: I've got a Secret in Your Heart. [ Adler - Downcry - Williams ] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

I've got a Secret in Your Heart. [ Adler - Downcry - Williams ] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Sujets similaires

-
» Kingdom Hearts : The secret key
» Cadaver Heart
» Team : Heart of Rathalos (ouverte à tous)
» [Vente] Secret Wars en blister.
» Oyez oyez, venez montrer comment votre père noël secret vous a gaté!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Laboratoires :: Mémentos Retrouvés-