AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

TWO EYES IN THE DARKNESS - ft. Erik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
En savoir plus

MessageSujet: TWO EYES IN THE DARKNESS - ft. Erik Sam 9 Nov - 21:56



TWO EYES IN THE DARKNESS



JE N'AURAIS PAS DÛ VENIR ICI
Pas une seule journée ne se passait sans que je penses à cette lettre que je m'étais écrite. Qu'est-ce qui pouvait bien m'avoir motivé à tout oublier et me retrouver ici ? Si elle disait vrai quant à mon sang froid, on aurait dit que plus les jours passaient, plus j'avais de nouvelles raisons de le perdre. Quoique c'est quand même ce qui me permis de me rendre jusqu'ici, au deuxième étage de cet étrange manoir me servant de prison.

J'arpentais les couloirs de cet étage fantôme, à la recherche d'une sortie ou d'un élément qui me permettrait de retrouver la mémoire. Il y faisait plus clair qu'à l'étage inférieur, car il était éclairé par des fentes au plafond. J'en déduis donc que j'étais à l'étage le plus haut ... à moins qu'il y ait un grenier ? J'avais en tête de le découvrir, s'il existait bel et bien. Je marchais donc un peu trop rapidement et sans prendre conscience d'un potentiel danger qui pouvait me guetter. Il y avait, entre les zones éclairées par le fentes du plafond, quelques parties du couloir qui étaient sombres. Je les franchissais plus rapidement que les autres, préférant la sécurité de l'éclairage tamisé mais présent. Alors que je marchais vers dans une section éclairée, je stoppai de manière brusque. Deux yeux blancs me fixaient, tapis dans l'ombre au loin. Un grand frisson parcouru ma colonne vertébrale mais je restais incroyablement calme. Plutôt que de céder à la panique, je m'haïssais intérieurement. Pourquoi fallait-il que tu viennes ici ? Pourquoi Salomae ? Regarde dans quel pétrin tu viens de te mettre ! L'homme ou la chose ne bougeait pas, moi non plus d'ailleurs. C'était un peu comme si je lui étais invisible. Pourrais-je profiter de l'handicap visuel de cette bête pour m'enfuir ? Probablement pas, elle avait surement un autre sens anormalement développé pour compenser son manque. Contrôlant avec minutie la pesanteur de mon pied et par le fait même le bruit de son impact au sol, je fis un pas en arrière. Les yeux avancèrent également, annulant la distance que je venais de gagner. Un peu plus proche de la lumière, je pus distinguer qu'il s'agissait d'une ombre humaine, à mon grand soulagement. Je fis un pas de plus en arrière et l'homme fis de même mais vers moi. Quel était donc le but de tout ça ? Cet homme me voulait-il du mal et jouait-il avec sa proie avant de l'attraper ? Il se mit alors à avancer sans que je bouge. Se tenant maintenant dans la lumière d'une brèche au plafond, il m'observait avec les yeux de son esprit. Avec la blancheur couvrant ses pupilles, il était clair qu'il ne voyait pas grand chose et peut être même rien du tout. À ce stade je prenais de grandes respirations afin de rester calme. Plus je regardais ses yeux, plus ils me disaient quelque chose. Comme si ce n'était pas la première fois que je les voyaient. Il continuait d'avancer et je me demandais ce qu'il allait faire de moi.   


By : ©porcelaindetox
Revenir en haut Aller en bas
admin aveugle et anarchique
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: TWO EYES IN THE DARKNESS - ft. Erik Mar 19 Nov - 11:01





Erik semblait se trouver au deuxième étage, s'il se fiait au bruit du vent qui passait entre les plaintes et les poutres abîmées du toit. Il ne savait pas ce qu'il faisait à cet endroit précisément, mais, à cet instant il appréciait le calme qui y régnait. Il se disait aussi que les amnésiques n'iraient pas s'aventurer jusqu'ici, il n'aurait donc pas à les traîner au laboratoire, ce qu'il commençait à ne pas apprécier sérieusement. En vérité, il n'avait jamais aimé apporté ces prisonniers à une mort presque certaine. Cependant, accomplir cette sale besogne était son seul moyen de survivre dans un environnement pareil. Erik s'y était fait, ayant oublié toute sa vie antérieure. Il s'était convaincu que "c'était comme ça et pas autrement" mais plus le temps passait, plus il se demandait s'il n'y avait pas une autre solution à tout cela.

Il fut tiré de ses pensées quand une latte du parquet craqua à sa droite. Par réflexe, il tourna la tête en direction du bruit même s'il savait pertinemment que cela ne lui servirait à rien puisqu'il ne pouvait pas voir s'il y avait bien quelqu'un avec lui. Le bois grinça encore une fois, un peu plus loin que précédemment. Quelqu'un était bel et bien présent et reculait à présent. Par curiosité et pour essayer de chasser l'ennui qui commençait à grimper en lui, Erik fit un pas en direction de l'inconnu. Ce dernier fit encore un pas en arrière. Le Gardien réduit alors l'écart qui venait de se faire. Et sans attendre que l'intrus recule une autre fois, il s'avança encore jusqu'à ce que ses oreilles lui apprirent qu'il ne se trouvait qu'à un mètre environ de la personne. Cette dernière respirait doucement, essayant probablement de faire le moins de bruit possible. Le bruit de son souffle avait des intentions féminines. C'était donc probablement une femme qui se tenait devant lui. L'odeur aussi, bien que dissimulée par celle de la poussière du manoir, n'avait rien de masculin. Elle avait même quelque chose de familier... Se connaissaient-ils d'avant ? Il l'espérait vraiment. Peut-être était-elle en possession de réponses à certaines de ses questions ? Cependant, cela ne devait être que pure illusion. Si l'inconnue se trouvait ici, il y avait de fortes chances qu'elle ait, elle aussi, perdue la mémoire. Erik hésita sur la tournure que les évènements devaient prendre. Devait-il l'amener aux Scientifiques ? Ou la laisser tranquille ? La meilleure des solutions étaient encore de la faire parler, savoir ce dont elle se rappelait ou ce qu'elle savait. C'est pourquoi, d'une voix grave, mais avec un ton calme, il dit :

-Es-tu perdue ?

Ainsi, il ne se découvrait pas sur sa véritable mission. En fonction de la réponse de l'inconnue, il pourrait essayer de discerner si elle mentait. Erik était devenu plutôt bon à cela. Certains Amnésiques faisaient tout pour paraître crédibles à ses oreilles, mais une petite hésitation pouvait être plus révélatrice que des tirades de mensonges. Il resta donc là, devant elle. Il baissa un peu le menton, essayant de la mettre en confiance. Il ne fallait surtout pas l'apeurer. Poursuivre un Amnésique effrayé était une chose extrêmement épuisante et compliquée, sa cécité ne lui facilitant aucunement la tâche.

Code © Keira M. sur epicode