AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Mar 18 Fév - 11:02





David sentit ses épaules se faire saisir par les mains de Harry. Ce dernier utilisa de sa force pour rasseoir l'assistant qui ne luta pas, trop occupé à essayer d'analyser l'étrange regard de son supérieur. Il ne lui en avait jamais vu de comme ça auparavant. Il lui demanda de rester alors, à son plus grand étonnement. Avait-il vraiment son mot à dire ? Même si pour une fois, ce n'était pas un ordre, il était tout de même obligé de faire de ce que lui demandait son patron. Alors, nerveusement, il resta assis sur le rebord de la fontaine, les jambes croisées et les poings serrés. Pourquoi avait-il besoin de lui pour regarder le ciel ? Après tout, Harry ne savait même pas que son assistant avait passé des nuits entières à regarder les étoiles. Mais le souvenir de cette enfance ne le fit même pas sourire. Au contraire, il frissonna. Décidément, la vie n'était qu'une succession de problèmes diverses et variés, plus ou moins graves. Il retint un soupir et releva de nouveau les yeux, cédant au caprice de son supérieur. Il en avait même oublié les mains de celui-ci sur ses épaules. Pourtant, il aurait dû se réjouir d'un tel contact, lui qui en avant si ardemment rêvé pendant des jours. Mais maintenant, cela devait être tout simplement trop tard. Il se moquait de tout ce que pouvait dire ou faire Harry... Comme si les rôles s'étaient inversés...

Il devrait peut-être s'excuser pour avoir hausser le ton sur lui, quelques minutes auparavant. Même si il allait probablement se faire virer après, il ne voulait pas être rongé par les remords. Cependant, il sentit une sorte de nervosité à l'idée de le dire... Pourtant, des excuses n'ont jamais tué personne mais... il avait peur de passer pour un... De passer pour un quoi ? Allez, David, on se motive ! Quand il fut décider à présenter ses excuses, il tourna rapidement la tête vers Harry mais aucun son de ne sortit de sa bouche. Son supérieur venait d'entrouvrir sa chemise, laissant apparaître le haut de son torse. Comme si cela avait été quelque chose d'obscène, le chirurgien détourna rapidement le regard, se sentant déjà rougir. Il faisait bien en sorte de ne montrer que sa nuque à son supérieur... Il ne manquerait plus que celui le choppe en train de rougir après l'avoir maté... Mater son supérieur... C'était bien quelque chose qu'il avait arrêté de faire avec le temps... Car oui, dans les premiers jours, il ne pouvait pas s'en empêcher d'avoir les yeux baladeurs dès que Harry avait le dos tourné. Mais il s'était rapidement rendu compte que fantasmer sur lui ne le mènerait à rien à part à une sorte de frustration dont il était quand même la victime en ce moment présent. Frustré du comportement de Harry. Frustré par ses propres sentiments à lui, hésitant entre partir en courant, changer de supérieur, pourquoi pas passer le stade de l'assistanat ou rester avec lui, ne connaissant même pas ses propres intentions. Il aurait voulu tenter le tout pour le tout. Lui prendre la main et l'embrasser, quitte à tout perdre même si c'était la dernière chose qu'il pouvait avoir... Mais il était trop timide pour cela. Il n'oserait jamais se lancer. Il n'oserait jamais le toucher. Non, Harry était sûrement l'homme le plus proche de lui mais aussi le plus loin. Il pouvait le toucher, appuyer sur ses épaules pour le faire s'asseoir mais David ne pouvait pas. Pour lui, c'était tout simplement inconcevable.

Il baissa alors la tête. Autant dire ce qu'il avait failli avouer quelques minutes auparavant, avant que son magnifique torse vienne lui déranger l'esprit qu'il n'avait déjà pas de très lucide. Autant s'excuser donc... Il inspira profondément et veilla bien, cette fois-ci à ne pas le regarder. Il fallait pas se déconcentrer... Pourquoi Diable lui adresser la parole s'avérait être si compliqué ?! Ce n'était qu'un homme après tout, il n'allait pas le tuer pour s'être excuser... Enfin du moins, il l'espérait...

- Je suis désolé pour tout à l'heure... Je n'aurai pas dû crier sur vous, je n'étais pas à ma place. J'ai dû avoir une baise de moral... Une baisse ! J'ai dit une baisse !

Il se prit la tête entre les mains. Voilà qu'il essayait de faire des excuses et qu'il n'était bon qu'à faire un foutu lapsus plutôt mal venu. Pitié que Harry n'en tienne pas compte... Qu'il l'oublie même... Voire qu'il n'y ait même pas fait attention... Les joues brûlantes de honte, il réfugia son visage dans ses mains, bouillonnant de rage contre lui-même. Il ne pouvait plus regarder Harry en face après une telle erreur. Déjà qu'il avait du mal à soutenir son regard... Là... Là, il était juste honteux, minable, pitoyable et perdu. Nerveusement, il se releva. Oui, son comportement ne laissait absolument pas croire qu'il ne s'était rien passé mais après tout, la probabilité que son supérieur n'ait rien remarqué était nulle, il fallait l'avouer. Il était sûr qu'il comprendrait... Enfin du moins, il espérait. Le souffle court, les joues toujours aussi écarlates, le front et le dos en sueur, il tenta un sourire gêné à Harry pour s'excuser, encore, tout en désignant de ses deux index la porte du patio qui les ramenait au laboratoire.

- Je vais me toucher... me coucher...! Oui, je vais me coucher...

Il lui tourna précipitamment le dos et se dirigea vers la porte en soupirant rageusement, jurant contre lui-même, s'insultant à mi-voix. Il se moquait de savoir si Harry l'entendait. Au point où il en était, il ne pourrait pas paraître plus ridicule à ses yeux. Deux lapsus en deux phrases... Il était vraiment... vraiment pitoyable. Alors qu'il arrivait devant la porte, ses mains tremblantes de rage, de frustration et de colère eurent du mal à l'ouvrir. N'y parvenant pas après quelques essais, il la frappa violemment de son pied, comme si cela allait y changer quelque chose. Le souffle de court, il s'écria :

- Quel con ! Putain mais quel con !

Oui, Harry était toujours là. Mais plus rien ne comptait désormais. Là, il était dans la merde jusqu'au cou. Dans les ennuis et tout ce qui s'ensuivait et il s'y était foutu tout seul. Et même si il répondait à son désir de crier, cela ne changerait rien. Il avait perdu Harry. Et il l'avait perdu tout seul.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Mar 18 Fév - 14:32











Harry J. Downcry - David P. Williams

Take Me To Your Planet



Mes yeux se ferment pour prendre la plus petite parcelle du vent contre mon torse nu, offert aux élèments comme on peut offrir son corps à un amour béni. Mon esprit est calme, jamais je n'ai d'ailleurs été aussi calme depuis une éternité. J'avais envie que cette instant continue pendant encore une double infinité de temps... oui, cela n'a aucun sens, mais il y a depuis bien longtemps que rien à de sens dans cet univers. Dans cet endroit que rien n'avait réussi à rapprocher de la raison. Je me demande encore comment aucune autorité n'avait essayé d'enquêter dessus. Après tout, des gens qui disparaissent après être aller à un certain manoir, cela ne devait pas passer inaperçu. Je me demande si mon père s'est inquiété de mon départ, de mon absence. Peut-être suis-je mieux où je suis, mieux que dans ses pattes, à toujours l'embêter avec mes accès de folie causant des meurtres dans toute l'Angleterre. Oui, il devait être mieux maintenant, voilà pourquoi personne ne nous cherche. Nous sommes très certainement tous des parias quelque part. C'est pour cela qu'on nous a oublié ici. Peut-être d'ailleurs que c'est la société elle-même qui a décidé de nous mettre là. Peut-être que tout le monde sait justement que nous sommes là mais que tout le monde s'en fiche parfaitement. Oui, voilà qu'elle devait-être la vérité. Mais qu'avait fait David pour se retrouve au milieu des parias alors ? Son cœur était-il plus sombre que ce que j'avais imaginé au départ ? Non. Impossible, avec tout ce que j'ai pu voir jusqu'ici, son cœur est bien plus pure que le mien. Mais ce n'était pas difficile à faire ça...d'être plus pur que moi.

Oh, il s'excuse. Sa voix réagit à mon oreille et me fait dresser la tête, je me sens presque rougir de le sentir si faible à mes côtés. Après tout, il avait raison de s'excuser, je suis son supérieur. Il n'avait pas à lever la voix comme ça sur moi. Je pourrai lui faire subir une punition en échange, mais je savais qu'il avait ça de par ma faute, je n'ai pas été assez présent pour lui. Je lui ai fait subir la chose que je ne pourrai supporter à mon tour : l'ignorance. C'était une peine pire que celle capital que je lui avait fait. Et qu'importe ce que l'on pouvait dire, je n'étais qu'un monstre de la lui avoir fait subir. Aussi devais-je m'excuser à mon tour...mais...mais. Je n'en eu pas le temps, car voilà qu'un lapsus lui déchire la machoire. Baiser ? Un petit rire se prend à mes propres lèvres. Il avait certaines envie le petit malin ? Mais rien ne disait que c'était pour un homme ou une femme. Je n'avais pas mon mot à dire et lui demander aurait été la pire des mises à mort de ma part. Je me contente alors de rire à sa maladresse et me redresse pour porter mes coudes à mes genoux. Après tout, c'est un humain lui aussi, avec ses besoins. Mais voilà qu'il semblait bien mal prendre sa propre erreur et qu'il se tient la tête de ses mains. Oh...mais y'a pas de soucis à se faire...si tu veux une femme, j'en ai pleins à te proposer, bien que cela me tue de l'intérieur... Si tu n'en veux pas, j'ai encore mieux pour toi... je pose une main par dessus ses épaules, en souriant. Son contact m'électrifie et je m'enlève immédiatement. A quoi je pense moi ??! Je ne peux pas faire ça comme ça ! Ce n'est pas une victime de plus, c'est mon assistant !

Il se lève aussitôt, je me doute bien que j'ai pas fait les choses qu'il fallait...toujours et encore. Pourquoi est-ce que je gaffe toujours avec lui ? Est-ce parce que mon cœur prend toujours le pas sur ma raison ? Est-ce que ça veut dire que je suis...amoureux ? C'est donc vraiment cela ? Ai-je assez fait mon deuil de Felix ? Je l'ignore... alors je regarde d'un air inquiet David qui essaie vainement de me sourire. Cela veut dire quoi tout ça ? Il va...se toucher ? Ah, se coucher. J'étouffe un nouveau rire entre mes mains. C'est qu'il commencerait à m'exciter ce petit malin. Il me donne envie avec tous lapsus. Je ris à en perdre la notion du temps et j'ai vraiment chaud maintenant. Je termine d'ouvrir ma chemise et m'évente de ma main pour me rafraichir un peu. Me rafraichir, mais aussi me calmer, parce que je n'avais pu cacher une petite érection qu'il avait fait naître avec ses mots...comment avait-il pu en choisir d'aussi si bien placé, c'était à la limite du génie. Ce petit morceau de viande doué de parole, il me donnait bien plus envie que tout. Mais ce n'était pas une envie maladroite ou violente, non. C'était vraiment l'envie de caresser ses cheveux, d'embrasser son cou...non...je ne peux pas être amoureux. J'ai déjà trop souffert de l'amour. Disons que j'ai quelques inclinations. VOILA ! Mais je relève la tête et regarde dans la direction de David. Il est déjà partit bien loin en direction de la porte. Je me lève alors brutalement pour courir à sa poursuite. Hors de question qu'il s'échappe comme ça ! Mais je ralentis ma foulée quand je le vois taper contre la porte en insultant je ne sais qui. Est-ce moi qu'il insulte comme ça ? Ce petit quelque chose semble me blesser le cœur mais je ne parviens pas à me l'expliquer. Je m'approche de lui par derrière et le tient par une épaule. Je n'ai pas envie qu'il parte. Je n'ai pas envie qu'il m'abandonne. Surtout pas.

Harry : C'est moi que tu traites de con comme ça ?

Bien sur. Qui d'autre l'avait fait souffrir en l'ignorant comme un pauvre chien. D'ailleurs, même les chiens j'y ai fait une plus grande attention et gentillesse qu'à lui en ces derniers temps. Il est pourtant bien plus important à mes yeux que n'importe qui. J'ai vraiment fait le con. Je passe une main dans son dos, une main que je voulais viril mais qui s'apparentait peut-être trop à une caresse. Je remonte alors violemment lorsque je sens que je m'apprête à caresser ses fesses. Oui...celles que je désire ardamment mais que je ne peux que regarder. Pourtant il ne tiendrait qu'à moi de prendre ce que j'ai envie. Mais avec lui c'est différent. C'est mon assistant après tout. Et je n'en aurais pas de sitôt si je venais à le casser. Toujours par derrière, je le prends dans mes bras tout en tapotant ses épaules dans une étreinte tout ce qu'il y a de plus virile et masculine, avec même de possibles élans hétérosexuels, ah la belle affaire. Mais il valait mieux garder encore le masque pendant quelque temps, je ne veux pas que David fuit. Plus jamais. Je le tiens alors contre moi et murmure :

Harry : Excuse-moi, je sais que je n'ai pas fait ce qu'il fallait ces derniers temps. J'ai été un con, c'est vrai. Mais tu es le meilleur assistant que j'aurai pu espérer. Alors ne pars pas.

Puis je pense en moi-même : « Ne m'abandonne pas. » Mais je ne peux le lui dire, je ne peux lui faire cette réflexion dont il n'aurait que faire. Alors je reste ainsi et je... arrrgh, je me doutais bien que faire ça n'allait pas m'occasioner que des avantages. Mon entrejambe se trouvait un peu trop près de ce derrière si délicat. Je recommence à bander, et plus sérieusement qu'avant. C'était pas une bonne idée, ah non, ah non, ah non ! Je m'enlève alors, arrachant mon étreinte qui commençait à se faire bien trop passionnel -n'a-t-on pas idée de bander sur son assistant au moment de lui faire une étreinte RECONFORTANTE, aaah, il se serait donner des baffes- et toussote.

Harry : Peut-être qu'on devrait retourner à la fontaine...ou dormir...t'en penses quoi ?



Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Mer 19 Fév - 9:56





La main que Harry lui posa sur l'épaule lui glaça le sang tant et si bien qu'il n'osa plus bouger un muscle. Son souffle se coupa et son cœur se mit à accélérer. Presque douloureusement. Cet imbécile n'allait quand même pas recommencer à défaillir. Cela faisait des années que c'était censé être terminé ! Ça ne pouvait pas revenir... La voix froide de son supérieur finit de le terroriser. Harry venait de se fourvoyer complètement. Jamais, ô grand jamais il n'aurait osé l'insulter. À l'effroi vint se mêler la panique. Oui, David paniquait. Si il pensait s'être fait traiter de con par son assistant, qu'est-ce qu'il serait capable de lui faire ? Il lui avait déjà crier dessus tout à l'heure mais là, c'était le niveau de gravité au-dessus... Et tout cela n'était qu'un misérable et malheureux sous-entendu. Il aurait voulu lui dire que non, que c'était de lui-même dont il parlait mais aucun son ne voulut sortir de sa gorge. Il avait sûrement trop peur pour pouvoir parler. Il secoua donc timidement la tête mais encore une fois, ce ne fut pas flagrant. Son cœur continuait de marteler sa poitrine avec toujours plus de force, sa nervosité devenant plus que présente.

Puis, il commença à se sentir très mal quand il sentit la main de Harry descendre le long de son dos. Il avait fermer les yeux, mais s'il ne voyait déjà pas grand-chose. Il avait l'impression que le contact de la paume de son supérieur laissait une sorte sillage brûlant dans son dos et il était incapable de dire si cela était agréable ou pas. Enfin... Il avait tellement attendu une pareille attention mais dans ce contexte, il ne savait pas si c'était juste le prélude à une torture prochaine. Il avait plusieurs fois vu Harry faire preuve de tendresse avec ses victimes... Mais à chaque fois, il lui demandait de sortir avant qu'il n'ait pu le voir finir son œuvre... Il allait devenir une des proies de Harry... Il ferma ses paupières avec encore plus de force quand il sentit les bras de son supérieur l'enlacer, lui emprisonnant les bras. Oh, il aurait pu tenter de se débattre, mais il n'osa pas. Pour une fois que Harry le tenait contre lui... Même si cela devait annoncer son décès prochain... Puis, à son grand étonnement, il s'excusa. Et cela fit comme une douche froide à David qui n'en revenait pas. Mais juste... pourquoi ? Il n'a pas fait ce qu'il fallait...? Il disait qu'il avait été le meilleur assistant qu'on ait pu lui donner ? Si cela se résumait seulement à laver la table d'opération... Mais peut-être que son travail était plus efficace puisqu'il avait été fait en grande partie et pendant un certain temps avec amour...

Puis il sentit comme une forme le frôlait par derrière. Était-ce...? Non, c'était impossible... Harry ne pouvait pas être... Il ne pouvait pas être comme lui, ce serait trop beau... Et qu'est-ce qui est beau dans ce Manoir à part... et bien... Harry...? Mais si c'était vraiment ce qu'il croyait alors... alors il allait le violer ? Si cela se trouvait, il violait toutes ses victimes avant de les tuer sauvagement...? Oh, cela ne l'étonnerait guère finalement. Mais quoiqu'il en soit, il était redevenu extrêmement nerveux et avait peut-être même arrêté de respirer tandis qu'il serrait ses poings avec force. Surtout que... Non... Était-ce un début d'érection qu'il sentait monter en lui ? Tout cela l'excitait donc ? Non, il avait juste l'impression de mourir de trouille sur place, son dos étant parcouru de sueurs froides. Mais... Mais Harry l'avait tenu comme jamais auparavant. Arrête de rêver David, ce n'était pas de la tendresse. Puis, son supérieur s'arracha brutalement de lui, rompant son étreinte. Mais le chirurgien n'osa pas se retourner pour lui faire face. Il garda la tête baissée, écoutant la demande de Harry qui avait l'air gêné...? David jouait maintenant nerveusement avec ses mains et tant qu'il avait la parole, autant remettre les choses aux claires :

- Ce n'est pas vous que j'insultais... C'était moi... Vous n'avez pas à vous excuser, vous n'avez rien fait de mal... Je ne suis que votre assistant et non pas votre ama... votre ami...

Il se passa une main tremblante sur son visage rougi par la honte et la chaleur. Il avait extrêmement chaud et son front perlait déjà de quelques gouttes de sueur. Il avait failli faire un troisième lapsus mais était parvenu à se contrôler à temps... pour une fois... Toujours en tournant le dos à Harry, il finit par murmurer à mi-voix :

- Je pense que je devrais aller me coucher... Je ne me sens pas très bien...

Ce qui était à moitié vrai. En fait non, c'était vrai. Ses jambes tremblaient toujours du coup de stress qu'il avait eu et il avait toujours parfaitement honte de ces maladresses... Et même de ce qu'il avait pu penser.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Mer 19 Fév - 10:39











Harry J. Downcry - David P. Williams

Take Me To Your Planet



Je me mets à sourire, mes joues sont rouges de honte d'avoir bien osé avoir une érection dans un moment pareil. Il ne semblait pas bien du tout, et je n'avais pas envie de profiter de sa faiblesse. Quand bien même l'envie était présente dans chacun de mes soupirs...du moins celle de le prendre dans mes bras... je ne pouvais pas y faire face. J'ai fais une exception ce soir pour le rendre plus aimable à mon égard, car cela me peinait de le voir aussi triste. Mais le pauvre...j'ai tellement envie de l'embrasser, juste de lui voler un petit baiser qui changerait tout. Tout quoi, je ne sais pas ni en bien ni en mal, mais au moins ça changerait les choses. Même si j'ai peine à croire qu'il soit comme moi...si jamais j'ai trop envie...l'instant venu, je me ficherai pas mal de savoir s'il est d'accord ou pas. En attendant, je veux pouvoir me comporter normalement avec lui...peut-être me faire un vrai ami, pour une fois. Pourtant, je sais qu'au fond de moi, je vais vouloir plus. Mais autant attendre, non ? Il me répond, cela me touche au cœur, mais j'essaie de faire de mon mieux pour être impassible. Cacher cet érection qui me torture au creux de moi, dans ma luxure immonde. Il suffirait que j'appelle une victime lorsqu'il ira se coucher. Il ne verra rien du tout, je nettoierai tout avant le petit jour...oui, ça semblait être une excellente idée...parfaitement.

Mon assistant veut aller au lit ? Ouf, c'était bien la réaction que j'attendais au fond, le signal pour moi d'aller m'ébattre à mes sombres occupations. Je ne pouvais rien faire d'autre pour calmer cette soif au fond de moi qui me débecte et me détruit de l'intérieur. Ah, comme son petit cul a l'air si...aargh, enlèves-toi cette idée de la tête pauvre fou ! C'est ton assistant, t'en a sacrèment besoin, vu toute la merde que tu fous à chaque fois que tu t'occupes de tes victimes. Déjà que tu ne fais pas correctement le travail pour lequel Rockwood t'a embauché, si en plus tu venais à abîmer ses offrandes envers toi, alors je ne donne pas cher de ta peau. Allons, pauvre fou, range ta queue, on verra bien plus tard, la vie peut être encore longue -même dans ce manoir pourri jusqu'à la moêle. Posant une main sur l'épaule de David, je fais glisser toutes les nuances de mes doigts sur sa chemise que je rêve secrètement de violemment déchiré. Je soupire doucement pour qu'il sente mon souffle sur sa nuque, avec un bref sourire :

Harry : D'accord, je te souhaite une bonne nuit...




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: L'Extérieur :: La Fontaine :: Mémentos Retrouvés-