AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

"Le Clair de Lune." [ Strathearn - Hodge ] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Le Clair de Lune." [ Strathearn - Hodge ] [Fini] Mar 29 Juil - 18:40


Le Clair de Lune.






Mes paroles sont volontairement brumeuses et en même temps, je ne peux m'imaginer faire plus explicites à travers elles. Le vent souffle encore, d'une brise si légère qu'elle bouleverse encore une fois la musique intérieur de mon esprit. Rien n'a su le briser. Sa voix, calme, m'expliquant que c'était bien par la vue qu'elle le connaissait et non par la rencontre. Je suis un peu rassuré, c'était toujours ça de pris, quand on savait à quel point nos deux comportements sont terriblement différents. Lui s'est très rapidement épris des méandres de la cour. Les lourds protocoles, le destin qui sied à tout nouveau roi, il a tout assimilé dès son plus jeune âge et s'en vante. C'est particulièrement ce tempérament de prétentieux qui nous différence. Quoique...je dois avouer ne pas être en reste quand il s'agit de mes passions, l'alchimie et les illusions. Mais lui...c'est un narcissisme dérangeant, presque malsain tant les splendeurs de la richesse l'ont ébloui. Il se serait fallu de peu pour que je le qualifie même de méchant. Après tout, je ne le cotoyais pas suffisament pour dire beaucoup de choses de lui.

Mais le pire ne tarda pas à se produire. Non, pas réellement le pire dans le fait qu'elle finisse par comprendre ce que j'essaie de lui faire comprendre. Mais dans sa réaction. Son visage palit en une seule seconde, une expression de surprise, et même...de peur, domine ses traits. Au fur et à mesure qu'elle perd son sourire, je commence à perdre le mien, transformant ma moue en inquiétude. Mon regard passe de sa figure au couteau et de cette même lame au cercueil. Bien sûr, je suis stupide. Si je ne mentais pas, elle venais de faire un acte abominable devant un homme qui n'avait qu'à lever le petit doigt pour la faire exécuter. C'était ce que l'on pouvait appeler une raison suffisante d'avoir peur. Cependant, cette réaction me blesse. La musique devient plus triste et plus lente, s'accordant aux battements de mon coeur. Alors qu'elle se redresse, me regardant comme si j'étais un monstre, Camille expose la fausse-vérité que tout le monde connait bien trop. J'hésite entre rire et soupirer. Il y a tant à dire sur ce fait. Finalement, je fais les deux tout en me levant. Je lève une main dans sa direction, ne souhaitant pas la faire fuir. Dans le pire des cas, c'est elle qui a un couteau, pas moi.

Je vous en prie...n'ayez pas peur...je comprends parfaitement ce que vous dites. Oui, je sais que l'on raconte depuis toujours que le Dauphin est fils unique mais...c'est ce n'est pas vrai. J'en suis la preuve vivante. Je suis...je suis son frère jumeau.

Assez difficile à gober comme histoire, je vous l'accorde, mais ce n'est pourtant que ça. J'abaisse mon bras, un air suppliant de nouveau dans le regard. Je ne veux pas qu'elle s'enfuit. Avec elle, j'ai l'impression de ne plus être seul. Elle peut accepter mon histoire, j'en suis persuadé. Du moins je prie pour, car si elle ne le peut pas, jeune fille au cimetière, alors qui d'autre le pourrait? Personne. C'était du moins ce qui me martyrisait l'esprit à cette seconde là.

S'il vous plait...Camille...restez. Laissez-moi vous expliquer...je vous promets de disparaître avant l'aube, afin de vous laisser fuir...pour moi, il sera trop tard.

©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Le Clair de Lune." [ Strathearn - Hodge ] [Fini] Mar 29 Juil - 21:22


Le Clair de Lune.



Il esquisse un geste du bras dans ma direction – et je recule d'un pas. Je crains un instant qu'il ne veuille se saisir de moi, ou quelque acte de ce genre, et je suis à deux doigts de brandir mon arme pour le frapper. Ni son rire ni son soupir ne m'aident à décider quoi penser de tout cela. Je l'écoute donc, sans mot dire, l’œil sombre. Ses regards ont quelque chose de triste et de suppliant qui me suggèrent d'accepter l'explication qu'il me réserve, mais... Il faut bien qu'il ait conscience qu'à mes yeux, ils remet tout de même en cause l'Histoire d'Angleterre contemporaine. J'aimerais tellement pouvoir vous croire, Hamish – si tel est réellement votre nom. J'aimerais tellement. Mais... Le frère jumeau du roi ? Vivant caché, ou autre explication du même acabit ? Je me mords la lèvre avec acharnement, cherchant quoi dire, quoi faire. La chasse à la chair morte m'est complètement sortie de l'esprit. Mon cœur voudrait que j'aie confiance en ce jeune homme et en ces propos. Mon cerveau, plus rationnel, m'incite à la méfiance. Je tente de retrouver une contenance, mais, lorsque ma voix s'élève à nouveau dans le froid nocturne, elle est loin de laisser transparaître l'assurance que je souhaiterais montrer. Trop faible. Trop fluette.

« Monsieur... Qui que vous soyez... Admettez que ce que vous me dites là est assez difficile à croire. Expliquez-vous autant que vous le souhaitez, je ne peux pas vous accorder moins, mais... Je ne suis pas sûre non plus de pouvoir vous accorder plus. »

J'ai choisi de me cantonner à la prudence et de ne pas trop m'avancer dans mes discours. Je ne puis pourtant m'empêcher d'éprouver, quelque part, une discrète pointe de remords. Car si ce que ce jeune homme s'efforce de m'avouer est la vérité, alors mes paroles risquent de le blesser. Bien plus que je ne le voudrais – mais comment, comment puis-je le croire sur parole ? Nous sommes à présent au cœur de la nuit, dans ses heures les plus froides, et je sais que je ne vais plus pouvoir m'attarder des heures. Au point où je suis rendue, je devrais déjà ranger mon attirail et déguerpir, mais je n'ose pas bouger. Je me contente de serrer le couteau contre moi, le plat de sa large lame appuyé contre mon ventre, tremblant légèrement tandis que la bise glacée s'infiltre sous les pans de mon manteau. Quelque part, je prie pour que vous puissiez me convaincre. Je ne sais pas comment vous pourriez prouver votre identité, mais je vous en prie, faites-le. L'idée de m'être trouvée de telle façon devant notre futur roi ne promet rien de bon à mon avenir.








©BOOGYLOU.



AND LET'S TRANSCEND BIOLOGY - OUR ARCHAIC HUMANITY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Le Clair de Lune." [ Strathearn - Hodge ] [Fini] Mar 29 Juil - 22:06


Le Clair de Lune.







La nuit se fait de plus en plus glacée, nul doute qu'il n'y avait pas meilleur horloge pour nous indiquer que l'heure ne tournait que bien trop. Bientôt, j'allais devoir fuir, que j'ai ou non réussi à la convaincre. Qu'il serait dommage d'en terminer ici. Je ne veux pas lui dire adieu. Pas sans avoir eu la certitude de pouvoir la compter dans mes pensées. Je jette un coup d'oeil à la lune, celle qui protège les magiciens et les secrets de l'au-delà. J'espère qu'elle me regarde en cette seconde et qu'elle me donnera le talent d'orateur dont je vais avoir besoin. Sa voix traverse la nuit et fait écho à sa fraîcheur. Si frêle et délicate que j'eus un sourire de compassion malgré l'inquiétude brûlante qui me déchirait le coeur. Mais les paroles qui s'échappèrent de cette voix ne me firent que déglutir davantage. Evidemment, à quoi pensais-je? Qu'elle allait accueillir ma bonne volonté les bras ouverts, baissant les armes et venant prendre le thé avec moi sur le toit d'un de ces mausolées? Il ne fallait pas y compter, elle est bien trop intelligente pour baisser sa garde à cette seconde, encore plus qu'à une autre. Qu'est-ce qui me permet de dire cela? Mais voyons, il faut être d'une grande intelligence pour venir braver les cimetières en pleine nuit! Ou une grande inconscience. Probablement les deux. Sa lame est toujours présente devant mes yeux, collée contre son corps, en mince protection. Je sais malheureusemnt qu'il s'agit d'une protection contre moi.

Hamish...Hamish Conan Of Strathearn...c'est mon nom complet...si vous voulez le savoir. Je comprends que ce soit très difficile à croire...tellement romanesque. Mais c'est pourtant la vérité...je suis né quelques minutes après mon frère.

Je me détourne pour m'approcher de la tombe sous laquelle Camille était en train de "travailler". D'une main je l'empoigne pour monter dessus, me tenant en équilibre précaire mais plutôt sympathique. Tout cela me donne une allure tellement majestueuse. Ha, il faut bien se contenter de peu. Je m'assoie sur le marbre froid et plonge de nouveau mon regard dans les prunelles de la jeune femme.

Hors, le trône ne peut appartenir qu'à un seul Roi, nous sommes d'accord? Imaginez alors la panique de la famille quand ils ont remarqué que nous étions indiscernables l'un de l'autre...Ils ont décidé de me renier. Depuis ce jour, je n'ai plus eu le droit de sortir. Enfermé. A jamais.

Je regarde l'une de mes mains que je place devant la subtile lumière de la lune, admirant ses impeccables miroitements. Fermant le poing, je le ramène jusqu'à devant moi, l'air contri. Je n'ai plus peur à présent. Mon coeur semble devenir plus léger au fur et à mesure que je me dévoile à cette jeune femme dont je ne sais rien mais qui pourtant attirer ma sympathie plus que quiconque. Je l'observe d'ailleurs en cette seconde, de ce regard triste de chiot perdu que l'on me disait toujours avoir. Je ne savais pas vraiment à quoi il pouvait ressembler d'ailleurs. Pourquoi je lui mentirai d'ailleurs? Je n'en avais aucune raison.

Mais comme vous le voyez, je sors parfois la nuit pour visiter l'extérieur. Des fois je rencontre le peuple...et à ces moments là je prenais la place de mon frère. Vous...Vous êtes la première à qui je m'ouvre, Camille.

©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Le Clair de Lune." [ Strathearn - Hodge ] [Fini] Mer 30 Juil - 9:51


Le Clair de Lune.



Je. Ne. Sais. Absolument pas. Quoi. Penser.


Bien entendu, ses discours se tiennent. Ils sont parfaitement rocambolesques, mais cohérents. Le frère jumeau du Dauphin, renié par sa famille – et par le monde – du fait de son impossibilité à trouver une place qui lui convienne dans cette arène qu'est le gouvernement. Dangereux de par sa ressemblance bien trop frappante avec l'héritier royal ; même une demoiselle peu renseignée telle que moi ait été capable de m'en apercevoir. Comme mon vis-à-vis l'a dit de lui-même, il s'agit là d'une explication pour le moins romanesque, mais je ne peux pas la rejeter en bloc. D'autant plus qu'il me semble relativement sincère – bien plus que la plupart des nobles que j'ai rencontré, en tout cas, et que son regard profondément triste, s'il m'inspire une compassion certaine pour sa situation – qui est horrible, soyons honnêtes, fendrait le cœur à plus sensible que moi. Mais le temps  fuit, implacablement, et je n'ai pas la possibilité de me perdre plus avant dans son regard. Glissant à nouveau le couteau dans ma besace – je ne risque plus grand-chose, il me semble, je décide de m'en tenir à sa version des faits. Pour le moment.

« Très bien. Je vous crois. Vous semblez sincère. Pourtant... J'aimerais que vous soyez capable de me prouver ce que vous avancez. Je n'ai pas tout à fait écarté l'idée d'avoir écouté les propos d'un aristocrate de très haut rang jouant de son identité, calculateur et manipulateur. Bien que je ne voie pas à quoi cela vous aurait avancé. »

Je lui offre un bref sourire alors qu'il est toujours juché sur la pierre tombale – mais il me semble être moi-même en assez mauvaise posture pour critiquer les actes prétendument bizarres de mon interlocuteur. Reprenant la pelle entre mes mains, je m'occupe maintenant à remblayer la terre qui recouvrait le cercueil avant que je ne profane la tombe. Jeune homme, j'aimerais beaucoup continuer la conversation – qui semble pour de nombreuses raisons terriblement surréalistes – mais je crains ne pas pouvoir rester encore bien longtemps à hanter les cimetières. Pourtant, ce n'est pas que je manque de questions. Que faites-vous de vos journées ? Êtes-vous d'une utilité à la famille royale ? Pourquoi ne vous a-t-ton tout simplement pas éliminé à la naissance ? Etc. Mais beaucoup sont probablement assez choquantes, et je n'ai réellement pas le temps de prendre un autre parti que celui de me taire et de rendre à la tombe son aspect premier.








©BOOGYLOU.



AND LET'S TRANSCEND BIOLOGY - OUR ARCHAIC HUMANITY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Le Clair de Lune." [ Strathearn - Hodge ] [Fini] Mer 30 Juil - 11:55


Le Clair de Lune.







Son sourire retrouvé me redonne à moi-même ce petit trait d'esquisse à mon visage. C'est une façade de douceur qu'il est bien trop difficile de perdre, son absence blesse le coeur plus sûrement  que beaucoup d'émotions. Je l'observe en contrebas s'acharner à remettre la terre en place pour ne laisser aucune trace de son passage parmi les morts. Ses gestes sont précis, ne laissent nul place au doute et possédent en cela une aura...rassurante. Je ramène les pans de mon manteau vers moi, redoutant le vent qui se faisait chaques minutes un peu plus fort et plus froid. La musique dans ma tête avait reprise, et avec cela une implicite envie de danser. Comme si nous en avions le temps. C'était ridicule. Je me retrouve donc à ne plus bouger, assis sur cette pierre tombale. Ce n'est pas la plus désagréable des postures. J'y reste jusqu'à ce que Camille se mette à parler. Ses paroles sont un baume sur mon coeur qui me font instantanément retrouver un sourire beaucoup plus sincère que triste. Bien sûr, le fait qu'elle veuille une preuve est parfaitement compréhensible, mais j'ignore quoi lui apporter. Un tableau du prince? Une de ces photographies que l'on conserve sous cadre? Peut-être oui, mais cela ne donnerait que l'assurance que je suis mon frère. Hum...attendez. Je passe une main sur une de mes clavicules. Il restait ce détail. Ce détail nous différenciant plus qu'aucun autre. Jamais je n'en avais parlé à quiconque, pas même au Conservateur de la bibliothèque royale, qui était pourtant ce qui était le plus proche d'un ami pour moi.

Je comprends...mais...bien qu'il m'en coûte, je pense pouvoir vous apporter une preuve.

J'étais prêt à tout pour qu'elle me croie définitivement. Bien que cela ne refasse surgir de douloureux souvenirs. Je descends de la tombe me servant de piédestal funèbre et m'approche d'elle afin de l'aider à couvrir le trou. Qui donc suis-je pour ainsi laisser travailler une femme sans lui apporter mon soutien? Bien que cela ne sois guère un "travail". Je l'aide donc à terminer et me redresse, resserrant davantage mon manteau sur moi. Me mettant face à elle, j'admire une nouvelle fois les reflets de lumière sur ses cheveux roux. Je me targue d'une nouvelle révérence, qui n'annonce que bien trop ma fuite prochaine. Le temps passe bien trop vite. Nous devrons ensuite disparaîre dans des directions opposés, afin que je puisse concentré toutes les recherches des gardes et qu'elle puisse s'enfuir tranquillement.

Mais je ne peux vous l'apporter en cette nuit...Pourrions-nous nous revoir? Dites en quel nuit et à quel endroit, je ferai tout pour vous y rejoindre. S'il vous plait.

J'espérai juste ne pas être de corvée de cachots, à ce moment là.


©BOOGYLOU.



love is born at that moment when one person says to another: « What! You too? I thought I was the only one.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Le Clair de Lune." [ Strathearn - Hodge ] [Fini] Mer 30 Juil - 14:09


Le Clair de Lune.





Nous revoir ?...

Je garde les yeux baissés quelques instants, visiblement occupée à tasser la terre sur le dessus de la tombe et à y déposer les fleurs laissées là par la famille auparavant. Bien entendu, j'avais pris soin de mémoriser l'emplacement de chaque chose avant de m'atteler à ma basse besogne. Mais ce n'est pas cela qui m'occupe l'esprit en cet instant. Je pense à ses paroles. Voudrait-il vraiment ?... Je ferais tout pour vous rejoindre. S'il vous plaît. Jamais on ne m'a fait une telle offre, une telle proposition. Il faut dire que jamais je n'ai rencontré pareil individu. Alors... Évidemment, je souhaiterais accepter. Qui ne souhaiterait fréquenter un être si spécial ? Quoi que l'on puisse dire, et malgré l'étrangeté de sa situation et de ses actes... Cet homme qui prétend se nommer Hamish est plutôt séduisant. Pas dans le sens où l'entendent la plupart des pintades que sont les demoiselles de mon âge, mais... Il possède un charme certain.


Je raccroche la pelle à ma ceinture, boucle ma besace rendue pesante par la chair encore fraîche qui ne tardera pas à s'y décomposer, et ramène les pans de mon noir manteau contre mes flancs avant de lever les yeux à nouveau et d'accrocher le regard de mon vis-à-vis. Je sais que l'inquiétude doit se lire dans mes propres prunelles. Je dois donner une réponse, et vite. Le temps nous file entre les doigts. Tempus fugit, comme d'habitude. Et pourtant... Je suis en plein dilemme. Je brûle d'accepter, bien sûr, mais... Mes sorties nocturnes sont déjà assez compliquées à planifier... Et, même si je tiens fortement à pouvoir poser les yeux sur cette fameuse preuve dont il me parlait il y a quelques instants, je ne suis pas sûre de vouloir en prendre le risque. Je crains assez fortement d'être  menée en bateau de la manière la plus totale. La raison me dicte la conduite suivante : cette fréquentation doit cesser avant même d'avoir réellement commencé. J'ai suffisamment d'ennuis avec mes propres recherches sans m'impliquer dans d'autres activités cachées et – si ce jeune homme dit vrai – presque aussi peu défendables. Je déglutis avec difficulté avant de reprendre la parole.

« Si vous... Je veux dire... Soyez, dimanche prochain, à l'angle de l'église. A la sortie de Whitechapel. Je... Vous... Nous nous reverrons. »

Je m'incline ensuite brièvement, l'obscurité masquant la légère rougeur qui ornait à présent mes pommettes, avant de tourner les talons et de gagner la sortie de ce lieu de tranquillité qu'est le cimetière. Je n'aurais jamais dû dire ça. Jamais. Je le voulais, mais je n'aurais pas dû. Et pourtant... Je sais que je viendrais. Personne ne m'a jamais vu mettre un pied à Whitechapel, et sans doute en va-t-il de même pour lui. Mais cela ne change rien. Je suis une imbécile.


Ne te retourne pas, idiote. Ne te retourne pas.





©BOOGYLOU.



AND LET'S TRANSCEND BIOLOGY - OUR ARCHAIC HUMANITY

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Le Clair de Lune." [ Strathearn - Hodge ] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

"Le Clair de Lune." [ Strathearn - Hodge ] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Aide Schéma " Clair de Lune"
» Premier nom d'une liste , combat au clair de Lune ! [Grahim - Taka Shinishi][Terminé]
» « La rêverie est le clair de lune de la pensée. » [Pv : Le Papillon]
» [Rue du Cloaque] Échauffourée sous le clair de lune [Terminé] [ROK]
» Xuěbēng au clair de lune (PV: Kuro) - Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Flashbacks :: Mémoires :: Londres-