AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

"Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Dim 5 Jan - 3:08




















Harry J. Downcry - David P. Williams



GET OUT ALIVE





Mon doigt ne me fait aucune souffrance, j'attends et je le regarde sans faire le moindre mouvement. Au tout départ du moins, je n'ai rien de mieux à faire, personne ne m'a ammené d'humains à manipuler, que voulez-vous que je fasse? Les paroles de mon nouvel assistant m'ont laissé tant songeur, tant...voyez? Ici encore je n'ai les mots qui décrivent la sombre mélancolie dans laquel m'ont mis ces mots. Je regarde la cage de petits cobayes, c'est comme cela que les appelle mes collèges. Rien d'autres que des autres humains que je ne pouvais mettre sur ma table uniquement car ils étaient d'autres «scientifiques». Combien pourtant partageait ma ferveur, ma volonté, ma rage de pourvoir à mon but final? Ce but, ce rêve si délicat que je touche du bout des doigts...ou du moins...ces rêves: celui qui fait battre ma haine et celui qui fait battre mon cœur. Tant de conspirations, tant d'éclats sans nom d'un temps passsé. Mais je n'ai que faire du présent, il n'est que l'instrument de mon passé pour la vocation de mon futur. Sombre, j'ouvre la cage et m'apprête à prendre un petit hamster pour me soulager dans la chaleur de sa fourure.

Mais il commence à s'approcher de moi, le cœur battant il me semble. Non, pas le hamster voyons, je l'aurai bien vu, étant donné que j'ai les yeux rivé sur lui. Celui qui s'approchait de moi sans un bruit, du moins autre que celui de sa respiration, c'est mon assistant. Car oui, je l'avais entièrement adopté comme tel. Pas encore adopté comme un ami, tel que j'avais adopté tous les êtres vivants autre que humain sous ce merveilleux toit de différentes biomasses. Je le sens tout proche de moi à cet instant, il m'obsède et me presse comme à agir de quelques façons que ce soit. Mais je ne m'en sens pas le courage, mon cœur a trop été découvert: je ne peux plus rien faire. Comme je me sens misérable à cet instant, comme j'ai besoin d'une humaine sur laquelle me faire les dents, arrachant sa peau avec le bout de mon ongle, je pourrai sucoter son sang tandis que mes amis les souris se repaîtrait dans son ventre. Oui, je tente de me concentrer plutôt sur cela. Il le faut, j'ai besoin que mon esprit se répercute sur autre chose que ce corps presque offert avec amitié que je vois. Il doit rester vivant, entier que ce soit de son corps ou de son esprit. Je ne peux le briser comme j'ai tant brisé d'autres. Il est plus particulier. Il est spécial, quand bien même je ne pouvais le lui dire ou tout simplement le montrer. Pour le moment, je ne pouvais même pas lui faire assez confiance pour lui confier mes plus noirs secrets. S'il se devait d'être mon assistant, il me faudra une patience que je n'ai jamais eu pour personne. Mis à part...

Harry: Je...je n'avais pas remarqué...

Le mouchoir qu'il posa sur mon membre me déconcerte grandement. Il le presse contre et semble attendre quelque chose de ma part, encore et encore. Que pouvais-je lui dire? Je n'ai jamais soigné d'autre chose que des animaux, aussi m'empressai-je de lui dire:

Harry: A l'origine, je suis vétérinaire...je ne sais pas soigner les humains...tu penses pouvoir m'arranger cela? Ça te fera une bonne première tâche ça, soigner le droit de ton supérieur?

Je ris lentement, d'un rire presque absent tant je me concentrais sur la table d'opération pleine de sang. Il me faut y imaginer une jeune femme trempant dans le sang qui s'écoule de ses tripes. Ou sinon...je vais y imaginer David. L'allongeant sur ma table, je pourrai caresser ses jambes, la courbe de son dos alors que je le mettrai à quatre pattes...je pourrai respirer son odeur pendant que...non. Mon visage se crispe à la fin de mon rire, mais je fais de mon mieux pour retourner mon regard vers mon assistant, lui souriant.






Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Dim 5 Jan - 9:44





Harry lui révéla qu'il était vétérinaire avant de venir ici mais concentré par sa tâche, David ne lui répondit pas qu'il était à son tour chirurgien principalement. Car, à plusieurs reprises, il avait dû s'improviser autre chose comme médecin accoucheur, ou il ne savait plus trop quoi encore. Enfin... Il avait aussi dû guérir une famille d'un vomitif pour chien. Administré par un vétérinaire. Il releva la tête vers son supérieur et répondit à son sourire. Il était tellement adorable que cela ne pouvait pas être lui, l'empoisonneur. Et puis, il y avait plusieurs vétérinaires à Londres, la coïncidence aurait été... impensable et inimaginable. Il essaya alors de se concentrer sur le doigt. L'envie de lui suçoter était vraiment plus forte que tout et il déployait un désir surhumain pour le taire et le dissimuler aux yeux de Harry. Aux magnifiques yeux de Harry, pardonnez-le.

Avec une pointe de déception, il vit que la coupure était superficielle. Oui, il aurait voulu s'occuper de lui plus longtemps, d'être aux petits soins. Là, tout ce qu'il aurait à faire, c'est de désinfecter et de bander la blessure. Oh... Bien sûr, il aurait bien bander pour autre et autre chose et... Il inspira profondément, essayant de se sortir l'image de lui portant la main à l'entrejambe de Harry qui, il n'en doutait pas, avait bien gâté par la nature et... Mais merde ! Pourquoi pensait-il à cela enfin ! Et le plus dur c'était de ne rien laisser paraître. Rester calme et impassible. C'était la première fois qu'un homme lui faisait autant d'effet. Il y en avait bien eu quelques uns sur lesquels il s'était imaginé des choses, mais jamais à ce point-là... ni avec tant de désir... Il tourna le dos à Harry et se mordit la lèvre inférieure comme pour... Non en fait, il ne savait pas pourquoi il faisait cela, mais cela l'apaisait alors... Il regarda alors autour de lui et repéra ce qu'il cherchait, posé sur un meuble. Il revint vers Harry et entreprit de soigner son doigt. Il désinfecta alors doucement, épongeant avec son mouchoir (propre) pour que la blessure ne pique pas trop. Puis, il passa le bandage autour. C'était fin et fragile mais c'était juste pour le temps que le sang coagule un peu. Après, il faudrait laisser sécher. Mais il se doutait que cela n'était pas inconnu pour Harry, c'était le même principe avec les animaux. Il lui rendit son sourire et le regarda droit dans les yeux. Il ne sut combien de temps il passa, immobile, à le dévisager. Il ne savait même pas quel genre de regard il lui faisait. Mais il savait qu'il était probablement en train de perdre toute crédibilité auprès de son supérieur. Alors il se leva brusquement et lui retourna une seconde fois le dos. C'était la seule chose qu'il pouvait faire pour se cacher de la honte qui l'envahissait. Il regarda nerveusement autour de lui, ne sachant quoi dire à Harry qui devait commencer à se poser des questions.

- Je...

Tu...? Le voilà dans un sacré pétrin à ce début de phrase non-achevée. Rien de plus frustrant pour les deux Scientifiques. Ce dont il avait envie lui fit peur lui-même. Désirer que Harry le prenne, là tout de suite, sur la table d'opération grillait pas mal d'étapes et allait trop vite en besognes. C'était juste ça qui le dérangeait ? Allons, David, tu t'imagines quand même coucher avec ton supérieur que tu as rencontré il n'y a quelques dizaines de minutes ! Mais les sentiments qu'il ressentait pour lui étaient déjà trop forts. Est-ce qu'il l'aimait déjà. Probablement. Mais il ne pouvait lui dire et avait la triste impression que cela ne serait pas facile à vivre au quotidien.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Dim 5 Jan - 12:27




















Harry J. Downcry - David P. Williams



GET OUT ALIVE






Tandis que mon doigt est entre ceux experts de mon assistant, j'observe la courbe de ses lèvres, la simplicité de son regard bleu. Il me fascine tout autant que je pense être effrayant à ses yeux. Après tout, quand bien même ma haine de l'être humain semblait avoir été compris par cet être, je l'avais bien accueillit de l'une des pires façons que l'on puisse faire. En écrasant le crase d'une sale sorcière blondasse qui ne méritait que le caveau comme toutes les autres de sa terrible engeance. Je toussote pour moi-même, je devrais être un peu plus calme dans mes réclamations. Un peu plus tendre dans mes pensées, après tout, j'avais un être d'une extrême sensibilité à «chouchouter» devant moi. Il me semble encore trop tendre avec l'espèce humaine pour que j'accepte de le mêler de vraiment près à mes pratiques. Bien que ce soit contre ma volonté, il en va de mes recherches de le mettre loin de mes principales expériences pour le moment. Je pense à tout cela, l'observant soigner mon doigt avec une délectation qui me rend fou. Cela me rends tellement fou que si je ne gardais pas en tête l'image constant d'un cadavre déchiqueté sous la moississure verdâte d'un étang poisseux, je pourrai bien bander comme jamais. Je dois me contentir, contenir ma rage et ma furieuse envie qui se démenaient à sortir. Pourtant, je ne dois pas l'effayer. Il doit rester mon assistant, si je l'approche de trop à présent, il ira se plaindre à Rockwood et ce dernier me le retirera. Peut-être me punira-t-il même en m'envoyant une femme! Qu'importe, s'il ose faire ça, je la tuerai!

Harry: Tu..?

Son assistant déjà me tournait le dos, probablement effrayé par les quelque regards tour à tour envieux et sadiques que j'avais mis sur mon visage. Oh comme j'avais envie de le prendre dans mes bras pour caresser d'un couteau l'adorable courbe de ses hanches et de son torse. Mon doigt ne me faisait plus aucun mal, il était très bien soigner. Un tel talent ne pouvait être abandonné à un autre scientifique, je me devais donc d'être le plus stoïque possible dans mes méthodes. Mordiller ses tétons tandis que mes mains se glisseraient dans son pantalon, amoureusement...je...non. Bon sang, mais fallait-il donc que je sois sincèrement en manque de victime et de prisonnier pour ainsi fantasmer sur un assistant sur lequel je ne peux pas rêver. Il me fallait l'amadouer, être au sûr de sa confiance, pouvoir le guider dans mes expériences les plus macabres. Je ne pouvais lui faire entièrement confiance au début. Certaine de mes expériences pourrait arracher un dégoût même à Rockwood. Ce dernier ne devait rien savoir. Je dois donc rendre mon assistant le mieux possible à mes côtés. Sursautant après autant de réfléxions, je m'approche de la table d'opération, et la tapote en lançant:

Harry: Ta deuxième tâche sera de nettoyer cette table! [instant de silence] Ah...et merci pour....pour mon doigt.






Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Dim 5 Jan - 15:43





David se tenait toujours de dos, énervé par son propre laisser-aller. La petite incitation de Harry à lui faire continuer sa phrase lui fit fermer les yeux de désespoir. Excédé par lui-même, il soupira mais ne poursuivit pas sa phrase. Qu'avait-il à dire de toute façon ? "Je ressens des sentiments pour vous que je n'avais jamais ressenti pour un autre homme car oui, j'aime les hommes, et vous plus particulièrement" ? Cela aurait été stupide et suicidaire. De plus, il n'était même pas sûr qu'il l'aimait... Disons qu'il avait de l'affection pour son supérieur... Une affection plutôt poussée, même... Une affection qui lui donnait envie de le sucer et bon sang quand est-ce qu'il allait arrêter de penser à ça à la fin, merde ! Il inspira encore une fois profondément. Il fallait qu'il arrête de se mentir. C'était probablement ce que les gens appellent le coup de foudre, ce que les Adler décrivaient en racontant l'histoire de leur rencontre... Une partie de David continuait d'en douter, comme pour le préserver d'un mal-être qui deviendra quotidien. Non, il ne s'imaginait pas vivre constamment avec le désir du corps de Harry, de ses lèvres, de lui... Ce serait insupportable. Il ne pourrait pas supporter d'être proche de la personne qu'il aime sans que celui-ci ne partage ses sentiments. Car, il le savait, c'était impossible que son supérieur ait le moindre intérêt pour lui, pauvre assistant dans un Manoir lugubre et morbide. De toute façon, trouver une personne ayant les mêmes orientations que lui étaient fort rare dans Londres, alors entre ces murs...

Sa deuxième tâche lui fut confiée : nettoyer la table d'opération ensanglantée. Il allait devoir frotter fort si il voulait qu'elle ne serait-ce que propre. La femme qu'il avait rapidement aperçue s'était littéralement vidée de son sang sur le plan de travail de Harry. D'ailleurs, il restait encore des bouts de crâne que celui-ci avait pulvérisé avec dépit et mépris, sans que David n'ait trop pu comprendre pourquoi. Mais il se doutait que ce n'était guère ses affaires. Le petit jardin secret de son supérieur qui paraissait être tellement inaccessible alors qu'ils étaient si proches... David lui avait même soigné le doigt. Alors qu'il posait un seau près de la table, il en sortit l'éponge et commença à frotter le plan de travail avec énergie, bien qu'il aurait préféré utiliser celle-ci pour faire autre chose. Il retint un soupir alors qu'il s'acharnait sur un morceau de cervelle collé. Il sentait le regard de Harry sur lui et cela ne le mettait pas du tout à l'aise. Il ne savait toujours pas ce que son supérieur pensait de lui, les regards qu'il lui avait lancé étant trop... indescriptibles et ininterprétables. Frustré par cette situation dans laquelle il s'y est mis absolument tout seul, il continua de frotter avec toujours plus de hargne, s'énervant sur les morceaux de chairs et les tâches qu'il lui résistaient, finissant par y mettre presque de l'acharnement. Les mâchoires serrées, la respiration longue et sifflante, tous les muscles brûlants de son bras droit lui criaient d'arrêter ses mouvements, demandant quelques secondes de répit. Mais David était tellement frustré, il n'y avait pas d'autres mots, qu'il ne cesserait pas tant qu'il y aurait encore une goutte de sang dessus.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Ven 10 Jan - 1:08





















Harry J. Downcry - David P. Williams


GET OUT ALIVE





Je ne put qu'entendre le soupir agacé de David alors que je venais de lui donner sa deuxième tâche. Cela me fait froncer des sourcils. Ne voulait-il donc pas obéïr? Inquiet, je commence à faire quelque pas dans la salle, le contournant pour observer son visage. Non. Ce n'est pas le visage de quelqu'un d'agacé, mais plus de quelqu'un de triste. Hmm. Voilà qui est intéressant. Quels étaient donc les secrets que pouvait cacher un si mignon petit corps dans son cœur? Je me fais la réflexion d'y réfléchir plus tard, me posant comme défi d'atteindre les tréfonds de ses secrets sans avoir recours à la moindre chirurgie dégoûlinante de sang, où comme à mon habitude, j'aurai oublié l'anesthésiant, m'excitant à entendre les hurlements de douleurs de mes victimes si peu consentantes. Mais c'était le meilleur: leurs hurlements. Surtout quand ils me demandent d'arrêter et que je n'ai pas envie de le faire. On m'a tellement donné d'ordres, tellement humilié...il est à présent hors de question de subir une nouvelle fois la même chose. Cette fois c'est moi qui mène la danse, je suis parmi les maîtres. Tout en observant la courbe délicate des lèvres de David, je me fais cette observation. Ne t'en fais pas, nous aurons de grandes choses à vivre, c'est comme un présentimment qui m'attache et me plombe les jambes pour me faire couler au fond d'un grand précipice.

Je le regarde alors partir pour chercher les outils de nettoyage, quand je pense que je m'en étais servi il n'y a que peu de temps. Oui, pour nettoyer la cage des cobayes en attendant un nouvel arrivage d'êtres. On m'en avait bien apporté un par la suite, une stupide femme, mais que voulez-vous, il faut savoir se salir les mains dans ce métier. Je scrute avec attention son petit cul qui se mouvait délicieusement à chacun de ses mouvements. Je ne peux pas faire l'impasse avec une telle petite merveille.J'ignore d'ailleurs combien de temps je me mis ainsi à ne pas le lâcher d'une semelle, riant librement de ses efforts pour nettoyer les carcasses de cervelle. J'avais vraiment été sale cette fois, laisser autant de chair et de trucs dans ce goût là sortir de cette façon, comme le jet d'un sang qui s'échappe d'une carotide...ou le jet d'autre chose. J'étouffa un gloussement tout en imaginant mes mains le long de ce dos fin et délicat.

C'est alors qu'une sonette résonne à la porte où j'avais déposé le cadavre fraichement défoncé à coup de marteau. Une nouvelle victime! Je jubile, je trépigne, je n'arrive pas à cacher mon excitation alors que je m'écrie à David:

Harry: On va enfin pouvoir rejouer!! Les gardiens nous ont ammené de la chair fraîche!

Je me précipite par dessus la rembarde qui sépare le laboratoire du couloir d'entrée et je m'empresse d'ouvrir la porte. Un homme, un homme, faites que ce soit un homme! Mon assistant se fait le maître à bord rien qu'en sa présence, car il réduit mon esprit à ne penser qu'à lui, je ne peux pas bien me concentrer, je dois décharger toute la folie qui se rengorge en moi, je dois pouvoir me défaire de toute cette lourde émotion qui me donne envie de tout de suite lui fourrait mon jouet quelque part où mon esprit bien chaud a envie d'aller. Avoir une petite victime sans conséquence avec qui jouer était exactement ce qu'il me fallait. La porte s'ouvre lentement, mon cœur se met à battre de plus en plus vite...et se met à bondir de joie en voyant le charmant amnésique aux yeux exorbités, ligoté par un gardien qui me le donna sans peine. Le pauvre ne pouvait plus bouger, avec tous ces liens. Il était plutôt pas mal. Peut-être que je le laisserai en vie lui. Mais...je ne pouvais pas encore faire confiance en mon assistant pour le voir assister à mes jeux sexuels. Trop de...trop...et puis...s'il était choqué de me voir m'amuser avec un homme? Je prends la victime et caresse sa joue tout en descendant les marches. Je le regarde et me refuse tout un regard à David, approchant l'amnésique tout en poussant mon assistant du coin de ma hanche, lui intimant d'une voix grave:

Harry: Je m'occupe de lui. Veuillez sortir dans vos appartements à présent, vous reviendrez demain matin.




Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Sam 11 Jan - 9:26





Alors que le regard de Harry se faisait de plus en plus insistant et impénétrable, une sonnerie retentit dans le laboratoire du Scientifique. David releva la tête de sa table d'opération déjà presque entièrement propre et regarda son supérieur avec un air presque inquiet. Celui-ci semblait déjà l'avoir oublié, sautillant sur place comme un enfant à qui on aurait offert un cadeau. Le chirurgien ne comprenait pas tellement ce qu'il se passait mais continua d'observer Harry silencieusement. Presque avec méfiance. Surtout quand un large sourire fendit son visage en voyant l'amnésique arriver. Ce sourire... était aussi un sourire de joie mais il y avait autre chose. David serra les dents, son cœur manquant un battement en voyant son supérieur caresser la joue de sa victime. Était-il jaloux ? Oui probablement. Sans aucun doute même. Harry ne l'avait touché qu'une fois et c'était pour lui serrer la main. Là, il se permettait plus de familiarité avec un amnésique alors qu'il avait la certitude qu'il ne le connaissait même pas. David aurait bien aimé que son premier contact avec Harry fut une caresse sur la joue. Mais non, ce ne fut qu'une poignée de main des plus banales. Son supérieur emmena sa proie sur la table d'opération que le chirurgien y avait passé une énergie folle à tout nettoyer. Il était presque en colère et vexé. D'ailleurs, Harry ne daignait même plus de le regarder, n'ayant d'yeux que pour son amnésique. David eut envie de prendre le marteau posé sur une table pour pulvériser le crâne de cet importun d'amnésique. Au moins, son supérieur ne pourrait plus regarder la belle gueule du prisonnier avec ce sourire idiot. Il serra donc les poings et la mâchoire pour tenter de taire cette colère qui montait en lui.

Harry le poussa alors de la hanche pour l'écarter de la table d'opération. Ce geste fut comme un coup de poignard dans le cœur de David. Il venait de se faire lâchement rejeter par... par l'homme qu'il aimait, vraisemblablement. Et les paroles du vétérinaire n'arrangea rien. Il l'invitait à se retirer. D'un ton froid et nullement amical. De plus, il l'avait vouvoyé alors que dès le début, il avait instauré une sorte de proximité avec lui. Mais ce vouvoiement n'était pas du respect, non... c'était de l'indifférence. De l'indifférence comme David ne supportait plus d'en être la victime. Essayant de conserver son calme et une respiration lente, il regardait d'un air sombre l'Amnésique et le Scientifique. Il n'existait donc pas tant que cela aux yeux de Harry, comme il l'avait cru au départ. Enfin non. Il avait plutôt espéré susciter un intérêt chez son supérieur et c'était l'impression qu'il avait eu, ses regards insistants qui l'épiaient en étaient bien la preuve, non ? Encore une fois, il s'était fait des idées mais là... Là, il était profondément vexé, presque meurtri à l'intérieur. Il releva fièrement le menton, continuant de serrer les poings, essayant de taire cette peine qui montait en lui et dans ses yeux de plus en plus humides. Pleurer devant Harry, il ne manquait plus que ça ! Il fallait être fou pour penser qu'il perdrait la face devant lui. Retenant difficilement un soupir de colère, il ne s'opposa pourtant pas à l'ordre de son supérieur.

- Et bien... Ce fut bref... Au revoir, alors.

Il dit cela sans plus de ménagements, laissant passer une colère un peu trop palpable dans sa voix. Bah, il s'en foutait de toute façon. Même le sourire qu'il avait tenté était passé inaperçu. Il tourna les talons et se dirigea vers la sortie du laboratoire, profondément blessé et vexé par n'avoir semblé important aux yeux de Harry que pendant quelques minutes. Si chaque jour de travail allait se passer comme celui-ci, cela allait peut-être plus difficile que prévu.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

"Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» John Williams
» Heavy Rain - spoil free pour ceux qui l'ont fini
» [FINI] Call of MW2 ... URGENT URGENT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Laboratoires :: Mémentos Retrouvés-