AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

LEWIS W. PRATT ▲ RELATIONSHIP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
En savoir plus

MessageSujet: LEWIS W. PRATT ▲ RELATIONSHIP Mar 18 Mar - 9:44

lewis warren pratt
« the clever boy »

SURNOM(S): aux choix.
ÂGE: vingt-cinq ans.
ORIGINE: anglaise.
NATIONALITÉ: anglaise.
LIEU DE NAISSANCE: londres.
SITUATION AMOUREUSE: indécis.
ANCIENNE PROFESSION scientifique.
GROUPE: les déments.
ÉTAT MÉMORIEL: catastrophique.
ÉTAT MENTAL: irrécupérable.
PERSONNALITÉ: matt smith.

La première chose que je fis alors que je reprenais connaissance fut de tousser, de continuer à tousser pour extraire peut être la quantité de poussières qui s'était infiltrée dans mes poumons, déjà qu'il y en avait déjà assez sur moi. Assis sur le sol d'un couloir sombre, dos au mur, bras positionnée anormalement, je finis par taper mes habits pour pouvoir également chasser le reste de poussières. Je frottais mes yeux puis tenais ma tête alors que je sentais comme un étau la serrer, me provoquant une migraine atroce. Il fallait alors que je me ressaisisse, que je me lève et que je continue ma route... (la suite ici)
« THE BEAUTY AND THE BEAST ♀ »Maintenant, j'ai compris que ça ne servait plus à rien de chercher l'amour, je suis destiné à vivre seul et triste. J'aime une femme qui ne m'aimera jamais, et j'en ai aimé une autre qui m'avait fait croire que tout était encore possible entre nous malgré notre amnésie. Je fais fuir de nombreuses personnes avec ma machine sur la face... Non, rien ni personne ne voudra de moi comme compagnie. Des amis amnésiques ont su la trouver, mais pas moi... Jamais. Pourtant, tu es venu vers moi et un jour, tu m'as dis que tu m'aimais. Tu semblais si douce, si belle, si... Parfaite à mes yeux que je ne t'ai pas cru. Pour moi tu étais encore une autre femme qui désirait me briser le cœur, peut être que tu adorais voir les autres souffrir... Qui n'aimait pas ça, ici ? Alors bien sûr, j'ai commencé à te haïr, et à essayer de te faire peur, de te faire du mal. D'une part, pour que tu abandonnes ton idée de vouloir me rendre malheureux, mais d'un autre - en songeant que tu puisses dire la vérité... -, également pour que toi-même, tu ne viennes à souffrir de moi. Après tout, peut être les autres ont raison en voyant le monstre en moi. Je suis une Bête qui parfois, devient incontrôlable lorsque ma machine décide de n'en faire qu'à sa tête ! (pris)

« TITRE. ♂♀ »Texte. (statut)


Run, you clever boy... and remember.

Run, you clever boy... and remember.



Dernière édition par Lewis W. Pratt le Sam 16 Avr - 20:37, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: LEWIS W. PRATT ▲ RELATIONSHIP Mar 18 Mar - 9:44

princess in distress
« girls, girls, girls. »


THE PERFECT MODEL

KATHLEEN HODGE
Mes émotions sont troubles lorsque je la vois. Elle est pour moi comme un exemple mais aussi un ennemi. J'aime sa manière d'agir, sa beauté, sa grâce et ses vêtements si propre. Je me sens si petit, un moins que rien... Un animal qui fait tout pour survivre tandis qu'elle déambule sans crainte. Malheureusement, je n'ose lui montrer mon admiration. Je ne fais que de me comporter docilement lorsqu'elle me donne un ordre, lui sourit poliment, mais je ne lui fais jamais part de mes pensées. J'ai bien trop peur de m'exprimer alors qu'un rien pourrait conduire à ma perte. Je reste le cobaye et elle la scientifique... Parfois je me sens triste de savoir que sans doute elle n'éprouve rien pour moi, seulement qu'elle doit se dire que je suis juste plutôt important pour ses expériences. Alors des fois, je la déteste aussi. Je lui en veux pour m'avoir rendu aussi immonde, inapte, incontrôlable. Peut être que tenter de retirer ce que j'ai sur la joue est aussi une manière de me rebeller... A moins que ça ne soit pour avoir l'occasion de la retrouver dans son laboratoire... Personne ne le sait...


THE PHANTOM MISTRESS

AMY CARTER
Cette femme n'est pas n'importe qui, je le sais. Dès que je l'ai vu, j'ai su que ce n'était pas la première fois que je la rencontrais. Et des sentiments nouveaux naquirent en moi. C'est sûrement ça, je devais l'aimer autrefois. Cela voulait dire qu'un lien important nous unis et que peut être nous pourrions donc nous aider pour retrouver notre passé commun ? Qui sait, peut être que ça serait plus facile à deux...? Et puis, malgré le malheur qui pèse en ces lieux, j'espère alors que si nous étions tout deux ensembles par le passé, on pourrait vivre une nouvelle vie ici, rien que nous deux, sans nous soucier des autres... Même si elle est morte et que je porte honteusement sur le visage une machine horrible ! Mais aussi et surtout... Même si elle a un mari.


THE ADMIRABLE WOMAN

ELIZABETH DIERON
Ce n'est pas de sa faute, j'aurais pu aussi bien détester Morgan pour ce qui se trame et pourtant c'est elle que j'ai décidé de maudire. Pour quelque chose de stupide pourtant... Et bien, Morgan et elle s'aiment. Je ne devrais pas les détester pour ça, je devrais les encourager alors que nous vivions chaque jours une vie plus que misérable. Un peu d'amour ne pouvait que leur faire du bien. Mais malheureusement, je sais que je n'aurais sans doute pas cette chance, moi. Je sais que l'on voudra me fuir parce que j'ai cette machine sur la figure. Alors je les jalouse, je les envie. Et alors que j'ai la mauvaise impression de voir mon ami se séparer de moi par la faute de cette femme, je fais tout pour qu'un jour, qui sait, elle préféra fuir plutôt que de le chercher à travers le Manoir...


THE LITTLE VOICE

ATHÉNAÏS SPYRO
Ces voix qui résonnent dans ma tête... Je pense avoir trouvé la source. Ce n'est pas ma machine.. Ou alors pas tout le temps ? Je ne sais pas. Mais cette jeune femme est souvent dans les parages quand ces voix me montent à la tête. Je les entends et elle est là, sans rien dire. Mais comment est-ce possible ? Une modification sans doute. Elle est sûrement une Brute ou une Gardienne mais au lieu de me ramener auprès d'un scientifique, elle se contente seulement à s'amuser à me faire peur comme elle sait si bien le faire. Malgré mon habitude à ses jeux terrifiants, je redoute le jour où tout changera et qu'elle ne me fasse du mal comme tout les autres... Après tout, ça se passera bien un jour comme ça, non ? Je ne sais pas... Elle me paraît mystérieuse à mes yeux comme le reste du Manoir. Je ne sais plus du tout quoi faire ! Et si réellement, mes hallucinations sont provoqués à cause d'elle...


THE HARD PROMISE

JULIET COGSWORTH
petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc...


Run, you clever boy... and remember.

Run, you clever boy... and remember.



Dernière édition par Lewis W. Pratt le Dim 17 Avr - 1:56, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: LEWIS W. PRATT ▲ RELATIONSHIP Mar 18 Mar - 9:48

charming prince
« boys, boys, boys. »


THE BAD LORD

JEREMIAH ROCKWOOD
Lui. Il est sans nul doute la raison de notre présence ici. Celui qui dirige les gardiens et les brutes d'une main de maître. Il est celui que l'on doit craindre et que l'on doit absolument éviter si l'on ne veut pas se retrouver dans une situation délicate. Je me souviens de ce jour où un individu avait brûlé son tapis. Cela s'était peut-être produit d'une manière accidentelle ou alors peut-être pas. Mais dans tout les cas, il n'a pas attendu bien longtemps pour finalement choisir des suspects et les punir comme il se devait être. Hélas, j'ai été désigné comme tel. Je me dis alors qu'il ne doit pas trop m'apprécier dorénavant. Et je dois dire que je ne l'aime pas vraiment également. J'ai peau l'interroger sur l'utilité de cette machine que je porte à mon visage, il ne daigne à me répondre. Je n'ai guère de l'importance pour lui et je ne veux, par ailleurs, aucunement apprendre à le connaître d'avantage. Seulement, j'espère un jour qu'il finira par nous relâcher. Ou du moins, nous expliquer le fonctionnement de son univers. Si je suis capable de faire le gros dos afin qu'il crache des réponses ? Malheureusement non. J'ai bien trop peur de lui. De tout ce qu'il représente.


THE ANONYMOUS FRIEND

OCTOVIUS
Je n'ai rien de lui, seulement un prénom. Celui-là : Octovius. Son visage ne me revient pas en mémoire, ni même ses traits, sa corpulence, la vie que j'ai eus avec lui. Qu'est ce qu'on avait à dire à propos de "Amnesia". Savais-je ce que j'allais faire ? Qu'est ce qui s'est passé ? Pourquoi je suis là ? Pourquoi je suis condamné à errer dans ses couloirs sans avoir l'autorisation d'en sortir ? Seul Octovius ne peut que le savoir. Seul lui saura me donner des réponses, à moins qu'il ne se retrouve dans le même état que le miens, mais je ferais n'importe quoi pour le retrouver... Si cet homme connait au moins son nom, c'est une bonne chose et s'il est amnésique alors peut être pourrions nous nous entraider pour fuir cet endroit infâme. Essayer de rebâtir notre vie d'antan. Encore faudrait-il que je sois sûre qu'il se retrouve ici en ce moment même. Mais tout les deux avons quelque chose en rapport avec ce qui se passe, j'imagine qu'il ne peut pas avoir disparu comme ça du jour au lendemain...


THE ANXIOUS FRIEND

MORGAN CONNHELLY
On s'était rencontré par hasard alors que l'on errait dans les interminables couloirs de ce Manoir, chacun à ses préoccupations. Ne me retrouvant guère dans un moment de folie, je ne savais comment l'appréhender. Il pouvait être un de ces amnésiques, mais aussi un gardien ou une brute. Néanmoins, j'étais si heureux de savoir que je n'étais pas seul en ces lieux que je pris la décision de partir à sa rencontre. Il a dû sans aucun doute voir ces lumières clignoter dans le noir, laissant apercevoir par moment mon visage et c'est lui qui prit ses jambes à son cou. J'aurais pu alors le laisser partir mais au lieu de cela, je pris la décision de le poursuivre comme si finalement j'avais réellement besoin de voir quelqu'un. Pourtant, je n'étais pas un monstre, je ne voulais la mort de personne, ni le mal. Même que quotidiennement, c'est moi surtout qui fuit ces créatures. Au fond, avais-je l'air d'une infâme créature ? Non. J'avais bien compris que ces préjugés étaient à cause de ce qu'on m'avait forcé à porter sur la figure. Et bien souvent, j'abandonne donc la discussion face au trouillard... Mais aujourd'hui, je voulais prouver ma gentillesse ou du moins, que je n'étais pas l'un des occupants de la bâtisse désirant le ramener auprès des scientifiques ou de la salle de torture. Bien que gêné par mon bout de métal, je finis par le rejoindre et à le piéger. Je le voyais trembler là, dans son coin, fait comme un rat. Il ne jouait pas la comédie, il avait réellement peur de moi ! ... Je m'étais alors rapproché, lui avait tout expliqué et il m'a crut. Aujourd'hui, je ne pourrais pas dire que nous sommes de vrais amis, il semble rester un peu méfiant envers moi, mais malgré tout, il m'aide dans de durs moments.


THE KIND SCIENTIST

DAVID WILLIAMS
Je le vois à présent travailler avec Kathleen. Ça me met en rogne. Savoir que d'autres hommes la fréquente... Je n'arrive pas à l'accepter. Surtout en sachant que tout les deux travaillent sur la machine que je porte aux visages ! Ils doivent s'amuser ensemble à la confectionner tandis que moi c'est tout le contraire, je ne m'amuse pas, je subis. Et puis, c'est un scientifique, tout comme elle. Il a toute les qualités pour l'impressionner alors que moi, je ne suis rien. Néanmoins, peut-être que finalement entre Kathleen et lui, c'est peut être le seul qui ait un peu de pitié pour ma position. Il se montre plutôt sympathique alors, j'ai finis enfin par lui adresser la parole, lui dévoilant ouvertement mes pensées et lui questionnant sur de nombreux faits qui restent encore troubles dans mon esprit... À mon plus grand étonnant, il se montre confident, ce qui me permet soit de lâcher tout ce que j'ai sur le cœur ou bien, de lui demander des choses que je n'oserais interroger avec les autres qui se montrent un peu plus... hostiles.


THE DESTRUCTOR FIEND

HARRY DOWNCRY
J'aurais pu le prendre pour un dément par rapport à sa façon d'agir, mais sa posture et ses habits démontrent qu'il est loin d'être un prisonnier comme nous tous. Il est même un scientifique...! Un scientifique qui, comme les autres, n'hésitent pas à se servir de nous comme des cobayes pour leurs expériences terrifiantes. Et c'est ce qu'il a fait. Amateur d'animaux, il voulait faire de moi une créature entre l'Homme et le Chat. J'ai aujourd'hui la chance de n'avoir ni d'oreille ni de queue de ce petit félin, mais il a réussit néanmoins à me donner la capacité de ronronner... Une chose dont j'ai beaucoup de mal à contrôler lorsque je me sens bien, que l'on s'occupe de moi, que l'on me caresse et que j'apprécie... Même s'il m'arrive parfois aussi de maîtriser cette capacité que j'apprécie et déteste à la fois... Il ne fait qu'après tout renforcer mon côté monstrueux j'imagine. Mon côté qui prouve que je suis un dément... Et puis cet homme... est... Différent des autres scientifiques. Il ne fait pas que de se servir de nous.. Il m'a abusé... Je suis encore confus aujourd'hui par ce qu'il m'a fait. Il est sans doute, le seul qui a réussit à me briser, à m'anéantir complètement et à me remettre les idées en place, prouvant en tant que dominant que j'aurais beau crier et appeler à l'aide, personne ne viendrait me soutenir. Personne... Il avait tout les droits sur mon pauvre petit corps tandis que je ne pouvais résister... J'espère aujourd'hui ne jamais le revoir une nouvelle fois. J'ai si peur qu'il ne recommence cela ou qu'il ne vienne à me transformer en chat complètement...


THE CREATURE CONVERTER

JONATHAN WILLIAMS
petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc... petit résumé du lien, etc...


THE WEIRD MONSTER

ERIK HOFFMAN
Je sais qu'il ne vaut mieux pas tomber sur l'un d'eux. Dès qu'un Gardien vous aperçoit et se met en tête de vous faire du mal, impossible de leur échapper et pourtant... J'ai échappé à celui-ci. Il voulait me jeter en salle de torture pour ce que j'avais fais. Et qu'est ce que j'avais fais ? Rien de mal. J'avais trouvé un bout de charbon et au lieu de l'utiliser pour ma lampe, je me suis mis dans l'idée de dessiner sur un portrait commun à ceux que l'on pouvait trouver aux alentours. Il y en avait tellement que je me suis dis qu'un seul ne gênerait personne. Et puis, ne pouvais-je point égayer un peu ma vie ? Tout les jours il avait été question de se cacher, de chercher tout ce que j'avais besoin pour survivre. A ce moment là, j'avais un peu de temps pour m'amuser, sans me douter qu'un seul instant que l'on pourrait considérer cela comme une action punissable. Une punition bien trop injuste, je ne faisais rien de mal. Il m'a donc vu et emmené en direction de la salle redoutée malgré mes supplications. Et puis il s'est arrêté un instant comme perdu... Il m'avait demandé pourquoi était-il là à me tenir... Il venait de perdre la mémoire, subitement. Qu'est ce que j'allais dire ? Qu'il devait me punir pour ce que j'avais fais ? Bien sûr que non ! Même s'il pouvait savoir que cela était un mensonge, je fis simplement que j'en revenais de la salle de torture ! Et par chance, il me cru. Me relâcha. J'étais libre...


THE FIGHTER LION

FELIX ADLER
Cet homme. Je l'ai vu alors que l'on nous avait contraint à rejoindre tous la réception pour une histoire de tapis. Alors que je m'étais permis de ramasser le paquet d'allumettes pour les user plus tard, il venu jusqu'à fouiller dans mes poches pour les reprendre !... Prétendant que cela lui appartenait. Je n'aime pas sa réaction et compte bien reprendre ces allumettes, quitte à le dénoncer à l'autre homme qui a perdu le tapis... Mais quelque chose me dérange chez lui, comme si, je l'avais déjà vu quelque part... Même si au fond, je me dis qu'un type avec une telle allure ne pourrait qu'être reconnaissable ! Peut être est-ce lui Octovius ? Je n'en sais encore rien et ne cherche pas vraiment à savoir ce qui se passe, mais si des fois c'est cet homme, alors je ferais tout pour que l'on puisse se serrer les coudes ensemble... S'il le veut bien ! Hélas, une histoire de couple est venue ternir notre relation. Dorénavant, nous sommes comme deux opposants, prêt à se déchirer pour obtenir l'amour d'une demoiselle.


THE GUARDIAN ANGEL

JAMES MCNEIL
Je cru que se fut bien la fin lorsque j'aperçus cette brute, sortir d'un coin dans les couloirs. Il voulait peut-être me faire peur ? Ou me faire du mal ? Comme les grands maîtres de l'histoire ? Je m'étais recroquevillé comme si cela pouvait me servir à me défendre, mais il n'eut porté aucun coup et subitement, je vis son visage s'attendrir. Il était doux avec moi comparé aux autres. Il n'avait cherché m'étrangler ou m'insulter voir même me violer comme l'avait fait Harry... Ah lui... Je lui en avais parlé de cet être immonde. De ce qu'il m'avait fait, alors que l'on s'était rapproché. Il m'a promit de me venger et en retour, pour le remercier, j'apporte des petits cadeaux, des rats que je chasse par exemple...


Run, you clever boy... and remember.

Run, you clever boy... and remember.



Dernière édition par Lewis W. Pratt le Dim 17 Avr - 1:10, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: LEWIS W. PRATT ▲ RELATIONSHIP

Revenir en haut Aller en bas

LEWIS W. PRATT ▲ RELATIONSHIP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lewis & Clark : FAQ, précision et rectification des règles
» Avec du retard ... Bonne fête Martin Letarte
» [BD] Corto Maltese - Samarkand
» ◊ Facebook de nora j.r lewis
» Famille Lewis - Cartland

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Commencement :: Vous et les Autres :: Les Liens-