AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

"Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Lun 27 Jan - 21:27

























Harry J. Downcry - Jake S. Walker


ANOTHER WAY OUT






Je passe aisément les barrières de la prison de mon cher nouvel ami. Je n'ai nul besoin de clé, j'ai toujours été doué dans le crochetage des portes et des fenêtres. Un ancien ennemi pouvait en tenir comme témoignage. Soudainement, je sens toute la peur de Jake à travers ses yeux exorbités. Il semble ne plus pouvoir tenir ses tremblements et se recule au maximum. Quel pauvre petit être, pour un peu, j'aurai eu pitié de lui. Il est si terrifié, quand bien même je ne cesse de lui murmurer qu'il va adorer mes bons soins. Pourtant c'est vrai! Personne n'a eu à se plaindre de mes actions...enfin...disons personne d'encore vivant. Je ne suis pas un si mauvais amant. Un sourire sadique se dessine sur mes lèvres écarlates par le froid ambiant. Qu'importe la température, nous saurons très bien nous en convenir pour jouer à des danses bien plus brûlantes. Le vent glacé sera notre bienfaiteur car il essuiera notre sueur sur nos dos. Il nous soignera de notre fièvre alors que nous serons au bord du coma par trop d'efforts. Mon tendre nouvel amant, je me fige bien de ta frayeur. Au contraire, cris, hurle, fait sentir que tes tremblements sont plus de terreurs que de plaisirs. Je sais ce que ça fait. Je sais ce que ça fait d'avoir fait confiance et de se retrouver dans une telle situation. Mais ne crois pas que c'est pour une telle chose que je vais t'épargner, bien au contraire: personne ne m'a épargné. PERSONNE NE M'A JAMAIS EPARGNE!!

Je m'approche de lui avec ce sourire sadique dont j'ai le secret. Mon esprit hurlant de cette haine soudaine qui me traverse alors que je pense à mon passé. Toujours ce brutal souvenir qui me torture et me hante. Mais je n'en ai cure et avance. Il me montre sa peur avec encore plus de force, ce qui a tôt fait de m'exciter joyeusement. Une bosse se forme dans mon pantalon de toile, peut-être encore plus grande qu'elle ne l'était déjà. Vas-y, défends toi...essaies donc de sauver ta vie. Tu sais parfaitement qu'entre ces barreaux, je suis le seul à pouvoir te sauver. Le seul à pouvoir te sortir de là. Mes pas se firent comme ceux de loups et j'assuma calmement l'effet de cette situation dans mon organisme. Une émotion des plus fulgurantes qui me donna envie de le plaquer contre le mur. Ce que je fis. Je pressa mon corps contre le sien et lui sourit de toutes mes dents. Peut-être la dernière chose à faire pour m'attirer ses grâces, mais qu'en avais-je à faire?

Harry: Tu as tort de dire cela...c'est pourtant ta seule chance de t'en sortir...

Je commence alors à presser mon membre contre le sien, que je peux deviner terriblement mou au delà de son pantalon. Rho...c'est vraiment pas drôle. Mais il a peur, je peux le comprendre. Je continue de sourire malgré le peu d'effet que je lui fais autre que la terreur. Seulement...c'est déjà une si grande émotion, dont les effets pouvaient être milles fois plus attirants que le désir et le bonheur...la souffrance. La souffrance d'un être sur son visage, la plus belle des peintures. Voilà ce que j'ai appris avec la vie. Personne n'aime voir les autres heureux, cela rappelle éternellement notre propre blessure intérieur, ce cœur à jamais brisé que personne n'arrive à recoller. Personne n'aime voir les autres heureux, on ne veut à jamais que les rendre plus malheureux que nous pour espérer avoir le dessus dans ce monde cruel. Ce manoir ne fait pas l'exception. Les larmes aux yeux, je les ferme pour ne pas avoir à les présenter à mon nouveau jouet et l'embrasse passionnément.






Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Lun 27 Jan - 22:05




















Sa cage thoracique vient s'écraser contre mes côtes, forçant mes poumons à expirer brutalement. Sous le choc, une légère quinte de toux s'empare de mon être, et ma poitrine se soulève spasmodiquement pendant quelques instants. J'avale ma salive avec difficulté. Et toujours ce sourire, ce cruel et inébranlable alignement de crocs blanchâtres... Je sens mon cœur transi cogner contre mon torse. Que faire, mon Dieu, que faire ? Loin d'être en capacité de m'imposer dans ce rapport de force, je n'ose pas me mouvoir. Je me contente de lancer des regards ahuris en direction de mon opposant. Ses iris rencontrent les miens – et le peut que j'y lis m'effraie.

« Tu as tort de dire cela... c'est pourtant ta seule chance de t'en sortir... »

Je sens son entrejambe venir faire pression contre mon bas-ventre. Heu... Holà. Non ? Une brusque rougeur me monte aux joues au contact du membre érigé de l'individu malintentionné auquel je fais face. Non, non, non. Il est hors de question que les choses tournent ainsi. La colonne vertébrale toujours plaquée contre la paroi, je tente de me dégager en me glissant sur le côté. Peine perdue. Quoi que cet homme ait en tête, il semble déterminé à ne pas me laisser échapper à son emprise. Et, malheureusement, son corps exprime de lui-même ce à quoi il veut parvenir... La simple évocation de la potentielle suite des événements fait naître une vague nausée au creux de mon estomac.

Et, soudain, il m'embrasse. Je ressens avec acuité la chaleur de ses lèvres écarlates pressées contre les miennes, exsangues. Union des contraires. Cela aurait pu être beau – ce n'en est que plus terrifiant. J'écarquille les yeux, j'essaie désespérément, par la mise en œuvre de mes faibles ressources physiques, d'échapper à l'étreinte insensée que je suis en train de subir. Mes bras viennent se dresser entre mon corps et celui de mon agresseur, l'un bloqué entre nos deux poitrines, l'autre porté à son visage. Les doigts de ma main droite se glissent entre nos lèvres et les écarte sans douceur, avant de remonter en guise de bouclier vers le haut du visage de l'être aux pulsions malsaines auquel je me retrouve confronté, récoltant au passage des perles humides auxquelles je ne prête que peu d'attention. Ma respiration, hachée, trahit ma confusion autant que ma peur. Je ne sais ni comment réagir, ni comment résister. Et les rares paroles que je parviens à formuler n'ont pour utilité que de faire transparaître ma faiblesse à travers le ton tremblant de ma voix.

« Arrêtez cela... Vous... Insensé... »




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Lun 27 Jan - 23:33

























Harry J. Downcry - Jake S. Walker


ANOTHER WAY OUT





Notre baiser me semble interminable et ne cesse d'augmenter l'excitation qui s'éprend de ma personne petit à petit, pour devenir de plus en plus...encombrante. Si vous voyez où je veux en venir. Je pourrai bien sur l'assouvir à présent, prenant son faible corps sous ma houlette. Car il était évident qu'il était à ma merci et que je pourrai en faire tout ce que je voudrai. Il était si misérablement plié par la force de mon bassin contre le sien. Il ne pouvait rien faire d'autre que me supplier. Voilà où j'ai envie de le résoudre. Qu'il me supplie de le sauver en échange de faveurs de ma part. Cela serait la chose la plus exquise à mes yeux. Peut-être allait-il falloir y mettre un peu plus de haine que cela. Peut-être suis-je encore trop doux pour cet être que j'enrage sous mon violent baiser. Je porte plus de poids encore contre son petit gabarit. Il est adorablement croquant. J'ai l'impression de pouvoir le briser d'une simple pression de mes bras autour de lui, c'est une sensation très intéressante que je n'avais de cesse d'étudier avec toutes les autres victimes de ce manoir. Et je ne m'en lasserai jamais. Sa peur m'excitait à des mots que je ne pouvais décrire.

Il tente de se défendre, sépare nos lèvres de ses doigts que je lèche avec passion. S'il croit me faire peur avec cela...j'assure une prise violente sur ses épaules, m'amuse à macérer sa peau sous mes pouces, à trouver les nuances bleuâtres de ses veines que je fais glisser entre ses nerfs. C'est une sensation insupportable à ce que l'on m'a dit. Que je recommence jusqu'à avoir assez de réactions que je désire. Je veux entendre ses cris dans mes oreilles. Je n'ai aucune envie d'être sympathique avec lui. Il ne m'en donne pas envie. Voyez comment il me méprise et me repousse? Il n'a pas le droit de rester en vie. D'un coin de l'oreille, j'entends un vague hurlement venant d'un coin du manoir, mais je n'en ai que faire, c'est à lui que je veux offrir toute la souplesse de mon corps et de mon sadisme.

Harry: Insensé? Je vais te montrer ce qui est vraiment insensé...

Je l'embrasse à nouveau, tenant ses poignets que je frappe savamment contre le mur, au niveau de sa tête. Je veux entendre le son de ses os se tordre jusqu'à la limite de la cassure. Je veux entendre le son de ses os se tordre jusqu'à la soif. Je veux entendre le son de ses os se tordre longuement. Je veux entendre le son de ses os chanter. Je veux entendre le son de son cœur. Je veux entendre son souffle. Je veux le sentir. Je veux. Je le veux. Brutalement, je mis un genou au niveau de son membre et j'entrepris de masser la zone alors que mes mains tenaient toujours ses poignets. Ma langue joua avec son cou avant de mordiller le lobe de son oreille:

Harry: Ce qui est vraiment insensé...c'est me résister alors que tu sais que je suis le seul moyen pour toi de sortir en vie...







Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Mar 28 Jan - 21:42




















La chaleur de sa langue entoure mes doigts glacés, mais je n'y prête que peu d'attention. Cette dernière est en effet entièrement focalisée sur la sensation détestable que les pouces de cet individu douteux font naître au creux de mes épaules. Ils malaxent. Ils oppressent. Ils cherchent. Ils font traverser ma chair à des éclairs de douleur aveuglante. Je ne sais comment il s'y prend, mais... Je ne peux réprimer un premier gémissement, qui laisse bientôt place à un cri aigu. Était-ce là ce qu'il désirait ? Ses lèvres se plaquent à nouveau aux miennes, geste répugnant mais qui paraîtrait presque tendre au regard du traitement que cet individu malsain inflige à mes poignets. Les ayant saisis avec force, il les cogne et cogne encore contre le murs de pierre. Ma peau s'en ressent la première. Puis c'est au tour de ma pauvre chair de se plaindre. Au final, mes os eux-mêmes hurlent de douleur. Impossible de me dégager : la souffrance engourdit trop bien les muscles de mes avant-bras. Je ferme les yeux, la respiration rendue haletante, et des larmes salées s'échappent d'entre mes paupières. La douleur dans ma tête. La douleur dans mes bras. La douleur, partout. La douleur au niveau de mon entrejambe, où cet homme borné a entrepris de me frapper de l'angle formé par son genou, avant de faire pression sur la zone à l'aide son articulation. Je ne sais pas exactement l'effet qu'il comptait obtenir – ou plutôt si, je le sais trop bien – mais cela ne fonctionne pas comme il le voudrait. J'aurais sans aucun doute reculé, si je ne me trouvais pas acculé contre un mur. Pris en étau entre le corps brûlant de cet homme et la froideur presque apaisante de la pierre.

Et sa bouche, encore elle, s'attarde le long de mon cou, jouant autour de ma pomme d’Adam avant de venir s'attaquer à mon oreille qu'elle mordille. Je frissonne. Mon être tout entier se révulse au contact de cette chair abominable, tandis que mon esprit ne peut s'empêcher d'imaginer les pires événements à venir. Ne pas résister... Seul moyen de survivre ?... C'en est presque risible. Quelle bien maigre résistante je dois opposer... Ne voit-il donc pas que mes forces m'échappent ? Une nouvelle vague de larmes roulent le long de mes joues lorsque je le réalise : je suis entièrement soumis à cet individu aux pulsions infâmes. Quoi qu'il veuille, quoi qu'il fasse, il me terrassera tôt ou tard. J'ai peur. Et un sanglot étranglé secoue ma poitrine alors que le désespoir se fraie un boulevard parmi mes pensées déliquescentes.




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Mar 28 Jan - 22:40


























Harry J. Downcry - Jake S. Walker


ANOTHER WAY OUT





Je sens ses larmes descendrent le long de ses joues, cela me rends d'autant plus chaud que j'écoute ses doux gémissements qui se transforment en hurlement. Tout simplement la symphonie la plus délicate que j'ai eu à entendre. Cela me rappelle mes propres cris quand...non. Il ne s'agit pas de cela. Il ne s'agit que de lui. De lui et de son corps à moitié brisé qui demande encore plus d'attention que de repos. Je ne peux qu'être touché par toute la douleur de son âme, mais ce n'est pas cela qui m'empêchera de mener à bien mes désirs. Trop longtemps mon corps est resté froid d'étreintes. Il faut corriger cela. Doucement, je rassure ma prise sur ses poignets pour ne pas qu'il s'enfuit. Mon genou glisse avec subtilité contre son membre qui était toujours aussi flasque qu'une évidence molle. Je vois. Je ne lui faisais clairement aucun effet. Qu'importe. Son visage était tordu par la douleur, me faisant presque de la peine. Presque j'ai dit. Vous me prenez pour qui franchement? Je n'ai pas envie d'être attentionnée avec ce petit être. Mais peut-être serait-ce actuellement une bonne idée. Car son corps ne semblait être plus que former de cette chose si soyeuse et si délicate que l'on appelle la souffrance des esprits brisés.

Je le fais glisser le long du mur, rendant mes gestes le plus doux possible alors que mes lèvres se glissent sur son cou d'une chaleur absolument effarante. Comment un corps pouvait être aussi brulant alors que l'extérieur tremblait d'une fraicheur presque morbide? Je l'ignore, mais j'ai envie de le découvrir, aussi ne lâchai-je pas ce cou que j'accompagne dans sa chute. Ce jusqu'à ce qu'il tomba cul au sol. Je me sers de mes jambes pour étendre les siennes, avec toute la délicatesse dont je peux faire preuve sur ce sol éreintant. Son corps m'appelle en secret, quand bien même il refuse de le croire. Mais peut-être ne le fait-il même pas exprès. Voilà qui est encore mieux. Ses gémissements se font plus aigues, mélodie absolument divine. C'est une plainte à l'encens des temps plus dévorante encore que la plus douce des plumes. Pourquoi ne pas avoir envie d'en mordre chaque part?

Je me mets à califourchon sur lui, empêchant ainsi ses jambes de se mouvoir et de se relever. Non. Tu es à moi. Tu es trop faible pour te lever, je le vois à présent, je le vois terriblement clairement adorablement simplement dans tes yeux. Tu n'as plus rien d'énergique à me contrer. Tu n'es plus que l'ombre de toi-même, mais qu'importe, tu n'auras pas à être l'actif. Personne jamais d'autres que moi ne le sera. Je tiens toujours tes poignets contre le mur et t'embrasse avec la plus grande des douceurs que l'on peut connaître dans ce monde. Oui...je lâche pourtant à contre cœur ces poignets qui peuvent à présent me faire du mal. Mais je ne le lui en laisse pas le temps, je le prends dans mes bras et l'étreint presque tendrement tout en embrassant son cou chaud, si agréable. Son corps est fin et semble glisser entre mes doigts. Sa peau est douce malgré les démons de l'enfer dans lequel il se meurt chaques jours, baignant ses souvenirs dans le Styx. Je lui sussurre amoureusement.

Harry: Ce ne sera pas long...et ce sera certainement plus agréable que tu ne l'envisages...






Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Lun 10 Fév - 21:30




















Même l'araignée a pris peur. Elle s'est recroquevillée, grave et palpitante, au creux de ma tempe gauche. Ses pattes graciles et filandreuses titillent mon orbite sans vraiment s'y attaquer. Un vertige me saisit de ses doigts troubles et puissants lorsque les lèvres chaudes de mon vis-à-vis viennent s'éprendre de mon cou tandis que ses bras transforment avec délicatesse mon déséquilibre en chute. Je heurte le sol sans réelle brusquerie, mais ce choc suffit à m'offrir la sensation de ma cervelle s'écrasant contre les parois de ma boîte crânienne. Je connais cette douleur. Elle ne me surprend même pas. Ce qui ne l'empêche pas de m'arracher comme un gémissement aigu qui n'est pas tant souffrance que frustration mêlée de confusion.

Bloquant mes jambes avant que j'aie eu le réflexe – ou du moins la présence d'esprit – de les relever, l'individu en voulant clairement à mon intégrité physique s'acharne tendrement sur mon frêle corps, m'agressant à coups de caresses et de baisers tandis que ses serres de démon enserrent mes poignets. Agréable ? Quelle sorte de folie peut-elle bien lui faire proférer de telles paroles ? Il ne me semble pas avoir eu à donner mon avis – est-il au moins conscient que les comportements de ce genre-là se rassemblent sous le terme de viol ? Il m'embrasse à nouveau. Me relâche. Je sais toute résistance inutile, mais... Pour la forme... Pour le peu d'honneur qu'il me reste... Je tente en vain de mouvoir mes cuisses bloquée sous l'enveloppe charnelle de ce dément, tandis que mes doigts acérés s'agrippent à leur tour aux avants-bras de l'importun, s'efforçant d'écarter de mon corps les membres inquisiteurs.

Je donnerais si cher pour que tout cela ne soit que la pire de mes hallucinations...




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Dim 16 Fév - 13:32











Harry J. Downcry – Jake S. Walker

Another Way Out.



Il est très agréable à prendre en mains, c'est une toute autre émotion que je découvre et m'aspire à complèter avec toute la délicatesse dont je peux faire preuve. Lui laisser le choix? Ce monde ne laisse le choix à personne, il ne fait que nous imposer la souffrance et la cruauté. Si tu n'es pas assez fort pour t'en découdre avec les filaments de chair putride de cette société, alors tu n'as pas ton mot à dire. Moi j'ai mon mot à dire, car moi je me bats. Délicatement, je mordille sa lèvre inférieur tout en respirant cette aura de peur que je ne peux qu'admirer dans toute sa souffrance. Laisse moi te toucher, laisse moi caresser ce corps à la vertu si pure de l'attente froide et glacé. Tu n'as pas à avoir peur, au contraire, ce n'est que la promiscuité d'un espoir de fuite toujours plus grand. Mais après tout...s'il n'essayait pas de s'en sortir, cela me plairait bien moins. J'aime cette tentative de fuite pendant que je prends mes marques. Je rassure la prise de mes jambes sur ses cuisses frétillantes. Il a l'air tout fin, ça semble si facile de pouvoir le briser en quelques secondes. Juste quelques secondes de forces bestiales pour un craquement d'os toujours plus écoutable avec un sourire d'ange. Mais il essaye à présent de m'attraper les avant-bras, il espère m'éloigner de lui, il espère que je batte en retraite. Comme il est mignon.

J'assome ses coups d'un baiser sur ses lèvres et refuse ses mains dont je prends les poignets pour les mettre autour de mes hanches. Avec toujours ce sourire délectable et fragile que je conçois avec subtilité dans les méandres de ma ruse. Joue juste avec moi, et tu seras libre. Du moins, libre de t'enfuir de cette cage. Pour ce qui est du manoir en lui-même, nous sommes dans le même bateau. Personne ne peut s'enfuir d'ici. On ne peut qu'y souffrir et mourir. J'appuie ses mains sur mes hanches et le force à me caresser, tout en longueur, jusqu'à la texture ferme de mon torse. Je grogne à ce toucher que j'accompagne également d'un gémissement bien placé, frappant de simplicité. Je rassure ma prise sur ses cuisses, une fois de plus, mais avance mon bassin pour que mon entrejambe tendu soit coinjoint au sien. Mes mains le forcent toujours à me caresser, alors que je le lâche trente secondes pour enlever ma chemise. Mais ne vous en faites pas, je le reprends tout aussitôt pour qu'il joue avec mes formes bien découpés. Doucement, un sourire sadique me reprend.



Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Dim 16 Fév - 20:22






















Sa poigne d'acier trempé m'oblige à suivre du plat de mes mains d'oiseau le tracé de son torse, de ses hanches, de son corps ignoble. Mes doigts s'effraient à ce contact comme à celui, répugnant, d'un quelconque macchabée. Et pourtant, malgré ma volonté, le contact entre mes paumes tremblantes et ce dépravé malsain se maintient. Puis se relâche, brusquement, le temps pour moi de reprendre mes esprits en réalisant qu'un entrejambe plus que prêt à l'usage est plaqué contre mon bassin, tandis que mes cuisses commencent à souffrir de la pression que les jambes de l'autre leur inflige. Lui envoie valser sa chemise – acte peu surprenant – avant de se saisir à nouveau de mes poignets pour me faire caresser son torse nu, ferme et brûlant. Mais, aussi ridicule que soit cette pensée, je refuse de me laisser faire. Au moins un peu. Résister. Pour la forme. Pour l'honneur que je n'ai pas, pour la dignité que je n'ai plus... La tension fait jaillir en moi un filet d'énergie insoupçonnée. Crispant mes poings aux jointures blanchâtres, je plante mes serres entre les côtes de l'individu au sourire d'aliéné et le pousse de toutes mes maigres forces, le faisant suffisamment reculer pour que je parvienne à libérer de sous lui mes jambes engourdies. Je me relève aussi prestement que mon corps le permet, et ce simple geste fait chuter la tension. Sifflement dans le crâne. Pas de taches noires voletant à la manière de lucioles éteintes dans mon champ de vision – trop peu de lumières dans ce fichu cachot pour que je puisse les distinguer. Je vacille, mais ne peut me permettre de reprendre mon souffle. Adossé au mur suintant et glacial, je contourne la cellule jusqu'à la porte que je sais pourtant fermée. Si j'ai de l'espoir... Haha... Non... Aucune illusion ne subsiste en moi sur le sort qui m'attend. Et pourtant... Pourtant... Je reste là, debout, les bras croisés sur ma poitrine comme s'ils pouvaient m'offrir la moindre protection. Je veux juste retarder l'échéance. Je te maudis. Je te maudis, toi qui gît là, à-demi nu dans le froid qui me fait frissonner, dans la fange qui te tient lieu d'esprit, dans la terreur que tu te plais à répandre. Je te maudis, et je reste debout sur mes genoux instables, à trembler d'une angoisse indicible sans pourtant songer, ne serait-ce qu'un instant, qu'une échappatoire est possible. Oh, je pourrais me battre. Je le devrais peut-être. Cela serait valeureux, sans doute, mais vain, si vain... Mon regard trouble s'attarde sur ta silhouette obscure et menaçante. Qui que tu puisses être, tu n'es pas un Goliath, mais je me sens face à toi et tes désirs innommables plus désarmé que David.





Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



Dernière édition par Jake S. Walker le Dim 16 Fév - 21:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Dim 16 Fév - 21:02











Harry J. Downcry – Jake S. Walker

Another Way Out.



Il est là, sous mes mains à la pureté plus que douteuse. Il est ici, fragile comme un enfant à qui on aurait laissé toute innocence. Tout simplement avec le plus tendre des égards, je n'aurai pu dire mieux. Son odeur de peur m'excite à chaque secondes, c'est plus que ce que je n'aurai jamais espéré. Je le tiens entre mes jambes qui n'ont aucune once d'hésitation. Non, ce dernier mot ne fait pas partit de mon vocabulaire, et je ne vois pas pourquoi il en ferait partit. Après tout, si j'ai envie de son être, qui serait donc assez puissant pour me l'interdire? Personne. Non...personne. J'ai envie de jouer avec ce petit corps fragile, envie de sentir sa résistance contre moi que je pourrai annihiler d'un simple coup. Je lèche cette peau qui laisse un goût âcre de terreur sur les pores de ma langue, mais je fais claquer cette dernière, c'est plus que délicieux. On n'aura pas fait banquet d'un met plus délicat encore que la sentence froide de l'effroi. Je passe mes doigts entre ses cheveux, respire ses senteurs piquantes qui me dressent encore. Un sourire passe sur mes chaudes lèvres, il ose me repousser? Essaie un peu plus fort, tu n'en ais pas encore à ton maximum, j'en suis persuadé...il continue, tente, trouve la force et me débloque finalement. Je le laisse faire avec un petit rire. Ne comprend-t-il donc pas que je ne fait que jouer avec lui? Je me lève donc pour me retourner vers lui, alors qu'il essaie désespéremment de s'enfuir. Brave petit...

Harry: Je suis l'unique clé qui te permettra de sortir d'ici en vie.

A ces mots, je pousse du pied la chemise qui m'a jusqu'ici recouvert pendant quelques temps. Le froid ne me touche absolument pas, je suis trop chaud d'excitation pour oser seulement imaginer une seconde avoir froid en la compagnie de ce délicieux bout de viande. Doucement, j'enlève ma ceinture de ce pantalon bien trop serré pour le membre tendu qui me torture depuis quelques minutes maintenant. Une fois que je l'ai complètement enlevé, je le fais tournoyer à côté de moi comme un lasso. Oh oui je vais t'attraper mon petit. Ça te plaira t'en fais pas. Peut-être même plus que tu ne t'en rendras compte. Tu verras, on va jouer. Je m'approche de lui à pas de loups, délicatement, un pas après l'autre, la plante des pieds contre le sol. Je pose une main à son épaule et me met à son dos. Me glissant à mon tour à genoux, je lui murmure:

Harry: Tu vas aimer.

Je l'appuie alors brutalement sur l'épaule, le forçant à se mettre à quatre pattes. Je porte tout le poids de mon torse contre ce dos adorable que je vais pouvoir torturer à loisir. Toutes mes manœuvres l'empêchent de bouger, et c'est bien mieux comme ça. Je lui lèche le lobe de l'oreille avec envie avant de descendre à son cou. Comme c'est juste un paradis de pouvoir agir de la sorte...




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini] Ven 21 Fév - 18:10




















Le pantalon de mon détestable geôlier vient rejoindre le sol avec un son étouffé après quelques cabrioles. Seigneur, voyez un peu ce à quoi je suis confronté : le Diable lui-même en sous-vêtements. Mon coeur s'accélère au fur et à mesure qu'il s'avance jusqu'à moi, sans trembler un instant dans la froideur mortelle du cachot – car il porte en lui suffisamment des charbons ardents de l'Enfer pour supporter les airs et les courants arctiques. J'avale ma salive avec difficulté lorsque sa paume brûlante se pose sur mon épaule. Il est inutile de fuir. Il est inutile de résister. Cette cellule verrouillée et obscure ne m'offre aucun autre échappatoire que la soumission.

« Tu vas aimer. »

Sa voix, basse, résonne dans mon dos. Je ne réagis que par un léger frisson. A quoi bon répondre ? A quoi bon lui faire seulement comprendre que le message avait été reçu. A quoi bon nier ? – car non, ce que cet être infâme me réserve ne pourra jamais constituer une source de plaisir. Pour mon malheur, entre ces quatre murs glauques, le rapport de forces ne joue pas en ma faveur. Je me contente donc de me mordiller les lèvres, le cœur cognant contre mes côtes, tâchant de conserver dans un semblant de stoïcisme ce qui pourrait me rester de dignité. Ma frêle armure de tissu froissé sera vite transpercée, j'en ai peur.

J'ai à peine eu le temps de noter l'augmentation de la pression exercée sur mon omoplate qu'en une fraction de seconde, mes genoux viennent heurter le sol tandis que mes paumes s'écorchent sur le sol de pierre dure. L'air s'échappe brutalement de mes poumons et je me mets à tousser tout en essayant de résister à la pression du torse nu de mon congénère contre mon dos. Une humidité chaude vient caresser mon oreille, m'arrachant une exclamation étouffée de dégoût, avant de s'éprendre de mon cou. Seigneur. Seigneur. Mon Dieu.

Je ne cherche plus qu'à retarder l'échéance, à présent. Oh, je sais bien ce qu'il désire – et, pour commencer, que ma nudité rejoigne la sienne. Je m'agite, tente de me dégager une nouvelle fois, mais en vain. L'homme qui me maintient dans cette humiliante position, à ras de terre, fait preuve d'une force que son apparence ne laissait pas soupçonner – ou bien est-ce moi qui me distingue par ma faiblesse ? Qu'importe. Je m'efforce de replier mon bras droit, et, d'une ruade, lui plante mon coude dans les côtes. J'espère lui avoir offert ne serait-ce qu'une once de douleur. Avant que j'aie pu tenter un nouvel assaut, mon bras gauche me fait savoir qu'il est incapable de supporter seul la pression des masses combinées que constituent mon corps et celui de mon agresseur, et je m'effondre lamentablement au sol. Mon premier réflexe est alors de me retourner, faisant face à celui qui avait décidé de s'en prendre à mon intégrité physique au lieu de lui tourner le dos. Les yeux hagards, je halète, incapable de maîtriser ma panique. Car l'atroce réalité ne m'a pas échappé : mon agresseur parviendra à ses fins. Ce n'est qu'une question de temps. Et pourtant... Pourtant, je ne peux me résigner à la soumission pure et simple, quoique le tremblement croissant de mes mains glacées et l'aspect chaotique de chacune de mes respiration ne puisse tromper personne. Je ferme les yeux, espérant parvenir à maîtriser mon souffle. Peine perdue. La confusion me gagne. Maudit soit cet homme. Maudit soit-il !




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

"Another Way Out" - Walker & Downcry [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Cachots :: Mémentos Retrouvés-