AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I've got a Secret in Your Heart. [ Adler - Downcry - Williams ] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
admin schizophrène et dérangé
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: I've got a Secret in Your Heart. [ Adler - Downcry - Williams ] [Fini] Ven 1 Aoû - 20:41


I've Got A Secret In Your Heart.

Harry ne se fit pas prier une seconde de plus et Felix put alors sentir ses mains caresser son corps. L’horloger ferma doucement les yeux, soupirant de plaisir, un sourire léger aux lèvres tandis qu’il faisait courir ses mains sur son torse. Au grand bonheur de son corps, le Scientifique se remit à l’embrasser et Felix n’hésita pas à les lui rendre avec fougue. Il caressa alors le dos d’Harry avant de laisser partir une dans ses cheveux. Puis celles de son partenaire descendirent jusqu’à son pantalon et il interrompit leur baiser pour voir ce qu’il faisait. Ses propres bras qu’il ne semblait plus pouvoir contrôler griffèrent alors légèrement le dos du Scientifique. En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, les deux hommes se retrouvèrent nus et Felix devint légèrement nerveux. « Laisse-toi faire, ne t’en fais pas… Il ne va rien te faire de mal. » La voix de Tinky paraissait incroyablement douce, pour une fois. Peut-être qu’il devait se laisser faire et s’abandonner à Harry et ses caresses ? Faire confiance à Tinky, ce qui serait une grande première ? Que craignait-il ? Pas grand-chose, certainement. Il lui sourit alors et l’embrassa tendrement. Harry prit alors son membre dans sa main et le caressa doucement. Felix se sentit donc agréablement bander. Tous les gestes du Scientifique ne semblaient être qu’amour et tendresse. Il se demanda alors s’il se comportait aussi gentiment qu’avec ses patients… Probablement. Il soupira doucement de plaisir, sentant son membre durcir un peu plus à chaque aller-retour de la main d’Harry.

Il lui demanda alors la permission. La permission de le pénétrer comme Ambroise l’avait fait. Felix repensa à cet épisode avec douleur. Rien n’avait été agréable avec la Brute. Et il en avait gardé quelques séquelles pendant quelques jours. « Arrête de penser à Ambroise. Tu ne crains rien Felix, il ne te fera pas de mal. » Le dément hésitait encore à faire confiance à sa conscience qui avait souvent été une importante source de problèmes. Mais… Est-ce qu’il en avait vraiment envie après tout ? Il avait rencontré cet homme une heure auparavant et il était à présent nu contre lui, prêt à aller plus loin. « Si tu n’acceptes pas, je le ferai à ta place. » Ah… Bon vieux Tinky, fidèle à lui-même. Après tout, il avait sûrement raison. Les caresses d’Harry n’ont jamais été aussi agréables qu’une fois qu’ils furent peau contre peau. Felix prit donc une profonde inspiration et lui sourit tendrement. Il passa doucement ses mains dans son dos pour le caresser et écarta les jambes.

- Allez-y…

Il le regarda toujours dans les yeux avant de déposer un baiser sur ses lèvres fines. Puis, il regarda sa blessure sur le torse qui était loin d’avoir fini de cicatriser. Ce serait dommage que tout se rouvre, les empêchant de continuer. Et puis, il y avait toujours le souvenir d’Ambroise dans sa tête qui l’avait plus que violemment. Il se souvenait même que ses propres soirées au lit avec Amy étaient relativement agitées. Ils en avaient même cassé une porte, une fois. Étrange que sa mémoire ait gardé des détails pareils et qu’elle ait complètement oublié Harry. Mais si ce dernier voulait le pénétrer, qu’il le fasse avec la plus grande des tendresses. Qu’il le fasse avant tout avec amour.

- Mais… je... je ne veux pas de violence…

Il l’embrassa tendrement tandis qu’il sentait Tinky prendre possession des muscles de sa tête aussi. Il caressa le Scientifique un peu plus rapidement, rapprocha son bassin du sien. Les doigts qui courraient sur son dos commencèrent à le griffer légèrement. Felix, qui n’était plus maître de ses mouvements (ce qui était assez désagréable comme sensation), pouvait néanmoins sentir tout le désir de son corps. Il ne comprenait pas ce qu’il se passait, c’était comme si ses muscles et Tinky agissaient par automatisme. Comme s’ils avaient fait et refait ce qu’ils étaient en train de faire. Alors qu’il était complètement muselé par sa conscience, il s’entendit dire :

- Je t’aime, Harry.

Et il eut de nouveau le contrôle de lui-même mais n’osa pas bouger.

©BOOGYLOU.