AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

''Who are you, really?'' [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Mar 22 Avr - 23:02


«Who are you, really?»






L'attention de la brute se porta vite sur l'autre fille de la pièce. C'était bien la seule à avoir du courage, bizarrement. Un soumis, un peureux et un gosse, ah, le sexe fort était dans une bien belle situation! Cela faisait sourire Athénaïs. Elle ne regrettait presque pas de se retrouver avec eux. La jeune femme ne lâcha pas le regard de cette victime femelle, plus amusée qu'autre chose. Elle était un concentré de divertissement et d'agacement à la fois. Athénaïs ne savait pas si elle allait finir par rire de ses actes ou vouloir l'égorger. La deuxième solution était plus probable.
Surtout lorsque cette dernière annonça clairement que "tout le monde" avait été mis dans cette pièce poisseuse de la même manière. Le regard d'Athénaïs s'effaça et son regard s'assombrit de nouveau. La brute s'avança lentement vers l'amnésique, la surplombant. Avait-elle autre chose à ajouter ou étaient-ce ses dernières paroles? Non, la jeune femme n'allait pas la tuer maintenant. Ce serait gâcher un potentiel mais aussi jouer avec le feu. Athénaïs aimait les deux.

Mais lorsque l'adolescent se mit à parler, la brute détourna enfin le regard de la fille pour se concentrer sur lui. Qu'avait-il osé dire, celui là? Athénaïs pouvait envoyer balader n'importe qui l'attaquant personnellement, mais parler du Lord Rockwood de cette manière était juste intolérable. Cet homme avait pu lui faire les pires immondices, elle lui était loyale jusqu'à sa mort, corps et âme. Et ce n'était pas cet avorton qui allait le défier.
La brute se rua vers lui en quelques instants, le prenant par le col et le plaquant contre une des parois sales de la pièce. Le bruit de son corps contre le métal provoqua un bruit qui résonna dans toute la citerne. Le diable dans les yeux, Athénaïs le regarda, folle de rage. Son grand corps mince levait sans difficulté le jeune homme qui pesait moins qu'une plume. Est-ce qu'il mangeait, des fois? Peu importe, peut-être ne goûterait-il plus rien de sa vie.

« Qui crois-tu être pour te sentir capable de penser comme le maître, gamin?  » cracha-t-elle.

Il pouvait pleurer, brailler et supplier ce qu'il voulait, Athénaïs n'était pas du genre à éprouver de la pitié, même pour un enfant. Qu'il se rachète, maintenant.






(c) MEI SUR APPLE SPRING




DUALITY
I can be the beast that fights at night. Your intimate nightmare alive. Or the sensual well-dressed woman. Unattainable dream. But I'll never be one thing. Merciful. × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin aveugle et anarchique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Jeu 24 Avr - 12:14





Who are you, really ?





Erik se tenait toujours la tête baissée, n'osant interrompre les autres participants de cette affaire dont apparemment, personne ne semblait en connaître l'origine ni le but. Pas même Athénaïs. Il ne put s'empêcher d'avoir un petit sourire moqueur en la voyant tenter de conserver son calme et éviter de paniquer. Oh oui, ce cher Rockwood faisait bien ce qu'il voulait et finissait toujours par montrer à tout le monde le mépris qu'il avait pour les gens et la race humaine en général. Voire même la vie tout court. Quoiqu'il en soit, il se tenait toujours immobile dans son coin, essayant de se concentrer plus sur le bruit de l'eau qui tombait de la voix de la furie qui lui avait lancé des livres dans la tête. Car, comme la dernière fois, son ton hautain le déplut et l'agaçait fortement. Cependant, il ne pouvait rien dire, rien faire, la simple présence d'Athénaïs l'empêchant de faire quoi que ce soit. Il était menotté et muselé par cette Brute alors qu'elle n'avait absolument pas besoin de le toucher. Oui, il lui était complètement soumis. Il faut dire qu'elle le frappait à chaque fois qu'il osait ouvrir la bouche. Il soupira doucement. Il espérait juste que la Brute et la lanceuse de livres ne se mettent pas dans l'idée de s'allier et de bien s'entendre. Ça allait être invivable sinon.

Puis Keats prit la parole. Ce qu'il dit n'était pas entièrement faux. Bien au contraire. Mais pour une raison inconnue, cela sembla atteindre profondément l'orgueil d'Athénaïs qui, si Erik se fiait à son ouïe le plaqua contre le mur avant de se mettre à pester sur le gamin. Étrangement, l'aveugle ressentit une grande colère l'envahir. Cet abus d'autorité sur un môme était tout juste révoltant. Qu'elle se soit défoulée sur un Amnésique comme la furie qui s'appelait Elizabeth si ses défaillants souvenirs ne lui faisaient pas tant défaut que cela, ne l'aurait absolument pas dérangé. Mais là, il s'agissait d'un enfant. Question de principe. Et son seul allié surtout. Parce que l'autre type tremblotant avait l'air d'être profondément lié à Elizabeth, il ne pourrait donc rien en tirer. Keats est donc oui, le seul à pouvoir rejoindre sa cause et constater qu'il se faisait brutaliser ainsi l'énervait grandement. Le problème, c'est que ce n'était pas n'importe qui qui s'amusait avec l'enfant. Erik soupira de nouveau, conscient qu'Athénaïs, dans sa colère, ne l'entendrait pas. Il serra le poing et la peur commença à s'installer dans son ventre. Il était conscient qu'il y allait avoir des conséquences mais il n'imaginait sûrement pas la cruauté ni la violence qu'elles auraient. Tant pis. Qu'il fasse quelque chose de pas trop mal plutôt que de livrer des innocents à une mort certaine à chaque fois. Il s'avança alors vers la Brute avant d'inspirer une dernière bouffée d'air. Peut-être sa dernière. Il posa une main sur l'épaule d'Athénaïs, la fit rapidement tourner légèrement vers lui et lui asséna, froidement, un puissant coup entre ses côtes.






Eyes Wide Shut.
I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight. Oh can you hear the song of thunder when fear strangles a soldier's pride? And on the surface of the waters will dance reflections of the fire in the night. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Lun 19 Mai - 10:41










Who are you really ?
Elizabeth resta proche de celui dont elle était amoureuse. Il était la seule personne qu’elle avait envie de protéger en ce misérable univers. La seule à par elle-même. Alors que les cliquetis des gouttes d’eaux entouraient leurs pauvres esprits malhabiles, Elizabeth prit une grande respiration pour ne pas se laisser effrayer par l’attitude plus que désagréable de la jeune femme en tenue légère. A son bon sens de femme du monde, elle portait toujours ses jupons, sa longue jupe, sa chemise. Son corset était la seule chose différente du blanc en son magnifique costume souillé par la poussière et les taches. Taches d’eau, de sang -car oui, c’était malheureusement possible, au grand damne de la douce- mais aussi de vin et de boue. Elle voyait donc d’un mauvais œil cette femme qui semblait de mœurs si volatiles. C’est alors que l’enfant se mit à parler, et attira aussitôt toute la colère de l’étrangère. Elizabeth s’écarta brutalement de lui, emportant dans son passage la main de Morgan pour le faire suivre. Ce fut un bien heureux choix, car tout de suite après, la brute avait empoignée l’enfant et l’avait plaqué contre le mur. Les paroles de ce jeune garçon n’étaient pas des plus innocentes. Un maître ? En ce lieu ? Réellement ? Comment pouvait-il le connaître ? Surtout, cet air de glace, de grande froideur malgré les larmes qui avaient coulé. Tout ceci pouvait-il être qu’astuce ? On ne pouvait faire confiance à personne en ce lieu de ténèbres. Elizabeth serra davantage la main de Morgan, refusant d’être séparé de lui. Mais si quiconque essayait de lui mettre des bâtons dans les roues, elle ne serait d’aucunes pitiés.

Un maître. Et ces ceux-là en semblaient bien trop proches. Un tel comportement d’esclave répugnait la jeune écrivain qui aurait préféré mourir que d’être asservit à un quelconque être humain. Mais tout de suite après, les choses s’accélérèrent. L’aveugle, celui dont elle avait déjà fuit la compagnie et dont la voix lui rappelait misérablement des voix d’enfants pleurant, oui, celui-ci commençait à s’approcher de la brute. Faisait-il partit du complot ? Morgan et Elizabeth étaient-ils bien seuls contre ces monstres qui ne feraient qu’une bouchée d’eux ? Car elle ne se faisait pas d’illusions : le jeune garçon tenait là le même discours que la brute. Cette haine cachée aux plus profonds de leurs regards, il n’y avait rien de plus terrifiant. Mais l’aveugle ne tarda pas à mettre un coup de poing à la jeune femme, arrachant un cri de surprise à Elizabeth qui était bien loin de s’y attendre. Reculant encore davantage tout en tenant Morgan, elle le regarda et murmura :

Chut..attendons dans un coin, ces trois semblent se connaître…et avoir des comptes à régler…cherchons à rester vivant.



Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif




People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Ven 30 Mai - 15:19


«Who are you, really?»






Athénaïs était encore en train d'enserrer le gamin inconscient lorsqu'elle sentit une main sur son épaule. La brute ne pensait pas être interrompue, et la surprise lui coupa toute réaction. Retournée de force, la jeune femme lâcha l'enfant qui retomba le long de la paroi dans un bruit glissant. En quelques secondes seulement, Athénaïs reçut un coup de poing au-dessus de l'abdomen. Elle ne put crier, son souffle fut immédiatement coupé mais sa bouche s'était ouverte, inspirant l'air jusqu'à ce qu'il se coince douloureusement dans sa gorge. La jeune femme perdit l'équilibre mais réussi toutefois à mettre ses mains devant elle avant de percuter le sol humide et sale; réflexe tout à fait irréfléchi. Quelques mèches de ses cheveux trempèrent dans le liquide douteux qui recouvrait la salle en majorité, sauf lorsque les bosses métalliques étaient légèrement trop hautes pour recueillir l'eau tombant du plafond en petites gouttes oppressantes. Les yeux écarquillés, la brute ne voyait cependant rien. L'obscurité à laquelle elle s'était peu à peu habituée était recouverte par des lumières jaunes verdâtres qui finirent par s'estomper lorsque le coup qu'elle eut reçut perdit de son impact. Athénaïs n'était pas sûre de pouvoir se remettre à respirer correctement à un moment, mais son diaphragme finit par se détendre tôt ou tard.
L'obscurité revint. La jeune femme reprenait progressivement ses esprits. Ce coup avait été vraiment impressionnant! Mais qui avait bien pu le lui asséner? Ses yeux roulèrent vers les recoins de la pièce. Avant qu'elle sente une présence non loin d'elle. Bien sûr, il y avait le garçon derrière, mais il était clair que quelqu'un d'autre l'avait attaquée. À sa gauche se trouvait une autre silhouette. Athénaïs plissa les yeux, forçant les ténèbres à s'enfuir pour qu'elle puisse reconnaître le fautif. Mais elle n'eut pas à attendre autant de temps pour cela, bien qu'elle n'arrivait pas à le croire. Erik? C'était bien lui qui venait de lui mettre un coup de poing entre les côtes? Ce lâche, ce soumis, cette loque humaine avait osé poser la main sur elle?!

La rage monta en Athénaïs. Tout cela la dépassait, et plus cela la dépassait, plus cela la mettait en colère. La brute se releva doucement, en même temps que son sentiment animal grondait dans ses entrailles. Elle n'acceptait pas ce qu'il venait de se passer. Et pire, encore. Cela confirmait ce qu'elle pensait déjà de lui: Erik n'était pas de leur côté. Il n'avait pas sa place en tant que gardien, ce qu'il devait être, c'était un pauvre amnésique comme le reste du bétail qui se trouvait dans cette citerne.
La brute serra les dents pour ne pas lâcher un cri de rage tout de suite. Mais sa respiration forte laissait passer l'air entre ses crocs et provoquait un bruit presque bestial. Quelques secondes plus tard, elle se jeta soudainement sur l'aveugle en tenant sa gorge entre ses mains fines mais puissantes. Elle sentit la tête d'Erik cogner le sol, mais cela ne suffit pas pour l'assommer. Les yeux d'Athénaïs étaient fous, une lueur meurtrière luait dedans alors qu'elle les plantaient dans ceux d'Erik, blancs et inexpressifs.

« Dans quel camp es-tu, sale monstre?! » s'écria-t-elle enfin, le son de sa voix écorchant les parois de sa gorge tellement la colère l'animait.

Il la répugnait, elle ne pouvait pas s'arrêter et resserra même son étreinte sur le cou du gardien. Elle sentait ses veines à travers sa peau, et celles des tempes d'Athénaïs ressortaient aussi, mettant toute sa force sur Erik. Elle n'en avait que faire de le tuer. À vrai dire, elle en rêvait depuis longtemps.






(c) MEI SUR APPLE SPRING




DUALITY
I can be the beast that fights at night. Your intimate nightmare alive. Or the sensual well-dressed woman. Unattainable dream. But I'll never be one thing. Merciful. × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin aveugle et anarchique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Lun 2 Juin - 10:24





Who are you, really ?





Erik ne s'était pas encore rendu bien compte de ce qu'il avait fait. Sur le moment, il n'avait réagi qu'avec l'instinct et son impulsivité. Il avait cédé à la panique et à la haine et ce n'était peut-être pas les meilleures des réactions à avoir quand des circonstances comme celles-ci. Frapper une Brute. Il fallait être fou. Mais ils étaient tous fous dans ce Manoir de toute façon. Et s'il devait mourir maintenant, alors soit. D'ailleurs, il n'eut pas à attendre trop longtemps avant qu'Athénaïs ne réplique. Il n'avait même pas penser à se reculer en plus. Enfin bon, la Brute lui sauta dessus et le saisit à la gorge. Erik se sentit entraîné vers l'arrière, emporté par le poids de la jeune femme et de la force qu'elle exerçait sur lui. Il poussa un grognement de douleur quand il sentit sa tête heurter durement le sol. Ses oreilles se mirent à siffler, le privant ainsi du peu de repères spatiaux qu'il pouvait avoir grâce aux sons. Il posa machinalement ses mains sur les poignets de la Brute, tentant de les retirer de son cou qu'elle malmenait. Il commençait à manquer sérieusement d'air. Il chercha donc à se débattre, donnant des coups de pied au hasard, espérant trouver son agresseur qui le maintenait toujours au sol avec une force insoupçonnée. Il aurait idiot de croire qu'Athénaïs, parce que c'est une femme assez fine, ne possédait pas assez de force physique pour survivre dans ce Manoir. Elle portait bien son titre de Brute puisqu'elle arrivait à maîtriser aisément un homme deux fois plus large qu'elle.

Tenter de se défendre ne servirait à rien, l'emprise de ses doigts sur son cou était bien trop importante pour qu'il tente de se dégager. Alors qu'il commençait à se sentir partir, il plaça à son tour ses mains sur la gorge d'Athénaïs. Peut-être que les poumons de la Brute pouvaient contenir moins d'air que ceux du Gardien et que dans ce cas-là, elle s'étoufferait avant lui ? Bien qu'il commençait à rechercher désespérément de l'oxygène. Mais il sentait que la défaite lui était vraisemblablement destinée. Sa cause était perdue depuis le départ mais il avait tout de même tenter sa chance. Le voilà maintenant aux portes de l'agonie, au fond d'une citerne humide, froide et glauque. L'effroi de mourir ainsi assassiné comme un rat lui donna une autre poussée d'adrénaline dont il se servit pour la frapper au visage. Mais il ne devait plus avoir assez de forces pour la faire broncher, puisque les mains restèrent sur sa gorge, bloquant toujours son apport d'air. Il allait mourir. Et dans le noir le plus total.






Eyes Wide Shut.
I heard a whisper on my shoulder, pretending life is worth the fight. Oh can you hear the song of thunder when fear strangles a soldier's pride? And on the surface of the waters will dance reflections of the fire in the night. ©️ by Sun
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin hypocondriaque et alcoolique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Lun 2 Juin - 17:45



''Who are you, really?''





Je blottis Elizabeth contre moi. La serre de peut, caresse ses cheveux. Mon cœur bats si fort qu'il en est à la dérive de l'explosion. Et pourtant, autant je sens la chaleur du corps de ma douce damascus contre moi échauffer mes veines, autant je ne peux décoller ma prunelle de la scène qui se déroule. C'est un chaos horrible. Un fracas.

Athénaïs se lance sur celui sans vision. Puis je regarde la scène, complètement terrorisé. Il y a le fil de vie qui semble s'échapper insidieusement du corps du gardien aveugle. Mon pouls rend grâce à la panique, et je ne peux déroger mon regard de cette scène de violence impunie. Puis je fixe celui qui se fait assassiner. Puis il y a cette partie de ma cervelle qui pétille. S'éveille.

Je bats des paupières. Cet homme, sous les traits de la souffrance, sous les traits les plus humains qui soient... Il me dit quelque chose. Ce sentiment qui m'amortie le foi, je le connais trop bien maintenant pour en douter. Je connais cet homme. Connaissais, plutôt. Peut-être a-t-il été une connaissance de loin? De proche? Un ennemi? Un ami..?

Non! Arrêtez je vous en prie!

Crie-je d'écorche à ma gorge en m'avançant toutes mains devant pour empêcher son geste. C'était un cri spontané, j'avais lâché Elizabeth pour la garder à mes arrières. Je regarde Athénaïs et avale difficilement. Qu'est-ce que j'ai fait? Écouterait-elle mes prières? J'en doute fort. Elle s'en fâcherait plutôt. Mon regard écarquillé et suppliant reste sur elle est j'abaisse mes mains tremblantes. Je sais de quoi elle est capable. Et je ne veux surtout pas en arriver là. Ai-je fait grave erreur?





 

Une peau de soie, de lait. Cadre d'un visage. Ses pulpeuses. Réflexe de penser à cette bouche contre la mienne. Je me sentis me liquéfier. Échapper le temps pour y recoudre un souhait unique et puissant. Et son arôme. Point celle du parfum; celle de l'espérance.

©BOOGYLOU.  

 



[color=#b45384]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Mar 1 Juil - 23:47


«Who are you, really?»






Elle aurait tellement aimé continuer, sentir les veines d'Erik durcir encore entre ses mains pour qu'enfin elles étouffent toute trace de vie chez cet être dénaturé. Athénaïs se faisait une joie de lui ôter la vie tout en sachant que ce n'était pas la bonne chose à faire en regard de son maître, et qu'elle était sûre au fond d'elle que quelque chose l'en empêcherait. Elle l'espérait presque. Que quelqu'un vienne la challenger, ou elle se considérait comme la reine de ce manoir à juste titre.
Erik commença à lever ses bras en sa direction. S'il avait eu le courage de l'attaquer, il avait bien le courage de se défendre. Elle le préférait peut-être comme ça. Il avait moins l'air d'une larve qui ne faisait que survivre. Le gardien commençait à se battre, et même si Athénaïs ne l'appréciait pas plus pour autant, elle approuvait secrètement cette évolution.

Mais lorsqu'Erik approcha ses mains vers le cou de la brute, cette dernière recula sa tête le plus loin possible. Elle n'allait tout de même pas lui faciliter la tâche. Malheureusement, l'aveugle parvint à enserrer ses sales pattes autour de sa nuque, ses grandes mains couvrant entièrement la peau blanche et décharnée de la jeune femme.
Et c'est qu'il avait de la force, le minable. Athénaïs essayait de lutter et de resserrer sa propre étreinte, mais il avait une force incontestable. S'il n'était pas une grande lavette, Erik pourrait facilement terroriser le reste de ses collègues. Seulement, elle était là pour que ça n'arrive pas. Et maintenant, elle comprenait vraiment ce rôle là, alors qu'elle luttait pour garder son souffle intact.
La jeune femme entendit du mouvement au fond de la pièce. Elle tenta d'y jeter un oeil mais l'étranglement du gardien était plus fort. La colère commença à monter en elle. S'il pensait l'avoir de la sorte, il se trompait. Ce n'était pas un avorton comme lui, aussi violent soit-il, qui allait pouvoir prendre le dessus. Malheureusement, ils ne pouvaient pas rester comme ça. L'un d'entre eux allait y passer et Athénaïs ne pouvait garantir que ce ne soit pas elle. Au mieux, ils s'entretuaient. Au mieux du mieux, il n'y aurait plus d'Erik dans ce manoir.

Athénaïs sentit quelqu'un approcher de manière soudaine, et elle entendit le cri plaintif de Morgan. Ah, enfin. Il lui en fallait tant pour qu'il se sente enfin de lui hurler dessus?
La jeune brute voulut sourire, puis elle s'étouffa presque. Sa vision se troubla une nouvelle fois et les lumières derrière ses globes oculaires recommencèrent à danser devant le visage d'Erik. Prise de rage, Athénaïs lâcha son emprise sur le cou du gardien à contre-coeur et s'occupa de se libérer de ses mains. Elle s'y prit à plusieurs reprises, deux voire trois avant d'arracher violemment l'étreinte de son souffre douleur, le griffant sans le faire exprès mais sans avoir de regrets.
La jeune femme toussa et reprit son souffle à grandes bouffées, et même si elle se souciait peu de sa victime, elle entendait Erik faire de même. Il avait reçu une pire leçon et s'en remettrait un peu plus difficilement qu'elle. Athénaïs en profita pour lancer un regard noir à Morgan. C'était bien de hurler comme un putois, encore fallait-il en encaissez les conséquences. Peu à peu, alors que la brute le scrutait en respirant tellement fort que le haut de son corps se soulevait à plusieurs reprises, un léger sourire commença à se dessiner sur ses lèvres. Et, connaissant Athénaïs, il était loin d'être amical.

« Voyez vous ça. »  dit-elle la voix pleine de sarcasmes. « C'est donc toi qui vient à la rescousse du pauvre infirme? »

Athénaïs s'attendait à ce que Morgan recule, la queue entre les jambes. Cet homme n'avait rien d'un homme, justement, même s'il pouvait la surprendre parfois. Et elle ne demandait que ça. Le voir courir sous les jupes de sa pimbêche aurait le don de fortement l'irriter, et la brute n'aurait pas hésité à déverser sa haine sur eux plutôt que sur l'être qu'elle détestait sûrement le plus ici.
En parlant de lui, la jeune femme profita de l'état de choc d'Erik pour le faire rouler sur le côté et le maintenir au sol violemment. De ses deux mains, elle bloqua ses bras et s'accroupit à son côté, posant son pied sur une de ses oreilles. Elle menaçait littéralement d'écraser son visage. Elle ne savait pas si elle y parviendrait, mais l'idée de faire exploser la tête d'Erik comme une noisette lui était parfaitement exquise.

« Et bien, vas-y! »  cria-t-elle à Morgan. « Empêche moi de le faire!! »

Athénaïs était dans une telle colère qu'elle perdait presque tout ce qu'elle avait d'humain lorsqu'elle hurlait ces mots. Sa voix écorchée résonnait dans la citerne, de sombres paroles percutant les murs en les imprégnant de leur noirceur. Ses yeux fous et brillants étaient fixés sur Morgan, retenant toute l'attention et la culpabilité sur lui. Qu'allait-il faire? Tenter de la raisonner? Se jeter sur elle? Ou allait-il laisser sa petite putain le faire à sa place?






(c) MEI SUR APPLE SPRING




DUALITY
I can be the beast that fights at night. Your intimate nightmare alive. Or the sensual well-dressed woman. Unattainable dream. But I'll never be one thing. Merciful. × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Mer 2 Juil - 0:59


Who Are You Really ?



Tout autour d'elle semblait tourner à la dispute et à la bagarre. Que faire ? Où aller ? Elizabeth regarda rapidement à droite et à gauche. En haut et en bas. Cela ne semblait servir à rien, mais cela semblait mieux que rien. Quoi faire d'autre ? De toute façon, toutes les entrés et sorties semblaient être barrés. Ils étaient enfermés comme des lapins. Leur meilleur façon de survivre semblait être de se battre jusqu'à ce que mort s'ensuive. Le dernier aurait peut-être le droit de s'enfuir...ou alors il mourra quand il ne pourra plus manger les cadavres de ceux qu'il aura tuer. Finir sa vie par le canibalisme, voilà une chose qu'Elizabeth se refusait à penser. Glacée par la vision d'horreur auquelle elle venait de penser, elle se blottit contre le corps chaud de Morgan. Le gardien et la brute se battaient entre eux, semblant se disputer autour d'une notion de camp. Des camps ? Depuis quand pouvait-on discerner des camps dans cette endroit ? Nous devrions tous pouvoir s'unir pour trouver la solution et finir par survivre ? Ha, la jeune romancière savait que le monde ne marchait pas comme ça. Elle était déterminée à survivre. Si ces deux là voulaient se battre avec elle, alors qu'ils ne s'inquiètent pas, elle serait là pour les acceuillir. Mais c'est alors que Morgan les supplia de ne pas se battre. Elizabeth sentit son cœur battre à tout rompre. Qu'il était adorable. Son cœur semblait être l'un des plus purs qu'elle n'avait encore jamais eu l'occasion d'aimer. Se mettant à côté de lui, elle suivit sa rangaine et poursuivit :

Cela ne sert à rien de finir en cadavre ici. Il faut s'unir pour sortir ici. Ensuite, nous pourrons reprendre notre jeu du chat et de la souris.

Elle regarda Athénaïs avec attention et d'un mépris grandissant. La jeune femme craignait un petit peu de passer pour un monstre auprès de l'amour de sa vie. Mais elle n'aurait qu'à lui expliquer la vérité de toutes ses paroles plus tard:

Après tout, c'est ça qui vous excite pas vrai ? Poursuivre les gens, les retrancher dans leur dernière parcelle d'âme et d'humanité. Alors vous n'avez rien à gagner à vous battre contre nous. Laissez-nous tous essayer de trouver un moyen de sortir. Aidez-nous même si ça vous dit.

Mais ne rêvez pas une seule seconde. Personne ne passera au travers du chemin d'Elizabeth. Elle avait décidé de survivre en cette seconde, en ce monde, et rien ni personne ne pourrait la bouger de cette promesse faite à elle-même. Qu'ils aillent au fond tous crever. Sauf Morgan. Ce n'était qu'un jeu de bluff qu'elle faisait à cette instant. Mais peut-être celui de sa vie. Elle se décala alors de son amour pour commencer à essayer d'ouvrir les portes. Bloqué. Elle se retourna alors vers Athénaïs et la regarda essayer d'étrangler l'aveugle :

Faites ce que vous voulez de cet homme. Je n'en ai rien à faire....mais sachez qu'il pourrait nous être utile pour sortir. Imaginez que nous ayons besoin d'un appât pour plus tard ? Oh, et sacrebleu ! Si vous voulez vous en prendre à quelqu'un, prenez vous en plutôt envers quelqu'un qui peut vous voir.

Elle s'approcha alors d'Athénaïs et la retourna rapidement pour lui en coller un coup de poing rapidement. L'écrivain s'écarte alors d'un petit saut et arrangea ses cheveux :

C'est bon? Vous êtes calmé ?


©BOOGYLOU.



People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin hypocondriaque et alcoolique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Sam 5 Juil - 2:53



''Who are you, really?''





Elle lâche le prénommé Erik. C'est rassurant. Ou pas. Des menaces sur un ton sarcastique. Je fais un pas vers l'arrière, trimbalant bien lentement mes craintes et mes angoisses avec moi pour fuir à reculons. Et je glisse sur quelque chose qui a sans doute déjà été un excrément. Je patine dans le vide un une seconde, à faire voler les pans de ma redingote et ma crinière, mais ne tombe à la renverse. Je suis essoufflé comme la fin d'un marathon. Et mon visage est crispé dans une horreur innommable. J'ai l'impression que mon aorte bat, dans ma gorge et mes tempes, les secondes qu'il me reste à vivre en compte à rebours désastreux. Mais je reste dès lors immobile et garde tête haute à défié le regard d'Athénaïs. Le fond de ma foi me dit que si je lui ai échappé une fois, signe du Seigneur et nul autre, je peux lui échappé encore. Que nous soyons prisonniers ou nom. J'avale. Difficilement.

Elle maintient alors en un geste vif Erik au sol. Je sursaute. Et je raidis. Mais je reste là. Et feins d'ignorer ses menaces et défis. Puis Elizabeth prend la parole. Elle semble cracher une rage odieuse envers la brute; je lui porte donc regard affolé. Que fait-elle?! Mais Athénaïs semble fixer sur sa proie. Et ne semble trop vouloir lui sauter à la gorge. Mais cela ne veut rien dire. Elle peut tenter de l'assassiner en un clin d'œil tout de même... Sueur froide. Ma douce damascus ne peut rien contre le monstre de Grèce. Moi non plus. L'enfant, j'en doute fort. Mais peut-être que si nous nous unissons tous, Erik y comprit, contre elle, nous parviendrons à la maintenir le temps que l'on trouve échappatoire. Je m'approche.

Très silencieusement, furtivement, de l'aveugle. Pas trop près. Alors que Elizabeth parle à Athénaïs, je me penche vers lui et lui murmure presque:

E-E-E-rik... C'est b-b-bien cela...? Éc-c-c-oute-moi, je t'en p-p-prie... T-t-te souv-v-viens-tu de m-m-m-ma voix..?

J'hésite à ses paroles. Parce que j'ignore à quelle point sa mémoire auditive est aiguisée. Et que je n'ai souvenir que de l'avoir connu, et rien d'autre. J'ai pitié pour lui. Tant pitié... Pourquoi?

J-j-je sais qu-qu-que nous som-m-m-mes normalement en-n-n-emis... Mais nous d-d-devons se ser-r-r-rer les coud-d-des et-

Elizabeth s'approche et flanque un coup de poing à Athénaïs. Il y a le sol qui se dérobe sous mes pieds et les poils qui se hérissent en un glaçon sur mon corps.

Non!

J'accoure vers Athénaïs, Elizabeth et Erik et me met automatiquement entre les deux femmes. Je tremble comme une feuille. Je sens que je vais me faire arracher la tête. Mais en autant qu'il ne s'agisse de celle d'Elizabeth. Ma gorge se serre. Je n'en peux plus.

Sp-p-pyro... Écoutez-l-l-la... Je v-v-vous en p-prie...

De son nom pour la politesse. Bien que je crains que ce ne soit inutile. Et je fais un regard de dernier secours à l'enfant blond non loin, lui supplie du regard d'aider Erik. Car je sens qu'il est notre seul espoir contre cette monstre...






 

Une peau de soie, de lait. Cadre d'un visage. Ses pulpeuses. Réflexe de penser à cette bouche contre la mienne. Je me sentis me liquéfier. Échapper le temps pour y recoudre un souhait unique et puissant. Et son arôme. Point celle du parfum; celle de l'espérance.

©BOOGYLOU.  

 



[color=#b45384]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-circus.forum-canada.com/
 
avatar
 
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini] Mar 8 Juil - 23:59




Intervention deuxième


La lettre

Vous échangez entre vous ou examinez l'endroit. Puis s'allume de manière inexplicable une torche accroché au mur non loin. Sous cette torche se dévoile une petite table contenant 5 enveloppes. Chacune d'elles porte l'un de vos noms. Vous vous y approchez et découvrez une lettre vous étant adressée:

Lettre:
 

Après lecture de la lettre, vous découvrirez dans votre enveloppe distincte un souvenir bien étrange – observez attentivement vos MP's. Est-ce le vôtre ? Y trouvez-vos une connexion ou n'est-ce qu'un piège ?

Bonne chance à vous.



©BOOGYLOU.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aapow.forum-canada.com
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: ''Who are you, really?'' [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

''Who are you, really?'' [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Sujets similaires

-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Heavy Rain - spoil free pour ceux qui l'ont fini
» [FINI] Call of MW2 ... URGENT URGENT
» Discussions sur le jeu fini [PAS DE BALISE SPOILER]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Les Égouts :: La Citerne :: Mémentos Retrouvés-