AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

"Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Mar 24 Déc - 22:53

























Harry J. Downcry - David P. Williams


GET OUT ALIVE






Peut-être une petite oreille par ici...un cœur par-là...non, on arrache le cœur, on le remplace par les tripes et on transplante le cœur dans la tête...pour changer. Non. Trop de donnés, trop de correspondances. Tiens toi tranquille petit hamster, je ne vais pas te faire de mal. Je veux juste voir si je ne peux pas donner ton cerveau à cette humaine, cela sera toujours le rendre plus intelligent qu'elle ne l'est, crétin d'humanoïde à deux pattes. Blonde avec ça, mais je vais rapidement changer cela en trempant ses cheveux dans son propre sang. Après tout, il le faudra bien quand j'aurai ouvert son crane pour lui donner ton cerveau. Tu verras, tu auras un corps tout grand avec lequel tu pourras révéler la véritable nature animal de l'être humain. Bon d'accord, ce n'était pas l'expérience la plus intéressante, mais je m'ennuie et je n'ai plus assez de chat pour refaire des transplantations d'oreilles. Je dois constamment garder un quota d'animal vivant dans mes salles de biomasses. Heureusement que mon laboratoire est assez grand. De toute façon, j'aurai fait une scène à Rockwood pour qu'il m'en installe une bien plus grande, une bien plus belle, avec pleins de natures pour accueillir mes petits animaux. J'avais à présent de tout pour constituer mes réserves d’expérimentations. Bon...il semblerait que cette humaine ne veut pas se tenir tranquille pendant que je lui découpe le ventre...Ah oui, j'ai oublié l’anesthésiant! Oh, qu'importe, ce n'est qu'une humaine, ce n'est qu'une femme. Je travaille peut-être trop. Je me met à oublier des choses.

Mes mains tremblent en découpant cette petite créature dégoulinante de larmes et de sang. Quoi? T'aurais quand même pas voulu que je t'offre du laudanum quand même? Je veux juste faire une petite incision dans ton thorax pour en retirer ce dont j'ai besoin avant de te transplanter...qu'est-ce que je devais lui transplanter déjà? Je me masse les tempes alors que mes doigts sont couverts de sang, sur mes gants blancs. Ça va vraiment plus en ce moment. J'ai du mal à dormir, je ne cesse de penser à comment assimiler la structure animale de cet hamster à celui de cette femme que j'ai gardé éveillé pendant peut-être soixante-dix-sept heures, grâce à une souris qui grignotait ses orteils. Cruel, moi?! Je ne fais cela que pour la science. Même si j'avoue que torturer cette femme m'a fait faire de beaux rêves dernièrement. Je LE revoyais, dans ses fameux songes. Guidé par les cris de l'humaine, ce n'étaient plus des cauchemars. C'était une charmante mélodie comme je n'en avais encore jamais entendu. Mais qu'importe. Le petit hamster trépigne entre mes mains, je le sens qui s'impatiente. Tout à l'heure, il avait accepté de m'aider à mon projet, s'imaginant déjà grand prince. Mais à présent que ça traînait bien trop, il griffait le verre de sa cage. Mon pauvre petit...j'ouvre sa cellule et le prend entre mes bras pour lui caresser la tête. Cela faisait maintenant bien trois heures que je tentais de comprendre quel nerf enlever à cette femme pour lui arracher ses glandes surrénales.

Mes oreilles se dressent alors, comme s'ils entendaient un bruit dans le lointain. Ce n'était pourtant pas un bruit d'os qui se craquait, mais tout simplement un bruit de porte qui s'ouvrait. Probablement la porte de mon laboratoire, aucun animal n'avait encore réussi à ouvrir la porte d'une de ses cages. Tenant toujours le doux animal entre mes bras, j’assommai la jeune femme blonde d'un coup de marteau sur le front. Voilà que du sang lui coulait des yeux...rho, vraiment ses choses-là sont tellement fragiles. Un petit coup de fer entre le regard et ça vous pissait le sang comme pas permis. Glissant alors le petit hamster dans sa cage, je lui murmura de doux mots et lui dis qu'il n'avait plus besoin d'attendre, son corps venait de mourir. Je m'excusa profondément, à haute voix, du tord que j'avais pu lui causer en lui abîmant le corps de l'humaine. J'étais vraiment, sincèrement désolé, c'est vrai! Mais bon, j'ajoutai qu'il pouvait s'estimer heureux d'avoir perdu le corps d'une femme, le corps d'un homme aurait été bien plus grave et bien trop intéressant pour être perdu. D'ailleurs, si cela avait été un homme, je ne me serais jamais conduit comme cela.

Après mettre bien platement excusé auprès de l'animal, je le laissa rejoindre les siens dans l'immense cage à cobayes qui trônait non loin de la table d'expérimentation. J'aimais avoir mon étalage juste à côté de moi pour les essais. Je n'en prends jamais plus que nécessaires et mes amis poilus voient bien que leurs amis reviennent toujours plus fort et plus intelligent qu'avant. Je ne fais que leur bien.

D'ailleurs, peut-être avais-je finis par oublier le sens profond de mes recherches: extirper le Vitae de mes victimes. Ainsi que travailler à l'amélioration de leurs êtres. Mais comment faire quand on a à faire à des humains aussi butés. Surtout que les gardiens et les brutes n'arrivent à m'envoyer que des imbéciles de femelles!! Comment voulez-vous travailler correctement dans de tels conditions!? Alors que fou de rage, je commençai à détacher la victime qui, de toute façon, était bien morte, je ne pus que me calmer en entendant des bruits de pas derrière moi. Rockwood m'avait en effet annoncé la visite de quelqu'un. J'ignorai encore de qui, ni à quoi il ou elle pourrait mettre utile. Prions pour que ce soit un homme. Me retournant, je ne fus pas déçu. Je lui souris.






Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Jeu 26 Déc - 9:40





On lui avait proposé de changer de partenaire, de tuteur. À moins que ce ne soit lui qui ait demandé ? Il ne s'en souvenait plus trop à vrai dire. Cela faisait quelques temps qu'il oubliait des choses, des idées, des choses à faire. Peut-être était-ce dû au fait qu'il côtoyait des amnésiques à longueur de journée et que d'une manière ou d'une autre, il avait fini par perdre la mémoire à son tour ? Il était las. Las de ce manoir et des ces horreurs. Au début, il avait trouvé cela fort intéressant, plus que ce qu'il ne se passait à l'extérieur des murs où il s'ennuyait aussi, mais il se demandait maintenant s'il avait pris la bonne décision. Sûrement que non. Quel sain d'esprit viendrait éventrer des inconnus uniquement pour le plaisir ? Car disons le, une minorité quasi inexistantes parmi les Scientifiques est venue pour la Science. Lui-même avait oublié les raisons pour lesquelles il était venu. Enfin bon, il en était complètement indifférent. Il faisait son boulot comme on lui demandait et se la fermait. Il ne se plaignait pas non plus. Il arriva de le laboratoire où une odeur de sang s'élevait. Une odeur banale désormais qu'on retrouvait à chaque coin de couloirs... Il soupira alors, de lassitude toujours. Il n'avait aucune idée de qui il allait être l'assistant. Un homme, une femme ? Il l'ignorait parfaitement. Mais il espérait beaucoup qu'il s'agisse d'un mâle. Oui, il avait toujours eu une grande préférence pour les personnes de sexe masculin. Il ne se cachait plus d'ailleurs. Il l'affirmait clairement au premier qui posait la question.

Quoiqu'il en soit il ouvrit la porte et entra de le laboratoire. L'état de la pièce était... déplorable. Il y avait du sang partout sur la table d'opération devant ce qui semblait être un homme lui tournant le dos. L'inconnu se retourna avec un sourire. Pas mal. Pas mal du tout. Même plutôt mignon. Bien qu'il soit complètement recouvert de sang et que son regard témoignait encore d'une certaine barbarie (il n'y avait qu'à regarder l'état du cadavre pour comprendre qu'il n'avait pas été tendre avec ce qui semblait être autrefois un être humain), son sourire avait quelque chose de... d'attirant. David lui sourit à son tour, par politesse. Il avait l'incroyablement bon pressentiment qu'il allait bien son attendre avec son nouvel « employeur ». Tant mieux, au fond. Si cela pouvait sa lassitude quotidienne, il ne dirait pas non. Il s'approcha alors de lui et lui tendit une main, toujours avec un grand sourire ravi.

- David Williams. Je suppose que je suis votre nouvel assistant ?

Il regarda rapidement autour de lui. Il y avait des cages remplies d'animaux un peu partout dans la pièce. Des chats, des rongeurs, etc. Un peu de tout et qui ne prenait pas trop de places, en gros. Cela faisait des lustres qu'il n'avait pas vu autre chose que des rats ou des cafards. Cela était plutôt agréable de voir un chat se frotter sur les barreaux de sa cage. Il n'avait absolument pas l'air malheureux, bien qu'il ne vivait que dans un tout petit espace. Peut-être que l'homme devant lui le libérait de temps en temps ? Oui, c'était fort probable. Il lui sourit de nouveau, n'ayant rien à rajouter de plus. Décidément, il aimait beaucoup le regard de l'homme qui lui rappelait vaguement quelqu'un sans savoir qui exactement.

Code © Keira M. sur epicode