AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

"Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Mar 24 Déc - 22:53

























Harry J. Downcry - David P. Williams


GET OUT ALIVE






Peut-être une petite oreille par ici...un cœur par-là...non, on arrache le cœur, on le remplace par les tripes et on transplante le cœur dans la tête...pour changer. Non. Trop de donnés, trop de correspondances. Tiens toi tranquille petit hamster, je ne vais pas te faire de mal. Je veux juste voir si je ne peux pas donner ton cerveau à cette humaine, cela sera toujours le rendre plus intelligent qu'elle ne l'est, crétin d'humanoïde à deux pattes. Blonde avec ça, mais je vais rapidement changer cela en trempant ses cheveux dans son propre sang. Après tout, il le faudra bien quand j'aurai ouvert son crane pour lui donner ton cerveau. Tu verras, tu auras un corps tout grand avec lequel tu pourras révéler la véritable nature animal de l'être humain. Bon d'accord, ce n'était pas l'expérience la plus intéressante, mais je m'ennuie et je n'ai plus assez de chat pour refaire des transplantations d'oreilles. Je dois constamment garder un quota d'animal vivant dans mes salles de biomasses. Heureusement que mon laboratoire est assez grand. De toute façon, j'aurai fait une scène à Rockwood pour qu'il m'en installe une bien plus grande, une bien plus belle, avec pleins de natures pour accueillir mes petits animaux. J'avais à présent de tout pour constituer mes réserves d’expérimentations. Bon...il semblerait que cette humaine ne veut pas se tenir tranquille pendant que je lui découpe le ventre...Ah oui, j'ai oublié l’anesthésiant! Oh, qu'importe, ce n'est qu'une humaine, ce n'est qu'une femme. Je travaille peut-être trop. Je me met à oublier des choses.

Mes mains tremblent en découpant cette petite créature dégoulinante de larmes et de sang. Quoi? T'aurais quand même pas voulu que je t'offre du laudanum quand même? Je veux juste faire une petite incision dans ton thorax pour en retirer ce dont j'ai besoin avant de te transplanter...qu'est-ce que je devais lui transplanter déjà? Je me masse les tempes alors que mes doigts sont couverts de sang, sur mes gants blancs. Ça va vraiment plus en ce moment. J'ai du mal à dormir, je ne cesse de penser à comment assimiler la structure animale de cet hamster à celui de cette femme que j'ai gardé éveillé pendant peut-être soixante-dix-sept heures, grâce à une souris qui grignotait ses orteils. Cruel, moi?! Je ne fais cela que pour la science. Même si j'avoue que torturer cette femme m'a fait faire de beaux rêves dernièrement. Je LE revoyais, dans ses fameux songes. Guidé par les cris de l'humaine, ce n'étaient plus des cauchemars. C'était une charmante mélodie comme je n'en avais encore jamais entendu. Mais qu'importe. Le petit hamster trépigne entre mes mains, je le sens qui s'impatiente. Tout à l'heure, il avait accepté de m'aider à mon projet, s'imaginant déjà grand prince. Mais à présent que ça traînait bien trop, il griffait le verre de sa cage. Mon pauvre petit...j'ouvre sa cellule et le prend entre mes bras pour lui caresser la tête. Cela faisait maintenant bien trois heures que je tentais de comprendre quel nerf enlever à cette femme pour lui arracher ses glandes surrénales.

Mes oreilles se dressent alors, comme s'ils entendaient un bruit dans le lointain. Ce n'était pourtant pas un bruit d'os qui se craquait, mais tout simplement un bruit de porte qui s'ouvrait. Probablement la porte de mon laboratoire, aucun animal n'avait encore réussi à ouvrir la porte d'une de ses cages. Tenant toujours le doux animal entre mes bras, j’assommai la jeune femme blonde d'un coup de marteau sur le front. Voilà que du sang lui coulait des yeux...rho, vraiment ses choses-là sont tellement fragiles. Un petit coup de fer entre le regard et ça vous pissait le sang comme pas permis. Glissant alors le petit hamster dans sa cage, je lui murmura de doux mots et lui dis qu'il n'avait plus besoin d'attendre, son corps venait de mourir. Je m'excusa profondément, à haute voix, du tord que j'avais pu lui causer en lui abîmant le corps de l'humaine. J'étais vraiment, sincèrement désolé, c'est vrai! Mais bon, j'ajoutai qu'il pouvait s'estimer heureux d'avoir perdu le corps d'une femme, le corps d'un homme aurait été bien plus grave et bien trop intéressant pour être perdu. D'ailleurs, si cela avait été un homme, je ne me serais jamais conduit comme cela.

Après mettre bien platement excusé auprès de l'animal, je le laissa rejoindre les siens dans l'immense cage à cobayes qui trônait non loin de la table d'expérimentation. J'aimais avoir mon étalage juste à côté de moi pour les essais. Je n'en prends jamais plus que nécessaires et mes amis poilus voient bien que leurs amis reviennent toujours plus fort et plus intelligent qu'avant. Je ne fais que leur bien.

D'ailleurs, peut-être avais-je finis par oublier le sens profond de mes recherches: extirper le Vitae de mes victimes. Ainsi que travailler à l'amélioration de leurs êtres. Mais comment faire quand on a à faire à des humains aussi butés. Surtout que les gardiens et les brutes n'arrivent à m'envoyer que des imbéciles de femelles!! Comment voulez-vous travailler correctement dans de tels conditions!? Alors que fou de rage, je commençai à détacher la victime qui, de toute façon, était bien morte, je ne pus que me calmer en entendant des bruits de pas derrière moi. Rockwood m'avait en effet annoncé la visite de quelqu'un. J'ignorai encore de qui, ni à quoi il ou elle pourrait mettre utile. Prions pour que ce soit un homme. Me retournant, je ne fus pas déçu. Je lui souris.






Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Jeu 26 Déc - 9:40





On lui avait proposé de changer de partenaire, de tuteur. À moins que ce ne soit lui qui ait demandé ? Il ne s'en souvenait plus trop à vrai dire. Cela faisait quelques temps qu'il oubliait des choses, des idées, des choses à faire. Peut-être était-ce dû au fait qu'il côtoyait des amnésiques à longueur de journée et que d'une manière ou d'une autre, il avait fini par perdre la mémoire à son tour ? Il était las. Las de ce manoir et des ces horreurs. Au début, il avait trouvé cela fort intéressant, plus que ce qu'il ne se passait à l'extérieur des murs où il s'ennuyait aussi, mais il se demandait maintenant s'il avait pris la bonne décision. Sûrement que non. Quel sain d'esprit viendrait éventrer des inconnus uniquement pour le plaisir ? Car disons le, une minorité quasi inexistantes parmi les Scientifiques est venue pour la Science. Lui-même avait oublié les raisons pour lesquelles il était venu. Enfin bon, il en était complètement indifférent. Il faisait son boulot comme on lui demandait et se la fermait. Il ne se plaignait pas non plus. Il arriva de le laboratoire où une odeur de sang s'élevait. Une odeur banale désormais qu'on retrouvait à chaque coin de couloirs... Il soupira alors, de lassitude toujours. Il n'avait aucune idée de qui il allait être l'assistant. Un homme, une femme ? Il l'ignorait parfaitement. Mais il espérait beaucoup qu'il s'agisse d'un mâle. Oui, il avait toujours eu une grande préférence pour les personnes de sexe masculin. Il ne se cachait plus d'ailleurs. Il l'affirmait clairement au premier qui posait la question.

Quoiqu'il en soit il ouvrit la porte et entra de le laboratoire. L'état de la pièce était... déplorable. Il y avait du sang partout sur la table d'opération devant ce qui semblait être un homme lui tournant le dos. L'inconnu se retourna avec un sourire. Pas mal. Pas mal du tout. Même plutôt mignon. Bien qu'il soit complètement recouvert de sang et que son regard témoignait encore d'une certaine barbarie (il n'y avait qu'à regarder l'état du cadavre pour comprendre qu'il n'avait pas été tendre avec ce qui semblait être autrefois un être humain), son sourire avait quelque chose de... d'attirant. David lui sourit à son tour, par politesse. Il avait l'incroyablement bon pressentiment qu'il allait bien son attendre avec son nouvel « employeur ». Tant mieux, au fond. Si cela pouvait sa lassitude quotidienne, il ne dirait pas non. Il s'approcha alors de lui et lui tendit une main, toujours avec un grand sourire ravi.

- David Williams. Je suppose que je suis votre nouvel assistant ?

Il regarda rapidement autour de lui. Il y avait des cages remplies d'animaux un peu partout dans la pièce. Des chats, des rongeurs, etc. Un peu de tout et qui ne prenait pas trop de places, en gros. Cela faisait des lustres qu'il n'avait pas vu autre chose que des rats ou des cafards. Cela était plutôt agréable de voir un chat se frotter sur les barreaux de sa cage. Il n'avait absolument pas l'air malheureux, bien qu'il ne vivait que dans un tout petit espace. Peut-être que l'homme devant lui le libérait de temps en temps ? Oui, c'était fort probable. Il lui sourit de nouveau, n'ayant rien à rajouter de plus. Décidément, il aimait beaucoup le regard de l'homme qui lui rappelait vaguement quelqu'un sans savoir qui exactement.

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Ven 27 Déc - 11:15




















Harry J. Downcry - David P. Williams



GET OUT ALIVE



Mon cœur est gentiment ravi de cette nouvelle que je n'attendais plus. Mon esprit était trop surchargé en ce moment, la preuve en était le splendide cadavre qui se trouve à mes côtés. Si j'avais eu moins de choses à faire et penser à la fois, peut-être aurai-je pu la sauver! La sauver pour en faire une hybride souricette, ou qu'en sais-je encore! De toute façon elle était morte et c'était tant mieux pour sa pomme, après tout ce n'était qu'une femelle. L'être qui descendait mes escaliers en cet instant me semble beaucoup plus intéressant qu'une misérable humaine. Elle devait même avoir oublié son nom de toute façon, pas une grande perte. Ou peut-être était-elle juste déjà folle? On sait jamais ce qui traîne dans ce manoir de toute façon, tellement de sous-humaines et de choses bizarres qui rampent sous les pierres pour avoir ne serait-ce qu'un ragoût de rat pour leur mois. Oh, voyons donc, je dépeins une situation trop sombre à votre goût? Pourtant ce n'est que la vérité, je sais, je crois que l'une de mes dernières victimes m'en a fait une semblable description. Il voulait que je l'épargne contre «toutes les horreurs qu'il avait vécu dans ce manoir»...il était mignon pourtant, un charmant museau de chaton je lui avais mis en travers de la gueule. Des petites oreilles de chiens et des yeux de chauve-souris, c'était une créature tout à fait inédite que je me suis amusé à créer en lui. Quand il fut mort de la suite des expériences -faut dire, quand le pus à commencer à couler des pores de ses yeux je me suis dit qu'il y avait un problème- et bien je lui ai murmuré qu'il devait m'être redevable car à présent il n'aura plus à craindre les horreurs du manoir. Quel charmant garçon c'était, on avait passé de bons...moments.

Mais lui, là, dans son bel habit bien taillé, sa démarche à la fois complète et pourtant nonchalante, il n'était pas une de mes prochaines victimes. A moins d'être fou, personne ne l'avait forcé à venir ici, du moins, pas à la manière des brutes et des gardiens. Sa petite frimousse n'a aucune trace de cicatrices, il est parfait. Mon sang commence à battre dans tous ses sens, d'une subtilité que je n'avais pu percevoir que grâce à ma main qui s'était soudainement posé sur mon cœur, afin d'en déterminer les battements. Rapide ou non, je le sens bien vivant, c'est déjà ça. Un nouvel homme, un volontaire, de plus! Que demander de plus! Non, vraiment, il était encore plus charmant que cet être aux yeux de chauve-souris -avant les modifications corporelles j'entends-. Oui...il était parfait pour tout. Cela se sentait dans son attitude. Il me sourit alors et je lui rend la pareille avec une force encore plus grande, c'était tellement rare d'avoir une âme sympathique à saluer de cette manière. Je ne salue même pas les gardiens et les brutes quand ils viennent me jeter des humains à découper. Mais en le voyant lui, je n'arrive même pas à l'imaginer sur ma table d'opération, lui caressant les cheveux pendant que je découperai son nez avec un de mes plus beaux scalpels. Non. Je n'arrive même pas à m'imaginer cela...C'est inquiétant. Soudain s'arrête-t-il devant moi et me tend la main:

David:  David Williams. Je suppose que je suis votre nouvel assistant?

Oh, rien que ça. Cher David...je pense que nous allons bien nous entendre. Le son de sa voix scintillait agréablement à mes oreilles, comme un éclat d'une voix déjà bien trop souvent entendu mais qui avait laissé une marque indélébile dans le cœur. Une émotion, un temps. Mmh, je suis vraiment capable de ressentir des choses pareils? J'ai oublié depuis le temps. Je n'ai rien oublié de ma vie, mais je crois avoir oublié comment c'était de ressentir des émotions autres que la haine. Boarf, qu'est-ce qu'on en avait à faire? J'avais un nouveau jouet bien vivant, et si c'était bien celui que m'avait envoyé Rockwood, j'avais intérêt à ne pas le casser trop vite. J'essaierai de faire attention...Aussi lui tendis-je à mon tour une main bien souple:

Harry: T'es le premier en tout ça!

Je m'arrête pourtant avant de lui serrer la main: en effet, le gant était couvert de sang. Bah, ça aurait été du sang animal encore, je lui aurai serré la main sans problème. Oui, car leur sang est pur. Mais du sang humain...C'est insupportable pour l'âme humaine déjà bien crasseuse de se faire recouvrir de son propre sang. Moi? Je suis une exception, car je suis du côté des animaux. Peut-être suis-je d'ailleurs en moi, déjà bien plus qu'un animal. Un sauvage? Oh, pas à ce point quand même, je sais être civilisé. Avec toute l'hypocrisie de l'humanité, ne vous en faites pas. Délicatement, je le regarde profondément dans les yeux, avec un sourire plus que carnassier. C'est d'ordinaire le sourire que j'offrais à mes victimes, mais celui-là me plaisait assez pour que je lui offre pour mon simple bon plaisir. Je retire alors le gant ensanglanté et lui serre correctement la main. Une poigne sincère et délicate. Mmh, sa peau est douce.

Harry: Downcry. Mais appele-moi Harry, tout simplement.

Je me retire alors, à contre-coeur et commence à tourner autour de ma victime pour récupérer le chariot à cadavre. Il y en avait déjà un que j'avais oublié de renvoyer à la morgue hier. J'avais tenté de lui mettre une queue de singe, ainsi que les pattes, afin de voir si l'homme pouvait retourner à son état naturel. A en juger par la couleur verdâtre de sa peau, cela n'avait pas fonctionner. Tout en déplaçant le chariot jusqu'à la femme, je m'exclame:

Harry: Comme tu as pu le constater, je suis un peu surchargé en ce moment...je fais des erreurs de débutants et consomme bien trop d'humains...j'aimerai avoir quelqu'un en qui faire suffisamment confiance pour lui donner certaines de mes tâches subalternes.

Je prend alors la tête de la femme et la contemple. Ce n'était qu'une sale bouillie de peau, d'os et de cervelle au niveau du front. Ses yeux sortaient légèrement de ses orbites. Tout cela ne me donnait pas la nausée tant que je ne voyais pas que c'était une femme. Prenant de nouveau le marteau dans mes mains, je remets mon gant et frappe une nouvelle fois le crâne de la femme. La cervelle gicle un peu sur mon tablier, mais bon. Je la prend alors par les épaules pour la faire glisser sur le chariot:

Harry: Si tu penses valoir le coup, je vais te faire une visite guidée et te dirais les premiers choses à savoir quant à mon travail, à moins que tu ne le devines toi-même, petit malin.

Je suis peut-être trop familier avec lui, mais c'est dans ma nature. C'est peut-être un homme, mais cela reste un être humain et rien ne me disait encore que c'était un être de bien, je n'avais donc de raison de le respecter et de le vouvoyer. Un être proche des animaux qui pouvaient comme moi en comprendre le langage, ou tout simplement comprendre l'absurdité de l'espèce humaine. Nous verrons bien.





Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Ven 27 Déc - 19:13





David le regarda alors enlever son gant couvert de sang pour pouvoir mieux lui serrer la main. Il se demanda pourquoi il avait voulu lui présenter une paume propre pour serrer la sienne. Mais il dut admettre que le contact avec sa peau était fort agréable. Ses doigts étaient plus froids que les siens et cela le fit sourire légèrement. Il écoutait attentivement ses paroles. Il les buvait même. Sa voix était... mielleuse, sans aucune imperfection. Il l'aurait pu l'écouter toute sa vie sans s'en lasser, sûrement. Il ne pouvait s'empêcher de dévisager ledit Harry. D'ailleurs, quel prénom ! Et cela sonnait admirablement bien avec son nom, Downcry. Oui, il l'avait retenu. Il n'était pas si bon que cela pour retenir les noms mais il savait qu'il venait de tomber sur quelqu'un d'exceptionnel. Et cet Harry Downcry semblait être quelqu'un d'inoubliable par sa singularité. Son tuteur, son supérieur, poussa le chariot où reposait sa victime. Il ne put que trouver de la grâce dans chacun de ses gestes. C'était vraiment plaisant à voir. Et la douce voix reprit, se justifiant de son besoin d'assistant. Trop de travail. Il ne pouvait s'empêcher de le plaindre mais était à la fois honoré de pouvoir mettre ses capacités de chirurgie à la disposition de Harry.

Il le regarda alors prendre la tête de la femme dans sa main. On aurait pu y voir une sorte de vision à la Shakespearienne de Hamlet tenant le fameux crâne. Mais là, ce qu'il restait de la tête de la femme décédée n'avait aucun point commun avec la beauté et la propreté du crâne de la pièce de théâtre. Là, il y avait du sang partout, des résidus d'os et de chair parfaitement immondes mais qui ne firent pas sourciller David. Après tout, il en avait vu des pires. Et tant mieux pour lui en y repensant. Imagineriez-vous un chirurgien avec le ventre fragile ? Non, bien sûr que non... Si David avait dû tourner de l'œil à chaque fois qu'il avait ouvert quelqu'un, il ne serait probablement pas là aujourd'hui. Et il n'aurait sûrement pas eu une carrière relativement bien payé dans le monde de la chirurgie. Puis, Harry reposa le crâne pour l'exploser littéralement avec un marteau. David, surpris par ce brusque et inexpliqué geste, haussa les sourcils. Oui, ce fut sa seule réaction. Il se doutait qu'il y avait une raison derrière tout cela. Tellement mépris dans le regard de Harry. Cela lui fit de la peine. Il aurait aimé le connaître plus pour pouvoir le soulager, le consoler. Mais bon, un homme comme lui devait déjà être marié. Comme tous les autres hommes mignons comme lui pour qui il avait eu un faible. Ou alors, s'il était célibataire, il devait sûrement préférer les femmes. Comme tout être masculin lambda. Oui, c'était lui qui n'était pas normal et, malheureusement c'était tant pis pour lui. Ses yeux ne purent cependant pas s'empêcher de glisser sur le corps de son supérieur. D'ailleurs, pendant que celui-ci avait le dos tourné, il ne put empêcher son regard de regarder sous la ceinture de Harry. Oh oui, décidément, il lui plaisait beaucoup... Il redressa la tête quand son interlocuteur se tourna vers lui pour lui proposer de lui faire visiter. Et le surnom qui lui donna à la fin de sa proposition le fit sourire timidement.

- Ce serait avec joie, sir.

Il ne pouvait s'empêcher de lui montrer tout son respect. Et qu'il le tutoie ne le dérangeait pas, bien au contraire. Il continua de sourire presque bêtement, n'osant pas croiser son regard car il aurait pu rester un temps fou à le dévisager ce qui ne le faisait certainement pas très bien au vu d'une sorte d’entretien. Mater son supérieur, et puis quoi encore ?

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Ven 27 Déc - 22:33




















Harry J. Downcry - David P. Williams



GET OUT ALIVE




Je n'ai pas vraiment grand chose à lui dire à ce bon petit gars, bien qu'il soit extrêmement mignon. Aimait-il les hommes ou les femmes? Peut-être les deux, comme mon très CHARMANT ex qui m'a...non, ne pas penser à ça, ne pas imaginer, ne même pas espérer. Les choses sont comme elles sont et je décortiquerai chaque entrailles vivantes de ce manoir pour réussir à changer les choses. Je ne suis pas quelqu'un de fataliste. Mmh, calmement, je caresse le bras du premier cadavre qui se trouvait sur le chariot: il avait beau être froid, je pouvais encore me souvenir du moment où je caressai le bas de son dos, sans me soucier aucunement de si ça lui plaisait ou non. Voilà aussi pourquoi je n'ai pas vraiment envie de savoir si mon assistant ici présent aimait bien les beaux mâles ou les piteuses femelles: parce que je m'en foutais royalement, dans tous les cas, si l'envie m'y prenait je suis maître de mes actes et de ce qui se trouve dans mon laboratoire. Même Rockwood n'aime pas y rentré pour cette raison: il sait que les bêtes ont mes amis et qu'ils m’obéissent tous au doigt et à l’œil car ils savent qui je suis et m'apprécient pour ma nature. Enfin qu'importe. Je précipite mon chariot très rapidement vers la porte d'où était sortit David, en passant par contre par la rampe prévue à cet effet. Un petit bouton rouge se trouvait là pour appeler un gardien qui irait mettre le chariot à la morgue pour me le remettre totalement vide et prêt à accueillir mes nouvelles et délicieuses victimes. Le frappant alors avec force et joie, je m'exclame:

Harry: DU NOUVEAU POUR LA MORGUE MES CHOUS!

Sans préambule autre, je m'éclipse en passant par dessus la rambarde de l'escalier et retomba en face de David pour ne pas avoir à faire face au gardien. Je n'en avais pas spécialement envie, et j'avais des choses plus intéressantes à observer. Mon nouvel assistant par exemple. Il avait l'air d'avoir de beaux yeux rieurs, bleus, c'était magnifique et tout à fait agréable à regarder. Je n'en avais encore jamais connu des comme ça. Délicatement je m'étends, quand bien même je me trouvais juste devant son nez: j'étais de toute façon bien plus grand que lui. Pas de beaucoup, peut-être d'une demi-tête ou peut-être plus. Mais ça ne m'empêche pas de prendre mes aises. Je suis chez moi partout, comme un chat. Mais j'avoue être bien mieux dans mon laboratoire, aux milieux de mes animaux, qui sont bien plus intelligent que les humains. Oh, mon petit humain, vas-tu trouver ta place parmi mes boites et mes cages? Je me demande...enfin bon, je te prends soudainement le bras et t'indique la direction à suivre:

Harry: Alors tu vas me suivre, c'est par ici!

Je le guide alors sans attendre sa réponse dans les différentes salles qui composent mon complexe. Ce n'était qu'environ cinq pièces d'une trentaine de mètres carrés chacune, comportant chacun un écosystème particulier propice aux types d'animaux qui la composaient. Je lui montre la biomasse tropicale, tout en lui conseillant d'ouvrir sa chemise, ce que je fais à mon tour, car il fait vraiment très chaud dans cette pièce là. Il le faut pour conserver les petits animaux dans un bon état! Ils doivent être continuellement heureux et avoir assez de nourritures et d'eau! Je lui fis la remarque pour toutes les biomasses, aussi bien le désert que l'arctique, tout en passant par les loups de la région tempérée. J'aime mon travail, les animaux sont une passion et j'espère que j'ai pu réussir à lui en communiquer ne serait-ce que la moitié de cette folie qui me traverse. J'aime tellement ces petites bêtes qui ont su m'apporter tout l'amour qu'un humain jamais n'avait réussi à me procurer. Je me suis mis à lui expliquer toutes les notions d'élevage que je préconisais pour une parfait bonheur de mes animaux. Allumage de leur ampoule simulant le jour à 6h tapante. Extinction des feux à 20h, 17h en hiver. Je lui fais finir le tour de mes biomasses juxtaposant mon laboratoire principal. Juste avant, je passe devant une porte dérobée. Il s'agissait de la porte de ma chambre, ma petite chambre qui n'était pas vraiment des plus propres, ni des plus belles, juste des plus simples. Je n'avais nul animal dedans, mis à part moi.

Harry: Bon, ici c'est ma chambre, mais je pense pas que tu auras besoin d'y aller, non?

J'éclate d'un doux rire aigre. Non. Jamais personne n'était encore entrée dans ma chambre. Je ne comptais y faire venir que deux personnes. Pour le moment, mon jeune assistant n'en faisait pas partie. Mes victimes, je les chargeai plus contre la table d'opération. C'était plus facile pour leur enfermer les membres dans les attaches, pour ainsi voir leur peur s'inscrire en lettres de sueur et de larmes sur leur front dégarni et ensanglanté. Quel pur jouissance de les voir ainsi si effrayé...mais passons. Je passe rapidement ma chambre en refermant la porte avant qu'il n'est eu le temps de voir grand chose. Je reviens alors tranquillement au laboratoire principal et m'assit sur la table d'opération encore un peu couverte de sang.

Harry: Bon, petit malin, t'as tout compris? 6h matin, et...au mois où nous sommes...17h le soir. N'oublie pas la nourriture, recharges en les conteneurs naturels tous les jours. L'eau doit être vérifié tout autant de temps. Tu me seras déjà d'une grande aide quand tu auras assimilé tout ça! Alors, compris?








Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Sam 28 Déc - 1:32





David regarda Harry prendre le chariot sur lequel se trouvait la défunte femme et l'emporta vers il ne savait trop où pour l'instant. Mais il se doutait qu'il finirait bien par l'apprendre. Ou plutôt, que son irrésistible supérieur lui expliquerait. Il sauta par-dessus la rambarde de la sorte de mezzanine du laboratoire. On dirait un félin. Il en avait la grâce et la souplesse en tout cas. David aurait aimé être aussi acrobatique que lui mais... il n'avait jamais réellement appris. Il était donc incapable de refaire ce que faisait Harry devant lui. Dommage. Enfin, c'est ce qui rendait son supérieur déjà si unique à ses yeux. C'est alors que ce dernier le prit par le bras et l'attira ailleurs, vers d'autres recoins de son laboratoire qu'il n'avait pas encore pu ne serait-ce qu'apercevoir. L'endroit cachait en fait une petite poignée de salles qui semblait avoir leur écosystème propre. Dans la première, il y faisait plutôt humide, ce qui était un net contraste avec la fraîcheur ambiante du Manoir. Il vit alors Harry ouvrir légèrement sa chemise. Manque de chance, c'était lui qui ouvrait la marche et lui tournait donc le dos. Il ne pouvait en profiter pour se rincer l'œil... Quoi ? Ce n'était pas un crime de reluquer son supérieur. Bon si, peut-être un peu... Mais il ne l'aurait pas remarqué. David avait su apprendre à se faire discret quand il matait un homme. Les foutues normes et codes de la société l'y obligeait.

Cependant, bien qu'il soit légèrement perdu dans ses pensées, il en fut délicieusement arraché par la douce voix de Harry qui lui expliquait le fonctionnement de chaque pièce avec une telle passion dans la voix que cela le fit sourire. Il semblait tellement heureux de parler de ses animaux... Il se doutait que ses victimes n'étaient guère bavards quand ils savaient quel sort leur réservait le Scientifique. Quoiqu'il en soit, il le suivait avec le sourire, joyeux par le visible bonheur communicatif et presque contagieux de Harry. Il lui expliqua alors le fonctionnement de chaque fuseau horaire pour chaque animal. Il y avait tellement d'informations sur la moindre créature qui arrivaient rapidement de par l'excitation distincte du Scientifique que David avait peur de ne pas se rappeler de tout. Au bout de quelques minutes, la visite guidée s'acheva. Ils revinrent au laboratoire qu'ils avaient quitté quelques minutes plus tôt. Harry lui montra une petite porte et lui expliqua que c'était sa chambre, son jardin secret. Interdiction formel d'y rentrer. Message reçu. Il n'allait pas s'y risquer. Bien qu'il sentait une légère curiosité pour savoir les petits secrets de son supérieur, il n'allait pas s'y risquer. De toute façon, il le respectait déjà trop pour pouvoir lui faire défaut ainsi. Non, cela ne se faisait pas. Il ne le ferait pas. Lui-même n'apprécierait pas qu'on aille fouiller dans ses affaires alors qu'il l'avait interdit. Il était du genre réservé et comprenait parfaitement que Harry le soit aussi. Ce dernier le surnomma encore « petit malin ». Où voulait-il en venir avec ce surnom ? Était-ce déjà purement amical ou simplement méprisant ? Non, il ne voyait pas de mépris dans son sourire. Enfin, c'était ce qu'il ressentait. Il l’espérait en tout cas... Quel torture ce serait que de se retrouver avec un supérieur aussi adorable que lui qui se révélerait être un couillon... Celui-ci lui fit un bref résumé des tâches qu'il aurait à accomplir. Pas de chirurgie pour l'instant. Il comprenait parfaitement. Il devait faire ses preuves avant d'avoir des missions plus importantes et délicates. Et s'occuper des animaux ne le dérangeait pas de toute façon. Il sourit de nouveau à Harry tout en acquiesçant. Oui, il avait compris et était déjà prêt commencer.

- Tout est clair ! Dois-je déjà commencer à faire quelque chose ?

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Dim 29 Déc - 20:44




















Harry J. Downcry - David P. Williams



GET OUT ALIVE




Alors ainsi, le petit malin semble prêt à travailler. Peut-être devrait-il donner à manger aux animaux dans les biomasses...peut-être devrait-il changer l'eau des poissons...ah, non, tout ça, je l'ai fait ce matin, très tôt. Vers 5h du matin je crois. J'aime être à disposition continuellement de mes petites créatures. Je suis très serviable quand je le veux. Quand on m'en donne envie. Ce petit être là, du haut de sa taille, m'est très agréable à observer. Aussi ne m'en privais-je pas. Il a ce petit truc dans le regard qui fait passer tout un tas d'émotions dans le cœur, comme s'il communique avec ses yeux. C'est mignon. Pendant quelques secondes, je ne trouve rien de mieux à faire qu'à regarder dans son iris merveilleusement bien coloré de bleu, sans un mot. N'ayant plus de victimes à faire pâtir de mon humeur, je n'ai pas d'autres choses à faire. Comme dit plus tôt, j'avais déjà fait tout ce qu'il y avait besoin de faire pour mes petites bêtes. Aussi je me redresse avec le sourire, lui rendant celui qu'il m'avait avec tant de chaleur apporter. Peut-être que je l'observe depuis trop longtemps...il va finir par se poser des questions. Je descends alors de la table ensanglantée d'opération et fait quelques pas. Toujours en silence.

Il est temps de lui poser la dernière question. Celle qui fera jouer son avenir en tant que mon assistant. Restera-t-il ou devra-t-il partir, tout venait à cette question. Je ne pouvais pas garder entre mes mains un assistant capable de compassion pour le genre féminin, et plus largement, pour le genre humain. Il devait savoir garder son sang froid dans toutes les situations, quand bien même les plus abominables. Je ne fais pas dans la dentelle, j'aime avoir le sang de mes victimes couvrants mes gants. Je ne suis point effrayé de leur cervelle s'écoulant sur le sol, pas plus que de leur liqueur lacrymal s'étendant sous leur paupière, quand j'oublie de trop d'anesthésiant. Aussi je prends un couteau que je fais jouer entre mes doigts et me met à murmurer, assez fort pour qu'il m'entende, mais d'une voix assez basse pour passer pour mystérieuse.

Harry: Que pensez-vous de l'être humain?

Je l'observe alors avec un grand sourire. Laissant un petit regard en dessous, j'ai peut-être un peu trop rendu mon regard coquin comme je sais le faire. A moins qu'il ne soit juste sadique. Oui, ça doit être ça, un regard bien ambiguë, entre sourire coquin, regard du même acabit et pourtant un air tout ce qu'il y avait de plus sadique. L'air que j'offrais à mes victimes, quand il s'agissait d'hommes.





Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Lun 30 Déc - 11:43





Harry le regardait avec un air plutôt... Non ce n'était pas définissable. David n'arrivait pas à décrire l'expression du visage de son supérieur. Un mélange d'amusement et de... aucune idée. On ne l'avait jamais regardé comme ça de toute manière. Était-ce une sorte de fascination ? David, tu divagues, là ! Qui te regarderais ainsi ? Venant de la part d'un Scientifique comme Harry, il était cependant clair qu'il avait une idée derrière la tête. Mais le jeune chirurgien ne dit rien, se demandant toujours pourquoi son interlocuteur le dévisageait de façon si insistante. Il devait être perdu dans ses pensées, voilà tout. Probablement. Il le regarda se tourner vers la table d'opération. David se doutait qu'il allait prendre la parole. Peut-être allait-il lui répondre et lui donnait une tâche ? Si c'était le cas, elle paraissait vraiment ingrate, ou du moins sale ou malsaine peut-être. Donner de la nourriture aux animaux des différents écosystèmes qu'ils avaient traversé ? Ou comme Harry se tenait près de la table d'opération, nettoyer celle-ci ? Après tout, bien qu'il soit officiellement son assistant, il était sous-entendu qu'il était aussi son larbin. Mais même s'il ne l'ignorait absolument pas, cela ne le dérangeait pas, aussi étrange cela soit-il.

Harry se retourna alors vers lui et le regarda avec un sourire fort étrange avant de lui poser une question pour le moins... insolite aussi. Ce qu'il pensait de l'espèce ? Il n'y avait jamais trop réfléchi... Il avait bien son idée mais... Il ne savait pas si cela était une sorte de test ou quelque chose dans ce genre-là. Si il se fiait au visage de son interlocuteur, oui, c'était un test. Une sorte d’entretien d'embauche en quelque sorte... Ou alors ne serait-ce qu'un jeu ? Il n'arrivait pas à déterminer précisément les pensées de son supérieur, le sourire qu'il arborait ne l'aidant absolument pas. Était-ce de l'amusement ? De la sincérité ? Il n'en avait pas la moindre idée et cela commençait à l’oppresser légèrement. Il se sentait même devenir nerveux. Il avait peur de dire quelque chose à côté, quelque chose qui déplairait à son maître. Il hésita grandement à répondre, c'est pourquoi il prit son temps. Cherchant ses mots. Cherchant les attentes de Harry. Mais il dut se rendre à l'évidence, il ne le connaissait pas assez pour avoir une idée fixe. Il se doutait bien qu'il ne l'appréciait guère si il se fiait à la froideur avec laquelle il a détruit le crâne de la femme et avec la passion qui le prenait quand il parlait des ses animaux. Mais comment en être sûr...? La meilleure solution qui s'offrait à lui était encore de répondre sincèrement. Et puis comme ça, il ne mentirait pas Harry, idée qui ne lui plaisait guère.

- Je pense que les humains ne sont que des êtres vivants parmi d'autres. Certes plus évolués technologiquement mais avec un seuil de barbarisme plus élevé que chez ce qu'on appelle avec arrogance les animaux. Nous avons les même instincts qu'eux : manger, se reproduire et se battre pour un territoire. Nous ne sommes pas plus intelligents qu'eux, en fait... voire moins. Parce que nous ne sommes pas capables de voir à quel point nous en sommes proches tout en se prétendant supérieurs.

Il fit une pause, cherchant quoi rajouter de plus.

- Je ne sauverai pas un homme juste parce que c'est un être humain si il y a un chat avec lui.

Il regarda Harry le plus sérieusement du monde, essayant de déceler la moindre expression qui puisse lui indiquer si il avait réussi le test. Puis, remarquant qu'il le fixait peut-être un peu trop, il baissa les yeux en souriant, gêné. Qu'est-ce qu'il était attirant quand même...

- Je suis désolé, je me suis emballé... Quand je commence à parler, j'ai dû mal à m'arrêter...

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin incompris et solitaire
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Mar 31 Déc - 18:34




















Harry J. Downcry - David P. Williams



GET OUT ALIVE




Il est vraiment trop mignon, regardant ses chaussures d'un air gêné, comme s'il était de trop dans la pièce. Mes doigts chatouillent la surface métalisée de la lame, sentant sa peau se faire taillader sans saigner sur le bout du couteau. Il est si charmant que je me laisse surprendre par la lame. Un peu de sang coule sur le sol, tandis que mon doigt tremble sous l'effet de l'attente. J'attends sa réponse sans mesoucier de ma blessure, qu'importe la souffrance physique, je n'attendais que cette foutu réponse. Appréçiait-il les humains oui ou merde? Après tout, je n'ai pas tout mon temps. S'il énonçait ne serait-ce que deux secondes d'attention positive sur eux...malgrè toute la mignonceté de son regard et de ses airs, il finira sur ma table. Ces poignées seront attachés et on n'aura pas deux secondes à attendre avant d'être fixé sur l'intérêt qu'il portera à la chose humaine. Malgré la blessure, je ris intérieurement.

C'est là qu'il commença à parler, à m'énoncer son avis, à dire ce qui lui passait dans le cœur quand on lui évoquait les paroles de l'être humain. Mon cœur se soulève alors d'une joie que je n'aurai jamais espéré il n'y a même pas  trente secondes. Jamais je n'aurai vraiment cru pouvoir un jour rencontrer quelqu'un qui...qui pouvait ne serait-ce qu'un petit peu partagé mon idée. Mais ici, c'est tellement inespéré! Il ne partageait pas qu'une demi-idée de mon esprit, mais bien tout ce que j'imaginais sous mes esclaves de sang, sous mes tripes d'écorces à langues de feu...mes joues rougirent. Mon cœur me brûle d'une ombre que je n'avais pas senti depuis une éternité. Je retire mon regard du sien, ne pouvant plus vraiment le maintenir. Quel est ce trouble qui s'incruste en moi. Non. Jamais, refuse. Je refuse, oui. Je me recule alors et repose alors mon sourire d'avant, celui qui se voulait sympathique. Mais une gêne se trouvait désormais à l'intérieur. Il avait un avis tellement proche du mien contrairement aux autres que je me sentais...attrapé à l'intérieur de moi-même.

Harry: Parfait...alors...

Je souris doucement, regardant à mon tour le sol où avait coulé mon sang. J'observe alors mon doigt où se trouve quelques gouttes tremblantes, délicates comme une rose qui éclot à l'aube. C'est agréable. Mon doigt me trouble. Mais je m'en détache pour ouvrir une cage au hasard et regarda l'intérieur:

Harry: Peut-être que les cages du labo d'expérimentation auront besoin d'être nettoyé...

Mon doigt m'élance mais je l'ignore.





Epistolaire du Pardon

Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



And I suppose in the end, they break my heart. All of us, no one is eternal. They love breaking me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin cardiaque et trop gentil
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini] Jeu 2 Jan - 11:40





David, pendant qu'il parlait, regardait d'un œil distrait ce que faisait Harry devant lui. Il était concentré sur ce qu'il disait et il faisait moins attention aux expressions du visage sans imperfection devant lui. Pourtant, il en aurait vu des choses. Une fois qu'il eut cependant fini d'exprimer son avis, il vit son supérieur, baisser le regard. Le jeune Scientifique en fit de même, s'apercevant alors que son interlocuteur s'était coupé le doigt. Cette partie du corps était extrêmement sensible, les terminaisons nerveuses et sanguines s'y regroupant par dizaines. Mais le sang continuait de s'en échapper rapidement. Cela finirait bien par coaguler mais David ne put s'empêcher de ressentir un petit pincement au cœur de voir ainsi saigner son maître. Il eut alors un élan d'affection et eut l'envie de soigner son doigt. D'y prendre soin, de s'en occuper comme s'il avait été une relique. Il eut même une image étrange dans la tête. Celle de se mettre à genoux devant Harry, de lui prendre la main avec délicatesse, et lui lécher le doigt avec affection, passant sa langue sur son sang. Et puis, il ouvrirait les yeux, et son regard se trouverait au niveau de sa ceinture. Ceinture qu'il enlèverait avec délicatesse et oh bordel de merde mais à quoi il pensait là exactement ?

Son retour à la réalité fut brutal et il fixait le doigt avec un tout autre regard, presque effrayé. Puis il détourna rapidement les yeux, espérant que Harry n'ait rien vu. Ou alors si, il voulait avoir l'attention de son supérieur. Avoir une certaine importance pour lui au lieu de n'être qu'un simple assistant. Mais qu'est-ce qu'il lui arrivait enfin ? Il sentait que dès qu'il sortirait de cette pièce, qu'il ne serait plus en sa présence, il n'aurait qu'à repenser à son nom, son visage et son magnifique sourire pour en avoir un idiot sur la face. Il... Il fallait qu'il arrête de se faire des idées ainsi. Il n'allait pas pouvoir travailler si il continuait à avoir des pensées pareilles. La sorte de vision qu'il avait eu en témoignait ! Il inspira profondément et regarda Harry s'éloigner de sa table d'opération pour aller ouvrir une petite cage d'animaux. Il avait l'air... gêné...? Il avait dû sûrement percevoir l'expression de peur qui était passé sur le visage de David. Les yeux de ce dernier se baissèrent de honte. Cependant, son supérieur lui tournait le dos et le regard de l'assistant finit sa course sur le bas de ce qui se tenait en face de lui. Il regarda avec un petit sourire le bas du dos de Harry avant de comprendre rapidement ce qu'il était en train de mater et de redresser brutalement la tête, excéder par lui-même. Par réflexe, il s'approcha de son supérieur et ne dit fit guère attention à la cage qu'il avait ouverte. Non, ce qui le préoccupait plus, c'était le doigt de son maître. L'endroit n'était pas des plus stériles au niveau des bactéries, etc. Il ne fallait pas que la plaie, aussi superficielle soit-elle, ne s'infecte.

- Il faut faire quelque chose pour votre doigt, sir. Il saigne...

Il avait dit ces quelques mots d'un ton un peu brusque et précipité, dû à sa nervosité palpable. Qu'il était stupide parfois. Quelle idée de reluquer son supérieur...? Et il avait de plus en plus de mal à s'y empêcher et même d'y penser. C'est alors qu'avec un geste presque machinal, il sortit un mouchoir en tissu d'une de ses poches et le colla dans la douce main de Harry avant de lancer sur un ton un peu brusque toujours :

- Il faudrait désinfecter...

Code © Keira M. sur epicode




Si Deus Me Relinquit.
I'm scared to get close and I hate being alone. I long for that feeling to not feel at all. The higher I get, the lower I'll sink. I can't drown my demons, they know how to swim. Can you hear the silence? Can you see the dark? Can you fix the broken? Can you feel... can you feel my heart? ©️ by Sun  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: "Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

"Get Out Alive" - Williams & Downcry [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» John Williams
» Heavy Rain - spoil free pour ceux qui l'ont fini
» [FINI] Call of MW2 ... URGENT URGENT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Le Manoir :: Le Sous-Sol :: Les Laboratoires :: Mémentos Retrouvés-