AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

The Danger of Sleep [Avec Lewis W. Pratt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Danger of Sleep [Avec Lewis W. Pratt] Sam 8 Mar - 21:12









Elizabeth C. Dieron – Lewis W. Pratt



The Danger of Sleep

Elizabeth sourit à l'être illuminé d'une machine à milles petites ampoules. Chaques d'entre elles semblaient pareilles à des étoiles dans le ciel quand on y regardait bien, surtout dans les ténèbres de ce manoir. C'était assez amusant à regarder quand on y pensait très fort ! Même...assez hypnotisant. La jeune femme rit en le regardant s'approcher des livres, mais elle espéra intérieur que les ampoules n'éclateront pas et ne feront pas bruler ces dizaines de centaines de livres à la surface cornée et agréablement jaunis. C'était si beau un livre. C'était toute une histoire qui se racontait à l'intérieur, comme une centaine de petits univers entiers, des mondes, des esprits, des vies. En écrivant une histoire, on pouvait être l'égale de Dieu, c'est toujours ce qu'Elizabeth avait pensé. Pardon ? Toujours ce qu'elle avait pensé ? Toujours ? Elle se souvenait donc de ce petit détail ? Ah...comme les livres l'aidaient à se souvenir de tant de choses...elle eut encore plus le sourire aux lèvres qu'avant. Doucement, elle prit un bouquin entre ses fines mains blanches et s'exclama intérieurement combien il était lourd : en effet c'était une incroyable encyclopédie, elle ne trouverait probablement rien d'intéressant là dedans...mais bon, elle avait parlé alors maintenant il fallait s'y plier. Elle commença à feuilleter les pages en léchant son pouce pour mieux faire glisser les feuilles. C'est alors que la voix de Lewis sifflota à son oreille, lui faisant redresser la tête dans un air d'incompréhension. Mais que pouvait-il bien pouvoir dire par là...

Hum...j'ai du mal à vous comprendre...Vous savez, mes livres ont été vendu en France et même été traduit dans tout l'Empire Britannique...il n'est pas étonnant que j'en trouve un ici et je jure que je pourrai en trouver d'autres ! Je suis certaine que j'étais une grande écrivain par le passé ! Je ne sais pas encore exactement à quel ampleur...mais j'en suis sûre...

Elle sourit bêtement à ses propres paroles, se sentant emmener dans un rêve. Oui, là où elle se souviendrait de sa vie passée...cela devait certainement être une belle vie. La douce ne pouvait y croire autrement. Même pour son nouvel ami, son passé devait très certainement être très bien ! Rien ne pouvait de toute façon être bien pire que tout ce qu'il se passait actuellement entre ces murs sombres et dégoulinantes de ténèbres, où l'on pouvait entendre plus de cris et de coupures cinglantes que de chants et de bruits d'oiseaux. Des oiseaux...Elizabeth aimerait bien pouvoir réentendre les chants des oiseaux. Et un miaulement de chat, n'y avait-il pas plus mignon et agaçant qu'un miaulement de chat ? Comme elle aimerait pouvoir en entendre à nouveau. Un dessin de gentil petit chiot tomba de l'encyclopédie. La romancière la ramassa en souriant, c'était un joli dessin bien réaliste. Elle le glissa dans son propre livre, peut-être était-ce à quelqu'un. Levant la tête et son minoi jusqu'à Lewis, elle vit de sympathiques lueurs bleus scintiller autour de son regard presque interrogateur. Elizabeth lui rendit un beau sourire et murmura :

Vous pouvez live vous savez, c'est comme ça que vous trouverez quelque chose...en plus avec vos charmantes étincelles vous pouvez lire sans bougie!

Il n'y avait que peu à espérer de pouvoir trouver quelque chose sur son passé uniquement en regardant les pages d'un air hagard. Vous direz, c'est comme ça qu'Elizabeth faisait à cet instant...mais en réalité, les encyclopédies ne l'intéressaient pas tant que ça. C'était difficile pour elle de se concentrer sur quelque chose qu'elle n'aimait pas. Disons en réalité tout simplement impossible. Quand ça voulait pas, ça voulait pas, tout simplement. Elle referma le livre dans un élan de poussière et éternua d'un petit son très aigue. Laissant tomber le livre sur ses pieds, elle sautilla en gémissant avant de tomber à terre. Encore une fois. Oui, je sais. Mais d'ici, jetant un coup d'oeil au livre de Lewis, elle le pointa du doigt.




Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
 
avatar
 
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Danger of Sleep [Avec Lewis W. Pratt] Sam 8 Mar - 21:23




















Lewis W. Pratt,

En fouillant parmi les pages de ce livre à la couverture cornée, vos yeux ne peuvent s'empêcher de s'arrêter sur un détail bien plus qu'important. En effet, une feuille de parchemin brûlée vous regarde, semblant porter de précieuses informations. Ou peut-être n'ai-ce qu'un leurre? Est-ce possible ? Il est inscrit sur cette page :







Cela te guidera-t-il sur ton identité ? Bon courage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aapow.forum-canada.com
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Danger of Sleep [Avec Lewis W. Pratt] Ven 18 Avr - 19:57



« The Danger of Sleep. »
MUSIC THEME ∆ The ScientistColdplay

N
ous voilà en train de feuilleter chaque livres qui se trouvent à notre portée de main, jusqu'à ce que je lui fasse part de mes pensées, croire que peut être que le propriétaire de cette Maison pouvait tout à faire la connaître si elle avait su trouver un document à elle par ici. Mais elle semble froncer les sourcils comme si elle ne savait pas où je voulais en venir... « - Hum...j'ai du mal à vous comprendre...Vous savez, mes livres ont été vendu en France et même été traduit dans tout l'Empire Britannique...il n'est pas étonnant que j'en trouve un ici et je jure que je pourrai en trouver d'autres ! Je suis certaine que j'étais une grande écrivain par le passé ! Je ne sais pas encore exactement à quel ampleur...mais j'en suis sûre... ». Les coudes sur la table, je la regardais, les yeux tournés vers le ciel tandis qu'un grand sourire béat apparaissait sur sa face, tandis que moi, je la regardais à la fois peiné et moqueur. Comment peut-on imaginer être quelqu'un d'intéressant lorsque l'on se retrouve dans un endroit pareil ? Si elle avait tant d'importance pour les autres, elle ne serait pas tout comme je le suis, une pauvre amnésique à la recherche d'un pauvre destin perdu... Je voulais ainsi lui faire part de mes sentiments en plus de répondre à ses interrogations... « - Si vous aviez une notoriété aussi grande, pourquoi personne ne vient vous aider ? Nan, regardez-nous. Nous sommes condamné à mourir comme de vulgaires animaux, bon à servir les plus forts. Personne ne veut nous le dire, mais... nous sommes destinés à souffrir et à servir les autres. Les scientifiques le savent très bien. Les brutes aussi... Mais personne ne veut nous vexer. Chacun est... j'imagine à sa place. Et si le destin en a décidé ainsi, c'est qu'au fond, peut être parce que nous le méritions d'une certaine façon ou d'une autre. Et que rien ne pourra y changer... Rien... Et si vous êtes aussi célèbre que vous le prétendez, pourquoi n'êtes-vous pas bien plus qu'une simple amnésique ? Pourquoi notre Maître ne vous assigne pas au rang de Scientifique ou de Brute...? ». Cela n'avait aucun sens pour moi. Si nous vivons aussi justement que les créatures le prétendaient, alors c'est que sans doute, jamais nous avions eut une vie plus merveilleuse que celle que l'on menait actuellement. Peut être même avions-nous toujours vécu dans cet endroit infect même si les noms de lieux qu'elle eut énoncé semblait vouloir prouver le contraire...

J'eus alors continuer tranquillement ma lecture, sans vraiment y faire réellement attention, jusqu'à ce que la jeune femme, se retrouvant de nouveau au sol après une chute en perdant le livre qu'elle tenait dans ses mains, ne viennent à pointer du doigt le bouquin que je consultais... C'est alors que je vis un bout de parchemin, semi-brûlé où il me semblait y lire mon prénom... Je décidais de le lire à voix haute... «
- Expérience n°1. Un problème très sa... peut être un peu viole...nt ? espérons que tout se passe... bien ? N'oublie...z pas ?... Lewis. ». Expérience. Expérience... Je voulais le relâcher, ce minable bout de papier, tant cela m'effrayait, me rendant à la fois peiné et confus. Peut être eus-je toujours été ici comme je l'avais prédit mais le fait que je ne me souvienne pas de cet écrit et que j'ai pu ainsi décrire, semblerait-il, une expérience... Peut être que. Peut être que je fus autrefois un scientifique comme le sont ceux qui se trouvent en ces lieux. Mais pourquoi... Pourquoi alors j'avais perdu la mémoire ? Est-ce que tout le monde ici la perdait un moment ou un autre ? NON. Je ne voulais pas y croire... Croire que non seulement on avait pu vouloir me condamné à une telle condition aussi inappropriée pour ce que je fus mais aussi croire que j'avais pu faire du mal à des gens tel que Morgan ou simplement cette jeune personne qui se trouvait en face de moi. Faire du mal aux seuls personnes qui pouvaient être mes amis aujourd'hui... J’agrippais ma tête de mes mains, avant de fermer les yeux et de crier.


Run, you clever boy... and remember.

Run, you clever boy... and remember.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Danger of Sleep [Avec Lewis W. Pratt] Ven 25 Avr - 16:01









Elizabeth C. Dieron – Lewis W. Pratt


The Danger of Sleep

La jeune femme était si heureuse, si joyeuse entre les pages du livre. Elle regardait celui qu'elle avait écrit avec un sourire si simplement bien que l'on aurait pu la croire stupide. Mais c'était tellement de chose pour elle, tellement de significations profondes qu'elle avait dans un simple livre. Le sien, celui qu'elle avait écrit. Cela voulait tellement dire en elle. Une partie de sa vie, de son œuvre, de ce qu'elle avait accompli au fur et à mesure des nuits et des jours qui avait constitué sa misérable existence dans le monde de dehors. Elle avait les yeux pétillants tant c'était bien de se retrouver avec soi-même, une petite fragrance de vérité dans ce monde si sombre de mensonges passagers. Elle aurait tant voulu faire partager son ressentiment à l'être qui était à ses côtés à cette seconde. Après tout, c'était tellement bien de sourire, de se sentir comme revivre dans les pages d'un livre qu'on avait mis des années à écrire, avec tellement de soifs et de sangs coulant de notre front. Tout ce qui est écrit dévoile une partie de son être. Elle n'avait qu'à lire son propre roman pour se découvrir, elle le savait. Tout lui serait dévoilé. Une partie de sa psychologie d'avant, pourquoi pas même une petite partie biographie, comme un paragraphe expliquant où elle était née et quand ? Ouvrant les premières pages, elle ne découvrit pourquoi que le titre puis l'histoire. Rien sur l'auteur. Son sourire se baissa un petit peu mais il reprit avec plus de force quand Lewis commença à s'addresser à elle : «  Si vous aviez une notoriété aussi grande, pourquoi personne ne vient vous aider ? Nan, regardez-nous. Nous sommes condamné à mourir comme de vulgaires animaux, bon à servir les plus forts. Personne ne veut nous le dire, mais... nous sommes destinés à souffrir et à servir les autres. Les scientifiques le savent très bien. Les brutes aussi... Mais personne ne veut nous vexer. Chacun est... j'imagine à sa place. Et si le destin en a décidé ainsi, c'est qu'au fond, peut être parce que nous le méritions d'une certaine façon ou d'une autre. Et que rien ne pourra y changer... Rien... Et si vous êtes aussi célèbre que vous le prétendez, pourquoi n'êtes-vous pas bien plus qu'une simple amnésique ? Pourquoi notre Maître ne vous assigne pas au rang de Scientifique ou de Brute...? »

Elizabeth ne répondit rien sur l'instant. La bouche entrouverte dans un élan de surprise, elle le regarda sans comprendre. Comment être ainsi aussi pessimiste ? Pourquoi autant de haine dans ses paroles, elle n'avait rien fait de mal ? Comment pouvait-elle savoir ce qu'elle était ? C'était quoi les Brutes ? Et les Scientifiques ? Il y avait donc autre chose que des âmes errantes ? Et c'était quoi cette histoire de « Maître » ? Depuis quand un être était en train de manipuler leurs vies ? Elizabeth sentit les larmes lui venir aux yeux tant les paroles de l'homme à la machine l'avait troublé, blessé même plus profondément à l'intérieur de son esprit que n'importe quel torture. Elle ferma la couverture de son livre et commença à le serrer contre son cœur, comme un petit doudou pour se rassurer, pour ne plus être seule. Car à cette seconde précise, jamais elle n'avait été aussi seule de sa vie. Seule avec ses rêves et ses espoirs. Avec cet homme qui venait de briser tout son optimiste d'un seul coup de monologue froid et glacial. Comment décrire avec de simples mots cette sensations de cœur brisé qui ne faisait que salir son âme ? Elle baissa la tête, serrant son livre en luttant contre les larmes pour conserver une sorte de dignité. Levant alors haute la tête, elle écouta les cris soudains et lamentins de son interlocuteur. Alors comme ça la note qu'il avait trouvé ne lui avait pas plus ? Elizabeth ricana avant de laisser échapper un sanglot : « Un problème ? »



Crédit par Kikino-sama et Ninie067 de Templactif



People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: The Danger of Sleep [Avec Lewis W. Pratt] Lun 30 Juin - 15:20