AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Mer 29 Jan - 22:46



Take Me To Your Planet
Harry & David


David n'arrivait pas à décrire ce qu'il ressentait ces derniers jours. Mais les mots qui lui venaient surtout à l'esprit étaient peine, colère et solitude. Et tout cela à cause d'un seul homme... Et quel homme ! Le magnifique supérieur pour qui il travaillait depuis quelques semaines maintenant. Et pour qui il avait craqué. Cela faisait un moment qu'il ne se le cachait plus : il était éperdument amoureux de Harry. Un amour comme il n'en avait jamais ressenti auparavant. Mais... malheureusement pour lui, ses sentiments n'étaient pas partagés, loin de là. C'était à se demander si le vétérinaire se souciait de son assistant. Au début, au tout début, David avait cru que Harry se soucierait un peu de lui, son regard s'étant posé plusieurs fois sur lui avec une gentillesse et une bienveillance sans nom. Mais plus les jours avaient passé, plus les yeux du Scientifique ne reflétaient que de l'indifférence. Il n'était que son larbin. Son domestique qui nettoyait et ranger tout son bazar derrière lui. Après que Monsieur ait fini de faire mumuse avec de pauvres Amnésiques qui n'avaient rien demandé. Enfin bon, il n'allait pas se plaindre de cela, il n'en faisait pas partie et Harry non plus... Mais celui-ci pourrait faire quand même preuve d'un peu plus de propreté quand il extermine ses victimes.

Il venait de finir de nourrir les animaux qui devaient l'être dans les écosystèmes de Harry. Maintenant, David avait à nettoyer (encore) la table d'opération. Son supérieur ne lui permettait pas de voir ses expériences et le chirurgien en ignorait la raison. Peut-être qu'il le sous-estimait ? Qu'il pensait qu'il n'avait pas l'estomac assez solide pour voir les entrailles d'un humain prendre l'air ? C'était ce qu'il s'était dit en effet, idolâtrant Harry. Mais au fil des jours, il avait compris qu'en fait Harry conservait ses secrets et n'allait sûrement pas les partager avec celui qui n'était que son assistant, son larbin, sa bonniche. Oui, c'était ça. Il était la bonniche de Harry. Rien de plus. En soupirant, il prit le seau avec l'éponge et se mit à frotter les taches de sang séché sur la table avec rage. Oui, avec rage. Toute la frustration que l'indifférence de Harry engendrait, il l’extériorisait en mettant toutes ses forces au nettoyage du plan de travail. Rapidement, il commença à avoir chaud. Il faut dire qu'il ne ralentissait pas le rythme de ses gestes. Pire encore, il commençait à sentir ses yeux piquer à cause du sel des larmes qui montaient au fur et à mesure qu'il se ressassait tout ce qui n'allait pas en ce moment. Il voulait être vu de Harry. Il voulait avoir son attention, son regard, son affection... son amour... Certes, tout cela était parfaitement utopique mais avoir un peu plus de reconnaissance ne lui ferait pas de mal. Il ne voulait pas être la bonniche de cet homme qu'il aimait malgré tout. Il voulait Harry, peu importe la manière dont il s'y prendrait.

Au fur et à mesure qu'il se faisait tourner toutes ses pensées, son souffle s'accéléra sous l'effort physique qu'il faisait endurer à son bras qui lui criait d'arrêter et sous la rage qui enveloppait son cœur. Alors qu'il serrait les mâchoires, une larme roula sur sa joue. Et ce fut la goutte de trop. Il l'essuya rapidement avant d'envoyer l'éponge pleine de sang voltiger dans la salle. Dans un cri de colère, il donna alors un grand coup de pied dans le seau à sa droite, répandant l'eau rosâtre sur le sol. Il se prit alors la tête entre les mains pour se calmer bien que ceci n'eut pas tellement un effet apaisant, ses idées continuant de lui torturer l'esprit. Il se redressa lentement en entendant des pas arriver dans son dos. Il se retourna vivement et reconnut les magnifiques traits de Harry. David planta son regard dans le sien, comme avec une lueur de défi, mais ne dit rien.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  


Dernière édition par David P. Williams le Mer 19 Fév - 17:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Mer 29 Jan - 23:43














Harry J. Downcry - David P. Williams


TAKE ME TO YOUR PLANET




Voilà plusieurs jours que j'avais du mal à dormir, que je fermais difficilement les yeux chaques nuits en ne pensant qu'à une seule chose. Certes, ce n'était pas la chose la plus incourante qui se produisait dans mon laboratoire, mais comment dire...cette fois-ci, c'est différent. D'ordinaire, je peux voir mon ancien amour dans mes rêves, je le vois tel qu'il était, et des fois il se métamorphose en ce qu'il est devenu à présent. Cela me perce le cœur que d'imaginer mon pauvre amant dans une telle situation de désespoir sans pouvoir l'aider. J'ai les mains liées. Je ne peux faire appel à une Brute ou à un Gardien pour le rattraper, car celui-ci risquerait de trahir ma confiance et de le donner à un autre scientifique. Je ne peux plus me permettre un tel désarroi...Je me souviens encore de ma douleur à ce moment précis où je vis que le corps si chaud de Lui était sortit de mon lit pour toujours...Non. Arrête ça. Pourquoi ne cesses-tu pas de penser à Lui alors que dehors, dans ton laboratoire, il y a...Non. Je ne peux pas me permettre aussi un tel acte d'infidèlité, je...Pardon? Oh. J'ignore comment exprimer les affres de mon cœur et de ma pensée. Je vide mon corps chaque jours dans des victimes et pourtant j'en viens à parler de l'infidélité...quel idiot je fais. Mais attendez, je vais vous expliquer. Tous les jours, je le vois qui marche dans mon laboratoire, il me sourit et me parle d'une voix si douce qu'elle vous en transformerez les oreilles en fleurs! Il a de ses yeux qui vous promettent le ciel en silence...il...ah....

Comment ne pas l'avouer...j'ai le cœur qui flanche de ma solide résolution à chaque fois que je le vois. Il me rappelle ce sentiment lointain que j'ai peur d'éprouver depuis tant de mois. Je regarde la courbe de son cou et je me souviens de celui que j'avais tant de fois baiser. Il me semble qu'il s'agit de la même émotion qui m'étreint. Pourtant je me sens encore retenu si fort par Lui. Caché quelque part dans ce manoir, je sais qu'il m'attends et cherche peut-être à me retrouver...mais en même temps...et si tout était bien fini? Et s'il avait retrouvé Amy? Que faire...mon cœur se blesse dans la solitude, dans ce lit si froid que mon corps même n'arrive pas à remplir de chaleur...Ah...que de blessures en mon cœur. Mais quand je regarde David, j'ai l'impression de revenir à des temps où j'étais innocent, quand le sang ne coulait pas encore sur mes mains et où j'étais avide de connaître la vie...quand je le regarde, j'ai l'impression de renaître. De renaître de cendres depuis longtemps engloutis sous du sang coagulé. J'admire son innocence à lui. J'ai envie de lui ressembler, d'atteindre à nouveau cette pureté. Que mon visage doit-être laid d'autant de cruauté dévoilé chaque jours...

Je suis sur mon lit. Allongé, je me repose de ma dernière expérience. J'ai laissé le soin à David de nettoyer la table d'opération. D'une phrase rapide, précise et impersonnelle, je lui ai intimé cet ordre avant de fuir. C'est désormais souvent ce que je fais. Loin de notre première rencontre d'une sympathique camaraderie, je lui dévoile à présent toute la froideur simple que mon air peut avouer. Je ne veux pas m'ouvrir à lui, je sens que si je le fais, mes barrières tomberont et je me précipiterai sur ce visage d'ange pour l'embrasser. Lui arracher sa pureté de Vestale. Pourtant, j'ai parfois l'impression que rien ne blessera ce doux regard. Mais...je ne sais même pas s'il est comme moi...si ça se trouve, absolument pas. Je me fais des films pour rien. Je dois rester un simple ami et me contenir. Être un maître honnête. Bon, bien sur, il ne pourra pas obtenir le droit d'assister  à mes expériences avant un petit moment, faut pas déconner non plus. Mais je devrais être plus gentil et présent pour lui...il nettoie quand même toutes mes saletés que je me plais à envoyer un peu partout dans le laboratoire quand une victime se met à trop bouger. Je me lève alors de mon lit et ferme rapidement la chemise que j'avais laissé ouverte pour me refroidir. Entrant dans la salle principale d'examen, je vois David. Il est là, oeuvrant dans toute sa rage contre la taple d'opération. Sa détresse semble me pourfendre le cœur. Il se redresse avec violence pour jeter le seau d'eau rosâtre à cause du sang et balance l'éponge par la même occasion. Je le regarde sans comprendre, le visage inexpressif.

Il fait de même, me semble-t-il, à moins que son expression soit tellement indiscernable que je ne pouvais percer son secret. Il paraît en colère. Non. Il l'est, c'est une évidence. Mais tout cela me peine. Je n'ai pas envie qu'il soit comme cela. Et puis, un assistant mécontent n'est pas un assistant bon travailleur. La preuve avec cette table d'opération où il restait quelques tâches de sang, le seau renversé et l'éponge trempée. Il fallait mettre un terme à tout cela. Froidement, je le regarda de haut et murmura d'un ton terne et placide.

Harry: David...

Même le son de son prénom dans ma bouche fait accélérer mon cœur d'une manière que je ne peux accepter. NON, je le refuse, je suis tout entier à Felix, je ne peux pas m'autoriser une autre idylle. Je m'approche alors de lui et pose une main sur son épaule, mon regard se fait plus tendre et se plonge dans les siens. Je tremble légèrement, ils sont si bleus...

Harry: Tu sembles fatigué...tu veux qu'on aille prendre une pause à l'air frais?






Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Jeu 30 Jan - 10:55





Le regard que lui jeta Harry ne lui donna qu'une seule envie : crier de rage et fuir. Oui, la réaction la plus virile qui soit... Mais c'était cela ou sinon, il allait s'énerver sur son supérieur ou casser quelque chose et ce n'était pas forcément la meilleure chose à faire. D'ailleurs, quand celui-ci prononça son nom, David releva le menton avec fierté. Il savait qu'il aurait une sentence. Au lieu de nettoyer le laboratoire, il l'avait encore plus encrassé. Le sol était maintenant en grande partie humidifié par le mélange poisseux du sang et de l'eau, la table d'opération était à peine plus propre qu'auparavant et une jolie marque d'impact décorait le mur là où l'éponge sanguinolente avait été projetée. David regarda Harry s'approcher avec toujours le même air de défi dans le regard, le cœur cependant méfiant. Il se rendit alors compte qu'il ne connaissait pas les réactions de son supérieur dans ce genre de situations. Allait-il lui exploser le crâne contre la table d'opération, comme avec la femme lors de leur première rencontre ? Le frapper tout simplement et l'envoyer dans les couloirs du Manoir ? Le regard toujours aussi sombre, il sentit tous ses muscles se tendre, en état d'alerte, prêts à réagir quand Harry leva le bras.

Il ne s'attendit alors vraiment pas à ce que ce geste fut pour poser sa main sur son épaule. Un geste chaleureux ? À quoi rimait tout ceci ? Le regard froid de Harry se fit alors plus tendre, assouplissant sûrement celui de David. Ce dernier fut encore plus dérouté quand son supérieur lui proposa d'aller dehors, prendre l'air, faire une pause. Plus étonnant encore, il avait dit « on ». Cela sous-entendait-il qu'il viendrait aussi ? Il serra les dents et son regard devint de nouveau noir. Il fallait qu'il arrête de rêver éveillé. Harry n'en avait tout simplement rien à foutre de lui et là, et bien il se foutait de sa gueule, rien de plus. David n'était que son larbin, il n'était rien à ses yeux. Et il ne voulait pas être considéré comme un chien qui attendrait sa promenade quotidienne. Si il voulait sortir dehors, il le ferait, pas besoin de l'avis de Harry. Il baissa les yeux et dégagea son épaule de sa main comme si elle avait été quelque chose de désagréable. Pourtant, elle était d'une chaleur tellement douce qu'elle en était presque apaisante. Il ne voulait pas se faire marcher sur les pieds. Toujours en silence, il lui tourna le dos et redressa le seau avec la pointe de son pied. Puis, il partit chercher l'éponge qu'il ramassa du bout des doigts. Il jeta un rapide coup d'œil à la grosse tâche sur le mur et eut un sourire fier mais discret. Si Harry n'était pas arrivé, le laboratoire aurait dans un état bien pire. Il rapporta l'éponge dans le seau et inspira profondément. Il regarda autour de lui et ouvrit les bras pour désigner l'endroit. Toujours avec un air de défi, il dit sèchement, la voix chargée d'ironie :

- J'ai du ménage à faire !

Il lui sourit. Mais c'était un sourire presque méprisant. Oui, il méprisait l'homme qu'il aimait. Mais à quoi bon... Sa situation était déjà suffisamment désespérée, il n'avait plus rien à perdre. Elle l'était tellement que lui, un chirurgien qui avait sauvé la vie de plusieurs dizaines de personnes malgré son jeune âge se retrouvait à nettoyer les saloperies de Harry. Les bouts de crâne et de chair qu'il retrouvait parfois éparpillés partout dans la pièce étaient ce qu'il trouvait le plus fréquemment. C'était aussi ce qui le dégoûtait le plus. Au début, il n'avait rien dit, mais tout c'était dégradé avec le temps. Non, cela ne pouvait plus continuer ainsi. Au pire, il trouverait un moyen de démissionner. Il reprit le seau et partit le remplir au robinet qui se trouvait contre le mur. Au passage, il lança un « Pardon. » brusque et froid à Harry qui se trouvait sur son passage. Une fois la bassine remplie, il repartit vers la table d'opération et recommença à la frotter pour faire partir les tâches, ignorant désormais complètement son supérieur qui se tenait toujours à quelques pas de lui.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Jeu 30 Jan - 21:00











Harry J. Downcry - David P. Williams


TAKE ME TO YOUR PLANET





Je me sens étrangement mal, le contact de ma main sur son épaule me trouve et me transpercer sans savoir quel sont réellement les émotions qui s'accordent à mes dires. Suis-je encore assez maître de moi pour décider de mes choix? Son regard me tue de toute sa méchanceté simple...je suppose que je l'ai mérité. Je tremble mais n'arrive pas à me contrôler. Je sens que petit à petit je perds ce contrôle naturel que j'ai sur les choses et cela me rends dingue. Mon envie de trucider un cadavre pour m'épancher de cette douleur me traverse l'esprit. Qu'importe que la table ou le reste de l'endroit soit sale, si ce n'était que pour rapidement défoncer des portes ouvertes et fracasser des cranes sur des restes de cervelles. La victime entendra-t-elle les dernières pensées de sa prédécesseure quand viendra le moment pour elle de tremper dans le cervelet de celle-ci? Non...je ne dois pas penser à cela. Il en viendrait à détruire ma réputation de sadique propet si jamais je faisais venir une personne dans un tel dépotoir. Non...je me dois de rester auprès de lui...je ne l'ai pas assez vu ces derniers temps. Il faut dire...comment travailler quand on a un si bel homme à ses côtés...comment se concentrer quand son cœur bat d'une telle puissance...aussi fort qu'à l'époque de l'innocence...

Mais voilà qu'il rejette ma main, et semble rejeter mon cœur par la même occasion, car celui-ci se met à pleurer en silence. Je ne pouvais exprimer avec des mots cet émotion qui me prends à la gorge et me macère dans sa propre liqueur de souffrance. Je le vois s'éloigner en direction du seau retourné, alors qu'il le remettait le tout correctement avec une expression des plus...en fait je n'avais pas de mot. Sans doute devait-elle être terrifiante, mais je trouvais peu de choses en ce monde réellement terrifiant, alors certainement que cela ne me toucherait pas. Il prit alors l'éponge et me regarda avec un air indescriptible qui me toucha du fond du cœur. Mon visage se démontit d'un coup en une expression outrée à sa phrase. Il osait refuser l'un de mes ordres?! Une partie de moi avait envie de le démolir, de le remettre à sa place comme il se devait à un bon assistant. Mais une autre partie voulait juste être triste. Entre rage et mélancolie, je ne savais que choisir. Il me heurte alors pour remettre de l'eau dans son seau. Son coup se porte plus à ma dignité qu'à mon corps. Sa voix se démonte dans mon oreille et j'ai l'impression de sentir du plomb en fusion. Ma fierté ne le permet pas. Il retourna à la table, mais je suis déjà ailleurs dans mes pensées. Brutalement, je claque mes chaussures dans la flaque de sang et éclabousse David de la même occasion. Je le prends par le col et le ramène jusqu'à moi. Mon regard se fait dur, terrifiant, despote et complètement barré. J'use de tous les stratagèmes de mon sadisme naturel pour le faire plier. J'y arriverai. Un sourire se dépeint sur mon visage, un sourire que je n'avais offert qu'à très peu de victimes. Mais ce soir, je ne veux pas faire de lui une victime.

Harry: Tu as clairement besoin de te reposer. Tes yeux sont cernés, ton sourire est cripsé, tes membres se détâchent comme des automates et même le plus simplet des chiens aurait une démarche bien plus gracieuse que la tienne. Viens avec moi. Je n'aime pas te voir comme cela...j'ai envie que tu souris...

Mes dernières paroles me sont venus tout seul, mais je me retiens à temps de poursuivre. Ne pas tomber dans ce piège. Ne pas tomber dans...oh...que ces yeux sont magnifiques...




Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Jeu 30 Jan - 22:52





David frottait la table quand Harry l'éclaboussa. Alors qu'il jetait un regard agacé au bas de son pantalon désormais sali, il ne vit pas le vétérinaire s'approcher encore plus de lui pour lui saisir fermement le col. Il ne put que se laisser faire, surpris par le brusque mouvement de son supérieur. Le regard de ce dernier était devenu incroyablement sombre et peu amical. Et voilà... Il avait réussi à le provoquer et à le mettre en colère, ce qui n'avait pas été la chose la plus intelligente à faire. Mais le mal était fait et des deux côtés. De toute façon, David n'en avait plus rien à faire de ce qu'il pouvait lui arriver. Rien ne serait aussi terrible que cette abominable solitude que Harry lui infligeait quotidiennement maintenant. Alors que le vétérinaire lui faisait son si célèbre sourire qu'il voulait sadique (David n'avait jamais craint cette grimace), le chirurgien arqua un sourcil, le visage toujours rempli de défi. Il ne lui faisait pas peur. Car, si lui ne savait rien de son assistant, David avait eu le temps d'épier les réactions de Harry dès qu'il en avait eu l'occasion. Et il savait qu'il pouvait se révéler violent. Mais le jeune médecin s'en moquait éperdument. Il n'avait vraiment plus rien à perdre.

Il affrontait donc toujours bravement son regard jusqu'à ce qu'il prenne la parole. Son ton était d'abord dur puis il sembla se radoucir. Comme la dernière fois qu'il avait ouvert la bouche. Que pouvait-il savoir sur son état physique ? Si il semblait fatigué, c'était sa faute à lui. C'était lui qui l'éreintait à lui faire faire des tâches ingrates alors qu'il pourrait faire tellement plus avec lui. Et puis... Quelle était cette idée de vouloir le voir sourire ? Lui qui ne lui adressait jamais un regard, il voulait le voir sourire ? Il devait sûrement le prendre pour un con. Il croyait vraiment qu'il allait se laisser amadouer ainsi ? Il croyait vraiment le connaître pour pouvoir savoir ce dont il avait besoin ? Même si ses yeux étaient magnifiques, David pouvait maintenant savoir à quel point ils étaient aveugles. Il leva alors fièrement le menton et continua de le regarder en face. Il se dressa alors sur la pointe des pieds pour être à sa hauteur, pour pouvoir mieux plonger ses yeux sombres (bien que bleus) dans les siens.

- Comment pouvez-vous savoir ce que je ressens, hein ? Comment !? TU NE SAIS RIEN DE MOI !

Il avait hurlé sa dernière phrase, littéralement. Maintenant, il avait le front presque collé à celui de Harry et fusillait ce dernier du regard. Sa respiration était bruyante, évacuant rageusement l'air par les narines, ses mâchoires étant fermement serrées. Une telle proximité de leur visage, il en avait toujours rêvé, mais pas dans ses conditions. Cependant, il ne put s'empêcher de jeter un regard aux lèvres de Harry, à quelques centimètres des siennes. Il pouvait même sentir son souffle chaud et calme. David le regarda encore quelques secondes avant de revenir sur la plante de ses pieds. Puis, il se dégagea des mains de Harry et repartit à sa table d'opération et à son éponge. Mais il ne frotta pas. Non, il posa juste l'objet sur le plan de travail, songeur. Il venait de hausser la voix sur son supérieur et l'avait même tutoyer. Il se ferait sûrement virer après cela, mais Harry pouvait toujours aller se brosser pour avoir des excuses. Cependant, en y réfléchissant plus objectivement, il était vrai qu'il était épuisé. C'est pourquoi, en soupirant, il dit :

- Vous avez peut-être raison... Je devrais sûrement aller faire un tour dehors...

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Sam 1 Fév - 19:10











Harry J. Downcry - David P. Williams







Je ne peux pas supporter ce regard aussi triste, cette colère silencieuse qu'il ne peut pas laisser éclater pour la simple raison que je suis son supérieur. Non, je ne supporte pas cette sourde haine qui me frappe en plein cœur. Qu'ai-je fait encore,  ô bon dieu, pour être ainsi détesté de tous? Je n'attendais rien d'autres que de l'amour. Rien d'autre qu'un cœur à aimer. Voilà à présent que je suis déchiré à la manière de mon ancien amour autrefois. Sauf que mon ancien amour est...tout comme je viens de le dire, ancien. Ce n'est qu'un soupir lointain, il n'est plus comme je l'avais aimé par le passé. Pourquoi n'avais-je pas le droit de tourner la page comme il l'avait fait? J'ai aussi le droit d'aimer. Mais...mes anciens sentiments ont tellement été de profondes souffrances. Puis-je vraiment faire confiance à David? Non...je ne dois pas me laissé aller à de telles émotions. Rien ne disait qu'il était de mon bord, rien ne disait que j'allais pouvoir le serrer dans mes bras, quand bien même je laisserai enfuir mon cœur vers des cieux plus cléments à mes pensées éteintes. Oh...David. Pourquoi a-t-il fallu que tu entres dans ma vie. Ce même jour où tu as traversé ma porte pour la première fois, alors que j'explosais à mon habitude des crânes, le cœur dans une paix détruite. Tu as réveillé l'espoir en moi. Je l'avais étouffé en même temps que ta patience.

Tu me hurles alors en plein visage que je ne te connais pas. C'est la plus pure des vérités, et je ne trouve rien d'autres à faire que te regarder le visage sombre, les yeux d'une tristesse sans nom. Je suis coupable. J'ai joué avec ta patience en te traitant comme le dernier des esclaves. Aucun homme avec une mentalité comme la tienne, qu'il soit homo ou hétéro, ne mérite un tel sort. Je t'ai causé l'un des maux les plus puissants que l'on m'est infligé: l'indifférence. Sa peine m'attriste. Non. Je ne le connais pas. Je ne sais même pas s'il peut m'aimer ou non. Je ne sais pas qui il a connu. Je ne sais pas où il a vécu avant d'être ici, ni ce qu'il faisait. Je ne sais rien de lui. Mais c'est également parce que je n'ai rien voulu savoir pendant des années. Il s'éloigne alors de moi, après s'être tenu si prêt. J'aurai voulu brutalement l'embrasser pour le faire taire, mais il ne m'en avait pas laissé le temps. Non. Je ne dois pas avoir des idées comme cela...mais...oh. Il s'éloigne de trop loin, posant l'éponge sur la table. Finalement, l'idée de sortir ne lui ai pas si désagreable que ça. Je m'approche à nouveau et tente de lui sourire.

Harry: J'ai envie d'en savoir plus sur toi.

Je lui passe platoniquement un bras au dessus des épaules pour le guider avec moi jusqu'à la porte secrète qui peut nous mener en délicatesse jusqu'au patio. Ce contact avec lui me brûle, mais je fais de mon mieux pour le maintenant sans chercher plus loin. Mon souffle se jette dans son cou alors que je lui parle, mes yeux restent parfois trop longtemps sur ses lèvres. Qu'est-ce que je vais faire...

Harry: Tu faisais quoi avant d'être ici?




Take Me To Your Planet
Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Dim 2 Fév - 9:18





Harry ne broncha pas d'un pouce quand David éleva la voix. Il ne dit rien, ne fit aucun commentaire. C'était plutôt déroutant pour le chirurgien mais il ne s'en plaignait pas. Il s'estimait heureux de pouvoir éviter les foudres de son supérieur, car, en y repensant avec un peu plus de sagesse, c'était bien la dernière chose qu'il voulait... Harry lui sourit alors et s'approcha de lui. Son sourire n'avait rien de malsain, il avait même l'air plutôt amical, mais David préféra rester sur ses gardes, méfiant. Il connaissait le tempérament plutôt imprévisible de son supérieur, c'est pourquoi il banda ses muscles au cas-où il aurait à réagir vite. Mais Harry ne fit que lui parler. Lui dire qu'il avait envie de le connaître. David ne s'était pas attendu à cela. Il haussa même les sourcils d'étonnement. Comment cela, il voulait plus le connaître ? C'était pas un peu facile, là ? Il ne lui parlait que quatre ou cinq fois par jour et maintenant, il voulait faire connaissance ? Ce n'était pas un peu tard ? Surtout que David venait de lui crier le fond de sa pensée qui était la triste vérité. Il n'était qu'un inconnu pour Harry et sa façon de venir tout de suite le voir était difficilement crédible aux yeux du chirurgien. Non, le vétérinaire devait avoir eu une bonne éducation, comme tout le monde. On lui avait probablement appris à se soucier légèrement des autres quand ils lui demandaient. Enfin quoiqu'il en soit, David ne répondit pas à la question. Tout cela sonnait faux.

Harry passa alors son bras autour des épaules de David qui ne comprit absolument pas ce qu'il se passait. Pourquoi un tel contact ? Mais il n'allait pas se dégager. La chaleur du bras de son supérieur était... agréable. Très agréable, même. Mais il ne se leurrait pas : Harry faisait son gentil et son soucieux pour ce soir, mais le lendemain, ce sera comme si rien ne s'était passé. Il soupira. Et apparemment, si David avait énoncé l'envie de sortir, son supérieur avait pris cela comme une invitation. Et le chirurgien n'était pas sûr de vouloir de sa compagnie. En fait, il était profondément tiraillé entre l'idée de le repousser et avoir la paix, tenté de l'oublier, ou au contraire, continuer d'espérer et accepter qu'il vienne car il devait avouer que le bras sur ses épaules le réconfortait, semblait lui réchauffer tout l'intérieur de son corps. À moins que ce n'était de la nervosité ?

Harry l'entraîna alors dans le patio et David se laissa faire. Il regardait devant lui, évitant avec soin le regard de son supérieur qui semblait être rivé sur lui. Pourquoi le fixait-il ainsi comme si il avait été une espèce animale récemment découverte dans le fin fond de la jungle ? Il était de plus en plus mal à l'aise. Ainsi, il respirait profondément pour tenter de faire ralentir son cœur qui lui martelait la poitrine. Ensuite, Harry, revint à la charge, voulant savoir ce que son assistant faisait avant d'atterrir dans le Manoir. David fut une fois plus surpris par la question avant de redevenir sombre. C'était trop facile. Tant d'indifférence et maintenant on fait connaissance. Le chirurgien lui jeta un regard et constata que Harry fixait le bas de son visage avant de le regarder dans les yeux. L'assistant détourna alors les siens en silence tandis qu'ils se dirigeaient vers la fontaine du patio. David s'assit sur le rebord et soupira, le bruit de l'eau s'écoulant en fond. Il hésitait à répondre. Mais si Harry faisait des efforts pour arranger les choses, il se devait d'en faire de même... Peut-être que la situation s'améliorerait ? Dans le cas contraire... et bien il serait profondément déçu et il retiendra sa colère jusqu'à ce qu'il décide de partir pour de bon. Il regardait toujours ses pieds, évitant à tout prix les yeux de Harry sur sa nuque.

- Je travaillais en tant que chirurgien.

Lui d'un naturel bavard, c'est tout ce qu'il put dire. Tout ce qu'il avait envie de dire. De toute façon, cela ne servait sûrement pas à grand chose de gaspiller sa salive si Harry devait tout oublier le lendemain.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Dim 2 Fév - 19:51











Harry J. Downcry - David P. Williams

Take Me To Your Planet



Je suis si heureux qu'il me laisse le prendre ainsi, puis-je prendre ça pour un symbole d'intimité? Non, je ne saurai que trop conseiller à mon cœur éteint et blessé de ne pas prendre pour moindre mesure les paroles d'une simple inimitié. Juste à trop rêver j'en suis sorti lamentablement destructuré, je ne peux me le cacher. Peut-être qu'un jour pourrai-je reprendre mon sourire d'autrefois, celui qui n'avait nul soufre ancré, celui dont la lueur de folie n'avait pas encore perduré entre autre secrets. Je le tiens bien fermement et n'aurait sut me résoudre à faire autrefment. Je le tiens trop fermement pour être parfaitement aimable et en même temps trop doucement pour être parfaitement honnête. Pourquoi ne l'avais-je pas fait plus tôt? Pourquoi n'avais-je pas été moins fier, avec mes grands airs, sans volonté à aller vers lui...j'aurai du aller le voir. Cette homme n'avait pas mérité de subir les affres de mon passé. Et pourtant...personne ne m'avais appris à ne pas ainsi se déloger le cœur dans les quotidiens autruis. Personne...oh, bon de dieu, pourquoi je ne pouvais pas penser à autre chose...je vois la porte du patio un peu plus près à chaque instant et je me demande. Que se passerait-il si je m'en retournais à ma chambre après lui avoir ouvert la porte?

Mais je ne le ferai pas. Ma culpabilité, chose d'ordinaire si peu présente en moi, me dévore à cet instant plus qu'à tout autre. Je ne veux pas faire de mal à ce pauvre petit être qui me semble si mignon à chaques instants que je passe en sa compagnie. Cet beauté qui lui appartient est cette même chose qui me fait fuir. La fraicheur d'un petit vent d'été nous porte, traversant nos vêtements et faisant de nous de simples jouets d'un destin naturel. Je tiens mon assistant plus proche de moi encore, comme pour le protéger de cette brise à la fatalité si pure. Si seulement je pouvais ne serait-ce que le prendre dans mes bras, j'aurai enfin l'impression d'être utile en ce bas monde. Mon mental peut parfois être si proche des déments que j'ouvre avec tant de joie. Est-ce réellement que ce laboratoire qui me distingue de mes cobayes. De fier aiglon, j'en suis passé à chaste amoureuse, de frêle meurtrier à kidnappeur d'enfants, d'amour trompé à retrouvailles jamais oublié, de scientifique avec un but, je ne suis plus qu'un savant fou à qui on a donné la plus belle des perles. Ah....comme le temps passe et pourtant jamais ne s'efface. J'attends qu'en des jours plus glorieux le souffle de la vie passe à nouveau dans mes cheveux. Pourtant, ce n'est qu'un vent frais qui balade mes cheveux et ma chemise pâle alors que je m'assoie à côté de lui, sur le rebord de cette fontaine. Mon bras quitte à regret les épaules de David.

Ses paroles me vont au cœur, ainsi il était autrefois chirurgien. Je ne peux m'empêcher de sourire, comme je l'empêche alors d'exercer son métier en le reléguant à homme de ménage. Peut-être devrai-je plus lui faire confiance...je ne sais pas. Toujours était-il qu'il me serait définitivement de bonne aide. Je le regarde et ne cesse de l'admirer pour ensuite baisser également ma tête au sol.

Harry: Ah...tu dois te sentir bien mal payé de tes capacités...

J'essaie de le regarder pour lui sourire, mais rougis bien vite et rabaisse mes yeux. Le crépuscule est doux. Le soleil se couchera bientôt. J'avais peine à espérer cadre plus idyllique, pourtant déjà je vois apparaître l'étoile du Berger vers l'un des coins cardinaux du manoir, vers cette horizon quui comme tous, je ne pourrai plus voir de ma vie. Qu'importe si David ne me voit ou pas, je ne dois pas céder. Pourtant, je me lève à nouveau et écarte les bras. Ma tête se rejette en arrière tantdis que je ferme les yeux pour offrir mon corps au vent, c'est agréable:

Harry: Il fait bon non? Cela fait longtemps que nous n'avions connu un tel été...






Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Lun 17 Fév - 9:05





David était toujours assis sur le rebord de la fontaine, le bruit  de l'eau s'écoulant dans son dos. Harry était toujours devant lui, profitant de la douce brise qui soufflait doucement dans leurs cheveux. Évidemment qu'il se sentait mal « payé » comme il disait de travailler en tant que larbin bon qu'à nettoyer les saletés de monsieur. Il était chirurgien, il savait opérer, ouvrir des gens en deux sans les tuer. Il avait même pu remarquer que son supérieur s'y prenait parfois très mal. Qu'il ne s'étonne pas que la moitié de ses cobayes meurt une fois sur deux dès qui les ouvre. Enfin, il n'avait pas vu tous les cadavres de Harry mais le peu qu'il en avait vu, il pouvait dire facilement que ce n'était  pas du travail de qualité, que cela avait été fait avec une connaissance précaire de l'anatomie humaine et qu'il aurait pu s'appliquer un peu plus. Plusieurs fois, il avait voulu lui faire remarquer mais à chaque fois, il s'est tu. Pourquoi ? Parce que Harry faisait son indifférent. Il ne l'écoutait que d'une oreille distraite sans prendre le temps d'écouter ce qu'il avait à dire. David avait abandonné, depuis le temps, a essayé de lui dire quoique ce soit. De plus, comment réagirait-il si son larbin prenait la liberté de lui donner des conseils ? Qu'est-ce qu'une bonniche qui passait son temps à laver la table d'opération pouvait bien y connaître ? Pendant tout ce temps, Harry l'avait ignorait. Il avait ignorer le fait qu'il aurait pu être autre chose que ce qu'il voulait qu'il soit. En y repensant, David ne voulait pas être comme son supérieur le voulait. Il avait eu une vie avant aussi. Des amis, peu d'amour, certes, une famille, un travail. Un passé. Et un passé qui commençait à se demander si ça en valait bien la peine d'en arriver là. Il ne laisserait pas Harry effacer ce qu'il était tout simplement parce qu'il était trop fier pour lui demander quoique ce soit. Enfin, notons quand même le progrès de ce soir...

David soupira et regarda le ciel qui commençait à tirer vers le bleu marine. On apercevait encore les quelques rayons du Soleil au-delà des murs du Manoir mais cela faisait bien longtemps que l'astre s'était caché derrière la bâtisse. Il se demanda alors si il pouvait se procurer un télescope pour mieux observer les étoiles. Ils étaient suffisamment loin de Londres pour ne pas être dérangés par les lumières de la ville. Cependant, c'était une région assez nuageuse et... et puis, merde. Il trouverait bien un jour, un de ces quatre. Perdu dans ses pensées, il entendit Harry lui parler vaguement au loin. Sans trop se soucier de ce qu'il disait, l'ignorant parfaitement, il se contenta d'acquiescer sourdement, gardant ses lèvres jointes et les yeux dans le firmament. Il se rendit compte alors qu'il avait preuve d'indifférence. À ce stade, c'était même de l'ignorance. Peut-être allait-il trouver cela parfaitement puéril et enfantin comme réaction mais après tout, David l'avait fait machinalement. Et il se moquait désormais de ce que pouvait penser Harry. Il hésita à se lever mais commença à apercevoir quelques constellations qui apparaissaient timidement dans le ciel. Une nuit claire. Il y avait tellement longtemps qu'il n'avait pas pu regarder les étoiles ainsi. C'est alors qu'il voulut remercier Harry et baissa les yeux vers lui, ouvrant la bouche pour dire quelque chose qui ne sortira probablement jamais. Le remercier de quoi ? De l'avoir sorti pour prendre l'air comme on fait sortir son chien pour qu'il aille faire son pipi sur le premier lampadaire venu ? C'était cela... En fait, il n'était rien d'autre que son chien.

Il le regarda dans les yeux quelques secondes avant de reporter son regard sur les étoiles. Au moins, elles, elles ne lui feraient pas de tort. Elles brillaient toujours de la même façon. Entre la joie et la tristesse. Presque la fatigue aussi. Cela dépendait des jours. Cela dépendait de l'état dans lequel se trouvait celui qui les regardait. Et là, elles brillaient tristement. Il aurait fallu qu'il dise quelque chose à Harry, quand même... Mais là, il n'avait tout simplement rien à dire. Il se demandait même si il avait envie de lui adresser la parole. Oh et puis à quoi bon...? Les silences gênés, ça va bien cinq minutes. Il se leva alors, ne croisant toujours pas son regard et lâcha d'une voix blanche :

- Je rentre.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini] Lun 17 Fév - 11:36











Harry J. Downcry - David P. Williams

Take Me To Your Planet



Je sens la délicatesse du vent sur ma peau, c'est doux, chaud et reposant. Car oui, en cette période estival, nous ne pouvions que remercier le temps d'avoir offert un peu de chaleur à cette époque de l'année. Pourquoi faire autre chose que profiter de ce temps ? Moi aussi j'avais bien eu besoin de sortir, cette température ne me fait que du bien ! Mon sourire s'étale sur mes joues bien que mes yeux ne se ferment, cela ne reste qu'un repos bien mérité au milieu de cet univers de feu, de sang et de souffrance quotidienne. Un peu de douceur dans ce monde de brute, n'est-il pas ce que l'on demande à chaque fois ? Et bien je le demande également silencieusement dans cette délicate souffrance qui m'assome en cette seconde. Cette douleur qui fait également office de parfait silence entre nous deux. Car oui, je n'ai pas oublié que David se trouve à mes côtés, jamais je ne pourrai l'oublier. C'est bien trop beau pour être juste une seconde effleurer de la plume de l'oubli, voyons. Il est ici, et en faisant jouer mon délicat sens de l'odorat que les animaux m'ont permis à développer, je peux sentir son odeur, toujours plus adorable à chaque seconde. Pourquoi me suis-je autant réprimandé durant tout ce temps ? J'ouvre mes yeux aux étoiles dans le ciel, et en même temps au plus profond de mon cœur. Cela va faire maintenant des mois que Felix a été enlevé. Je n'avais jamais autant souffert qu'à cette période, car à cet instant, j'étais parfaitement impuissant. J'ai eu beau le chercher dans tout le manoir pendant des jours, je n'ai trouvé personne correspondant à son signalement. Qu'est-ce que j'ai pu pleurer. Mais à présent, il était certain que je ne le retrouverai jamais. Peut-être était-il bien mourrant ou déjà mort quelque part dans ce manoir. Jamais je n'ai encore osé jeter un coup d'oeil à la Morgue. J'ai bien trop peur d'y découvrir son cadavre.

C'était pour toutes ces raisons que je n'avais pas encore osé faire le deuil de mon cœur et que je me refusais jusqu'ici à accorder la moindre attention à David...de peur de faire quelque infidèlité que ce soit à mon amour de toujours... mais il fallait se rendre à l'évidence. J'étais seul, désespéremment seul et ce jeune homme auprès de moi est l'unique parcelle d'espoir qu'il me reste ici. Il n'y a qu'à espérer qu'il soit...de mon côté. Mais sa voix me ramène à la raison, où pire encore, à un cauchemar. Mais n'était-ce pas la même chose au fond ? Il me dit qu'il doit rentrer. Mais pourquoi ? Je me retourne vers lui avec l'air presque apeuré. Non, je ne veux pas qu'il parte. Qu'il reste avec moi, ne m'abandonne pas. Je me rapproche précipitamment de lui et m'assoie à ses côtés tout en appuyant sur ses épaules pour le forcer à rester auprès de moi. Je veux continuer de sentir sa présence à mes côtés, ne plus jamais me retrouver seule au fin fond de ce désespoir sans fin que nous appelons manoir.

Harry : Oh, s'il te plait, David, reste avec moi...le ciel est beau non ? J'aimerai le regarder avec toi...

Je rougis aussitôt quand je me rend compte que j'ai dit cela non seulement à haute voix, mais en plus en regardant mon assistant droit dans les yeux. Quel idiot je fais, il va me fuir, si ce n'est pas déjà le cas. S'il n'est pas homosexuel, je fais tout ça pour rien. Pire, s'il est homophobe, je risque de passer un très mauvais quart d'heure. Mais rassurez-vous, il en passera un encore plus détestable juste après. Je tiens toujours ses épaules, que je lâche comme s'ils étaient en train de me brûler les paumes des mains. Je m'appuie sur la fontaine et observe le ciel dans un sourire. Il fait chaud...vous ne trouvez pas ? Personnellement je n'ai jamais eu autant chaud depuis une éternité. Est-ce uniquement à cause de la température estival de cette nuit ? Ou simplement à cause de la présence de David à mes côtés ? Je ne le sais pas, mais j'étouffe. Je déboutonne rapidement ma chemise pour laisser le vent frais passer sur mes pectoraux et soupire dans un large sourire :

Harry : Tu me donnerais presque chaud avec toutes tes conneries à vouloir partir...

Je ne me rends pas tout de suite compte de mes paroles, mais quand je le fais, je me glace de l'intérieur. Je n'ai bizarrement plus aussi chaud que ça. Mon sourire disparaît et je ne fais plus qu'observer le ciel en crispant mes mains sur la pierre de la fontaine d'un air songeur. Mon dieu, qu'ai-je oser dire ?




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Take Me To Your Planet. [feat. Harry] [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: L'Extérieur :: La Fontaine :: Mémentos Retrouvés-