AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Follow Me [Morgan T. Connhelly] :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
admin hypocondriaque et alcoolique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Follow Me [Morgan T. Connhelly] : Sam 18 Oct - 3:05


follow me
follow me twice



Par dessus mon souffle saillant de douleur et d'asthme, j'entends celui de la belle. Il est plus mince et siffle plus que le mien, mais je l'entends. C'est tout ce qui m'importe. Je fixe le sol sans lâcher Lauren. Je suis perdu dans la contemplation de ce moment. Elle est en vie! Seigneur, elle est en vie! Et je suis en vie aussi, ce qui importe moins pour moi mais qui reste miracle remarquable. Mon cœur bat si fort et pompe un sang d'encre qui se déverse dans l'intérieur de ma redingote. Je sens la plaie s'enfler, devenir purulente et grouiller de larve. Je grelotte presque autant que la blonde. Et je tente de me maîtriser. Je sais qu'il ne s'agit que de mes idées hypocondriaques qui me jouent des tours. Je dois rester lucide. Lucide. Lucide. Lauren.

Je porte un regard sur elle, sa peau livide et toujours exquise. Elle, elle ne semble vouloir rester lucide longtemps. Elle tremble comme si le vent aurait put la déraciner en simple bourrasque. Ses prunelles semblent alertes à tout le danger, et roulent sur une folle d'idées que je ne peux deviner. Ciel! Elle m'avait dit savoir perdre le contrôle de son esprit... Je dois admettre ne pas l'avoir cru, sur le coup. Et si elle était entièrement capable de démence, après tout? L'horloger m'a appris que jamais il ne serait possible de faire confiance aux déments. Mais Lauren... C'est différent... Non? Oui.

Je veux y croire. Qu'elle perdre les pédales devant moi à cet instant n'est pas une option envisageable. Je veux qu'elle reste avec moi. Je veux la garder avec moi... Je prends son visage dans mes mains et la regarde droit dans les yeux.

Lauren, je vous en prie... Tout va bien aller! Nous sortirons tous deux vivants de ce-

Je voix alors ses avant-bras, qu'elle strie de griffure de sang. Je sursaute et ne réagis point le temps qu'un frisson glaciale me rase l'échine. Elle se mutile?! Quelle horreur! Non! Je prie qu'elle ne cesse de ce blesser, pauvre Lauren! Si jamais il lui arrivait quelque chose... Si jamais elle s'en venait à se faire mal elle-même... Ce serait... La porte.

Elle ouvre la porte du placard d'un bon. Et elle m'ordonne de sortir. Baisse de pression et mon myocarde qui oublie comment battre. J'écarquille mes yeux et pâlis de plusieurs tons; la surprise me tétanise au grand complet. Et je n'ai à peine le temps de réagir que je vois l'ange blond foncer sur cette créature qui nous a entendu et qui se retourne de ses airs hideux et complètement inhumains. La scène est un cauchemar. Et maintenant je réalise qu'il est trop tard, qu'elle a perdu raison. Je crie.

Non, Lauren! Il vous tuera! Non!!

Je tends la main vers elle et me précipite à sa hauteur. L'effroyable avance d'un pas galeux et morbide, la douleur à mon épaule n'est plus qu'un picotement. J'accoure auprès d'elle, mais je devine que la créature sera plus rapide que mes pas. J'empoigne une boîte quelconque et la lance de toutes mes forces sur le visage de la créature. Celle-ci ne remue à peine, comme si on lui avait lancé qu'un simple carton en pleine figure. L'horreur ne semble connaître la souffrance. Je ne sais que faire. Les sueurs froides m'inondent et Lauren se jette en plein dans la gueule du loup. Je ne peux la voir mourir ainsi sous mes yeux. Je ne peux. Une chaise.

Je prends une chaise à une bureau non loin et la lance. La bête grogne et se tourne vers moi. Ensuite? Je n'avais prévu d'ensuite. Je souhaite simplement que Lauren prenne ses jambes à son coup et fuit. Si elle savait que je pourrais mourir pour elle, si elle savait... Les pas du monstre se font insistants vers moi. Je suis tendu comme jamais auparavant et je tâte mes pas derrière moi en palpant le vide de mes mains pour être certain de ne pas trébucher. Mais je tremble tellement qu'il en serait possible de toute façon...

L-L-Lauren... Je n-n-ne laisserai p-p-pas un ange mour-r-rir sous mes yeux ici-i... Fuyez j-j-je vous en conjur-r-re..!

Un miracle. Un miracle, je vous en prie, Seigneur, ou nous sommes morts.

©BoogyLou






 

Une peau de soie, de lait. Cadre d'un visage. Ses pulpeuses. Réflexe de penser à cette bouche contre la mienne. Je me sentis me liquéfier. Échapper le temps pour y recoudre un souhait unique et puissant. Et son arôme. Point celle du parfum; celle de l'espérance.

©BOOGYLOU.  

 



[color=#b45384]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
Invité
Invité
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Follow Me [Morgan T. Connhelly] : Mar 21 Oct - 0:14

Morgan & Lauren

« Follow me »



Lauren McAlister était plongée dans un état de démence. Elle le connaissait bien pour le tester presque chaque jour. Il était incontrôlable et il prenait possession de la blonde à sa guise. Présentement, la panique l'avait poussé dans ses derniers retranchements. L'américaine, dans ses moments de lucidité, savait distinguer les symptômes de sa maladie à force de les côtoyer. Il fallait un élément déclencheur, bien souvent il s'agissait de la peur. Elle commençait à trembler, souvent elle poursuivait en se faisant du mal avant de se jeter sur autrui pour tenter de l'anéantir. La belle représentait un danger dans cet état autant pour les autres que pour elle-même. A l'instant, elle risquait la mort de Morgan et la sienne. En effet, un monstre leur faisait face et Lauren, pensait devoir l'affronter. Dans ses moments de pures folies, elle se sentait invincible. Or, elle ne l'était pas. Au contact de ces bêtes, elle allait mourir. La voix de Morgan servit à la ramener à la raison. Il possédait une réelle emprise sur elle. Elle n'aurait pas besoin de « la potion » qu'il lui avait gentiment tendu quelques minutes auparavant. Il venait de révéler d'anciens sentiments enfuis, ces derniers, bons et chaleureux, venaient asperger l'atmosphère d'un parfum sécurisant et rassurant. Or, face à la réalité, la blondinette poussa un cri d'effroi. Elle réalisait la situation dans laquelle ils se trouvaient. Une expression de terreur vint envahir son visage. Le jeune Connhelly se mettait littéralement en danger pour elle. Il venait de balancer une chaise sur le monstre afin de détourner l'attention de ce dernier. Il se trouvait dans une position inconfortable. La chose restait attirée par le magnifique anglais.

Morgan, nous devons nous enfuir ensemble ! Lauren priait intérieurement pour que la situation se débloque. Il fallait empêcher le monstre d'avancer plus rapidement que Morgan. Comment faire ? La blonde reprit l'excellente idée de son petit-ami du passé, elle balança une nouvelle chaise sur la chose. Cette dernière se tourna vers McAlister. Un temps lui était nécessaire pour effectuer cette action. Dépêchons-nous. Au même moment, Lauren agrippa la main de l'amnésique pour le pousser à courir malgré le mal qu'il subissait depuis le début de cette rencontre avec les monstres. Elle imposait un rythme rapide. Morgan allait-il suivre ? Heureusement, la bête ne détenait pas le pas léger alors elle mettait plus de temps que le couple d'alliés à avancer. La bête sortait ses griffes comme attirée par la chaires de ses proies qui surent l'éviter en sortant de la pièce. On doit se cacher ailleurs, tu penses que l'on devrait se séparer ? La belle gardait la main de l'anglais dans la sienne. Je suis désolée pour tout à l'heure, j'ai eu très peur... . Elle baissa la tête.


© Chieuze

Revenir en haut Aller en bas
admin hypocondriaque et alcoolique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Follow Me [Morgan T. Connhelly] : Mer 5 Nov - 3:46


follow me
follow me twice



Elle prend ma main. C'est un coup d'éclair; je n'ai à peine le temps de voir la chaise voler au dessus du vide pour s'abattre sur le monstre. Celui-ci me tourne déjà le dos et se dirige d'un pas titubant et grotesque vers Lauren. Ce jeux aurait put durer des siècles. Dieu merci elle m'eut sorti de ma torpeur! J'ai des frissons. De fièvre? De nausée? De douleur? Je ne sais pas. Ça y est. Je sens mon cœur battre à une telle vitesse... Crise cardiaque. Je frôle la crise cardiaque. Je vais en mourir. Juste là. Sous les yeux de la belle. C'est certain. Ma cervelle me cri que c'est certain. Et pourtant.

Et pourtant je vois toujours la chevelure blonde de l'ange qui me guide. Je n'y décroche mon regard, comme si sa beauté me tenait en vie. Ou peut-être suis-je encore dans un délire hypocondriaque et je n'ai réellement pas l'aorte à la mort? Je ne saurais dire. Tout est flou autour de moi, dans mon esprit et sur ma langue. Je ne sais parler ni penser, je cours, c'est tout. Aussi sauvages que son mes tempes à l'instant, et aussi tordu est mon inquiétude dans ma gorge essoufflée. Je ne sais trop de quoi Lauren m'a tiré, mais elle m'en a tiré. Je prie qu'elle s'en sorte vite. Se dépêcher.

Comme elle l'ordonne. Je m'exécute sans réfléchir à la situation, au nombre de monstre autour de nous, à leur distance dans notre dos... Mes pas foulent ceux de l'américaine et mon épaule souffre. Puis Lauren proposa que l'on se sépare. Mon pouls cessa un moment. Non, non, certainement pas! Je me saurais incapable de la laisser seul avec la potentielle attaque d'une telle horreur rôder autour d'elle! Je hoche négativement de la tête et l'entraîne à la course avec moi dans le corridor. Mais juste avant, je lance d'un ton suppliant:

Ne vous excusez pas, je vous en prie... Gardez votre souffle pour courir aussi vite que vous le pouvez!

Je ne lâche jamais sa main. Même que je m'assure à chaque enjambée qu'elle est bien dans la mienne, comme si je craignais de la perdre plus que de perdre ma propre vie. Il n'y a rien, que le noir, devant nous. Je lève ma lanterne et aperçois une porte au loin. Je double la cadence en tirant désespérément la belle. Et si Dieu est Bon, et si Il souhaite que nous gardions vie ne serait-ce qu'une minute de plus, il aura éclairé le chemin pour nous! Parce que ce que je crains par dessus tout à cet instant est de tomber face à une créature sans nom, encore. Ma main.

Sur la poignée. Je pousse la porte de tout fracas en y entraînant la belle américaine. Je la laisse entrer avant de refermer la porte brusquement derrière moi. Puis je soulève ma lanterne pour inspecter les lieux. C'est une grande pièce sombre, comme si chaque coin avalait la moindre miette de lumière. En son centre je discerne toutefois un comptoir de stockage avec quelques sacs et quelques boîtes. Je l'incite à s'approcher de cet endroit. En se cachant derrière et gardant un œil sur la chose, nous pourrions l'esquiver peu importe où elle se dirige dans la salle. Je me penche.

Derrière le comptoir. Et prend les mains de Lauren dans les miennes qu'elle fasse de même. Je mets un genou à terre et la regarde droit dans les yeux. Je saigne. Et j'ai froid. Terriblement froid. Mais son regard, comme s'il eut été le dernier, est brûlant comme l'amour.

Qu'importe... Qu'importe ce qu'il n-n-nous arrive, Lauren, j'aim-m-merais que v-v-vous sachiez qu-qu-que cahcun des mom-m-ments passés en votre présenc-c-ce fut une bénéd-d-diction...

Derrière nous, il y a des grognements et des bruits de porte que l'on déchiquette beaucoup trop facilement.

©BoogyLou






 

Une peau de soie, de lait. Cadre d'un visage. Ses pulpeuses. Réflexe de penser à cette bouche contre la mienne. Je me sentis me liquéfier. Échapper le temps pour y recoudre un souhait unique et puissant. Et son arôme. Point celle du parfum; celle de l'espérance.

©BOOGYLOU.  

 



[color=#b45384]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
Invité
Invité
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Follow Me [Morgan T. Connhelly] : Mar 11 Nov - 0:25

Morgan & Lauren

« Follow me »



Lauren MacAlister avait entraîné son ex petit-ami vers la sortie la plus proche. Il s'était bien battu pour détourner l'attention des montres, il était doué pour les faire tourner en bourrique afin de gagner du temps. A l'instant, il s'agissait de courir pour fuir, pour éviter les bêtes. La mort ne viendrait pas taper à la porte de Morgan et Lauren, c'était certain dans la tête de la blonde. Ils arriveraient à s'en sortir car ensemble ils demeuraient plus forts que tout. Les anciennes convictions de la démente refaisaient leur apparition. Ses sentiments étaient si forts par le passé qu'ils s'amusaient à la titiller dans le présent. Comment se montrait insensible à la vue de ce bel ange ? Lauren passait par beaucoup d'états : joie, quiétude, peur panique, folie, instabilité et de nouveau la joie. Ce n'était pas normal. La rencontre avec ces choses... la perturbait. Elle restait bonne à enfermer, elle le savait. Devait-elle se donner en pâture aux créatures pour sauver son compagnon qu'elle mettait en danger ? Elle y pensait. L'américaine proposa de se séparer. Comme cela, ils pourraient couvrir plus de terrain et ainsi créer la confusion chez ces bêtes. Ces dernières possédaient-elles un cerveau, une âme ? Comment étaient-elles arrivées au Manoir ? Les scientifiques avaient-ils créé ces choses ? Les pensionnaires du Manoir finiraient-ils tous ainsi ? Lauren repensa à sa rencontre avec Victoria qui avait tenté de la torturer en vain. Cet endroit représentait réellement un cauchemar. Heureusement, le répit existait dans ce triste quotidien. Morgan représentait le rare rayon de soleil qui traversait la pièce. Quand Lauren proposa de se séparer, le beau jeune homme refusa l'idée. Il entraîna de plus belle la démente dans sa course folle. Il était déterminé comme jamais. Ils allaient survivre, elle le savait ! Elle écouta les conseils de Connhelly, elle ne parlait plus pour économiser son souffle et continuer à détaler. Sa jambe la faisait souffrir, non soignée elle ne guérissait pas, alors la blessure la lançait. Or, la démente savait faire avec, elle en possédait l'habitude. Morgan courait courait, il emportait la blonde avec. Il allait vite. Le rythme de sa course restait effréné, il souhaitait s'en sortir et protéger Lauren avec. Il possédait du mérite, la belle demeurait reconnaissante. Comme avant, il caractérisât sa force, son roc du moment, sa raison de continuer à se battre. L'anglais entraîna MacAlister à l'intérieur d'une pièce. Il l'incita à ses cacher derrière... ce qui paraissait être... une table, quelque chose dans le genre. Morgan attrapa les mains de sa partenaire. Il était avenant, elle se sentait en sécurité avec lui, bien également. Elle remarqua, grâce à la lanterne qu'il saignait, elle tiqua.

Merci. Je me souviens de toi et je me souviendrai toujours de toi même dans l'au-delà, tu as toujours été mon moteur, une raison de vivre par le passé. Merci pour tout ce que tu as fait ! Je t'en suis reconnaissante Morgan. J'espère que ce n'est pas la fin, j'ai envie de te revoir ici... . Elle souriait malgré la situation inquiétante dans laquelle ils se trouvaient, rassurée. Une créature entra facilement. Elle fit le tour de la pièce sans remarquer les deux anciens amants, elle restait perturbée par de la viande qui traînait sur le sol, signe d'une autre présence ? La bête chercha ailleurs. Lauren attendit que l'immondice parte pour refermer la porte. Nous sommes sauvés Morgan ! Quelque chose à dire ? C'est grâce à toi, tu es un génie, merci mille fois. Nous risquons de nous recroiser bel anglais ! Connaissait-il encore ses propres origines ? Lauren allait peut-être vite en besogne mais elle avait raison, les créatures ne les embêteraient plus. Juste, il fallait se faire discret. La blondinette soupira. Elle demeurait ravie que Morgan soit en vie, qu'elle aussi elle le soit. La vie était belle. Ils étaient réunis !




© Chieuze

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
admin hypocondriaque et alcoolique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Follow Me [Morgan T. Connhelly] : Jeu 13 Nov - 19:53


follow me
follow me twice



Elle me remercie, mille et une fois. Dans mes essoufflements, j'arrive à sourire, doucement. Et prends son visage de mes mains, arque les sourcils doucement en signe de reconnaissance. Mon cœur est heureux comme tout, et à la fois si meurtri. Au bord de la compote. Comme s'il avait pompé plus qu'il n'en serait capable. J'aimerais lui dire que tous ces sentiments sont réciproques. Et à ses espoirs, j'hoche positivement de la tête. Oui. Oui nous nous retrouverons. Et, sans l'ombre d'un doute, je ferai tout pour qu'elle reste en sûreté. J'ajoute:

Ce s-s-sont les anges c-c-comme vous qui m-m-me tiennent en vie, Laur-r-ren...

C'est vrai, plus que la franchise de mes mots ne pourrait le témoigner. La bête entra en grognant. Ces monstres étaient stupides, et ne reconnaissaient les victimes que par leur visage ou la peur qu'ils émanent quelques fois. Cette fois, le silence est revenu. Nous sommes en sûreté. Et je me relève avec Lauren pour la serrer dans mes bras avec force. Je suis tellement heureux qu'elle soit intacte... ou l'est-elle vraiment?

M-m-ma douce... N'imp-p-porte quoi qui vous sier-r-rait...

Pour ne pas dire que moi aussi je désire la revoir de tout cœur. Bien plus qu'une tranche de mon passé, sa personne en soit est en moi. Quelque part, enfoui, dans un lieu déspéré et sombre qui me donnait foi au cœur dès qu'elle ravive les flammes d'un passé oublié. Je défais mon accolade... Je ne suis plus surpris d'être aussi intime avec elle. Nous avons trop vécu ensemble, de ce que je me souvienne ou non.

D-d-dites-moi... Dites-moi que vous allez bien...

J'inspecte rapidement son corps et retrouve ses yeux des miens. Le silence règne désormais dans la pièce. Et nous savons que nous ne courrons plus aucun danger. Derrière Lauren, j'aperçois, sur le sol, des poussières osciller. Un courant d'air. Une sortie. Je prends l'ange blond par la main et nous marchons vers cet endroit. En sortant ma lanterne, se dresse devant nous des escaliers bercées de noir menant à un étage plus haut. Avant d'y pénétrer, je tourne mon menton vers elle, lui souris:

Nous nous rever-r-r-r-rons je vous le p-p-promets. Je vous éc-c-crirai.

Aussi simple que cela est-il. Et je ne désire surtout pas la perdre. Surtout pas.

©BoogyLou






 

Une peau de soie, de lait. Cadre d'un visage. Ses pulpeuses. Réflexe de penser à cette bouche contre la mienne. Je me sentis me liquéfier. Échapper le temps pour y recoudre un souhait unique et puissant. Et son arôme. Point celle du parfum; celle de l'espérance.

©BOOGYLOU.  

 



[color=#b45384]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
Invité
Invité
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Follow Me [Morgan T. Connhelly] : Dim 16 Nov - 18:56

Morgan & Lauren

« Follow me »



Morgan Connhelly se montrait avenant, présent, attentionné. Il effectuait des gestes rassurants envers la personne de Lauren McAlister : lui prendre les mains, porter ses mains sur le visage de la blonde. La femme repensait au passé. Ces mêmes mains, elle les tenait autrefois en se baladant dans les rues de Londres lors de belle balade. Ils avaient échangé leur premier baiser dans un parc. Lauren avait choqué le jeune anglais avec son attitude plus libérée. Ils partageaient de forts sentiments. Cela dura le temps d'un bon mois puis Lauren retourna en Amérique, avec de bons souvenirs en tête et du chagrin. Le destin l'avait de nouveau envoyé sur les traces de Morgan. Elle remerciait sérieusement le ciel. Le perdre ne l'avait pas aidé... désormais elle se sentait portée et en sécurité. Ils l'étaient, le monstre quitta la pièce et Connhelly prit la blonde dans ses bras. Elle le serra tout autant que lui. L'instant était magique ! Les secondes défilèrent lentement, l'émotion était vive. Lauren se voyait heureuse comme jamais. Morgan offrit de belles paroles à Lauren qui espéraient qu'elles soient vraies car si c'était la cas, elle portait bonheur au jeune homme. Elle n'en avait pas la prétention, ce détail l'assurait juste de le recroiser car elle devrait le soutenir et l’accompagner par moment pour le maintenir en vie. Une chose était certaine, si elle devait donner sa vie pour l'anglais elle le ferait. Elle savourait ce moment de partage et d'échange. Puis, Morgan s'éloigna. Il s'inquiétait.

Je vais bien merci. Mais toi, tu saignes... . As-tu de quoi te soigner ?

Il ne répondit pas, il découvrit une sortie et il emmena au plus vite la blonde jusqu'à cette dernière. Il était si avenant. Il s'occupait des autres avant lui. Il voulait protéger autrui quitte à se mettre en danger pour les sauver. Lauren était touchée par tant d'humanité. Morgan représentait l'espoir de ce Manoir, plus personne n'était aussi bon que lui. Sur quelques paroles, ils devaient se quitter. McAlister se sentait bien, elle savait qu'elle le reverrait. Elle avait son cadeau avec elle mais aussi le souvenir de la lecture de la page de journal de son ancien petit-ami. Elle était fière de lui, de ce qu'il accomplissait : il avait bien mûri.

Prends soin de toi bel ange ! Merci pour tout ce que tu as fait. Il s'en sortirait ! Elle le savait.





© Chieuze



FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Follow Me [Morgan T. Connhelly] :

Revenir en haut Aller en bas

Follow Me [Morgan T. Connhelly] :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Sujets similaires

-
» Jimeo / Morgan
» Village Kurain - Salle de méditation [Morgan Fey]
» Lionel , Morgan 750K MOG
» ADRIANO ☼ I follow rivers.
» Hagiographie de Morgan de sauvigny

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Premier Étage :: La Salle d'Études :: Mémentos Retrouvés-