AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

"Et nous avons de lui ce commandement: que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. " [ Les Frères Williams & Strathearn] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Et nous avons de lui ce commandement: que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. " [ Les Frères Williams & Strathearn] [Fini] Ven 21 Nov - 11:27


Et nous avons de lui ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère.

David était parti donc ranger et nettoyer les ustensiles du laboratoire. Il prit un chiffon et commença à enlever la poussière des étagères, jetant parfois un regard à Hamish qui lui faisait face, contrairement à Jonathan. Le chirurgien écoutait la conversation d’une oreille distraite, répondant silencieusement à la Brute avec un air désolé et légèrement ennuyé. Il n’avait jamais vu son frère dans un tel état et ne savait pas trop comment s’y prendre avec lui. Ne voulant pas contrarier son ainé mais ne voulant pas non plus donner complètement tort au Dauphin, il resta dans son coin à faire la poussière, écoutant son frère perdre complètement la face devant Hamish. Ainsi, Kathleen était le centre de tout et c’était pour cela que Jonathan s’était montré si agressif et jaloux dès que la Brute ait évoqué son nom. Les épaules de David s’affaissèrent doucement de tristesse en entendant les reniflements de son frère en pleurs. Il soupira doucement, conscient qu’il n’y avait rien à faire. Le pasteur ne pourrait pas forcer la Scientifique à l’aimer, surtout si elle en aimait un autre. Il baissa la tête et continua de ranger ses affaires qui avaient le don de s’éparpiller partout dans le laboratoire après chaque expérience.

C’est alors que la voix de Jonathan plus stridente, plus forte et plus colérique. David reporta alors son attention sur ses deux invités et vit que son aîné en était venu à plaquer Hamish contre le mur. Il voulut intervenir mais la Brute (qui portait alors bien le nom de son rang) riposta plus rapidement et renvoya violemment Jonathan. Enfin, c’était comme ceci que les yeux de David virent la scène. Le chirurgien se précipita vers son frère pour s’agenouiller à côté de lui et tenter de le faire s’asseoir. Il passa un bras autour de ses épaules et vint le tenir contre lui. Ce Manoir n’était décidément pas fait pour un homme comme lui. Il avait toujours était bon, bien que parfois naïf et, si ce n’était pas un défaut à l’extérieur, c’était une grosse marque de faiblesse dans les murs de cette bâtisse. Jonathan devrait sortir le plus rapidement possible. David lui caressait les cheveux tout en lançant un regard, quelques reproches au fond de l’iris. Il reporta alors son attention sur son aîné en larmes et dans ses bras et le regarda avec un air triste. Il aida à le remettre sur pieds lentement, ne sachant pas trop quoi lui dire pour le réconforter. La seule chose plus ou moins intelligente qu’il trouva à dire fut :

- Je suis là, Jonathan… Ça va aller…

Il lança un nouveau regard à Hamish qui n’avait pas eu les propos ni les réactions les plus matures dans cette histoire. Donc entre Jonathan (qui avait toujours eu un côté enfantin) et la Brute qui essayait d’imposer sa loi (comme toutes les Brutes, d’ailleurs), David avait l’impression d’avoir affaire à deux gamins de six ans qui se disputaient pour un jouet. Et le chirurgien n’allait pas se priver pour faire la remarque. Il en avait assez de ces romances douloureuses, il avait assez à faire avec ses propres histoires de cœur et même avec son cœur tout court, aussi bien physiquement que métaphoriquement.

- Mais vous vous prenez pour qui ? Certes, il n’aurait pas dû en venir aux mains mais il y a des moyens plus pacifiques pour le repousser !

Son visage avait maintenant échangé son air énervé pour des traits plus impassibles et froids.

- Vous pouvez sortir maintenant, Hamish. Kathleen n’est pas là, je ne l’ai pas vu et elle ne viendra pas dans ce laboratoire, elle n’a rien à y faire.

©BOOGYLOU.