AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Tournevis & Cigarette • feat. David P. Williams & Lewis W. Pratt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Tournevis & Cigarette • feat. David P. Williams & Lewis W. Pratt Dim 30 Mar - 1:01


Tournevis & Cigarette

AVEC — DAVID P. WILLIAMS & LEWIS W. PRATT






Cric crac faisaient les pas d'Athénaïs sur le parquet du manoir. Srshhhh Srshhhh faisait le corps qu'elle traînait derrière elle. Il était vivant pour une fois, seulement inconscient. Ce corps était d'ailleurs un des seuls que la brute ne désirait pas voir mourir dans la demeure. Même si elle ne suivait pas forcément les délires des scientifiques, elle se rendait compte à quel point ce dément pouvait être important, son potentiel était immense. Ah si seulement plus de victimes étaient aussi intéressantes, Athénaïs s'ennuierait moins certains jours. Mais ce n'était pas fini, des gens continuaient d'entrer dans le manoir. Le merveilleux manoir.

Athénaïs traînait Lewis par la jambe, jetant quelques coups d'oeil furtifs pour s'assurait qu'elle ne l'amochait pas plus en le transportant. Le porter autrement aurait été trop fatiguant pour elle, la journée n'était pas terminée. Et puis elle essayait de rester à l'écart de la vermine quand elle le pouvait, elle n'aimait pas vraiment se salir.
La jeune femme arrivait à sa destination. Le décor de la demeure avait changé pour faire place à des murs beaucoup plus sombres au fur et à mesure de l'avancement. La brute essayait de ne pas faire trop de bruit au cas où un amnésique ou un autre dément était dans les parages. Cela ne l'enchantait guère de devoir transporter deux corps, mais elle n'allait pas cracher dessus non plus. Scrutant l'obscurité tout en avançant, elle repensait aux circonstances de la situation dans laquelle elle s'était retrouvée.

Lewis l'avait fait rire comme à son habitude. Bien sûr, ils ne partageaient pas le même humour, et Athénaïs était la seule à être amusée. Mais tout de même. Ses yeux alertes et son expression étaient hilarantes dès qu'il se rendit compte qu'elle était dans les parages. La brute aimait bien les  journées où elle croisait ce dément. Elle était sûre de se payer une bonne tranche de rire, c'était d'ailleurs plus pour ça qu'elle le maintenait en vie plutôt que l'avancée scientifique qu'il représentait.
Cependant, les choses n'avaient pas tourné comme prévu aujourd'hui. Lewis commençait à connaître les tours d'Athénaïs à force d'en être le spectateur et il avait réussi à se jeter sur elle. Surprise, la brute l'avait repoussé en le cognant contre une armoire. Sur le choc, Lewis avait perdu connaissance, et surtout, son appareil avait sauté. Il était resté accroché mais une partie s'était quand même détachée. Tenant encore le dément par le col, la jeune femme avait contemplé son oeuvre avec des yeux ronds pendant un moment. Et merde ...
Plusieurs scientifiques lui auraient fait la peau s'ils avaient vu ça de leurs propres yeux. Enfin, ils auraient bien voulu. Athénaïs s'en fichait un peu, mais si Lewis perdait son appareil, il perdait aussi de sa spécialité. Elle devait l'emmener se faire réparer pendant qu'il était encore inconscient. Et, par ailleurs, elle devait songer à changer de technique avec lui. Ce jeune homme était un puits de challenges sans fond.

Voilà pourquoi elle était là, aux portes du laboratoire, traînant le corps inanimé de Lewis. Elle avait bien vérifié qu'il respirait avant de l'emmener, même si sa première pensée avait été pour son appareil. Athénaïs ne croisant malheureusement personne et arriva à la porte principale. L'ouvrant sans grande retenue, elle traîna le corps de Lewis devant elle, le balançant presque sur le carrelage sale, manquant de le cogner contre une table. Elle n'en avait cure, tant qu'il était ici, le reste n'était plus important. Il y avait déjà quelqu'un dans la salle. La jeune femme n'y prêta pas attention en premier lieu, cherchant une cigarette dans une des poches de sa veste. Que Dieu garde cette invention bénie. Elle avait repéré la boîte d'allumette non loin de la porte et alla en chercher une pour allumer son tube. Lorsque cela fut fait, la brute inspira une bouffée de fumée en levant ses yeux constamment agacés vers le scientifique à son poste. Athénaïs le connaissait vaguement. Elle avait déjà vu son visage, en tout cas, mais ne lui avait jamais vraiment parlé plus longtemps que trois minutes.

« Il a eu un accident. Il faudrait réparer son appareil, et vite si possible. Je ne sais pas dans combien de temps il se réveillera. »

Athénaïs avait prononcé ses mots sans une once de panique, à vrai dire, elle déléguait toutes les responsabilités sur ce David sans qu'il n'ait rien dit, ni fait. Mais c'était lui le scientifique, à lui de faire le travail. La brute imaginait déjà le dément en train de se réveiller sur la table d'opération, gigotant dans tous les sens et mettant le labo sens dessus dessous. Cela l'aurait bien fait rire, mais pour une fois, elle aurait bien voulu que les choses se passent bien. La jeune femme était un peu fatiguée et le moindre pas de travers l'énerverait vite. Déjà qu'elle avait cassé son appareil, elle aimerait bien ne pas aller plus loin que ça pour la journée.






(c) MEI SUR APPLE SPRING




DUALITY
I can be the beast that fights at night. Your intimate nightmare alive. Or the sensual well-dressed woman. Unattainable dream. But I'll never be one thing. Merciful. × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Tournevis & Cigarette • feat. David P. Williams & Lewis W. Pratt Dim 30 Mar - 10:02


Tournevis & Cigarette.

David était seul dans le laboratoire et Dieu sait que ce genre de situation était rare. D'habitude, il y avait toujours Harry qui traînait, toujours à faire des expériences sur des Amnésiques, mais là, il ne savait pas où son supérieur était parti. Pourtant, il l'avait prévenu mais l'information était sortie de la tête du chirurgien. Harry lui avait probablement dite tard le soir ou tôt le matin... En tout cas, cela ne changeait rien à sa solitude. Pour une fois, elle n'était pas désagréable. Il n'y avait pas de prisonniers qui s'agitaient dans tous les sens, qui criaient et pleuraient parfois de peur, les entrailles à moitié à l'air... Non, il appréciait le calme qui régnait dans le le laboratoire. C'était... reposant. Mais pour combien de temps ? Car il avait désagréable sensation qu'un élément déplaisant allait perturber l'agréable silence du lieu. Malgré ce pressentiment, il ne restait pas inactif. Il se savait quelque fois désordonné et s'était rendu compte qu'avec le temps, le laboratoire l'était devenu aussi. Il passait devant donc chaque étagère, rangeait les fioles par ordre alphabétique, classait des papiers administratifs bien qu'il se demandait à quoi cette paperasse pouvait bien servir, voyant mal l'intérêt que Rockwood y porterait. Il posa sur le bureau en haussant les épaules. Une fois que tout fut terminé, il eut un petit sourire satisfait et se laissa tomber dans un fauteuil un peu poussiéreux, laissé à l'abandon dans un coin de la salle. Il soupira doucement, posa sa tête sur son poing fermé, le bras appuyé sur l'accoudoir, et ferma les yeux.

Cela ne faisait même pas cinq secondes qu'il avait clôt ses paupières que la porte du laboratoire s'ouvrit violemment, le faisant sursauter. Il se leva d'un bond de son fauteuil pour voir arriver à ses pieds un amnésique inconscient qu'il reconnut comme étant Lewis. Il releva doucement les yeux et reconnut Athénaïs, une Brute. Génial... Il était loin de connaître toutes les personnes de ce Manoir mais il savait au moins reconnaître les Brutes au premier regard et ne niait pas qu'il devenait extrêmement nerveux en leur présence. Il rebaissa la tête et tenta de redresser le corps inanimé de Lewis, écoutant les instructions données par Athénaïs. Il inspecta ladite machine, constatant qu'il y avait bel et bien un problème avec. Les ampoules bleutées clignotaient faiblement avec un léger grésillement. Cela était préoccupant. Mais le plus préoccupant, c'était qu'il n'y connaissait rien. Ce n'était pas lui qui avait installé cette machine sur le visage de Lewis. C'était Kathleen... Et comme il y avait de fortes chances qu'elle  ait donné à son cobaye une notice pour réparer l'engin, le chirurgien n'avait aucune idée de comment procéder... Sa spécialité, c'était le corps humain et non pas les étranges installations mécaniques. Mais il ne pouvait pas le dire à Athénaïs... Dieu sait ce qu'elle serait capable de lui faire si elle ne le trouvait pas assez efficace...

Il retint un soupir fatigué et tenta de redresser Lewis pour le mettre sur la table d'opération. Cependant, rien n'y fit, le Dément était aussi lourd qu'un âne mort et David n'était pas assez fort de toute façon pour le soulever à lui tout seul. Et il savait qu'il pourrait toujours se brosser pour avoir l'aide d'Athénaïs qui fumait tranquillement dans le laboratoire sans se demander si cela gênait ou non. Car oui, le chirurgien avait horreur de cette odeur de cigarette et ce, depuis tout petit. De plus, son cœur la supportait mal aussi. Si elle devait fumer pendant tout le temps où il essayerait de réparer la machine, il espérait fortement qu'il ne fasse pas de malaise à cause de son cœur parfois défaillant. Mais il devait demeurer impassible avec ses émotions, ses craintes et ses inquiétudes. Athénaïs dans son dos l'épiait et il ne voulait pas paraître faible ou quoique ce soit d'autre. Il ne voulait pas qu'elle se mette à douter de ses compétences (bien qu'elle aurait eu raison dans un tel cas). Il se releva alors, ne détachant pas son regard de Lewis qu'il n'avait toujours pas déplacé. Il inspira un bon coup et retenta de le mettre  sur la table d'opération. Il y parvint, non sans difficultés. Soit le Dément était plus lourd que ce qu'il n'y paraissait, soit c'était lui qui n'avait vraiment aucune force. Peut-être un petit peu des deux. Enfin bon, le regard d'Athénaïs l'avait forcé à se surpasser et cela avait porté ses fruits. Cependant, dans sa satisfaction d'avoir réussi à soulever Lewis, il s'était retourné pour faire face à la Brute avec un menton levé de fierté et avait oublié d'attacher le Dément. Puis, se rendant compte qu'il allait prendre la parole devant elle, il rebaissa la tête, l'air docile, perdant absolument toute crédibilité. Cependant, il parvint à murmurer :

- Je vais voir ce que je peux faire...

©BOOGYLOU.