AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

The Game is On. [-16] [Fini.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: The Game is On. [-16] [Fini.] Mer 2 Juil - 1:18


The Game is On.

Erwan sortit de son laboratoire rapidement en ce début de journée. Enfin, il croyait que c’était le début de journée, s’il se fiait à ses heures de sommeil. Car en réalité, il ne pouvait absolument pas déterminer quelle heure il était, sa pièce personnelle ne possédant aucune fenêtre. Cela commençait cependant à lui trotter sévèrement dans la tête. Alors qu’il n’avait pas encore décidé pourquoi il était sorti de ce qu’il aimait appeler sa forteresse, il se mit comme idée d’aller régler son horloge naturelle au deuxième étage du Manoir. Le plafond était en effet percé de quelques trous qui laissaient passer les rayons du Soleil. Pourquoi n’allait-il pas directement sur les toits alors ? Tout d’abord parce qu’il risquait de glisser et de tomber… et de se casser quelque chose, la nuque par exemple, et il n’y tenait pas tant que cela… De plus, il savait que des gens étranges et peu recommandables se trouvaient sur les toits. Il y avait aussi le patio mais là encore, il ne tenait pas à faire de mauvaises rencontres, comme avec ses collègues par exemple. Donc c’est pour cela qu’il avait opté pour le deuxième étage. Jamais personne n’y traînait de toute façon. Ou rarement.

Il monta donc les escaliers du couloir, faisant attention de rester calme et silencieux. Oui, Erwan préférait ne rencontrer personne quand il s’aventurait dans le Manoir. Il en allait de sa sécurité à chaque fois. Il arriva dans les couloirs du dernier étage de la bâtisse et ses épaules s’affaissèrent tristement : le ciel anglais était recouvert d’un lourd manteau noir et des gouttes de pluie tombaient entre les poutres abîmées du plafond. La luminosité était telle qu’on ne pouvait déterminer le moment de la journée. Déçu d’avoir fait sa petite odyssée pour rien dans les escaliers du Manoir, il repartit, les mains dans les poches de sa blouse qui ne lui servait à rien. Ses yeux tombèrent alors sur une petite pancarte à l’entrée d’une pièce. Les Archives. Erwan regarda autour de lui et ne vit personne, tenté d’y rentrer. Pourquoi pas après tout ? Il entra dans la salle. De nombreuses étagères remplissaient la pièce, couverts elles-mêmes de bons nombres de parchemins poussiéreux. Erwan sourit. Les informations que contenaient ces bouts de papier pouvaient se révélaient croustillantes et fortes intéressantes. Peut-être pourrait-il les faire tourner à son avantage ? Alors qu’il prenait un parchemin dans sa main et qu’il commençait à le lire, il se rendit alors compte que si la pièce n’était pas verrouillée, c’est qu’il n’y avait aucun secret à cacher… Erwan reposa le papier où il n’y avait que des comptes dessus et entreprit de chercher autre chose pour satisfaire sa curiosité. Il releva sa lanterne quand il crut voir un livre posé au milieu desdits parchemins. Il le prit de sa main libre et souffla dessus afin d’en retirer la belle couche de poussière qui le recouvrait. Un bouquin sur l’anatomie humaine. Il sourit de nouveau. Ce livre semblait être tombé du ciel ! Il savait qu’il avait toujours une chance monstre pour ce genre de choses, mais là… C’était une aide divine. Il entreprit alors de trouver un fauteuil afin de s’y asseoir et de lire tranquillement à la lueur de sa lanterne.

C’est alors qu’il entendit un bruit, comme un courant d’air. Inquiet, il leva sa lanterne. S’il se faisait chopper entre d’apprendre quelque chose qu’il devait maîtriser sur le bout des doigts, c’en serait fini de lui. Il posa le livre sur le guéridon et se leva, la lanterne toujours devant lui.

- Y  a quelqu’un ?

Il regarda le bout du couloir que formaient les étagères et s’avança prudemment. Il resta quelques secondes à regarder la porte, puis l’autre mur avant de constater qu’il n’y avait personne. Il haussa vaguement les épaules et repartit s’asseoir. Mais c’est en faisant volte-face qu’il tomba nez-à-nez avec une femme et cette brusque apparition lui fit pousser un cri de surprise. Il rit alors nerveusement, gêné de son propre effroi et lui adressa un sourire.

- Je suis navré, je ne vous avais pas vu…

Il releva la tête et lui continua de lui sourire. Il eut un bref haussement de sourcils en découvrant le visage de la femme. Elle n’était absolument pas désagréable à regarder. Il lui tendit la main avec un sourire avant de constater rapidement qu’elle ne pourrait pas jamais le toucher. Il rabaissa sa main et s’éclaircit nerveusement la gorge.

- Je m’appelle Erwan Daugherty… Toutes mes… Toutes mes condoléances…?


©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun


Dernière édition par Erwan A. Daugherty le Mer 24 Sep - 10:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.] Mer 2 Juil - 10:59


The Game Is On.



Je voletais à mon corps perdu, dans ce sombre éternité que l'on nomme ce Manoir. J'ai pensé que m'enfuir parmi les scientifiques étaient la meilleure chose à faire, mais personne ne m'avait reçu comme j'en avais envie. Mon âme voulait finir sa vie. Voulait mettre fin à la ténèbreuse descente qui se fait dans le creux de mon ventre, alors que ma maladie prenait à présent des longueurs de l'éternité. Je n'en peux plus de cette façon de vivre. Ou plutôt de me laisser lentement devenir folle. Mon ventre se tord de douleur, je n'en peux plus. Cette douleur est augmentée par le fait que personne n'est là pour m'aider, personne n'est là pour essayer d'adoucir ma peine. De toute façon, qui le voudrait ? Je ne suis qu'un fantôme que personne ne peut toucher. Je vois autour de moi des fantômes capables de toucher les autres. Grâce à une puissante force mentale, ils arrivent à toucher ceux qui les entourent. Mais j'en suis bien incapable, je dois être la seule...peut-être est-ce là la punition de ma vie qui fut bien trop tactile. Lors de mon existence sur terre, j'étais en effet une nymphomane patentée qui n'hésitait pas à prendre son médicament un peu partout où elle le pouvait, cela pouvait être aussi bien avec ou sans son mari d'ailleurs. Cela me conforte dans la souffrance d'être bien à ma place à présent, je n'ai fais que du mal.

Ses doigts glissèrent à travers les murs alors que ses pieds s'éloignaient du sol. Elle s'avançait sans coup férir vers une porte qui n'avait nul autre artifice que l'odeur de renfermé que sceller son intérieur. Froidement, elle passa à travers. Il n'y avait besoin de rien pour ces créatures de l'invisible, ces ombres glacés et venteuses qui n'avaient que l'éternité devant pour souffrir leur condition d'être puni. Son soupir disparaît dans l'air, refroidissant tout ce qui l'entourait. C'est alors qu'un homme attira son attention dans le coin de la pièce qui se trouvait couverte de livres.

Je m'approcha de cette personne qui ne m'avait apparamment pas vu. Personne ne me voit. Personne ne s'intéresse à ma présence, de toute façon, je ne suis qu'un fantôme qui ne peut pas faire de mal à une mouche. Oh, bien sur, je pourrai violemment déplacer les objets pour vous frapper, ou alors bloquer la porte sur laquelle vous suez pour éviter un monstre. Mais si jamais je ne fais pas tout ça, alors on me regardera passer en observant le mur au travers de moi, comme si jamais je n'avais existé, comme si je n'existais plus. Non, je ne veux pas être ignorée. Je ne le veux plus. Je m'approchais donc de lui en priant pour que ma présence se remarque. Il eut d'abord peur de moi, c'était bien commun. Mais ses mots furent alors tout doux et il s'excusa. Cela me choqua presque. Il me sourit donc avec une douceur que je n'aurai imaginé trouver et me donne son nom. Des condoléances ? J'échappe malgré moi un petit rire :

Je ne sais pas si c'est à moi qu'il convient le mieux de le dire...

Je traversais alors son épaule de ma main translucide, pour bien lui montrer que je ne pouvais être toucher et fit :

Moi, c'est Amy Ad...enfin, Amy Carter maintenant je suppose...

Je le regarda alors en haussant un sourcil et m'éloigne doucement. Je ne pense pas que je vais imposer ma présence un peu plus...après tout, il doit avoir des choses plus importantes à faire...enfin je pense. Après tout, il a déjà eu la gentillesse de me voir. Non ! Amy, tu ne dois plus être comme ça ! Relève la tête bordel, tu es une Carter ! Puis tu es une nymphomane qui avait toute une cour d'homme à ses pieds, tu ne peux pas devenir maintenant une fantôme effacée! Montre-toi comme une vainqueuse ! Une gagnante qui s'est suicidé oui. Mais tais-toi bon sang et reste lui parler :

Qu'est-ce que vous faites ici ? Vous avez réchappé à un scientifique, à ce que j'en crois vos oreilles. -petit rire- Au moins il ne vous a pas tué. Dommage, vous auriez pu me rejoindre, nous aurions peut-être fait des galipettes.

Mon sourire se fait enjôleur et mon regard bien sombre. Un ensemble bien étrange dans l'ensemble.


©BOOGYLOU.



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.] Lun 21 Juil - 1:12


The Game is On.

Erwan fut ravi de voir que son interlocutrice entamait avec une légère la conversation. À vrai dire, il n’avait aucune envie de lire le bouquin qu’il avait trouvé, même s’il avait pu lui être grandement utile pour la suite. Il aurait au moins pu faire genre qu’il avait quelques connaissances mais il avait atrocement la flemme de lire. Et puis… il était en si charmante compagnie… Pourquoi sans priver ? Il lui sourit gentiment, plantant ses yeux taquins dans les iris bleus du fantôme devant lui. Mais malgré son air qu’il voulait amical, il pouvait cependant déceler une certaine mélancolie sur les traits de la jeune femme. Oui, il pouvait affirmer que le visage de ladite Amy était triste grâce à son expérience. À force d’escroquer les gens, il avait fini par lire les expressions de ses victimes comme dans un livre ouvert. En effet, il lui avait fallu voir si ses mensonges prenaient sur les gens ou si toutes ses entourloupes commençaient à être trouvées. Dans ces cas-là, il avait pris à déguerpir le plus rapidement possible quand la moindre ombre de colère planait sur le visage de ses victimes. Or, il n’y avait que de la tristesse sur la figure d’Amy. Quel secret cachait-elle ? Était-ce dû à son décès ? Quoiqu’il en soit, il sourit nerveusement quand elle montra ses oreilles insolites. Il ne les aimait pas mais, courtoisement, il voulut répondre avant qu’Amy n’enchaîne et lui fasse une proposition pour le moins osée.

Ce n’était pas dans les habitudes d’Erwan de rougir, mais suite au commentaire de son interlocutrice, il sentit ses joues, malgré lui, devenir chaudes. Il rit nerveusement tout en réfléchissant à une réponse à formuler car, quand il y repensait, il n’avait pas vraiment envie de mourir, bien que cela lui épargnerait toutes ses frayeurs qu’il se fait tout seul et tous ces pétrins dans lesquels il se fourre avec brio. Il releva la tête avec un demi-sourire et la regarda car, en vérité, il aimerait bien se fourrait autre part que dans les emmerdes. Il se mordit nerveusement la lèvre inférieure avant de relever le menton et d’inspirer un grand coup et de ricaner doucement :

- Vous n’avez pas froid aux yeux, mademoiselle Carter ! Mais votre proposition n’a rien de déplaisant.

Son sourire disparut légèrement pour laisser place à un air un peu plus sérieux.

- Malheureusement, il me faut encore trouver mon neveu et m’assurer de sa sécurité avant de venir vous rejoindre avant de… faire des galipettes.

Il retrouva son sourire avant de passer un doigt sur ses oreilles pointues avec un air pensif. Tout en repensant à son opération et surtout, à son réveil, il eut un léger frisson de dégoût et de crainte. Il espérait de ne plus recroiser le chemin de son collègue. Se faire violer une fois lui avait suffi et il n’avait guère envie de retenter l’expérience. Il sourit doucement à Amy, donc.

- Quant aux oreilles, j’ai bel et bien été victime d’une expérience – bien que je sois moi-même un scientifique –. C’est un de mes semblables qui me les a modifiées, sans mon consentement, évidemment… Un dénommé Harry Downcry si ma mémoire de me fait pas défaut.

Il baissa légèrement la tête et remit sa main qui tripotait ses oreilles dans sa poche. Il releva le menton, décidant de changer de conversation. Il préférait converser sur des sujets plus amusants et joyeux que les opérations subies et du décès des uns et des autres.

- Et vous, mademoiselle ? Que vous arrive-t-il pour avoir tant envie de chahuter avec le premier venu ? Ce n’est pas que votre proposition précédente m’a déplu, mais je suis malheureusement dans l’indisponibilité de vous satisfaire. N’y a-t-il pas un autre défunt qui serait aussi galant et beau garçon que moi pour savoir répondre à vos désirs…?

Il s’inclina respectueusement, le regard amusé, un grand sourire taquin aux lèvres. Il se releva doucement et plongea ses yeux pétillants dans les siens, azurs bien que plus ternes et presque sans éclats. Quel dommage… Les yeux de cette femme devaient être encore plus magnifiques lorsqu’elle était heureuse. Il espérait au moins qu’ils aient déjà rayonnés de bonheur au moins une fois dans sa trop courte vie…


©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun


Dernière édition par Erwan A. Daugherty le Lun 28 Juil - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.] Ven 25 Juil - 1:59


The Game Is On.



Quel mignon petit hérisson. Il n'y a rien d'autre à dire, il est vraiment intéressant à regarder, quoi qu'on en dise. Une petite allure des plus sournoises, mais qui laisse présager des jeux secrets que j'aurai bien aimer tester. Après tout, la vie est trop courte pour ne pas en profiter, j'ai pu en faire mes frais. La gratuité d'un corps de chair quand on est un fantôme n'ayant aucune capacité pour être un temps soit peu réelle. Mon corps est bien loin, il est rempli de vermicelles et de verdâtres peaux décousues. Quel disgrâce. Devant moi, mon interlocuteur apprécie mes paroles et je dois m'en sentir flattée. Je conserve alors mon grand sourire en relevant la tête. La mort enlève toutes les douleurs, sauf celle de l'esprit mais également ma grande tare, mon addiction mortelle qui me rendait complètement souffrante au niveau de mon bas-ventre. Mais ce n'est nullement des règles sanglantes, mais bien l'envie qui me submerge et me traverse. C'est une douleur déjà bien plus agréable que ces saloperies. Je redresse la tête en direction de ce mignon petit jeune homme. Il doit chercher quelqu'un d'autre. Mouais, et je ne suis pas assez inspirante pour que l'on reste un peu avec moi ? Je soupire doucement, mettant une main sur ma hanche pour accentuer mes avantages plantureux. Je suis un fantôme, je le sais bien, c'est ce qui joue en ma défaveur. Oh, la suite de ses paroles me font sourire un peu plus, voilà qui est mieux mais le temps est bien long.

Quel dommage...je dois avouer que les frétillements de votre nez quand vous parlez sont...délicieusement excitantes. Liés à vos nouvelles oreilles, elle vous donne l'air d'un mignon petit animal.

Lorsqu'il en évoqua la question de Harry, je sentis son souffle se couper et mon corps devenir plus glacer encore. Mes sourcils se froncèrent et ma douceur s'était éloignée. Je n'ai cependant pas le temps de répondre plus avant à sa première parole et me doit de tenir la prochaine.

Je connais cet homme, c'est un monstre, quel horreur qu'il vous ait fait ça, quand bien même cela vous rende terriblement sexy. Sinon...et bien disons que j'apprécie la bonne compagnie. Les fantômes se font plus rares ici que vous ne le croyez...je ne connais donc personne pouvant m'offrir ce que je désire. On répugne à me toucher car je suis glacée...mais j'ai tellement envie...tellement...

Je m'approche de ce fameux jeune homme en voletant doucement au rythme de ma voix. Nul n'est ici pour m'observer de toute façon, je peux faire ce que je désire, je suis un fantôme libre aussi bien de serment que de gestes. Et même si je le traverse, je veux tenter. Ne pas être qu'une chose qui traine. Avoir de l'importance pour quelqu'un qui se fichera de mon état d'ectoplasme.

Pour quelqu'un qui cherche son neveu, vous sembliez bien à votre aise à lire ce livre. Prendre ainsi votre temps fait partie de vos prérogatives, Scientifique ? Vous ne désirez pas prendre votre temps d'une manière plus sympathique ?


©BOOGYLOU.



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.] Lun 28 Juil - 22:19


The Game is On.

Erwan la regarda faire et dire sans rien faire, à part sourire doucement. Il devait avouer qu’elle était d’une charmante compagnie. Cela faisait du bien de trouver quelqu’un qui n’avait pas peur des mots ni des gestes. Enfin, quoique… En y repensant, Downcry n’avait pas eu peur de faire quoique ce soit non plus. Il ne s’était d’ailleurs même pas gêné pour faire ce qu’il avait eu envie de faire sur un de ces collègues. Et vu son comportement et même sa quasi-habitude, Erwan estimait qu’il ne devait pas être sa seule victime. Il espérait seulement qu’il ne lui ait pas refilé un truc comme la syphilis ou quelque chose comme ça. Les gens de leur époque étaient tellement imprudents sur ce côté-là de la santé. Enfin bon. La jeune femme en face de lui devait se préoccuper peu de l’état de ses entrailles vu la facilité qu’elle avait pour demander une partie de jambes en l’air. À moins que ce ne soit de l’humour ? Car même si il avait d’abord pris cela pour une plaisanterie, il commençait à douter légèrement. Sans pour autant lui déplaire. En effet, la dernière fois qu’il avait couché avec quelqu’un, c’était avec Downcry. Si on peut appeler cela coucher… Disons plutôt, la dernière fois qu’il ait eu un rapport sexuel. Quoiqu’il en soit, il désirait oublier ce sombre épisode et l’enterrer dans un lugubre coin de sa mémoire afin que celle-ci l’efface rapidement.

Néanmoins, il regardait toujours Amy avec un air curieux. Alors ainsi elle semblait connaître Harry Downcry ? Intéressant. Erwan se demanda si c’était lui qui l’avait tuée jusqu’au moment où elle fit une remarque sur ses oreilles. Le visage du charlatan se durcit un peu, contrarié. Il n’aimait pas être comparé à un hérisson, même si il admettait que la ressemblance était frappante. Il avait déjà l’impression que c’était juste pour cela que Downcry l’avait violé (qui sait ? Il était peut-être zoophile en fin de comptes) et si c’était ce qu’Amy trouvait de sexy chez lui, ça n’allait pas le faire non plus. Et bien pour la peine, il allait se venger. Poser la question qui dérange. Son sourire devint très légèrement mauvais mais la plus grande partie demeurait encore joviale. Il la regarda de haut en bas avant de dire d’une voix rauque :

- C’est ce Downcry qui vous a… fait passer l’arme à gauche ?

Elle avoua ensuite avoir envie tout en se tortillant. Envie de…? De baiser ? La vache. Cela faisait combien de temps qu’elle n’avait rien fait ? Question stupide, Erwan. Sûrement depuis qu’elle était morte. Mais même, ça ne devait pas faire si longtemps. Il avait les oreilles qui trainent et il avait entendu dire par ces collègues que "l’ouverture" du Manoir remonterait à plusieurs mois. Elle pouvait survivre jusque-là, non ? Surtout que, même si elle disait le contraire, il était quasiment sûr qu’elle avait trouvé un fantôme pour s’amuser avec elle. Quand il eut été plus jeune, il n’avait pas fait l’amour pendant plusieurs années et s’en était très bien porté. Après tout, c’était avec la seule personne dont il ait été réellement amoureux. Et son décès a fait sérieusement descendre sa libido, c’est vrai… Un voile triste passa rapidement sur ses yeux qu’il baissa. Cependant, il n’eut pas trop le temps de repenser à son défunt amour car Amy s’approcha rapidement de lui et son large sourire réapparut machinalement. Ses muscles se détendirent sans raison et il plongea son regard dans le sien, la laissant parler. Ses doigts frémirent sur le livre qu’il tenait toujours sous son bras. Il avait tellement de questions à poser cette femme. Il était tellement curieux de là où elle venait, ce qu’elle avait fait, comment elle en était arrivée à ce stade… Mais… Il ne voulait pas la vexer ni la culpabiliser. Après tout, si elle en avait envie, pourquoi pas…? Se taper un fantôme était sûrement quelque chose d’insolite et d’extrême. Quelque chose qu’il se devait d’essayer alors. Il repensa à sa peur des maladies qu’il avait eue quelques minutes plus tôt et l’oublia presque aussitôt. Qu’avait-il à craindre ? Après tout, elle était morte ! Elle n’allait pas tomber enceinte non plus ! Tout était mort en elle ! Sauf son âme, son cœur et ses désirs apparemment. Enfin, il faisait peut-être un jugement un peu hâtif. Ne nous embrouillons pas le cerveau de craintes parasites. Il laissa alors glisser le livre par terre et son sourire s’agrandit un peu plus.

- Prendre mon temps ? Si vous saviez combien de fois par jour, je le prends par jour, mon temps, vous ne diriez sûrement pas ça. Mais il est vrai que si je le prends régulièrement, cela ne veut pas vraiment dire que j’amuse tout le temps. Bien au contraire. Je me fais incroyablement chier, ici. Et vous ? Vous avez vraiment tant envie que ça, chère madame…? Ou mademoiselle peut-être ? Comment une belle femme telle que vous aimerait être appelée ?

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.] Lun 28 Juil - 23:36


The Game Is On.



Je ne volète pas pour rien au milieu de cette haute salle aux livres poussièreux. Mon corps ondule exprès dans les airs afin d'offrir le plus beau des spectacles à mon interlocuteur. De toute façon, je n'ai rien d'autre de mieux à faire. Le regarder parler sans rien faire ? Ses adorables petites mimiques de hérisson qui me font frétiller le bas du dos ? Je n'en attends pas moins de moi-même que d'être parfaitement et éternellement excitée, tel est mon fardeau pour l'éternité. Mais allons jouer un petit peu, ce coquin veut me faire jouer à un jeu de devinette, à un jeu de questions-réponses qui pourrait bien m'amuser. Ou en tout cas me faire patienter quelques secondes. Quelques minutes avant que la force qui grandit dans mon ventre ne me fasse péter un plomb et que j'arrache mon statut d'ectoplasme, quitte à souffrir le martyr, afin de pouvoir ressentir ne serait-ce qu'une seule seconde la sensation d'un véritable humain contre mon corps. Je ne sais pas si je supporterais la douleur, mais au moins, essayons. On ne risque rien à le faire. Après tout, je suis déjà morte, n'est-ce-pas ? Plus rien ne peut me retenir, je suis définitivement la créature la plus inofensive de ce manoir. Un rire diabolique retentit dans mon esprit sans sortir de ma cervelle. Oui, bien que cela ne soit pas totalement vrai, je peux au moins essayer de me vanter que je ne pourrai plus étrangler quelqu'un.

Non, ce n'est pas ce boucher qui m'a fait mourir. Je me suis suicidée. Par la faim. C'était ridicule, idiot, et je le regrette. Mais je l'ai fais. J'ai fuis ma maison, ma famille, mon mari. Le remord m'a prise tellement fort que j'ai décidé de mourir afin de retrouver plus facilement le connard qui m'avait attiré ici. Quoi, ça t'étonne ? Bah moi aussi, vois-tu. Si je pouvais remonter dans le passé, si j'avais su que je rencontrerai quelqu'un comme toi, je n'aurai pas fais ça.

J'eu un petit rire. Oui, bien évidemment que je n'aurai jamais fais ça si j'avais pu voir quelqu'un, avoir quelqu'un sur qui me défaire. Je m'approche doucement de lui et fais glisser un doigt de son nez pointu jusqu'à son torse, me délectant d'une langue qui passe sur mes babines. J'aspire tout ce que j'ai en moi d'envie et je le transmets du bout de mon doigt sur sa mignonne petite frimousse.

Je m'appelle Mademoiselle Amy Carter. Et vous ?


©BOOGYLOU.



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.] Mar 9 Sep - 10:55


The Game is On.

Erwan écouta religieusement Amy. Il était évident que cette femme portait un fardeau derrière elle. Son sourire était aussi triste qu’enjôleur. Elle avait un mari et une famille qu’elle avait abandonnée et elle s’était suicidée… Erwan ne pouvait pas la blâmer. Lui, avait détruit la sienne. Et il était trop fier pour se donner la mort, trop lâche. Il soupira et tenta de sourire à Amy pour la réconforter. Mais elle semblait s’être habituée à sa condition puisqu’elle recommença à lui faire de la drague. Erwan sourit, amusé et se laissa faire. Il fut surpris quand il put sentir le bout du doigt de son interlocutrice sur son visage. La caresse dudit doigt fantomatique, bien que frais et légèrement moite, était extrêmement douce. La main descendit jusqu’à son torse et Erwan trouva tout ceci grandement excitant. Il ne savait pas si cela venait du fait que la jeune femme en face de lui avait énormément de charme ou l’idée de le faire avec un fantôme. Peut-être un peu des deux. Mais après avoir tous les deux lâché leurs familles respectives, avaient-ils le droit de s’amuser alors qu’ils devraient se punir pour ce qu’ils avaient fait ? Amy s’était punie. Pas lui. Et c’était pour l’une de ses raisons qu’il se haïssait. Mais sa conscience n’avait aucun impact sur ses gestes. S’il voulait s’envoyer en l’air avec la défunte, il le ferait… Pour ensuite regretter. Enfin bon, c’était comme ça, il n’y avait plus rien à faire. Il sourit donc à sa partenaire.

- Appelle-moi juste Erwan.

Il lui avait pourtant dit son nom tout à l’heure. Enfin bref. Ça n’avait pas d’importance. Il avait essayé le tutoiement, pas sûre qu’elle accepte. Il lui présenterait ses excuses si elle les lui demandait. Il avait vraiment envie de décompresser un moment, d’oublier ce Manoir et ses horreurs pendant quelques minutes. Ce n’était pas pour rien qu’il s’était réfugié au second étage. Il était plus éloigné des cachots et les chances qu’il entende des cris de souffrance étaient quasiment inexistantes. Mais il essaya de reporter son attention sur Amy. Si elle pouvait le toucher, est-ce que lui, pouvait la toucher à son tour ? Il essaya de poser une main sur sa hanche, ne sentant pour l’instant qu’un vague vent frais à l’endroit de son corps. Il tenta de s’imaginer la sensation de ses courbes dans sa paume et il eut presque l’impression qu’il y arrivait. Il regarda Amy avec un sourire en coin, l’invitant à venir quand elle veut.

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.] Mar 9 Sep - 20:27


The Game Is On.



Un endroit  des plus charmants que cette pièce où s'offrait à la vue des dizaines de centaines de livres. Des lieux de cultures que l'on ne pouvait pas fuir sans échapper à l'intelligence en général. Autant dire alors qu'Amy n'avait jamais été très assidu aux cours et aux librairies. Les livres, elle avait du en lire moins qu'une cinquantaine dans sa vie. La plupart car elle était obligée, et le reste...sa mère possédait des livres de coutures que la petite fille dévora durant sa plus innocente jeunesse pour acquérir le talent de sa génitrice, étant donné qu'il lui fallait ensuite reprendre le flambeau de l'entreprise familliale. Ensuite, ce fut des romans d'amour. Beaucoup de romans d'amour que l'on aurait pu aujourd'hui voir dans les collections Harlequins -connaisseurs oblige, pouce si quelqu'un en a déjà subi des lectures. Des livres qui lui apprirent en réalité très jeunes les tenants de la séduction, des façons de parler à l'eau de rose que les hommes adoraient chez les jeunes adolescentes. C'était ainsi qu'Amy devint...disons le franchement : Amy. Voilà, on use de grands mots. Toujours était-il qu'à cette seconde, la fantôme appréciait la compagnie de cet homme qui s'appellait Erwan et qui semblait si seul à cette seconde. Elle n'avait pas envie de l'abandonner dans cette solitude, surtout qu'à la main qu'il posa sur sa hanche fantomatique...il n'était pas contre de jouer un peu. Surtout de jouer avec un fantôme. Cela devait n'empêche être une expérience nouvelle, intéressante et très enrichissante pour lui.

Doucement, je descendis mes paumes de son torse jusqu'à son bas-ventre. Passant ma peau translucide jusqu'en dessous du pantalon, je jouai avec la texture délicatement chaude de sa peau d'être vivant. Sa véritable forme. C'était agréable d'être ainsi en contact avec quelqu'un qui ne fuyait pas ou qui ne faisait pas une tête d'enterrement de trois mètres de long. Ainsi, je m'approchai de lui avec encore plus de tendresse et rapprochai mes mains de ma poitrine pour défaire mon corset. Il ne tomba pourtant pas au sol comme je le voulus mais resta accroché à mon dos. J'offris alors ma poitrine à sa vue tout en montant à califourchon au dessus de lui. Je voletais littéralement au dessus de son corps chaud et j'adorai ça. J'eus un sourire presque désolé et je fis en montrant mes seins :

Est-ce que ceci est une invitation suffisante.. ?...Erwan ?

Mes joues se rougirent d'envie et une excitation plus que présente commençait à courir dans les veines de mon corps qui n'existait plus. Ma jupe glissa de mes hanches, mais restant accroché à mes pieds. Je pus tout de même écarter les jambes au dessus d'Erwan, avec un grand sourire.

C'est peut-être un peu direct...mais j'aime quand c'est très direct.


©BOOGYLOU.



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin-hérisson à ne pas écouter
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.] Lun 15 Sep - 11:36


The Game is On.

Erwan se laissa faire par Amy, tout sourire en la regardant faire. Lui, il se laissa tomber sur le fauteuil qu’il avait laissé quand le fantôme est entré dans la pièce. Mais la jeune femme vint vite le rejoindre, se positionnant au-dessus de lui, caressant son intimité. Ce contact était incroyablement doux, frais et revigorant. Il laissa partir sa tête en arrière, un sourire aux lèvres en sentant son membre devenir plus dur. Il devait avouer qu’Amy lui offrait un magnifique spectacle. Le plus beau depuis qu’il était arrivé dans ce foutu Manoir. Et il ne fit que devenir de plus en plus grandiose quand le fantôme commença à retirer son corset, dévoilant ses seins. Erwan ne put se retenir d’y passer une main pour en caresser un. Sa paume effleura d’abord du vite frais mais il arriva rapidement à sentir les formes rondes du corps de la jeune femme qui continuait de retirer ses bas. Erwan voulait garder les yeux ouverts, profiter de cette chance inouïe tombée du ciel. Comme un miracle, un rayon de soleil dans cet enfer. Oh, il allait profiter de ce qu’elle lui offrait et il espérait qu’elle profite tout autant de ce qu’il voulait lui offrir. Elle aimait quand ça allait droit au but ? C’était bien un autre point commun qu’ils avaient ensemble. Le souffle court par l’excitation, il commença à retirer sa ceinture.

- J’aime aussi quand c’est direct. J’adore ça.

Il gobait véritablement la vue de ce corps. Il avait tiré son coup plusieurs fois mais il lui semblait que cette femme battait les records dans la beauté de ses formes. Son mari avait eu bien de la chance. Il finit d’enlever sa ceinture pour la laisser tomber à côté du fauteuil. Il ouvrit ensuite son pantalon et le baissa légèrement afin de laisser son membre libre. Erwan regarda le visage d’Amy et passa une main dans son dos. Ils pouvaient presque se toucher sans trop se concentrer dessus désormais, commençant à prendre le coup de main. Il remonta jusqu’à ses cheveux et fit venir délicatement son visage au sien. Il désirait l’embrasser mais est-ce que ça allait vraiment marcher. Est-ce que leurs lèvres pourraient se toucher sans problème comme leurs mains commençaient tout juste à faire ? Il n’y avait qu’un moyen de le savoir et Erwan tenta donc de l’embrasser. Son cœur se souleva de désir quand il sentit les douces lèvres de la femme sur les siennes. En plus d’être magnifique, elle embrassait bien. Il devait probablement rêver en fin de compte pour que ce soit aussi agréable… Mais qu’importe, il était incroyablement bien et désirait profiter de ce rêve à fond.

©BOOGYLOU.





Lying Hedgehog.
Me ? I'm dishonest, and a dishonest man you can always trust to be dishonest. Honestly. It's the honest ones you want to watch out for, because you can never predict when they're going to do something incredibly... stupid. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin vengeresse et nymphomane
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.] Mar 23 Sep - 14:09


The Game Is On.



Allait-elle vraiment toucher un être humain ? Essayer de faire fonctionner ses hanches autour d'un membre bien vivant ? C'était curieux combien elle pouvait en avoir envie, même si en même temps, elle en avait peur. D'ordinaire, son corps était parfaitement transparent, ou plutôt, d'ordinaire, son corps traversait à peu près tout et n'importe quoi. Son esprit lui disait d'agir, qu'il le fallait pour sauver le peu de dignité qu'il restait à son être. Car oui, si elle n'agissait pas ainsi à cette seconde, qui savait ce qu'elle pourrait être capable de faire. Après tout, elle avait déjà eu des crises de nymphomanie avant d'être arriver dans ce manoir. Elle s'approchait de son mari, caressant son dos, passant ses mains jusqu'à ses hanches et si jamais il n'avançait pas vers elle...Amy se laissait tomber au sol pour se caresser jusqu'à ce que son mari décide de lui faire ce dont elle en avait envie, pleurnichant en gémissements proche d'orgasme. Bon, bien sûr, ce n'était pas du tout de la comédie. La jeune couturière aurait bien préféré que cela soit un simple jeu plutôt qu'un floppé d'hormones déréglés qui la faisait ressembler à une chienne en chaleur. Mais tous les mots n'avaient plus d'importance dans son esprit.

Elle lui sourit avec un air agréablement frivole et caressa les courbes de son torse. Ses mains ne pouvaient pas même l'aider à enlever cette ceinture. Mais elle pouvait le regarder, l'observer, pourlécher le contour de ses gestes pour en apprécier les formes. Cela l'excitait davantage. Elle se sentait juste bien, rien que pour cela. Voici ici un homme qui se moquait du fait qu'elle soit un fantôme, qui l'acceptait en tant que morte et lui en tant que vivante. C'est alors qu'elle put voir le membre bien vivant devant elle, une fois qu'Erwan eut finit d'enlever le trop plein de tissu. N'attendant pas plus longtemps, elle répondit à son baiser de la manière la plus vaporeuse et pourtant réelle qu'elle put. Elle tint ses lèvres aussi longtemps qu'elle prit le temps de le faire avant de descendre pour lécher le bout de ce membre vigoureux d'une langue fantomatique. Son contact devait être frais. Simplement peut-être même onctueux. Elle ne voulait pas vraiment savoir l'effet qu'elle faisait en réalité. Tout ce qu'elle savait c'était qu'elle aimait faire ça et qu'elle allait s'en donner à cœur joie. Gémissante, elle fit profiter le morceau de chair de toute la salive spectoplasmique. Avec frénésie même, tant elle était avide d'un corps humain, d'excitation presque morbide de fantôme à humain.


©BOOGYLOU.



we come to love not by finding a perfect person, but by learning to see an imperfect person perfectly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Game is On. [-16] [Fini.]

Revenir en haut Aller en bas

The Game is On. [-16] [Fini.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Ib - Quand art rime avec cauchemar...
» GAME C'est fini
» ► Elyrian Helm VS Carys Wheler [mini game] [fini]
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Super Mario 64.
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Alex Kidd in Miracle World.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Deuxième Étage :: Le Grenier :: Mémentos Retrouvés-