AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

''Who are you, really?'' [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
admin hypocondriaque et alcoolique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Sam 12 Juil - 16:04



''Who are you, really?''





Un torche qui s'enflamme d'un coup dans un coin de la pièce. Je sursaute. Sorcellerie du Démon? Je le crains. J'avale difficilement et me redresse en fixant la table que la lueur éclaire. Puis apporte un regard inquiet aux autres. Je suis trop nerveux pour les attendre. J'y accoure en murmurant le plus fort que je le puis:

Arrêt-t-tez... Il y a des... d-d-des let-t-tres..?

Je remarque avec stupéfaction. Et inquiétude. Une enveloppe nous est adressé. Je la prends en envoyant des regards furtifs aux autres et l'ouvre. Je ne prends la peine de les questionner ou de me questionner moi-même. Je tremble. J'espère simplement que c'est la clef à la porte de sortie de ce cauchemar... Je lis.

La lettre. À haute voix, avec concentration. Puis la dépose sur son lit de table en tordant mon visage d'angoisse. Lorsque Rockwood signe nos présages, ce n'est jamais bon signe. J'avalade difficilement. Prends l'enveloppe portant mon nom et celle d'Elizabeth et retourne auprès d'elle. Je la prends par la taille et l'amène à l'écart. Peu importe les tournures que prennent la situation, je la veux près de moi. Je rends la lettre à ma douce damascus en lui adressant un regard de courage. Je regarde.

Mon enveloppe. Et je n'ose l'ouvrir. Pas maintenant. Je crains dévoiler d'atroces desseins. Tout comme il y a dans les enveloppe des autres. Ma gorge se noue. Et je fais prière au Seigneur. Qu'Il ait pitié de nous...






 

Une peau de soie, de lait. Cadre d'un visage. Ses pulpeuses. Réflexe de penser à cette bouche contre la mienne. Je me sentis me liquéfier. Échapper le temps pour y recoudre un souhait unique et puissant. Et son arôme. Point celle du parfum; celle de l'espérance.

©BOOGYLOU.  

 



[color=#b45384]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
admin aveugle et anarchique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Mer 30 Juil - 13:43





Who are you, really ?





Erik était toujours aux prises avec Athénaïs. Ce combat était aussi serré que ridicule mais aucun des deux ne voulaient lâcher les prises. Après tout, l’un se battait pour garder sa vie que l’autre lui voulait lui prendre. Et les deux camps faiblissaient petit à petit. Puis, la Brute relâcha son étreinte et le Gardien reprit rapidement et bruyamment son souffle. Il toussa à en cracher ses poumons et parvint à sortir de l’étreinte de sa supérieure hiérarchique. Il s’éloigna de quelques pas et se massa la gorge, oubliant tout ce qu’il se passait autour de lui. Il entendit l’homme l’appeler mais il ne l’écouta pas. En réalité, il était plus concentré sur les pas d’Athénaïs, prêt à réagir si celle-ci faisait le moindre geste suspect et potentiellement agressif à son égard. Mais elle se contentait juste de crier pour l’instant. C’était habituel chez elle, à croire qu’elle ne pouvait s’exprimer qu’en hurlant et en frappant sur les autres. Triste. Puis, la deuxième femme prit la parole et entama un long monologue qu’Erik n’écouta qu’une oreille distraite. Après tout, il reprenait lentement son souffle et ses esprits et ne voulait pas tellement se concentrer sur que les deux jeunes femmes racontaient entre elles. Cependant, un bruit le fit sursauter et eut le mérite de regagner son attention. Le bruit d’un poing qui percutait un visage. Il entendit alors la voix de l’inconnue et comprit que c’était elle qui avait frappé Athénaïs. Erik dut avouer qu’il était profondément et agréablement surpris par ce geste, même s’il trouvait l’amnésique un peu stupide. Si Athénaïs avait dans l’idée de répliquer (ce qu’elle ferait très certainement), il ne donnerait pas cher de la pauvre femme. Certes, lui aussi l’avait frappé mais il savait à quoi il s’exposait. Ce qui n’empêchait pas que son geste fut lui aussi stupide. Mais après tout, si tout le monde commençait à se liguer contre elle… Elle serait vite muselée et inoffensive. Car c’était quand même le deuxième coup que la Brute se prenait. Le Gardien ignorait ce qu’il se passerait s’ils tuaient une Brute. Seraient-ils à leur tour des Brutes ? Seraient-ils exécutés dans la salle de torture ? Ou bien est-ce qu’absolument rien ne se passerait ?

Ce fut le bruit d’une flamme qui s’allume qui le tira hors de ses pensées. L’homme qu’il ne connaissait pas vraiment s’y avança, sans attendre plus longtemps une réaction de la Brute. Erik perçut le bruit d’un papier qui glissait sur du bois et l’autre annonça que des lettres étaient posées sur une table. Le Gardien eut un sourire ironique. Il s’imaginait parfaitement que l’un d’entre elles était à son nom mais comment savoir laquelle et comment lire son contenu quand nous n’avons pas les yeux prévus à cet effet ? Il croisa donc les bras, son demi-sourire aux lèvres et ne bougea pas. Et ne dit rien non plus. Il allait attendre que tous aient pris leur enveloppe avant de pouvoir prendre la sienne et… la déchirer, vraisemblablement. Rockwood avait sûrement marqué une connerie dessus qu’il ne voulait et ne pouvait pas savoir. Autant détruire quelque chose d’écrit par sa main. Histoire de provoquer une fois de plus la Brute avec eux.






Eyes Wide Shut.
I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight. Oh can you hear the song of thunder when fear strangles a soldier's pride? And on the surface of the waters will dance reflections of the fire in the night. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Jeu 31 Juil - 13:09


Who Are You Really ?



Mon aimé s'est mis en travers de mon chemin, pensant être à cet instant être comme mon chevalier grandiose au cœur profond. Il veut me protéger et je ressens cela de tout le bonheur qui enveloppe mon cœur. Même si j'avoue être quelqu'un de très indépendant, le fait de savoir qu'il me protége est assez reposant. Je me place alors gentimment derrière lui, il est vrai qu'on se demande à quoi bon risquer sa vie alors que des gens se proposent de la perdre pour vous. Bien que je sois du genre à profiter de l'aide des personnes, à tort bien souvent, je ne cherchais pas vraiment qu'il le fasse après tout. C'était eux qui se proposaient tout naturellement à m'apporter de l'aide. J'ignore comment m'est venu cette bonne étoile, mais je le saurai très certainement un jour. Ce jour là, j'espère qu'il sera la consécration de toutes les folies que j'aurai traversé dans ce manoir. Pourquoi avoir choisis de me souvenir, cette lettre me disant que j'avais choisis d'oublier. Quel tristesse. Mais voilà qu'une torche s'allume au non loin de notre position. Je n'avais encore perçu aucune réaction de la Brute que je venais savament de remettre à sa place. Au moins, nous voilà dans un calme relatif. Je m'approche de la lettre et n'hésite pas à la lire tout en notant un nom. Harry Downcry et Jeremiah Rockwood. C'était ceux qui nous maintenaient donc ici de notre mauvais gré ? J'ignorais tout de ces personnages, mais qu'importe. Je prends alors l'enveloppe que me tends mon amour et en voit parmi le tas encore 3 marqués de noms divers. Certainement les noms de ceux qui m'accompagnent. Je ne prends que la mienne et l'ouvre rapidement. Les mots qu'ils y sont inscrits me terrifient profondément. Quelle était cette affaire ? Pourquoi une arme pointée à mes yeux ? Je n'étais pourtant pas aveugle. Mais mon regard se tourna brutalement vers l'homme qui ne semblait pas pouvoir bouger correctement. Peut-être avais-je lu son enveloppe par mégarde. Je vérifie. Non, aucune erreur. Peut-être m'étais-je enfuie à temps de ce groupe d'homme alors...

Vous seriez d'accord pour que l'on mette en commun nos enveloppes pour mieux comprendre pourquoi nous sommes ici ?


©BOOGYLOU.



People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Dim 3 Aoû - 19:49


«Who are you, really?»






Athénaïs avait eu raison et cela la faisait bien sourire. Effectivement, ce n'était pas Morgan qui portait la culotte dans son couple et elle avait du mal à retenir ses rires. Elle devait vraiment avoir du mal à garder son sérieux en observant la petite catin lui parler comme si elle en avait le pouvoir. En vérité, elle n'avait pas écouté un traître mot de ses dires qui lui paraissaient totalement inutiles. Mais elle aurait dû faire plus attention lorsque celle-ci se retourna brusquement en lui flanquant son poing dans la mâchoire. C'était une journée plutôt éprouvante.
Elle avait son pesant de force, celle là. Mais pas assez pour terrasser une brute comme Athénaïs. Cette dernière se mit à ricaner malgré la douleur qui se propageait dans ses dents. Tenant son menton à une main, elle replaça sa dentition inférieure dans un petit craquement. La piqûre aiguë que cela lui provoqua laissait entrevoir un probable hématome sur sa joue. Elle avait vécu pire, même en dehors du manoir.

La jeune brute aurait volontiers exercé son pouvoir sur cette bougresse qui ressemblait plus à une prostituée qu'elle-même. Malheureusement, les choses se déroulèrent plutôt vite dès qu'une torche s'alluma au fond de la pièce. Athénaïs fronça immédiatement les sourcils et prit un air grave cette fois. Voilà sûrement les réponses qu'elle méritait.
Sans plus attendre, la brute fonça avec détermination à cet endroit. Observant les enveloppes soigneusement disposées, la jeune femme distingua celle à son nom. Sans hésiter, elle la prit et l'ouvrit avec rage mais précision. Elle aurait voulu assommer Morgan qui lisait la sienne à voix haute, ce qui arriverait probablement plus tard.
Pour la première fois, Athénaïs ressentit une énorme colère envers Rockwood. Pourquoi la faisait-il participer à un de ses jeux sadiques avec le reste de la vermine du manoir?! Ce n'était absolument pas son travail! Serrant la lettre entre ses griffes jusqu'à ce qu'elle se froisse, la jeune femme brillait de haine alors que les flammes de la torche se reflétait dans ses yeux du démon. Elle se délectait d'être son esclave, mais pas dans ces conditions. Avec un dégoût certain, elle retira quand même le papier de l'enveloppe et le lut ...
Mais qu'est-ce qu'elle en avait à faire ... Du passé de ces amnésiques sans la moindre importance. Cette petite conne aux cheveux noirs avait peut-être raison, vu qu'elle semblait se prendre pour la voix de la sagesse, mais qu'elle était ennuyeuse. Oui, Rockwood aimerait qu'on joue à son jeu. Mais Athénaïs n'avait simplement pas la moindre envie de copiner avec ces gueux.
Cependant ... elle ne pouvait pas continuer de leur crier dessus, ils n'avaient aucune raison de lui obéir, et de plus, enfermée avec eux, elle était l'ennemie. Et s'ils se mettaient tous contre elle, elle n'aurait peut-être aucune chance. Alors elle décida de disparaître. Non, malheureusement, elle n'avait pas le don de se téléporter, mais elle savait très bien se tapir dans l'ombre. Telle l'araignée qui se cache après avoir montré son horrible aspect.

Même si tu comprends, tu ne ressortiras pas d'ici la même.

Athénaïs avait envoyé ses ondes télépathiques sur la femme qui servait d'homme au petit Morgan. Sans changer de voix pour le moment, elle n'en ressentait pas le besoin. Un petit début de vengeance. Un minuscule début. Ce qui l'attendrait ensuite serait bien pire. Et elle ne l'oublierait pas.
Assise dans la pénombre, Athénaïs les observa, gardant son secret sans saveur avec elle, au cas où. Elle allait jouer à la marionnette, cet endroit était idéal pour exercer son don de télépathe. Elle avait hâte que la partie commence.






(c) MEI SUR APPLE SPRING




DUALITY
I can be the beast that fights at night. Your intimate nightmare alive. Or the sensual well-dressed woman. Unattainable dream. But I'll never be one thing. Merciful. × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin hypocondriaque et alcoolique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Mer 13 Aoû - 6:35



''Who are you, really?''





Je reste près d'Elizabeth. Impossible que je la quitte autrefois. D'autant plus que j'ai fait d'Athénaïs mon pire ennemie pour la troisième sinon quatrième fois depuis notre rencontre fatale. Je repense à ce goût que sa chair m'avait procuré au palais et j'ai cette envie de nausée. Je prie qu'elle ne m'en veuille pas à mort pour cet affront - et le Malin doit bien réciter l'inverse sous ses flammes. Je lève.

Le regard. Athénaïs n'est plus là. Je garde une main autour de la taille de ma douce damascus pour la serrer contre moi et cherche la vile du regard. L'enfant semble toujours dans son coin et l'aveugle semble m'ignorer. Il porte la rage sur son visage, aussi. Peut-être est-ce mieux de ne plus le tracasser... Impatience. Et vitesse.

J'ouvre la lettre qui m'était destiné et la lis. Un frisson me parcoure. Quelle horreur. Sueur froide. Ma main tremble. Pauvre, pauvre femme à qui appartient ce souvenir. Car, oui, je reconnais une femme depuis la ponctuation des mots ainsi que son contexte. Je regarde Elizabeth et crains qu'il ne s'agisse de son souvenir. Inquiet, je lui dicte:

C-C-C'est une bonne id-d-d-dée... Je n'ar-r-r-rive à comp-p-prendre l'is-s-sue de ma let-t-tre, quoiqu-qu-qu'elle semble assez t-t-tourmentée...

Je ma racle la gorge et prononce timidement:

T-t-tu es à moit-t-tié nue dans un b-b-bordel... Dev-v-vant tes yeux, un homme... un homme... poignard-d-de une... une... jeune femme... dans le v-v-ventre... T-t-tu reste im-m-mobile et pét-t-trifiée d'horreur...

J'avale difficilement. Puis adresse un regard si préoccupé et dévasté en direction de ma douce damascus. Je prie le seigneur qu'il ne s'agisse de sa situation antérieure.



hrp:
 





 

Une peau de soie, de lait. Cadre d'un visage. Ses pulpeuses. Réflexe de penser à cette bouche contre la mienne. Je me sentis me liquéfier. Échapper le temps pour y recoudre un souhait unique et puissant. Et son arôme. Point celle du parfum; celle de l'espérance.

©BOOGYLOU.  

 



[color=#b45384]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Ven 15 Aoû - 13:18


Who Are You Really ?



Je n'avais eu aucune réponse de la femme que j'avais savamment frappé du poing, étant bien trop en colère pour pouvoir accepter que l'on se paye encore ma tête dans cette atmosphère instable. Il y en avait assez de ces querelles de pouvoirs. L'important était de s'en sortir. Chaque groupe avait besoin de son leader, et si notre très sympathique Brute ne pouvait se charger de cette tâche -quand bien même elle était au dessus de nous dans la hiérarchie de ce endroit- et bien il fallait que quelqu'un s'en occupe. Je n'étais absolument pas contre le fait de prendre ce rôle. Aussi avais-je aussitôt lancé la première l'idée de partager les petits papiers. De toute façon, vous pouvez comprendre que c'était bien la seule chose qu'il nous restait à faire dans ce misérable trou à rat, que dis-je ce huit-clos lamentable qui nous cloitraît comme des animaux de laboratoire. Où était donc ce Harry ? Qu'on puisse mettre notre désespoir sur la tête de quelqu'un. Qu'on puisse se venger de Rockwood sur lui, vu qu'ils semblent être de mèche.

Soudain, une pensée me traversa l'esprit. Même si tu comprends, tu ne ressortiras pas d'ici la même. Cela fit doucement rire Elizabeth. Bien évidemment qu'elle n'en ressortirais pas la même. Elle s'était déjà retrouvé dans la peau d'une autre en perdant tous ses souvenirs. Elle n'était plus à cela près. Il y avait désormais des choses différentes en jeu. Cela pensant, elle caressa subtilement son ventre, songeant à l'enfant qu'elle portait. Rien n'allait qui vaille dans ce qui semblait être son passé. Si elle l'avait oublié, ce n'était pas pour rien, elle avait eu le choix. On pouvait presque dire qu'elle espérait ne pas ressortir la même de ce manoir. Mais peut-être que cette voix ne voulait pas exactement dire ça...Elizabeth ne savait même pas d'où elle provenait et pourquoi la voici qui résonnait dans son esprit. Remarquant le regard de Morgan sur elle, l'écrivain ressortit son bout de papier et le rassura rapidement :

Non...ce message ne m'évoque rien, chéri.

Ouvrant son propre message, elle s'éclaircit la voix.

« Tu es entouré d'hommes. Tu es paniqué. Ils te maintiennent fermement et l'un d'eux dirige une arme vers tes yeux en te parlant de dettes. »

Haussant les sourcils, elle jeta un regard suspicieux à Erik, l'être dont elle entendait émaner des pleurs d'enfants. Était-ce un hasard de ce souvenir parlait de yeux alors qu'il était parfaitement aveugle ? Elle ne le pensait pas, elle ne pouvait pas le penser. Les coïncidences étaient les dernières choses auxquelles elle croyait


©BOOGYLOU.



People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin aveugle et anarchique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Ven 15 Aoû - 14:10





Who are you, really ?





Erik était toujours adossé à son mur humide, les bras toujours croisés sur la poitrine. La femme dont il n’avait toujours pas le nom proposa alors de lire les lettres. Cette proposition fit sourire l’aveugle. Cette idée n’était pas stupide en soi mais bon, il se sentait un peu exclu. Athénaïs resta silencieuse, étrangement. Bien trop touchée dans son orgueil pour faire ou dire quoique ce soit. L’homme fut le premier à lire le papier. Ça parlait d’une maison de passe et d’un meurtre. Ravissant tout cela… Puis vint le tour de la femme. Et son papier… Son papier parlait d’yeux et de dettes, étrangement. Instinctivement, il sentit les yeux de l’inconnue se poser sur lui. Oui, lui aussi se demandait si cela le concernait aussi. Il ne se souvenait de rien. Absolument de rien. Sauf de ce que les Scientifiques avaient bien voulu lui dire. Son âge, sa ville d’origine, son ancien métier et son nom. Mais c’était bien tout. Si, il savait encore parler allemand et anglais mais ce n’est pas quelque chose qui faisait partie des souvenirs. Ce sont plutôt des automatismes que son cerveau a définitivement assimilé. Comme le violoncelle. Si les Scientifiques avaient dit vrai sur son métier, il était quasiment certains de pouvoir en rejouer sans trop de fausses notes au début. Quoiqu’il en soit, il haussa les épaules avec dédain et indifférence pour répondre à la question silencieuse de la jeune femme. Il s’approcha alors de la table, s’appuya dessus avec nonchalance et arrogance avant de désigner les deux lettres restantes d’un geste souple et ample. Il s’éclaircit la gorge. Les mains d’Athénaïs lui avaient sûrement un peu brisée la voix.

- Je ne suis pas contre l’idée mais…

Il haussa les sourcils avec un léger agacement sur son visage. Le message était clair. De toute façon, il fallait qu’ils soient stupides pour ne pas comprendre son sous-entendu. En y repensant, c’était la première fois qu’il prenait la parole depuis qu’il s’était réveillé. Oui, il n’avait jamais parlé. Son accent bavarois sonnait comme un son intrus parmi le parfait anglais de chacun. Non, sauf Athénaïs et l'autre femme. Elles en avaient de légers aussi, bien que différents. Plus légers que le sien. Enfin, elles n’étaient sûrement pas Anglaises à la base. Donc en gros, dans cette pièce, il y avait plus d'étrangers que d'Anglais pure souche. Erik finit bien par se demander si ce qu’il était en train de penser était bien utile pour leur problème. Évidemment que non, mais comme pour passer à la prochaine étape, il fallait lire, il était disqualifié d’office.







Eyes Wide Shut.
I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight. Oh can you hear the song of thunder when fear strangles a soldier's pride? And on the surface of the waters will dance reflections of the fire in the night. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Dim 7 Sep - 22:09


«Who are you, really?»






Elle n'arrivait toujours pas à s'y faire. Son maître l'avait bel et bien jetée dans la mare aux têtards pour son plus grand plaisir, à son habitude. Oh, elle était en colère, ça c'était sûr. Mais, assise dans le noir, la brute commençait à cogiter maintenant qu'elle s'était éloignée du feu de l'action. Ce n'était pas du tout étonnant, en fait. Quoi de plus jouissif pour Lord Rockwood que de lâcher un fauve au milieu des moutons? Était-il en train de regarder la scène à ce moment? Était-il parmi eux? Athénaïs n'en serait guère étonnée. Et elle devait penser de cette manière, de toute façon.
Trêve d'enfantillages, la jeune femme était souvent aveuglée par son orgueil, mais la simple pensée de son maître pouvait la faire s'évanouir un tant soit peu. C'était, de toute façon, l'ultime solution. Plusieurs choix s'offraient à elle à présent. Coopérer avec ses victimes? Les exterminer? Faire durer le jeu pour plaire à Rockwood? C'était sans conteste. Souriant dans l'obscurité, la bête commençait enfin à ne faire qu'un avec ce plan. Elle se sentait du même côté que son Lord, comme toujours. Qu'il la fasse participer à un vulgaire jeu de cirque, alors soit. Mais elle voulait avoir le dessus quoiqu'il arrive. Beau challenge pour une brute.

Oui, cela semblait bien parti, mais c'était sans compter le papier lu à voix haute de ce cher Morgan. Malgré ses bégaiements pathétiques, Athénaïs avait parfaitement compris ses balbutiements. « Tu es à moitié nue dans un bordel... Devant tes yeux, un homme poignarde une jeune femme dans le ventre... Tu restes immobile et pétrifiée d'horreur. »
La jeune femme avait l'impression qu'une massue s'abattait sur son crâne. Comment ... ? Les yeux exorbités, Athénaïs revoyait la scène de son passé comme si elle y était, ou presque. Elle n'était qu'une enfant ... Comment ce stupide amnésique pouvait sortir les mots de sa vie? On aurait dit qu'il les lui arrachait de son coeur suintant de sang noir. C'était trop. La jeune femme prit sa tête entre ses mains et la serra aussi fort qu'elle le put. Elle s'efforçait de ne faire aucun bruit et de bouger le moins possible. Mais les images de cette jeune femme en train de mourir sous ses yeux chérubins ne cessaient de s'animer devant elle ...
Athénaïs se concentrait du mieux qu'elle pouvait sur les paroles des insignifiants. Elle avait du mal à suivre, mais elle parvint à se calmer après que l'aveugle ait prononcé des mots toujours aussi inutiles. Seules deux larmes avaient coulé sur ses joues, et cela faisait tellement longtemps que cela ne lui était pas arrivé qu'elles lui brûlaient la peau de leur sel inconvenant. Elle se sentait trahie au plus haut point ... Mais elle n'avait malheureusement pas le temps de faire dans les sentiments et encore moins de s'apitoyer sur son sort. La brute parvint à envoyer des ondes télépathiques à tous les membres du groupe incongru. Elle ne masqua pas sa véritable voix dans leurs têtes, mais elle ne possédait aucun sentiment, comme si une machine récitait les mots qu'elle avait appris sur son papier.

« Un père, c'est ce qui semblait vous manquer le plus. Cependant, maintenant, on vous a forgé pour n'être plus que de marbre. Et vous le faites un peu trop bien, peut-être ... »

Qu'est-ce qu'on s'en fichait, franchement. Cela aurait très bien pu s'appliquer à elle aussi si elle avait eu un père ET une mère. Et avec cette bande de bras cassés, bonjours pour trouver les détenteurs de tout cela ...
Mais Athénaïs n'en avait pas fini avec ses démons et ne pensait déjà plus à son papier insipide, le laissant aux autres pour y réfléchir à sa place. Elle, était coincée dans l'obscurité, son obscurité. Avec toujours la même pose hantée, elle ressassait la scène que Morgan avait décrite. Ses lèvres murmuraient des mots inaudibles. Elle sentait ses ondes télépathiques s'accroître de plus en plus. Cela lui était déjà arrivé auparavant, et elle avait encore du mal à le contrôler. Sa tête commençait à chauffer, son pouvoir s'amplifiait sans qu'elle ne le décharge sur les autres pour l'instant. Elle se demandait ce qui arriverait si quelqu'un la trouverait. Au mieux, la citerne exploserait au bout d'un moment, peut-être. Au pire, elle ne savait absolument pas. Plus le temps passait, plus elle se transformait en bombe, et elle ne pouvait arrêter le processus, car la jeune prostituée se faisait poignarder encore et encore devant ses yeux vitreux.






(c) MEI SUR APPLE SPRING




DUALITY
I can be the beast that fights at night. Your intimate nightmare alive. Or the sensual well-dressed woman. Unattainable dream. But I'll never be one thing. Merciful. × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin hypocondriaque et alcoolique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Jeu 11 Sep - 1:51



''Who are you, really?''





C'est une délivrance, une incroyable délivrance. Je soupire lourdement et regarde cette enveloppe qui contient les mots-mêmes qui donnent les tremblements à mes mains qui la portent. Et ces mots ne sont pas reliés à Elizabeth. Dieu soit loué! Et puis après cette libération vient la crainte. Si cette lettre ne s'adresse pas à ma douce damascus, c'est qu'elle vise l'unique autre femme de la pièce. Je lève le menton pour adresser un regard à Athénaïs et ma cage thoracique vibre lourdement. Ses yeux son furax. Je suis mort sous peu, ils me disent. Peut-être, finalement, était-ce mauvaise idée de dire tout cela de la sorte. Et je prie qu'elle ne me porte pas vengeance quelconque...

Le souvenir que Elizabeth dicte est facile à deviner. Je tourne mon attention, comme elle et probablement la plupart des gens en cet endroit, sur lui. Il est le seul blessé aux yeux. Et il me dit toujours atrocement quelque chose. Je jurerais sur Dieu d'avoir déjà serré sa main. Et c'est la voix de la brute qui me tire de mes pensées. J'ai l'impression qu'elle aurait put cracher son venin sur moi, et plutôt elle joue le jeu avec nous et récite sa citation. Celle de l'aveugle reste inconnue, mais je n'ose aller lui la lire.

D'ac-c-cord mais... Mais... Où c-c-ela n-n-nous mèn-n-ne-t-il?

Vraiment, j'avais cru pouvoir arriver à un résultat concluant en parlant de la sorte. Apparemment que les choses ne sont pas aussi facile dans ce manoir. Comme toujours.

hj:
 







 

Une peau de soie, de lait. Cadre d'un visage. Ses pulpeuses. Réflexe de penser à cette bouche contre la mienne. Je me sentis me liquéfier. Échapper le temps pour y recoudre un souhait unique et puissant. Et son arôme. Point celle du parfum; celle de l'espérance.

©BOOGYLOU.  

 



[color=#b45384]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Jeu 18 Sep - 11:28


Who Are You Really ?



Les souvenirs s'enchaînaient, mais aucun ne parvenait à éclaircir à mes yeux la vision que j'avais de mon propre passé. Aucun déclic. Rien. Je ne pouvais qu'attendre sans comprendre, et rien d'autre ne pouvait m'aider à cette seconde. Je restais proche de mon amour, songeant avec une peur immense à l'enfant que je possédais. Aucun mal ne devait nous arriver. Si jamais...non. Je ne dois pas penser à ce genre de chose. Après tout, si nous avons survécu jusqu'ici, pourquoi ne pourrions pas faire plus ? Tout ceci ressemblait à un grand jeu. Les règles étaient du chacun pour soi, mais il fallait se rendre à l'évidence, ce n'était qu'en s'unissant que nous parviendrions à faire avancer les choses. Aussi écoutai-je les informations de chacun en hochant la tête pour leur montrer  à tous que je comprenais. Non, je ne me prenais pas pour la tête de file de chacun mais il fallait être honnête ici. Entre ceux qui voulaient fuir, ceux qui voulaient frapper. Il n'y avait plus grand monde. Le petit adolescent m'était complètement sorti de la tête, mais tant mieux car il restait dans son coin. J'approche du reste de la table et vois une dernière enveloppe. Bien sûr. L'aveugle ne pouvait la lire, il ne pouvait même pas se rendre compte qu'il en restait une pour lui, ni même où se trouvait la table d'ailleurs. Oh, il ne faisait aucun doute qu'il parvenait à sentir notre présence et à deviner notre emplacement grâce à nos bruits de pas, notre respiration, nos voix ou autre. Mais à discerner la respiration d'une enveloppe, bonne chance.

Je vais lire celle que vous ne pouvez voir, Monsieur.

Aussi je pris la chose en question et l'ouvrit religieusement. Je supposai qu'il comprenait que je parlais à lui. Après tout, il n'y avait personne d'autres que nous ici. Les aveugles n'étaient pas choses courantes dans ce manoir. Trop fragile. Normalement. Je reportai mon attention sur l'enveloppe. Aucune des lettres jusqu'ici ne m'avait parlé, est-ce que celle-ci serait différente ? Avec une certaine appréhension, je me mets à la lire à haute voix, afin que chacun puisse l'entendre et se faire sa propre idée sur son possesseur.

« Il fait très froid. C'est un endroit sombre. Dans tes bras se trouve le corps inerte d'une enfant et tu pleures toutes les larmes de ton corps en caressant ses cheveux. »

Mon souffle se fait court. La respiration de mon myocarde se fait difficilement. Si l'on pense que le souvenir de la femme témoin se trouve être celui d'Athénaïs. Que celui de l'homme endetté marche aux côtés d'Erik. A qui pouvait bien appartenir celui-là ? N'y avait-il plus de secret, vraiment ? Mon cœur se serre à la lecture de ce papier, mais je ne peux croire qu'il s'agit du mien. Mon visage montre des marques de déconcentration, je suis destabilisée. M'appuyant contre le mur, je regarde la dernière enveloppe, puis le jeune garçon. Que le Diable t'emporte si tu n'ouvres pas celle-ci. La dernière.


©BOOGYLOU.



People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

''Who are you, really?'' [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Les Égouts :: La Citerne :: Mémentos Retrouvés-