AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Le puit et le pendule. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
admin perdu sur les plumes d'un corbeau
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini] Lun 15 Sep - 23:50





le puit et le pendule


Et l'esclaffe est sympathique, belle à voir. Pourtant très sobre et juste assez riche en sauts. Mes mots ont fait leur effet, ce qui est, pour le moins, gratifiant à voir. Ou tout simplement banal. Je ne peux dire; je connais à peine mon compagnon de voyage. Et il me semble bien qu'il a peine à se connaître lui-même aussi. Oui, bien normal. Beaucoup de gens perdent la mémoire en ces lieux, pour des raisons qui m'échappent. J'ai appris seulement ce que j'avais à savoir sur mon compte, voilà tout. Le reste ne m'importe plus puisque je sais, de toute façon, que je ne pourrais rien faire pour leur sort.

Il y a le gazouillement des mouches qui se régalent de la puanteur qu'il ne peut capter. Mais qu'il devine, si bien qu'il peut sentir presque sa lourdeur dans l'air; purement psychologique. Des peaux de morts se tracent et se dessinent sur les sols, et au loin on peut goûter au chant lascif d'une plainte éternelle, qui subira les corde vocale d'une malheureux libéré pour le restant de ses minutes à vivre. Rien de tout cela, par contre, ne semble intéresser les homme marcheurs de temps. Ou peut-être que si; Nathan semble avoir trouver flasque potence à se mettre dans la panse, pour une histoire de survie ou une histoire de régal. Poe, lui, le suivit et tourna la tête sur le paysage pour l'admirer à sa juste valeur dans tous les sens. Ils entraient dans une nouvelle aire; plus chaude, plus éclairé, mais plus tamisée. Les échos de cris travaillaient les parois et un défunt jonchait sans cercueil non loin de leurs pieds.

« Un enfant? Hum. J'ai vu un bébé mourir de faim dans les bras de sa mère. Ainsi qu'une petite grandir jusqu'à devenir adulte, dans les cachots. J'ai aperçu, une fois, un bambin seul et confident. Je doute à ce qu'il eut été toujours enfant. Tu sais, les apparences sont trompeuses dans ce manoir. Bien souvent. Tu ne trouves pas?»

 


©BOOGYLOU.


©BOOGYLOU.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com
Invité
Invité
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini] Jeu 18 Sep - 16:24


Le Puit et la Pendule



Plus de scrupules, finit tout cela. Plus de masques à tenir, je suis las de tout cela. Mais comme il me faut vivre. Et comme j'ai des besoins, je dois me substanter. Sans attendre, j'approche ma main du cadavre qui est loin d'être frais et m'empare d'un bras. La rigidité cadavérique a fait son oeuvre, et il m'est très difficile de tordre sa chair. Mais il me la faut. Hors de question que je ne m'agenouille pour me nourrir. Je n'étais pas encore un animal. J'étire la viande, la préparant à être subitement détaché de son corps. J'astique et j'effleure, tout ce qu'il faut jusqu'à ce que le bras soit bien tendre. Avec violence alors, je prends appui de mon pied sur son épaule et tire de toute mes forces sur le bras. Par chance, voilà que l'os était très certainement pourri à sa base et le bras part. Me voici donc debout dans ce couloir, un fantôme collé à mes talons et un bras qui me faisait office de brochettes de boeuf dans la main. Mais voilà qu'une bien belle vie ne trouvait-vous pas ? Le fait d'avoir quelque chose à faire m'avait permis de ne plus voir ces affreuses bestioles sombres l'espace d'une seconde. Je suis persuadé qu'il ne les voit pas lui. Fantôme qu'il est. Pff. Mais après tout, comment aurait-il pu être à ma place tandis que je m'évertuais à ne plus les voir.

Marchant doucement vers une sortie plus agréable, je prends le bras dans ma bouche et en déchire une partie que je mâche. Ma main vient récupérer le morceau de peau qui se détache de la chair avec mes dents et la jette par terre. Je ne prends que la qualité, voyons.

Un cadavre est un cadavre. Qu'importe son âge. Mais je vous rejoins sur votre idée. Les apparences sont trompeuses. J'ai vu une enfant tuer un jeune homme avec la plus grande des rages. Mais je pense que c'est avant tout une question de survie. Ce ne sont pas les apparences qui sont trompeuses, mais les masques que nous osons prendre pour réels.

Une nouvelle bouchée m'empêche de continuer mes paroles. Je mâche et m'astique. Oserai-je même dire que je prenais ce repas rudimentaire pour particulièrement savoureux? Je devais peut-être avoir perdu l'esprit. Mais après tout, quel homme sincère d'esprit voit des créatures de fumées, ressemblant le plus souvent à des insectes avec des yeux rouges lumineux? Ne soyez donc pas naïf.

Si ça se trouve, moi aussi je vous mens sans m'en rendre compte. Après tout...

Je montrai le morceau de viande et mordit dedans à nouveau.

D'ailleurs, c'est bien dommage que vous soyiez mort depuis si longtemps, car vous auriez pu me rendre encore plus utile, grâce à votre cadavre.


©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
admin perdu sur les plumes d'un corbeau
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini] Dim 21 Sep - 19:42





le puit et le pendule


Les cannibales m'ont toujours été des gens sensés. Sensés, à dire vrai, qu'ils ont une bonne vision de ce qu'est la nourriture et la viande. Sa signification, toute simple, est chaire d'un mammifère ou d'un oiseau entrant dans l'alimentation de l'humain. Nathan vient indubitablement de prouver qu'elle fait parti de son alimentation, occasionnellement ou pas, donc qu'il s'agit bien de viande. Parce que l'on donne un nom ou une cérémonie de mort à un être, cela ne signifie pas qu'il ne peut bénéficier à la soupe. Ai-je déjà mangé de l'humain? Non. Question d'hygiène. Le dédain me roule à la bouche juste à voir les vers sur le torse de ce jeune homme dont le bras a été tout juste arraché. Dire à mon compagnon que son repas est avarié serait futile - il s'en est déjà rendu compte. L'arrêter serait tout autant inutile. Alors je l'observe et redresse la lèvre.

Et tout reviens à la survie. Elle est chère et précieuse en ces lieux. Certains se battent et appellent ce Manoir l'enfer. S'ils veulent. Poe, lui, ne voyait aucune objection, évidemment, à poétiser l'horreur. Car oui, les gens vivent l'horreur dans cet endroit. Parce qu'ils se font manger vivant, parce qu'ils souffrent, parce qu'ils sont emprisonnés loin de leur confort. Peut-être Nathan se force-t-il au cannibalisme pour une première fois, même. Mais le terme «forcer» surprend trop Poe pour qu'il en soit convaincu. Il regarda le morceau de viande et eut dégoût à cause de l'horreur de fermentation qu'il imaginait sans mal.

S'il me mens? Et à quoi bon? En autant que son histoire soit intéressante. Le reste n'est plus important. De toute façon, le fait que la nourriture que mange Nathan me préoccupe trop à l'instant pour que je me soucis de ce qui sort de sa bouche. Il parle de mon cadavre et je ris, sans toutefois décoller mes yeux du bras pourrit.

« Et même si mon cadavre était en bon état, il vous est impossible d'accès, je le crains, vous pour désigner les passants vivants du manoir. Dis, ça ne t'écœure pas de mastiquer quelque chose d'aussi fermenté? »

Moi, si, visiblement. Je n'avais pu m'abstenir, c'est obsessionnel. Frisson dans mon dos, faux frisson, bien sûre.

 


©BOOGYLOU.


©BOOGYLOU.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com
Invité
Invité
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini] Lun 22 Sep - 9:28


Le Puit et la Pendule



J'attrape d'un mouvement ample la chair de mes dents et l'arrache à son premier endroit pour l'avaler. Nul doute que cette action, au détour des choses si simple de réalisation, puisse paraître sombre aux yeux de bons nombres de gens. J'entends non loin des coups brutaux, ainsi que des pas qui se dépèchent. Mes oreilles ne parviennent pas à identifier l'identité du bruit, ni même s'il se rapproche de moi. Peut-être devrais-je rapidement fuir? Je ne sais pas, puis je n'en ai aucune envie. J'aspire cette viande putréfiée avec délectation. Mon estomac criait famine ? Voilà que je le racommodais sans coup férir. Qu'importe la solitude et les affres de cette sombre période? Qu'importe les opinions des gens, car de toute façon, j'ai l'habitude de vivre seul dans cette univers. Aussi je n'en avais aucun intérêt si mon nouvel ami Edgar voyait mon cannibalisme avec un drôle d'oeil. D'ailleurs, officiellement, je ne me dirai pas cannibale, mais tout simplement charognard. Car s'il est convenu d'utiliser les bons mots, mentir sur un mot serait absolument atroce. Et peu à peu j'ai la sensation que ma raison m'échappe pour devenir plus brumeux au départ qu'à la fin. Mes paroles se mélangent dans mon esprit au fur et à mesure que cette araignée dans mon dos plante ses pattes dans ma cage thoracique. Elle n'est pourtant que de fumée faite, pourquoi cela commence à me faire autant mal? Mais les paroles du fantôme me vinrent et je dus y répondre, oubliant la créature.

Oh, tu es mort en dehors de ces murs ? Sinon pour te répondre...et bien non. Peut-être qu'étant fantôme depuis si longtemps, vous avez du oublier, mais nous, passagers vivants du manoir, avons besoin de nourriture. C'est ainsi que je vois cette viande: comme de la nourriture. Qu'importe si elle est fermentée ou autre. Je sais que si je l'ingère, elle me permettra de vivre plus longtemps.

Je souris au fantôme, ne sachant comment il prendra mes paroles. Mais au pire, je n'en aurai qu'à faire, car de toute façon ma vie se décidait de cette façon. Et j'étais assez sage en ce jour pour savoir que la seule façon de bien vivre était selon la voie que l'on s'était suivi pour survivre. Remplir à ses besoins, question de survie. Toute notre existence n'est que question de survie. Alors qu'importe la pensée des autres. Je continue jusqu'à sortir définitivement de la salle de torture et de ses alentours. Enfin j'allais pouvoir fuir vers des endroits plus agréables à vivre. Pourquoi pas la bibliothèque ? Le grenier ? La serre ? Mais ce qui était sûr, c'est que je ne reviendrais pas ici avant un petit moment.


©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
admin perdu sur les plumes d'un corbeau
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini] Dim 28 Sep - 16:52





le puit et le pendule


C'est un malaise dans son échine alors qu'il regarde de haut Nathan mastiquer les vers d'une certaine plaie de longue date. Il étire ses doigts, les crispe, au rythme des caillots coulant dans sa gorge. Ils sont imaginaires, bien sûre. Et devant l'odeur qu'il invente sur sa langue face à ce spectacle répugnant, il doit détourner le regard et porter revers de sa main gantée à sa bouche pour toussoter. Il en aurait été d'un haut le cœur si le sien avait toujours été en fonction.

Je me concentre plutôt sur ses paroles. Et redresse mon menton pour regarder l'horizon qui ne veux rien dire à l'instant. Ses mots ont quelque chose d'ironique entendues par mes oreilles. Je fais un sourire sec sur le côté de mes lèvres et étire mon cou pour donner plus d'air à mon œsophage. C'est un réflexe, rien de plus.

« Je suis mort en dehors de ces murs, en effet. Et j'ai demandé à ce que je sois transporté ici pour conserver une existence physique. Enfin, manière de parler, dit-il fait quelque pas sur le côté pour s'éloigner des bruits de déglutination qui lui rappellent la fermentation. »

Il y a un homme à moitié décomposé nom loin. Je fais quelques pas en sa direction et me munit de mon calepin et mon crayon pour commencer à dessiner ce qu'il reste de son anatomie. Non, je n'ai jamais été des meilleurs dessinateurs. Mais j'ai encore bien des siècles devant moi pour apprendre, n'est-il pas?

« Vivre plus longtemps. Voilà bien quelque chose qui semble apprécié des gens. Et à quoi bon vivre plus longtemps? La vie est une grande course qui se termine toujours à la même place; six pieds sous terre. Quel serait ton but de vivre plus longtemps? Surtout si c'est pour vivre de ce genre de repas... Dis-moi. »

Je me serais laisser crever de faim avant de déguster une telle moisissure.

 


©BOOGYLOU.


©BOOGYLOU.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com
Invité
Invité
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini] Lun 29 Sep - 10:15


Le Puit et la Pendule



Nul doute que la façon dont je me nourris le dégoûte. La chair viciée me propulse des haut-le-coeur que moi-même je ne peux comprendre. Après tout, ce n'était que de la nourriture. Il ne suffisait que d'un morceau de viande afin de pouvoir survivre dans cet univers glacé et sombre. Le reste n'importait que peu et je devais conditionner mon esprit à le faire. Survivre, même si on ignorait pourquoi exactement. C'était la quête éternelle de tous les animaux sur cette terre, et nul exception près, nous sommes encore des animaux. Malgré toutes nos errances intellectuels, on ne peut se fier autrement à cet analyse: nous ne sommes que des animaux. Et cette chair que j'aspire jusqu'à ma gorge n'en ai que la preuve. Je sens des vers descendre le long de mon oesophage sans pouvoir en arrêter la progression. Ce n'est que de la viande supplémentaire. Je ferme les yeux et éteins toute mon énergie pour ne plus comprendre ce qu'il m'arrive, je n'ai pas envie de comprendre, je veux juste marcher le long de ce couloir en oubliant le reste. Je me demandais bien en comparaison le pourquoi on voudrait rester dans une certaine forme "physique" ici. Oh et puis je commence à perdre la tête, je me sens fatigué, j'aimerai dormir. Ces petites bestioles de fumés noires ne cessent de trembler leurs petites têtes sur moi, avec des dards froids.

Pourquoi je veux vivre plus longtemps ? Je n'ai jamais dis que je le souhaitais...me nourir est dans ma nature d'être humain. Je le fais car j'en ai le besoin. J'ai juste fait la déduction que cela me servira à vivre plus longtemps, car c'est la vérité.

Je lui souris avec complicité, espérant trouver en lui l'amère consolation d'un ami d'esprit. Mon sommeil me porte la tête en arrière et je m'asseoie le long d'un mur rêche. Nous étions non loin des salles de tortures, mais non loin également de la porte menant au rez-de-chaussé. J'avais sommeil.

Vous n'avez plus besoin de rien, au moins, à présent...


©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
admin perdu sur les plumes d'un corbeau
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini] Dim 2 Nov - 19:12





le puit et le pendule


Peut-être est-ce la notion de survie que Poe a oublié. Ou peut-être jamais au grand jamais il n'aurait posé les lèvres sur une fermentation avancée qui ne soit eau de vie ou alcool alléchant. Après tout, pour certain, la longévité n'était pas essentiel à tout le monde, si on ne comptait l'instinct tout naturel de la cervelle humaine. Demandez l'avis aux suicidés.

Sa réponse ne me satisfait pas entièrement. Mais ce n'est qu'une question de point vu, j'assume. J'aurais préféré mourir que de manger cette horreur en moisissure. Et lui la gobait par simple mesure d'existence. J'aurais eut un frisson que la chaire aurait toujours été sur ma conscience. Et puis, nourrir une existence de ça ne vaut pas la peine, en mon sens.

Ou peut-être qu'il ne veut se dire qu'il n'aurait jamais eut la force de perpétuer sa vie par le biais du courage et de la bonne volonté.

Je remarque que l'on fait ascension vers les chambres. Il doit être fatigué, je le serais aussi. C'est d'ailleurs l'une des raisons que je puis être porté au sommeil éternel. C'est très apaisant. Tout à fait gratifiant. Alors je le suis et laisserai mes pas se terminer vers une autre histoire si le cœur m'en dit. Mais pour le moment, il dit quelque chose qui me chicote. Que je n'ai besoin de rien à présent?

Il lève le menton, hausse ses sourcils un bref moment qu'il rabaisse en les fronçant. Son gant se passe légèrement sur sa barbichette, puis dans ses cheveux pour les lisser. Comme s'il abusait des tiques énervés.

« Non. Je... Je n'ai pas besoin de rien... débute-t-il sans même le regarder. Sa langue hésite à trébucher sur ce qu'il n'a pas le droit de dire. Enfin, son regard se porte sur celui de Nathan, et se froisse, un peu. J'ai besoin d'inspiration, d'intérêt et de rêvasserie paresseuse, c'est sûre. Sans ces bêtises, la hantise serait une totale perte de temps et l'existence qu'il me reste serait futile à souhait. Rictus du visage, la parcelle d'une seconde, puis il ajoute: Et si je suis capable de venir et d'aller alors que je ne suis pas sensé être ici, c'est qu'il y a bien quelque chose qui m'en donne l'énergie, tu ne penses pas? »

Lui, le sait. Et il continue sa route comme si les pas étaient déjà gravé dans le sol.

hj:
 

 


©BOOGYLOU.


©BOOGYLOU.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com
Invité
Invité
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini] Ven 14 Nov - 23:25


Le Puit et la Pendule



Ce qui poursuit la vie ? Qu'est-ce qui peut pousser à poursuivre une vie perdue de sens ? L'espoir de trouver quelque chose de mieux au lendemain ? Peut-être. Après tout c'était ce que beaucoup se disent sans oser se l'avouer. Nous nous perdons nous-même chaque jour dans un désespoir dans lequel nous avons de plus en plus de mal à déchirer les parois de notre mal-être. J'ignore quoi faire ni que réellement dire sur l'instant. Alors je me tais, et je pense. Je prends le temps de penser afin d'ignorer le goût absolument dégueulasse qui me reste sur le palais. Dès l'instant où ma langue est entrée en contact avec une larve, j'ai aussitôt laché le bras en crachant le morceau que j'en avais pris. De toute façon, j'avais déjà assez manger. De l'épaule jusqu'au coude, on pouvait déjà grignoter pas mal dans la chair et les petits morceaux de viandes se trouvant sur les os.

Pourquoi restez-vous là...je n'en sais rien. Je pourrai y réfléchir cette nuit avant de m'endormir. Vous êtes le premier fantôme que je vois. Et jamais encore il ne m'avait paru possible l'existence de ce genre d'individu.

Mon corps se casse en marchant, il se plie. Je commence à sentir la fatigue qui suit ses langues poisseuses le long de mon corps. Je n'ai plus d'autres existences que celle d'un être qui souffrait d'un sommeil irrégulier. D'un être dont le reflet lui-même effraie dans son propre miroir. Je perds mes repères. Après la fin, mon second besoin se trouvera être le sommeil. Peut-être que j'irai ensuite boire à la fontaine où aux égoûts. Ou à une quelconque flaque d'eau que l'on peut trouver grâce à des fuites dans les toits. Au final, les manières de vivre sont nombreuses ici...on ne s'en rends que tellement peut compte. Je crois que je ne sens plus sa présence fantômatique dans mon dos...je crois qu'il s'est arrêté. Mais je sens encore toutes mes hallucinations qui sont sur moi, autour de moi. Quel horrible impression de perdre peu à peu ses capacités mentales alors que...l'on peut ENCORE penser.

L'ESPOIR ? C'est ça qui vous maintiens en vie ? Vous croyez que vous trouverez un remplacant dans votre art ? Quelqu'un à votre hauteur ?!

Je m'écrie tout cela en écartant les bras, m'en retournant vers lui tout en continuant de reculer vers une destination que j'ignore encore.

NE SUIS-JE PAS ASSEZ BIEN ? NE SUIS-JE PAS LE CELEBRE NATHAN GABRIEL EYRE ?! HA ! ....................Qu'importe les titres. Ou les paroles. Rien n'a d'importance.

Je me détourne à nouveau de lui pour regarder où je mets mes pieds. A ma droite, une porte de chambrée que je pense ouvrir. Après tout, je commence à crier. C'est le signe d'une puissante fatigue pour ma part. Je me frotte les yeux, mes pensées fusent, elles me veulent presque du mal, tant je sens qu'elles me mordent le cerveau. J'ouvre alors la porte de ce que j'espère être mon sommeil réparateur prochain et regarde une dernière fois mon nouvel ami fantôme.

Que l'éternité vous soit douce, monsieur. Car jamais vous ne trouverez ce pour quoi vous errez. Bienvenue chez les fous.

J'entre. Je ferme. Je meurs. En moi.


©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
admin perdu sur les plumes d'un corbeau
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini] Mar 23 Déc - 22:49





le puit et le pendule


Voir un fantôme pour la première fois est surprenant. Se sentir fantôme pour la première fois, du moins, est tout à fait étonnant. Banalisé au fil des heures, des jours et des siècles... Était-ce flatteur d'être le premier être de ce nom à traverser la vu d'un homme? Non. Parce que dans le Manoir Rockwood, plus rien n'était radieux comme le remarquable après avoir vu la torture, les monstres, et immondices et les tracas de tout ceux qui osent garder paupières ouvertes dans l'antre de la bête. Nathan donna espoir à Edgar qu'il méditerait sur des heures à la question, et alors le mort pensa qu'il devrait suivre le philosophe d'occasion de près.

D'ailleurs il cesse de manger son bras de hasardé et le recracha violemment, comme s'il vient de se rendre compte que cette horreur est bourrée de saletés. Il se démantibule, se désarticule et s'exerce. Je m'éloigne de lui d'un pas, pour lui laisser plus d'air ou pour l'examiner de plus loin. IL ne me regarde plus, mais il me crie dessus. Que l'espoir est futile, en sommes, que ce n'est pas un raison de maintenir cap. L'espoir est poétique. La poésie est ce que tous les fantômes ont besoin et rien d'autre. Elle fait rêver. Et le rêve est bien à vivre, ou à mourir, qu'importe l'angle par lequel on le perçoit.

La démence n'a d'égal que son ramage. Il hurle et se donne à l'idée qu'il est trop bien. C'est fabuleux. C'est magnifique. C'est l'écho même des paroles d'un damné qui ne compte que sur lui-même et son orgueil. Et il en faut à la tonne, de l'orgueil, pour oser se plaire à un pareil endroit et déguster les mets les plus humains et avariés qui soient. J'esquisse un sourire en coin. C'est adorable et fascinant à la fois. Je me permets de telles pensées puisque je n'ai plus rien à perdre. Rien n'a d'importance? Il semble prendre sa propre vie avec importance. Je suis bien certain qu'au fond il a bien plus que tout les siècles devant lui à s'offrir.

Nathan était à bout de force, complètement rassasié et dépassé par l'abandon de ses muscles, de ses nerfs. Il criait et gesticulait. Entra même dans un pièce sans se poser la moindre des questions et trouva refuge dans un lit qu'on pouvait qualifier de douillet pour l'étage à lequel ils se trouvaient. Il s'y blottit alors que Poe observait la nouvelle pièce inconnue d'un air abstrait. Sur ses dernières paroles, Edgar s'avança et lui murmura à l'oreille en se penchant sur son sommeil:

« Oh! Mais je crois avoir trouver pourquoi je ère ici. »

Sourire en poche, il tira une chaise non loin et s'y assit. Non pas pour le confort – c'était inconcevable – plutôt pour la forme. Et il commença à écrire avec entrain. Le titre de son œuvre était moulée sur parchemin:

Le célèbre Nathan Gabriel Eyre

Puis il se dit qu'il n'aurait d'une éternité pour terminer cet ouvrage.


 


©BOOGYLOU.


©BOOGYLOU.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Le puit et le pendule. [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Le puit et le pendule. [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Sujets similaires

-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Heavy Rain - spoil free pour ceux qui l'ont fini
» [FINI] Call of MW2 ... URGENT URGENT
» Discussions sur le jeu fini [PAS DE BALISE SPOILER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: La Salle de Torture :: Mémentos Retrouvés-