AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Journal Intime d'Elizabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Journal Intime d'Elizabeth Jeu 10 Oct - 13:32



- Mon Journal Intime -

« La tombe de mes réflexions quand le feu devient trop chaud. »

J'ai moi-même acheté ce journal intime avec l'argent que j'ai gagné de mon premier roman, à quatorze ans. J'ai déjà l'habitude de romancer tout ce qui se passe dans le monde et dans ma tête, mais je trouvais intéressant de le faire d'une approche bien plus subjective sur moi-même. Ce bouquin possède une couverture de cuir verte et des feuilles jaunis par le temps et surtout l'usure. Des tâches d'encre se trouvent un peu partout. Cependant, une serrure de fer empêche que l'on vienne fouiller mes petits secrets.

C'est aussi l'endroit où j'entrepose les lettres que je reçois.
© plumyts 2016







Je sais que tu as souffert... par orgueil, par jalousie. Les portes de l'Enfer t'ont tendu milles fois les mains, mais tu as toujours refusé leur caresse, invoquant leur patience.  La Folie, grande prêtresse des temps qui ne dure jamais plus que l’infini, s’est emparé de tes cheveux de sorcière. Regarde toi, n’essaye pas de te souvenir de ce qu’il t’est arrivé. Tu ne veux pas souffrir de la même manière que cette période là. Le Diable attend toujours son dû, mais dès à présent: si tu reposes cette lettre, tu pourras dormir en paix avec toi-même, prendre cette porte en bois de chêne et t‘enfuir. Si tu la gardes sur toi…ne tente pas le Diable qui n‘attend que ça pour te prendre dans ses filets déjà bien ensanglantés de tes mains.

© BoogyLou



--------------------------------------------------------------------


12 Juin


Cher ami,

Voilà la première lettre que je suis ravie de vous envoyer après notre rencontre à l’International des
Ecritures. J’avoue avoir été ravie pour la première fois d’avoir appris l’anglais durant mes années de collège, doux langage de Shakespeare s’il en est de plus beau. Un verre de champagne à la main pour récompenser ma réussite lors de la sélection des douze titres littéraires de cette année, nous nous étions alors fait présenter par un ami commun qui savait notre intérêt partagé pour la nature de l’être humain et sa folie intérieur. Nous avons alors discuté de tant de choses et d’autres, vous m’avez vraiment inspiré, il n’y a pas de mot pour décrire cette sensation. J’ai d’ailleurs mis sur le feu de mon esprit une nouvelle œuvre à préparer sur le thème de notre discussion. Cette dualité entre la raison, la folie et la notion d’être humain…comment ne pas devenir complètement adoratrice de cette idée philosophique qu’est la conscience…


© BoogyLou





Oh, mais nous avons parlé de tellement de choses, il serait assassin à votre intelligence que de ne parler que d’une chose et laisser abrupte les autres parcelles de notre échange. Mes enfants me parlent encore de la fois où vous leur aviez fait peur avec votre sombre visage, que cela me fait bien rire et me plait à vous raconter. D’ailleurs, hier au petit matin, alors que je rentrai de cette fameuse réunion littéraire, le carrosse chahutait un peu sur la route, me laissant brinquebalante alors que mon mari dormait paisiblement la tête contre le rebord de la fenêtre…durant cette période, il m’est venu l’idée d’une réflexion : la folie de l’humain peut-elle être imputable de son énergie vitale et donc de sa notion de lui-même ? Cela étant, je me dis que la folie doit pouvoir puiser dans l’énergie vitale pour exister, et donc dans la conscience et par extension, à sa notion de lui-même.  


© BoogyLou






Je me demande même pourquoi je vous pose cette question, mais voyez-vous, elle semblait si proche de notre conversation que j’ai été troublé par cette idée volatile.
Voyez comme nombres de fleurs tremblantes perdent ainsi leur pétale dans mon cerveau, je n’ai que faire des demandes de partenariats que me font les autres écrivains. J’ai bien assez d’idée à évider de mes muscles juteux de sang, qu’importe le reste.

Je vous prie de prendre conscience de mes sentiments distinguées,
Dans l'espoir d'une futur correspondance,  


Elizabeth Catherine Dieron


© BoogyLou

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Journal Intime d'Elizabeth Mar 19 Aoû - 10:58


24 Octobre


Cher ami,

Je me remercie davantage de votre soutien dans les hautes sphères des lettres. Il me tient très à cœur et je ne saurai exprimer tout ce que je vous dois. Pour répondre à votre précédente lettre, je me dois de vous rassurer quant à l'état de mon mari Victor et de mes enfants, Icarus et Pierre. Ils vont tous très bien. Quant à ma personne, je ne saurai comment le décrire. Il m'arrive de plus en plus d'avoir des pertes de connaissances. Parfois quand mes pas me mènent à la cuisine, je ressens comme une chute dans mon esprit et je tombe à genoux.

Par chance, personne n'est là pour me voir, mais je dois avouer que cela m'effraie. Hier...en allant à l'église, je me crus sur le point de faire un malaise en face de la croix du Christ. J'eus un mal de ventre insupportable durant toute la messe. Les médecins dont j'ai payé le silence ne comprennent pas, et je ne peux en parler à mon mari, il est bien trop croyant. Vous êtes donc le seul à qui je puisse me confier. Avez-vous une idée du mal dont je suis atteinte?

Avec amitiés.

Elizabeth Catherine Dieron


© BoogyLou



People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Journal Intime d'Elizabeth Mar 19 Aoû - 11:05


2 Janvier


Cher Jeremiah,

Je ne sais plus ce qui m'arrive. Je ne me contrôle plus ! Vous devez me secourir, bien que je sache votre ignorance sur le sujet de ma maladie. Mais je ne peux même plus écrire, mes mains tremblent dès que je m'attable à mon bureau de travail. Celui-ci se trouve dans la chambre conjugal où mon mari tient plus que tout à la croix au dessus du lit. Je n'ose pas lui demander de l'enlever ou de faire mettre mon bureau ailleurs. Mais chaque nuit, d'atroces cauchemars me prennent. Je rêve que je tue. Que je les tue tous.

Cela m'obsède et me rend complètement folle. Dès que je vois du rouge, j'ai le sentiment que je dois faire couler du sang. Je ne peux plus voir cette couleur, elle me fait peur. J'avais une splendide collection de robes rouges que j'ai du faire brûler en cachette. Je en tiendrais pas longtemps...mais j'ignore ce que je vais faire quand je vais craquer.

Amitiés,

Elizabeth Catherine Dieron.


© BoogyLou



People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
admin mélanophobe et sataniste
avatar
En savoir plus

MessageSujet: Re: Journal Intime d'Elizabeth Mar 19 Aoû - 11:14


20 Février


A Monsieur Jeremiah Rockwood
Parchemin Prioritaire
Ordre de Silence.

Cher Jeremiah,

J'ai craqué. Je ne sais pas quoi faire, ni comment réagir. Je vous écris dans cette salle à manger où trois cadavres m'entourent. Le rouge de leurs corps me rend folle. Je ne sais si vous réussirez à lire cette écriture qui ne me semble plus dicté par moi-même. Je crois que j'ai trouvé le sens de ce mal qui me perturbait depuis tant de temps. Je me crois possédée par le Diable lui-même. J'ai réussi à trouver le sommeil hier en inversant la croix au dessus de notre lit. Mon mari n'a pas accepté et s'est trouvé dans une rage insupportable ce matin. Toujours en colère, il s'est coupé en mangeant.

Ce rouge. Tout ce sang rouge. Une étincelle s'est emparée de moi et je me suis précipitée sur lui. Le reste, je ne m'en souviens pas. Mais c'est maintenant que je me réveille et que j'observe autour de moi les cadavres de mon mari et de mes deux enfants. Je suis en larmes et ne sais plus quoi faire. Je ne veux pas que l'on m'enferme. Je ne veux pas mourir par la pendaison. Laissez-moi venir à votre manoir. Vous m'avez longuement parler de votre potion d'oubli, je veux en connaître davantage.

Ceci sera ma dernière lettre, je pars sur le champ.
A bientôt,

Elizabeth Catherine Dieron.


© BoogyLou



People often say that motivation doesn’t last. Well, neither does – that’s why we recommend it daily
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eydamato.wix.com/novuscinema
Contenu sponsorisé
En savoir plus

MessageSujet: Re: Journal Intime d'Elizabeth

Revenir en haut Aller en bas

Journal Intime d'Elizabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» un journal intime
» Un périple sans fin + Le retour d'un aventurier baveux
» Espace de blagues :p
» tark et son journal intime
» ♪ Le Journal Intime de la Mésange ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amnesia : A Pack of Wolves :: Flashbacks :: Mementos-